en haut du forum
en bas du forum



Mission - Le coup du siècle – Yémir, Andras, Zuan

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Ven 27 Juil - 14:08

Le coup du siècle


Mes deux camarades pirates me semblaient plutôt conciliant avec mes idées, mais Zuan pointa du doigt la nécessité de se méfier de notre environnement. Si on disait que les murs avaient des oreilles, cela devait aussi être le cas pour les arbres.
Nous nous sommes donc éloignés de nos commanditaires et avons entamé les préparatifs de notre plan avec moult précautions:

Bon, j'le sens moyen son histoire mais ça vaut le coup de tenter. Vous avez des idées de plan d'attaque donc ? La diversion peut être sympa, j'suis prête à m'y coller, à vous de voir.


Nous déclara Yémir avec son franc-parler habituel. J'aimais qu'elle soit toujours aussi prête pour la bagarre, et surtout qu'elle y soit aussi douée. Des tètes brûlées j'en ai rencontrés beaucoup mais peu capables d'assumer leurs bravades.
J'ai hoché la tète d'un air grandement satisfait et ai ajouté à sa suite.

Je pourrais me faufiler dans la confusion à l'intérieur du bâtiment, et si tu fais assez de rafu je pourrais directement détruire des serrures avec mes sorts, si le besoin s'en fait sentir.


Je me suis tournée vers l'elfe et lui ai fait d'un ton faussement neutre en haussant les épaules:

Tu es relativement discret, j'imagine que tu peux bricoler un truc de ton coté pour m'assister


Je voulais bien collaborer avec lui mais ça ne voulait pas dire que je serais plus polie que d'habitude. Et il me le rendait toujours bien, alors pas vraiment besoin de faire un effort.
Concernant le marteau il y avait quelque chose qui me chiffonnait quand même derrière les motivations de la noble. J'avais du mal à comprendre pourquoi une humaine souhaiterait s'emparer d'un artefact nain, et surtout d'où lui venait le cran d'entreprendre une entreprise si périlleuse. Personne n'ignorait le caractère orgueilleux du peuple des profondeurs.

Je vais tenter de déceler si il y a des protections magiques autour de la cible. Je te ferais un signal avec mon bâton si c'est le cas Zuan, guette le avec attention.


En ce moment là je regrettais de ne pas m’être beaucoup intéressée à la magie des esprits, ou au fonctionnement de l'Immateriel en général. Les adeptes de cette école étaient doués à analyser les changements spirituels dans une zone donnée.
Mais bon, moi au moins je pouvais lancer des éclairs.



J'écris en #996666


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Second du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 56
Lun 30 Juil - 9:59

Le coup du siècle

L’argent est la religion du sage
Euripide




Bon, j'le sens moyen son histoire mais ça vaut le coup de tenter. Vous avez des idées de plan d'attaque donc ? La diversion peut être sympa, j'suis prête à m'y coller, à vous de voir.

Il acquiesça tranquillement : Yémir était parfaite en tant que diversion, et essayer de lui donner un autre rôle ne serait que complication inutile. Lui, il avait une petite idée de ce en quoi il serait utile, et il n’attendait que quelques mots de la part de la mage pour donner son point de vue.
Je pourrais me faufiler dans la confusion à l'intérieur du bâtiment, et si tu fais assez de raffut je pourrais directement détruire des serrures avec mes sorts, si le besoin s'en fait sentir.

Sa percée pouvait être utile, mais il se révélait plutôt satisfait d’être présent : ce n’était pas Andras et ses sorts de tonnerre qui allait se faufiler dans l’ombre en cas d’échec du plan.
Tu es relativement discret, j'imagine que tu peux bricoler un truc de ton coté pour m'assister.

L’antivan eut un sourire légèrement tordu : relativement discret ? Il pourrait lui enlever ses chaussettes sans qu’elle ne le remarque… Mais après tout, il devait être tout juste bon à l’aider. D’un ton sans réplique, il déclara son idée sur son exécution, qui était relativement en accord avec celle de la mage.
Je pensais m’infiltrer par les toits de la maison, surtout si elle jouxte un bâtiment de la même hauteur. Deux infiltrations dans le dépôt à des lieux et des méthodes différents.

Je vais tenter de déceler si il y a des protections magiques autour de la cible. Je te ferais un signal avec mon bâton si c'est le cas Zuan, guette-le avec attention.

L’elfe répondit d’un simple mouvement de tête, confirmant par quelques mots :
Je te surveillerai des hauteurs.



[size=18]Brotherhood[/size]:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 403
Lun 30 Juil - 18:59

Le coup du siècle
Le plan semble commencer à se dessiner de manière assez précise, et il ne pourra probablement pas bénéficier des derniers ajustements avant que vous n'ayez vu l'emplacement exact de la cachette. Un plan, glissé à Andras alors qu'elle tournait le dos, vous indique que le dépôt est à une vingtaine de minutes, et qu'il vous faut pour l'atteindre longer à nouveau des arènes, avant de vous diriger vers le quartier marchand. C'est donc avec l'espoir que vos tentatives ne soient pas vaines que vous quittez l'ombre fraîche de la clairière pour aller au devant de votre destin.
A peine arrivés au sommet de la butte, vous entendez de nombreuses exclamations émanant des joutes. Une foule immense semble s'être rassemblée de chaque côté d'un chemin, mais vous ne pouvez pas en distinguer la raison pour le moment. En vous rapprochant, vous distinguez quelques bannières voler dans le vent, et si aucun d'entre vous n'a les connaissances pour les identifier avec précision, vous comprenez sans peine qu'elles sont naines. En jouant des coudes, vous parvenez à vous hisser aux premiers rangs, et assistez donc à un événement qui marquera à jamais l'histoire de ce Grand-Tournoi, et peut-être même de Thédas.
Une soixantaine de nains se dirigent silencieusement vers la grande arène, d'où siège le prince marchand Elyseo. Vous comprenez tout de suite que quelque chose est anormal : ces nains semblent très différents de ceux que vous avez pu croiser, et ils ne correspondent pas aux descriptions que l'on fait des nains d'Orzammar. Leur peau est très claire, presque blanche, et ils semblent très jeunes, même avec des cheveux gris, de manière presque surnaturelle. Certains de leurs gestes laissent penser qu'ils sont affaiblis, las peut-être d'un grand voyage, mais d'autres dénotent fortement avec le reste de par leur aisance, souplesse, vivacité.
Les nains s'arrêtent à l'entrée de l'arène, et le silence tombe sur la foule quand un d'entre eux, à la longue barbe noire, s'avance de quelques pas pour prendre la parole. « Je suis le seigneur Lyulf Azaharg du puissant royaume nain de Kal-Sharok ! » Des murmures commencent à s'élever autour de vous, les visages se font anxieux. Il est notoire que le Thaig de Kal-Sharok a été perdu aux mains des engeances depuis plus de deux siècles. Cependant, ces paroles résonnent avec justesse, et expliqueraient en partie l'allure de la délégation. « Nous avons bravé les désolations des Tréfonds pour venir réclamer notre héritage, le marteau du Père-des-Armes, et nous nous montrerons à la hauteur des épreuves que vous nous avez lâchement imposé. Aucun étranger n'usurpera cette relique, et encore moins les nains, déchus, complaisants et mous d'Orzammar ! »
Aussitôt, des protestations émergent dans la foule, alimentées assez clairement par des émissaires venus justement d'Orzammar. Lyulf lève la main, comme si un débat ne l'intéresse pas, et fait demi-tour pour se diriger, avec sa procession, en ville, afin, dit-on, de trouver un hébergement décent jusqu'à l'épreuve décisive, les Grandes Joutes. Les nains présents semblent sous le choc dans le meilleur des cas, et tremblant de colère au pire, et les rumeurs se mettent aussitôt à s'étendre en Combrelande. Pour le moment, peu de réponses à de nombreuses questions, mais cet événement pourrait bien avoir une forte incidence sur le Grand-Tournoi, ou contrarier vos plans.
Une dizaine de minutes plus tard, vous distinguez le dépôt. Vous pouvez bénéficier d'un coin d'ombre, au delà d'une volée d'escaliers, pour observer et prendre vos marques. Le dépôt donne sur une petite place discrète, où plusieurs stands de marchands sont installés, profitant de l'ombre de bâtiments en pierre sèche, très hauts. Quatre gardes en uniforme font une ronde autour de la place, et aucun n'est en position devant la porte en vieux bois. Aucun autre dispositif de surveillance n'est visible à l’œil nu, et vous savez que c'est pour ne pas attirer l'attention sur cette cachette. Il est possible de s'infiltrer à l'intérieur par les hauteurs, mais cette option semble hardeuse pour un individu n'ayant pas une agilité remarquable. Il vous faudra pour cela vous hisser sur un muret donnant sur un jardin à votre droite, le longer jusqu'à arriver à hauteur des bâtiments à votre gauche, sans être vus par les gardes. Ensuite, un bon de bonne distance vous séparera de la façade, mais le plus difficile sera fait, car des poutres extérieures rendent une prise facile. En partant de la gauche, le bâtiment du dépôt est le troisième, à peu près au milieu de la place.

Consignes : Pour plus de détails sur l'organisation de la place, vous pouvez me MP. Pour toute entreprise risquée ou hardeuse, je vous demanderai de lancer un Dé de Destin, et d'éditer la fin de votre RP en prenant en compte la réussite ou l'échec. Bon courage, essayez de rester en vie.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine du Taureau des mers
- Felicissima Armada -
Messages : 85
Mer 1 Aoû - 17:28
Le plan mis en place, ou du moins le début, ils se mirent en route, la carte indiquant leur destination entre les mains d'Andras. Yémir n'accorda même pas un dernier regard à leur employée mystérieuse, et se fichait bien de paraître, ou plutôt d'être, impolie. Elle suivit ces compagnons en direction des festivités, qui faisaient bien plus de bruit que précédemment. Soit ils avaient décidé de se réveiller, soit il se passait quelque chose d'intéressant. Des bannières flottaient au loin, que la Qunari identifiaient comme étant naine mais elle pouvait facilement se tromper, loin d'être incollable à ce niveau là. Franchement, elle avait mieux à faire que de s'intéresser aux différentes bannières des différentes races, nations, ethnies et autre.

Une fois assez proche, son hypothèse ce confirma alors que de nombreux nains se dirigeaient vers la grande arène. La Vashoth s'arrêta quelques secondes afin d'observer ces petits êtres faire part de leur mécontentement. Elle avait bien du mal à croire leur histoire, bien que leur mine laissait entendre qu'ils ne revenaient pas d'une promenade de santé. Personne ne revenait vivant des Tréfonds, même elle n'osait pas trop y mettre les pieds. Elle n'avait jamais aimé les lieux souterrain de toute manière. Dans tous les cas, ils avaient la hargne, cela se ressentait parfaitement à leurs paroles et leur comportement, ce qui n'était pas bon pour leur plan. Une foule de nain en colère présent non loin du lieu où ils allaient très prochainement chaparder l'objet de leur convoitise, ça n'annonçait rien de bon. Ils allaient vraiment devoir faire attention. Surtout que la relique en question ne devait pas être toute légère, ça allait être une partie de plaisir de sortir ça de l'entrepôt. Mais peu importe, elle devait d'abord se concentrer sur comment l'atteindre.

Laissant la scène derrière elle, elle reprit la marche jusqu'à arrivée non loin de l'entrepôt, posté devant une place bien calme. Seulement quelques passants et quelques stands avec des marchands qui semblaient fortement s'ennuyer. Bon, pour une grosse bagarre, c'était raté. A l'ombre de l'escalier, Yémir croisa les bras et analysa la scène. Elle remarqua aisément les gardes qui faisaient leur ronde, suffisamment alerte pour remarquer un élément suspect un peu grossier.

« - Bon, c'est pas l'endroit le plus vivant d'la ville hein soupira-t-elle en continuant d'observer les alentours. »

Elle se demandait si leur distraction allait fonctionner. Avec un peu de chance, son raffut attirera les curieux un peu plus éloignés, afin de gonfler la place de monde, mais tout ce jouait sur le hasard à ce niveau là. Et les gardes pouvaient bien s'en carrer le potiron de ce qui se passait, du moment que personne ne touchait à leur dépôt. Mais, après tout, c'était les risque du métier, non ? Elle n'avait pas signé pour un résultat fiable à cent pour cent. C'était comme voyager en mer, elle n'était jamais certaine d'en ressortir vivante. Alors oui, ça pouvait très bien foirer, mais elle était prête à prendre le risque. Ce sera juste une somme d'argent de perdue qu'elle pourra récupérer plus tard dans d'autre contrat, rien de très dramatique. Bon, un peu quand même, elle cherchait simplement à relativiser. Et, pendant ce temps là, son plan prenait forme.

« - Si on veut faire un test pour voir comment ils réagissent, faudrait qu'on paye un larbin pour le faire commença-t-elle en reportant son attention sur ses deux camarades. Mais qu'est-ce qui nous garanti qu'il réussira ? Et après faudrait attendre, attendre, le temps que les gardes se détendent un peu, parce que deux bagarres qui se suivent c'est louche. Alors ouais, l'idée de base est bonne, mais j'ai pas envie de me casser la tête avec ça et d'attendre trois plombs. Alors j'vais foncer dans le tas, provoquer le premier venu, et on verra bien. »

Son ton ne leur laissait pas vraiment le choix d'une répartie, d'autant plus qu'elle quittait déjà leur cachette pour s'approcher du cœur de la place. Oui, elle aimait bien faire les choses à sa façon, sans vraiment s'emmerder de l'avis des autres. Une mauvaise manie qui la mettait souvent dans le pétrin.

Elle fit alors mine d'observer les étales, sans vraiment porter attention aux marchands positionnés derrière leurs babioles, avant de lever la tête pour reprendre son chemin. Ses yeux se posèrent alors sur homme relativement jeune, légèrement costaud mais pas beaucoup non plus, en compagnie d'un autre homme et d'une femme, qui semblaient flâner en profitant des festivités. Des proies idéales. Son expression changea, ses sourcils se froncèrent, sa mâchoire se serra et elle s'approcha à grands pas du groupe. Elle empoigna le garçon posté entre ses deux camarades par le col, le soulevant sans peine du sol et commença à lui crier dessus.

« - C'était donc ici que tu te planquait, enflure ! J'en ai chié pour te retrouver mais j'ai enfin ta sale tronche juste en face de moi. Tu te souviens de moi, hein ? Hein ?! Et ouais mon gars, t'as osé t'en prendre à mon ami y a plusieurs jours, comme un pauvre lâche, et aujourd'hui j'vais pouvoir te rendre la monnaie de ta pièce ! »

Elle le relâcha sans aucune douceur et lui offrit un sourire mauvais.

« - Mettez vous à trois sur moi, j'vous en voudrais pas, dans tous les cas vous faites pas le poids. A moins que vous ayez trop les chocottes ? Ça m'étonnerais même pas, regardez vos gueules ! Et puis l'honneur on en parle même pas ! »

Sa voix était suffisamment forte pour être entendue d'assez loin, et son jeu d'acteur ne laissait aucun doute quant à la colère qui l'habitait. C'était facile pour elle de faire semblant de se mettre en colère. C'était une émotion simple. Juste à crier et à vouloir cogner, et le tour était joué. Elle se décida à forcer le trait en bousculant sa pauvre petite victime parfaitement innocente.

« - Et bah alors ! Tu préfères que j'te ridiculise ? Ça m'va très bien aussi tu sais, sale déchet ! »

Le pousser à bout pour qu'il s'en prenne à elle, voilà ce qu'elle cherchait à faire. Avec un peu d'espoir, ce petit gars n'avait pas froid aux yeux.

Sauf que ce ne fut absolument pas le cas. L'homme, surpris et visiblement très mal à l'aise, tenta de se justifier.

« - J-je... Vous vous trompez ! Je vous jure je ne vous connais pas, ni vous ni votre ami ! On ne cherche pas les ennuis, s'il vous plaît ! »

Et à côté de lui ses deux amis hochèrent la tête tout en faisant quelques pas en arrière, peu enclin à se frotter de trop près à la Qunari. Cette dernière leva les yeux au ciel, exaspéré par ce qui se passait devant elle. Non mais merde, qu'est-ce que c'était que ces gens qui répliquaient même pas après s'être fait insulter ? N'importe quoi ! Mais peut-être que continuer à brailler suffirait à distraire les gardes ? Elle pouvait toujours essayer.

« - Non mais tu te fous de ma gueule ?! Tu lui as pété le nez ET le bras ! Putain en plus son nez c'était une œuvre d'art ! Et toi là tu viens me dire que tu m'connais pas et j'en passe, je rêve ! »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 403
Mer 1 Aoû - 17:28
Le membre 'Yémir' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Ven 3 Aoû - 16:35

Le coup du siècle


Alors que je ne prêtais attention qu'à mes camarades, j'ai senti un objet se glisser dans ma main. Faisant volte face en sursaut je n'ai pu apercevoir ni ombre ni forme me permettant d'identifier l'auteur de ce dépôt.
En fronçant les sourcils j'ai examiné l'objet, circonspecte, avant de comprendre que cela n'était qu'une feuille de papier, un plan nous indiquant la marche à suivre pour atteindre l’entrepôt. Il avait dû être glissé par l'homme à capuche, il aurait pu me le tendre sans faire plus de billevesées tout de même.
Enfin, j'ai suivit les deux pirates en jetant quelques coups d’œil suspect aux alentours, pas mal de monde était rassemblé sur la route, et au loin je pouvais apercevoir des fanions et bannières aux formes tout à fait originales. Des traits plein, des formes géométriques, cela me rappelait une forme d'héraldique particulier, mais impossible de me rappeler duquel...

La foule se faisant dense nous avons tout de même décidé d'aller vérifier la source de toute cette pagaille. Avec difficulté nous avons pu dégager les gueux du premier rang et découvrir une scène peu banale.
Des nains, beaucoup de nains, ils semblaient fatigués mais redoutables, qui défiaient l'homme que je supposais être Elysio et qui semblaient bien décidé à batailler dans l'arène pour récupérer le marteau du "Père-des-armes". Incidemment la récompense du vainqueur de la joute, et notre cible de vol.
Cette histoire se compliquait, il ne faisait aucun doute que les redoutables nains originaires de Kal-Sharok allaient gagner, et il nous faudrait être loin pour nous assurer une retraite discrète. Ainsi le temps nous était compté pour voler le marteau...

C'était bien notre veine, que les habitants d'un royaume supposé perdu depuis des siècles se pointent pour effectuer une vendetta, comme diraient les antivans, pile le jour où nous décidions d'aider au pillage de leur patrimoine culturel!
En grimaçant j'ai secoué la tète, il fallait vraiment qu'on ne puisse nous identifier.
Puis Yémir a décidé de passer à autre chose, alors nous l'avons suivie, rapidement nous sommes arrivés à une petite place qui ne payait pas de mine, s'y trouvaient l’entrepôt, quelques marchands, et quatre gardes.

Seulement quatre gardes? Ai-je songé avec étonnement.
Cela ne correspondait pas à l'idée que je me faisais d'un entrepôt hautement sécurisé contenant un artefact d'une importance souveraine....
Cela dit j'ai dû garder mes réflexions pour moi car notre sublime qunari a décidé de passer outre la patience et s'est lancée dans une provocation des marchands présents.
Malgré mon agacement face à cette méthode peu chantriste j'ai tout de même ricané en voyant la mine déconfite du jeune home auquel elle s'est attaquée.
Malheureusement ses tentatives ne furent que peu concluantes, mais elles attirèrent un petit nombre de badauds curieux et amusés.
Bon cela ferait l'affaire, j'ai noté que les gardes jetaient quelques coups d’œil à la scène.
Deux options s'offraient à moi, la porte en bois de l’entrepôt, les gardes ne patrouillaient pas trop devant, avec le bon timing je pourrais y pénétrer. Ou la voie des airs. Mmmmmmh, non, ça se serait pour Zuan.

C'est pas très gardé pour un endroit important, mème si ils veulent pas attirer l'attention, m'est avis que c'est bourré de pièges à l'intérieur
Ai-je glissé à mon comparse avant de me faufiler vers la porte le plus discrètement possible, j'essayerai de déverrouiller la porte avec efficacité.

A mon grand étonnement j'ai réussi à progresser sans problème à la porte de bois, forte de ce triomphe tout à fait exceptionnel pour l’être sans discrétion que j'ai toujours été, j'ai abattu ma main sur la poignée pour l'ouvrir.
Bien entendu elle était verrouillée.
Ne me laissant pas décourager j'ai commencé à trafiquer la serrure à l'aide d'un sort électrique, jouant sur les aimants complexes des rouages de l'objet. C'était un sort ardu et requérant beaucoup de concentration, une goutte de sueur ne tarda pas à perler sur mon front, autant par crainte d’être découverte que par effort de volonté délicat.

Toute occupée à ma manœuvre, celle-ci ne m’empêcha pas d'entendre un bruit de pas s'approchant de moi, rapidement j'ai abaissé mon bâton et me suis préparée à prendre cachette dans l'ombre du bâtiment. Sauf que le bougre était rapide, et m'est tombé sur le dos pile au moment où je me retournais pour fuir.
J'ai vu le déroulement de sa réflexion sur son visage, passant de la surprise à la colère en un quart de seconde, ses sourcils se fronçant furieusement et sa bouche s'ouvrant fastement.
Tout se passa comme au ralenti, son début de cri d'alerte résonnant gravement à mes oreilles tandis que je faisais tournoyer mon bâton pour l'aligner parallèlement au sol afin de lui envoyer une décharge de foudre dans l'estomac.
Le sort se déploya dans une lumière blanche aveuglante et fut précédé peu après d'un bruit de tonnerre qui me boucha les oreilles pendant quelques secondes.
C'est pas grave, la récompense nous suffirait quand même. Fallait pas m'engager si c'était la discrétion qu'on recherchait.



J'écris en #996666


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 403
Ven 3 Aoû - 16:35
Le membre 'Andras de Palencia' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


#1 'Destin' :


--------------------------------

#2 'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 403
Ven 3 Aoû - 16:56
Le membre 'Andras de Palencia' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Second du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 56
Dim 5 Aoû - 12:01

Le coup du siècle

L’argent est la religion du sage
Euripide




Eh bien… Le plan semblait subir quelques retournements de situation. Outre la foule aussi conséquente qu’impressionnante, une belle poignée de nain semblait se rassembler pour réclamer le même artefact qu’ils cherchaient. Première conclusion, l’artefact existait bel et bien : la pomme n’était pas pourrie puisque la mission avait au moins le mérite d’être réelle.
Zuan pinça les lèvres et suivit la petite troupe qu’ils formaient, n’hésitant pas à mettre quelques pas de distance entre lui et ses voyantes camarades. Puis le dépôt fut visible. L’elfe resta tout d’abord dans l’ombre, analysant la façade, pour en repérer les points d’accroches. Il avait fait plus facile. Il avait fait plus difficile. Quatre gardes aux alentours, c’était peu, et louche, mais facilitait leurs actions. Il n’allait pas s’en plaindre.
Quand Yémir commença à effectuer son plan de diversion, les yeux bleus de l’assassin suivirent les mouvements de la qunari. Dire que c’était un échec était assez représentatif de la situation. A se demander ce qu’ils mangeaient à Combrelande pour trouver tout à fait normal l’agressivité d’une Tal Vashoth isolée.
Puis Andras tenta son coup elle aussi : elle se faufila jusqu’à la porte de manière honorable, puis se retrouva face à un premier obstacle, qui fit naître un sourire railleur à l’antivan. Une serrure. La mage était capable de lancer de la foudre sur ses ennemis, mais quelques morceaux de ferrailles étaient trop complexes pour elle. Il aurait pu décider de partir l’aider pour s’acharner à deux sur la serrure, mais sa voix par les airs était bien trop tentante. Tant pis pour Andras.
Il se hissa sur un muret, se dépliant pour l’atteindre, repliant ensuite son grand corps mince pour passer inaperçu. Un bruit de foudre retentit alors et l’assassin en profita pour longer son appui sur quelques mètres. Maintenant, le plus difficile était à faire : une certaine distance le séparait de la façade. Il se replia comme un chat préparant son saut, et bondit…
Pour tomber, ratant son appui de peu. Merde. Quelle belle bande de bras cassés. Son avant bras racla le mur alors qu'il glissait sur une bonne hauteur. Il finit par retomber sur les pieds, sa peau nu rencontrant de la terre battue avec douleur.
Immédiatement, il se replia derrière un tonneau, déployant tout son talent d'improvisation pour se faire discret. La chute, certes, mais se faire repérer ? Certainement pas.


[size=18]Brotherhood[/size]:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 403
Dim 5 Aoû - 12:01
Le membre 'Zuan Taenarel' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Mission - Le coup du siècle – Yémir, Andras, Zuan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Centre de Thédas :: Nevarra :: Combrelande-
Sauter vers: