en haut du forum
en bas du forum



Blackwall, ou la Résolution de la Vertue.

Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Mer 2 Mai - 19:11

Fiche personnage


Nom, Prénom : Thom Rainier
Âge :
~47 ans
Origine et lieu d'habitation
Marches Libres
Langue parlée :
Universelle
Sexe :
Homme (manly af ma foi)
Orientation sexuelle :
Hétérosexuelle
Situation amoureuse :
Célibataire
Faction et rang
Agent de l'Inquisition
Profession:
Agent de l'Inquisition, représentant des barbiers de Thédas
Armement/Magie :
Epée, bouclier du griffon.
Intérêts :
Barbe. BARBE.


Description psychologique : Blackwall tiens les Gardes des Ombres en très haute estime : N'osez pas critiquer ces héros de Thédas, ou encore moins leur mettre des bâtons dans les roues. Cet ordre de guerrier a fait forte impression sur ce Garde, et il défendra l'image de celui ci jusqu'à la mort. Blackwall tiens aussi la justice en très haute estime : Adhérent aux valeurs des chevaliers Orlésiens, il souhaite défendre la veuve et l'orphelin, et ainsi aider tout ceux qui sont dans le besoin. Il apprécie ceux qui font de même, et ceux qui pousse les autres sur le chemin de cette vertue. Il déteste donc tout ceux qui sont contraire à ses idéaux : Les nobles vicieux qui à ses yeux profitent des autres (comme Dorian    ) et ceux qui, avide de pouvoir, sont prêt à tout pour servir leur intérêt (Comme s'allier à un certain Corypheus !) Autrement, dans les recoins les plus secrets et sombres de l'Esprit de Blackwall, il garde une haine profonde pour une certaine personne. Cette personne est la plus misérable, celle qui coïnciderait parfaitement avec l'expression de "déchet humain" pour Blackwall. Il la hais plus que tout au monde, et le jour où cette personne ressortiras, les pensées de Blackwall seront entourés d'un mur noir comme la suie.

Description physique : Blackwall, ou la Résolution de la Vertue. Blackwallrippmerged_by_skooijmans-d9jrzjs


Derrière l'écran

Pseudo : Unter, Gugunt, unter_diamond pour les intimes.
Âge :
17 ans
Comment avez-vous connu le forum ? :
Blackwall, ou la Résolution de la Vertue. 4250677417 jsp ^^
Que pensez-vous du forum ? :
Les codeurs auraient pu faire mieux, hein.
Un dernier mot avant de se jeter à l'eau ? :
Did you ever hear the tragedy of Darth Plagueis The Wise? I thought not. It’s not a story the Jedi would tell you. It’s a Sith legend. Darth Plagueis was a Dark Lord of the Sith, so powerful and so wise he could use the Force to influence the midichlorians to create life… He had such a knowledge of the dark side that he could even keep the ones he cared about from dying. The dark side of the Force is a pathway to many abilities some consider to be unnatural. He became so powerful… the only thing he was afraid of was losing his power, which eventually, of course, he did. Unfortunately, he taught his apprentice everything he knew, then his apprentice killed him in his sleep. Ironic. He could save others from death, but not himself.


Blackwall, ou la Résolution de la Vertue. Latest?cb=20141218104531


Voir le profil de l'utilisateur
Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Mer 2 Mai - 19:13

Fiche personnage


Histoire : Dans la grange de Fort Céleste, je regardais les flammes danser sur le bois ardent. Avais-je le droit de continuer cette mascarade ? Mes compagnons méritent-ils cela ? Je regardais mes mains, des mains d'ours, forte et caleuses, ayant vus de nombreux combats. Le doute enserrais encore une fois mon coeur, et je me perdis dans les flammes.

Je me perdis jusqu'à la barrière du rêve, à la frontière entre la réalité et le sommeil. Assis sur ma chaise, et les flammes m'hypnotisant, je me rappelai. 

Je me rappelai d'un temps plus simple, à Markham, dans les Marches Libres. Un temps où Thom Rainier ne voulais rien dire. Je me rappelai de ma faiblesse d'esprit, et de ma couardise. C'est sûrement ceci qui a mené à ma situation de maintenant. Je me revois, approchant de la porte de ma maison, regardant un groupe d'enfant encercler un chien errant. Le chien était noir, avec des touches de blanc, et la chair de sa bouche tombais sur le côté, comme une barbe. Je regardai les enfants attacher une corde autour du chien : Je me souviens des détails, un rouquin aux yeux délavés avais fait un joli petit noeud, une expression de fierté illuminant son visage lorsqu'il serra la corde. Les enfants soulevèrent le chien avec leur bras frêles. Je restais devant ma porte, les observant. Je vis la corde se serrant autour du chien, la cuir de sa nuque se tordant sous la pression. Il poussa un simple cri plaintif, un appel à l'aide pour se battre contre la force supérieure des enfants. La porte de la maison se referma sur la scène. Couardise, faiblesse, inaction !

Plus j'y repense, plus ce moment est un instant qui définie ma vie. J'ai grandis depuis, grandis mais je suis resté inchangé, refusant le putain de changement !Je suis resté le même déchet, même lorsque j'ai soi disant "prouvé" ma valeur lors des joutes des marches libres. Un grand combattant ! Pfeuh ! Je me souviens encore de la mêlée du Grand Tournoi des Marches Libres. Je n'aurais jamais gagné sans Sir Geoffroy de Bordelon. Bor-de-lon Un nom de héros. Un nom qui sonne bien. Un nom de véritable vainqueur de la grande mêlée. J'ai beau tourner la situation dans tout les sens, je ne comprend pas pourquoi Geoffroy m'a aidé à gagner. Je repensai à la mêlée, à notre combat acharné, dos à dos, épaules contre épaules. Je tailladais dans la masse, mon dos protégé par le bouclier de mon ange gardien. Ma prouesse au combat l'avais apparemment impressionné, et jugeant que j'en avais plus besoin de lui, il m’offre la victoire.
Ce fut l'un des plus grand accomplissements de ma vie. Un guerrier roturier, qui gagnais la grande mêlée avec comme seul compagnon son bras armée ? Car bien sûr, la fierté me fit vite oublier Sir Geoffroy. Et quand il me proposa de devenir son écuyer, j'ai refusé. Refusé ! J'ai toujours regretté cette décision. Ma putain de fierté. Ma putain de fierté !
Où serais-je maintenant, si j'avais accepté ? Où en serais-je ?!?

Bordel. Avec ma fierté plein la tête, j'ai quitté les Marches Libres. J'ai chevauché, marché, j'ai voyagé dans des caravanes et dans des chariots, vers l'ouest, vers Orlaïs. Fort de ma capacité avec l'épée, je me suis engagé dans l'armée. J'était plutôt un bon soldat, et même si je venais de Férelden je suis devenu un capitaine. Mon dégoût pour les nobles viens probablement de ces années en Orlaïs. Ils mangeaient des petits fours, buvaient du bon vin et s'engouffraient de fromages délicieux ! Des sangsues, des parasites se pavanant et jouant avec les vies des honnêtes gens. Je ne peux décider lequel, entre la tentation de l'argent et ma colère contre les nobles, me poussa à accepter ce boulot. Ce boulot. L'Erreur, l'ignonimie qui me coûta ma brillante carrière, et ma foutu fierté. Gaspard de Chalons disputaient son trône à Céléne, et leur dispute entraîna tout Orlaïs dans leur sillage. Un sillage de sang, de larmes et de sueur humaine.
Capitaine provenant des Marches Libres, j'étais respecté et écouté par mes hommes. Et quand Robert Chapuis, un noble qui tentais de rentrer dans les bonnes grâces du Duc Gaspard me contacta, j'ai accepté.

"Tuez Vincent Callier. Son support à l'usurpatrice Célène est un affront à l'Empereur Gaspard. Ne faites pas de survivant."

Ses ordres étaient clair. Cette brindille de noble voulais tuer un opposant pour s'approprier du pouvoir politique. La somme qu'il me proposais était substantielle : Je ne pouvais pas -je n'ai pas eu la force- de refuser. Et ainsi, j'ai mené ma troupe au meurtre. Selon mes informations, Callier voyageais de son domaine jusqu'à Val Royaux pour des affaires, je  n'ai pas eu droit à plus. Mes hommes eurent droit à beaucoup moins d'explications. Aveuglé par la promesse d'or, et par ma foutu fierté, je leur ai dis que nous allions abattre un ennemi d'Orlaïs. C'était des hommes bons, qui avaient vu la guerre. Ils pensaient défendre leur pays. Bordel. Alors, j'ai placé ma troupe fidèle en embuscade sur une colline, sur la route de Val Royaux. L'affaire aurait du se dérouler parfaitement : Les archers déchaînent le désordre dans la garde armée de Callier, et l'infantrie finissent le boulot. J'était confiant, et je suis resté avec les archers pour superviser et observer le spectacle.

La colonne de Callier arriva à portée de vue. Le fracas des fer des chevaux sur les pavés de la route me rappelle une cacophonie descendante, mais le souvenir s'arrête là. Callier arrive à portée de mes archers. Je demande le silence, et tout s'apaisa. Mon bras levé est le signal de mort, n'attendant que le positionnement de Callier. Le bras du destin s'abaissa, ainsi que le mien. Les archers déchaînèrent la confusion dans ce que je pensais être la cohorte de Callier, et l'infantrie chargea. Ce ne sont pas des bouclier de fer qui accueilla les flèches. Ce ne sont pas des plaques d'acier qui défièrent le tranchant des lames. Ce ne sont pas des cris de guerre qui fit face à mes guerriers. Des robes de soies furent percés par les flèches, de la tendre chair d'enfant fut tranché par les lames, des cris féminins de panique répondirent à nos provocations. Callier ne s'était pas entouré de soldats. Il s'était entouré de sa famille. Mes soldats avaient reçus l'ordre de ne pas laisser de survivants, et ils les ont exécutés. Littéralement. Je ne les blâme pas. Je ne peux blâmer qu'une personne. 

En retournant vers Chapuis, je lui demandais des explications. Il ne comprenais pas pourquoi je paniquais, et me félicita d'avoir pu éliminer cet ennemi de la nation. Il me promis le payement après avoir annoncé la situation à Gaspard de Chalons. Le pauvre fou. Gaspard, en bon politicien et vétéran du Jeu, renia ses actions. Le meurtre d'un fidèle noble d'Orlaïs était quelque chose d'horrible, d'autant plus que sa famille fut massacré. C'est comme ça que l'affaire fut nommé. Le massacre de Callier. Chapuis se suicida, et ceux ayant perpétré le massacre furent dénoncés et poursuivis en tant que traître à Orlaïs. Et moi, le couard, le faible que je suis préféra abandonner mes hommes à leur tristes sort au lieu d'assumer mes actions en tant que capitaine et de porter le blâme. Je me suis enfuis d'Orlaïs, pour finir à faire tout ce que je savais faire : Un mercenaire, qui ne savais que manier sa lame et tuer.

Un mercenaire, c'est comme un morceau de bois qui flotte sur une rivière. Il suit les courants guerrier, et se trouve là où le combat offre une opportunité d'argent. Je me suis donc retrouvé à Churneau, un trou en Férelden. Le goût du vin plein de lie me complaît encore. Ma langue de lâche n'avais pas encore perdu le sens du goût, et tout n'avais pas le goût de cendres. Je vidais mon verre, et le tendis pour que la serveuse le remplisse à nouveau. Sauf que cette vois, elle ne vint pas. Des espèces de milicien complètement ivres commençaient à attraper ses généreuses courbes. Je ne me souviens plus vraiment de ce qu'il s'est passé, peut être que je me suis rappelé du chien de mon enfance, mais je me suis levé, ai pris la tête d'un des harceleurs et je l'ai éclaté sur la table de bois proche. Son nez se brisa, des gouttes de sang éclaboussant les alentours. Les autres miliciens voulurent réagir, mais un seul coup d'oeil à mon épée leur suffirent. La serveuse était maintenant libre, et sans lui dire un mot je me suis rassis pour continuer à boire. Je revois un homme m'approcher. Blackwall. Un Garde des Ombres qui avais vu ce que j'avais fait. Il pensais que je ferais une excellente addition à son ordre. Je n'avais plus l'habitude qu'on s'intéresse à moi. J'ai toujours admiré les Gardes des Ombres. Des héros, qui avais récemment sauvé Férelden du dernier Enclin. Je me disais que devenir un Garde me permettrait peut être de me racheter, et de me forger une nouvelle vie par le sang et la mort qu'offrais la vie de Garde des Ombres.

En route pour Val Chevin, afin d'accomplir le rituel nécessaire pour appartenir à l'Ordre, Blackwall insista pour s'arrêter à une ouverture vers les Profondeurs, pour que je tue une engeance. C'était la première fois que j'allais sous terre, et le souvenir d'une claustrophobie naissante m'enserre le coeur. Heureusement, ce sentiment s'estompe alors que l'expérience prend place. Blackwall m'avais dit de trouver une engeance, de la tuer et de récupérer son sang dans une fiole. Ce fut aisément fait. Blackwall était le phare illuminant les plaines sombres qui étaient mon esprit. Et la vision du Garde entouré d'engeances, le dominant au combat, fit remonter un souvenir des plus déplaisant. J'ai couru au combat, et avec mon aide nous avons pu repoussé les engeances. Confiant, j'ai pressé mon avantage. Je n'ai vu la lame corrompue de l'Hurlock que trop tard : Blackwall a toujours été un meilleur guerrier que moi. L'acceptance se répandait dans mon corps, et je pensais que la mort venais pour me libérer des mes erreurs. Mais Blackwall en pensais autrement. Le souvenir de cette scène est principalement rouge. Rouge du sang des engeance, et rouge du sang du Blackwall. Mes mains sont cramoisies, mes jambes sont écarlates, ma tête est pourpre du sang de ce Héros. Et-

Blackwall. L'intendant vous réclame pour vous questionner à propos des traités des gardes.

Je sortit tout de suite du rêve, pour entrer dans un autre. 

Dites lui que j'arrive.


Blackwall, ou la Résolution de la Vertue. Latest?cb=20150523145513


Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Mer 2 Mai - 19:40

Fiche de validation


Félicitation, Blackwall tu es maintenant officiellement,

Validé(e) !


Avis du staff sur ta présentation : C'est avec plaisir que je te souhaite à nouveau la bienvenue sur ce nouveau forum ! Ta fiche est complète, avec un brin de trollage par moments, juste ce qu'il faut. Fais attention aux accords.

Maintenant que je suis validé(e), que faire ? Maintenant que ton groupe a été attribué, tu débloques plusieurs nouvelles fonctionnalités sur le forum ! Tu as désormais accès au flood où tu pourras t'amuser autant de fois que tu le voudras. N'hésite pas à donner un coup de pouce au forum, en votant pour nous aux topsites afin de pouvoir avoir plus de visibilité et obtenir de nouveaux joueurs sur notre plateforme !

Mais avant toute chose, tu peux avoir accès à la section Relations et Annexes jusque là invisible !.
Tu peux ouvrir un sujet pour ta Gestion RPG et lister tous tes RPS en cours, gérer tes relations dans ta Fiche de liens,  ouvrir une boîte aux lettres pour recevoir tes missives, et enfin t'isoler pour rédiger dans ton journal intime et ne parler que de toi.

N'oublions pas le plus important : Maintenant tu as accès au système de points d'expérience et au(x) QG de ton (tes) faction(s) ! De nombreuses surprises t'y attendent : tu pourras échanger avec les autres membres de ta faction pour établir des stratégies et gérer les ressources de ton groupe !

N'hésite pas à demander un RP aux autres membres du forum et créer des liens avec eux ! Rendez-vous sur le discord ou sur ce lien pour demander un jeu aux membres disponibles !

Sur ce, cher membre, nous te souhaitons un bon jeu !




Contenu sponsorisé

Blackwall, ou la Résolution de la Vertue.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Idée : Solution au probleme de longueur limitée des URL?
» ENIGME BD 1 (avec SOLUTION...!)
» Résolution de la webcam??
» Solution autonome sur NAS
» Tueur + résolution d'un défis d'intrigue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Archives-
Sauter vers: