en haut du forum
en bas du forum



[FINI] [Flashback] Un oiseau en cage - pv. Cullen Rutherford

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
En ligne
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 199
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 2 Juil - 11:34

Un oiseau en cage



« Suivez-nous, Mage. »

L’injonction avait été aussi ferme que cassante, suspendant pendant un bref instant l’activité de l’infirmerie. Lynne ne remarqua pas les quelques regards convergeant vers le duo de Templiers plantés à ses côtés. Penchée sur une patiente allongée dans un lit, elle interrompit son geste pour tourner son attention vers les deux hommes, la légère lumière émanant de la paume de sa main vacillant avant de s’évaporer.

Elle cligna des yeux, leur jetant un regard où se lisait à la fois confusion et hésitation.  Instinctivement, la jeune femme chercha le regard de l'enchanteur qui supervisait les lieux. Celui-ci ne dit mot, se contentant d’un bref hochement de tête. La gravité se lisant sur son visage ne la rassura en rien, ne faisant émerger que davantage de questions dans son esprit déjà bousculé par la requête des deux hommes en armure.

Docilement, la jeune femme se releva de sa chaise, abandonnant derrière elle sa tâche tandis qu’un autre mage de guérison prenait la relève. Les deux gardes l’encadrèrent, la guidant au travers du couloir formé par les deux rangées de lit parallèles avant de laisser derrière eux la quiétude du dispensaire.
Un Templier à sa droite, l’autre à sa gauche, Lynne se laissa guider au travers des couloirs de la Potence dans un mutisme complet aussi bien de sa part que de son escorte. La marche de la petite troupe rythmée par le cliquetis des armures attirait de temps à autre l’attention de quelques mages qui s’écartaient sur leur passage, mais bientôt, ils durent emprunter des escaliers descendant vers les profondeurs du bâtiment.

Son esprit la lancinait de multiples suppositions et hypothèses tandis que le petit cortège s’enfonçait en des lieux qui ne lui étaient guère familiers. Au début, elle avait nourri le simple espoir qu’on la conduirait vers un blessé urgent – peut-être un supérieur, ce qui justifierait un tel déplacement.   Mais l’austérité qui planait autour d’elle ainsi que la direction qu’ils prenaient ne laissaient que peu de doutes sur ce qui l’attendait.
Il était vrai que le Cercle était agité, ces derniers temps. Un petit vent de rébellion soufflait dans les branches de la Potence et agitait les Templiers comme autant de petites feuilles tremblotantes. Bien évidemment, cela ne leur plaisait pas.
Lynne elle-même n’était impliquée dans de telles affaires. Trop prudente, trop craintive des conséquences, se dresser contre un ennemi contre lequel elle ne pouvait gagner n’était en rien dans ses dispositions. Mais elle était tout de même au courant de certaines choses en raison d’un certain rossignol qui gazouillait souvent à ses oreilles. Edwin, contrairement à elle, était plongé dans ces secrets bien plus qu’elle ne l’aurait souhaité. Aussi avait-elle une idée de ce qui se tramaient parmi ses camarades les plus assoiffés de liberté et d’indépendance, sans pour autant en connaître les infimes détails.
Pourtant, elle n’avait rien fait de particulier pour attirer leur attention. La jeune mage avait toujours fait en sortes de rester dans le moule qui lui était assigné. Elle étudiait. Elle refermait les plaies. Elle obéissait. Mais il n’était guère surprenant que les Templiers extrapolent ses faits et gestes pour y voir ce qui les arrangeait. D'ailleurs,  il suffirait qu’Edwin soit soupçonné pour qu’on la mette dans le même panier.


Cette pensée traversa douloureusement son cœur, en proie à une inquiétude de plus en plus grande tandis que le groupe finissait par atteindre l’étage inférieur.
Le trio progressa sous les regards affligés des nombreuses statues d’esclaves jonchant les murs du couloir de pierre. Ils s’arrêtèrent finalement devant une porte. Un Templier se posta à coté de cette dernière, tandis que l’autre ordonna la mage de le suivre à l’intérieur.

La pièce était petite, froide, et percée de multiples meurtrières qui laissaient partiellement passer la lumière naturelle de la lune. La lueur vacillante de quelques flammes éclairait suffisamment pour qu’on y voit avec clarté. Au milieu, une simple table encadrée de deux chaises qui se faisaient face. Lynne déglutit.
Un interrogatoire.

« Asseyez-vous. »

La jeune femme obtempéra sans discuter, prenant place sur l’une des chaises en bois. Instinctivement, elle plaça ses mains sur ses genoux. Elle les joignit nerveusement, agrippant légèrement sa peau et grattant ses ongles. C'est avec une expression tendue qu'elle suivit du regard son accompagnateur; qui se posta juste à côté de l'entrée.

Bientôt, un claquement de pas secs se fit entendre avant que l’unique porte de bois ne s’ouvre. La jeune femme se raidit sur sa chaise en reconnaissant d’un coup d’œil l’homme qui les avait rejoints.

Chevalier sous-capitaine Cullen Rutherford.



#99ccff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Lun 2 Juil - 18:14




◇ Un oiseau en cage ◇





Cette nuit-là à Kirkwall, la soirée s’annonçait mouvementée pour les templiers. En effet, trois mages avaient pris la fuite en direction des docks pour espérer quitter cette ville et clamer leur liberté. Cependant, ils ne se doutaient pas que l’ordre était déjà à leurs trousses. Alors qu’ils traversaient la basse-ville en courant, un bateau accosta sur le rivage, où se déployaient plusieurs templiers.






《 - Mettez la main sur eux, il ne faut pas les laisser s’échapper ! 》

Les fuyards étaient désormais au niveau du marché et ils aperçurent rapidement des templiers boucher les artères qui menaient dans les possibles échappatoires. C’est très rapidement que leur route fut barrée par les patrouilles nocturnes  ce qui bloqua immédiatement les fugitifs.






《 - Tiens tiens.. 》

Un homme sorti des rangs, et manque de chance pour eux, il s’agissait du Chevalier-Sous-capitaine Cullen, connu pour être particulièrement sans pitié avec les mages qui tentaient de se faire la malle. Il s’approcha d’eux, les regarda et reconnu le cerveau de cette histoire : L’enchanteur Herbert.






《 -  En plus d’être ignorant, vous voilà idiot, Mage. 》

Il l’attrapa par la nuque et lui donna un bon coup au niveau du ventre avant de l’envoyer valser sur ses hommes qui le saisirent immédiatement.







《 -  Le Chevalier-Capitaine Meredith a été clair sur votre sort en cas de récidive. J’ose imaginer que votre escapade nocturne était en toute connaissance de cause. Fouillez-les vous autres, ne les laissez pas user de magie et confisquez tout objet coupant. 》

D’autres attrapèrent les deux derniers mages qui étaient de grades bien inférieur. Il avait réussi à enguirlander d’autres au sein du cercle et il fallait que cela cesse.






《 -  Qui était-ce ?! Encore ce foutu apostat ?!  》

Il empoigna le mage le forçant à le regarder alors que des templiers le maintenaient toujours. Il était Certain qu’il avait eu un contact avec Anders, et il comptait bien le prouver quitte à interroger chaque mage du cercle.






《 - Plutôt mourir que de vous dire quoi que ce soit. 》






《 -  Vous avez bénéficié d’une aide extérieure et je la trouverai. En attendant, vous tuer serait bien trop louable… Et trop facile. 》

Il relâcha son emprise et tourna le dos, observant le jeune mage qui était à ses côtés, possiblement le plus jeune du complot et cela l’intriguait. Puis il se remit en route.






《 -  Amenez celui-ci en cellule, les autres viendront avec moi. 》






《 - Bien, Chevalier-Sous-Capitaine. 》

Plus tard dans la nuit, il fit convoquer les personnes proches des mages rebelles. Il était clair, ils étaient également dans le coup et il fallait y mettre un terme très rapidement. Les mages ce soir-là étaient surveillés de près et la pratique de la magie était interdite. Aussi, ont-ils tous été reconduits dans leurs dortoirs bien avant le couvre-feu habituel. Il fallait que tout soit particulièrement et minutieusement remit à l’ordre. Mais cette fois le Chevalier Sous-capitaine comptait faire justice lui-même. Il amena les deux mages qu’il trainait à bout de bras devant le Chevalier-Capitaine puis les jeta tous les deux sur le sol.






《 -  Fort bien. Avez-vous réfléchi à une sanction, Cullen ? 》






《 -  Selon vos ordres, l’enchanteur sera apaisé et il ne causera plus de problème à l’avenir. Concernant ces deux-là, je compte les "interroger" cette nuit. 》

Un bougeait trop, il se permit de lui jeter un coup de pied pour qu’il comprenne bien où était sa place : Par terre et en silence.






《 -  Je soupçonne Anders, encore. Cette fois croyez-moi il ne nous échappera pas. 》






《 -  Je vais m’occuper de dépêcher une patrouille supplémentaire cette nuit. Tâchez que ces interrogatoires soient satisfaisants. 》






《 -  Entendu, Chevalier-Capitaine. 》

Il reprit la route en laissant ces deux vermines à d’autres templiers qui les avaient accompagnés. Il fit amener une mage guérisseuse, que ses templiers affirmaient voir régulièrement en compagnie de ce Edwin, dans une cellule d’interrogatoire. Elle attendait depuis plusieurs minutes quand on vint l’avertir que tout était en place. En se rendant sur les lieux, il décida d’y aller seul pour ne pas que les mages puissent communiquer entre eux.

Il entra dans la pièce dans un fracas épouvantable, alors que la porte claqua contre la paroi de pierre à côté d’elle. D’un air grave, il fit signe aux templiers de se positionner aux quatre angles de la pièce et poussa loin la chaise qui était destinée à l’accueillir d’un mouvement sec, avant de fracasser ses mains sur la table.






《 -   J’imagine que tu te doutes du pourquoi tu es ici ? 》

Pour Cullen, tous les mages étaient des complotistes et passaient leur temps à essayer de s’évader quand ils n’usaient pas de magie du sang. Il en avait bavé durant cette histoire d’infiltration de démons parmi les templiers. Et voilà que maintenant les escapades nocturnes se faisaient de plus en plus fréquents. Sauf que cette fois, le templier avait réussi à rattraper les fuyards.






《 -   Il y a un mage, Edwin si mes souvenirs sont bons, qui passe régulièrement du temps avec toi, et encore aujourd’hui mes patrouilles vous ont aperçus ensemble. 》

Il se redressa, observant son attitude. Comme tous les mages ils essayaient de se faire prendre en pitié, mais cela ne marchait pas avec Cullen. Il les connaissait assez, assez pour savoir qu’ils seraient capables du pire quand ils étaient désespérés.






《 -   il a prit part à un complot visant à s’échapper de la potence, et c’est tout naturellement que tu es accusée d’y avoir également apporter ta contribution.  》

Il marqua une courte pause, afin de capter son attention et s’assurer qu’elle allait bien entendre ce qui allait suivre.






《 -   Pour la peine, l’enchanteur Herbert a été sciemment puni, et ne commettra plus aucune récidive, désormais. Si tu ne veux pas qu’il arrive quoi que ce soit à ton ami, tu as plutôt intérêt à répondre à mes questions. Est-ce que c’est clair ?! 》

Cullen avait tout avantage à bien se faire comprendre car il était les yeux et les oreilles de Meredith dans ce cercle. Lorsqu’il s’occupait d’une affaire délicate telles que celle-ci, le templier obtenait rapidement des réponses. Auquel cas, comme l’enchanteur, c’était l’apaisement qui leur était réservé. Tous savaient pertinemment qu’ils devaient sortir avec l’autorisation du premier enchanteur et pas dans d’autres circonstances. Mais les électrons libres étaient que plus nombreux ces derniers temps…

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 199
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 2 Juil - 21:27

Un oiseau en cage


La brutalité avec laquelle le chevalier sous-capitaine pénétra dans la salle la fit tressaillir, mais elle ne bougea pas de sa chaise. Ses prunelles sombres emplies d’appréhension le suivirent tandis qu’il envahissait l’espace de sa présence. La tension naissante, mais palpable, semblait figer les alentours en un moment qui ne semblait jamais finir.

Brusquement, sans crier gare, les mains de l’homme s’abattirent avec un fracas innommable sur le bois de la table. Un sursaut anima la brune, dont les yeux s’agrandirent brièvement sous le coup de la surprise.

La question de Rutherford trancha le silence à la manière d’une épée acérée, dur et accusateur.

« J’imagine que tu te doutes pourquoi tu es ici ? »

La mage demeura interdite, n’osant répondre à cette interrogation de peur de paraître insolente. Si la question semblait rhétorique aux yeux de son accusateur, elle-même aurait souhaité en connaître la réponse. Celui-ci enchaîna immédiatement.

« Il y a un mage, Edwin, si mes souvenirs sont bons, qui passe régulièrement du temps avec toi, et encore aujourd’hui mes patrouilles vous ont aperçus ensemble. »

La mention du prénom de son meilleur ami lui glaça le sang, confirma ses suppositions initiales et excitant son imagination nourrie de ses pires craintes. Mais le Templier ne s’arrêta pas en si bon chemin, répondant à la question silencieuse que la jeune femme avait formulé dans son esprit sans oser l’exprimer.

« Il a pris part à un complot visant à s’échapper de la Potence, et c’est tout naturellement que tu es accusée d’y avoir également apporté ta contribution. »

Ses lèvres commencèrent à s’animer sous l’effet à la fois de la peur et de l’indignation mais elle se ravisa presque immédiatement. Il ne fallait pas qu’elle écoute ses émotions qui l’incitaient à réagir sans réfléchir. Une attitude trop défensive à l’égard d’Edwin prouverait sa culpabilité sans nul doute, tout comme la sienne du point de vue de ses accusateurs, qui pesaient chacun de ses mots et gestes.

« Pour la peine,< poursuivit-il, l’enchanteur Herbert a été sciemment puni, et ne commettra plus aucune récidive désormais. Si tu ne veux pas qu’il arrive quoi que ce soit à ton ami, tu as plutôt intérêt à répondre à mes questions. Est-ce que c’est clair ?! »

Les menaces exprimées aussi bien au travers de son injonction que dans le choix de ses mots s’enfoncèrent comme des crocs dans son esprit apeuré. Instinctivement, elle se recroquevilla légèrement sur sa chaise.

Cela ne l’étonnait guère qu’Edwin était mêlé à des histoires de complot. Ex-apostat, il adorait Anders et le servait depuis l’intérieur même du Cercle, et c’est sans hésitation qu’il aiderait ses camarades à atteindre la liberté. Il ne cessait de le dire lui-même : le Cercle était une prison.

Mais comment les Templiers avaient découvert son implication ? Y avait-il un traître ? Ou est-ce que Cullen cherchait à la faire avouer en l’absence de preuves ?


Hantée par la vision d'une marque ensoleillée ornant le front de son compagnon, Lynne ne répondit pas immédiatement, la respiration à moitié coupée par l’angoisse qui s’immisçait dans son être. Du sang-froid. Il fallait qu'elle garde son sang-froid. Ne pas se laisser impressionner, même si c'était difficile. La vie de son ami était en jeu.

Finalement, elle balbutia deux simples mots, les premiers qui étaient sortis de sa bouche depuis que les gardes l’avaient cueillie au dispensaire. Sa voix était légèrement chevrotante en raison de sa nervositée, mais douce.

« T-très clair. »



#99ccff


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Lun 2 Juil - 22:10




◇ Un oiseau en cage ◇





Il s’était à nouveau appuyé contre la table, se rapprochant de la bouche de la jeune fille pour entendre son approbation. Après tout c’était ce qu’il recherchait, il devait mettre la main sur des informations sur Anders ce soir. Et il allait le faire d’une manière ou d’une autre.






《 - T-très clair. 》





《 - Bien. 》

Il reprit ses distances pour se mettre à faire les cents pas derrière la jeune mage. Il n’avait pas pour habitude de se rapprocher des mages du cercle, puisqu’il était plus en extérieur près de la chantrie à gérer les patrouilles. Mais cela l’arrangeait, cela évitait de s’attacher trop à ces perfides invocateurs.

Il passait derrière elle, estimant ses réactions et son caractère afin de déceler si mensonges se mêlaient à la vérité qu’il attendait. Et manque de chance, Cullen était un être extrêmement attentif : Il était capable de voir quand un objet n’était pas à sa place dans les lieux familiers.






《 - Détaille-moi ce que tu as fait depuis ton réveil ce matin. En passant des pièces que tu as  côtoyées, des personnes avec qui tu as échangé, et si tu as vu ou entendu quelque chose ralliant à ce complot. 》

Chaque geste, chaque parole, il observait tout ce que faisait ou disait la jeune fille. Il pouvait déceler le moindre mensonge rien qu’en observant ses lèvres et ses yeux. Les mages étaient habilités à mentir, et cela il savait le déceler depuis de nombreuses années. Ainsi donc, il pourrait retracer ce qu’elle avait fait durant la journée.






《 - Et de quoi as-tu parlé avec Nachtigall ? 》

Il l’avait contournée et s’était rendu à nouveau à sa place initiale, attrapant la chaise au passage pour s’y installer. Cette fois il avait la jeune fille entre quatre yeux et il comptait bien lui tirer les vers du nez : Il savait qu’elle avait eu affaire ou entendu parler de ce Anders. Il attendait que cela sorte de sa bouche pour le confirmer.

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 199
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mar 3 Juil - 0:41

Un oiseau en cage


Ses iris d’un noisette sombre rencontrèrent le regard marron du Templier. Elle retint malgré elle son souffle, transpercée par ces yeux accusateurs qui semblaient lire en elle comme dans un livre ouvert, feuilletant des secrets qu’il ne pouvait décrypter mais qu’Il était bien décidé à lui arracher.

Et cela la plongeait dans un trouble évident.

Une légère bouffée de soulagement monta en elle quand le blond éloigna son visage du sien pour finalement passer derrière elle. Lynne ne chercha pas à le garder dans son champ de vision. Elle se contenta d’observer la table et la chaise libre juste en face tandis que son supérieur formulait ses instructions.

« Détaille-moi ce que tu as fait depuis ton réveil ce matin. En passant des pièces que tu as côtoyées, des personnes avec qui tu as échangé, et si tu as vu ou entendu quelque chose ralliant à ce complot. »

« Je … crains ne pas avoir fait grand-chose digne d’être raconté. » s’excusa t’elle, joignant ses mains sur ses genoux avant de reprendre après une brève pause, tentant de cacher son mal-être en s’efforçant à parler doucement et posément, et ce malgré les quelques tics dû au stress qui la traversaient de temps à autre. « D-du moins, rien qui n’aurait pu échapper à vos hommes. Je vous passerai les détails inutiles, sachez simplement que j’ai principalement occupé ma matinée à étudier et pratiquer mes glyphes avec un autre mage comme moi, Duncan Wald. Nous sommes restés dans la deuxième salle d’entraînement. Puis il y a eu le repas, très … normal. J-J’ai parlé avec Edwin et quelques camarades … Julius, Eve, et Allen. Je me suis ensuite reposée dans mon dortoir avant de passer le reste de l’après-midi à l’infirmerie, en témoigneront les sœurs, mes collègues, et les quelques patients qui nous ont côtoyé.

Elle avait bien sûr mis sous silence ses interactions avec le principal concerné, qu’elle avait fait passé pour des détails sans importances. De toute manière, ce n’est pas comme s’ils passaient leur temps à parler de révolution. Au contraire, les trois quarts du temps étaient dédiés à des sujets bien plus légers et frivoles, et elle doutait que cela amuserait le chevalier en face d’elle de les raconter dans les détails.


Jusque-là, aucun mensonge n’avait parcouru ses lèvres. Seuls quelques balbutiements de temps à autre trahissait sa nervosité qui, ici, était plus attribuée aux circonstances actuelles qu’à autre chose.


« Je n'ai cependant rien entendu au sujet du complot auquel vous faites référence. Je ne me doutais même pas que quelqu'un tenterait un coup si ... hasardeux.» ajouta t'elle avec un brin d’honnêteté qui réflétait son avis sur le sujet. Elle s'efforça d'ignorer les souvenirs dans sa tête qui prétendaient le contraire, même s'il ne s'agissait que de très vagues projets dont elle n'avait voulu entendre parler en premier lieu de part leur dangerositée. Bien loin d'elle de s'allier à un tel plan.

« Et de quoi as-tu parlé avec Nachtigall ?»

L’homme s’était reposté en face d’elle, s’asseyant sur la chaise qu’il avait auparavant délaissée. Le voir en face d’elle fit revenir son anxiété et lui rappela une fois de plus la gravité de la situation dans laquelle elle se trouvait.


«Je ... euhm ... Rien de spécial, de tout et de rien. Edwin est juste un camarade avec qui j’aime bien passer du temps.   » lui déclara t’elle tout en s’efforçant à maintenir son regard qu’elle garda civil. Son ton était plutôt naturel, ayant énoncé une demi vérité. En revanche, son état était ce qu’il était : instable et en proie au doute.

Ses yeux quittèrent un bref instant ceux de Cullen avant d’y revenir.




#99ccff


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Mar 3 Juil - 1:26




◇ Un oiseau en cage ◇





Elle semblait être stressée, et bien voilà un état d’esprit qui correspondait à Cullen. Dans cet état, le mage donnerait plus facilement satisfaction. D’autant plus qu’en règle général elle ne semblait pas poser de problèmes. Si elle se montrait coopérative, il lui montrera reconnaissance.

Tous ses dires semblaient banals, comme une journée standard d’un mage lambda. Mais le fait qu’elle prononça des noms accentuait la vérité de ses propos. Il prit bien note des personnes avec qui elle était : un tour à l’infirmerie pour rejoindre Sœur Marjorie s’imposait.

Seulement, sa prochaine question donna un coup de stresse visible chez elle, ce qui lui mit une puce à l’oreille. Comme elle ne répondrait pas tout de suite, il renchéri :





《 - Qu’as-tu échangé avec lui ? Rien de bien... Spécial ? 》






《 - Je ... euhm ... Rien de spécial, de tout et de rien. Edwin est juste un camarade avec qui j’aime bien passer du temps. 》

Cullen se releva en trombe pour fracasser à nouveau les mains sur la table quand il se pencha vers elle.  





《 - Ce n’est pas ce genre de détail qui m’intéresse. Je répète ma question : Que t-a-t-il dit ? 》


Son attitude sec et tranchant demeurait cependant d’un calme olympien. Mais sa patience avait des limites et elle devait lui cacher quelque chose. Au vu de son tempérament, il n’allait pas hésiter à lui faire cracher le morceau et peu importe la manière qu’il utiliserait. Il tenta une première approche en haussant le ton, afin qu’elle comprenne l’importance de ses paroles, puis, il la prendrait par les sentiments en la poussant au bord du précipice. A partir de là, elle lui avouera tout. Tout en gardant une voix forte, il continua son interrogatoire.





《 - A-t-il mentionné le complot qu’il préparait ce soir ?! 》


Elle ne le balancerait pas si elle était une réelle amie. D’ailleurs, c’était chose courante qu’ils se taisent dans ce genre de situation. Cullen se redressa, mais resta néanmoins debout à la regarder dans le brun de ses yeux.





《 - Sais-tu que l’issu de cette discussion décidera du sort de ton ami ? Si tu ne me dit rien, non seulement tu auras des problèmes à l’avenir, mais lui je n’ose même pas imaginer ce que le chevalier-Capitaine voudra lui faire. 》


Il contourna à nouveau la table jusqu’à atteindre le niveau de la jeune fille, la laissant mijoter avec ses dernières paroles. Elle devait culpabiliser c’était le plan. Si elle ne le ferait pas, son amitié serait mit en doute et là, il pourrait frapper bien plus fort. Il se tourna et approcha son visage lentement du sien.





《 - Je dois remettre de l’ordre dans ce cercle. Ton ami aurait pu être sous l’influence de l’enchanteur comme il est son supérieur direct… Alors je vais me répéter une dernière fois : 》


Il lui attrapa la nuque pour  qu’elle le regarde, mais sans exercer une pression trop grande, le but n’était pas de lui faire du mal.






《 -  … Que vous a-t-il dit… ? 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 199
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mar 3 Juil - 13:30

Un oiseau en cage


Le fracas la fit une fois de plus sursauter sur sa chaise, faisant presque sortir son cœur de sa cage thoracique.

« Ce n’est pas ce genre de détail qui m’intéresse. Je répète ma question : qu’a-t-il dit ? »

« J-je … ! Je vous le dis, r-rien de spécial, balbutia-t-elle maladroitement, sous le choc. «  Que des sujets banals, je vous jure que- »

Il para immédiatement ses piètres excuses, inflexible et surtout, insatisfait de sa réponse qui ne le faisait en rien avancer dans son enquête.

« A-t-il mentionné le complot qu’il préparait ce soir ?!»

La fuite de quelques mages n’avait rien d’improbable au regard des idées qu’Edwin partageait avec elle. Mais jamais il ne lui expliquait en détail les plans qu’il préparait avec ses quelques complices puisqu'elle n'était pas directement concernée. Oh, elle connaissait certaines petites choses comme l'existence des phylactères, le nom d'un ou deux Templiers rénégats qui auraient été aptes à les aider par exemple ... Mais  Lynne n’avait absolument aucune idée que quelque chose aurait dû se passer ce soir – mais visiblement, cela avait mal tourné et Cullen cherchait des responsables.

Malheureusement pour lui, la jeune mage accordait plus d’importance à son ami qu’à elle-même. Vendre la mèche était hors de question. Même si elle avait peur, elle craignait bien plus pour la sécurité de son compagnon que de la sienne. Elle ne le vendrait pas. Pas même aux Templiers. Car la loyauté n'avait pas de prix.

Ses mains s’agrippaient l’une l’autre sous le coup de l’émotion tandis qu’elle tentait de feindre l’innocence. Elle semblait comme un petit oiseau qui voulait s’échapper des serres d’un aigle.

« Je ne suis au courant de rien, je ne sais pas ! »

Silence. Elle se força à le regarder. Il ne dit mot pendant un instant, la froideur dépeinte sur son visage faisant office de réponse, avant de reprendre avec dureté.

« Sais-tu que l’issu de cette discussion décidera du sort de ton ami ? Si tu ne me dit rien, non seulement tu auras des problèmes à l’avenir, mais lui je n’ose même pas imaginer ce que le chevalier-Capitaine voudra lui faire.»

Ces derniers mots tourmentèrent ses pensées tandis que l’écho des pas du sous-capitaine résonnaient légèrement dans la salle, se rapprochant d'elle.

Lynne n’osa dire mot, que trop consciente de la gravité de la situation. Si elle ne disait rien, ils feraient du mal à Edwin. Mais si elle avouait le peu qu’elle savait, ils le condamneraient également pour rebellion, du moins si Cullen ne bluffait pas. La meilleure chose qu’elle pouvait faire était de continuer à feindre l’innocence et tenter de convaincre Rutherford, même si cela voulait dire qu’elle s’engageait sur un chemin difficile dont elle n’était pas certaine de pouvoir réchapper. Sera-t-elle capable de jouer le jeu jusqu’au bout … ? Sera-t-elle capable de garder sa langue malgré la terreur et la culpabilité qui animait son être entier ? Elle ne voulait pas causer de souffrance inutile. Elle n’était même pas sûre que sa résolution était la bonne.

Soudainement, elle sentit une forte poigne lui agripper la nuque. Un halètement lui échappa sous le coup de la surprise ; avant qu’elle n’ait eu le temps de comprendre, ses iris rencontraient une fois de plus ceux du Templier.

Ses lèvres s’animèrent à nouveau. Son regard était aussi impérieux et froid que sa question.

« … Que vous a-t-il dit … ?»

Garder le silence signifiait avouer sa culpabilité. Elle ne prit pas le temps de réfléchir pour répondre, le ton légèrement tremblant et les yeux écarquillés.

« Je … il ne m’a rien dit, je ne sais rien … je suis désolée …  Je ne peux pas avouer quelque chose que j’ignore moi-même … »




#99ccff


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Jeu 5 Juil - 1:02




◇ Un oiseau en cage ◇





Il garda son emprise sur elle alors qu’il insistait encore sur la question. Pour dire, elle était importante, il devait savoir ce qui s’était passé pour remettre de l’ordre. Mais sans sa coopération, cela s’annonçait plus compliqué que prévu.





《 -Je … il ne m’a rien dit, je ne sais rien … je suis désolée … Je ne peux pas avouer quelque chose que j’ignore moi-même … 》


Cullen la lâcha alors, insatisfait de sa réponse. Mais ses paroles semblaient sincères au vu de ses tremblements, et de son air effrayé. Il tapa deux fois des doigts sur la chaise de la jeune fille, prit dans une sorte de réflexion afin de savoir si cela était nécessaire ou non de continuer à faire quoi que ce soit.





《 -* soupir * Bon…. 》


Il reprit son chemin vers la meurtrière qui se trouvait sur sa route pour en observer les vagues éclairés par le clair de lune. Il y avait deux possibilités : Soit elle était réellement sincère et qu’il avait manigancé sans la mettre au courant, ce qui était peu fiable, soit elle mentait et essayait de le couvrir. Il n’avait rien pour prouver de la bonne fois de la mage, mais la discussion avec lui semblait remplie de futilités selon elle. Curieux qu’elle ne décide pas de mettre sur la table le simple fait qu’ils aient parlé d’un sujet complètement opposé. Ce serait simple à prouver, puisqu’ils n’auraient rien à cacher.





《 - Au mieux, ce que ton ami risquerait ce soir c’est un avertissement. S’il récidive à l’avenir, il risque d’être apaisé. 》


Il se retourna vers elle, la regardant de bas en haut, n’ayant pas réellement prit le temps de la regarder en détail depuis le début de la conversation autrement qu’un criminel. Ce n’était pas un monstre au fond, bien que ses idées concernant les mages étaient claires. Mais il ne devait pas se laisser attendrir par le comportement de cette mage, ce n’était pas de son genre.





《 - S’il compte réellement pour toi et que tu te montres, je l’espère, réellement sincère envers l’ordre, je te conseille fortement de le remettre sur le droit chemin. Car, comme tu le sais, s’il recommence… ce sera la fin pour lui. Je compte sur toi pour cela. 》


Il se rapprocha d’elle quittant le mur contre lequel il s’était adossé quelques instants, toujours recherchant à la faire culpabiliser pour son ami. C’était simple : elle était parfaitement au courant de ce qui pouvait arriver à Edwin.





《 - Les templiers se doivent de maintenir l’ordre dans ce cercle. Les mages libertaires ou apostats ayant goûtés à un semblant de « libertés » peuvent se montrer dangereux autant pour eux que pour tous ceux qui vivent ici. Vous savez pourquoi vous êtes dans un cercle, et vivre au dehors dans la peur ne vous garanti pas la sécurité. Sachez-le, fuir n’est pas une solution. 》


Il resta à nouveau derrière elle, la suivant du regard comme pour la décrypter d’avantage. L’avertissement donné, elle allait de toute manière réfléchir. Il fallait tout de même empêcher d’autres potentiels partisans de liberté de vouloir se faire la malle. Le but était d’éradiquer le mal par la racine.





《 - Bon, à défaut de ne pas avoir entendu quoi que ce soit de luii, est-ce qu’autre chose a remonté à tes oreilles, récemment ? 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 199
Emploi/loisirs : Mage de soin
Jeu 5 Juil - 13:57

Un oiseau en cage


La brune s’était raidie dès qu’elle avait finit de formuler sa réponse bégayante, s’attendant à ce que le Templier lui fasse payer son manque de coopération. Mais lorsqu’elle cru que ses doigts allaient s’enfoncer davantage dans son cou, elle sentit son emprise sur elle disparaître en un instant.
Il soupira, une fois de plus insatisfait.

« Bon. »

Etonnée qu’il n’ait pas eu recours à la force comme elle s’y était initialement attendue, Lynne se frotta la nuque tandis que l’homme se dirigeait vers une meurtrière, contemplant bientôt un paysage qu’elle ne pouvait voir. Il semblait en état de réflexion ; elle-même se posait des questions sur la suite des évènements. Si elle continuait à refuser à répondre à ses questions …

« Au mieux », commença t’il sans la regarder, « Ce que ton ami risquerait ce soir c’est un avertissement. S’il récidive à l’avenir, il risque d’être apaisé. »

Elle ne dit mot, se contentant de garder ses yeux rivés sur son dos. La menace de l’Apaisement avait été présente depuis le début, planant comme une ombre au-dessus de leurs têtes, aussi ne lui apprenait-elle rien. Mais cela n’enlevait rien au sérieux des conséquences que cela impliquerait.
Il se retourna finalement, semblant la détailler davantage - comme s’il la voyait vraiment pour la première fois. Elle ne cilla pas.

« S’il compte réellement pour toi et que tu te montres, je l’espère, réellement sincère envers l’ordre, je te conseille fortement de le remettre sur le droit chemin. Car, comme tu le sais, s’il recommence… ce sera la fin pour lui. Je compte sur toi pour cela ».

Si elle garda sa composition, ses poings, eux, se serrèrent imperceptiblement. « Vous m’en direz tant. » aurait-elle voulu lui répliquer sèchement. Mais la jeune mage n’était ni courageuse, ni stupide.
Entre les griffes de l’angoisse plantées dans sa carcasse naissaient des étincelles de colère. « Compter sur elle » ? Pour qui se prenait-il ? Croyait-il réellement qu’il lui ferait avaler qu’il agissait dans son intérêt ? Il n’en avait rien à faire des personnes comme elle, sinon il n’exaucerait pas les moindres lubies de la Chevalier Capitaine.

Ignorant tous des sourdes protestations de sa voix silencieuse, il se rapprocha à nouveau d’elle, reprenant.

« Les templiers se doivent de maintenir l’ordre dans ce cercle. Les mages libertaires ou apostats ayant goûtés à un semblant de « libertés » peuvent se montrer dangereux autant pour eux que pour tous ceux qui vivent ici. Vous savez pourquoi vous êtes dans un cercle, et vivre au dehors dans la peur ne vous garantit pas la sécurité. Sachez-le, fuir n’est pas une solution. »

Un bref hochement de tête lui échappa, signifiant son approbation. C’était bien la seule chose sur laquelle ils étaient d’accord. C’était, finalement, la raison même pour laquelle elle ne s’impliquait pas activement dans cette rébellion. Même si tout le monde fuyait le Cercle avec succès, rien ne garantissait qu’ils n’y retourneraient pas. Les Templiers étaient plus forts, pas nécessairement plus nombreux mais néanmoins bien mieux équipés. Et à quoi bon rejoindre une prétendue liberté si la seule chose qu’ils pouvaient faire était de se cacher de crainte qu’on les retrouve ? Est-ce réellement une vie ?
Elle avait déjà essayé de lui faire entendre raison. Mais Edwin était trop borné. Il ne voyait pas les choses de la manière dont elle les voyait. Elle entendait ses revendications. Elle aussi détestait le Cercle. Mais elle n’aimait pas les risques et les finalités que cela impliquait. Et le voilà qu’il se faisait prendre … qu’il la mettait dans une situation qu’ils auraient pu éviter. Ils se mettaient en danger pour rien.

« Bon », continua t’il, « A défaut de ne pas avoir entendu quoi que ce soit de lui, est-ce qu’autre chose a remonté à tes oreilles, récemment ? »

Elle évita un instant son regard, incertaine. Elle ne désirait pas mettre Edwin en danger. Cullen ne la laisserait pas tranquille sans au moins quelques bribes de réponses, et elle ne pouvait pas se fier entièrement à ses dires. Tant que son ami évitait le châtiment ... peu importait.
Elle revint finalement vers lui.

« Il y a … des choses qui se disent sur un certain Anders, je crois. Il semble les aider de l’extérieur, mais je ne sais rien d’autre que son prénom. »

Ses lèvres s'entrouvrirent légèrement, hésitant à parler. Elle osa finalement.

« Pardonnez moi, je suis bien consciente que ... que ce n'est pas à moi de poser des questions ici, mais ... enfin ... »

Elle se mordit légèrement la lèvre inférieure.

« Pourrais-je vous poser une question ?»




#99ccff


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 173
Jeu 5 Juil - 14:28




◇ Un oiseau en cage ◇





Il allait certainement passer à l’interrogatoire suivant, celui de ces fameux mages souhaitant faire une petite escapade ce soir. Il devait ramener des réponses à sa supérieure, mais s’il restait sur la jeune mage il était certain qu’il allait sortir de là bredouille. Il lui posa une ultime question qui, pour lui, allait clore cette conversation. A ce moment-là, elle esquiva son regard quelques instants, semblant hésiter sur quelque chose. Cullen restait silencieux, en attente de sa réponse.





《 - Il y a … des choses qui se disent sur un certain Anders, je crois. Il semble les aider de l’extérieur, mais je ne sais rien d’autre que son prénom. 》


Cela ne l’aidait pas vraiment, cela faisait des mois que ce Anders aidait les mages à s’échapper du cercle en leur bourrant le crâne d’idées idiotes concernant une pseudo-liberté. Comment diable pouvait-il enseigner à ceux qui vivaient ici que s’enfuir était une solution, en sachant la vie qui les attendaient à l’extérieur…

Le templier, légèrement embêté que la situation évolue ainsi, regarda sur le côté en pleine réflexion, jusqu’à ce qu’elle reprenne la parole. Immédiatement, son regard se recentra sur cette mage qui finalement, peut-être souhaitait en dire d’avantage.





《 - Pardonnez moi, je suis bien consciente que ... que ce n'est pas à moi de poser des questions ici, mais ... enfin ... 》


Cullen ne dit rien, dans le sens que possiblement avait-elle quelque chose à avouer. Seulement, elle ne semblait pas avoir confiance. Quoi de plus normal, elle n’était pas connue pour énormément parler et cullen n’était pas tendre durant ses interrogatoires. Aussi était-il suffisamment contrarié pour que ses lèvres se mirent à bouger tous seuls.





《 - Sois plus clair.. ! 》





《 - Pourrais-je vous poser une question ? 》


Il se redressa, et retourna s’asseoir en face d’elle. Il bougeait beaucoup, mais c’était d’avantage pour accentuer son intimidation et son emprise sur sa victime que par pur entêtement. Il la regarda, prenant appuis sur le dossier de sa chaise, et croisant lentement des bras.






《 - Quel genre de question ? 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[FINI] [Flashback] Un oiseau en cage - pv. Cullen Rutherford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Centre de Thédas :: Marches Libres :: Kirkwall-
Sauter vers: