en haut du forum
en bas du forum



Le Garde égaré - PV Blackwall

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 411
Jeu 7 Juin - 21:37

Le Garde égaré


Le ton monta assez vite, et sans que je puisse comprendre pourquoi ni comment, la fibre justicière de Blackwall fut titillée d'un peu trop. Montant dans un dégradé de rouge intéressant, le garde en face de moi se rengorgea comme un coq empaffé et se mit à déblatérer je ne sais quelle ineptie. Je l'écoutais avec surprise, enfin pas vraiment. J'avais cette faculté dans ce genre de conversation de n'entendre que ce qui m'insultait, et effacer de ma compréhension tout ce qui serait intelligence et réthorique. Mais à le voir ainsi s'emporter... c'était fascinant, et terriblement mignon. Le genre d'ours qui veut montrer les dents et les griffes, mais qui en même temps temble et ne sait trop quoi faire et comment agir. Je le vis reprendre la bouteille, pour ma plus grande déception je dois dire, et parler, parler, parler.... Enfin non, plutôt il radotait, radotait... leçon sur leçon, je ne pus m'empêcher de lever les yeux vers le ciel. Mais c'était... attendrissant. Encore plus quand la chaise vola dans la pièce, là j'étais sous le charme. J'avais finis mon verre, et était bien émêchée. Quand il eut finir de parler et de m'insulter, je ne pouvais que le regarder avec amour et me mettre à rire, faisant une comparaison mortifiante pour le modèle et blackwall.

"Ha ha ha ! Vous êtes trop chou quand vous vous énervez, on dirait Wuuuulf ~! C'est A-DO-RABLE ! "

Je souriais, le regardant avec cette petite mine d'attendrie. J'allais sans doute me faire défoncer, mais peu m'importait. Je continuais, sur une note plus sérieuse et le regard pétillant de malice. A mon tour de le faire rager un peu plus. J'étais pompette, mais encore capable de réflexion.

"Mais vous extrapolez quelque peu mon cher... Je n'ai jamais dis que mon cas est la généralité, ni le vôtre par ailleurs. Ce serait gage de vanité. Vous n'étiez pas un démon de l'orgueil dans une autre vie ? "

Un rictus moqueur s'affichait sur mon visage, alors que promptement je me levais pour m'éloigner en cas de représaille. Je me moquais de lui, mais il y avait de quoi se moquer. Son discour était étrange pour un Garde. On sait que l'on doit renier son passé et partir de zéro, ne pas juger les actions des autres avant sa vie de Garde. Sa réaction était... dérangeante. Peut être le fait qu'il avait tout le temps été isolé, et non sociabilisé avec d'autres gardes, qui sait. Mais pour le punir, ou plutôt pour l'énerver encore plus poour mon propre amusement, j'enfonçais le clou en ne m'excusant certainement pas ce que j'étais. Pire, je disais que c'était fait exprès, pouvant ainsi ternir l'image de Cousland à ses yeux.

"Il m'a envoyé, car il sait que seul le 6e Enclin peut retourner les choses en sa faveur ! Je suis une arme pour les situations désespérées, et je serais le bras vengeur et protecteur des Gardes. Pleurez et ragez autant que vous voulez, Blackwall... Mais plus souvent qu'on ne ne croit, il faut combattre le mal par le mal, Ha ha ha ha ! Que j'aime mon métier ~... hic ! "

J'eus un petit hoquet, titubant légèrement et me rapprochant de Blackwall. Mais c'était une feinte, et aussi rapidement et agilement qu'un chat aux pattes de velour, je subtilisais la bouteille des mains de Blackwall, riant et le narguant ensuite avec.

"Ha ha ha ! Trouvé c'est gardé ! Nhaaaaa.... "

Je lui tirais la langue comme une gamine, me sentant d'une humeur extrêmement joueuse. Le chat et la souris, il est souvent plus amusant de jouer à la souris au début. en tout cas, d'un point de vue de prédateur.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 132
Ven 8 Juin - 0:02

Le Garde Egar(d)é




Ah, les envolés justicières de Blackwall pouvaient l'entraîner dans bien des embarras. Pourquoi n'avait-il pas gardé sa politique du silence face à Tullia ? Il avait insulté son honneur, avec justification bien sûr, et elle, elle lui riait à la face ! Elle disait qu'il était adorable, et qu'il était la vanité personnifié. Bordel, mais cette femme ! Cette femme ! C'était tout simplement déroutant. La colère de Blackwall fut coupée nette, remplacé par quelque chose d'étrange … de l'amusement ? Il se surprenait lui même. Peut être que l'attitude de Tullia était contagieuse. Mais elle avait faux sur un point.

« Extrapoler ? Pour l'amour du Créateur, vous êtes Garde-Commandeur d'Orlaïs, représentante du futur de ces gardes pour l'Inquisition, la seule institution qui nous as permis de ne pas tomber dans les griffes de Corypheus. Prenez vos responsabilités en main ! Soyez un exemple pour les autres, la Garde n'en a que le plus besoin. »

Blackwall caressait la bouteille, s'attendant à ce que Tullia la lui prenne par surprise. Il n'allait pas  lâcher le terrain qu'il avait gagné, qu'importe le coût ! Il devait tenter de montrer du sens à cette Garde. Il sentait qu'elle avait un bon fond -Quel Garde n'en avait pas ? -, mais si elle continuait à plonger la Garde d'Orlaïs dans cette spirale d'impopularité, il devrait parler à l'Inquisitrice, ou à d'autre Gardes. Pour voir ce qu'ils en penseraient. C'était son devoir. Il se le devait, pour lui même et pour Blackwall.

« Bras vengeur et protecteur... mais est ce que vous vous entendez parler ? La Garde d'Orlaïs est en train de vivre les pires années de son temps. Son infanterie, sacrifiée aux désirs d'un démon. Ses mages, corrompus par un dieu autoproclamé, de surcroît une engeance ! Et vous parlez de vengeance ? Le temps est venu à la réconciliation avec les autres peuples. L'Inquisition est votre passerelle pour réatteindre la Gloire. Vous êtes Garde-Commandeur, Tullia. Vos actions maintenant seront discutées pendant des années à venir. Ne ressentez vous donc pas le poids sur vos épaules ? Et- Hé ! »

Pendant qu'il parlait, il avait ignorée sa prise sur la bouteille. Et comme un papillon attiré par la chaleur d'une flamme, Tullia se jeta sur l'alcool et lui pris la bouteille des mains. Par les couilles du Créateur, il allait lui montrer !

« Rendez moi ça ! »

En un mouvement bien plus rapide que sa taille suggérait, il se jeta sur Tullia et la plaqua au sol. Se rappellant du peu d'entraînement au corps à corps sans armes qu'il avait reçu pendant sa période à l'armée d'Orlaïs, il bloqua les jambes de la Garde avec ses propres jambes, et profita de son élan pour arracher la bouteille des mains de Tullia. Il prit l'initiative, et fit rouler la bouteille au loin afin de faire écouter Tullia. Il lui sourit, la regardant dans les yeux. C'était un sourire triomphant, un triomphe qui ne devrait pas durer s'il soupçonnait bien les talents de la Garde.

« Vous devez m'écouter Tullia. Vous êtes la personne la plus importante de la Garde d'Orlaïs en ce moment. Alors, si vous ne pouvez pas bénéficier à la garde autant que le demande ce rôle, quelqu'un d'autre devrait endosser ce fardeau. »

Il continuait à regarder dans les yeux de Tullia, se voulant une figure de Jugement à travers son regard. Une nuance d'amusement pouvait se sentir à travers ses paroles et son regard. L'attitude de Tullia était définitivement contagieuse.




Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 411
Dim 10 Juin - 22:38

Le Garde égaré


Blckwall avait déblatérré des choses à me faire encore lever les yeux vers le ciel, mais étrangement son attitude changea quelque peu. Plus détendu voir rieur, à croire que ma bonne humeur l'avait contaminé. Je lui avais chapardé la bouteille, mais il fut plus vif que ce que je cru. Nous tombions tous les deux au sol, moi riant surtout et ne me défendant pas vraiment. Je sentais qu'il n'allait pas me faire du mal. Il avait été en colère, mais son attitude avait changée. Il me plaqua au sol, mais c'était pour me voir mollement em défendre, et surtout rire.

"Ha ha ha ! Ha non pas là, ça chatouille ! Ha ha ha !"

Je le regardais avec des yeux pétillants de malice, voyant qu'il avait de la technique. Mais cela n'était pas insurmontable pour moi. Je souriais, l'écoutant essayer de me ramener à la raison. Je me mordais les lèvres pour ne pas rire, trouvant trop risible qu'un garde ose me faire la leçon, alors que c'est un solitaire qui n'a eu que lui même à s'occuper. Risible, vraiment risible de mon point de vue. Et cela titillait d'autant plus mon instinct de prédateur, qui joue avec ce qui énerve les autres. J'avais envie de briser son idéal, de le ramener à une réalité plus ouverte d'esprit et moins épique. Une réalité sale, compliquée et désagréable à regarder en face. Comme moi en fait. D'une voix un peu éraillée par l'alcool, je le titillais et le mettais au défi d'une boutade bien placée.

"Je n'écoute personne que mon instinct et Cousland. Auriez-vous l'audace de vous comparer à eux ~ ? Fu fu fu !"

Je riais, mais en profitais surtout pour renverser la table de jeu. Accrochant mes jambes au sienne et donnant un coup de rein violent, je le basculais sur le côté pour inverser les rôles. Le tenant par les bras et me trouvant à cheval sur ses reins, je le regardais avec une petite expression mutine. Maintenant, à moi de faire la causette et la morale. Et j'en avais des choses à dire. D'une voix enjouée et de velour, je lui faisais part de mon point de vue.

"J'ai mon rôle à jouer, et que vous ne le compreniez pas ne m'étonne pas vraiment. Vous êtes un solitaire, bien loin des jeux de l'Ombre. Je suis un exemple, celui de la survie, de la débrouilardise et de mener de front face à l'adversité. De ne pas se soucier des autres pour avancer et tracer son propre chemin. C'est ça, l'exemple dont ils ont besoin."

Je m'allongeais un peu plus sur lui, le regard intense et un sourire charmeur sur les lèvres.

"Mais vouuuus, petit Garde mélancolique et grincheux, vous préférez la brillance d'une armure idyllique ? Attention, vous allez vous brûler les ailes si vous êtes trop proche de la lumière, ha ha ha !"

Je riais, me laissant tomber sur le côté pour rouler vers la bouteille un peu plus loin. Rapide je la saississais, m'asseyais pour la déboucher et en boire une lampée. JE soupirais d'aise, appréciant encore plus cette brûlure champêtre qui me mettait de si bonne humeur. C'est décidé, j'irais cuver dans la chantrie, il fait meilleur. Je regardais le Blackwall, qui je dois dire était un bougre intéressant, une carrure de vétéran, avec sa barbe et ses... Là, mon regard resta fixé sur sa barbe. Je sais pas pourquoi, d'habitude c'est pas le genre de chose qui me fait rêver. Mais là, bourrée comme j'étais, elle avait quelque chose de... je sais pas quoi. Ca m'intriguait. Et divaguant complètement du sujet originel, j'en parlais ouvertement en louchant sur cette pilosité faciale impressionnante.

"Maintenant que j'y pense, vous avez une siiiiiiiii belle barbe ! Ca doit prendre un temps fou à l'entretenir ... Vous y mettez des fleurs... hic.. parfois ? "

J'étais sérieuse, et je pense que c'est ça le pire. Je voyais bien de petites tresses, avec des fleurs bleues. Ou jaunes, le doré lui irait bien.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 132
Sam 16 Juin - 22:55

Le Garde Egar(d)é




Blackwall savait que sa position n'allait pas durer. Tullia avait beau lever les yeux au ciel, rire et chanter sa philosophie, il savait que ses paroles devait au moins toucher quelque chose en elle. Par la barbe du Créateur, personne n'était aussi convaincu à part les fous, les engeances, et les Orlésiens. Tullia était au moins l'un d'entre eux. Il ignora sa pique -l'instinct ! Pff, il n'y avait rien de plus animal-, et tenta de refermer sa prise sur la Garde. Ce fut son erreur.

Comme un félin, elle enserra ses jambes autour de son bassin pour le déstabiliser, et le renverser, tout en se tortillant comme un putain de serpent. Il se trouvait maintenant à terre, sous Tullia. La garde était surprenament lourde ! L'entraînement devait payer. Car Blackwall pouvait bien dire ce qu'il voulait sur la moralité de Tullia, elle était bonne à ce qu'elle faisait. C'était une guerrière formidable, mais les plus grands guerriers n'étaient pas forcément des bons philosophes. Blackwall voyait à travers ses sourires charmeurs et ses provocations, et ne laissait pas influencer par ça. Lui, il voulait des actes, des paroles. Et pour l'instant, ceux de Tullia lui faisait peur. Très peur. Elle était encore allongé sur lui qu'elle déblatérais sa propagande débile. Il allait rétorquer quand elle bondit d'un coup pour attraper la bouteille et siphonner tel un marin ayant resté trop en mer l'alcool précieux. Bordel. Il se leva, pour regarder à son tour Tullia dans les yeux, un regard perçant.

« La survie et la débrouillardise ne mènerons la Garde qu'à une position forte mais isolée de toute allié. Vous ne pouvez pas survivre, nous ne pouvons pas survivre si les autres nations croient que la Garde est une espèce de meute de chiens enragés, à moitié suivant les ordres de Corypheus, à moitié n'écoutant qu'eux même. Alors non, je ne suis pas un chevalier blanc. Je suis un homme censé qui-Quoi, qu'est ce qu'il y a ? »


Tullia s'était soudainement arrêté de boire pour regarder dans le vide, dans sa direction. Plus précisément, elle regardait sa barbe. Une remontée d'alcool le fit rougir, de colère et d'embarassement car elle ne l'écoutait plus. Il claqua des doigts devant les yeux de Tullia pour la faire se réveiller, et comble du comble, elle changea drastiquement le sujet. Bordel de dieu, elle parlait de sa barbe maintenant ! Des fleurs ? Mais qu'est ce qu'elle racontait ?

« Des fleurs ? Quelle idée ! Je prends déjà assez de temps pour m'en occuper le matin, y mettre des fleurs ne ferait que la barbouiller de pollen et d'autres indésirables. Mais attendez, ma barbe n'est pas le sujet ici ! »


Blackwall n'avait pas voulu vraiment suivre les rails de la conversation que Tullia était en train de mettre à terre, mais c'était trop tard. Il était complètement déboussolé maintenant, et prit quelques secondes afin de reprendre sa concentration.







Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 411
Mer 27 Juin - 19:42

Le Garde égaré


Blackwall n’arrivait pas à suivre semble t’il, et il semblait paniquer tout seul à l’idée que je parle de sa barbe. Sa réponse était des plus intéressantes cependant, et c’est en riant que je lui fis la remarque sur sa capacité à considérer la question.

"Ha ha ha ! Donc vous y avez pensé, et vous l’avez déjà fait ! Vous savoir aussi bucolique et champêtre est intéressant, fu fu fu ~…. "

Je riais, mes yeux pétillants de malice se posant sur lui avec un certain amusement. L’image même d’un Blackwall avec des fleurs dans la barbe et barbouillé de pollen était très intéressante, mais encore plus en l’imaginant rager et tenter d’enlever toute cette poussière jaune de sa barbe, étalant plus qu’essuyant tout en rendant la chose encore pire. Rien que pour ça je devrais tenter une fois de lui mettre des fleurs dans son sommeil. Mais on verra si j’ai le temps, et si j’y pense. Je soupirais d’aise, commençant à atteindre cet état de grâce et de lucidité qui m’arrive parfois quand je suis bourrée. Une sorte de flottement qui laissait exceptionnellement à ma raison le loisir de s’exprimer, laissant la passion et l’irrationnel chaotique de ma personne se reposer quelques instants. Le danger était une trop grande honnêteté et vérité dans mes paroles, mais l’épisode étant en général assez court les gens ne se rendaient pas assez vite compte qu’ils avaient une carte à jouer. C’était donc à ce moment que je répondis avec un peu plus de sérieux à la remarque de Blackwall sur ce qui devrait être fait ou non, et la droiture dans laquelle devait rester la Garde. Son idéalisme heurtait mon pragmatisme, et je ne pouvais le laisser déclarer de telles choses sans avoir de quoi rétorquer.

"Pour en revenir à votre dernière remarque, à chaque époque ses besoins. La Garde a besoin pour le moment d’une personne comme moi, et quand les choses se seront calmées, peut être auront-ils besoin d’une autre. Mais quand on voit ce que la droite et clairvoyante Garde-Commandeur Clarel a mené, on pourrait douter de ce genre de profil. La peur a pris le dessus sur la clairvoyance, il serait bête de tomber de nouveau dans cet écart, ne croyez-vous pas ~ ?"

Je souriais, posant sur lui un regard plus perçant et glacé. Je lui demandais son avis, mais est-ce que c’était vraiment ce que je lui demandais ? Bien sûr que non… J’haussais des épaules, parlant d’une façon détachée et presque blasée. Je remettais en cause son jugement par son manque d’implication dans la Garde, et je n’y allais pas par quatre chemins.

"Mais je m’égare, vous ne croyez pas en la Garde mais en l’Inquisition. C’est bête de ma part de vous demander votre avis sur ce sujet, fu fu fu…. Pourquoi l’avis d’un Garde qui ne vit que pour lui-même et ses idéaux devrait m’importer ? Vous ne voulez pas faire partie d’une famille de Gardes, vous ne semblez pas l’avoir fait alors, comment pouvez-vous comprendre ces enjeux?"

Il parlait de gérer un groupe alors qu’il était un solitaire, clamait haut et fort la droiture des Gardes alors qu’il avait choisis de rallier l’Inquisition. C’était son choix, et je le concevais. Mais cela lui enlevait grandement le droit de porter un tel jugement. C’était la Chantrie qui se foutait de la charité, en somme. Mes questions ne demandaient pas de réponses, car je n’étais pas en état ni capable même en toute conscience des choses de l’écouter. J’étais butée, j’avais mon idée sur la chose et mes résultats parlaient d’eux même. Finalement, je ne faisais que le railler tout comme lui me dénigrait avec autant d’assurance. On pouvait être deux à jouer à ce jeu-là, et lui risquait de perdre la partie s’il montrait autant d’émotion à prendre en compte ce que dit et fait l’autre. Comme à la Grâce Perfide, il faut savoir montrer détachement et impassibilité. Son sang chaud le desservait dans ce cas-là. Mais je ne voulais pas pour autant me fâcher avec lui, il était bien trop intriguant et distrayant pour que je me permette de perdre une occasion de passer un bon moment à Fort Céleste. Je me relevais, m’approchant de lui pour lui donner une tape sur l’épaule.

"Ne vous vexez pas cependant, j’entends bien ce que vous dites mais je ne ferais que ce qui me parait le plus pragmatique et efficace. J’ai mes méthodes, peu orthodoxes mais efficaces dans ce contexte."

L’état de grâce passait peu à peu. Mon esprit se troublait de nouveau, et la malice reprenait le dessus. Souriant tel un prédateur et laissant ma raison sombrer vers l’abîme de mon esprit dérangé, j’interpellais avec amusement et défi ce Garde solitaire mais plein d’idéaux honorables.

"Et vous, cher Garde Blackwall… A quoi êtes-vous efficace, heiiin ~ "

La question était ouverte, mais je me demandais bien à quoi d’autre il pouvait être efficace. A part sa barbe, bien entendu.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 132
Mar 17 Juil - 22:31

Le Garde Egar(d)é


Blackwall poussa un looooong soupir. Un soupir qui évacua toute la tension et l'irritation que lui causait le sujet de discussion. Bordel. Un soudain mal de crâne lui prit, une foutue migraine. Il n'écoutait même plus Tullia parler, et il se massa les tempes pour décompresser. Par le Créateur... Qu'avait donc fait Cordélia en autorisant cette femme à entrer dans Fort Céleste ! Ce n'est pas comme si les Gardes ne pouvaient pas trouver une grange où crécher trois jour avant d'aller s'empaler sur la pique d'un Vénatori. Même pas d'un Venatori ! Il leur serait trop facile de se faire controler l'esprit. Mais à quoi bon ces gardes étaient-ils donc ?

Blackwall regretta tout de suite cette pensée. Bordel. Cette Tullia lui faisait repenser tout ce qu'il savait comme immuable. Tout ce qu'il avait pour credo. Et si elle avait raison ? Blackwall serait obligé de refonder sa philosophie. Et si elle avait tort ? Ce serait toute la Garde d'Orlaïs qui se trouverait truffé de ruffians impitoyable, oubliant les couleurs même de l'Ordre qu'ils ont juré de perpétuer. Le mal de tête de Blackwall s'intensifia, et il regardait les lèvres roses de Tullia bouger, sans qu'aucun son n'atteigne ses oreilles. Bordel.

Un compromis ne pouvait donc pas être atteins ? Est-ce qu'ils avaient donc tout les deux raisons et à la fois tort ? Il était si facile de voir le monde en noir et blanc. Le gris... Blackwall ne savait que faire du gris. Quel foutu merdier. Corypheus aurait mieux fait de rester dans sa petite tombe de Lyrium Rouge, qu'importe sa nature ! C'est bien la faute de cet être qu'ils étaient dans cette situation. C'était cela, le compromis. Unir tout un chacun, même si l'on était en désaccord sur la façon de mener, mais mener un front uni contre l'ultime Menace. Une menace pire que les engeances, pires que les magisters. Une menace qui était les deux à la fois.

Bordel.

Tullia le tira de ses pensées quand elle tapota son épaule, et lui posa une étrange question. D'abord sa barbe, maintenant ça ? Etait-ce sa manière de changer de sujet ? D'iriguer l'attention de Blackwall dans un piège ? Ou peut être était-il en train d'extrapoler, et de prendre compliqué les propos simple de cette femme qui ne l'était pas du tout. Peut être... peut être qu'il pouvait se faire à l'idée d'une femme pareille à la tête de la Garde d'Orlaïs. Ce n'est pas comme si c'était son choix à faire, de toute façon ! Mais c'était son choix d'accepter son autorité. Car peut être un jour... il soupira. Il eut un sourire narquois.

« Ce que je sais faire hein ? Pourquoi ne venez vous pas le découvrir ? »

Il était intentionnellement évasif sur le sujet, mais il se retourna et déballa la statuette de loup à un quart fini.

« Cette petite beauté est pour la recrue, Eliwendë. Quand je n'ai rien à faire -ce qui est avouons le, très souvent- je l'avance un peu. Je veux le lui donner, en remerciement. »

Le ton final de sa phrase indiquait clairement qu'il ne voulait en dire plus. Peut être était-ce chose triviale, mais Blackwall était un homme de secret. Et on ne se débarasse pas aussi facilement des secrets.

« Enfin Garde-Commandeur, c'était un plaisir de vous avoir parlé. Mais il commence à se faire tard, et franchement, discuter avec vous me fait mal à la tête. »

Il lui tendit la main en un salut final.

«  Et heu... vous pouvez garder la bouteille. »

Il lui sourit.


Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 411
Sam 21 Juil - 20:07

Le Garde égaré


Il semblait perdu le pauvre chou. Ma question le faisait revenir à la réalité, et sa réponse me laissa perplexe. Perplexe, parce qu'il y avait un charme et un petit flirt dans son ton qui ne m'était pas insensible. Ou plutôt, c'était un code qui me mettait en émoi et faisait ressortir mon instinct des bordels. Je souriais comme un prédateur, roucoulant presque en répondant avec enthousiasme et un sous-entendu plus que mis en évidence.

"Hooo... C'est une invitation que vous me faites ~ ? N'invitez pas le loup dans la bergerie, vous pourriez le regretter, fu fu fu ~..." "

Je riais légèrement, mais me retrouvais plus intriguée quand il s'approcha d'un objet sous toile. Intéressant... Une arme, une armure peut être ? Je fus cependant un peu prise au dépourvu quand il dévoila... une statue de loup. En cours de construction, mais l'oeuvre semblait être sa fierté et il raconta avec une émotion perceptible qu'il la destinait à une personne. Je m'avançais pour observer la sculpture, l'effleurant des doigts. Il y avait du bon travail, même si cela semblait être un passe temps. Un passe temps de vieux. Tout en commentant pensivement sur cette personne inconnue, je jetais un léger regard de pitié envers ce Garde qui semblait être sur la pente de la retraite. Sauf que la retraite chez les Gardes, c'est la mort dans les Tréfonds.

"Eli, hein... Je ne connais pas. Mais un Garde qui a une dette d'honneur, je me demande ce que cette recrue a fait pour mériter un tel traitement de faveur... "

Je le regardais avec malice à présent, devinant soit une dette d'honneur, soit une romance subtile à la papi-féreldien. Quelque chose de traditionnel, pas très folichon et sans doute plan-plan. Je plains cette recrue Eli de recevoir quelque chose d'aussi massif en gage d'affection. Mais bon, pour un Garde bûcheron, on va dire que c'est relativement raisonnable, non ? Mais je n'avais plus le loisir de penser à cela. Soudainement, Blackwall voulu couper court à notre petite entrevue, et me souhaita la bonne journée tout en me lassant la bouteille de tord-boyaux. C'était comme s'il essayait de payer un tribu pour avoir la paix. Malchance pour lui. Alors qu'il disait ça, certes je prenais la bouteille, mais aussi vivement et vicieusement qu'un serpent je me retrouvais à ses côté, le prenant par l'épaule dans une étreinte mortelle. Souriant avec malice et m'appuyant un peu sur lui, je lui disait avec mon haleine chargée en alcool comme un bon pilier de bar que je n'en avais pas fini avec lui.

"Allons, allooooons Garde Blackwall ! Vous pensiez vraiment que nous allions en rester là ? Vous avez piqué ma curiosité, et vous m'êtes sympathique."

Attirer la sympathie de 6e Enclin n'est pas vraiment signe de longévité. Lui tapotant l'épaule, j'annonçais avec un grand sourire le programme que j'avais décidé de lui imposer. Car malheureusement quand j'avais une idée en tête, c'était difficile de m'en dissuader.

"C'est décidé, on va continuer à la taverne ! Ce sera plus sympa, et je pourrais vous apprendre deux trois trucs à la Grace Perfide. Rien de tel pour raconter des histoires, ha ha ha ! Et pas de mais, ne m'obligez pas à dire que c'est un ordre ou je vous tire par la barbe."

Le prenant par le col, je le tirais avec moi vers la cour en direction de la taverne, buvant au passage une bonne rasade d'alcool directement à la bouteille. Je marchais pas vraiment droit, mais j'étais très bien arrimée à l'épaule de Blackwall pour m'en servir comme soutient. J'étais curieuse d'en savoir plus sur lui, et de voir ce que le Blackwall lâché et débridé avait dans le ventre. L'alcool était révélateur de beaucoup de choses, des bons comme des mauvais côtés. Après, il faut savoir gérer ses mauvais côtés...




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 132
Dim 29 Juil - 11:20

Deux Gardes entrent dans un bar...


Il était facile de deviner comment Tullia voyait le passe-temps de Blackwall. Ses yeux désabusé quand il lui montra sa menuiserie. Ah la la. Plus personne n'appréciait le travail honnête, de nos jours ! C'est putain de dommage.

« La recrue Eli, comme vous l'appelez, m'a sauvé la vie. Je pense qu'elle mérite quand même un gage de mon appréciation, non? »

Il était vrai que le mal de tête de Blackwall était sûrement un mécanisme d'auto-défense pour se débarasser de Tullia. Mais était-ce juste ? Avait-il le droit de se comporter comme ça car il n'était pas d'accord avec la femme ? Peut être pas. Et puis elle lui proposa d'aller à la taverne. Saintes couilles du Créateur.

« A la taverne ? Ma bouteille n'as donc pas suffit ? »


Il tenta de se décrocher, mais Tullia ne l'écoutait même plus, enfoncé dans sa lubbie. Elle commença à s'accrocher au col de son simple haut, et le tira vers la Taverne. Oh, bordel. Ca lui permettra de terminer sa soirée en beauté.

« Oh... hé bien. D'accord, mais vous payez, Garde-Commandeur. »

Il n'était peut être pas très galant de demander à une femme de payer -enfin, concernant Tullia, Blackwall n'était pas sûr que ce soit le type de femme à apprécier la galanterie-, mais Blackwall souhaitait sauvegarder les quelques pièces qu'il avait réussi à garder pour s'acheter quelque chose de bien.

Tullia le tira donc à moitié vers la Taverne, avant qu'il ne parvienne à se détacher de la poigne d'acier de la Garde-Commandeur, et qu'il se mette à la suivre de son propre chef. Ils entrèrent dans la taverne. A cette heure, la Taverne ne pouvait pas plus être bondée. Toute les places étaient prise, et un brouhaha agréable accueillirent les deux Gardes. Une large table était remplie de soldats de l'Inquisition qui festoyait. Etrangement, il n'y avait pas beaucoup de gardes. Il préféraient peut être se tenir entre eux.

Mais quand les soldats de l'Inquisition virent Tullia arriver, accompagné du malheureux Blackwall, un réflexe qui fut appris après des semaines de la Garde-Commandeur dans la Taverne : Ils désertèrent la table au plus vite, laissant à Blackwall et à Tullia la meilleure place de l'endroit. Comme quoi, il était pratique d'avoir une réputation. Mais Blackwall ne savait pas si Tullia était vraiment si horrible, et si les soldats de l'Inquisition n'exagérait pas. Il savait juste qu'il ne fallait pas jouer avec elle à la grâce perfide.

Ils commandèrent des verres et des verres, jusqu'à ce que Blackwall sente la chaleur familière de la saoulerie venir. Il demanda à Tullia, d'une voix non assurée.

« Dites moi... Garde-Commandeur. Est ce que vous étiez à l'Inébranlable ? »

Il finit sa rasade de bière.



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 411
Mar 31 Juil - 18:35

Le Garde égaré


Le garde Blackwall semblait outré de mon air peu convaincu. Cette recrue lui avait sauvé la vie de ce qu’il disait, et méritait une récompense pour cela. Un gage d’appréciation oui, mais… ça… Je n’avais pas répondu, mon esprit ayant vagabondé autre part tout en me rappelant de ne rien attendre d’extraordinaire de la part de ce Garde si un jour je lui sauvais les miches. Quitte à me donner quelque chose, autant que ce soit utile, mangeable ou buvable. Ma proposition de l’amener à la taverne le surpris, alors qu’il louchait à moitié sur la bouteille entre mes mains. Je souriais et répondis avec autant d’entrain que de malice, n’allant pas me laisser intimider par une bouteille d’eau de vie.

"C’était une bonne mise en selle je dois dire… Mais ce n’est pas drôle si cela ne se termine pas dans une taverne ! "

Mon harcèlement de pochtronne porta ses fruits, et finalement il se laissa guider relativement aisément vers la taverne. Cependant, il me fit remarquer que ce serait à moi de payer. En tant que supérieure, cela ne me gênait pas. Et puis après tout, c’est moi qui l’entrainais dans cette histoire.

"Ha ha ha ! Vous ne perdez pas le nord, c’est certain. Mais soit, vu votre limite actuelle vous n’allez pas me coûter cher. "

Qu’il me coûte ou non, la taverne était pour moi un terrain de jeu dont je me savais bannie si Cassandra ou bien Cullen trainaient dans les parages. Et pour cause, j’avais la fâcheuse habitude d’amener leurs soldats dans des parties endiablées de Grâce Perfide, les allégeant allègrement de leur bourse et de quelques effets personnels. Même si maintenant la plupart avaient compris la leçon, il y en avait toujours pour désirer une revanche pendant que les autres me fuient comme la peste. Bref, j'aurais toujours de quoi trouver quelques monnaies sonnantes et trébuchantes. Sentant que Blackwall n'allait pas tenter de fuir, je le lâchais et marchais joyeusement vers la taverne en sa compagnie. En ouvrant la porte, on sentit l'air lourd et chargé de senteurs divers et variés ainsi que le brouhaha d'une salle bien remplie. Quelques uns se tournèrent vers nous à notre arrivée, mais je les ignorais totalement. Regardant les tables pour voir une place de libre, je reconnus un groupe de soldats de l'Inquisition avec qui j'avais joué à la Grâce Perfide plusieurs fois il y a deux semaines, et qui depuis me fuyaient comme la peste. Ils étaient à une bonne table, et j'allais simplement leur demander de se serrer un peu. Nous approchant et leur faisant un grand sourire appuyé par un signe, ce fut le signal de départ et en un éclair ils partirent de la table. C'était risible. Je tournais un regard amusé vers Blackwall, qui ne devait pas avoir l'habitude d'une telle déférence.

"Et on dit que la galanterie est morte, ha ha ha ! Ils sont bien braves et attentionnés ces petits soldats, je tâcherais de m’en souvenir… Ce n’est pas la peine de fuir comme ça, on ne prend qu’un bout de table ! "

Mais trop tard, ils étaient déjà bien loin, recroquevillés sur une autres tables à nous regarder comme si nous allions les manger. Ou comme si moi j'allais les dévorer. Haussant des épaules, nous nous asseyons sur l'extrémité de la table, et bientôt le reste de la table fut de nouveau prise. En revanche, il y avait comme une distance de sécurité, les places juste à côté de nous restant vides et les gens à notre table se gardant bien de croiser nos regards ou de nous adresser la paroles. Ce n'était pas une ignorance pour être méchant, mais juste éviter d'attirer mon attention. Je le sais, car c'était un comportement assez fréquent des endroits que je visitais régulièrement. La faune s'adapte aux nouveaux prédateurs entrant, une fois que le nouveau territoire a été partagé. Ce qui m'allait très bien. Sans plus attendre, nous commandions des pintes de bières et j'en profitais pour commander également de quoi manger. Boire me donnait un grand appétit, discuter encore plus. J'avais pris de nombreuses choses, comme du pâté en croûte, du pain, du fromage, du raisin et un peu de ragoût. Je mangeais plus que je ne buvais au final, ce qui me permettait de garder un bon contrôle de mes esprits et faire attention à ce que disait Blackwall. Entretenant la conversation, je lui faisais part de quelques anecdotes des Tréfonds et de mon temps pas si loin en tant que Sénéchale. Puis vint une question de Blackwall, qui tenait tant bien que mal et se montrait sous un jour meilleur. Si j'avais été à l'Inébranlable ? Je poussais un profond soupire... Un soupire de frustration en fait.

"Naaan, j’y étais pas, et c’est pour ça qu’on m’a envoyé. Mais j’aurais bien aimé être du nombre, ne serait-ce que pour voir le visage de cette infamie qui veut nous contrôler. Et voir de mes propres yeux ce qui peut nous affliger, pour mieux le comprendre et mieux le combattre. "

Je posais ma chope, qui était à moitié vide et trônait à côté de tous les plats quasiment vides. C'est vrai que l'Inébranlable, j'étais mitigée. En un sens je me doutais que cela avait du être horrible, et les chances que j'y sois passées sont très élevées. Mais en un sens, y être et avoir vu ce qu'il s'est passé m'aiderait bien à mieux gérer les choses ici, et également la transition avec l'Inquisition. Peut être que j'aurais pus sauver plus de Gardes également. On en saura rien de toute façon. Blackwall devait se demander pourquoi j'étais ici alors, si je n'avais pas participé à l'Inébranlable. Ou alors il se demandait s'il en m'avait aps vu là bas.

"Je suis venue ici suite à l’appel à l’aide des Gardes d’Orlaïs restant, une fois qu’ils ont été recueillis par l’Inquisition. Je suis une garde Féreldienne, mais nous tenons de très bonne relation avec la garde d’Orlaïs. D’où le fait que nous ayons répondu aussi vite à l’appel malgré notre nombre modeste."

C'était l'une des grandes raisons, oui. Wulf se souviendra toujours de l'aide qu'avait voulu apporté Orlaïs lors du 5e Enclin, mais qu'ils furent bloqués par l'armée de Férelden en raison de la "trahison" des Gardes de Férelden. Tout ça pour cette connerie de politique. Nous étions liés et leur devions beaucoup, car ils avaient tenté quelque chose contrairement aux Anderfels. Alors, quand ils ont appelé à l'aide, nous ne pouvions que répondre présent. Et Wulf n'a rien pensé de mieux que d'envoyer sa meilleure arme de chaos et de destruction massive humaine. Moi. Je regardais Blackwall, pensant que sa question n'était pas anodine. Posant sur lui un regard curieux et perçant, je lui retournais la question.

"Et vous, y étiez-vous ? Avez-vous également ressentis ce contrôle sur vous ? J’avoue être curieuse… Les autres Gardes disent que c’est l’Appel qui les a transit de peur et rendu malléable, mais j’ai du mal à croire que ce soit aussi simple que cela…"

J'avais beaucoup de questions, et personne ne pouvait y répondre à moins d'être un Garde. S'il y avait été, alors j'aurais peut être des réponses, car il avait l'air moins traumatisé que les autres Gardes. Pourquoi ? Une grande question. Mais il pourrait très bien me confirmer ce que les autres n'ont pu me révéler.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 132
Mer 8 Aoû - 20:44

Le Garde Egar(d)é


Blackwall regarda Tullia manger et boire comme un ogre. Il en faisait de même, à dire vrai. Mais il remplaçait ce que Tullia avalait comme nourriture par encore plus de boisson. Il ne se rappelait plus depuis combien de temps il avait bu autant. C'était bon. Il appréciait être ici, les idées vagues, le corps si sensible que chaque fibre de son corps, de ses doigts de pieds jusqu'à ses cheveux, pouvaient ressentir la chaleur ambiante. Il avait écouté d'une oreille distraite, buvant son saoul, les anecdotes de Tullia qui relevait surtout autour de recrues de templiers misent à poil dans le réfectoires, de têtes d'engeances, et de concours de boisson. C'était une femme vraiment singulière. Il la regarda poser sa chope, soudainement sérieuse quand il redirigea le sujet vers l'Inébranlable. Elle n'y avait pas été. D'une voix exhalant les litres d'alcools qu'il avait ingéré, il gardait quand même un sacré contrôle sur sa voix et ses mouvements. Ce n'était pas son coup d'essai.

« C'est tout à votre honneur d'avoir accepté la position si vite, vraiment. On peux dire ce qu'on veux, mais vous êtes une femme d'honneur, malgré votre comportement. »


Il n'aurait pas dis ça si il n'avait pas été sous le coup de l'alcool. Mais ce qui était bien, c'est qu'il ne pouvait même pas voir les erreurs qu'il faisait. Peut être oublierait-il avoir dit ça.

« Mais oui, j'étais à l'Inébranlable avec l'Inquisitrice, à la toute fin. C'est la première fois que je vis les Gardes si... vulnérables. »


Il apporta sa chope à ses lèvres, et la vida d'un trait, la posant avec un bruit sonore.

« Vous avez tort. Ce n'était pas un contrôle. Corypheus a juste titillé la corde la plus sensible de notre Ordre. L'appel a toujours été synonyme de mort, je pense que vous le savez autant que moi. Clarel a paniqué. Vous n'avez pas vu ce que dont nous avons été témoins. »


Il baissa sa voix pour ne pas perturber l'ambiance de la Taverne, et il se pencha pour se rapprocher de Tullia, comme si il voulait lui faire des confidences. Il pouvait sentir le parfum de la garde, mélangé à un forte partie d'alcool fort et de nourriture, mais il était toujours là, décelable. Une fleur au milieu d'un champ de bataille.

« Des tas de cadavres de guerriers fidèles à l'Ordre empilé sans remords, des rivières de sang alimentant les rituels de magie de sang afin d'invoquer le plus de démons possibles... C'était encore pire quand nous sommes arrivés. Les massacre se sont accéléré, des centaines et des centaines de Gardes mouraient chaque minute, par les lames de leur propres frères mages afin d'extirper et de contrôler l'armée démoniaque de Corypheus. Mais le pire... »


Sa voix se brisa un peu. Ce sujet tordait vraiment Blackwall, et l'alcool accentuait ses émotions.

« Le pire, c'est qu'ils étaient convaincus de faire quelque chose de bien. J'ai vu une femme... nous l'avions rencontré à Boscret. Des Gardes l'avaient sauvé, et elle nous avait dit qu'elle allait les rejoindre. J'aurait du intervenir, j'aurait du lui dire que ce n'était pas le moment. A l'assaut des remparts, je l'ai vu. Son regard était empli de fierté, et elle se trancha elle même la gorge.  Le sang fut récupéré par Clarel pour ouvrir une faille. J'ai réussi à convaincre certains de ne pas faire ça mais... trop de sang a coulé cette nuit là. »

Il haussa un peu la voix, son récit terminé.

« Comprenez vous ? Comprenez vous pourquoi je suis si insistant pour que quelqu'un à la position de Garde-Commandeur fasse attention ? Cette erreur aurait pu plonger l'Ordre dans l'oubli. Qui aurait sauvé Thédas lors du prochain enclin ? Qui ? »

Il posa ses mains sur la table, son explication claire et précise pour son insistance lors de la discussion précédente.

« C'est pourquoi je m'excuse, Tullia. Je m'excuse d'avoir douté de vous premièrement, et je vous conjure de ne pas faire les erreurs de vos prédecesseurs. »

Il lui sourit, un sourire agrandit par la boisson. Il fit un signe à l'aubergiste, englobant lui et Tullia.

« Une autre ! Aujourd'hui, je noie le Garde-Commandeur Tullia sous la boisson ! »



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Le Garde égaré - PV Blackwall
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» pour renouveler ma garde robe
» [CdA][Mirdhynn] Garde impériale
» La Garde Montée : Forum des éleveurs de Raval
» [Achat] Garde impériale - Que du tallarn !
» Un jeune garçon nommé Dylan...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Cour du Fort-
Sauter vers: