en haut du forum
en bas du forum



Leçon de pistage (Itta, Tullia)

Anonymous
Invité
Invité
Ven 1 Juin - 12:53
Les Gardes des Ombres de Ferelden et d'Orlaïs, après avoir décidé du bénéfice d'une mission commune, se sont décidés à approcher des clans Alvars dans les Dorsales de Givre, afin de trouver de nouveaux alliés, mettre en place des traités et recruter de nouvelles recrues, formées à une vie difficile. Après de nombreuses tentatives laborieuses de contact à divers endroits, ils finissent par avoir une réponse positive d'un certain Elorn-Mange-La-Montagne, Thane (chef de clan) de la Dent du Fennec.
Les Gardes arrivent sur place en fin de matinée, engourdis par une progression difficile en terrain pentu et enneigé. Le Thane les accueille à l'entrée du village avec des mots maussades, et leur annonce deux choses. D'une part, un banquet à lieu ce jour avec le clan de Fort-rouge, et il aimerait que les Gardes soient présents. D'autre part, il est inquiet pour son fils, Kiveal Ar Elorn, disparu depuis quelques jours avec une bande d'éclaireurs. Le Thane ne dispose pas d'assez d'hommes pour assurer la protection du banquet et la recherche de ses hommes, et il demande donc l'aide de la Garde des Ombres. Deux groupes se forment donc : le Commandeur Garde Tullia et son amie Alda se chargeront de retrouver son fils et ses hommes, tandis que le Commandeur Garde Wulf, Emery et Blackwall assisteront au banquet.
Elorn-Mange-La-Montagne vous demande de suivre un jeune homme, de seize ou dix-sept ans peut-être, afin qu'il vous mène aux dernières traces et vous accompagne pendant votre mission. Il dit s'appeler Kell. Vous marchez dans la nature sauvage pendant une bonne heure avant d'arriver à un plateau recouvert d'herbes hautes, sauvages. En fouillant un peu, vous trouvez des signes sur une pierre, dessinés à la main avec ce qui semble être de l'ocre. Kell affirme que les traces ne doivent pas dater de plus de deux jours, et semble enjoué par cette découverte. Il désigne le chemin à prendre d'un geste de la main, et vous invite à décider de la marche à suivre. En effet, deux routes s'offrent à vous pour atteindre le sommet de l'imposante falaise : l'escalade, rapide mais dangereuse, surtout pour temps enneigé, ou un chemin la contournant, ce qui devrait vous retarder de quelques heures. A vous de faire les bons choix et d'en assumer les conséquences.


Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 484
Dim 3 Juin - 17:41

Leçon de pistage


Al'annonce d'une escapade conjointe avec les Gardes de Férelden dans les Dorsales de Givre, j'avais sauté au plafond et jubilais comme une gamine. Cette proposition donnée par Emery et son aval du côté de Wulf ne pouvait que me laisser pleine de joie. J'allais revoir Wulf sans doute, je serais enfin en mission et sur le terrain, et j'allais probablement pouvoir tuer des choses au passage. On m'avait bien mis en garde que c'était pour nous rapprocher des Alvars et qu'il fallait rester très diplomatique, d'autant plus que le chien barbu de l'Inquisition, Blackwall,
venait avec nous. Bref, je ne devais pas faire de vagues. Mais avec la possibilité de retrouver mes quelques camarades féreldiens, il ne fut pas difficile pour moi de tenir ma promesse. Nous partions donc en petit groupe vers le campement de la Dent du Fennec. Le voyage fut froid et long, mais mon impatience et ma joie insupportable rendait le trajet court à mes yeux. Quand nous retrouvions les autres gardes, je gardais difficilement mon calme et sautais sur Wulf. Il y avait aussi Alda, cette maitre d'arme que je regrettais de ne plus avoir avec moi. Les effervescences furent intenses mais courtes, et nous faisions ensemble le chemin restant vers le clan d'alvars. Le chemin est plus difficile, mais j'étais contente de peiner ainsi et de retrouver mes comparses d'antan. A notre arrivée, le Thane semblait être en position difficile. Une affaire d'éclaireur perdu et aussi un banquet diplomatique avec un autre clan. On voulait nous mettre sur l'affaire, et sans hésiter je me proposais pour retrouver les éclaireurs. J'étais faite pour le terrain, pas pour la diplomatie. Un repas gratuit et bruyant était attirant c'est certain, mais me dire que j'aurais tout le temps le regard de faucon d'Emery sur moi, regardant mes moindres faits et gestes et mes paroles me crispaient déjà.

L'arrangement fut convenu et chacun fut réparti selon les deux missions. J'étais déçue de ne pouvoir être avec Wulf, mais il fallait bien un Garde-Commandeur pour représenter les Gardes, afin de ne pas insulter nos hôtes. C'est avec joie que je me retrouvais donc avec Alda. Je ne pouvais rêver meilleure partenaire, autant pour son caractère et sa vivacité d'esprit que pour sa maitrise du combat. Avec Alda, c'était comme me retrouver avec un double de moi, mais en moins extravagante dans ses mouvements. Nous avions avec nous également un jeune homme du nom de Kell. On nous avait dit qu'il était jeune, mais sa débrouillardise et son expertise du terrain était exemplaire. Dommage que mes autres recrues ne soient pas là pour en prendre de la graine. Pendant que l'alvar nous aidait à retrouver des pistes, je ne cessais de taquiner Alda et de m'exciter pour un rien pour cette mission. Mes yeux brillaient d'une lueur chatoyante et inquiétante pour ceux qui me connaissaient.


"Ha ha ha ! Enfin un peu d'actions, ça va être amusant !! On va voir qui de nous deux est la plus douée, fu fu fu ~...."

On avait l'impression que je prenais la mission à la légère, mais ce n'était pas le cas. Je mettais toute mon expérience d'observation de Corbeau pour pister avec Kell et confirmer les différents indices. Le gamin avait la connaissance des signes spécifiques de leur clan. Les traces d'ocres par exemples, je ne comprenais pas ce qu'elles voulaient dire mais cela semblait être une bonne chose pour Kell. La plaine herbeuse facilitait les choses pour trouver les traces. Il y avait un peu moins d'une demi-douzaine de personnes selon les traces. Il nous dirigea vers le bas d'une falaise, et nous expliqua ce que nous avions comme option. Escalader une falaise enneigée pour gagner quelques heures, ou bien prendre un chemin plus facile. Les traces dataient d'il y a deux jours, alors quelle différence pour une heure ou deux en plus ou en moins ? Je regardais cette falaise avec intérêt. Si ça ne tenait qu'à moi, je prendrais le risque de l'escalader, autant pour être plus rapide mais également pour l'excitation de la montée avec la mort à ses pieds. Je manquais cruellement d'cativité au campement de Fort Céleste, et qui me poussait à prendre des risques. Mais je n'étais pas seule dans cette histoire, et nous avions également à charge un jeune du clan Alvar. Je me devais de demander ce qu'ils voulaient.

"Mhh... la paroi n'a pas l'air facile, mais c'est un beau challenge ! Par contre, je ne sais pas ce qu'il en est de ton niveau d'escalade Alda. Pareil pour toi Kell, qu'en penses tu ? Tu es du coin, tu dois connaitre cette falaise non ?"

Je me tournais vers eux, attendant une réponse. A la moindre hésitation de l'un ou de l'autre, nous prendrons le chemin facile. La peur n'était pas bonne conseillère pour ceux qui ne savent pas la manipuler. Autant pour Alda je ne me faisais pas trop de soucis, mais pour Kell... C'était une autre histoire.









code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 494
Jeu 5 Juil - 9:22
En haut de la falaise, le combat faisait rage et la situation des gardes, dos au vide ne jouait pas en leur faveur. Les templiers chargèrent sans aucune pitié et si leur nombre était supérieur, leur rage et leur force l’étaient tout autant. Ces poupées de chair et de lyrium n’essayaient même pas de cacher leur tactique, ils tentaient évidemment de repousser les quatre proies qui se présentaient à eux vers l’abysse.

Si Tullia parvint presque aisément à repousser trois d’entre eux, ce ne fut pas le cas d’Alda, la Garde sortit sa lame et tenta de parer les coups comme elle pouvait. Mais l’ascension l’avait laissée pantelante et fourbue. Ses gestes étaient trop lents, pas assez précis et l’air raréfié de la montagne lui tournait la tête. Elle en abattit tout de même un avant que tout bascule. Un pas de trop. Un pas, c’est tout ce qu’il avait fallut pour faire la différence entre le sol et la chute. Alda se sentit glacée d’un froid qui n’avait rien à voir avec la montagne, avant que la gravité ne prenne le relais et ne l’entraîne vers le sol.

Son cri retentit entre les arbres et dans le gouffre qui s’étendait sous elle, et ce fut par miracle que sa main rencontra un obstacle auquel s’accrocher. À Mi-hauteur elle attrapa un pic rocheux et s’y agrippa comme elle put. Elle avait pu compter les templiers, elle savait qu’il en restait quatre tout au plus à abattre, Tullia ne mettrait sûrement pas longtemps à les finir. Il fallait juste qu’elle tienne suffisamment longtemps pour qu’on vienne l’aider. En tout cas c’est ce dont elle essayait de se convaincre alors qu’elle pouvait entendre son coeur dans ses tempes… Au dessus d’elle elle distingua une silhouette, elle entendit une voix sous le hurlement du vent… Et la chute à nouveau.

Lorsque son corps heurta le sol il fut amortit par la neige et ce fut probablement ce qui lui sauva la vie, mais elle gisait sur la poudreuse lorsque Krell parvint à elle. Le jeune Alvar l’examina brièvement et se tourna vers la falaise pour crier à ceux restés en haut.



Voir le profil de l'utilisateur
Itta Augurdottir
Augure Alvar
- Civils -
Messages : 49
Dim 12 Aoû - 14:20

Tullia E. Von Raijer  


Stríðsmyndir
Je peints mon visage comme un guerrier

   

Le cri déchira les entrailles aimé de sa montagne. Intense. Dragonesque. Emprunt d'une rage et ténacité propre à son peuple. Itta ignorait s'il provenait de sa propre gorge, ou des alvars qui l'accompagnaient. Abrité derrière leur rempart de bouclier, iel joignait sa verve belliqueuse, aux autres. Au fiel de leur survie, il n'y avait plus de mots pour les guerriers. Seulement la fièvre du combat. Ce désir de briller devant les dieux ou mourir dignement.

Les templiers rouge, avait pris leur camp par surprise. En éclaireurs attiré par Sang de la Déchirure (= lyrium rouge généré par la brèche) qui avait éclaté, de la roche mère. Une attaque vive. Redoutable d'efficacité. Mais insuffisante pour faire ployer un peuple naît pour guerroyer. Les Alvars avaient rapidement tiré leurs armes au clair et Itta s'était jointes à la mêlé. 

Si le sang s'étaient écoulé des deux camps, le combat n'en était pour autant fini. Chacun s'était alors retranché et s'observait désormais en préparation des représailles à venir. Malgré la ferveur, l'issu était incertaine pour les alvars. Le tribu avait été lourd. Quant à la montagne, elle se révélait contre eux, en ce jours. Contraint au replis dans une grotte plus défendable, ils étaient désormais piégé par leur propre forteresse rocheuse. Que le mur de bouclier tombe à l'entrée et ce serait un massacre. C'est alors que deux hommes avaient pris le risque de tenter une percée pour permettre à l'Augure de fuir. Cristallisé dans la neige, à l'image des blessures de La Toute Mère, c’est ainsi qu'Itta avait laissé derrière iel le sang de ses compagnons, pour chercher de l'aide.




Pierre branlante, qui dévalait ce chez soi, Itta traversa de jours comme de nuit, les tracés ensanglantés de la montagne. Le froid avait figé, en peinture de guerre, le sang sur son visage. Anesthésiant glacé pour corps meurtrit, il rendait tolérable les estafilades, mais devenait par la fatigue un invisible ennemie. Que les yeux se ferment. Que l'alvar s'oublie. Et le trépas empoignerait son âme. Itta n'avançait plus que par l’orgueil de survivre. C'était là, la seule foi qui portait son pas. Dans l'épaisse couche de neige, chaque geste lui était coûteux et ne perdurait que par la nécessité de trouver une aide salvatrice. Iel marchait depuis deux jours, sans s'arrêter.

C'est alors qu'au cœur d'une gorge de pierre, Itta tomba sur une embuscade. Suivit ou attendu. Iel l'ignorait, comme l'indiqua son cri de rage. Masqué par les hautes herbes enneigés, les signes d'une force armé lui était demeuré inaperçus. Iel fut alors projeté, sans sommation, par le bouclier d'un templier mutté. Assommé. A genoux. La rougeoyance du lyrium faisait écho à la ruisselance de son propre crâne. Une rougeoyance qui gagna sa bouche, lorsqu'un violent coup de pieds l'envoya rouler quelques mètres plus bas, en direction des gardes des ombres.

   
AVENGEDINCHAINS
   



L'âme d'un peuple est dans sa mémoire.


ITTA : # Powderblue
ARLATH : # Burlywood


Voir le profil de l'utilisateur
Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 484
Ven 7 Sep - 19:45

Leçon de pistage


La question était presque réglée, et nous nous approchions de la falaise. Tout le monde était en confiance, et moi j'étais trèèès motivée à l'idée de me suspendre dans le vide. Je laissais le petit jeune prendre les devant, car au moins comme ça s'il tombe je pourrais tenter de le rattraper. Mais à peine avait il posé sa main sur la paroi qu'on entendu des cris. Des cris de combat, des bruits de bataille. Instinctivement, tout le monde s'éloigna de la paroi pour se mettre en garde, prêts à affronter ce qui allait arriver. Je me mettais devant, donnant des ordres.

"Alda, en formation et soit prête à prendre par revers ! Krell, reste derrière et à distance ! "

Le petit savait peut être se battre, mais il était sous ma responsabilité. Je ne pouvais pas le laisser prendre trop de risque. Qu'il prenne part au combat était une chose, mais qu'il se jette dans la gueule du dragon n'était pas une option valable. Pas sous ma responsabilité. Chacun prêt à bondir, c'est déboulant en roulant sur le chemin que nous voyons une alvar. Avec ces peintures de guerre et ces vêtements, il n'y avait aucun doute. Mais.. amis ou ennemie ? La question cependant ne se posa pas, car très vite arrivèrent sur le chemin les profils de templier rouge. Le lyrium rouge brillait dans la lumière froide des montagnes, et aussitôt le choix se fit. Mon sang ne fit qu'un tour, et je me ruais en avant pour protéger cette Alvar.

"Protégez la fille, et tuez ces enflures ! "

La priorité était de se débarrasser de ces templiers. Le chemin n'était pas très large, aussi notre rapidité allait être un avantage. Et je comptais bien en profiter, tout comme ce qui nous entourait. Le vide de la falaise était un choix intéressant, et je n'allais pas m'en priver. Je me lançais donc dans le combat, à corps perdu. Vive et agile, mes dagues étaient de redoutables ennemies. Les templiers étaient cependant des adversaires compliqués. Le lyriums rouge, qui leur sortait du corps, en faisait presque des morts vivants. La folie les rendaient incapable d'un jugement sensé, leur rapport à la douleur était digne du fanatisme. Le lyrium qui sortait de leur corps était toxique, je pouvais sentir leur rayonnement malsain à une distance si proche. Et ce n'était pas facile à détruire, même sur leur corps. Face à moi se trouvait un templier à bouclier, et deux autres étaient présents derrière, avec deux soldats plus léger. Je devais en premier m'occuper des soldats légers, qui pouvaient nous prendre à revers. Je savais qu'Alda était tout à fait capable de s'occuper du large bouclier, elle n'était pas maitre d'arme de Férelden pour rien. Par une acrobatie je passais donc à revers du soldat au bouclier, et me retrouvais face à l'armement léger. Les épées plus légères et mes dagues s'entrechoquèrent, et le combat se fit plus ardu. Ils étaient rapides et précis, on était loin du templier normal. Est ce que ce lyrium rouge leur donnait une force et une vitesse accrue ? Quoi qu'il en soit, j'arrivais tout de même à mes fins. Le premier finit égorgé, le deuxième fut bousculé par le corps de son camarade que je balançais vers lui, avant de le pousser dans le ravin. Il y eut un cri, et je me retournais pour voir ce qu'il en était. D'autres templiers nous avaient également rejoints, et le combat était rude. Mais là, je vis Alda se trouver en posture délicate, et alors que je tentais de me jeter en avant pour l'aider, je lui criais de faire attention.

"Alda, derrière toi !!!"

Mais il était trop tard....








code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 494
Lun 1 Oct - 21:56
En haut de la falaise, le combat faisait rage et la situation des gardes, dos au vide ne jouait pas en leur faveur. Les templiers chargèrent sans aucune pitié et si leur nombre était supérieur, leur rage et leur force l’étaient tout autant. Ces poupées de chair et de lyrium n’essayaient même pas de cacher leur tactique, ils tentaient évidemment de repousser les quatre proies qui se présentaient à eux vers l’abysse.

Si Tullia parvint presque aisément à repousser trois d’entre eux, ce ne fut pas le cas d’Alda, la Garde sortit sa lame et tenta de parer les coups comme elle pouvait. Mais l’ascension l’avait laissée pantelante et fourbue. Ses gestes étaient trop lents, pas assez précis et l’air raréfié de la montagne lui tournait la tête. Elle en abattit tout de même un avant que tout bascule. Un pas de trop. Un pas, c’est tout ce qu’il avait fallut pour faire la différence entre le sol et la chute. Alda se sentit glacée d’un froid qui n’avait rien à voir avec la montagne, avant que la gravité ne prenne le relais et ne l’entraîne vers le sol.

Son cri retentit entre les arbres et dans le gouffre qui s’étendait sous elle, et ce fut par miracle que sa main rencontra un obstacle auquel s’accrocher. À Mi-hauteur elle attrapa un pic rocheux et s’y agrippa comme elle put. Elle avait pu compter les templiers, elle savait qu’il en restait quatre tout au plus à abattre, Tullia ne mettrait sûrement pas longtemps à les finir. Il fallait juste qu’elle tienne suffisamment longtemps pour qu’on vienne l’aider. En tout cas c’est ce dont elle essayait de se convaincre alors qu’elle pouvait entendre son coeur dans ses tempes… Au dessus d’elle elle distingua une silhouette, elle entendit une voix sous le hurlement du vent… Et la chute à nouveau.

Lorsque son corps heurta le sol il fut amortit par la neige et ce fut probablement ce qui lui sauva la vie, mais elle gisait sur la poudreuse lorsque Krell parvint à elle. Le jeune Alvar l’examina brièvement et se tourna vers la falaise pour crier à ceux restés en haut.

- « Elle est blessée mais vivante ! Il lui faut des soins ! »


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Leçon de pistage (Itta, Tullia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Paroisse de Mâcon
» Antalya
» [Event] Dépistage de masse !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Rps abandonnés-
Sauter vers: