en haut du forum
en bas du forum



[Mission] Des elfes en danger [FINI]

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 429
Sam 23 Juin - 15:40
Leur instructeur avait confié le commandement à l'un d'entre eux, Daniel, qui avait pris la tête de leur groupe. Derrière lui, ses quatre compagnons d'armes, les quatre autres doigts de la main qu'ils se plaisaient à former. Cette mission de l'enchantait pas, mais les ordres étaient les ordres, et bientôt ils seraient l'élite de la nation. S'ils n'échouaient pas. L'image formée par la description de leur principale cible s'agitait devant ses yeux, quand sa monture s'emporta. Il la calma, non sans dévisager la pauvresse devant lui. Elle passa de l'admiration à la peur en si peu de temps que cela serra ses entrailles. Une voix derrière lui l'interpella, la voix de Renart. « Le chef a dit qu'il fallait tuer toutes les oreilles pointues que nous trouvions sur notre passage... » Il l'interrompit, d'une voix sèche, agacée. « Je sais très bien ce que le chef a dit. » Renart ne comprit pas son agacement, mais heureusement, il se tut. Daniel approcha la lapine, sans quitter sa monture, sortit son épée. « Debout. » Il glissa la pointe de sa lame sur la gorge si fine, si douce, de l'elfe. Elle aurait été une parfaite compagnie, avec des vêtements propres. Daniel s'imagina un instant étendre les cheveux de la pauvresse sur un oreiller de soie, et il soupira. Tuer des êtres sans défense était-il digne de l'honneur des Chevaliers ? Quelle que fut la réponse à cette question, il n'avait pas le choix. Il devait montrer l'exemple à ses compagnons, et cette pauvre femme serait sa première victime.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1084
Mar 26 Juin - 2:59

Si son expression demeura calme, son cœur se précipita au bord de ses lèvres. Une terrible envie de vomir ses tripes sur les pavés le prit au ventre, et il lui fallut tout sa retenue pour ne pas exulter en une marée d'insultes qui aurait tôt fait de trahir sa vraie identité. Au lieu de ça sa mâchoire serrée sous le coup de la fébrilité peina à articuler les mots qu'il glissa à Bael, qui fila aussitôt tel l'éclair.

« Dis à quelqu'un d'alerter les gens de la Chantrie, les prêtresses ou que sais-je. Nous aurons besoin de toute la pression religieuse et morale possible, surtout venant de ceux qui condamneraient la violence. »

C'était loin d'être gagné et il leur faudrait tomber sur quelqu'un prêt à les écouter, mais à ce stade il était prêt à tout essayer. L'idée de défier en duel l'un de ces Chevaliers ne quittait pas un coin impulsif de sa tête, mais les infimes chances de victoire plus que l'instinct d'auto-préservation le dissuadèrent de pousser plus loin dans cette voie. Enfin à supposer qu'il arrive à faire illusion suffisamment longtemps pour ne pas les faire tous exécuter sur le champ.

Néanmoins le temps n'avait pas suspendu son cours pour laisser libre cours à son torrent de planifications. Horrifié, Siha se sentait comme un joueur d'échecs jouant avec seulement la moitié des pions. Les pertes étaient imminentes... il fallait absolument faire quelque chose avant que ce ne soit irrémédiable.
Un éclair fui foudroya la poitrine lorsque Ashel attira un peu trop l'attention pour son propre bien. Se forçant à étudier le comportement des divers guerriers, il observa leurs visages en quête d'une expression moins déterminée, plus nerveuse. Finalement il s'avança en sortant de l'ombre, les yeux azur rivés sur l'épée suspendue à la gorge de la diseuse de bonne aventure. Son regard était sévère bien que sa posture soit alerte et agile.

« Toutes les oreilles pointues à vue, dites-vous ? Nos directives principales auraient-elles donc tant changé depuis ma dernière visite à Val Royeaux ? La main sur son épée 'Michel' s'avança le menton levé, l'air tranquille mais fier de l'ancien Champion de Célène, figure emblématique de leur ère. La question est plutôt simple, lors du premier jour d'un Chevalier plus que tout autre. Où repose votre serment, que devez vous écouter ? Les consignes d'un homme mortel et faillible, ou les lignes sacrées de notre Code ? »


Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 429
Mar 17 Juil - 15:06
MESSAGE PERDU *pleure*


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chevalier-Templier
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 222
Jeu 19 Juil - 14:46

Ô Créateur, je réponds à Ton Appel


Val Royeaux. Le joyaux d'Orlaïs. La capitale qui représentait le bon goût et la préciosité de la grande noblesse qui habitait ces lieux. C'est étrange. Quand, petite, elle était venu à Val Royeaux avec son père, la beauté de la ville l'avait subjugué.. Ces grandes rues immaculées, ces soldats en armure brillante, et parfois des groupes de chevaliers qui marchait fièrement. Mais, après avoir grandit dans un cercle en tant que Templière, après avoir participé à l'Oblitération de Dairsmuid, Val Royeaux n'avait plus le même effet sur Léah. La ville dégageait une aura de... factice. Comme si la ville était propre et immaculé car elle était supposé l'être, et pas autrement. Cela dérangeait Léah. Le plus fort brille la lumière, la plus noire sera l'ombre.

C'était pour ça qu'elle voulait s'éloigner un peu des artères principales de la ville. Elle se baladait dans la ville, cherchant à réfléchir. N'étant que de passage, Léah avait décidé de garder son armure sur les épaules, son bouclier sur le dos, et son épée à la ceinture. Elle marchait dans les rues que ceux ne vivant pas à Val Royeaux ignorait. C'était là que la ville dévoilait son véritable visage. L'une des nombreuses chantrie de la ville se trouvait dans ce secteur, et elle voulait s'y arrêter pour parler à une des dernières amies qui lui restait.

Elle marchait dans l'ombre, évitant le soleil qui tapait sur son armure. Etrangement, il y avait très peu d'elfes. Les bas-cloîtres de Val Royeaux étaient proches de cet endroit, une spirale de saletées et de pauvretés, remplies d'oreilles pointues qui rampaient dans la poussière. Léah n'avait jamais vraiment bien considéré les elfes. Sa famille supportait le grand duc Gaspard de Chalons, et n'avait généralement pas de jolies mots pour ces « sangsues sans grâce et sans valeur », comme disait son père.

Soudainement, derrière elle, elle entendit des pas hâtifs ainsi qu'un halètement haché. Le son s'approchait d'elle. Un voleur, ici ? Tout était possible près d'un bas-cloître. Elle ne s'étonnerait même pas qu'un elfe la pensait idiote dans sa grosse armure, et qu'elle n'était pas assez rapide pour lui trancher la gorge avant qu'il ne lève une de ses sales pattes sur elle. Il verrait bien. Mais pas de mouvements hâtif. Elle posa sa main sur le pommeau de son épée, et se retourna pour jeter un œil à celui qui semblait bien pressé.

Elle avait donc raison. Une espèce d'elfe s'approchait d'elle à grand pas, et voulait apparemment l'accoster.  Mais... étrangement... ce n'était pas un regard d'avidité et d'hostilité qui emplissait le visage de l'elfe. Mais quelque chose que Léah pouvait bien reconnaître. De la peur. Une peur si grande que les muscles du visage étaient crispés. Oh non. L'elfe s'était jeté à ses genoux. Des émotions conflictuelles se bousculaient dans le cœur de Léah. De la pitié. Du mépris. Mais surtout, le vide qui l'emplissait à chaque fois qu'elle pensait à un certain moment de sa vie. Oh non.

« Le bascloître est en danger. Des Chevaliers sont là... Ils vont massacrer tout le monde. »

La main de Léah trembla sur le pommeau. Créateur. Aurait-elle la force de ne renvoyer que du dédain à cette elfe méprisable ? Etait-ce la volonté du Créateur d'envoyer sur son chemin ce gamin pour lui demander son aide ? Un certain extrait du Cantique explosa dans sa tête.

Nombreux sont ceux qui se vautrent dans le pêché,
Persuadés d'être damnés de corps et d'âme.
Mais qui se repent, qui garde sa foi entière,
Malgré les ténèbres du monde,
Qui traite les faibles sans veulerie, ni dédain,
Mais respecte la Loi et les Oeuvres du Créateur,
Celle là connaître la Bénédiction du Créateur.


La main de Léah tremblait encore un peu sur le pommeau de son épée. Elle regardait l'elfe à ses pieds d'un regard vide, mais dans sa tête, la tornade d'émotions continuait de faire rage. Elle murmura doucement, pour elle-même :

«Ô Créateur. N'ai-je qu'un choix à faire pour rester dans Ta Lumière ?»

Bien sûr. Bien sûr que ce choix était le bon. Une douce sensation se déversa sur Léah, balayant le doute et l'anxiété, mettant de côté le mépris et l'inaction. Cette sensation était la certitude de faire la bonne chose. La certitude de faire la volonté du Créateur. La main de Léah cessa de trembler, et la flamme de sa passion fut ravivé un instant. Ses yeux furent animé de son envie de protéger autrui. Ce pour quoi elle était devenu Templière. Elle dit d'une voix ferme, attrapant le bras de l'elfe pour le forcer à se relever.

«Elfe. Lève toi et mène-moi au lieu de cet infamie. Il ne sera pas dit que, à ton moment le plus sombre, le bras armé de la Chantrie sera resté au repos ! Prie, elfe. Prie le Créateur pour le salut de ta vie, et de celle de tes compagnons !»

Elle attendit patiemment que l'elfe lui montre le chemin.



Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue le Créateur qui me donne
Une âme à la fois noble et fière.


En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombre.
Les années s'annoncent sombres,
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 49
Jeu 19 Juil - 16:51


des elfes en danger

ft. felassan & co


Ashel ne répondit pas. Elle allait mourir, elle le voyait dans ces yeux au regard impitoyable... leur plan n'était pas suffisant, elle avait trop voulu attirer l'attention... Elle allait mourir. Voilà qui lui apprendrait : à vouloir jouer les héros, on se retrouve avec une épée au fil de la gorge. Mais elle n'allait pas laisser ces chevaliers jouer avec elle. Elle n'allait pas lui obéir... Elle n'allait pas le supplier...

Tout son corps s'était tendu, ses jambes prêtes à la porter aussi loin que possible pour sa propre survie, mais "Michel" parla enfin. Tout le monde, Ashel y compris, tourna la tête pour écouter l'illustre chevalier. Contre toute attente, Daniel baissa son épée et la voyante put enfin respirer, même si c'était par saccades - elle ne s'était pas rendue compte d'à quel point tout son être avait été paralysé.

Les Chevaliers conversaient maintenant entre eux, un murmure de désapprobation opposait ces crétins avides de sang à leur supérieur. Putain, il s'en était fallu de peu. Ça lui servirait de leçon. Pas à pas, elle s'éloigna lentement en marche arrière, soutenant le regard de Daniel. Puis elle se retourna finalement et déguerpit en courant, disparaissant dans une artère.
Une fois qu'elle fût hors de vue des Chevaliers, elle se plaqua contre un mur et attendit la suite, l'esprit déchiré entre l'envie de tenir sa promesse et celle de sauver sa peau avant que cela tourne au massacre.



#99cccc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1084
Ven 20 Juil - 10:00
Siha avait regardé le doute s'installer dans les yeux de l'aspirant Chevalier, puis se répandre à travers le groupe tout entier comme une traînée de poudre. Tentant de confiner son soulagement il leur fit simplement face la main toujours posée sur la garde de son épée, une feinte tranquillité sur son visage de dandy. Rassemblant les maigres cartes à sa disposition il se souvenait clairement des consignes et autres informations répétées par Bael. S'approchant d'un signe de tête aussitôt l'épée mise de côté, il ne put que constater la vitesse à laquelle le résolution d'Ashel céda sous l'instinct de survie. Tout le monde n'avait pas le sang-froid de tenir bon en une telle situation aussi il comprenait son choix, bien qu'il soit profondément déçu de la tournure des événements.
Avec une alliée partie il sentit la pression augmenter d'un cran sur ses épaules, mais n'avait malheureusement d'autre choix que de poursuivre cette mascarade. Il était trop tard pour faire marche arrière. Son sourire se fit patient envers Daniel, quoiqu'un peu amer. Mais finalement cette déception n'était pas très différente de ce que Michel ressentirait face au regret de ces meurtres... du moins tel qu'il l'imaginait. L'ancien champion s'avança pour saluer le groupe d'un signe de tête et discuter plus discrètement avec celui qui semblait le plus ouvert à la discussion.

« J'ai tué trois elfes tel que mon supérieur m'a ordonné, mais je n'ai certainement pas 'tué tous les oreilles pointues à vue' ce jour-là. L'excès de zèle n'a jamais fait la valeur d'un guerrier. » Son ton était calme mais coupant, mettant l'emphase sur cette extrapolation qui n'était pas dans les règles originelles. « Les visages de ces personnes me hantent encore. Et bien que je préfère mourir à tomber dans le déshonneur, je ne peux m'empêcher de penser qu'il y a d'autres manières de faire ses preuves que de passer des elfes au fil de l'épée. »

Il espérait avoir leur attention, car quoique basées sur les règles strictes dont il avait été vaguement mis au courant, ses paroles visaient surtout à gagner un temps précieux. Tout dans sa posture était délibérément lent et calculé, agile et élégant telles que le dépeignaient les descriptions de De Chevin. Pourtant au fond il ne savait pas si une aide quelconque arriverait, ni combien de temps Bael mettrait à contacter des bonnes âmes disposées à intervenir. Y arrivait-il seulement ? Il ne pouvait que prier Mythal, le Créateur, et tous les autres panthéons existants.
Pensif, il sembla hésiter à répondre à Daniel, qu'il regarda toutefois bien en face, sans peur.

« Je n'ai toujours pas accompli la tâche qui m'incombe, aussi je demeure indigne de me présenter devant sa Grandeur l'Impératrice ou ses fidèles sujets. Dans le but de ne pas attirer l'attention j'espérais me réapprovisionner en vivres, faire réparer mon armure, et emplir mon cœur de courage à la vue de notre belle Val Royeaux, avant de repartir vers ma quête sans tarder. »

Les mots lui écorchaient secrètement les lèvres d'un venin mordant, chargé de messages que Siha n'aurait jamais pensé délivrer un jour. Néanmoins il ne s'agissait pas de préserver son ego ou respecter ses croyances... des vies étaient en jeu. Les vies de son peuple.

« J'ai ouï dire qu'une noble Dame avait été choisie en tant que nouveau Champion, est-ce donc vrai ? »



Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Sam 21 Juil - 18:41





d e m e t r i, a s h e l, l e a h  &  s i h a, les elfes en danger

On apercevait de minces bandes de ciel entre les maisons de bois et de torchis du bas-cloitre, aux pignons rapprochés. Le sol était couvert d’une fange assez malodorante où les gens traînaient, selon leur condition, leurs pieds nus, leurs patins de bois ou leurs souliers en cuir. Mais en cette heure sombre où la peur survole les foyers des oreilles pointues, les ruelles sont désertes, les lourdes portes barrée de fer demeurent closes. Quiconque, un tantinet soucieux de sa survie, se terre au fond de son lit ou se blottit contre le réchaud crépitant de leur cheminée de fortune. A l’arrivée fracassante des chevaliers, le sol tremblait soulevant un nuage massif de poussière et ne manquant pas de surprendre le personnage qu’incarnait Ashel. Pauvre brindille qui s’effondre au sol, inquiète quant au sort que leur réserve les hommes armés. Dissimulée dans l’embrassure perpendiculaire d’une maisonnette, tu ne rates rien de la scène qui se déroule sous tes prunelles polaires. Tu examines le jeune chevalier qui semble être à la tête de la cavalerie. Il est pâle, la poussière glisse sur son armure comme un torrent s’échappant d’une cascade d’eau pure. Il plisse ses petits yeux comme si la poussière pouvait le faire pleurer. Nonchalamment juché sur son destrier, il n’est pas aussi détendu qu’il aurait voulu en avoir l’air. Tu le sens nerveux, méfiant et plein d’appréhension. Son hésitation apparaît comme une aubaine que tu te jures d’exploiter au moment opportun. Les autres hommes d’armes lui emboitaient le pas, et l’un d’eux ne tardait pas à intervenir à haute voix afin de lui rappeler l’objet de leur mission.

Jusqu’alors tu t’étais accrochée à l’idée que, bien que Siha ait pour but de leur en dissuader, ils finiraient par respecter strictement à la lettre l’accord qui fera d’eux des Chevaliers. Ces hommes avaient de toute évidence reçu la consigne de chasser les oreilles pointues, comme ils se plaisent vous appeler. Voilà qui était limpide pour toi. Demetri, désolée, tu te rends compte qu’il n’y aura pas de paix sans combat. Le soldat qui avait susurré quelques mots au meneur, était un petit gaillard trapu, d’environ vingt ans, à l’air belliqueux, stupide et entêté face aux propos de Sir Michel, le Chevalier illusoire que Siha incarne. Du coin de l’œil, tu aperçois Ashel qui parvient à s’échapper malgré l’épée sous la gorge qui attentait à sa vie. Tu respires à nouveau malgré ton visage qui s’assombrit. Les hommes ne semblent pas reconsidérer la question du massacre des elfes, alors tu décides d’intervenir à ton tour. – Qui êtes-vous pour venir brutaliser mon peuple ? Ton capuchon tombe en arrière, dévoilant ta longue chevelure morte d’un blanc éclatant. Ton regard glacé s’amarre à ceux des chevaliers lorsque le pommeau de ton épée se dévoile discrètement, accrochée au fourreau de ta ceinture. – J’ignore qui vous en a donné l’ordre, mais vous vous opposez à moi. Dites-le à votre supérieur. Et dites-lui que je suis Demetri Blodwyn,  Représentante du peuple elfique. Si jamais mes mains se posent autour de son gros cou, il n’en réchappera pas. Tu regardes le reste de la cavalerie du meneur, eux qui ont tous le même air buté que leur chef. Tu ne te déclares pas vaincue, tu espères être soutenue pour résister, sinon c’est sans espoir.



avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 429
Dim 22 Juil - 12:52
Daniel ne prête pas attention à la pauvresse qui s'éloigne. Tout en lui attend fébrilement les réponses de Michel, bien qu'il ne le montre pas. Le Chevalier, son héros, son modèle, s'avance vers lui, et l'aura de déception l'entourant crispe Daniel, redevenu enfant l'espace d'un instant. « L'excès de zèle n'a jamais fait la valeur d'un guerrier. » Il repense aux instructions. « Les visages de ces personnes me hantent encore. » Le visage de son frère. « Il y a d'autres manières de faire ses preuves. » L'honneur d'un Chevalier. Daniel est perdu dans ses pensées, il entend à peine Michel lui répondre. Il acquiesce d'un hochement de tête quand il est question de Dame Béatrix. Pourra-t-il contenir ses compagnons s'il décide de ne faire qu'une unique victime, celle expressément décrite par leur instructeur ? Ses compagnons, qui déjà se gaussent des paroles du Chevalier en fuite. A-t-il été mis à la tête de leur groupe pour tester sa capacité à commander ses frères d'armes quand lui seul souhaite éviter une boucherie ?

*


« Elfe. Lève toi et mène-moi au lieu de cet infamie. Il ne sera pas dit que, à ton moment le plus sombre, le bras armé de la Chantrie sera resté au repos ! Prie, elfe. Prie le Créateur pour le salut de ta vie, et de celle de tes compagnons ! » La templière lui dit de prier, alors Bael prie. Il prie le Créateur, Andrasté et la Chantrie. Il prie, tout en se relevant, gardant la tête baissée pour ne pas déshonorer la templière. Il prie, tandis qu'il reprend le chemin du bascloître, essoufflé. Il prie, et peut-être ses prières seront-elles exaucées. Enfin, ils arrivent. Devant eux, Michel de Chevin affronte de toute sa hauteur les cinq Chevaliers en armure, droits sur leur monture, envoyés pour leur épreuve.

*

Alors que Léah arrive à la suite de Bael, Daniel est sorti de ses pensées par une elfe à la peau de soie et aux cheveux immaculés. Son cœur fait un bond en voyant l'elfe venir vers lui, la tête haute et le regard fier. « J’ignore qui vous en a donné l’ordre, mais vous vous opposez à moi. Dites-le à votre supérieur. Et dites-lui que je suis Demetri Blodwyn,  Représentante du peuple elfique. Si jamais mes mains se posent autour de son gros cou, il n’en réchappera pas. » Ses compagnons rient, tandis que Daniel considère sérieusement la lapine. Il voit dans ses yeux le regard sûr d'une guerrière, et dans son attitude une meneuse. Malheureusement, il sait qu'il ne pourra plus empêcher ses frères d'armes d'agir. L'elfe a déclaré un combat qu'il souhaitait éviter. Il exprime d'un hochement de tête sa peine à Michel, puis fait signe à ses compagnons. L'un d'eux peut affronter la guerrière. Sans hésiter un instant, Renart descend de sa monture et cache ses cheveux flamboyants sous son casque. Il tire son épée et arme son bouclier. « Alors comme ça, une oreilles pointues pense pouvoir faire peur à un Chevalier ? Bat-toi, ce sera encore plus amusant que de t'égorger. » Il se met en position de combat, son large sourire caché par son casque.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chevalier-Templier
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 222
Lun 23 Juil - 11:32

Créateur, je réponds à Ton appel


L'elfe semblait suivre les conseils de Léah. Certains dans la chantrie disaient que les oreilles pointues étaient des bêtes impies qui ont renié le Créateur, mais Léah ne voyait qu'un elfe terrifié, qui priait le Créateur pour le salut de ses proches. La Templière ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il était plus pieux que certains humains. En particulier des nobles d'Orlaïs.

Mais la Templière n'avait pas le temps de penser à ce genre de chose. La marche fatigué de l'elfe s'était transformé en trottinement, puis à la fin en une course effréné. Ils traversèrent les rues mal famées des bas-cloîtres de Val Royeaux, mais tout se passa en une fraction de seconde pour Léah. Elle était entièrement concentré sur la tâche à venir. Des chevaliers. La fine fleur de l'empire, se comportant comme des... maraudeurs. Elle n'aurait jamais cru. Peut-être était-ce connu du peuple de Val Royeaux ? Et des autres ? Mais Léah n'a jamais fréquenté que des Templiers, et le cercle de Montsimmard. Et Dairsmuid.

Elle devait se préparer mentalement pour potentiellement affronter ceux qui étaient réputés comme les meilleurs guerriers de l'Empire. Elle imagina une bougie, qui se consumait à petit feu dans son esprit. Elle plongea ses émotions dans la flamme, et récita en murmurant, bougeant à peine les lèvres, des extraits du cantique de la lumière. C'était un exercice basique de concentration pour un apprenti-templier, mais il avait toujours son effet sur Léah.

C'est une templière prête et calme qui tomba sur une scène... étrange. Le groupe de chevalier dont Bael parlait était bien là, sauf qu'ils confrontaient deux personnes singulière. Premièrement, une elfe à la longue chevelure blanche se tenait droite devant les chevaliers, une aura de défi et de détermination virevoltant autour d'elle. Mais, plus important aux yeux de Léah, un homme discutait avec les Chevaliers. Un homme blond, en armure de Chevalier et dont le nom était connu de presque tous dans l'Empire. Michel de Chevin. Que faisait-il ici ? Il ne semblait pas être du côté des agresseurs. Léah espérait vraiment, car si la chose tournait au vinaigre, elle ne savait pas si elle était capable de combattre cet homme. Elle a toujours eu une grande admiration pour l'ancien champion de l'impératrice. Comme presque toutes les jeunes femmes d'il y a quelques années, elle pensait. Mais elle devait faire ce pour quoi elle était venu. S'avançant, le torse haut, elle laissa Bael derrière elle et parla d'une voix forte et emplit de toute l’autorité dont sa voix était capable. Elle s'adressa aux chevaliers, levant sa paume gantelé de métal pour leur signaler d'arrêter tout.

« Au nom du Créateur, arrêtez-vous ! Que venez vous faire ici, Chevaliers ? Venez-vous en paix, dans les habitations de ces elfes, ou venez-vous apporter mort et destruction tel des maleficars ? »


Elle tenta son possible pour écarter sa main de son épée. Elle ne voulait pas commencer le combat.



Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue le Créateur qui me donne
Une âme à la fois noble et fière.


En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombre.
Les années s'annoncent sombres,
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1084
Mar 24 Juil - 14:05
Pour Siha il était aussi naturel d'assumer le rôle de figure de mentor bienveillant que de respirer, étant donné que c'était une de ses fonctions les plus importantes au quotidien. Par conséquent il reconnut l'hésitation dans le regard troublé de Daniel, qui semblait perdu entre la morale héroïque qu'on lui avait inculquée et les actions que son futur statut exigeait de lui. Deux attentes contradictoires devenues incompatibles lors de cette descente rituelle, soit la systématisation de meurtres aléatoires. Était-ce donc similaire aux stratagèmes par lesquels les Orlésiens justifiaient la conquête par le sang ; et la Chantrie expliquait la barbarie d'un génocide ?
Ravalant l'amertume et la révolte, le dalatien s'accrocha d'autant plus fort au masque de Michel. Hélas la conversation avec Daniel tourna court, ce dernier étant absorbé par le dilemme éthique. Quelque part il prit le gamin en pitié, regrettant qu'il n'ait pas d'autres repères que les dogmes poussant à la violence gratuite. Il n'avait pas l'air d'un mauvais gars et sa promptitude à questionner les ordres reçus montrait de la bonne foi, bien qu'elle soit submergée par une vision encore naïve. Quel gâchis.

Son cerveau échafaudait déjà mille plans pour gagner la confiance du guerrier afin de trouver une solution pacifique, quand la voix de Demetri résonna dans les ruelles vides de Val Royeaux, limpide mais d'une froideur métallique. La jeune femme se présenta résolument en attirant l'attention générale, proférant une provocatrice menace, la tête haute. Son cœur fit un bond en voyant la Flèche de Sylaise se mettre ainsi en danger malgré la désertion d'Ashel, mais il se voyait malheureusement limité dans son intervention. Il était toujours disposé à révéler sa supercherie si sa vie était en jeu, néanmoins il craignait que cela ne fasse que mettre de l'huile sur le feu. Cumuler le statut d'apostat à celui d'elfe allait sans nulle doute dessiner une cible sur son front, d'autant que ces apprentis chevaliers ne seraient pas ravis d'avoir été menés en bateau par un changeur de forme.
Décidé à au moins soutenir cette initiative du mieux possible et tirer leur improbable épingle du jeu, Michel pose une main paternelle sur l'épaule de Daniel comme pour le soutenir silencieusement, puis continue en avant en direction du groupe. S'arrêtant uniquement lorsqu'il est à hauteur de Renart, il pose une main grave sur le pommeau de son épée et parle assez fort pour se faire entendre de l'assemblée.

« Vous ne manquez pas d'affront... Et bien que cela semble une façon idiote d'abandonner tout espoir de vivre, je ne peux que respecter le guerrier qui s'interpose pour ce qu'il croit juste. » Dit-il en s'adressant directement à Demetri.

Il avait bien remarqué la présence d'une autre femme en armure, flanquée d'un Bael absolument terrifié et se faisant tout petit pour ne pas attirer l'attention. Une lame au service de la Chantrie ou bien une âme charitable de passage, il ne saurait dire avec certitude. Néanmoins son interjection appelait à la paix et c'était tout ce qu'il pouvait en espérer. La saluant d'une révérence courtoise, il continua tout de même de sa voix forte, simulacre des tonalités de l'ancien Champion.

« Tout comme ma Dame ici présente, j'espérais trouver une solution qui fasse couler le moins de sang possible, tout en permettant aux aspirants Chevaliers de faire leurs preuves. » Son regard parcourut chacun des présents armés, comme pour juger de ce dont ils étaient capables. « Vous en conviendrez, passer des elfes au fil de l'épée ne reviendrait qu'à salir vos lames lors de votre premier jour de serment. La plupart d'entre eux ne sait pas se battre et n'a même pas le droit de posséder d'avantage qu'un couteau... autant dire qu'ils n'incarnent pas un adversaire à la hauteur de nos prouesses martiales. »

Il anticipa les protestations des plus sceptiques, dont Renart, qui avait déjà pied à terre, fiévreusement décidé à en découdre avec l'impudente brindille qui se tenait si fièrement devant lui. Michel leva le menton, le visage sérieux et fier comme une statue de marbre.

« J'aime à croire que notre Code est aussi sacré que le Cantique, que ses lignes saintes sont plus importantes que l'orgueil et l’égoïsme des hommes. Nous sommes une seule épée de justice, nous sommes des frères. » Bael posa une main sur la poitrine et Michel répliqua élégamment le geste.

« Demetri Blodwyn est prête à nous affronter pour la sauvegarde de son peuple et bien que je ne comprenne tout à fait sa décision, je respecte son courage et son abnégation, ces valeurs qui nous sont si chères ; par conséquent je ne saurais supporter de répondre à son défi par le silence ou la moquerie. En vue de rendre les choses équitables, je vous propose donc un duel  pour l'honneur, en un contre un, ici et maintenant ! » Il prit une inspiration, laissa la tension monter d'un cran et ne poursuivit lorsque tous furent suspendus à ses lèvres.

« Si les aspirants gagnent ils disposeront de la perdante comme ils l'entendront, et seront déclarés prêts à être adoubés dès la prochaine aube. Toutefois si la représentante des elfes gagne, elle disposera du perdant comme elle l'entendra et les aspirants rentreront à leur foyer sans prendre une seule vie. » Sa voix se fit plus forte, plus tonitruante. « Chevaliers de demain, choisissez votre Champion ! »

« Noble Dame, » Baissant d'un ton il s'était galamment tourné vers Léah, avant de la rejoindre. « acceptez-vous de m'accompagner en tant que témoin impartiel, sous le regard de notre bien aimé Créateur ? »



Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Mission] Des elfes en danger [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 7Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» Mission Classique : Capri c'est fini [Toutes Plateformes]
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"
» [Warhammer] Elfes noirs
» [Fini] Mon nabaztag devient un mir:ror !
» Elfes noirs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Val Royeaux-
Sauter vers: