en haut du forum
en bas du forum



Combat et Alcool, le duo gagnant [PV.Tullia]

avatar
Noble Nevarrane
- Civils -
Messages : 21
Lun 28 Mai - 23:41
Il faut bien manger à sa faim dans la vie et cela coûte de l’argent, ce qui commençait à manquer alors que je logeais dans une taverne de Val-Royeaux pendant mes recherches. Ce besoin de revenues m'emmena à accepter un travail de chasseur de prime disponible sur l’une des places de la capitale. J’avais pris une annonce qui venait des villages aux alentours du Dorsale de Givre, les habitants faisaient les frais d’une bande d’engeances qui rôdaient dans les environs et les Garde Des Ombres tardait à venir s’en occuper. Il faut dire que suite à la bataille de la forteresse inébranlable, ils avaient bien des soucis récemment pour remplir leurs devoir les plus basiques, faut croire. Ou alors ils n’avaient tout simplement pas encore eu le temps de s’en occuper, qui sait.

En tout cas, cela me permettait de mettre à profit mes années d'entraînement et de récupérer un petit pécule qui me mettrait à l’abri pour quelques mois, ce qui n’était pas négligeable. Sans plus de préparation, je me préparais à quelques jours de voyages puis montais sur mon cheval, partant vers l’est au galop, voulant arriver le plus tôt possible sur les lieux du contrat. Je ne savais pas grand chose sur les engeances, mis à part que leur sang était toxique et qu’une seule goutte pouvait vous tuer… Je pensais a prendre une écharpe pour couvrir ma bouche et mon nez sous mon casque une fois sur place, mieux valait ne pas prendre de risque.

Après deux jours à parcourir le sud de Thédas, j’arrivais dans l’un des villages qui avaient été attaqué par les engeances. Une partie des récoltes avait été saccagée et plusieurs maisons avaient brûlés. J’avais aussi constaté l’odeur de chair brulée, sûrement les victimes de l’attaque. Je m’étais rapidement entretenu avec le “maire” des lieux, un simple forgeron qui faisait office de chef du village qui m’indiqua que les engeances se cachaient dans des grottes du Dorsal de Givre, certaines amenant sûrement vers les tréfonds. Je devais donc attendre qu’ils sortent pour m’occuper d’eux. Le forgeron me fît savoir aussi que les engeances était une demi douzaine, j’avais confiance en mes compétences mais j’étais largement en sous nombre… Je n’avais néanmoins pas le temps d’attendre des renforts, il fallait les arrêter avant que le nombre de victimes augmente !

Je me mis en route sans mon cheval cette fois ci, ne voulant pas risquer sa vie dans un combat, il avait de plus besoin de repos. J’avançais dans une forêt de sympa, la neige ralentissant mes mouvements, montant jusqu’aux chevilles. Alors que je m’arrêtais pour boire un peu de vin, pour me réchauffer, je vis des traces de pas provenant d’un groupe de quelques choses. Les pas étaient trop nombreux pour qu’ils s’agissent de chasseur et correspondait bien à un groupe de six personnes, sûrement les engeances que je cherchais. Les traces étaient assez récentes vu qu’elles étaient encore très nettes, je me rapprochais visiblement d’eux.

Quelques heures de marches me permirent enfin de les voir. J’avais tiré mon épée au clair et me dirigea discrètement vers eux. C’était la première fois que je voyais des engeances et… C’était une vision de cauchemar. On aurait dit des hommes carbonisés, respirant la malveillance et le mal absolu. Ils marchaient en direction d’un des villages que j’avais vu sur la carte des environs, je devais les arrêter avant qu’ils n’y arrivent. Je constatais qu’il n’y avait heureusement pas de mage dans le groupe, j’avais ouïe dire que certaines de ces créatures en était capable. C’était juste des engeances basiques, armées d’épée rouillée et d’arc tordue. Alors que j’étais cachée derrière un fourré, elles se tournèrent d’un coup vers moi, alors que je n’avais absolument pas bougé ni fait de bruit, comme si elles m’avaient sentis… Je me lançais en avant, voyant que j’étais repérée et dans un cri de rage, j’abattais mon épée sur le crâne d’une des créatures, son sang se répandant sur mon casque et mon tabar immaculé, mon bouclier arrêtant l’une des flèches qui m’était destinée. Le sang faisait battre mes tempes alors que l’adrénaline gonflait mon courage et mes muscles.

D’un pas souple, je fis un bond en arrière pour pas me retrouver submergée par le nombre, le bouclier levé pour arrêter un autre projectile mortel. Je sentis alors une présence à mes côtés...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 225
Mer 30 Mai - 22:53

Combat et alcool, le duo gagnant


Accoudée à mon bureau dans la tente, je regardais avec désespoir la pile de rapport que je devais vérifier. Même si Emery m'aidait beaucoup pour trier l'ensemble, je ne pouvais échapper à mes obligations de Garde-Commandeur. Je regardais en dehors de la tente, le regard morne et faisant la moue. C'était quand la dernière fois que j'avais tué quelqu'un, ou du moins quelque chose ? Une éternité, trop long pour moi et mes nerfs. Je prenais un papier, le lisais sans conviction.. quand soudain, mes yeux parcoururent des lignes plus intéressantes. Une note venant de Fort Céleste, ou plus précisément de la maitre espionne Léliana. Un rapport sur la présence d'engeances en bas de la Dorsale de Givre, du côté d'Orlaïs. A une semaine de Fort Céleste, elle demandait l'intervention des Gardes pour enquêter et garantir la sécurité des villages aux alentours. Mon regard s'illumina, et un grand sourire apparut sur mon visage. Enfin ! Je me relevais d'un coup, comme un diable sortant de sa boite, et partis comme une trombe dans le campement des gardes. Je devais trouver au plus vite Emery et lui en parler. Ce que j'exécutais assez rapidement. Je lui montrais la lettre avec excitation, parlant avec volubilité et appuyant avec des arguments convainquants. Je voulais prendre avec moi les 3 dernières recrues en formation, ainsi qu'un garde plus expérimenté par sécurité. Une mission éclair, surtout qu'on ne mentionnait qu'une petite patrouille. S'il y avait trop de danger, on rebroussait chemin. Nous parlions un moment, mais je sentais que le fait de lui glisser l'idée que j'allais être absente pendant 2 bonnes semaines, et donc 2 semaines de vacances pour elle, les gardes et Fort Céleste, c'était un véritable cadeau. Quand je reçus enfin un accord de sa part, je bondissais de joie et allais rejoindre mes heureux élus. Les débusquant dans une tente alors qu'ils cassaient la croûte, je crois que mon air ébahis et mon expression de joie pure les frent blemir de peur.

"J'ai une surprise pour vous les bleus ! Demain à la première heure on part en balade pédagogique par delà les Dorsales de Givres, ha ha ha !"

Je leur expliquais alors en quoi allait consister cette petite "balade". C'était assez simple en fait, ils allaient tout simplement faire leurs armes contre des engeances, des vraies. On ne peut après tout apprendre à détecter la présence d'engeance sans en approcher. Ils étaient anxieux, mais j'étais heureuse de voir qu'ils étaient motivés et plutôt impatients. Et le fait d'être avec le Garde-Commandeur et un autre garde expérimenté les rassuraient. Ce qui était parfait ! Nous préparions nos effets, quelques derniers rappels d'entrainement, et nous voilà sur les routes. En raison de la présence encore incertaine des Vénatoris, nous faisions attention pour rester discret. Apprendre aux petiots à cacher son identité, se traces ou à choisir des chemins non découverts était autant amusant qu'ils avaient soif d'apprendre. Nous portions nos uniformes, mais cachés sous des capes et quelques lambeaux de tissus. De même, nous longions les chemins en ne les empruntant que si c'était trop difficile. Nous mettion une bonne semaine pour arriver dans la forêt qui concernait les engeances. Là, enseignement sur comment pister des engeances. Le plus évident était de trouver des villages brûlés, mais le plus difficile est de faire travailler ses sens de garde et son sang pour détecter la présence de corruption. La notion n'était pas évidente, mais j'étais certaine qu'en étant en présence d'une vraie engeance, ils comprendront. De mon côté, tout comme l'autre garde expérimenté, nous avions sentis des traces. Plus concentrée et l'envie de sang me prenant aux tripes, je commençais la traque. Cela dura deux jours, mais plus nous avancions plus les signes de présence se faisaient fort. Egalement, les traces montraient que le groupe était restreint, pas plus d'une demi douzaine à vue de nez. S'il n'y avait pas de mage hurlock, alors la chose ne serait pas trop difficile. L'Archidémon n'étant pas là pour exciter les engeances, elles étaient moins sujettes à nous repérer. La chasse avançait bien, et nous arrivions au moment où nous avions rejoins la troupes. Cachés et en retrait, nous observions les engeances avancer. Pas de mage, c'était une bonne chose. Pas d'ogre non plus, ce qui est encore mieux. Je me tournais vers les recrues, qui d'un coup faisaient moins les malins.

"Alors on se rappelle la formation, ne paniquez pas et restez concentrés, même s'ils sont moches. Faites du propre, du net et de l'efficace. Je ne veux pas une goutte de sueur ! "

Ils étaient formés pour ça, rien n'était pas rendre la chose difficile. C'était leur baptême du feu, mais une fois les premières engeances tuées tout ira tout seul. Ils avaient leurs instructions, et finalement j'étais plus là pour observer et sauver ceux en difficulté s'ils paniquaient. Je me tournais vers les engeances, qui étaient à une bonne vingtaine de mètres de là. J'attendais le bon moment pour... Mais soudain, je vis un nouveau protagoniste intégrer le tableau. Ou plutôt une protagoniste. Etonnée, je la regardais s'approcher. Je souriais, faisant un petit commentaire tout en faisant signe à mes Gardes d'attendre.

"Tiens tiens, une inconsciente... Attendez mon signal."

Elle n'avait pas encore été repérée par les engeances, et vu son attitude elle cherchait clairement à se les faire. Soudain, elle hurla et chargea la troupe. Je souriais un peu plus, me tournant vers mes recrues en la pointant du doigt.

"Ça vous voyez, c'est à ne PAS faire. Allez, allons y avant qu'elle ne se blesse."

C’était sans doute une civile, et nous ne pouvions risquer la contamination. Aussi, nous devions y aller. Bon exercice pour les recrues, car il fallait maintenant protéger une autre personne à l’improviste. Bon, vu comment elle se défendait, elle n’avait pas vraiment besoin d’aide. Mais bon, on ne sait jamais ! J’étais la première à me retrouver à ses côtés, lui faisant un grand sourire tout en faisant virevolter mes dagues. Je posais mes yeux étranges et malicieux sur elle, parlant de ma voix chantante et enthousiaste.

"Alors, on veut jouer avec les engeances ? Vous permettez qu'on participe à la petite sauterie ? Ha ha ha !"

Dans un sursaut de rire je me plongeais dans le bain de sang. Le combat fut intense mais très court. Les recrues s’étaient bien débrouillées, et à la fin il n’y avait plus qu’un tas d’engeance gargouillant dans leur propre sang. L’effet de surprise avait aidé, ainsi que cette civile combattante. Cependant, avant d’en savoir plus je devais féliciter mes troupes et leur donner quelques instructions. Je me tournais vers eux, qui avaient l’air encore perturbé par ce combat.

"Bien, c’est un bon échauffement ! ... Regroupez-vous, faites un bilan de vos blessures et des environs. Je veux aussi une fouille des cadavres. Exécution !"

Bien qu’un peu fatigué, mais pas trop vu les entrainements draconiens que je leur faisais subir d’habitude, ils se mirent au boulot. Je les entendais se féliciter les uns les autres et commencer à commenter le combat. Je souriais, amusée, pour me tourner ensuite vers la jeune femme. Je la toisais un court instant, avant de l’interpeller avec un grand sourire et des manières amiables.

"La chasse aux engeances n'est pas vraiment conseillée quand on n'a pas le sang robuste... A qui ais je l'honneur de voir survivre à une petite patrouille ?"

Je croisais les bras, dévoilant quelque peu sous les tissus ensanglantés l’uniforme des gardes. Je me demandais d’où elle venait, mais vu ses mouvement lors du combat elle avait de la technique. Ce n’était pas une simple pécore qui se disait aventurière, loin de là. Il y avait de la qualité de combat, c’était certain.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Noble Nevarrane
- Civils -
Messages : 21
Sam 2 Juin - 23:16
Le combat tourna court dès que les gardes des ombres s’invitèrent dans le combat que je menais alors seule. C’était visible qu’il s’agissait d’eux vu leur manière de se lancer dans la bataille et au symbole des gardes, caché sous leur manteau. Mes sentiments étaient partagés, d’un côté, j’étais contente de combattre avec ces guerriers aux prouesses légendaires.. D’un autre, je risquais de me faire sucrer ma prime de travail à cause d’eux et les évènements récents me forcent à être méfiante. Plusieurs rumeurs circulent sur les gardes des ombres Orlésiens qui ont rejoint l’inquisition suite à une dissension dans leur rang. Je m’avançais en même temps que les autres gardes, ne me préoccupant pas plus que ça de l’étalage de technique de l’une d’entre elle, sûrement la supérieure. C’était typiquement le genre de personne qui était des poids morts lors d’une bataille, à se mettre inutilement en danger pour impressionner la galerie ou par soif de sang, même si cela pouvait avoir un effet non négligeable sur le moral de troupe.

Je passais le fil de mon épée dans le ventre d’une des créatures puis lui donne un violent coup de bouclier dans le crâne pour le faire tomber. Relevant la tête, je vis que toutes les engeances avaient péris, nous avions eu l’avantage de la surprise grâce aux autres gardes, je leur devais peut-être bien la vie finalement. Pourtant, sans forme de présentation ou autre, je commençais à suivre les traces de pas alors que les gardes des ombres faisaient leur briefing. Je remarquais que des traces de pas, bien plus nombreuses, prolongés celles faites par le groupe qu’on venait de vaincre. Ce n’était donc que l’arrière garde et le gros des engeances était en marche vers des villages humains, ça sentait pas bon…

Je m’apprêtais à en parler à la chef du groupe alliée mais elle me devança, me demandant qui j’étais pour venir affronter de pareil monstre. Je pu confirmer qu’il s’agissait de garde des ombres lorsqu’elle souleva, de manière attentionnelle ou non, le tissu qui la couvrait pour me laisser découvrir l’armure des gardes des ombres. Je commençais alors à me présenter rapidement, sentant bien que l’urgence nous poussait à agir vite:

-Elysa sans terre, présentement mercenaire. J’étais sur les traces des engeances depuis quelques jours et je crains que nous n’ayons eu à faire qu’à l’arrière garde. Au vu des traces, la troupe d’engeances est bien en avance sur nous, il faut agir vite avant qu’ils ne fassent plus de dégats.

Je passais le fil de mon épée sur la neige, nettoyant le sang d’engeance qui le recouvrait. Je pris une poignée de poudreuse pour le passer sur mon casque que je venais de retirer ainsi que sur mon bouclier dans le même but, voulant éviter le moindre risque d’infection. Je libérais ma longue chevelure noir dans le mouvement et on pouvait distinctement voir ma cicatrice sur la joue gauche lorsque je descendais mon foulard:

-Puis-je vous accompagner dans votre traque ? Je suis inquiet du sort réservé aux paysans du coin si on ne fait rien, sans compter le pécule qui doit m’être accordée une fois la menace éliminée.

Je remettais mon casque et mon foulard, repris mes armes, prête à partir à la chasse aux monstres.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 225
Jeu 7 Juin - 21:00

Combat et alcool, le duo gagnant


La jeune femme répondit avec pragmatisme, tout en essuyant ce qu'il restait de sang d'engeance sur sur la neige. Allant droit au but, elle était intéressante et ne semblait avoir peur de rien. Elle avait également l'oeil, ayant aussi repéré les traces au devant du groupe d'engeance. J'y jetais un coup d'oeil, mais retournais assez rapidement vers cette Elysa. Avec un petit sourire malicieux et le regard pétillant de malice, je me présentais également.

"Haaa, je vois...Tullia Estrama Von Raijer, Garde-Commandeur d'Orlaïs. Vous avez raison, cela ne semble être que l'arrière garde..."

Sa mention de "sans terre" était étrange maintenant que j'y pensais. une noble pu bourgeoise déchue ? Cela semblait être un genre d'exil ou bien de pélerinage, mais bon peu importe. On avait de l'engeance à tabasser. Je regardais mes gardes finir de chercher les alentours, regardant également les traces et ramenant quelques petit trophés de la fouille au corps. Elysa demandait à nous suivre, autant pas inquiétude pour les villageois que par soucis financier. Elle me plaisait de plus en plus celle là ! Manquait juste un peu de joie de vivre, mais bon. Au moins elle avait du cran de s'en prendre seule aux engeances, ou alors une certaine inconscience. Dans ma jeunesse, j'étais les deux, alors je ne risque pas de lui jeter la pierre quoi qu'il arrive! Pour répondre à sa demande, je souriais un peu plus, affichant clairement mon engouement pour une telle décision.

"Je ne vois pas d'inconvénient, plus on est de fou plus on rit ! Pour vous il en coûte un pécule, pour moi juste un peu moins d'engeance à tuer. Mais avec de la chance, il y en aura bien assez pour qu'on s'amuse tous ! Ha ha ha !"

Je riais, prenant réellement plaisir à me battre. Cela faisait tellement longtemps pour moi que je n'avais pas affronté d'engeances. Avec ce boulot de Garde-commandeur, je n'avais pas eu le loisir de partir en vadrouille, jusqu'à aujourd'hui. Une aubaine, surtout quand ceux qu'on rencontre sont doués avec les armes. C'est toujours un bonheur de voir des comparses qui savent utiliser une lame. Après, qu'elle ait le sang bouillannant de jouissance à l'idée de déchirer la gorge d'un hurlock ou de planter sa dague dans les yeux d'un ogre, c'était une autre histoire. Je marchais vers mon petit groupe, les hélant pour les rassembler.

"En selle les bleus ! On continue la traque. En formation et en avant, u sauvetage est à prévoir. Restez groupés."

Il s'exécutèrent, mais on sentait la tension venir à nouveau. C'était un petit groupe d'engeance, qui sait ce qui nous attendait plus loin. Leurs mines s'assombrissaient, et j'étais la seule à être radieuse et excitée comme jamais. J'irradiais de joie et me retrouvais comme un poisson dans l'eau. J'avais hâte, ce qui ne faisait qu'augmenter le stress chez les autres recrues. Je revenais en revanche vers Elysa, faisant une dernière recommandation sur un ton un peu plus sérieux.

"Et vous, Elysa, vous devez tout de même faire attention à ne pas prendre trop de risque. La contamination des engeances n'est pas à prendre à la légère, et je préfère éviter une épidémie... Bon, en route!"

Je donnais le signal de départ, reprenant la piste. Elysa avait raison, ce n'étaient pas les seules engeances. Les traces montraient un groupe plus conséquent, dont des traces plus lourdes. Un ogre ? un chaf hurlock ? Difficile à dire avec les traces de neiges diffuses. Il fallait rester silencieux et à l'écoute. Nous marchions d'un pas rapide, remontant la piste. Plus nous avancions, plus nous pouvions entendre un silence de mort. Et petit à petit, le brouaha imperceptible et grandissant du drame. Le crépitement du feu sauvage, des cris et éclats de voix, des grondements, des fracas de métal. La fête avait déjà commencé on dirait!





* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Combat et Alcool, le duo gagnant [PV.Tullia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Sud de Thédas :: Orlaïs-
Sauter vers: