en haut du forum
en bas du forum



[FINI] En fourrure et en barbe. {PV Eliwendë}

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Jeu 3 Mai - 17:38
Plic ploc. Plic ploc. Des gouttes tombaient sur le casque de Blackwall. Il n'avait pas plu depuis quelques jours, mais les feuilles de la forêt, verdoyantes de vigueur, avait pris en réserve l'onde salvatrice. Il était assis dans le renfoncement d'un arbre, cherchant un abri contre la pluie. Il détestait les environnements forestiers. Trop de trous, trop de racines, trop de vert. Et trop d'animaux. Le torse de l'agent de l'Inquisition se soulevait et se rabaissais en un rythme régulier : Une fuite en armure lourde n'était pas forcément la meilleure des idées. Il souleva la visière de son casque, et à l'aide d'une main tremblante, il apporta une outre de vin à ses lèvres. Le goût épicé du bon vin se déversa sur sa langue et humidifia sa gorge. Par le fessier d'Andrasté, que c'était bon.

Il se leva, et regarda trois ou quatre fois tout autour de lui pour voir si il n'y avait pas des hostiles dans le coin. Son groupe s'était dispersé quand il s'est avéré que des rebelles se baladaient dans ce coin perdu. Et en grand nombre, les bougres ! Sa mission initiale de patrouille semblait bien dérisoire, maintenant. Il devait aller faire son rapport à un campement de l'Inquisition et envoyer une équipe de nettoyage. Sans lui, si possible. Il avait assez vu cette forêt à son goût. Il tenta de s'orienter, sans grand succès. Les rebelles avaient donné poursuite, sans grande volonté, mais cela lui a suffit pour se perdre dans cette fichu forêt. Il murmura dans sa barbe :

«Bordel. Perdu dans une forêt et entouré de potentiels hostiles. Y'as de quoi écrire un bon livre. Faudrait que j'en parle à Varric.  Il a intérêt à me donner ma part de la vente des livres, par contre.»


C'était bien. Se parler à lui même n'était pas forcément sain, mais se forcer à penser à des choses triviales lui permettait d'éviter une relative panique. Garder son sang froid et sa tête au chaud, c'était le meilleur moyen de sortir de ce piège en vie. Il retira entièrement son casque, pour attacher la lanière à sa taille, et se mit à marcher dans une direction. Il avait quelque notions d'orientation dans une forêt. Trouver une rivière, et la suivre jusqu'à sortir. Bien. Maintenant, il devait trouver une rivière.

Le plan était simple : l'exécuter était un peu plus compliqué. Marcher dans cette forêt était un enfer vert, entre les mauvaises herbes qui l'empêchaient de se déplacer correctement, et les cris d'animaux qui le faisaient sursauter. Car Blackwall étaient sûr que ces putains de rebelles se baladaient avec des chiens, ou des loups, contrôlé avec de la magie ou non, il s'en foutait. Il avait vu un de ses compagnons se faire repérer par une de ces bêtes, et il n'avait pas fait long feu. Heureusement, Blackwall pensait pouvoir s'occuper d'un animal avant qu'il alerte un de ses maîtres. Il était habile au lancer de couteau, et il pourrais toujours lancer son épée comme un javelot.

Il pataugeait toujours dans la verdure quand Blackwall entendis un bruit extérieur. Il se figea soudainement. Tournant doucement la tête, et empoignant un couteau de lancer au cas où, il identifia la source du bruit. Sur un promontoire, un grand loup blanc se tenait, et toisait Blackwall de ses yeux de prédateurs. Bordel. Tout ce dont il avait peur. Un foutu animal des rebelles l'avait repéré, et il devait agir vite. Vite !

Son bras commença à se déployer pour lancer le couteau. Seul une interruption impromptue pourrais sauver ce loup.

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Ven 4 Mai - 0:17

En fourrure et en barbe


- Lâcher ce couteau !

La jeune femme se tenait prêt de lui. Elle semblait sortir de nulle part, comme une ombre dans la forêt qui avait finalement décidé de prendre forme et vie. Il pouvait bien la voir du coin de l’oeil, avec son capuchon sur la tête pour se protéger de la pluie. De longs cheveux blonds s’en échappaient et ses traits féminins étaient facilement reconnaissables à travers les ombres sur son visage. Sa veste en peau d’animal la tenait que très peu au chaud dans les températures actuelles, mais dans ce cas-ci, elle fut très facilement reconnaissable comme une Dalatienne. Elle avait des vêtements typiques des Dalatiens qui parcouraient les bois. Le seul hic, c’est qu’il n’eut qu’une seconde pour apercevoir tous ses détails, car elle fonçait vers lui pour le renverser pendant son lancé.

Ça faisait un moment qu’elle courrait dans les bois avec Snow, ils étaient sur une piste très prometteuse pour la chasse d’aujourd’hui. Cela faisait un moment qu’ils n’avaient pas croisés d’animaux sauvages, alors ils n’allaient pas laisser l’occasion leur filer entre les doigts. À un moment, Snow avait changé de direction et Eliwendë le suivi sans trop se poser de questions, un loup était bien meilleur qu’un humain à la chasse. Avec toutes ses années, elle avait amélioré son cardio pour être capable de le suivre au jogging, mais souvent, il prenait de l’avance sur elle lorsqu’il se rapprochait de la proie. Elle l’avait perdue de vue quelques secondes … assez pour qu’il se mette les pieds dans les plats.

Snow avait été attiré par l’odeur de l’étranger, va savoir pourquoi. Eliwendë ne l’avait pas jamais entraîné à chasser des humains, enfin, pas pour les dévorer. Il devait aimer l’odeur de l’étranger, ou bien la détester … mais vu l’air pacifique qu’il lançait à l’inconnue, il semblait plus l’apprécier que le détester. Par contre, elle était bien là seule à savoir qu’il lui lançait des yeux doux. La preuve étant le couteau qui s’apprêtait à être lancé sur Snow. Elle avait donc continué sa course jusqu’à entrer en contact avec lui, assez pour dévier son lancer.

Elle n’avait pas vraiment pensé à la suite des évènements en fonçant vers lui pour le renverser et tomber avec lui par la même occasion. Elle n’avait surtout pas pensé à quel point son armure n’allait pas ralentir sa chute. Lorsqu’il se retrouva au sol, la tête de Eliwendë frappa fortement contre son armure, assez pour la laisser désorienter plusieurs secondes. Elle se secoua un peu la tête en regardant dans le vide … ses yeux vagabondaient d’un côté et de l’autre avant de finalement fixer quelque chose de concret. Une énorme barbe noire. C’est tout ce qu’elle voyait de sa position.

Elle remonta légèrement les yeux pour croiser ceux de l’inconnue. C’est à ce moment qu’elle réalisa la position indélicate dans laquelle elle se retrouvait. Coucher sur un homme qu’elle ne connaissait pas. Il pensait surement qu’elle avait essayé de l’attaquer sauvagement. Elle se releva de lui rapidement, laissant paraître un comportement légèrement gênée et incertain au travers de ses joues légèrement rougis. Elle avait un arc accroché dans son dos, si elle avait voulu le tuer de loin elle aurait pu le faire, mais à la place, elle l’avait renversé au sol.

- Il n’est pas sauvage.

Les humains avaient tous ce réflexe de vouloir lui trancher la tête … ça devenait épuisant. Elle le regarda de haut en bas plusieurs fois … Elle ne savait pas qui elle avait devant les yeux, mais il était bien mieux équipé qu’un seul voyageur comme elle. Snow s’était rapproché de l’action pour aller se mettre au côté de Eliwendë et si on l’observait bien, il n’avait pas du tout le comportement et la démarche des autres loups de la forêt. Il était calme et observait les choses autour de lui avec un regard doux et paisible. Elle enleva son capuchon pour qu’il puisse voir qu’elle était une elfe, enfin pas vraiment une elfe, mais il ne ferait pas la différence probablement ...



Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Ven 4 Mai - 7:29
Blackwall était concentré sur son lancer. Le temps se dilata, il pouvait sentir les différents muscles de son bras se tendre pour commencer le lancer qui serait fatal au loup. C'était crucial pour la survie de Blackwall. Il devait retourner à l'Inquisition. Il devait les informer de cette poche de Vénatoris.

Puis, une tornade de cheveux blonds, accompagnés d'une odeur de forêts oubliées, le frappa. Quelque chose -quelqu'un- s'était jeté sur lui avec une force suffisante pour le faire chanceler. Sa main se crispa sur le couteau de lancer, et la frustration lui fit lâcher l'arme. Le choc dût à la masse de chair, de cheveux blonds et de cuir tanné, qui lui était rentré dedans le fit reculer de quelque pas, et les pieds de Blackwall s'empêtrèrent dans une foutu racine. Il n'eut le temps que de murmurer un juron, et il tomba à terre, son assaillante -il avait eu le temps de déterminer ça, au moins,- s'écroulant sur son plastron, un « bonk » sonore indiquant qu'elle s'était cogné la tête. Blackwall ne put pas prendre cet avantage à pleine mains, la chute l'avait autant sonné que la forme féminine qui s'était jeté sur lui. Son casque, qui n'était pas sanglé, vola dans un coin de verdure alors que Blackwall s'écrasa au sol, dévoilant son visage. Sa barbe avait des taches de boues, et une éraflure superficielle s'étendait sur la joue gauche de l'agent de l'Inquisition. Un peu de sang perla après sa chute.
Il reprit ses esprits, et se retrouva yeux dans les yeux avec une Elfe. Un silence lourd semblait s'étirer à l'infini, jusqu'à ce que Blackwall tente de bouger ses jambes. C'est là qu'il remarqua que l'Elfe semblait examiner son visage, campé sur lui, les genoux sur ses jambes et les bras sur le sol. Son visage semblait proche, ses yeux d'une couleur profonde. On pouvait presque s'y noyer. C'est en examinant ce visage que Blackwall détermina la source de l'odeur qui l'avait assailli quelque temps avant. Elle ne semblait pas vouloir bouger, alors il se racla doucement la gorge. Elle sembla soudainement se réveiller, et se releva avec la grâce féline des hôtes de ces bois.
Elle parla, d'une voix cristalline, et lui dit que le loup n'était pas dangereux. Comment Blackwall pouvait savoir ça ? L'Elfe semblait Dalatienne. Il n'avait pas beaucoup vu de Dalatiens, il était vrai, mais cette blouse de cuir, et le loup blanc, le confortais dans cette idée. Peut être que ce n'était pas une foutu rebelle.. Il se releva, et son pied devint une balise étincelante de douleur.. Bordel, ça faisait mal. Se faire renverser par une elfe en armure lourde n'était pas forcément une bonne idée si l'on voulait vivre longtemps. La douleur le fit grimacer, une grimace qui provoqua un petit flot de sang vers son éraflure.
La réalité revint vite à son esprit. Les rebelles, l'Inquisition. Il devait savoir qui était cette inconnue.

« Pas dangereux ? Je veux bien le croire. Mais vous, êtes vous un danger ? Qui êtes vous donc ? »

Il caressa le pommeau de son épée. Soit elle ne lui voulait pas de mal, soit elle était folle pour se jeter sur un homme en armure et armé.

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Ven 4 Mai - 11:55

En fourrure et en barbe


- Vous blessé ? Je vous blessé ?

Elle voulut avancer vers lui, mais se ravisa avant de le faire complètement, elle avait simplement avancé un pied vers l’avant. Elle fixa des yeux le pommeau de son épée qu’il semblait prêt à dégainer. Elle décida de rester à une bonne distance de lui, s’il décidait de l’attaquer, elle devait être prête, mais elle comprenait sa réticence, elle venait de le jeter au sol sauvagement. À la distance qu’elle se tenait présentement, il ne pourrait pas l’atteindre du premier coup et elle était convaincue qu’elle pouvait dégainer une flèche en plein front avant même qu’il puisse donner le premier coup d’épée. Ils étaient partis tous les deux sur de bien mauvaises bases … Elle leva légèrement les mains pour lui montrer qu’elle n’était pas armée présentement, qu’elle ne cachait aucun couteau dans ses mains, cela allait peut-être le rassurer légèrement. Elle eut un rapide coup d’oeil vers sa cheville, puis elle remonta ses yeux vers ceux de l’inconnue. Elle avait remarqué sa grimace dès qu’il avait mi du poids dessus, le pauvre n’irait pas bien loin dans cet état. La pluie rendait le sol glissant et avec une cheville dans cet état, il risquait d'aggraver son cas.

- Je suis désolé de avoir blessée. Mon nom Eliwendë Katlyz, je chassais avant tomber sur vous.

Plus elle faisait de grandes phrases et plus son accent devenait prononcer, par contre elle articulait très bien chaque mot, bien que quelques sonorités auraient mérités quelques retouches. Par contre, ce n’était pas l’endroit ni le temps de lui donner une leçon de prononciation de la langue. L’important était de bien se comprendre dans l’ensemble et surtout de dissiper cette tension entre eux. Elle avait de la culpabilité de l’avoir blessé … jamais elle n’aurait pensé qu’un homme de cette carrure puisse être blessé par elle dans une simple chute, mais un accident est si rapidement arriver, surtout à voir l’état de ce soldat. Il n’avait vraiment pas l’air en forme et son regard était nerveux. Il avait probablement déjà des blessures avant qu’elle le projette au sol.

- Je me faire pardonner en vous aidant ?

Elle regarda sa joue et sa barbe a nouveau. Elle n’avait jamais autant vu de pilosité faciale chez un humain … en même temps elle n’avait pas vu tant d’humain que ça dans sa vie, mais cela la captivait de voir à quel point un homme pouvait en avoir … Elle sorti rapidement de ses pensées puériles en réalisant que le soldat ne s’était pas blessé lui-même et que s’il semblait si nerveux, il devait bien y avoir une raison. Il avait probablement été attaqué ou bien on l’avait poursuivit. Elle regarda rapidement à gauche et à droite et puis elle laissa ses yeux descendre jusqu’à Snow à ses côtés. Celui-ci était calme, donc pour le moment, ils étaient en sécurité. Elle retourna son regard sur le soldat.

- Vous êtes premier humain que je croise depuis plusieurs heures.

Peut-être que ceci allait finalement le rassurer. Si quelque chose l’avait suivi, il avait abandonné la chasse pour le moment. Elle replaça les mèches de ses cheveux rebelles derrière ses oreilles.




Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Ven 4 Mai - 18:28
Blackwall revenait peu à peu à ses sens. Il commençait à réfléchir sur sa situation. Il baissa son épée, et décida de sourire à Eliwendë. Après tout, si elle avait voulu le tuer, elle l'aurait fait quand il était à terre, à sa merci. Et elle n'avait pas déchaîné son loup sur lui. Soudain, une faible vague de honte déferla sur l'agent de l'Inquisition. Poussé par sa peur, il avait failli tuer un animal innocent. Et probablement signé son arrêt de mort aussi. La Dalatienne semblait ne pas vouloir l'approcher car il s'était mis en garde, mais elle semblait prête à décocher son arc d'une seconde à l'autre. Sa joue le piquait, mais ce n'était qu'une goutte d'eau dans l'océan de douleur qui inondait sa cheville.
Il tatônna jusqu'à l'endroit où avait roulé son casque. Si une flèche rebelle revenait le hanter, il serait protégé au moins. L'Elfe semblait être inquiète de l'avoir blessé. Une bonne pensée. Même les elfes avaient de l'honneur, apparamment. Ne trouvant pas son casque par terre, il se retourna et dit à Eliwendë :

« Je... je suis désolé d'avoir menacé votre animal. Vous n'avez pas à vous excuser, votre attaque était légitime. Ce n'est pas vous qui m'avait fait ça » Il pointa à l'éraflure sur sa joue.
« C'est une flèche rebelle. Je suis plutôt content qu'elle n'ait laissé que ça, j'aurais pu y laisser la peau. Bordel. »

Il regarda à nouveau pour son casque perdu. Tant pis. Il ne devait pas rester ici, il valait mieux avancer sans protection plutôt que de rester planté là. L'Elfe se présenta avec un nom difficile à prononcer pour une langue Orlésienne. Son accent ne rendait pas le tout facile. Blackwall se pencha en une parodie de courbette, et dit :

« Enchanté Dame Eliwend- euh, Eliwen.. ça va si je vous appelle Eliwen ? Je suis Blackwall, agent de l'Inquisition. »


Il tapa du poing sur son armure pour ponctuer son nom.
Il regarde le loup descendre pour se poster à côté d'Eliwen. Une chose utile, un loup. Il entendrait probablement les rebelles arriver, avec leur foutus animaux. Peut être que l'arrivée d'Eliwendë était sa rédemption dans cette foutue forêt.

« Vous chassez ici, dites vous ? Vous êtes en danger. Les rebelles se balade avec des maraudeurs, et même un groupe de Templier se cherche entre eux. Pour l'instant, ils sont à ma poursuite et ne se sont pas encore remarqués. Mon équipe s'est séparé, mais j'ai bien peur d'être le seul survivant. Il faut que je m'en aille pour prévenir l'Inquisition. »

Il regarda le ciel sombre qui perlait au dessus de la cime des arbres. Le soleil entamait la dernière partie de son arc descendant. Par la barbe du Créateur, il allait faire nuit. Blackwall devait se dépêcher. Ces pensées furent vite interrompus par une vague de douleur en provenance de sa jambe, et il ne put supprimer une autre grimace.

« S'il vous plaît, si vous voulez aider, montrez moi le chemin le plus rapide qui mène en dehors de cette forêt. »


Le sang qui coulait était en train de sécher dans sa barbe. Avec la boue et le sang, il allait devoir raser l'endroit. C'était vraiment dommage. Sa barbe était une sorte de fierté chez lui. Mais il devait partir. Il commença à chanceler vers une direction au hasard dans la forêt pour montrer son empressement à l'Elfe, mais sa jambe lui faisait trop mal. Putain de forêt ! Epuisé par la douleur, il s'accouda à un arbre.

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Ven 4 Mai - 23:01

En fourrure et en barbe



Le pauvre, il semblait vraiment mal au point … Eliwendë le regardait avec un petit air de pitié. Autant les grandes villes pouvaient la laisser complètement perplexe et perdue, elle s’imaginait que c’était la même chose pour les humains lorsqu’il se retrouvait en pleine forêt. Elle s’y sentait chez elle et toujours en contrôle de la situation, mais le soldat devant elle semblait très loin d’être en contrôle de la situation. Bien qu’elle avait une bonne connaissance de la langue universelle, elle n’avait pas l’habitude de l’entendre parler par tous les gens de Thédas et avec tous ses accents. Elle essayait de bien se concentrer sur ce que le soldat lui disait, mais elle devait bien avouer que plusieurs mots lui échappaient complètement. Le pauvre semblait se désespérer qu’elle n’allait pas lui demander de répéter à chaque fois. Elle isolait les mots importants pour elle, de sorte à comprendre ce qui se passait.

Lorsqu’il pointa sa joue en parlant de flèche, cela ne fit que confirmer ce qu’elle pensait depuis le début. Il s’était fait attaquer dans la forêt par quelque chose et maintenant il était en fuite. Elle avait de fort doute qu’il ne s’était pas fait attaquer par un clan Dalatien, il n’y en avait pas dans les parages. Une attaque de bandit restait le plus probable pour le moment. Il y en avait plusieurs dans les bois qui montaient leur campement. L’homme barbu s’était probablement retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Par contre, son armure scintillante lui faisait croire qu’il devait faire partie d’une armée assez riche ou influente.

Bordel… Eliwendë le regardait en haussant des sourcils. Elle essayait de son mieux de tout comprendre, mais ce mot la rendait vraiment mal à l’aise. Elle ne comprenait pas pourquoi il amenait un bordel dans cette situation. Il n’y avait pas de bordel dans les parages et elle n’allait certainement pas lui en montrer un. Elle devait très certainement avoir mal compris et ce n’était toujours pas le moment de lui demander de répéter. Ses émotions étaient telles des montagnes russes. Pendant quelques secondes, il était prêt à l’attaquer avec son épée et peu de temps après celui-ci s’inclinait légèrement devant elle. Elle imita son comportement pour imiter le signe de respect qu’il lui témoignait. Elle avait appris qu’il valait mieux imiter les présentations que de ne rien faire du tout.

Elle lui fit un signe de tête approbateur lorsqu’il demanda s’il pouvait réduire son nom. Elle n’y voyait aucun problème, le pauvre allait massacrer son nom s’il essayait de le dire une fois de plus, elle le sentait. Au moins, il aurait essayé. Par contre, son nom a lui, elle était presque certaine de n’y avoir rien compri. Black, Wall. Son prénom était probablement Black. Cela avait du sens vu la tête qu’il avait. Avec sa longue barbe et ses cheveux noirs, c’était bien naturel de porter le nom de Black. Elle fit un autre signe approbateur à la suite des présentations. Lorsqu’il frappa son armure, elle le regarda en plissant des yeux et en tournant sa tête sur le côté … cela semblait comme un autre signe de salutation qu’elle préféra ne pas imiter, cela ressemblait à un comportement masculin que de se frapper le torse ainsi.

Encore une fois, avec tous les nouveaux mots qu’elle entendait, elle se concentra seulement sur les grandes lignes de la conversation. Par exemple, le mot Templier le fit frémir. Elle n’était pas bien certaine si Black était un Templier ou s’il avait des Templiers à ses trousses. Elle devait continuer à rester calme. Il n’avait aucune manière de savoir qu’elle était une mage, sauf si elle paniquait et lui jetait du feu au visage. Si elle gardait son calme, il n’y verrait que du feu. Lorsqu’il grimaça encore une fois, elle voulut s’avancer vers lui, mais elle se retenu dans son élan… Sauf lorsqu’il s’accouda à un arbre à cause de la douleur. Black pu sentir son droit être soulevé et déposer sur les épaules de l’elfe, de manière à ce qu’elle puisse lui servir d’appuie pour sa cheville mal en point.

- Vous n’irez pas loin seul.

Elle le força à avancer dans une direction. Il n’avait aucun moyen de savoir que c'était la bonne direction, mais il devait la suivre. S’il décidait de marcher seul, elle le laisserait faire, mais s’il avait besoin d’aide, elle allait l’aider, même s’il devait peser le double de son poids. Elle se mettait en danger en étant aussi proche d’un inconnu. D’ailleurs, un inconnu aurait bien pu le laisser à son sort en entendant le mot rebelles et Templier, mais elle l’aidait à avancer en se mettant peut-être elle-même en danger. Snow passa devant eux en frôlant Blackwall. Le loup semblait savoir par où il se dirigeait, autant que la jeune elfe à ses côtés. En étant aussi proche d’elle, une seconde fois, il pu remarqué que ses oreilles n’étaient pas aussi longue que celle des autres elfes.

Après avoir marché quelques minutes dans la forêt, Snow s’arrêta de marcher et se retourna à moitié pour regarder derrière eux. Son regard avait changé de lorsqu’il avait regardé Blackwall de son perchoir. Ses yeux jaunes brillaient d’un reflet menaçant. Il retroussa les babines et commença à grogner en revenant sur ses pas. Il pu sentir qu'Eliwendë le traînait un peu plus en le pressant. Elle marchait plus vite et sa respiration commençait à s’accélérer.

- Êtes-vous capable courir Black ?

C’était une manière comme une autre de lui dire qu’il était en danger, s’il n’avait pas déjà compris lorsque le loup avait fait demi-tour pour se rapprocher de sa maîtresse avec son air menaçant. Elle n’avait jamais ordonné à son loup de venir la protéger et pourtant il l’avait fait naturellement. Il avait de la chance d’être tombé sur elle en premier.



Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Sam 5 Mai - 9:53
Blackwall voulu rassembler tout les fragments de détermination qui était à sa disposition. Il ne connaissait rien à cette forêt, mais il devait le faire. Accoudé à l'arbre, il observa l'écorce mouillée pendant un court instant. L'aspect rugueux des veines de bois solides ne lui donnait aucune solution, mais il avait besoin de reprendre ses esprits en se concentrant sur quelque chose autre que la douleur. La petite elfe, aussi grande qu'une adolescente, se mis à son côté, prit son bras et le déposa sur ses épaules. Elle voulait l'aider. Il avait failli tuer son loup, et elle voulait l'aider. Il avait bien mis en valeur le danger qui pesait sur sa tête et elle voulait l'aider. Certaines personnes étaient bien trop gentilles, l'idée de sauver un homme comme lui était étrange. Un nom en lettres de feu brûlait dans son esprit. Blackwall.

Remerciant l'Elfe d'un regard, il continua à avancer le plus vite qu'il pouvait. Son bras se raccrochais aux épaules d'Eliwendë, des épaules presques aussi musclées que les siennes par le maniement de l'arc. Il était étrange de sentir ça de la part d'une femme d'une tête plus petite que lui. Blackwall avançait sans grand but, faisant confiance à Eliwendë pour la direction. Il choisit de ne pas l'examiner autant que ça. Il se doutait que l'apparition d'un homme barbu, sale et blessé, la reluquant pourrait faire fuir la jeune femme. Il n'avait vraiment pas besoin de ça. Le bras d'Eliwendë serrait le sien, afin qu'il ne tombe pas. Il le sentait à travers la fabrique molle de son armure, des doigts fermes, longs et fins.

Les arbres couvraient toujours la ligne d'horizon, un enfer paradisiaque de feuilles vertes et de ronces aux épines acérées. Blackwall gardait toujours à l'esprit la disposition de l'environnement. Vers l'est, une haute falaise bordait le plateau où ils étaient. Une magnifique vue, un paradis éloigné par un seul sentier qui parcourait la falaise. Un dangereux sentier. Le vent s'était levé, et il pointais vers l'est, vers le vide, portant l'odeur de Blackwall et d'Eliwendë sur ses épaules élémentales.

Proche de la falaise, il y avait un lac d'eau glacée, une eau d'un bleu froid et inhospitalier. Le lac ne semblait pas profond, et une large couche de roche le séparait d'une chute dans le vide. Une grotte naturelle, emplie d'eau azure, se dessinais sur le bord opposé. Elle était invisible du bord de la falaise. C'est une tension dans le bras d'Eliwendë, traduite pour Blackwall par un enfoncement des doigts de l'elfe dans la chair de son bras, qui tira l'agent de l'Inquisition en dehors de son observation du terrain. Elle avait accéléré le pas, et lui demandait d'une voix troublée s'il pouvait courir. Ce n'était évidemment pas une option. Il allait finir de se casser la jambe s'il se mettait à courir maintenant.

« Je ne peux pas courir. Et vous non plus. Je ne peux pas laisser les Templiers vous attraper comme ça, ils vous feraient du mal. Non, j'ai une idée. »

Il entraîna l'elfe vers la falaise. Un vent violent se déchaîna quand ils quittèrent la couverture des bois, mais il agrippa Eliwendë par la taille afin de l'empêcher de tomber. S'assurant qu'elle ne courait aucun danger, il la lâcha et commença à détacher les sangles retenant son armure. Son casque était déjà perdu, ça lui gagnerais du temps. Il enleva d'abord le plastron scintillant, frappé du symbole de l'Inquisition. Il pris la plaque de métal orné par le bord, et la jeta de toutes ses forces par dessus la falaise. Il fit de même pour les gantelets, et pour la coiffe de mailles, chacun dans une direction différente. Il ne restait que son gambison trempé de sueur, ainsi que ses bottes de plaques.

« Mon armure comporte mon odeur. J'espère avoir raison, et que les chiens des Templiers  descendront le sentier plutôt que de se diriger vers notre cachette. »


Ne parlant pas de la cachette, il attira Eliwendë vers le lac.

« Merci Eliwen. Vous m'avez sauvé. Je serais un homme mort à présent si vous n’aviez pas été là.  Merci. »

Il pris la main de l'Elfe, l'agrippant d'une grande main pleines de cals.

« Je vous dois quelque chose, Eliwen. Pour m'avoir sauvé, et pour ça. »

Il agrippa sa main, et son bras fermement, et sauta dans le lac, entraînant Eliwen dans l'eau glacé.

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Sam 5 Mai - 12:28

En fourrure et en barbe



Lorsqu’il évoqua de nouveau les Templiers, l’esprit d’Eliwendë déconnecta légèrement de la réalité. La première fois, elle l’avait bien entendu, mais puisqu’elle était certaine d’être seule dans les bois avec le soldat, elle n’y avait pas vraiment prêté attention, mais maintenant qu’elle était convaincue qu’il y avait bien des gens à leur recherche, cette réalité devenait de plus en plus présente dans sa tête. La dernière chose au monde qu’elle voulait pour le moment, c’est bien de tomber nez à nez avec un Templier … son coeur commença à s’accélérer et elle pressait encore plus le pas, traînant le soldat bien malgré lui. Sauf qu’elle ne dirigeait plus le bal, il avait décidé de l’amener dans une autre direction et elle était tellement prise dans ses pensées qu’elle n’essayait même pas de corriger le tir.

Elle reprit ses esprits lorsque le vent la frappa de plein fouet. Elle fit légèrement le saut et agrippa après le soldat sans vraiment s’en rendre compte, mais elle senti bien sa main se saisir de sa taille. Elle eut un frisson qui lui remonta le long de la colonne et ravala le surplus d’émotion qu’elle ressentait dans son ventre. C’était la situation et non le contact physique, elle essayait de se convaincre de ça pour le moment. Elle se secoua la tête pour reprendre ses esprits et se recula légèrement de lui pour éviter qu’il soit capable d’atteindre sa taille de nouveau. Bien qu’il n’avait voulu que lui porter assistance dans sa perte d’équilibre, Eliwendë avait une crainte lorsqu’un humain essayait de poser la main sur elle, heureusement pour le moment, ce comportement passait complètement inaperçue.

Elle le regarda commencer à enlever son armure en tournant la tête légèrement sur le côté. Elle observait chaque mouvement qu’il faisait et aussi chaque lancer d’équipement. Elle suivait tout du regard, puis retournait son regard vers lui qui continuait de se dénuder de son armure. Elle comprenait le principe de vouloir masquer son odeur ou bien du moins vouloir la tromper, elle acquiesça du regard, cela pourrait leur donner une bonne longueur d’avance vu la lenteur du soldat. Son loup était sur ses gardes et grognait en rodant autour d’eux, faisant volte face à chaque bruit provenant de la forêt, Eliwendë regarda aussi … ils se rapprochaient … Les Templiers. Elle eut l’impression d’avoir une grande affiche en bois autour du cou avec comme ornement le mot «Apostat».

Elle fut tirée de ses pensées encore une fois par le soldat qui l’amena dans une autre direction, au moins un des deux restaient concentrés sur la situation. Il avait parlé d’une cachette, mais elle n’avait aucune idée d’où ils pourraient en trouver une ici. De toute façon, c’était trop risqué, les Templiers étaient bien trop proches d’eux, le poil de Snow étant complètement dressé. Lorsqu’il lui pris la main, elle regarda leur deux mains liées ensemble et elle remonta ensuite son regard vers lui. Elle avait de grands yeux questionneurs, elle trouvait qu’il la touchait beaucoup depuis quelques minutes et s’il continuait de cette manière, elle allait commencé à croire qu’il profitait de la situation.

- Vous me remercierez pl-

Elle aurait voulu crier et hurler lorsqu’il referma sa poigne contre son bras et les élança tous les deux dans l’étendue d’eau. Bien sûr qu’elle avait remarqué l’étendue d’eau depuis un bon moment, mais jamais, au grand jamais, elle n’aurait pensé qu’il allait faire une chose pareille. Elle aurait voulu hurler de toutes ses forces, mais elle avait le souffle court et aucun son ne sorti de sa gorge. C’était mieux ainsi, sinon les Templiers l’auraient entendus à des milles à la ronde. Lorsque le liquide frappa ses vêtements ainsi que sa peau, elle eut l’impression que celui-ci brûlait, mais en fait, il était glacé. Elle se retrouva la tête sous l’eau quelques secondes, mais ce fut assez pour la désorienter complètement. Elle se débattait tellement que le soldat n’avait eu d’autres choix que de la lâcher une fois dans l’eau. Il ne pouvait pas savoir qu’elle ne savait pas nager.

Elle avait fermé les yeux pour éviter d’avoir de l’eau dans les yeux et sous la panique, elle avait avalé une bonne quantité d’eau. S'agitant comme une vrai anguille, elle essayait de ramener sa tête hors de l’eau pour être capable de prendre de grandes respirations, mais la peur l'envahissait complètement. Elle avait l’impression que l’eau la ramenait toujours vers le fond, peu important comment elle agitait ses membres. Elle toussait et crachait de l’eau à chaque fois qu’elle arrivait à sortir son petit menton de l’eau. Elle ne pensait plus au soldat ou même au Templier, mais bien à l’enfer liquide qu’elle avait autour d’elle … Elle allait mourir noyer. Elle ne savait même pas par où elle essayait de se diriger jusqu’à ce qu’elle sente une forte poigne s’accrocher à elle. Une poigne assez puissante pour lui garder la tête hors de l’eau. Elle toussait et continuait de se débattre et elle le ferait jusqu’à être sorti de l’eau, assez pour être capable de marcher par elle-même.

Pour le moment, elle ne sentait pas encore le froid, mais une fois sorti de l’eau, elle se retrouva épuisée soudainement. La tension venait de tomber pour elle et elle se permettait de souffler un peu et de cracher aussi. Elle avait avalé beaucoup d’eau sous la panique. Cela devait lui sembler complètement ridicule qu’une elfe ne sache pas nager … mais c’était également très humiliant d’avoir autant paniqué dans l’eau. Ils avaient eu de la chance qu’elle est tellement avalée d’eau qu’elle ne s’était pas mise à crier. S’enfonçant dans la grotte avec Blackwall, elle continuait de tousser et d’essuyer son visage. On ne les retrouveraient pas ici. Elle ramena ses bras vers son corps pour se frotter les avants bras … avec ses vêtements mouillés et le vent froid de la nuit qui se levait, elle allait gelée. Elle n’avait pas l’habitude de température aussi froide, encore moins de prendre un bain de glace. Elle commença à claquer des dents en regardant le soldat. Elle gelait déjà sur place. Elle se débarrassa de ses bottes trempés, enleva sa veste de fourrure et détacha son équipement qui retenait son épée et son arc dans son dos. Il ne lui restait que son pantalon et qu’une petite chemise.



Cullen Rutherford
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 209
Sam 5 Mai - 12:42

En fourrure et en barbe




Peut être que sauter sans préparation dans un lac d'eau glacé n'était pas une si bonne idée. Dans le court laps de temps, il put voir la pure expression de terreur sur le visage d'Eliwendë. Il n'aimait pas ça, mais ils n'avaient plus le temps. C'était soit sauter, soit mourir, et expliquer ne leur auraient fait pas de bien. La douleur de l'immersion dans l'eau glacé, suivit par le choc de ses pieds s'enfonçant dans la vase coupa courts à ces pensées. Pendant quelques secondes, il n'y avait que le froid, l'immobilité et une torpeur se diffusant dans tous ses membres. Il n'y avait qu'une chose perturbant le calme mortel : Eliwendë se tortillait dans l'eau comme un mabari dans un bain ! Elle ne savait pas nager ? Bordel, bordel, bordel ! Une soudaine culpabilité pesa sur l'esprit de Blackwall, mais il n'avait pas de temps. Le lac n'était pas si profond, sa tête était en dehors de l'emprise glaciale de l'onde. Il devait d'abord se repérer, la grotte était leur seule chance de se cacher des Templiers, mais Eliwendë faisait un de ces boucan ! Il se rapprocha d'elle d'une impulsion de sa jambe sur la vase, et tenta de l'agripper. Elle était toujours aussi paniquée, aveugle au monde qui l'entourait. L'Agent de l'Inquisition fit ce qu'il pu pour tenter de l'attraper afin de la tirer vers la grotte, au prix de plusieurs coup de pied dans les côtes et même d'un coup de poing à la machoire. L'Elfe semblait si paniquée qu'elle tapait des ennemis invisibles. Comme si ça allait la sauver !
Blackwall sécurisa une prise sur l'Elfe, il l'encercla d'une bras musclé pour la tirer vers l'entrée de la grotte tout en essayant de lui dire qu'elle devait se calmer.

« Doucement, je suis là, tout va bien. On va y arriver, allez ! Voilà la grotte. Tu vas survivre. »

Bordel, qu'il était content d'arriver à un endroit sûr ! Sa jambe gauche le tiraillais, elle n'avais pas aimé plonger dans un bain d'eau glacé. Il hissa Eliwendë d'un mouvement de pivot, la mettant à l'abri dans la grotte. Il devait ensuite se mettre hors de l'eau. Ses membres engourdis ne lui menait pas une vie facile, et il dût se prendre à plusieurs fois avant de se hisser sur le sol rocheux de la petite alcôve.
Car ce n'était que ça, une alcôve plutôt qu'une grotte. Un petit espace renfermé, on pouvait à peine se tenir debout dedans si l'ont faisait la taille d'Eliwendë, encore moins pour Blackwall. Exténué après l'effort d'entrer dans la petite grotte, il s'écroula par terre dans un bruit mouillé. Il faisait très froid soudainement, et la pierre n'aidait pas à garder la chaleur. Il se passa la main dans ses cheveux mouillé, et dit d'une voix fatigué :
« Eh bien, eh bien. Ca aurait put encore moins bien se passer, non ? Vous allez bien j'espère ? J'imagine que l'eau n'est pas votre élément. »


Il s'accouda contre un mur.

« Ca n'a jamais été vraiment le mien non plus, tiens. Au moins, on est à l'abri de ces foutus rebelles. Ca valait le coup de se tremper un peu hein ? Même si j'imagine que lorsque la nuit tombera,on aura un peu froid. »

Il commença à dénouer les lacets de ses bottes afin d'examiner sa jambe. Il releva la manche trempée de son pantalon pour révéler un joli petit hématome bleuté. Blackwall espéra que l'elfidée trempée qu'il avait dans sa sacoche suffirait pour tenter de préparer quelque chose. En parlant de sa sacoche, il avait quelque chose qui pourrait au moins aider à le réchauffer. Fouillant un peu, il en sortit son outre de vin. L'eau n'avait fait que la mouiller, n'abîmant pas le précieux nectar à l'intérieur ! Il la porta a sa bouche, buvant une longue gorgée salvatrice. Après avoir bu, il sortit les elfidées et commença à préparer un cataplasme. Il regarda Eliwendë.

«Vous voulez un peu de vin pour vous réchauffer ? Ca fait pas de mal.»

Il continua son affaire.


Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Sam 5 Mai - 12:43

En fourrure et en barbe



Elle se laissa tomber au sol pour être en position assise. Le froid la faisait trembler et elle essayait de se réchauffer en faisant des mouvements circulaires avec ses mains sur ses épaules. Elle évitait clairement le regard du soldat pour le moment. Elle l’écoutait d’une oreille attentive, mais elle ne relevait pas les yeux du sol. Il y avait un grand sentiment de honte qui ne faisait que grossir en elle quand à la situation qui venait juste de se produire. Il avait bien raison sur une chose, l’eau n’était pas du tout son élément. Elle l’avait toujours détesté en fait. Elle avait plus d’affinité avec le feu … un feu ravageur et incontrôlable. Elle avala difficilement et regarda son reflet dans l’eau juste en dessous d’elle. Elle ne croisait pas souvent son propre reflet, surement à cause qu’elle évitait les grandes étendues d’eau la plupart du temps. Eliwendë avait un petit air inoffensif en permanence accrochée au visage avec de beaux grands yeux curieux et un sourire qui n’attendait que la moindre petite occasion pour se pointer le bout du nez. Elle eut envie de sauter dans l’eau pour faire disparaître ce reflet trompeur.

Elle tourna le visage pour regarder le soldat commencer à retirer sa botte. Elle se souvenue soudainement que son compagnon était blessé ! Quelle égoïste elle faisait à rester dans son coin et d’observer son propre reflet dans le lac glacé. De plus, il venait de la sauver de la noyade, même si à la base il en aurait été le responsable, mais il ne pouvait pas savoir qu’une Dalatienne allait se noyer, elle qui vivait dans la forêt depuis la naissance. Eliwendë se passa une main dans les cheveux pour les ramener vers l’arrière et dégager son visage, mais surtout son champs de vision. Elle s’approcha de lui, de manière à avoir une bonne vue de sa cheville. Elle approcha légèrement son visage en penchant son visage sur le côté en fixant sa blessure. C’était assez vilain pour avoir besoin de soin. Elle pourrait le soigner… il ne suffirait que d’un peu de concentration … mais elle ne pouvait pas. Elle s’était promis. Il n’allait pas mourir de ça.

Elle le fixa avec curiosité en le voyant boire, elle se doutait que ce n’était pas de l’eau. Lorsqu’il lui en proposa elle tendue la main pour attraper l’outre à vin. Elle la sentit avant de prendre une gorgée, très brève. Elle éloigna le breuvage de ses lèvres très rapidement en toussant et en amenant une main à sa gorge. Elle n’avait jamais goûté à ce genre d’alcool et vu son étonnement et son dégoût, elle ne semblait pas du tout apprécier le petit cadeau de Blackwall. Elle lui rendit son breuvage assez rapidement, comme si le fait de le garder dans ses mains rendaient le goût encore plus atroce, mais après quelques secondes, son visage changea en étonnement en regardant le soldat.

- Je sens.

Elle parlait de l’effet réchauffant de l’alcool. Elle avait un sourire un peu niais sur le visage sous la découverte. Bien que le goût est difficilement passé. Elle se rappellerait de se tenir loin de ce genre de breuvage humain.

- Laissez moi aider.

Elle voulut agripper son cataplasme pour le préparer par elle-même. Les Dalatiens savaient s’y prendre dans ce genre de choses et vu sa très bonne connaissance des sorts curatifs, cela n’avait pas de secret pour elle. Tout en continuant de faire la préparation, elle relevait quelques fois les yeux sur Blackwall pour le regarder.

- Je suis désolée pour eau … je vous est encore blessé.

Elle se souvenait l’avoir frappée … à plusieurs reprises, bien que sur le moment, elle n’en avait cure et le frapperait surement encore s’il recommençait son manège de vouloir faire une baignade. Pourtant, elle aurait bien besoin de retourner dans le lac un jour, si elle voulait sortir de là, elle n’aurait pas le choix.

- Je suis tombée dans eau lorsque j’étais enfant. Je n’ai jamais retourné ensuite.

Tomber était plutôt pousser, mais elle allait épargner à l’homme des détails dont elle-même n’avait vraiment pas envie de discuter pour le moment. Ils étaient deux inconnues qui partageaient maintenant une très petite alcôve, le moment n’était pas propice aux grandes conversations et confidences. De toute façon, elle n’en avait jamais parlé à personne. Elle remit ses yeux sur sa cheville pour commencer à appliquer son cataplasme, ce n’était pas la première fois qu’elle faisait quelque chose du genre. Elle replaça ses cheveux pour les mettre derrière ses petites oreilles d’elfe, en fait c'était plus des oreilles humains avec des petits bouts pointus quand on portait attention. Elle travaillait mieux lorsqu’ils arrêtaient de toujours tomber devant ses yeux.



Contenu sponsorisé

[FINI] En fourrure et en barbe. {PV Eliwendë}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» CASUS BELLI c'EST FINI ?
» Anegdote avec vos nabz..... On n'a pas fini d'en rire :-D
» Capture Bouftou Royal [Fini]
» [Discussion] Quant à l'Aîné Longue-Barbe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Rps abandonnés-
Sauter vers: