en haut du forum
en bas du forum



Rencontre de deux vielles institutions (PV Tullia)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Invité
Lun 4 Juin - 22:17
La porte s'ouvrit avec fracas et les clients présents se retournèrent pour voir l'étranger entrer... Après quoi la plupart s'empressèrent de retourner à leurs boissons quand virent que l’individu en armure de plaque était un templier. Certains lancèrent des regards d'admiration par dessus leurs chopes, d'autres de méfiances et certains de peur. Avec le scandale des templiers rouges les choses avaient été particulièrement chamboulée, la plupart des gens du commun continuaient à soutenir les templiers loyalistes à la chantrie qui continuaient à faire leur devoir, on ne pouvait nier que l'ampleur du phénomène avait plonger beaucoup de croyants dans la perplexité vis à vis de l'ordre.

Armand lança un rapide regard à la taverne avant d'aller s'assoir à une table libre près d la cheminé. Il enleva son manteau gorgé de pluie et le posa sur une chaise pour le faire sécher avant d'ordonner une bière. Il se cala alors sur sa chaise pour déguster son breuvage. Pas un grand cru mais ça lui suffirait. Il prit alors un moment pour repenser à sa mission.

Il avait été envoyé dans le coin pour entrer en contact avec une garnison de templier qui n'avait pas donnés signe de vie depuis des mois. Il avait été envoyé pour découvrir si ils étaient morts, avaient été corrompus ou avaient tout simplement eut des problèmes de communication. Heureusement ça avait été le dernier point, il leur avait donc transmis le message leur ordonnant de retourner à val Royaux. Avec l'éclatement de l'ordre, l'apparition brutale des templiers rouges et l’absence de divine il était très difficile pour les templiers de savoir à qui se fier et de qui prendre les ordre. Et l’éclatement de l'ordre ajouté à l’absence d'une hiérarchie claire ne faisait que renforcer ces problèmes. Les grandes prêtresses et les chevaliers capitaines tentaient bien de mettre de l'ordre dans tout ça mais leurs propres divisions ne facilitaient pas les choses. On avait donc décidé de réunir le plus grand nombre de templiers que possibles à Val Royaux pour coordonner les efforts et facilité les déploiements. Non seulement les templiers devaient assurer leur tâches habituelles consistant à traquer les apostats et protéger le mages loyalistes mais en plus ils devaient trouver et escorter ces mages loyalistes à la grande cathédrale de Val royaux et lutter contre les templiers rouges. bref autant dire qu'on manquait de bras sans parler du fait qu'on ignorait combien de templiers étaient restés fidèles à la chantrie.

Armand poussa un soupir. Il avait l'impression que l'ordre s'effondrait sur lui même au point qu'il craignait que les templiers ne s'en relèvent jamais, tout comme la chantrie et cette situation le désolait. Si ça ne tenait qu'à lui il aurait envoyé boulé les grandes prêtresses jusqu'à ce qu'elles se soient décidée pour élire une grande divine, réunis tout les chevaliers capitaine à Val Royaux et réorganisé l'ordre pour qu'il se concentre sur l'élimination des templiers rouges. Mais sur ça comme sur un tas d'autres choses il n'avait pas son mot à dire. Pour l’instant.

Il fut coupé dans ses pensées par la porte de la taverne qui s'ouvrit.

avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Mer 6 Juin - 21:44

Rencontre de deux vieilles institutions


A l'orée des Dorsales de Givre, au début des premiers bastions d'Orlaïs, se trouvait une petite ville de transit. Elle était bien différente de ce que l'on pouvait trouver en Férelden, et cela me faisait penser avec nostalgie à mon passé de Corbeau. Je connaissais plutôt bien ce coin, il y a un peu moins de 10 ans. Certaines choses avaient changées, mais les Orlésiens resteront des Orlésiens. Pour ma part, j'avais quitté Fort Céleste pour affaire. J'avais promis de m'absenter que pour une semaine et demi, aussi, je m'étais dépêchée de me retrouver sur place. Dans cette ville, je devais retrouver un de mes contacts, un certain Werbatch. C'était un de ceux qui avait trainé avec les Gardes d'Orlaïs, et il possédait quelques informations qui m'intéressaient. Bien entendu il n'avait pas été évident à trouver ni à convaincre, mais j'avais le bras long. Pas aussi long que la Maitre espionne Léliana, mais assez pour au moins avoir quelques appuis en Orlaïs. Un secret que je gardais farouchement, même auprès d'Emery. Le passé d'un corbeau n'est pas bon à mettre en avant, encore plus quand on a des responsabilités et qu'on veut être tranquille. Le voyage fut rapide à cheval, que je ne ménageais en rien. Je portais sans problème mon uniforme de Garde d'Orlaïs, Werbatch étant plutô favorablement attaché à cet ordre. En arrivant en ville, je le retrouvais dans son repaire temporaire, et nous discutions. Les présentations furent faites, mais il y avait beaucoup à dire et la méfiance était toujours présente. Il semblait ne pas croire que les Gardes d'Orlaïs soient ainsi tombés, déshonorés par leur sang. Cela tournait en rond, il était trop perturbé et j'étais moi même j'étais fatiguée. Nous convenions de nous retrouver le lendemain, une fois qu'il aura repris un peu de contenance et que moi même je puisse avoir des éléments intéressants à lui apporter. Car rien n'est gratuit dans la vie. C'était le soir, et j'avais décidé d'aller me poser un peu dans une taverne avant de faire un tour nocturne de la ville. Une activité divertissante pour moi, plus reposante que ce qu'on pourrait croire. Et puis j'avais faim, il me fallait me restaurer. Je trouvais la taverne la plus proche, et entrant en soupirant, repoussant légèrement ma cape pour être plus à l'aise.

"Rhaaa, saleté de Kaffas !"

Kaffas n'était autre que le surnom que je donnais à ceux qui me donnaient du fil à retordre. Un petit trait antivan qu'il me restait, en plus de mon accent chantant. Les gens se tournèrent vers moi à mon entrée, et restèrent figés un moment, l'ambiance bruyante de la taverne s'atténuant quelque peu. Mes cheveux nattés mais d'un blanc éclatant, mes yeux sombres et brillants à la fois, ma tenue de Garde des Ombres... Toute la recette pour jeter un froid sur l'assemblée. Tout le monde savait à présent que les Gardes avaient aidés à tuer la Divine. Même si ce n'était pas de façon intentionnelle, nous étions tout de même de mèches et impliqués. Gravement impliqués. Mais ce n'était pas pour diminuer mon envie de manger et de boire. Habituée depuis si longtemps à attirer l'attention, et pas forcément de façon positive, j'ignorais ces regards et me dirigeais d'un pas décidé vers le comptoir. Affichant un sourire avenant et parlant avec autant de chaleur que de bonne humeur, je demandais au chef de taverne mon dû.

"Bonjour tavernier, une pinte de wilhem et du paté de Mortaise s'il vous plait ~ !"

Il me lança un regard peu amène, gardant une certaine distance même. Mais voyant que je restais là, souriante et attendant une réponse, il poussa un simple grognement et fit un signe du menton. Voilà ma réponse. Satisfaite, je m'en retournais pour prendre une table. L'ambiance était de nouveau animée, mais j'entendais de ça et de là des remarques sur les Gardes. Bha, peu importe, je ne suis pas ici pour me vendre pour la bonne opinion de la populace, et je repartirais de cette ville dès demain. Je voyais enfin une table de libre, un peu isolée. Je m'y dirigeais, maugréant assez joyeusement contre ce tavernier antipathique.

"Et ben, cet accueil est digne des portes d'Orzammar, fu fu fu ~...."

Et chance que j'avais, en approchant de ma table je voyais qu'elle jouxtait tut juste avec celle d'un templier. Armure rutilante, regard étonné qui allait sans doute s'assombrir en me voyant approcher. Mes yeux étranges brillèrent de malice, et je me mis à sourire encore plus. Je m'installais à ma table, qui n'était qu'à une coudée de celle du templier. Je m'asseyais, voyant quelques secondes après une serveuse apporter ma bière. Je la remerciais, et enfin armée j'interpellais d'une voix chantante le très esthétique et agréable à regarder personnage templiesque à côté de moi.

"Alors, cher Templier... on s'en sort avec la Chantrie ~ ?"

Je n'y peux rien si les templiers c'est mon point faible. Autant de droiture et de piété dans une armure, cela ne peut qu'émoustiller mes sens de décadente et perfide ancienne assassin corbeau. Mon côté passionné d'Antiva n'aidait pas beaucoup non plus, mais rendait mon attirance encore plus irrésistible. Comme un chat attiré par ne sauterelle, et qui ne peut s'empêcher de vouloir jouer et courir après. Qu'Andrastée soit avec eux.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Jeu 7 Juin - 14:35
Armand observa avec étonnement la nouvelle arrivée, une très belle mais très étrange femme aux cheveux blancs et surtout à l'uniforme de la garde des ombres. Ces dernier étaient assez... bon d'accord très mal vue en Orlais et plus largement dans Thédas. Quelque soit le pays, peut de personnes appréciaient la part qu'ils avaient prit dans la mort de la divine. Certes ils avaient des circonstances atténuantes. Apparemment. Mais les gens du commun ne s'en souciait guère, à supposer qu'ils comprenaient tout les tenants et aboutissants de l'histoire, à supposer qu'ils en aient entendu parler, 'était que la divine était morte et que la guerre entre les mages et les templiers avaient continuer à cause d'eux.

Autant dire qu'il n'y avait pas meilleur façon pour avoir mauvaise réputation. Et cela se voyait à la façon dont les clients considéraient la jeune femme, avec une hostilité et une méfiance que personne ne prenait soin de camoufler. En tant que templier Armand aurait aussi légitimement dû haïr la jeune femme et peut être même tenter de l'arrêter. Mais il n'était pas là pour ça, et de plus il aurait été assez hypocrite de critiquer les gardes des ombres sur le fait d'avoir été infiltrés et manipulés, car la même chose était arrivé aux templiers. Même si heureusement pour eux les loyalistes comme Armand s'étaient révélés assez pour ne pas jeter l'anathème et le doute sur l'ordre de la même façon que la garde Armand sentait qu'il pouvait difficilement faire la blanche colombe dans ce domaine. Et il avait d'autres chats à fouetter.

Il fut surprit quand la garde des ombres s'approcha de sa table le sourire aux lèvres, car il aurait crut qu'il sera la dernière personne dans cette taverne avec qui elle aurait voulu s'assoir.

Pourtant la garde des ombres vint bel et bien s'assoir à sa table et avec un ravissant sourire vint le titiller à propos des liens entre templiers et chantrie. Visiblement elle savait que même chez les loyalistes il y avait des frictions avec la chantrie, sans parler du fait que c'était ces frictions qui avaient en partis causer l'apparition de templiers rouges.

Au lieux de réagir avec colère le jeune templier lui offrit son plus charmant sourire.

-Ma fois fort bien. Quelques petites disputes par-ci par là mais à part ça on ne peut pas se plaindre. Et vous ? Comment s'en sort la garde des ombres avec les engeances ? Et thédas en générale ?


Le message était clair. Armand lui aussi pouvait jouer à ça. Tout les nobles le pouvait. Un petit rappelle que la garde était dans un état pire que la chantrie et les templiers ne pouvait pas faire de mal.


avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Dim 10 Juin - 21:01

Rencontre de deux vieilles institutions


J'eus le plaisir d'être gratifiée par un sourire radieux de la part du templier, et part un accueil qui pourrait paraitre insensé de la part de l'un d'entre eux. En général, les templiers ne sont pas trop amateurs de mon allure et de la magie que je dégage malgré moi. Avec des manières tout à fait aimables et enjouées, il me demanda même ce qu'il en était des Gardes. Je ne pouvais qu'apprécier une conversation qui commence avec de si bons augures. Je riais, le regardant avec des yeux pétillants et ne cachant pas ma bonne humeur.

"Ha ha ha ! Ma foi j'aimerai voir plus d'engeance, étrangement. On se porte comme on peut, mais on est toujours là, c'est le principal."

Je fus interrompue par l'arrivée de la serveuse, qui arrivait avec mon assiette de pâté et du pain. Couteau sur l'assiette, je commençais mon petit casse-croûte, remerciant la serveuse et payant. J'avais une faim de loup, et je savais que cette maigre entrée n'allait pas être suffisante. Cependant, je ne savais comment on allait m'accueillir ici, et donc je n'allais pas commander trop dès le début. Tout en faisant ripaille, je continuais de parler avec le templier, qui ma foi ne semblait pas farouche. Pour mon plus grand bonheur.

"Les temps ne sont pas aisés pour les Templiers et les Gardes. Mais il ne sert à rien de se morfondre et de faire des têtes d'enterrement. Autant en profiter pardi !"

C'est vrai que de tels changements peuvent paraitre catasropthique pour tout le monde. Des morts, de l'incertitude, un chaos sans nom. Pour ma part, je voyais une opportunité. Celle de faire renaitre et d'améliorer la situation des gardes, leur organisation, de se trouver une nouvelle place. Eliminer les gêneurs, placer ses pions... en tant qu'ancienne Corbeau, je trouvais beaucoup de possibilités. Mais en tant que Garde-Commandeur, il est vrai que c'est plus une contrainte qu'autre chose pour mettre en sécurité ses hommes. Mais c'est un autre point. Maintenant que j'y pense, je ne m'étais pas présenté à cet agréable templier. A son allure, il n'avait pas l'air d'être un de ces viciés de templiers rouges ni un fou furieux anti mage. Je posais sur lui un regard perçant, pesant le pour et le contre d'être honnête. Bha, s'il est intelligent il finira pas le savoir, alors autant jouer franc-jeu dès le début. Je me tournais un peu plus vers lui, faisant des présentation en bonne et dûes formes.

"Ha, je ne me suis pas présentée... Tullia Estrama Von Raijer, Garde-Commandeur d'Orlaïs. Et vous êtes ?"

Je lui souriais, espérant qu'il allait me faire l'honneur de la politesse d'une réponse. Faire savoir qu'un Garde-Commandeur était dans les parages ne me gênait pas non plus. De toute manière, ce n'est pas un secret que nous nous reformons, et ce n'est pas comme si nous allons nous installer dans le coin. Ce n'était pas trop de risque, sauf si des personnes en veulent aux Gardes et veulent s'en prendre à moi. Un risque que je prenais, mais pas besoin de dire mon nom pour le courir, n'est ce pas ?




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Mar 12 Juin - 20:10
Armand fut content que son interlocutrice ne prenne pas mal sa remarque, au contraire même elle en sembla plutôt satisfaite. La garde des ombres semblait même de bonne humeur, Armand ce serait plutôt attendue à ce à ce qu'elle soit à fleur de peau au sujet de son ordre mais elle lui démontrait le contraire en étant au contraire assez enjoué.

La serveuse apporta à la garde ce qu'elle avait commandé, une assiette de pâté avec du pain. Assez frugale du point de vue d'Armand. Soit la garde manquait d'argent, soit elle n'osait pas demander plus. Tout en mangeant elle ajouta joyeusement.

"Les temps ne sont pas aisés pour les Templiers et les Gardes. Mais il ne sert à rien de se morfondre et de faire des têtes d'enterrement. Autant en profiter pardi !"

Un petit rire s'échappa des lèvres d'Armand.

-C'est une façon de voir les choses en effet.

Armand lui même n'avait pas tout à fait ce point de vue sur l'état des templiers; il était des plus inquiets sur l'état de son ordre et craignait pour son avenir proche. Mais c'était vrai que ça lui donnait des possibilités qu'il n'aurait pas eut dans des périodes plus calmes. Comme de l'avancement rapide. Avec le manque de chevaliers capitaines et de supérieurs compétents, il ne lui faudrait quelques preuves de ses capacités pour monter en grade. Après ça il comptait bien continuer son ascension pour pouvoir changer les choses chez les templiers.

"Ha, je ne me suis pas présentée... Tullia Estrama Von Raijer, Garde-Commandeur d'Orlaïs. Et vous êtes ?"


Armand haussa les sourcils de surprise lorsque la garde se présenta. La chef des gardes des ombres d'Orlais ! Rien que ça ? Il examina une seconde son visage pour voir si elle mentait, mais rien ne laissait penser que c'était le cas. En fait, c'était même plutôt le contraire. Il aurait imaginé le ou la chef des gardes des ombres ayant un air un peut plus.... sérieux ? Mais il fallait bien admettre que les gardes des ombres étaient surtout peuplés de gens particuliers. De ce qu'il en savait.
Armand lui fit alors un chaleureux sourire avant de lui serrer la main.

-Enchanté Garde-Commandeur, mes excuses pour ne pas vous avoir reconnu plus tôt. Quand à moi je suis Armand de Castillon, templier du lundi au jeudi.


Un trait d'humour qui avait souvent cour chez ses compagnons et parmi les membres de l'ordre en générale pour critiquer son manque de piété, ses idées et son comportement.

-Alors dites moi Commandeur, qu'est-ce qui vous amène dans un village comme celui-ci ? Une recherche de nouvelles recrues.


Il avisa l'entrée de la jeune femme presque terminée.

-Mais autant parler de ça devant un repas chaud. Eh tavernier ! Deux plats du jours pour moi et la belle dame ici présent !
Hurla-t-il à l'attention du tavernier qui hurla son accord.

Il n'y avait pas d mal à se montrer courtois, et lui même commençait à avoir faim.

avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Mer 13 Juin - 20:07

Rencontre de deux vieilles institutions


Je fus amusée de la tête que fit le templier en apprenant mon identité. Une hésitation, mais suivie par une franche cordialité et une ouverture d’esprit inattendue. Je m’attendais à me faire fustiger, car on prend pour responsable l’ancien Garde-Commandeur Clarel de la débâcle des Gardes à l’Inébranlable, mais surtout pour l’assassinat de la Divine. Il me tendit une main franche, se présentant tout en s’excusant de ne pas m’avoir reconnu. A cela, je ne pouvais que rire de bon cœur. Comment aurait il pu connaitre mon statut ? Nous n’avions pas sur nos uniformes des symboles nous distinguant les uns des autres, et la nomination d’un nouveau Garde-Commandeur n’avait pas non plus été criée sur les toits. Je répondis à sa présentation en lui serrant la pince, de façon franche et de bonne camaraderie.

"Il n’y a pas de mal ! Il aurait fallu que vous soyez à Fort Céleste ces dernières semaines pour pouvoir me reconnaitre."

Je souriais, pensant que bien des gens seraient surpris de savoir que c’était une personne comme moi qui pouvait être à la tête des Gardes d’Orlaïs. Loin de voir cela comme une insulte ou un handicap, j’y voyais plutôt une occasion de semer le trouble et de garantir une certaine sécurité. Si j’étais la cible d’un assassin sans qu’il sache mon apparence précise, il aura sans doute pour cible un Garde plus vieux ou bien plus sérieux. Comme Emery en fait. L’effet de surprise était ce que j’appréciais par-dessus tout, et cette réflexion ne pouvait que me plaire. Tout comme l’amabilité du templier en face de moi.

"Le plaisir est partagé de vous rencontrer, Ser De Castillon. Il est intéressant de savoir que vous prenez congé de la Chantrie et des templiers en fin de semaine. Pas pour aller voir les templiers rouge j’espère ? Fu fu fu fu ~…."

Un regard malicieux souligné par un sourire taquin se posa sur lui. Une telle ouverture m’intriguait. Avais-je en face de moi un templier qui était devenu templier par hasard et n’avait clairement pas le profil de la profession, ou bien une personne qui avait réellement du bon sens et du pragmatisme ? J’étais à présent curieuse d’en savoir plus, mais je n’étais pas la seule à avoir des questions. Armand, de son nom, voulait savoir pourquoi j’étais dans le coin. Grande question, en effet. Rien ne laisse supposer la présence évidente d’un Garde dans les environs, encore moins un Garde-Commandeur. Je pouvais comprendre son étonnement, bien que placé avec humour. Mais je ne pouvais hélas y répondre avec beaucoup de franchise. Mangeant un peu de mon pâté, ce qui me laissais le temps de formuler ma répartie, je fus cependant interrompue par la générosité de mon voisin de tablée. Il se mit à commander joyeusement deux plats, recevant de la part du tavernier une réponse positive et enjouée. Je regardais avec surprise Armand, le remerciant cependant par un sourire et quelques rires.

"Vous, vous savez parler aux Gardes ma parole ! Ha ha ha !"

Il est vrai qu’avec notre faim légendaire, le pâté en face de moi ne ferait office que d’une humble entrée en matière. Je le laissais donc prendre les devants, n’allant pas refuser une telle opportunité. Et puis la conversation allait s’annoncer intéressante au moins, et je n’avais pas à craindre des représailles aux alentours, le templier ayant plutôt la cote. Ceci fait, je pouvais enfin répondre à sa question. Ce n’était pas totalement la vérité, mais pas un mensonge non plus.

"Le recrutement est en effet une des raisons, mais pas uniquement. Quelques affaires de transition également, mais pas d’engeances si c’est ce que vous vous demandez. Dommage, un peu d’action ne m’aurait pas déplu ~…."

C’était tout ce que je pouvais dire pour l’instant. Normalement les Gardes n’échangent pas trop si ce n’est pas du tout sur leurs activités. Et ici, c’était d’autant plus vital que les Gardes devaient se reconstruire et que je ne pouvais me permettre de laisser trainer des infos sur ce que nous comptions faire. Trop affaiblis et vulnérable face aux Vénatoris de Corypheus, nous devions bouger et agri avec la plus extrême des prudences. L’Inquisition ne pouvait nous protéger éternellement, et ce n’était pas dans mon intention non plus. Je ne voulais pas forcément trop m’étendre sur le sujet, et j’avais moi-même des questions pour ce templier… singulier. En trouver un qui annonce aussi clairement et joyeusement qu’il ne prêche la bonne parole de la Chantrie et la chasse au mage qu’à temps partiel, c’est une première. La question se posait également pour lui, sur ce qu’il faisait ici. D’un ton malicieux et peu sérieux, je lui retournais la question avec humour, posant sur lui cependant un regard perçant.

"Et vous, Ser De Castillon ? Une patrouille dans le coin ? Chasse aux mages, aux templiers rouges ou bien en recrutement de jeunes innocents ?"

Je souriais, m’attendant plus à une boutade qu’à une réponse sérieuse venant de ce personnage. Mais on ne sait jamais, chassez le naturel du Templier et il revient au galop !




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Dim 1 Juil - 20:00
Alors que la commande se préparait Armand écouta la jeune femme lui expliquer les raisons de sa présence ici. Si le besoin de recrutement fut confirmé elle se montra plus évasive sur le reste. Armand hésita quelques instants de demander des précisions mais décida finalement de ne pas poursuivre, de toute évidence la garde des ombres ne voulait pas approfondir le sujet et il préférait ne pas insister, après tout il était là pour passer une bonne soirée. Par ailleurs la garde lui posa peut ou prou la même question. Elle était posée sur un ton amusé mais le jeune templier remarqua le sérieux de ses yeux. Peut être craignait-elle qu'il ne chasse des mages affiliés à son ordre ou même qu'il n'ait des intentions hostile à l'égard de ce qui restait des gardes des ombres.

Toujours souriant il répondit avec légerté :

-Oh un peut de tout ça j'imagine. Cela forme un tout voyez vous. Nous avons besoins de jeunes recrues innocentes pour chasser les mages et les templiers rouges se baladant en liberté. Et puis vous savez ce qu'on dans l'ordre dit : "Dans le doute brulés tout,  le créateur reconnaitra les siens et nous ça nous fera gagner du temps".


Il rit de ce trait d'humour de mauvais gout, mais parfois c'était le genre d'humour qui permettait de détendre l'atmosphère.

-Plus sérieusement, je suis en mission pour réunir les templiers loyalistes restants à Val Royeaux. Depuis la.... corruption d'une partie de l'ordre nous avons du mal à savoir exactement nos effectifs. J'avais pour mission de nous assurer de ceux ci. Révéla-t-il en restant évasif. Cela restait un sujet sensible pour l'ordre.


Heureusement ce fut à ce moment là que les plats arrivèrent. Deux poulets braisés accompagnés de légumes cuits. Accompagnés d'une carafe de vin.

-Ah, le second événement le plus intéressant de la soirée. Bon appétit madame ! Déclara-t-il avec bonne humeur, salivant à l'odeur de la chaire cuite.

Ps : Désolé pour le temps dd réponse, dernièrement les choses ont été un peut chargée pour moi ^^

avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Ven 6 Juil - 22:49

Rencontre de deux vieilles institutions


Le repas attendu arriva, et ce n'était pas sans un certain plaisir que je voyais mon assiette. Ma question avait décroché une boutade des lèvres du templier, mais je ne le sentais vraiment pas à l'aise. Tout en humant le fumet de la viande et buvant une dernière rasade de bière, je lui répondis du tac au tac sur le même ton cynique.

"Ha ha ha ! Cela me rappelle un même dictions chez nous... Que l'Enclin se propage, cela en fera plus des nôtres et les autres seront acceuillis par Andrastée. Fu fu fu ~ ..."

Nous pouvions être deux à jouer à ces sous-entendus. Contrairement aux autres Gardes, j'étais prompt à me moquer ouvertement de notre propre ordre. Se prendre trop au sérieux et devenir pompeux d'une importance ancestrale à laquelle on n'a même pas participé, c'est le début de la fin. L'auto-dérision était un bon remède pour se remettre en question et ne pas tomber dans l'excès d'orgueil. Mais bon, ce n'était pas moi qui risquait de tomber dans ce genre de travers, jamais de la vie ! Armand redevint plus sérieux, et tout en dévorant avec l'appétit digne d'une wyverne affamée mon plat je l'écoutais. Il y avait donc une vraie mission de rassemblement des loyalistes... Aussi dispersé, c'était des proies faciles, et je pouvais très bien comprendre ce but de rassembler tout le monde. L'union fait la force, tout comme il faut diviser pour régner. En petit groupuscule, les Templiers risquaient de tomber plus facilement entre les griffes des Templeirs Rouges, ou encore de certains mages indépendantistes ayant soif de vengeance et ayant perdu la raison. J'hochais de la tête, essuyant un peu de sauce ayant coulé sur mon menton.

"Les loyalistes sont donc encore vivants... Il faut les protéger des templiers rouges, c'est certains. Mais quelle protection peut vous offrir la Chantrie ? Aussi divisée qu'elle est et sans Divine, elle ne pourra vous assurer le moindre secour.

Mangeant de nouveau comme un ogre, je réfléchissais à la raison d'une telle décision. Se rassembler c'était une chose, mais pour faire quoi in fine ? La Chantrie était trop divisée et humiliée pour pouvoir à proprement parler redorer le blason des Templiers. Même, cela ne m'étonnerais presque pas que la Chantrie soit méfiante envers les templiers loyaliste, ou bien plus encline à les chapeauter d'un main de fer. Alors... que cherchaient ils à se retrouver autour de la Chantrie ? Mais en y repensant, ce qui leur manquait à présent, pour véritablement retrouver leur unité, c'était un but, un objectif. Je posais mon regard sur lui, reprenant ma chope pour boire une dernière rasade et demander un autre verre.

"A moins que... ce soit une mission commune que vous cherchez plutôt ? Protéger les Mère restantes et celles se portant candidates au rôle de Divine ? Vous risquez de vous perdre dans une saaaale politique avec ça...."

JE soupirais, grimaçant presque en pensant à toutes les niaiseries et les commérages qu'ils allaient subir. Un tel vote entre des Mères Chantristes, C'était coups bas assurés, rumeurs, mensonges, menaces et chantage. Une véritable aubaine pour tout assassin ou barde qui cherche de quoi briller. Une hypocrisie de l'Eglise entre ce qui est prêché et ce qui est acté qui ne pouvais que me faire jublier d'amusement. Que les templiers se rendent compte qu'ils allaient en plein dedans... Ca c'était une chose dont j'étais bien moins certaine.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité
Mer 11 Juil - 12:43
Armand appréciait cette femme elle était belle, avait de l'humour et savait se montrer incisive et se moquer de son propre ordre, tout comme lui. Par contre ses manières à tables laissaient grandement à désirer. Bien que lui même ait faim il mangeait avec retenu, mais bon tout le monde ne pouvait pas avoir bénéficié de son éducation distinguée.
Soit ça, soit elle n'avait pas mangée depuis une semaine.

Tout mangeant il se demanda dans qu'elle état l'ordre des gardes des ombres, il savait qu'ils étaient dans un mauvais état du aux récents événement, on pourrait peut être même arguer qu'ils étaient dans un pire état que les templiers car leurs réputation avait aussi été complètement détruite quand l'ampleur de leur faute avait été découverte. Peut être avaient ils plus d'effectifs que les templiers loyalistes, et encore cela restait à prouver, mais ils auraient sans doute plus de mal à se rebâtir.

Ce fut sur ces réflexions que Talia lui posa une question pertinente.

"Les loyalistes sont donc encore vivants... Il faut les protéger des templiers rouges, c'est certains. Mais quelle protection peut vous offrir la Chantrie ? Aussi divisée qu'elle est et sans Divine, elle ne pourra vous assurer le moindre secours.

Armand s'arrêta de manger un instant. Elle soulevait là un point important et dont tout le monde n'avait pas conscience.

*Cette femme à oubliée d'être idiote* Pensa-t-il amusé avant de finir sa bouché.

Il but quelques gorgées de bière avant de répondre, réfléchissant à ce qu'il pourrait dire. D'un côté il voulait être franc avec cette femme, mais son habitude du grand jeux le poussait à toujours en dévoiler le moins possible. Ou alors seulement des informations parcellaires pour que les gens ne sachent pas ce qu'il pensait ou ce qu'il prévoyait de faire. Pour être honnête la division de la chantrie était sujet qui l’énervait au plus haut point. La chantrie du sud traversait la pire crise de son existence, et pourtant les vieilles biques censées la diriger préférait se disputer et se livrer à des jeux de pouvoir au lieux de se réunir pour choisir sérieusement la prochaine divine. La chantrie perdait en crédibilité de jours en jours.

"A moins que... ce soit une mission commune que vous cherchez plutôt ? Protéger les Mère restantes et celles se portant candidates au rôle de Divine ? Vous risquez de vous perdre dans une saaaale politique avec ça...."

Armand s'arrêta de boire sur le coup pour observer la chef des gardes ombres. Il comprenait mieux pourquoi elle était à sa tête. Malgré son aire insouciant et sa particularité elle était loin d'être idiote. Il reposa sa chope et hésita un dernier moment avant de répondre. Autant être franc, il n'avait pas grand chose à perdre à l'être et il se doutait qu'elle repèrerait les moments où il tentait de cacher des choses.

-En effet. Mais le fait est que la mission des templiers a toujours été de protéger la chantrie, hors aujourd'hui ses principaux représentants... en tout cas celles qui on tsurvécus, sont situés à Val Royeaux. De plus en tant que capitale de la chantrie du sud les gens et le gouvernement nous soutient encore de façon important, ce qui en fait un bon endroit où se réunir pour se protéger des attaques des templiers rouges ou des apostats. Même sans divine et avec la chantrie divisé cela reste le meilleur endroit où nous reconstruire et nous rassembler. Il prit quelques bouchées de nourriture avant de reprendre. Pour ce qui est des Mères... honnêtement ces vieilles biques sont de moins en moins populaire y comprit parmi les loyalistes comme moi. la chantrie est divisée et traverse la pire crise de toute son histoire et au lieux d'élire une nouvelle divine elles se perdent en lutte d'influence et perdent en crédibilité. Si ça ne tenait qu'à moi on les emmurerait dans une salle jusqu'à ce qu'elles se décident à élire une divine. Grogna-t-il.

-Mais pour ça comme pour le reste on ne m'a pas donné mon avis. Mais les agissements politiques des Mères nous laisse de marbre, notre objectif commun est d'exterminer les templiers rouges et de mettre fin à la rébellion des mages. Sans parler d'assurer nos missions habituelles.
Expliqua-t-il.

avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Mar 31 Juil - 17:44

Rencontre de deux vieilles institutions


Je sentais le regard du templier changer au fur et à mesure que je parlais. Un peu de dégoût sans doute à un moment quand je me baffrais comme un animal, mais sommes toutes il y avait une sorte de… considération. Mes paroles ne tombaient pas dans l’oreille d’un sourd, et il me laissait parler tout en faisant de temps à autre des commentaires. Ses mots à lui montraient également une vision qui se voulait pragmatique et réaliste, et surtout non validée par ses supérieurs. Je pouvais sentir sa frustration, ainsi que son choix d’obéissance. C’était un templier avec quelques idées, mais qui manquait peut être d’une vision d’ensemble du tableau qui se peignait dans tout Thédas. Pour ma part, je pouvais me rapprocher de cette vue d’ensemble grâce à mon réseau de contact, mais également par le soutient de l’Inquisition qui me fournissait de précieuses informations. Ainsi, le choix des Templiers pouvait paraitre judicieux, mais il manquait de rationalisation par rapport à leurs moyens actuels. Finissant mon assiette et me resservant, je ne pouvais m’empêcher de commenter.

"En effet, mais cela laisse également champs libre aux templiers rouge en Province. Si vous aviez été plus nombreux s’organiser en avant-poste aurait été utile, mais… prudence est mère de sûreté, un repli stratégique sur Val Royeaux reste une option convenable."

S’ils s’éparpillaient de partout pour effectuer leurs missions habituelles, ils deviendraient des proies faciles autant pour les templiers rouges que pour les mages encore en soif de batailles. Stratégiquement, se rassembler à Val Royeaux où ils seraient plus en sécurité pour se refaire une santé serait le plus raisonnable. Je buvais un peu de vin, quand Armand me fit rire en suggérant d’enfermer toutes les mères dans une salle pour un dernier round. Clairement, il ne les portait pas dans son cœur. Je pouvais le comprendre, car la plupart de ces femmes manquaient de bon sens à rester tout le temps enfermée entre quatre murs à cultiver leur soif de pouvoir et leur auto-suffisance sur le soi-disant dessein que le Créateur avait pour elles. Le Cantique de la Lumière leur a trop enfariné la tête. Si on le mettait ensemble, ce serait le concours de la plus belle langue de vipère.

"Ha ha ha ! Elles seraient capables de se laisser mourir de faim, juste pour avoir le dernier mot chacune ! Et puis, ce ne serait pas la plus sage qui survivrait, mais sans doute la plus vicieuse… Cependant, sans Divine pour tenir la barre elles ont peu de chance de remettre la Chantrie à flot. Ne serait-ce qu’en apparence !"

C’était un fait, la Chantrie ne pouvait rien faire ni rien représenter sans Divine. Beaucoup comptait sur elle pour rassurer la populace et équilibrer les pouvoirs. Mais en l’état actuel des choses et avec toutes les grandes figures de la Chantrie mortes lors de l’explosion du Conclave… Le vivier restant était bien pauvre et désolé sans tête forte restante. On avait entendu des rumeurs selon lesquelles elles voudraient voir l’une ou l’autre des anciennes « Mains » de la Divine prendre sa place. Mais occupées toutes deux avec l’Inquisition, je doute qu’elles n’acceptent aussi facilement ni rapidement. La lutte de pouvoir allait être dure et âpre, et l’Inquisition pouvait facilement en prendre son parti. C’est ce qui est terrifiant d’ailleurs. Toutes les possibilités de l’Inquisition avec les grandes forces de ce monde à ses pieds. Raison de plus pour que nous, les Gardes, nous nous en éloignons le plus vite possible et disparaissons de leurs cartes. Les Templiers n’étaient pas une exception dans cette affaire. A l’exception près qu’ils pouvaient nous être utiles pour contrer les Venatoris. Je finissais mon verre, regardant Armand alors qu’il pestait contre les intrigues politiques de ces mégères. Je peux comprendre, la politique est d’un ennui mortel pour moi. Ça manque de confrontations physiques et mortelles, trop de chichi et de sous-entendus cachés. Haaa, le bon vieux temps des assassinats pour les Corbeaux… Heureusement que mon travail actuel me demande de tuer des engeances, sinon je rongerais clairement mon frein sur des contrats à droite et à gauche. Mais toute ennuyeuse qu’est la politique, on ne peut faire sans. Vouloir l’ignorer est une grave faute, encore plus quand on est dans un tel état de faiblesse. Pour nous les Gardes c’est moins un problème, vu que par nature nous nous devons de rester indépendants. Mais pour les Templiers… Même si je comprenais son sentiment, mon expérience de la chose me poussait à le mettre en garde.

"Les agissements politiques ne sont pas à négliger. Peut-être qu’il ne faut pas s’en mêler, mais il faut garder un œil dessus. Et quitte à mettre en avant le rôle « Impartial » des Templiers, pourquoi pas. Cela ne ferait que renforcer la notoriété des Templiers et appuyer votre besoin de reconnaissance. Car on parle bien de ça, avec la scission avec la Chantrie."

Je jetais un regard en biais à Armand, mes yeux se posant avec malice sur lui. C’était pour cette première raison que les Templiers s’étaient rebellés contre la Chantrie et avait provoqué la séparation. Un coup de gueule monumentale et une bouderie qui coûtait très cher à présent. De ce que j’avais entendu, il y avait de la manipulation de Corypheus derrière tout ça, dont en résultaient les templiers rouges. Une triste affaire que tout le monde payait à présent. Une aubaine pour des opportunistes comme moi ou l’Inquisition. Car qui dit éparpillement, dit plus de potentiel à recruter de la brebis égarée. Et même si nous n’avions pas la cote en ce moment, nous restions une valeur sûre en ce qui concerne le combat et l’honneur à récupérer. Enfin ça, c’est la jolie façade qui cache la réalité du monstre. Remplissant mon assiette, je continuais de commenter, assez joyeusement d’ailleurs, une affaire aussi grave.

"Rationnaliser vos objectifs me semble le principal, vu votre éparpillement et votre manque d’unité. Si vous voulez tout faire, chasser du templier rouge, du mage paumé et courir après les jupons des vieilles chantristes, vous courez à votre perte. Maiiiis ce n’est que l’humble avis d’une Garde dans un régiment lui-même décimé, fu fu fu ~ …"

Je riais légèrement, avant de me tourner vers lui et de parler avec plus de charme et de volupté.

"Au pire, si vous êtes toujours insatisfait, la Garde accueille à bras ouvert les Templiers à la recherche d’un but ou de rédemption. Nous apprécions la qualité de leur formation de base, et ce que cela peut aider contre des mages Hurlock."

C’était à moitié du sérieux, et à moitié une boutade. Je me doutais qu’ils ne voudraient pas se défaire de leur ordre chancelant comme ça, mais au moins le message passe. Et s’il en parle à ses autres templiers, cela peut les inspirer et influencer des esprits plus faibles pour l’avantage de la Garde. Je ne perds jamais le nord dans ces conversations, toujours à chercher là où je peux grapiller des avantages. Telles est la loi de la débrouillardise et de la survie.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Rencontre de deux vielles institutions (PV Tullia)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [RP] Au fond du parc, deux nobles, un duel….
» Deux chatons à donner
» blague a deux balles !!
» Besoin d'une escorte de deux personnes !
» [RESOLU] deux vert deux orange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Rps abandonnés-
Sauter vers: