en haut du forum
en bas du forum



[FINI] Keep your heart strong [PV Cullen]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
avatar
Recrue
- Inquisition -
Messages : 330
Ven 4 Mai - 0:35

Keep your heart strong


L’ambiance n’était plus à la fête comme lorsqu’elle avait quitté son clan. Elle n’avait plus le même entrain de partir découvrir le monde. Tout était bien plus compliqué qu’elle ne se l’était imaginé. Le monde n’était rien de ce à quoi elle avait rêvé. Un monde sale et puant, voilà ce qu’il était. Sans papillon et rayon de soleil. Il était plutôt froid comme le métal d’une épée, transperçant ceux qui croyaient s’en sortir. Le problème c’est qu’elle n’avait rien pour se défendre, elle encaissait les coups du destin et se relevait ensuite, mais aujourd’hui se relever semblait une tâche bien plus pénible que la première fois. Le froid là transperçait et figeait de plus en plus son corps. Ce n’était pas la première fois qu’elle affrontait la pluie dans sa vie, mais c’était bien la première fois qu’elle voyait autant de jours de pluie et qu’elle ne possédait rien pour s’abriter. C’était impossible de voyager avec des routes dans un état pareil. De vraies rivières de boue, coulant d’un côté comme de l’autre.

Les chemins en forêt n’étaient pas mieux, les rochers glissaient et le sol était tellement humide que la plupart des endroits devenaient de petits lacs. Elle poussa un soupir en enlevant sa botte pour y faire sortir l’eau qui s’y était accumulé dans la dernière heure. Snow lui avait trouvé une jolie grotte, la parfaite crevasse pour une personne et demi, donc forcément, ses jambes se retrouvaient à l’extérieur. Snow prenait toute la place et elle n’avait pas le courage de lui dire de s’écarter … c’est elle qui l’avait embarqué dans tout ce merdier. Elle ne l’avait pas forcé à suivre, mais il irait à l’autre bout du monde juste pour être avec elle. Elle observa sa botte et la semelle commençait à se décoller, alors l’eau entrait comme si elle était la bienvenue.

Elle la remit, juste pour la forme, car elle ne servait littéralement à rien. Elle devrait les jeter, mais elle aurait encore l’air plus perdue en débarquant dans la prochaine ville si elle commençait à jeter des parties de ses vêtements. Elle ne voulait pas avoir l’air d’une mendiante, mais un peu d’argent l’aiderait vraiment … Elle gagnerait au moins en estime devant les autres. La petite elfe pauvre. Elle grinça un peu des dents et ferma les yeux pour voir si dans quelques heures la pluie allait cesser. Elle crevait de faim, mais elle n’arrivait pas à chasser dans des conditions pareil. Si par miracle, la pluie cessait enfin, elle aurait peut-être plus de chance que les derniers jours. Ce ne pouvait être qu’un mauvais moment à passer. Des rêves ne peuvent pas être détruit si facilement non ?

Peut-être bien que si. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle pouvait à peine sentir ses jambes tellement celles-ci étaient gelées. Elle commença à claquer des dents et à se frotter les avant-bras pour un peu de chaleur. Elle devait vraiment réagir et faire quelque chose sinon elle ne ferait pas de vieux os. Elle devait manger, elle aurait plus de force et de courage avec un ventre plein. Elle sortit de sa cachette et marcha en rond pour se réchauffer, mais elle remarqua simplement que sa démarche était irrégulière à cause de ses foutues jambes. La nuit commençait à tomber et la température avait chuté. Snow lui lança un grognement, il mourait de faim lui aussi et il allait commencé à devenir désagréable et agressif … on ne change pas une bête sauvage.

Elle rejoignit la route rapidement, elle allait peut-être apercevoir quelqu’un qui aurait des miettes de pain à partager. Elle n’avait jamais autant recherché d’autres personnes, qui que ce soit. Elfe, nain, humain, elle ne ferait pas sa difficile, tant qu’il y avait de la nourriture … Quand elle vue de la lumière au loin, elle s’en rapprocha doucement. La noirceur enveloppait déjà le monde. Cela l’aidait grandement à passer inaperçue dans les arbustes et feuillages. C’était un groupe, elle comptait combien ils étaient, elle ne voulait pas mauvaise surprise. Elle regarda aussi le drapeau … mais il ne lui disait rien. En fait, ce qui captait le plus son attention, c’était bien la nourriture que les soldats mangeaient. Elle en bavait rien que d’y penser. Si elle n’avait pas eu aussi faim, elle aurait fait bien plus attention à comment elle avait approché le campement. On l’attrapa par derrière pour l’immobiliser. Elle avait sentit de ferme poigne et même si elle avait tenté de se débattre sur le coup, il n’y avait rien à faire, elle n’avait plus assez de force pour se défendre dignement. Elle lança un cri de surprise qui fendit le silence de la nuit.

Snow lançait des grognements à faire pâlir un pauvre fermier. Il retroussait les babines et se léchait le nez. Il n’attendait que le commandement et il sauterait à la gorge du premier qu’il voyait. Un soldat, un peu surpris, sorti son épée, pour l’attaquer et le tuer avant qu’il ne se rend au campement et blesse quelqu’un, mais Eliwendë hurla ;

- Ne faites pas de mal, je vous supplie, il pas dangereux, c’est mon chien !

Elle ne l’avait pas appelé son loup, car elle savait que cette connotation effrayait les humains, mais qu’ils préféraient de loin vivre avec des chiens, elle jouait avec les mots pour qu’il n’arrive rien à Snow. Elle ne se pardonnerait jamais qu’il lui arrive quoi que ce soit par sa faute. Bien qu’elle avait peur de ce qui pourrait arriver rendu à ce point, le fait qu’il grogne après eux n'arrangeait rien. Le soldat regarda le ‘’chien’’ un peu perplexe. Il était certain que ce n’était pas un chien.

- Snow, tout va bien, calme toi, Falon.

Il se calma et arrête de montrer les dents … c'était un bon début pour éviter qu’il se fasse trancher la tête. Elle tremblait comme une feuille, bien qu’elle semblait espionné le campement de l’Inquisition … elle faisait une bien piètre espionne. On lui retira son épée ainsi que son arc et on l’amena vers une tente dans le campement. Elle ne savait pas ce qui se passait, ou ce qui allait lui arriver, mais elle avait le maigre réconfort de se dire que sous la tente, elle échapperait enfin à la pluie … Le réconfort était vraiment maigre, mais elle allait le prendre. Elle se doutait qu’elle venait de se mettre dans un pétrin énorme pour de la nourriture, mais sur le coup elle n’y avait jamais pensé une seule seconde. Elle allait devoir s’expliquer devant quelqu’un et elle n’avait que très peu. Ses oreilles pointues allaient la trahir et on allait la traiter de voleuse.

Lorsqu’elle pénétra dans la tente, on tira sur son capuchon pour mettre son visage à découvert. Snow n’avait pas suivi, il était resté plus loin, Eliwendë lui ayant confirmé que tout allait bien, que c'était des amies, il ne cherchait pas les ennuies, mais il ne dirait pas non à un bon os. La peau d'Eliwendë était bien pâle, trahissant son manque de chaleur par le tremblement de ses lèvres. Elle dégoulinait d’eau, remplissant le sol autour d’elle. Bien que les espions étaient les maîtres du déguisement et de l’hypocrisie, elle n’avait rien d’une espionne, enfin, d’une bonne espionne. Elle pouvait peut-être passer pour une débutante.

Elle aurait mieux fait de rester à Golefalois.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Sam 5 Mai - 23:05




◇ Keep your heart strong ◇





De la pluie. Ce soir-là, les soldats s’affairaient à réparer les dégâts causés par la pluie : infiltrations, réparation des tentes, mise en abris des équipements et armements, confinement de la nourriture et naturellement préparé quelques feux de camps pour réchauffer les agents glacés par le mauvais temps. Golfalois n’était pas loin, le commandant comptait dormir en auberge pour éviter de prendre froid. Mais avant toute chose, il devait terminer ce pour quoi il était venu s’affairer avec ses hommes.

Ce campement était mal géré et il dû intervenir sur certains points pour arranger au mieux les agents qui travaillaient ici. Il donna la tête du camp à un autre de ses hommes de confiance, apprit à mieux gérer le stock de nourriture souvent dérobé par les réfugiés du croisement, changé son emplacement à l’orée de la forêt, et apprendre aux nouvelles têtes à bien défendre l’endroit. On peut dire qu’il n’en était pas peu fier : tout se passait à merveille depuis qu’il avait décidé cela.

Il revenait de l’emprise du lion où il dû régler une affaire avec Doreen et Kaldenis concernant le garde. Et en soit, ce n’était pas une grande réussite. Il préféra faire une petite halte dans le camp pour voir comment cela se passait avant de retourner à l’auberge et rentrer au fort le lendemain. Programme simple et encore, qui était presque habituelle quand il s’absentait. Alors attablé avec le nouveau soldat en charge du camp, il se demandait ce qui l’attendait une fois de retour.

Soudain il entendit du grabuge, des épées dégainées dans un bruit métallique sourd et des grognements d’un loup reconnaissables entre mille. Le soldat s’étonna de la présence de ce genre de canidé dans les environs.







《 - Un loup ? Leur nid est pourtant derrière la rivière près des fermes. 》

Cullen ne répondit pas et regarda dans la direction d’où venait le bruit, en jetant un œil sous la tente qui les recouvrait au moment de leur entrevue. Il n’aperçu pas grand chose, jusqu’au moment où un soldat entra dans la tente en jetant une personne à leurs pieds.







《 - Une elfe a été aperçue rôdant autour du camp. On soupçonne qu’elle soit une espionne venatori venue prendre des informations sur nos positions. 》

A ses mots, il retira la capuche et attrapa le visage de l’elfe pour le montrer à ses supérieurs. Elle avait été désarmé et séparé de son animal de compagnie visiblement. Ce n’était pas étonnant de voir un dalatien accompagné d’un animal de la foret, après tout.

Le chef de camp se leva le premier sous le regard inquisiteur du Commandant qui ne faisait dans un premier temps que de contempler ce qui se passait ici.







《 - Une espionne ? Mais regardez-la ! 》

Il s’agissait d’une jeune elfe, la peau ternie par le froid de la pluie qui s’abattait depuis plusieurs jours dans les environs, et habillée d’une tenue dalatienne si légère que cela ne l’aidait pas à avoir chaud par ce temps. Elle ne devait visiblement pas être une habituée des longs trajets et même ses chaussures étaient dans un piteux état.







《 - Les venatoris ont des espions, mais ceux-ci ne sont certainement pas habillés de parures dalatiennes. 》

Une elfe dalatienne aussi loin de chez elle… Que pouvait-elle bien faire dans les alentours de Golfalois ? Mais alors que l’on assistait à la colère du chef de camp sur son agent, le Commandant s’en lassa rapidement. Si bien qu’en fin de compte il se permit de hausser la voix pour se faire comprendre.







《 - Et dans combien de temps comptez-vous lui offrir hospitalité ? La pauvre est affamée et paralysée par le froid. 》

Il ne savait que trop bien ce qu’étaient que les pluies de Golfalois, lui qui avait grandi dans les environs. Mais alors habillé chaudement, il se doutait qu’elle devait être frigorifiée vu ses tremblements, et qu’elle allait probablement mourir de froid et de faim si elle passait la nuit dehors.







《 -  L’inquisition ne ferme pas la porte aux personnes dans le besoin, vous le savez. 》






《 - Oui, Commandant. 》

Il regarda alors son agent qui s’exécuta immédiatement et sorti de la tente pour aller chercher de quoi la réchauffer. Au passage il libéra la pauvre elfe de son emprise ce qui laissa au commandant  le loisir de lui parler.







《 -  Te voilà bien loin de chez toi. 》

Il observa le contenu de la carte en face de lui, ouverte sur la table. Il ne s’était pas levé, simplement contenté de donner les ordres. Le second, lui, resta tout de même debout à observer cette étrange inconnue. C’est qu’elle était magnifique pour une elfe.

#a52b2b

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Recrue
- Inquisition -
Messages : 330
Dim 6 Mai - 13:15

Keep your heart strong


C’était insultant de se faire empoigner le visage de la sorte. On la forçait à s’exposer et à montrer son visage à des inconnues. Elle savait qu’elle n’était pas la bienvenue, les elfes l’étaient rarement de toute façon. Elle se sentait traiter comme une prisonnière et elle avait bien l’impression qu’elle allait le rester. Le mieux qu’elle pouvait faire pour le moment, c’était de garder ses émotions et ses commentaires pour elle-même. Crier son innocence allait simplement lui attirer encore plus les foudres. On allait lui poser des questions et elle devait se préparer à y répondre. L’honnêteté était surement son meilleur ami dans la situation actuelle … Elle avait l’air paumé et elle se doutait bien qu’elle devait afficher un teint malade aux soldats devant elle. Elle fixa d’abord le chef de camp avant de tourner les yeux vers l’autre homme qui se tenait plus au fond de la tente.

Il ne la fixa des yeux que quelques secondes avant de retourner son regard vers la table devant lui … Il avait probablement vu tout ce qu’il avait à voir … Une elfe. Aurait-elle eut un meilleur accueil sans ses oreilles pointues ? Ses foutus oreilles … bien qu’elle ne possédait pas que des traits des elfes, ceux-ci étaient assez évident pour qu’on la classe tout de suite comme une elfe. Elle ne s’opposait pas à la poigne de l’homme sur son visage, mais son regard trahissait son envie de se déprendre de là. Elle essaya de voir le visage de l’homme qui la tenait prisonnière lorsqu’il prit la parole.

《 - Une elfe a été aperçue rôdant autour du camp. On soupçonne qu’elle soit une espionne venatori venue prendre des informations sur nos positions. 》

Une Vénatori ? Elle n’en avait jamais entendu parler … Ceux-ci semblaient être une grande inquiétude pour les humains. Bien que le nom ne lui inspire pas confiance, elle ne pouvait pas savoir qui était les méchants de l’histoire et avec la chance qu’elle avait ses derniers jours, elle était probablement tombée sur le campement des méchants. Elle n’osait même pas penser à ce qu’il lui ferait s’ils pensaient réellement qu’elle n’était qu’une espionne venue chercher des informations sur leur campement. Ils allaient essayer de la faire parler et elle n’avait aucune information à donner. L’Archiviste avait peut-être bien raison en disant qu’elle n’avait pas sa place dans le monde des humains … mais elle ne l’avait pas non plus dans le monde des elfes. Elle tourna les yeux vers l’avant, lorsque le chef prit par parole.

《 - Une espionne ? Mais regardez-la ! 》
《 - Les venatoris ont des espions, mais ceux-ci ne sont certainement pas habillés de parures dalatiennes. 》


Voilà. Elle était totalement d’accord avec lui. Elle n’était pas une espionne et si elle l’était, elle ne porterait pas de vêtements de la sorte en pleine saison de pluie. En fait, même en étant pas une espionne, elle ne devrait pas porter des vêtements du genre en saison de pluie … Bien qu’elle se trouvait dans une tente et à l’abri de la pluie, ses vêtements mouillés lui collaient à la peau, elle tremblait de plus en plus. Elle se sentait enveloppé dans un glacier qui figeait de plus en plus sur son corps. Elle ne sentait plus ses jambes et ne serait probablement pas capable de se relever d’elle-même. Son corps s’agitait tellement sous les tremblements que même de loin s’était visible. Ses lèvres, d’une teinte bleuté, étaient entre ouverte. Elle ne sentait pas complètement en contrôle sur son propre corps, celui-ci commençait à défaillir de manière alarmante. Elle se doutait bien que même si ceux-ci comprenaient enfin qu’elle n’avait rien d’une espionne, elle n’allait pas recevoir de nouveaux vêtements et une invitation autour du feu, on allait simplement lui demander de partir.

《 -  Et dans combien de temps comptez-vous lui offrir hospitalité ? La pauvre est affamée et paralysée par le froid. 》
《 -  L’inquisition ne ferme pas la porte aux personnes dans le besoin, vous le savez.  》


Elle retourna son regard sur le grand blond dans le fond de la tente. Elle avait mal jugé la situation. Bien qu’elle pensait avoir eu le chef sous les yeux, elle se rendait compte de son erreur. C'était lui qui commandait. Elle pouvait le sentir dans sa voix, il inspirait le respect et imposait qu’on l’écoute. Il ne regardait même pas les soldats autour de lui … Il savait qu’on allait l’écouter. Elle essaya de distinguer chez lui un trait particulier qui pourrait l’aider à mieux cerner les chefs humains la prochaine fois. La seule chose qu’elle trouva de différent était les ornements poilus qu’il avait sur les épaules. C’était peut-être bien une cape en poils ? Elle ne savait pas … elle avait de la difficulté à garder toute sa concentration au même endroit.

Déjà qu’elle semblait rêver … mais il avait bien dit le mot hospitalité ? Il semblait bien être le seul à réaliser son état. Affamée et paralysée. Elle ne sentait même plus la faim … Elle avait tellement peur de mourir pour le moment. Lorsqu’on relâcha son visage, elle ne chercha même pas à le relever, elle fit simplement des mouvements circulaires pour se débarrasser de la douleur qu’avait causé sa poigne solide. Elle était rempli par la peur, elle la sentait dans son ventre. Elle releva les yeux doucement vers le commandant. Il ne la regardait toujours pas … il n’avait pas besoin de voir plus de toute façon, elle avait une mine affreuse.

《 -  Te voilà bien loin de chez toi. »

Pour la première fois, on lui adressait la parole directement. Elle sentait enfin qu’elle avait son mot à dire, bien qu’elle avait très peu d’explication sur son état … et très peu à dire sur sa maison. Elle mit ses mains au sol pour lui servir de ballant et elle se releva en chancelant un peu vers la droite, mais elle tenue debout. Elle ne parlerait pas à un humain en étant à genou au sol. Elle pensa bien à deux fois avant de lui répondre. Elle savait comment les humains pouvaient être capricieux et une invitation pouvait facilement être repris.

- Je m’appelles Eliwendë Katlyz, je vous remercie de hospitalité, mais je n’ai rien pour vous payer.

Elle avait un fort accent lorsqu’elle se mettait à parler la langue universelle des humains. Elle articulait ses mots et mettait un point d’honneur à être claire, mais ce genre d’accent trahissait ses origines. Elle ne venait pas de la ville, mais d’un clan Dalatien. Elle savait que les humains attendaient de l’argent en échange de service et elle préférait être honnête dès le départ, elle n’avait rien à lui donner pour rembourser le service qu’il lui donnait. Elle voulait s’éviter de futurs problèmes … Autant simplement partir si cela le décevait tout de suite. Elle reprit son souffle et poussa d’autres mots à l’extérieur de sa bouche.

- Je vis dans la forêt.

Autant dire autrement, elle n’avait pas de maison, elle n’avait pas de chez elle. Elle avait le dos bien droit devant son interlocuteur et essayait de ne pas trop cligner des yeux. Elle n'avouerait pas qu’elle n’avait pas de chez elle, car se serait lancé un cri à l’aide encore plus fort que celui qu’elle lançait présentement et elle n’avait jamais voulu cette situation. Elle n’avait jamais été le genre de personne à demander quoi que ce soit aux autres, elle avait toujours trouvé le moyen de s’en sortir par elle-même et bien qu’elle allait mourir si elle retournait dans les bois, elle ne l’avouerait jamais devant le commandant. Elle n’avait pas besoin de le faire, il le savait déjà très bien.

Lorsque le soldat revenu avec une couverture pour la lui mettre sur les épaules, elle l’a pris elle-même, ne laissant pas l’homme l’envelopper lui-même. Elle ne cherchait d’aucune manière à être dorloter par le groupe de soldat. Elle l’installa confortablement sur ses épaules et la referma sur elle. Elle ne pu cacher dans son visage un certain réconfort d’enfin sentir quelque chose de chaud se serrer autour d’elle.

- Je vous remercie, Serannas.

Elle retourna de nouveau son regard sur le commandant. Elle n’avait jamais essayé de l’approcher d’une façon ou d’une autre et elle ne cherchait pas à savoir ce qu’il y avait sur la carte, elle le fixait toujours lui et rien d’autre.

- Puis-je savoir votre nom ? Et que signifie l’Inquisition ?

Le dernier mot lui causa quelques problèmes d’articulations, mais la sonorité indiquait clairement ce qu’elle avait essayé de dire.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Dim 6 Mai - 15:30




◇ Keep your heart strong ◇





On lui avait souvent raconté que des réfugiés s’approchaient des campements de trop près et chapardaient la nourriture. Il ne pouvait pas les blâmer, en ces temps de trouble, tout acte était bon à prendre pour espérer survivre. Les agents faisaient de leur mieux pour subvenir à leurs besoins, mais il était difficile de pouvoir gérer chaque personnes et les protéger de ces attaques de mages rebelles et de templiers renégats. Et le pire dans cette histoire, c’était que le restant de l’ordre obéissait à des supérieurs. A ceux qui avaient jurés protéger les gens qui se retrouvaient à faire la guerre à n’importe qui.






《 - Je m’appelles Eliwendë Katlyz et je vous remercie de votre hospitalité, mais je n’ai rien pour vous payer. 》

Le chef de camp, qui la surveillait encore du coin de l’œil alors qu’il était revenu se placer en face du Commandant, releva la tête vers elle quand elle s’exprima enfin.






《 - Nous n’avons pas demandé un quelconque dédommagement, Sera Katlyz. 》

Non en effet : l’inquisition aidait toute personne dans le besoin sans pour autant demander quelque chose en retour. Cela paraissait dérisoire mais ils ne fonctionnaient pas comme cela. De son côté Cullen remarqua son élocution typiquement dalatien, ce qui confirmait bien qu’elle provenait de quelque part en Orlaïs, voir plus à l’ouest dans la forêt de Bréciliane. Quoi qu’il en était et peu importe les directions, elle avait dû faire une sacré trotte à pied.

Toujours assis, le Commandant plaça un pion sur la carte à l’emplacement du croisement et le décala vers l’est en le poussant du bout du doigt. Il observa la situation comparé aux autres emplacements marqués et croisa les bras en se laissant tomber contre le dossier de sa chaise, le regard jonglant entre les différentes positions.






《 - Tu m’expliques où sont les réserves de bois ? 》






《 - Dans les environs du lac plus haut. C’est la réserve la plus proche, mais avec le campement des templiers dans le coin… 》

Les batailles entre mage et templiers faisaient rage au Nord et à l’Ouest, il fallait donc rester vigilent. Sécuriser la réserve de bois était également importante, car les dégâts étaient considérables. Et pour les vivres, il y avait des pillards sur la route de l’est. Comme si ce n’était pas assez difficile avec ces affrontements, il fallait que certains profitent pour fermer la voie à la nourriture.






《 - Et donc d’où viens-tu ? 》

Cette fois il s’adressa à l’elfe qui avait jusqu’à lors complètement contourné sa question. Il mit en premier lieu la faute sur la barrière de la langue qui pouvait ne pas être évidente pour cette espèce aux traditions si particulières.






《 - Je vis dans la forêt. 》

Une explication bien vague soit dite en passant vu le nombre de forêt dans les environs. Mais il ne s’y attarda pas vraiment, elle avait le droit de garder le secret si elle en avait envie, cela ne le regardait pas. Il se doutait juste qu’elle était partie de cette « forêt » pour une très bonne raison qui ne regardait qu’elle.






《 - Ici, il faudra poster un campement provisoire pour veiller à la sécurité du col. De là vous pourrez observer les environs de la vallée et gagner du temps en cas d’attaque sur le croisement. 》






《 - D’accord, nous y veillerons. 》

Le soldat précédemment entré pour amener cette intruse revint avec de quoi la couvrir et, avant qu’il n’eut le temps de la lui poser sur les épaules elle se retourna pour saisir le drap elle-même. Le Commandant regarda cette scène, car initialement il s’était retourné pour voir qui revenait.






《 - Je dois bien admettre, Commandant, que sans l’intervention de la messagère l’inquisition n’aurait pas pu stabiliser l’endroit aussi rapidement. 》

C’était vrai que la messagère y était beaucoup dans cette histoire, elle faisait un travail remarquable. Son regard rejoignit rapidement son interlocuteur quand il s’adressa à nouveau vers lui et ne remarqua pas que l’elfe s’approchait d’eux pour assouvir les questions qui semblaient brûler ses lèvres depuis plusieurs minutes.






《 -  Puis-je savoir votre nom ? Et que signifie l’Inquisition ? 》

Depuis son arrivée, c’était la première fois que le Commandant prenait vraiment le temps d’observer l’elfe. D’une part parce qu’elle s’était approchée de la lumière ambiante que dégageait une chandelle dressée sur le bord de la table, d’une autre parce que le garde qui lui avait amené la couverture s’était subitement rapproché d’eux par réflexe. D’un geste de la main, le Fereldien calma le soldat : De toute manière si elle tentait quoi que ce soit contre lui, il était armé et pas elle.

Dans cette histoire, le plus curieux était qu’elle ne s’adressait qu’à lui. Il ne comprit pas tout de suite pourquoi, et il rapprocha rapidement son statut à la réflexion qu’elle se faisait.






《 - Il est vrai que tu t’es présentée, je me dois de faire de même. 》

Sans plus de cérémonie, il se leva de sa chaise et s’approcha lentement d’elle, mais tout en gardant une distance raisonnable pour ne pas la brusquer. Maintenant qu’il était debout il remarqua la petite taille de la dalatienne, à se demander si elle n’était pas plus jeune qu’elle n’en avait l’air. Mais sans plus s’attarder sur ce genre de détails, il recentra rapidement son attention sur le sujet de base : Sa présentation.






《 - Je me nomme Cullen Rutherford, Commandant des forces armées de l’inquisition. 》

Il voulait éviter les futilités et en règle général, c’était comme cela qu’il se présentait désormais. Mais comme elle ne connaissait pas ce qu’était cette organisation, il allait essayer de rester bref pour faire simple. Si bien qu’il prit quelques secondes pour réfléchir aux termes qu’il allait utiliser.






《 - Pour faire court, il s’agit d’une organisation créée sous les ordres de la divine justinia V dans le but de faire cesser le chaos qui règne entre les mages et les templiers, principalement. Nous oeuvrons pour le bien de Thédas, nous aidons les réfugiés comme nous le pouvons et refermons les brèches ouvertes depuis l’ouverture de la faille dans le ciel. Mais il se trouve que la menace qui plane sur nous est bien plus grande que nous l’espérions. 》

Dans la nuit, la brèche tout juste stabilisée était encore perceptible depuis le croisement. La lumière verte éclairait tout le ciel, dans la nuit pourtant si sombre. Mais l’elfe avait forcément dû la remarquer durant son périple : Dans tout Ferelden on pouvait l’apercevoir, de près ou de loin.






《 - La brèche a fendu le voile et a laissé s’abattre des démons dans tout le pays. Il n’est pas improbable que nous en retrouvions, et si tel est le cas, nous devons les empêcher de nuire. 》

Quel discours idéaliste, et pourtant de nombreux obstacles se dressaient sur leur route. Mais Cullen gardait la tête haute, et même s’ils avaient encore très peu d’alliés, l’inquisition gagnait en influence dans les environs grâce à leurs bienfaits.

Puis il croisa les bras, alors que ses compagnons observaient calmement la scène. Quitte à faire parler d’eux, autant le faire soi-même et à toutes les personnes qui en démontrent un certain intérêt. Ce qui semblait être son cas jusqu’ici.

#a52b2b

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Recrue
- Inquisition -
Messages : 330
Dim 6 Mai - 15:58

Keep your heart strong


Lorsqu’il se leva de sa chaise, les yeux de Eliwendë se levèrent au ciel pour suivre ses yeux du regard. C’est qu’il était grand dans son genre … Elle avait le menton légèrement relevé dans les airs pour être capable de soutenir son regard. Elle jeta un rapide coup d’oeil à l’ensemble de ses habits encore une fois. Elle avait vu beaucoup de gens dans les derniers jours, mais personne qui lui ressemble. Peut-être aimait-il être à part des autres et se démarquer ? C’était tout à son honneur, car cela lui allait très bien. De la lueur ambiante, elle ne voyait qu’une moitié de son visage nettement, le reste était dans l’ombre et accentuait son air grave et sérieux. Avec sa mâchoire carrée, ses cheveux dorés, proprement coiffé de manière à les repousser vers l’arrière, ainsi que de jolies lèvres, elle remarquait chez lui une importance sur son physique et sur l’image qu’il lançait de lui. Eliwendë pouvait le placer dans la fleur de l’âge pour les humains, vu l’absence de couleur grise sur son visage ainsi que ses cheveux. Elle fixa pendant plusieurs secondes la cicatrice qu’il avait à la lèvre avant de remonter son regard pour soutenir le sien juste avant qu’il ne fasse de présentation officielle.

Elle avait remarqué la distance qu’il avait laissée entre eux et elle ne pouvait que le remercier de ce respect. Bien qu’elle avait compris qu’elle n’était plus en danger dans ce campement, elle gardait une certaine crainte vis-à-vis des autres êtres vivants autour d’elle. Si cet homme lui voulait du mal et qu’il lui mentait depuis le début et qu’il s’avançait subitement pour l'empoigner par le cou, elle n’avait que trop peur de ce qu’elle serait capable de lui faire … Elle imaginait le campement, pris par les flammes, avec les cris de ses innocentes victimes. L’ombre d’une seconde, la peur avait envahie ses yeux, mais pas son visage. Ce fut très bref et elle doutait que le commandant y avait vu quelque chose, avec le peu d’éclairage dans la tente. Elle se ravisa rapidement, pour éviter que ce genre de réaction trahisse encore ses yeux. Elle devait arrêter d’y penser. Si elle n’y pensait plus, il y avait bien moins de chance qu’un accident du genre se produise.

Elle inclina la tête et une partie de ses épaules suite à sa présentation. Ce genre de comportement n’était pas habituelle chez les Dalatiens, ils ne saluaient pas les humains de cette façon, de plus son visage ne portait aucun Vallaslin, typique des Dalatiens. Soit elle n’avait jamais vécu avec un clan ou bien elle était parti ou s’était fait exiler. Bien qu’elle ne semblait pas représenter un danger, ce genre de détails sortaient de l'ordinaire, mais l’heure n’était pas au examination physique, bien qu’Eliwendë ne décrochait pas les yeux du commandant. Elle lui avait témoigné une forme de respect humain pour lui prouver ses bonnes intentions, mais aussi parce qu’elle n’aurait plus jamais sa place avec les elfes et qu’elle essayait de la trouver parmis les humains.

- Cu-Cullen Ru-the-for.

Elle avait marmonné les mots, en essayant de le prononcer du mieux qu’elle le pouvait. Bien qu’elle soit d’une grande débrouillardise pour la langue qui n’était pas la sienne, apprendre de nouveaux mots demandait toujours certains tests et essaies. Elle ne l’avait pas dit assez fort pour que toute la pièce puisse l’entendre, mais probablement assez fort pour que le commandant l’entende massacrer légèrement son nom avec son accent. Au moins, il pouvait comprendre que ce n’était pas dans le but de se moquer, mais bien de le maîtriser.

Malgré tous ses efforts et sa concentration, ce n’était pas le bon soir pour essayer de comprendre autant de mots à la fois. La sang mêlée crevait de faim et tremblait comme une feuille sous l’immense couverture. Elle n’avait que très peu de sommeil dans le corps et peu de force à donner pour se lancer dans la compréhension de problème politique humaine, mais à voir l’air grave que Cullen abordait sur son visage, elle comprenait qu’il parlait de choses très sérieuses et graves, alors elle essaya d’utiliser ses derniers efforts pour en comprendre chaque mots. En isolant les mots plus courant, elle compris l’essentiel. L’inquisition aidait les plus démunis. L’inquisition combattait les démons. Elle ne pu cacher la peur dans ses yeux lorsqu’il évoqua la présence de démons.

Elle eu l’impression que son estomac se retourna à l’envers juste à l’évocation qu’elle pourrait un jour tomber sur un démon. Elle cligna plusieurs fois des yeux pour se sortir ses images là de la tête et se servi du visage de Cullen pour se concentrer sur autre chose de plus charmant que la vision d’un démon qui hante ses nuits. Elle en avait des sueurs froides jusque dans le dos, mais elle était partie de chez elle pour ce genre de raison. Elle ne pouvait pas tolérer que les elfes restent dans leur coin alors que le monde courrait à sa perte. Elle voulait aider, c’était peut-être de cette manière qu’elle se sentirait finalement bien dans sa peau et dans son esprit.

- Je veux vous aider Commandant Cu-len  Ru-te-fort.

Elle quitta finalement des yeux le commandant pour regarder la carte derrière lui. Elle fit quelques pas chambranlant vers la carte. Sa démarche était faible et très peu droite. Ses genoux avaient de la difficulté à soutenir son poids et on aurait dit qu’elle allait tomber à chaque pas qu’elle entreprenait. Elle passa juste à côté de Cullen pour se rendre à la carte, lui faisant ensuite dos. Il aurait pu facilement la tuer, mais elle semblait lui accorder une certaine confiance, assez pour lui tourner le dos. On distinguait à peine sa silhouette sous la couverture qu’elle avait sur les épaules, mais il pouvait être convaincu que les soldats l’avaient fouillés et dépouillés de toutes formes d’armes qu’elle avait pu posséder avant d’entrer dans la tente. Une fois tout près de la table, elle s’appuya dessus pour éviter de s’écrouler au sol.

Elle balaya des yeux la carte de droite à gauche en passant son doigt délicatement dessus. Elle ne touchait à absolument rien qui était déjà présent sur la carte. Son doigt s’arrêta sur la rivière qui traversait du sud au nord la carte devant elle. Elle descendit son doigt vers le Nord et le dirigea vers l’Est jusqu’à pointer le campement où il était présentement. Bien que les Dalatiens n’utilisaient pas de carte de la sorte, elle venait de se repérer sur la carte sans demander de l’aide. Le commandant pouvait bien se demander ce qu’elle faisait sur sa carte, mais s’il était patient, il serait récompensé.

- Juste ici.

Elle leva les yeux pour regarder ceux du commandant pour capter son attention avant de les reposer sur la carte. Elle pointait un emplacement plus au Sud de leur campement.

- Il y avait des …

Elle pointa son torse, elle pensait au mot en même temps. Il était clair que son jugement et sa rapidité d'exécution était affecté par son état. Elle était si blanche qu’elle pourrait s’évanouir à tout moment sous la faim.

- Des armures, des Templiers. Avec épée sur le torse. Il bloque cette route.

Ce campement n’avait pas été identifier par leurs éclaireurs, il était assez récent à vrai dire, mais Eliwendë tournait en rond dans le coin depuis plusieurs jours en essayant de se trouver de la nourriture et un logis, alors elle avait dû éviter ce genre de campement et ainsi retenir leur emplacement et déplacement. Cela revenait vitale pour sa survie des derniers mois. Elle fit descendre son doigt plus au Sud cette fois-ci.

- Des bandits se cachent ici, en bordure de route. Ils attaquent villageois qui essaient de rejoindre village.

Lorsqu’elle parlait du village, elle parlait du croisement. Elle bougea légèrement son doigt vers la droite.

- Mais ici, il y a chemin pour contourner et arriver dans leur dos.

Elle avait de la ressource pour une petite Dalatienne qui se promenait dans les parages. Pendant qu’elle discutait du mieux qu’elle le pouvait et leur montrait des emplacements sur la carte de ses dernières observations des environ, elle était de dos à l’entrée de la tente. Elle ne tenait même plus la couverture complètement fermée sur elle, elle était beaucoup plus concentrée à s’orienter sur la carte avec grâce pour une petite inconnue. Elle était si bien concentrée qu’elle n’entendit pas Snow qui s’approchait de la tente pour y pénétrer. Bien que le commandant lui avait accordé l’hospitalité quelques minutes plus tôt, donc à son compagnon aussi, personne n’était à l’aise avec le fait qu’un loup rôde autour de leur campement, encore moins qu’il s’invite dans une de leur tente. Lorsqu’il pénétra, comme s’il était chez lui, le soldat qui avait capturé la jeune Dalatien sorti son épée de son fourreau. À ce bruit, Eliwendë se retourna pour regarder ce qui se passait, le mouvement circulaire lui fit presque perdre l’équilibre contre Cullen, mais par miracle sa jambe tenue bon juste avant l’impact contre l’armure du commandant.

Snow s’avançait vers elle, donc vers le commandant par la même occasion. Sa fourrure était d’un blanc parfait, bien que tremper, il empestait le chien mouillé. Sa démarche n’avait rien d’un loup à la chasse, mais bien d’un bon chien qui retournait près de son maître.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Dim 6 Mai - 20:44




◇ Keep your heart strong ◇





Suite à sa présentation, la jeune fille s’essayait à la prononciation de son nom à son grand étonnement. Avait-elle seulement de la peine à comprendre le langage commun ? Si elle venait d’un clan dalatien cela semblait étrange : Ceux qu’il avait rencontré savaient maîtriser cette langue. Mais qui était-elle vraiment au juste ?

C’est pendant sa réflexion, qu’elle se mit en chemin vers la carte, passant alors à côté de lui et lui tournant le dos. Il suivit du regard son déplacement, mais ne se retourna pas immédiatement. Il échangea un regard avec son interlocuteur sans dire un mot, puis se retourna pour visualiser ce que lui montrait l’elfe.

Elle commença son explication en indiquant une zone plus à l’est du campement principal des templiers, indiquant qu’elle avait aperçu un petit camp dans les parages. A première vue, ils sont probablement allés se placer en observation non loin du camp des mages, peut-être pour préparer une attaque. Après tout ce n’était pas étonnant qu’ils lancent l’assaut en premier, ils avaient un avantage considérable sur leurs adversaires.

Suite à cela, elle continua de tracer un itinéraire, passant par la route de l’est où des bandits bloquaient l’accès aux voyageurs. Cette information était connue de l’inquisition, car ils agissaient principalement dans les alentours du croisement où ils s’occupaient des réfugiés. C’est sans un mot que Cullen leva le regard vers Eliwendë pour observer son attitude, puis le replacer sur son emplacement initial.





《 - Mais ici, il y a chemin pour contourner et arriver dans leur dos. 》


Oui, il y avait de nombreuses possibilités de contourner la zone dans la mesure où la personne qui le faisait avait une bonne condition physique. Les passages passaient dans une zone fortement glissante ou dans les récifs. Très peu recommandable pour un habitant lambda. C’était pour une raison que les bandits ne s’y aventuraient pas…

Soudain il détourna le regard à l’entrée de la tente quand le chef de camp dégaina son épée à la venue du loup. Une fraction de seconde après l’entrée du canidé sous leur abri, deux agents arrivaient en courant avant de se rendre compte que leurs supérieurs les foudroyaient du regard.

Le loup ne semblait pas agressif, comme s’il se promenait simplement. Mais A la vue des épées il se mit tout de même à montrer les crocs, se sentant immédiatement menacé. Il arrêta sa progression vers le Commandant qui remarqua que les menaces lui étaient destinées.





《 - Avez-vous l’intention de laisser ce loup en liberté ?! Attachez-le Par le Créateur ! 》


sauf que l’animal n’était pas du même avis et ne laissait pas les soldats s’approcher de lui. Il continuait de grogner quand il vit le chef de camp avancer avec son épée.





《 - Faites un barrage pour l’empêcher de sortir, je m’en occupe. 》


Il poussa légèrement la jeune fille qui visiblement n’en faisait pas façon non plus. Il ne dégaina pas son arme, et s’approcha du loup en soutenant son regard dans les yeux de façon à intimider l’animal.





《 - Toi, tu te calme ! 》


Ayant gagné l’attention du canidé, les soldats purent facilement lui passer la corde au cou pour pouvoir le tirer en dehors de la tente.





《 - Amenez-le dehors et attachez-le à un arbre… 》


Puis il se retourna vers l’elfe qui semblait dans tous ses états à la vue du loup – qu’elle considérait comme son compagnon – la mine grave.





《 - … Et tant qu’il sera dans les alentours de ce camp, c’est moi qui décide de comment le traiter, me suis-je bien fait comprendre ?! 》


Elle devrait se réjouir qu’il n’ait pas ordonné son exécution immédiate. Un tel animal, vu les circonstances actuelles dans la région, était plus que dangereux. Des attaques sont recensées partout près des fermes, alors il était légit qu’ils se montrent méfiants.

Cullen ne laissait rien passer, et malheureusement pour ce camp, les soldats ne l’ont pas gardé à l’œil très longtemps pour qu’il se retrouve à se promener comme si de rien n’était.





《 - Je constate qu’ils manquent encore de discipline. 》





《 - Je vous assure que cela ne se reproduira pas.. Commandant. 》


#a52b2b

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Recrue
- Inquisition -
Messages : 330
Mer 9 Mai - 4:21

Keep your heart strong


Elle se sentait vivre à l’extérieur de son corps. La sensation lui était complètement nouvelle, mais elle pouvait jurer qu’elle ne sentait presque plus rien. Alors que plutôt elle avait eu l’impression que son ventre allait commencé à la dévorer par l’intérieur, maintenant, elle ressentait un vide apaisant. Non, il n’était pas apaisant à bien y penser. Son corps devenait de plus en plus lourd. Une force pesait contre elle, surement le sommeil. Pourtant, elle venait tout juste de se réveiller d’une sieste qui aurait dû la remplir d’énergie. Elle avait le ventre vide depuis beaucoup trop longtemps. Elle manquait de force et d’énergie, ses pensées s'alignaient à l’envers dans sa tête. Elle savait que son raisonnement en était extrêmement affecté. S’il ne l’avait pas été, elle n’aurait jamais laissé la situation se dégrader à ce point. Elle voyait bien ce qui se passait sous ses yeux. Il aurait fallu être complètement aveugle pour manquer l’action. Tout avait débuté en toute simplicité. Snow était venu la rejoindre, pour elle, il n’y avait rien de bien nouveau ou de spécial comme situation, alors son cerveau n’avait pas réagi au moment où il aurait dû.

Il était un loup dans un campement rempli d’humains, qui lui couperait bien la tête parce qu’ils en avaient envie. Un peu comme avec les mages. Comme avec les elfes. S’il y a bien un qui fut surpris de la situation, c’était ce pauvre Snow. Convaincu d’être entouré de personnage amical, qu’on le menace avec une épée ne pouvait que le rendre insécure et agressif. N’importe quelles animaux sauvages auraient réagis de la même manière. Il ne pouvait que s’attendre à une réaction négative en commençant une action négative lui aussi. C’était sa manière à lui d’exprimer ses émotions, de faire le miroir sur ce qui se passait autour de lui.

Lorsque le commandant bouscula Eliwendë pour prendre en main la situation, elle fit plusieurs pas vers l’arrière, se retrouvant contre la table, pour reprendre son équilibre. Un coup de vent aurait pu la projeter au sol rendu à ce stade. Sauf qu’elle ne tomberait pas. Pas ici et pas maintenant. Snow avait besoin d’elle. Sauf que pour le moment, elle croyait que le commandant allait comprendre qu’il n’avait rien à craindre de lui. Le loup releva la tête vers le commandant lorsqu’il lui hurla dessus. Il soutenait son regard sans broncher. Il n’en était nullement intimidé, il cherchait des réponses. Eliwendë ne dégageait aucun sentiment de peur, mais il n’était pas rassuré avec tous ces gens qui le fixaient. Il essayait de distinguer des mots qu’il comprenait, qu’il avait l’habitude d’entendre pour comprendre la situation et savoir comment réagir. Quand on lui passa la corde au cou, il fit ce que n’importe quel animal sauvage aurait fait en se sentant coincé, il se mit à se débattre dans tous les sens en laissant s’échapper des grognements qu’on ne l’aurait jamais cru capable d’émettre.

Ce n’était pas un mabari, une Dalatienne ne promenait pas en laisse un animal de la sorte. Il n’avait jamais eu une corde au cou, on l’avait encore moins déjà attaché à un arbre. C’était une très mauvaise idée. Eliwendë n'arrêtait pas de se le répéter dans son esprit. Elle savait ce qui allait arrivé si elle ne faisait rien. Il ne répondrait de personne parmi les soldats et il risquait de blesser quelqu’un. Un animal apeuré et coincé est un animal dangereux. Alors qu’il donnait du fils à retordre aux soldats, Eliwendë s'avança de ses pas incertains et chambranlant pour attirer son attention et lui parler en Dalatien. Elle parlait beaucoup mieux de cette manière, beaucoup plus naturellement. Son animal l’écouta et se calma. En quelques secondes, elle avait transformé une véritable bête enragée en petit chien attentif. Les soldats purent l’amener à l’extérieur beaucoup plus facilement, sous les quelques pleurs de la bête. L’emploi de la force n’est pas toujours la meilleure solution. Il ne faut pas toujours prendre un taureau par les cornes.

Elle se retourna vers le commandant, avec ses yeux épuisés et son teint pâle. Elle n’était pas en colère, ni en pleurs devant ce qui venait de se passer, elle était calme. En fait, épuisée aurait été le mot plus exacte. Même si elle avait voulu en faire toute une histoire, elle n’en aurait pas eu la force. Sauf si elle entendait le moindre son qui indiquait qu'on faisait du mal à Snow, elle perdrait totalement le contrôle si quelque chose du genre arrivait. Elle mettrait plus que le feu au campement.

- Excusez-le … Il est inquiet pour moi. Il ne pouvait pas savoir qu’il était pas le bienvenue. Dans mon clan, il allait partout.

Elle ne savait pas comment la situation allait tourné pour elle … Elle avait essayé de lui rendre service en lui parlant autour de sa grande carte, va savoir si cela l’avait vraiment intéressé sur le moment. Si c’était le cas, il lui demanderait surement d’autres informations, sinon cela voulait dire qu’il n’en avait cure. Elle lui dirait n’importe quoi contre de la nourriture rendue à ce point. Sa première intention avait été de donner des informations pour aider l’Inquisition, puisqu’elle semblait venir en aide au plus démunis, mais les idéologies s'évaporaient à mesure que la faim envahissait son esprit.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Ven 11 Mai - 20:14




◇ Keep your heart strong ◇





Suite à cette histoire, Cullen soupira doucement en soufflant simplement du nez. Il était toujours tourné vers la sortie de la tente où l’elfe avait tenté de calmer le loup pour qu’il se laisse emmener, mais cela, le Commandant se fichait éperdument : Un loup était un loup.

Finalement elle se retourna vers lui, le regard vide. Probablement parce que la fâtigue commençait à prendre le dessus. C’était vrai qu’elle semblait affamée aussi.





《 - Excusez-le … Il est inquiet pour moi. Il ne pouvait pas savoir qu’il était pas le bienvenue. Dans mon clan, il allait partout. 》





《 - Sache qu’ici il n’est pas dans ton clan. En temps normal, mes hommes l’auraient tué sans aucune pitié, les attaques de loup se font de plus en plus fréquents dans les alentours. Tu te DOIS de faire attention et de tenir ton animal à carreaux. 》

Il se retourna et contourna la table pour s’emparer de provisions qui étaient disposés sur le meuble derrière leur lieu de rendez-vous. Il restait de la bière, de l’eau, un peu de pain et quelques fruits. Il prit le tout et mit devant la jeune fille.





《 - Assieds-toi et mange. 》

Le chef de camp le regarda faire, puis le Commandant lui adressa alors la parole, en surveillant la jeune fille du coin des yeux.





《 - Qu’on prépare ma monture, je rentre à Golefalois pour la nuit. Je prendrai la route de Darse aux aurores, j’ai encore des choses à faire là-bas plus que par ici. Cordélia se chargera de répondre à d’autres demandes de votre part si besoin est. 》





《 - Bien entendu, Commandant. 》

Il s’absenta de la tente les laissant alors seuls. Finalement le Commandant était plus exténué qu’il ne l’avait imaginé. Il décida alors de prendre place derrière la table en s’asseyant à sa place initiale avant que tout cela ne se produise. Une fois assis, il se frotta les yeux et aperçu, en jetant un rapide regard à l’elfe, que la forme de ses oreilles étaient assez particulières. Sans aucun doute là-dessus, elle avait très certainement une origine humaine dans toute cette histoire. Intéressant.





《 - Ta famille ne s’inquiète pas de te savoir aussi loin de chez toi ? 》


#a52b2b

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Recrue
- Inquisition -
Messages : 330
Sam 12 Mai - 22:32

Keep your heart strong


《Tu te DOIS de faire attention et de tenir ton animal à carreaux. 》

Elle comprenait qu’il lui envoyait un avertissement … S’il lui avait indiqué très clairement dès le départ que son loup était mieux de se tenir très loin du campement parce que les loups de la région attaquaient leur campement, elle aurait tout de suite portée une attention particulière à sa présence, mais elle venait de loin et d’où elle venait, il n’y avait pas de problème de la sorte. Certes, quelques villageois et personnes égarés se faisaient tués par des loups, comme partout en Thédas, mais pas de réel problèmes à signaler. Peut-être bien qu’elle pourrait les aider dans cette situation, elle connaissait bien les loups, c’est-à-dire qu’elle était une experte en la matière. Alors qu’elle allait lui proposer son aide d’amblé pour régler ce problème gênant, elle se ravisa lorsqu’elle le vu se diriger vers de la nourriture. Elle ne l’avait pas remarqué auparavant, mais maintenant qu’il s’en approchait, elle avait l’impression de déjà le goûter dans sa bouche … Lorsqu’il déposa le tout devant elle sur la table, elle le fixait … elle attendait tout de même une invitation avant de se jeter sur la nourriture.

《 - Assieds-toi et mange. 》

Elle prit place sans se presser, pas question d’avoir l’air désespérer. Elle regarda les options devant elle. Pas question de toucher à l’alcool. Elle le repoussa plus loin sur la table. Elle prit les fruits en premier, tout en buvant des gorgées d’eau. Lorsqu’ils se retrouvèrent seuls, elle mangea en silence et lentement, elle savait qu’elle ne devait pas remplir son estomac d’un seul coup sinon elle allait tomber de fatigue après quelques secondes. Elle releva le regard sur Cullen au même moment que celui-ci en fit de même. Elle avait vu son regard rapide sur ses oreilles. Il venait surement de remarquer leur singularité. Elle fut plus que ravi qu’il ne lui pose aucune question directement sur le sujet de ses oreilles. Celles-ci parlaient d’elle-même, pas besoin d’en rajouter. De toute façon, ça n’intéresse personne de savoir le pourquoi du comment. Seul le résultat important. Une semi-elfe, affamée, épuisée et sans foyer. Elle soupira intérieurement de l’image qu’elle envoyait en ce moment. Ce n’était pas ça qu’elle voulait.

《 - Ta famille ne s’inquiète pas de te savoir aussi loin de chez toi ? 》

Elle en eu des frissons jusqu’au bout des doigts lorsqu’il mentionna le mot famille. C’était une question normale … après tout, il ne devait même pas croire qu’elle était majeure. Elle savait que les humains se trompaient très souvent sur son âge, à cause de petite taille. Peut-être s’inquiétait-il en se demandant s’ils n’y avaient pas quelque part des gens qui la cherchaient. C’était loin d’être le cas … la seule mère qu’elle avait eu ne voulait plus la voir. Cullen pu voir son regard devenu plus aigri et sombre avant de retomber vers la nourriture devant elle, attrapant les restants de pain sans le manger. Elle n’osait même pas le regarder en lui disant.

- Ma famille est attachée à arbre dehors.

Elle faisait référence à Snow … Elle n’avait pas vraiment besoin d’en dire plus pour lui faire comprendre qu’en ce moment, il n’y avait personne qui allait s’en foutre de son sort. Sa famille se résumait à un loup comme compagnon. Elle releva son regard sur le Commandant et lui fit un sourire. Ça allait alléger l’atmosphère, elle avait bien peur d’avoir jeté un froid énorme sur leur conversation et ce n’était pas son but. Elle prit le temps d'aligner quelques mots dans son esprit avant de reprendre.

- Je vivais avec Dalatien, mais … j’ai certains problèmes avec le fait de ne pas se mêler de conflit humain. Le sort de Thédas concerne tout monde, pas juste humain. Alors, je suis parti pour trouver moyen d’aider. Personne ne peut ignorer brèche dans le ciel. Beaucoup de gens souffrent içi ...

Elle prit une bouché dans le pain avec de l’eau en même temps. Il était un peu sec, mais elle ne s’en plaindrait pas du tout. Elle se sentait de mieux en mieux à mesure qu’elle mangeait et les couleurs de son visage commençait à revenir tranquillement.

- L’inqui- … L’inqui-si-quion m’intéresse. Connaissez-vous Black Wall ?

Elle séparait toujours très clairement le Black ainsi que le Wall, toujours convaincu qu’il s’agissait ici d’un nom et d’un prénom.

- Il … l’a mentionné plusieurs fois. Enfin, je crois … comme vous voyez … ma compréhension est rouillée.




All that is gold does not glitter

#006600

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Ven 18 Mai - 22:20




◇ Keep your heart strong ◇





Sa question anodine se montra plus dérangeante que prévu. D’ailleurs il avait fait exprès de la poser pour savoir si elle était en cavale ou pas. Si bien que finalement il se contenta de la regarder sans dire un mot, alors qu’elle n’osa plus lever les yeux.





《 - Ma famille est attachée à arbre dehors. 》





《 - Cela me résume très bien la situation en effet. 》


Pas besoin d’en savoir plus sur sa situation. Une semi-elfe en cavale loin de son clan avec un loup. Pas anodin, quelque part, mais qui allait s’annoncer très délicat si elle ne gardait pas à l’œil sa « seule famille ».





《 - Je vivais avec Dalatien, mais … j’ai certains problèmes avec le fait de ne pas se mêler de conflit humain. Le sort de Thédas concerne tout monde, pas juste humain. Alors, je suis parti pour trouver moyen d’aider. Personne ne peut ignorer brèche dans le ciel. Beaucoup de gens souffrent içi ... 》


En effet, c’était une raison louable. Mais selon le Fereldien ce n’était pas la seule raison. Les Dalatiens ont pour habitude d’être très stricte avec les gens de leur clan. Personne n’est apte à partir si l’archiviste n’en donne pas l’autorisation, et les fuites étaient souvent terminées par une tragique fin pour les elfes qui osaient le faire.





《 - L’inqui- … L’inqui-si-quion m’intéresse. Connaissez-vous Black Wall ? 》





《 - il se peut, oui. 》


Elle avait eu l’occasion de tomber sur blackwall, alors ? Il fallait qu’il lui en touche deux mots s’il en avait l’opportunité. Il était souvent en vadrouille avec la messagère ces derniers temps.





《 - Il … l’a mentionné plusieurs fois. Enfin, je crois … comme vous voyez … ma compréhension est rouillée. 》


Il avait remarqué son accent, mais elle faisait un bel effort pour parler dans la langue commune alors qu’elle ne le maîtrisait pas entièrement. Cela allait être compliqué de la former, si elle ne maîtrisait pas le combat rapproché, ou au moins lui apprendre à tenir un arc était possible…





《 - Que recherches-tu à obtenir en nous offrant tes services ? Ne t’attends pas à une tâche simple, c’est énormément de travail et de risques à prendre. La guerre fait rage, nous combattons, devons nous battre pour pouvoir sauver ces gens qui ont besoin de nous au-dehors. 》


Si elle ne pouvait pas combattre elle serait utile pour toute autre tâche, il y avait assez à faire pour que l’inquisition puisse se montrer efficace. Leurs premiers pas se montraient efficaces malgré le manque de soutient des nations et de la chantrie.

Soudain, un soldat entra dans la pièce, fit son salut au Commandant qui l’avait en visuel rien qu’en levant les yeux.





《 - Commandant, votre monture est prête. 》





《 - Fort bien, j’arrive. 》


Suite à ses paroles, il se leva et dit alors à la jeune fille.






《 - Si tu veux venir, je passe au camp à l’aube, mais que l’on soit d’accord, je ne t’attendrai pas. Si c’est vraiment ce que tu veux, alors nous ferons route ensemble. 》


Puis il commença à se diriger vers la sortie. Il sous-entendait bien qu’elle allait passer la nuit ici, après tout, il avait encore quelque chose à faire avant de retourner à Golefalois. Cependant, alors qu’il s’en allait, il attendait tout de même la réponse de l’elfe afin de connaître ou non sa détermination.


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[FINI] Keep your heart strong [PV Cullen]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Sud de Thédas :: Ferelden :: Marches Solitaires-
Sauter vers: