en haut du forum
en bas du forum



La fille aux cailloux (P.V Kaldenis Tehvenan)

avatar
Leader de mages libres
- Mage Libertaire -
Messages : 88
Dim 24 Juin - 21:54
Prospection et transactions

Lydes, fin de matinée


« Je crois que nous sommes loin de faire les comptes. »
Quellcrist peste, en regardant les différents sacs de grains ou autres objets. La Guerre entre faction templière et mage avait certes baissé d'un cran, mais malheureusement, d'autres défis s'étaient installés en ces terres orlésiennes. La bataille de succession se jouant à Lydes, et la présence de templiers rouges ne font qu'effrayer les marchands itinérants et faire les affaires des citadins. Malgré tout, la période ne permet pas à la communauté mage des Tombes Émeraude de se faire client difficile. Leurs plantations en hauteurs commencent tout juste à donner quelques fruits et légumes, encore verts.
« On continue. Peut-être que l'on trouvera moins cher plus loin. »
Ses deux compagnons se montrent bien plus pessimistes qu'elle, se renfrognant et regardant d'un oeil inquiet les habitants de la ville. En plus de cela, l'orage menace de tomber d'un moment à l'autre, alors qu'ils sont en pleine saison de floraison et de chaleur. Ils pressent le pas dans les rues et ruelles, suivis de leurs trois montures équines. Finalement, en arrivant près d'une échoppe, un marchand leur dit vendre à prix cassé ses grains invendus. Une aubaine qui de suite semble trop belle pour Quell, qui n'hésite pas à aller plonger sa main gantée dans un des sacs.
« Non mais ça va pas ? ! »
La jeune femme ne dit rien, bien que le marchand la menace et l'insulte de tous les noms d'oiseau possibles. Puis, elle s'empare de quelque chose se trouvant dans le dernier tiers du sac. Lorsqu'elle ressort sa main, c'est un rat mort qui pend entre ses doigts.
« Vous voulez que l'on parle de ce léger problème à la Garde, ou vous allez me vendre à moitié prix ce qu'il vous reste de radis et haricots. »
L'homme hésite.
« Je viens les chercher moi-même pendant qu'un de mes compagnons vous vend aux soldats, si vous voulez. Ça ne vous fera qu'une charge de plus à payer.»
Il maugrée et les maudit entre les pans de son tablier sali, avant de leur donner ce qu'il leur faut. Malheureusement pour lui, il n'a pas de quoi empoisonner cette marchandise. Ceci fait, le trio reprend sa route, tandis que Quell se pare d'un air taquin. Ses compagnons lui demandent alors ce qu'il se passe, avant de voir deux pommes prises au marchand, alors que celui-ci leur mettait sa marchandise à moitié pourrie dans leurs sacs.
« On a encore du pain sur la planche. Lorsque l'on aura distancé Lydes de sept lieues, il faudra nettoyer ce que ce pignouf nous a vendu. »

(...)


Après une mise au point sur les victuailles, le matériel et le reste de pécule qui servira pour la prochaine visite, Quellcrist s'empare d'un des lingots de métal. Dire que ça, c'était une armure de templier. Mais malheureusement, les marchands à Lydes n'ont pas assez d'argent pour se payer du métal purifié et prêt à être remodelé. Elle soupire, regrettant de ne pouvoir amasser une petite fortune pour le groupe, avant d'enfourcher la monture et commencer à se diriger vers les portes.
Après une traversée relativement calme, c'est aux abords des maisons entourant la ville que tout se complique. Des hurlements et pleurs et font entendre, suivis par des suppliques et une claque. Quell fait signe à ses compagnons de mettre de la distance, afin qu'il puisse déguerpir, ou attaquer au besoin. Elle descend de son cheval, pour mieux grimper sur le toits d'une bâtisse attenante au lieu d'où proviennent les cris. Ce sont finalement deux gardes en train de traîner une pauvre fille en la tirant par les bras jusqu'aux la porte de la ville qui semblent être la cause de tous ces cris. Des poches du jupon de la femme, s'échappent alors de petits cailloux peints de toutes les couleurs. Objets insolites, mais qui semblent avoir une grande valeur sentimentale pour leur propriétaire. Quell fronce les sourcils et se demande bien ce qu'a fait cette pauvre bougresse pour qu'elle éveille autant de violence de la part de la garde. Son questionnement trouve alors réponse quand une voisine dit avoir vu la fille allumer un feu sans aucun moyen habituel.
« Foutredieu une apostate ! »
Jure-t-elle avant de perdre légèrement l'équilibre. Ses bras ont beau battre l'air pour tenter de la redresser, elle finit par glisser sur les dalles en ardoise du toit, pour finalement finir sa descente le dos dans le foin. Elle lève ses mains hors du végétal sec, dépitée.
« Et ça se dit cheffe d'une communauté mage indépendantiste. Regardez-moi ça. »
L'apostate cligne des yeux avant de se relever difficilement. Cette chute a été en effet quelque peu assommante. Ce n'est pas en se la jouant équilibriste qu'elle aura une chance de sauver cette mage d'on ne sait quelle atrocité dont sont capables certains êtres, en sachant que cette histoire aura tôt fait d'être étouffée, à coup sûr. Aller ma vieille. On y va.




Give our pieces back to her
Fate will echo between the worlds through the shores of the fallen souls. To this land that I served with pride, visions clear in the fading light. And we walk through the shadows of pain. Come and walk with me...TO THE END! (⚡️) lord of the lost.


Voix de Quellcrist

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Inquisition -
Messages : 109
Emploi/loisirs : Lecture, écriture, commérages.
Ven 10 Aoû - 16:24

La fille aux cailloux



Kaldenis était dans le sud d'Orlais depuis bientôt deux semaines. Affaires de l'Inquisition évidement. Elle voyageait discrètement, se faisant passer pour une simple mercenaire sur la piste d'un mauvais créancier.
La vérité était qu'elle traquait un chef de brigade des templiers rouges, les rumeurs, qui s'étaient avérées vraies, racontaient que la région de Lydes avait vu une augmentation conséquente de la présence rouge.
Le problème, autre que l'installation d'ennemis mortel, étant qu'ils avaient apporté dans leur sillage une production énorme de lyrium rougeoyant. Ce qui corrompait la faune et la flore et influençait des dysfonctionnement magiques.
Pas pratique pour les apostats n'ayant pas encore rejoint l'Inquisition il fallait dire.

Pour Kaldenis c'était comme un jeu de piste, il fallait remonter les cristaux écarlates jusqu'à la planque des templiers, et pour les dégager il fallait s'occuper du chef de brigade.
Elle savait qu'ils n'étaient pas loin, mais ils étaient bien cachés, et il ne fallait pas qu'elle soit repérée. C'était une mission d'assassinat, si elle se mettait à décimer des groupes de soldats le chef irait se cacher plus loin et prendrait des mesures de précaution bien plus drastiques.
Hors de question.

Alors l'espionne avait cherché, interrogé discrètement autour d'elle, et un beau matin frileux un petit garçon lui avait indiqué le village voisin en lui disant que la sœur adoptive de sa cousine livrait des courses à un endroit qu'elle refusait de révéler. Il lui avait bien décrit la jeune fille physiquement, apparemment elle boitait et s'aidait toujours d'un joli bâton pour s'aider à marcher.
Pas d'une canne.
Son instinct lui disant que c'était une piste à suivre, elle avait enfourché son cheval et s'était dirigée vers l'endroit nommé. Un petit village ne payant pas de mine et sentant le foin fraîchement coupé.
Sauf qu'à peine arrivée sur place elle avait entendu des cris d’orfraie et des lamentations terribles.
Intriguée elle s'était arrêtée non loin d'une chaumière, et avait assisté à une scène tout à fait indignante d'arrestation. Son cœur se serra en apercevant les marques des mains des soldats qui commençaient à apparaître sur les bras de la jeune fille, était-il nécessaire de faire tant de violence pour une apostate inoffensive?
Et comble de la malchance, la pauvre fille que l'on traînait de force correspondait en tout points à sa future source d'informations.
Kaldenis avait caressé l’empêne d'une de ses flèches avec tentation, mais elle ne pouvait descendre deux soldats sans que cela soit suspect.

En se mordant les lèvres avec préoccupation elle avait songé que si elle perdait cette fille, elle perdrait au moins une semaine à chercher manuellement sa cible.
Réfléchissant à ce qu'elle devrait faire elle s'était appuyée sur la charrette de foin attenant à la maisonnée, quand tout à coup les herbes séchées tremblèrent sous un choc sourd. Elle (sur)sauta en arrière et dégaina son arc, visant la masse sombre qui s'était écrasée à coté d'elle.

Et ça se dit cheffe d'une communauté mage indépendantiste. Regardez-moi ça


L'elfe haussa un sourcil et baissa son arc doucement vers le sol, il semblait que ce soit une femme. Elle avait entendu parler des indépendantistes, mais elle n'avait pas d'opinion arretée sur eux.
L'étrangère avait un fort accent orlésien. Et un regard déterminé qui ne trahissait aucune tolérance à l'égard de sa propre faiblesse.
Elle s'approcha d'elle et lui proposa un bras pour l'aider à se relever, se faisant elle lança avec une polie méfiance:

Je n'espérais pas voir le jour où les femmes tomberaient du ciel ma dame, avez vous besoin d'assistance?


Puis elle dirigea son regard vers les vestiges de la tragédie qui s'était produite et s’enquit d'un ton plus curieux mais toujours aussi courtois:

Pardonnez mon manque de correction mais je manque de temps, vous ne connaîtriez pas par le plus grand des hasards l'endroit où ses hommes emmènent cette pauvre fille?


Elle avait bien sûr aperçut les cailloux de couleurs, mais elle ne connaissait pas la région, et avait besoin d'anticiper toute menace lorsqu'elle irait interroger la petite.
Car elle n'allait pas lâcher le morceau, elle aurait ses informations! Et si elle devait infiltrer une forteresse pour le faire, et bien elle infiltrerait la foutue forteresse.
Tout pour éviter une semaine de recherches dans les bois humides.



J'écris en #006666


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leader de mages libres
- Mage Libertaire -
Messages : 88
Dim 12 Aoû - 16:13
Prospection et transactions


Les bruits d'un cordage d'arc viennent troubler la mage dans son monologue, la figeant quelques secondes dans ce foin. La voix ne lui est point familière et, au vu de ce qu'elle avance au fur et à mesure, pas non plus une garde de Lydes. Elle semble même aussi intéressée qu'elle par cette femme emmenée par ces deux rustres à la botte d'on ne sait quel despote anti mages. Quellcrist se redresse donc sans montrer le moindre besoin d'assistance et se rapproche de l'elfe pour jeter un dernier coup d'oeil aux portes de la ville, desquelles des gens perturbés par la scène filent ça et là pour ne pas avoir une quelconque remontrance ou bien frappe des gardes.
« Hm ... Je suppose qu'ils l'emmènent dans les donjons du château. Bien que des rumeurs m'aient été rapportées concernant une cellule ... spéciale pour les mages. »
Les rumeurs, l'on peut les interpréter, déformer les premiers dires et se retrouver avec une situation rocambolesque pour peu que les gens s'adonnent à les embellir de mots hors contexte de base, mais valables pour former la chose. Cependant, celle-ci semble récurrente et l'on a même remarqué la disparition puis la réapparition de certaines personnes avec des comportements plus ... différents.

La mage croise les bras, étonnée de voir qu'une personne s'intéresse en ces lieux à la condition de ses semblables. D'habitude, on les traite comme si il s'agissait d'enclins ambulants, ou bien des sous hommes. Bon, certes cela pouvait se comprendre au vu de l'attitude de certains apostats lors de l'utilisations de sorts. Comme ... l'entropie ou la magie des esprits. Des goûts que d'ailleurs Quellcrist ne partage aucunement, à tel point qu'elle a été obligée d'en occire un. Mais passons.
« Vous semblez porter beaucoup d'intérêt pour cette fille. Cela m'étonne. »
Elle s'avance, allant dans la rue pour récupérer chaque caillou que la capturée a laissé tomber dans son sillage. Quelques uns retiennent son attention. Rouges et plus ... plus étranges. Mais elle s'empresse bien vite de les enfermer dans une besace à double couche, se doutant de la nature de ces simili rubis.
« Du lyrium rouge. »
Maugrée-t-elle, en récupérant bien plus vite les minéraux face à cette triste constatation. Comment cette fille peut-elle se balader avec une telle matière, sans que cela n'ait eu raison d'elle. Et surtout, pourquoi avoir du lyrium rouge dans ses cailloux ? Il était primordial de d'abord se rendre dans la maison de la mage.
« Si mes suppositions sont avérées, il nous faut d'abord fouiller la maison de la mage avant que les gardes ne reviennent. »

Une légère sueur froide commence à couler le long de sa tempe. Y aurait-il un moyen que cette fille soit liée au trafic de cette matière dangereuse, servant presque de nourriture aux templiers les plus corrompus par la chose ? Les réponses, elles les trouveront dans cette petite maison accueillante et bien entretenue, à coup sûr. Quellcrist balaie du regard les environs pour s'enlever le doute d'une éventuelle présence hostile, puis, entre dans la bâtisse.
« Je ne vous ai pas demandé votre nom. Autant se présenter, si nous devons régler ensemble cette histoire pour le moins étrange. »
Elle touche les murs, les meubles, chaque recoin pour essayer de trouver un quelconque mécanisme menant à une pièce cachée. Mais rien ne vient. Alors elle essaie de sentir avec sa magie une éventuelle présence, en attendant la réponse de l'elfe. Le temps presse. Sans un moyen de pression sur les gardes, la jeune victime risquait d'y passer.



Give our pieces back to her
Fate will echo between the worlds through the shores of the fallen souls. To this land that I served with pride, visions clear in the fading light. And we walk through the shadows of pain. Come and walk with me...TO THE END! (⚡️) lord of the lost.


Voix de Quellcrist

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Inquisition -
Messages : 109
Emploi/loisirs : Lecture, écriture, commérages.
Lun 13 Aoû - 14:21

La fille aux cailloux


L'espionne réprima un sourire amusé devant l'attitude emplie de fierté de l'orlésienne. Même dans une situation des plus embarrassantes elle se refusait à abandonner son port altier.
Kaldenis haussa les épaules, elle n'en faisait pas grand cas, sa courtoisie était gratuite et un réflexe dûment ancré en elle.
Restant sur ses gardes elle recula discrètement d'un demi pas quand la femme s'approcha un peu trop d'elle. On était jamais trop prudente, la politesse certes, mais point de relâchement dans sa vigilance.

Hm ... Je suppose qu'ils l'emmènent dans les donjons du château. Bien que des rumeurs m'aient été rapportées concernant une cellule ... spéciale pour les mages
Lui répondit enfin la brune avec une amertume non dissimulée.

Kaldenis hocha la tète impassiblement, bien que l'évocation des traitements réservés aux mages lui fasse courir un frisson désagréable au niveau des tempes. Elle en avait vu des horreurs, subies même, et elle savait que la vie des mages un tant soi peu épris de liberté en était remplies.
La pauvre fille risquait gros dans ce château. Son cœur se serrait à l'idée qu'elle puisse vivre ce qui lui provoquait ses pires réminiscences au creux de ses nuits.
Son interlocutrice n'en avait pas fini, ayant croisé les bras elle ajouta:

Vous semblez porter beaucoup d'intérêt pour cette fille. Cela m'étonne


L'elfe sourit légèrement et occupa ses mains à ranger sa flèche et son arc dans son dos, ce faisant elle répondit d'un ton ennuyé tout à fait convaincant:

Elle a des informations concernant un mauvais payeur que je recherche pour mon client. Sans celles-ci je ne pourrait compléter ma mission


Et elle ajouta d'un ton faussement éploré en soupirant:

...et mon pauvre noble de client en serait si démuni!


Elle eu un petit rire pour elle même, dans sa tète elle imaginait dame Rossignol avec une perruque poudrée à l'ancienne mode orlésienne la toisant d'un air outré.
L'espionne espéra que la libertaire serait satisfaite de cette réponse et ne poserait pas plus de questions. Elle la suivit de loin sur la route, la voyant s'emparer avec rapidité des pierres colorées, elle entendit sa petite remarque sur leur nature et songea que décidément la jeune fille devait détenir toutes les informations qui lui manquait. Et qu'elle s'était mise dans des draps bien dégoûtants.

Elle jeta un oeil à la bâtisse dont elle avait été traînée, à peu près au même moment la mage émis l'idée de fouiller l'endroit. Procédure classique et logique, curieuse de voir les méthodes d'une mage Tehvenan la laissa entrer en première.
Dès qu'elle posa une botte à l'intérieur elle repéra une trappe sous leurs pieds, cachée sous un tapis mité le bruit était légèrement creux, signe qu'elle était bien remplie. Mais elle ne dit mot et préféra observer un instant la libertaire faire son inspection de l'endroit.

Je ne vous ai pas demandé votre nom. Autant se présenter, si nous devons régler ensemble cette histoire pour le moins étrange
Lui demanda t-elle au bout de quelques minutes.

Ah oui, donc elle voulait régler ça à deux. L'idée n'était pas pour lui déplaire, si elle se mêlait à cette compagnie elle attirerait moins l'attention sur l'Inquisition.
Elle jaugea du regard son interlocutrice. Charismatique, élégante, ses vêtements étaient soigneusement choisis pour mettre en valeur sa présence et sa beauté, lui conférant un air de meneuse. Non, cet air elle l'avait naturellement, Kaldenis pouvait le sentir sans difficulté.
Plutôt rehaussant cet air d'une aura de noblesse. Légitimité, détermination, confiance, voilà ce qui se dégageait d'elle et de son visage aux trait durs, de ses yeux violacés rappelant un soir de crépuscule orageux.
Elle avait lu des rapports sur une petite communauté libertaire des Tombes, le nom de leur chef n'était pas mentionné, pas encore assez importante aux yeux du monde peut être. Elle ne doutait pas que cela allait vite changer.
Il ne fallait pas s'en faire une ennemie de cette mage qui semblait capable de réduire un homme en poussière d'un seul regard.
Satisfaite de cette petite analyse visuelle qui ne dura que deux secondes, l'elfe lui répondit, révélant son propre nom. Si il avait acquis une certaine notoriété dans les bas fonds, et dans les cercles de commérages de la noblesse, il n'était pas assigné à l'Inquisition. S'eut été le comble pour une espionne d’être connue en tant que telle:

Kaldenis Tehvenan, mercenaire de mon état. Et vous ma dame?


Et ceci dit elle s'écarta légèrement, envoya voler le tapis du bout de sa botte, révélant la trappe, et tira sur un petit anneau de fer pour l'ouvrir.
Dedans un coffre de bois usé, la serrure en était brisée, et lorsqu'elle ouvrit l'objet, il se révéla être rempli de documents et parchemins, ainsi que d'une bourse en cuir dont le contenu sonnait minéral.
Elle montra du doigt la bourse et fit:

J'ai l'impression que notre damoiselle gardait quelques marchandises dangereuses


A l'extérieur il lui sembla entendre des bruits de chevauchées, se pourrait-ce que les soldats soient déjà de retour? Ou étaient-ce seulement quelques marchands itinérants?



J'écris en #006666


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La fille aux cailloux (P.V Kaldenis Tehvenan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Sud de Thédas :: Orlaïs-
Sauter vers: