en haut du forum
en bas du forum



[Mission] Son Guide, son Bouclier |TERMINÉ|

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Ven 20 Juil - 11:03
Mission: Son guide, son bouclier

Le troisième Corbeau, une silhouette longiligne et athlétique toujours encapuchonnée recula d'un bon pas et sourit sous le bec de sa capuche, visiblement amusé par le duel et le signe d'une compétition inespérée. Apparemment l'intervention surprise l'agaçait autant qu'elle le divertissait, car après tout quel assassin se satisferait d'exécuter une seule cible sans défense ? Les contrats les plus faciles étaient ceux où l'on se faisait le plus facilement de l'argent, mais certainement pas ceux qui faisaient battre son cœur.
D'une prise défensive il se libéra de justesse, le souffle court. Sa langue humidifia ses lèvres alors qu'il leva la dague à hauteur de sa bouche, feignant lécher le premier sang qui avait coulé en une suggestive provocation.

« Tu es bien loin de chez toi, cariño. » La voix était féminine et dansante, le plus pur accent de Rialto.

Un pas en avant. Qui que soit ce blond elle ne le connaissait pas, mais son accent antivan et son style de combat ne trompaient pas, il s'agissait de quelqu'un ayant été formé par les Corbeaux. En tout cas qui qu'il puisse bien être, il n'était plus de la famille depuis longtemps. Aussi il n'y aurait certainement aucun inconvénient à ramener sa tête comme trophée... au mieux il serait un cadeau à la hauteur des Maîtres, au pire il serait un joli trophée à accrocher à ses murs. Toujours en position de combat elle fit un autre pas sur le sable, gagnant du terrain alors qu'une mèche brune s'échappait de sous la capuche. Sans accorder un seul regard aux deux assassins sans vie gisant sur la plage, elle le toisa attentivement, son sourire s'élargissant en reconnaissant ces tatouages. La chance viendrait-elle donc à enfin lui sourire ?

« Des gens d'église ou des catins, quelle différence ? Mes dagues tranchent les uns aussi facilement que les autres. »

Faisant virevolter sa dague autour de ses doigts, elle s'arrêta sans prévenir et fonça tout à coup en direction de Zevran. L'attaquant de passes verticales, vives et précises, elle s'amusait à viser le bras affaibli par la blessure, le forçant à reculer pour esquiver ou dépenser son énergie pour parer. Elle jouait... et elle était douée pour ça.

« Je n'aime pas interrompre la chasse alors que je touche au but, mais pour toi je peux ouvrir une exception. Approche de plus près, viens donc faire pardonner de ton impolitesse, cariño. »

Derrière Zevran, une autre ombre approchait silencieusement, guettant la bonne occasion de profiter de la situation.

***

Désabusé le prêtre fixait Lynne de ses yeux noisette, autrefois espiègles et désormais si peu sereins. Épuisé, ce dernier se laissa docilement faire par la mage sans se montrer particulièrement effrayé, encore trop sous le choc pour réagir. Néanmoins il sentait la prise de l'inconscience le gagner et luttait comme il pouvait pour ne pas y céder. Voyant la conversation comme une bénédiction, il s'y accrocha de toutes ses forces.

« Elias. » Dit-il entre deux respirations haletantes, trop fatigué ou trop prudent pour révéler son nom complet. Il serra les dents puis continua enfin, après si longtemps qu'on aurait pu croire qu'il avait oublié la question. « Je suis membre d'une délégation envoyée en aide à la reconstruction de Kirkwall. C'est la première fois que nous sommes rentrés à la maison, à Férelden, mais... Nous avons été surpris par la tempête, et... »

Sa voix s'enroua d'un nœud et il ne put poursuivre, son regard bataillant avec les spectres de ce qu'il avait vu pendant ce naufrage. Accoudé sur le sable il regardait pensivement le vide, ne revenant au moment présent que lorsque la mage ébaucha la souhait de retirer le pieux pour mieux le soigner. Il serra les dents, la sueur coulant le long de son front en même temps que les gouttelettes de pluie. Elias s'allongea sur le dos avant qu'une rauque agonie ne quitte sa gorge sèche, et la magie ne referme finalement ses entrailles.
La douleur et sa faiblesse n'en disparurent pas, néanmoins il lui suffit d'un regard vers son abdomen pour sentir que le pire était passé. Si ses robes blanches étaient encore tâchées de rouge, seule une plaie était maintenant visible sur sa peau hâlée. Y pressant une main un peu incrédule, il poussa un soupir de soulagement et de frustration mêlées. Il aurait voulu pouvoir se relever pour aider à défendre la prêtresse, mais hélas cela n'allait pas être possible dans son état.

« Je ne sais comment vous remercier, ma Dame. Le Créateur vous bénisse. » Un peu étourdi il passa en position assise, testant l'énergie qu'il lui restait. Son corps transi de froid tremblait de la tête aux pieds suite aux heures passées dans l'eau, ses lèvres gercées et pâles se mouvant presque au ralenti.

« Habitez-vous un village de pêcheurs non loin ? » Il ne saurait deviner les origines de Lynne à son seul habillement, d'autant qu'il n'avait pas la moindre idée d'où ils avaient échoué. « Pouvez-vous me dire où nous sommes ? Je... Nous étions perdus dans le brouillard. C'est grâce à la prêtresse Kiara que nous avons trouvé la terre ferme. Je viens de Dénérim, alors je ne reconnais pas cet endroit. »



Frère Elias (MJ)
• Noble d'origine Féreldienne
• Ancien guerrier
• Devenu prêtre suite la tragédie de Kirkwall
• Parle en #669999  


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 314
Emploi/loisirs : Assassin
Ven 20 Juil - 14:47
Mission: Son guide, son bouclier

C’était sans grande surprise que la femme qui se cachait sous le masque de Corbeau se dégagea de sa prise. Il devait bien y avoir dans le groupe un assassin plus expérimenté chargé de guider les autres. Ce qui était plus étonnant c’était que leur cible était relativement facile comparé à leurs forces sur place. Qui envoyait trois Corbeaux pour assassiner une prêtresse Chantriste ? d’autant qu’il n’avait vu que très peu de gens armés dans les épaves du naufrage, cela signifiait que la garde de la prêtresse était très réduite, même un assassin débutant aurait dû pouvoir s’en sortir tout seul. Le sourire goguenard de sa rivale lui extirpa un rire léger, très bien, ils allaient pouvoir jouer dans ce cas.

- « Je ne suis pas le seul apparemment,  que font les Corbeaux si loin d’Antiva ? Pour une bête prêtresse ? »

Zevran était loin d’être suffisamment idiot pour croire qu’elle ne le reconnaîtrait pas, il y avait des maisons qui le soutenaient parmi les Corbeaux, d’autres qui restaient neutres et d’autres qui souhaitaient sa mort à tout prix. En fonction de sa réaction quant à son identité il pourrait peut-être deviner de quelle maison elle venait. La réponse ne se fit pas attendre, il vit le regard de l’assassin s’arrêter sur son visage et la satisfaction traverser son regard. Pas Corva et pas Fulgeno alors…. Aucun scrupule à mettre fin à sa vie… et encore moins avec une telle punch line.

- « Aaaaaaah » Soupira-t-il, désabusé. « Je vois qu’ils vous apprennent toujours à parler avec un élan dramatique, même en langue commune. Jolie image, mais trop utilisée. Cette ligne était déjà utilisée par la guilde avant l’age des dragons... »

Elle faisait trop de mouvements inutiles pour se mettre en scène, tandis qu’elle faisant danser inutilement ses dagues, Zevran avait repéré le nouvel arrivant et avait sorti une lame empoisonnée qu’il dissimula dans sa manche. Le prochain mouvement handicaperait l’attaquant et le mettrait hors de portée de la jeune femme.

- « De toute façon la chasse ne va pas s’enfuir vu l’état des survivants. Nous avons le temps de danser, Preziosa. »

Sur ce il se retourna pour lancer sa lame vers l’assaillant derrière lui sans crier gare. Profitant de son élan il se jeta à terre et roula suffisamment loin des deux assassins présumés pour les garder dans son champs de vision. Décidément, il pleuvait des Corbeaux aujourd’hui,c’était un véritable nid.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 23 Juil - 0:20
Mission: Son guide, son bouclier



Le destin était décidément très joueur. Mage de Kirkwall qui avait fuit lors de la destruction successive du Cercle et de la ville, voilà qu’elle croisait un individu qui participait à sa reconstruction. La jeune femme se contenta d’acquiescer silencieusement tandis qu’elle assimilait ces informations, pas particulièrement désireuse de lui faire part d’un passé qu’elle préférait laisser derrière elle.

La tension se relâchant progressivement, Lynne se rendit finalement compte de la légère pluie qui s’était installée, faisant planer une atmosphère plus fraîche et humide se mêlant aux embruns salés. De multiples gouttelettes d’eau s’écoulèrent sur son visage aux traits tendus, soucieuse de l’état actuel de son patient qui, elle le constatait aisément, n’était pas au bout de ses peines.

Malgré tout, ses traits s’allégèrent en un petit sourire amusé face aux remerciements solennels du dénommé Elias. Ses voyages l’amenaient à côtoyer beaucoup de personnes différentes, mais elle n’était guère habituée à un mot si délicat pour la qualifier.

« Ne me remerciez pas, c’est normal. »

Elle l’aida à s’assoir tout en formulant ces simples mots, restant néanmoins attentive aux activités en contrebas. Un rapide coup d’œil lui fit voir qu’un camp naissant s’installait progressivement sur la plage, où les rescapés se réunissaient petit à petit. Plusieurs survivants étaient déjà couchés sur le sable, entourés de villageois s’occupant de panser leurs blessures, de les couvrir, d'apaiser leurs maux ou de les rassurer. Parmi les sauveteurs, elle reconnu Edwin qui participait à l'extraction des victimes restantes autour de la carcasse du bateau.

A l’opposé, dans un coin un peu plus reculé, un spectacle plus macabre se déroulait. Les morts n’étaient jamais très loin lors des catastrophes. Il était trop tard pour ces pauvres âmes pour l’instant peu nombreuses. Quelques cadavres s’alignaient à l’abri des regards, pâles comme la lune, sans distinction d’âge ou de sexe.

Lynne se força à détourner son regard pour en revenir au religieux, dont les lèvres gercées et tremblotantes de froid s’animèrent une fois de plus.

«Habitez-vous un village de pêcheurs non loin ?» commença t’il tout en détaillant l’habillement simple de la jeune femme, qui consistait principalement d’une tunique ornée d’une courte cape de lin. « Pouvez-vous me dire où nous sommes ? Je... Nous étions perdus dans le brouillard. C'est grâce à la prêtresse Kiara que nous avons trouvé la terre ferme. Je viens de Dénérim, alors je ne reconnais pas cet endroit.»

« Alors … non, j’étais simplement de passage dans les environs.» lui expliqua-t-elle avec douceur, avant de poursuivre. « Vous êtes bien en Ferelden, mais loin de Dénérim malheureusement. Vous avez dérivé vers l’Ouest– le village que vous voyez là-bas s’appelle Ondorf. »

Elle lui montra d’un signe de tête le hameau animé un peu plus loin, avant de poser sa main sur son bras. Il fallait lui trouver de quoi le réchauffer et apaiser sa soif, et elle-même devait s'occuper du restant des naufragés.

« Il faut que vous vous reposiez avec les autres. Pensez-vous être capable de vous lever avec mon aide ? »



#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Augure Alvar
- Civils -
Messages : 48
Dim 29 Juil - 8:25

   Zevran & Lynne Lenhardt

Reinigung
Je peints mon visage comme un guerrier

   

Si les dragons avaient un jour enfanté, alors nul ne pouvait douter de la descendance alvar en avait découlé. Enfants fiévreux de fantasme montagnard. Ils étaient l’âme enragé d’un monstre d’écaille. La belliqueuse ascendance en écho hurlant. Une boursoufflure de rage faites pour imploser en combat, d’une fureur sanguine. Une plénitude instinctive qui assaillaient sans répit l’ennemie. Le combat se menait au-delà du charnel. A cette frontière où seul l’esprit mouveoit le corps éreintés. Leur force étaient brutal. Spirituel. Libéré d’une chair qui s’oubliait jusqu’à l’effondrement définitive. La demi-mesure n’existait pas en ces corps qui se révait d’écaillé. Les alavars étaint nés pour dominer la nature, d’un crocs de lame ensanglanté. Combattant animal. Assoiffé d’une sauvagerie primaire. Rompu de la conscience humaine. Il n’y avait dans le mouvement désarticulé du corps, que l’extension jusqu’à la rupture. La convenance combattante. L’école d’une épée. L’art d’un maniement. Ces notions abstraites leurs étaients inconnus. Seule l’instinct faisait force de loi. Un instinct qui se défiait de l’humanité pour un corps usé dans sa globalité. Acier. Bras. Dents. Jambes. Qu’un membre passent à porté et il se verraient arraché à pleine bouche. Il n’y avait pas de limites. Pas d’éthique. Le corps entier étaient fait pour tuer. Alors Itta laissa entendre le dragon qui sommeillait en son âme. Un chant guerrier. Caverneux. Qui transcendait l’alvar aux frontières humaines rompus. Et la rage naquit en son âme guerrière.

Les doigts d’Arlath, embrassèrent ceux de l’alvar. Communion de chair et d’esprit. De l’instinct et du pragmatisme. Il serait ses yeux. Sa conscience. Sa magie. La force d’Itta se galvanisa dans la voie des guerriers mystiques, pour s’offrir en adversaire de taille.  L’épée tiré au clair, iel s’offrit à la mêlé. Extatique. Charnel dans ce qu’iel appelait à transpercer de son être. Son épée se pourfenda vers le premier corbeau. Un tissu évidé de corps, qu’iel trancha. L’esquive tardive de l’homme ne devait sa réussite qu’à l’attaque traître de sa compagne. L’épée d’Itta se poursuivit en une parade, dont iel dût la justesse à Arlath. Son regard lorsqu’iel ne pouvait voir ou pressentir. Et le combat reprit. Sa grâce acquise en des pentes eneigés, se riait de la plage ensablé. Iel se mouvait en force brutal. Animal. Libéré de l’humanité pour se tendre tout entier vers le sang qu’iel réclamait. Ainsi s’abbatit-iel. Un fracas contre l’ombre de cette même mort, dont iel se réclamait messagère. Acier contre acier. Instinct contre instinct. Hurlement contre silence. L’épée s’abbatait, sans laisser de répit dans cet art primaire du brutal instinct. Tour à tour dominante et dominées. Iel s’abbatait et parrait dans un rythme tenu jusqu’à l’insoutenable. Attaque. Parade. Riposte. Et toujours le vide. Pour eux. Pour iel. C’est alors que sacrifiant sa défense, iel porta son arme jusqu’à la garde du poignard, pour venir dévorer une joue. Animal. Canibale. Ses dents se refermèrent sur la chair jusqu’à l’arracher sur la longeur, tandis que se plantait dans son propre corps la fraîcheur d’une lame.


   
AVENGEDINCHAINS
   



L'âme d'un peuple est dans sa mémoire.


ITTA : # Powderblue
ARLATH : # Burlywood


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Lun 30 Juil - 20:23
Mission: Son guide, son bouclier

Partie 1: Lynne

« Ondorf, oui je vois. » Dit-il pensivement, en proie aux souvenirs de la vie mouvementée qui avait précédé le sacerdoce. « J'y suis passé il y a bien des années de cela, mais ne m'y suis jamais attardé plus de quelques jours. »

Elias semblait reprendre petit à petit ses esprits, la panique et l'urgence retombant enfin telles une épaisse poussière. Désormais son regard hanté arborait quelque chose de plus stable et calme, les réflexes d'ancien homme d'action prenant le relais sur ceux du prêtre sans défense. Pressant son flanc d'une main il se releva avec l'aide de sa bienfaitrice, à qui il ne manqua pas de balbutier des remerciements confus. Néanmoins sa blessure n'était pas un cas isolé et d'autres passagers avaient besoin de soins urgents, il ne l'avait pas oublié.
Suivant Lynne sur le haut de la dune il s'arrêta la main sur la poitrine, le souffle court par l'effort et l'angoisse. La bannière solaire de la Chantrie claquait au vent, encore accrochée à des restes d'une annexe, un des canots servant d'intermédiaire entre le navire et la côte. Le bruit lui rappela celui des voiles qui frémirent sous la tempête et le fit frissonner d'horreur. Pendant plusieurs secondes il fut projeté dans ses souvenirs, et ce furent les appels à l'aide et les faibles gémissements qui le tirèrent de sa torpeur.

De ce promontoire naturel il aperçut le charnier de corps humains sur le long banc de sable, bougeant encore pour la vaste majorité. Quelques villageois circulaient entre les débris à la recherche de survivants et de biens à sauver, sans forcément savoir par où commencer. Quand aux deux autres personnes qu'il avait croisées un peu plus tôt, ils étaient descendus par l'autre côté de la falaise, s'arrachant ainsi à son champ de vision. Entre le bruit des vagues et de la pluie il lui sembla entendre un cri de rage, mais n'étant point sûr il préféra se concentrer sur les blessés et l'appel à l'aide qui retentit sur la plage.

« Par ici, j'ai besoin de vous ! »

Un pêcheur les héla sans chichis, penché au milieu des débris, sur quelque chose qu'ils ne pouvaient distinguer sans s'approcher au préalable. Et de fait lorsque Elias s'exécuta en traînant la patte, le peu qu'il en vit fit son cœur manquer de s'arrêter. Un enfant d'environ huit ans était étendu sur le sable, le haut du corps plutôt amoché. Son petit bras était plié dans un angle tout sauf naturel, et ses cheveux jadis blonds étaient constellés d'une tâche poisseuse. Toutefois le sang ne lui appartenait pas, et c'était la jeune femme à qui il était désespérément accroché qui avait le plus souffert, encaissant l'impact en faisant rempart de son corps. La tête de la rouquine est la source d'écarlate, son corps couvert d'une modeste robe blanche étant attaché à la proue ciselée par d'épais cordages qui lui mordent encore la peau.

« Je n'ai pas osé les déplacer, je... » L'homme dans la cinquantaine se tourne vers Lynne, qu'il a reconnue comme la guérisseuse étant arrivée à Ondorf il y a quelques jours. « S'il vous plaît, faites quelque chose ! Le petit est encore conscient... »

Elias ne put s'approcher davantage car il n'était pas en état d'enjamber les bout de bois ni se pencher sous l'immense figure de proue sculptée qui était dangereusement penchée sur les blessés, dans une alcôve improbable qui leur avait probablement sauvé la vie. Murmurant une prière, le prêtre se tourna à son tour vers Lynne, prêt à la seconder dans tout ce qu'il pourrait.

***

Partie 2: Itta et Zevran

« Et que fait un ancien frère activement recherché sur un bord de plage, là où il risque de se faire égorger en même temps que d'autres ? » Elle haussa un sourcil, avant de lui retourner ses questions. « Et qui dit que nous en avons après une femme de la Chantrie ? »

Son sourire et ses mots pouvaient tout dire... et aussi son contraire. S'il pensait lui retirer des informations par des stratagèmes aussi enfantins, il ne frappait clairement pas à la bonne porte. Soutenant le regard du déserteur qui lui faisait face, Andrea ne se séparait pas d'un sourire narquois et plutôt moqueur, décidée à se jouer de lui quitte à distiller de fausses pistes, dans un sens ou dans l'autre. Attendant le moment propice, elle anticipa avec excitation le moment où elle le ferait saigner pour la première fois.

« Ah, l'âge des Exaltés... Ça doit être la dernière fois que les fossiles tels que toi étaient sur les devants de la scène. » Elle rit tout bas, le harcelant de coups rapides. « Un fossile bien conservé, ma foi. »

Cela dit ses yeux étaient froids et concentrés, et lorsque Zevran se retourna pour se défendre et une autre silhouette se joignit à leur escarmouche, Andrea changea radicalement de posture. Elle en avait fini de jouer, et ne permettrait pas que quelqu'un s'immisce dans leur danse, fusse-t-il ennemi ou allié... Encore moins une pouilleuse habillée en peaux de bête et dont la crasse devait sentir à deux lieues à la ronde.
Échangeant un regard avec l'homme qui s'était tenu derrière Zevran et avait de justesse réussi à éviter la dague empoisonnée, la jeune femme recula de plusieurs pas afin de se mettre hors de portée de la nouvelle arrivante. Utilisant la surprise créée par le beuglement de cette dernière, elle saisit quelque chose dans sa poche et la jeta aux pieds de son adversaire. Un nuage de petites piques s'étendit entre lui et Itta, avant qu'elle ne s'élance en avant pour faucher le traître d'un fourbe coup de pied.

De son côté l'homme encapuchonné faisant face à l'alvaar avait de plus en plus de mal à parer les coups brutaux avec ses deux épées courtes. Compensant sa portée inférieure par sa force physique, il cracha à terre lorsque le sang lui dégoulina sur la joue. Ses lames avaient manqué de peu la gorge de la sauvageonne, pour ne trancher que superficiellement la douce chair de son épaule... Mais il ne serait pas en reste bien longtemps. Assaillant Itta par des passes latérales il la forçait à parer et subir ou esquiver en reculant, avec pour ferme idée de gêner la faire tomber sur le blond... et le champ de mines qui l'entourait. Si comme il le soupçonnait ces deux là étaient étrangers l'un pour l'autre, leur manque de confiance mutuel serait leur perte.



Frère Elias  
• Noble d'origine Féreldienne
• Devenu prêtre suite la tragédie de Kirkwall
• Parle en #669999

Andrea Spinoze
• Corbeau née à Rialto, maison inconnue
• Excelle dans le maniement de dagues
• Parle en #ff9966    


Vous pouvez à présent commencer à poster. L'ordre de passage sera maintenu. Pour pimenter les choses, sachez que le résultat de vos actions sera déterminé par un jet de dé à lancer lors de votre prochain post. Si vous avez des questions, n'hésitez pas.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 314
Emploi/loisirs : Assassin
Mer 1 Aoû - 0:37
Mission: Son guide, son bouclier



Non mais qu’est ce qu’elles avaient toutes ces bonnes femmes à lui renvoyer son âge dans la tronche en ce moment ? Trente six ans ce n’était pas le bout de sa vie tout de même ! Et la flatterie derrière ne le rendait pas moins irrité au contraire. Elle voulait jouer ? Il allait jouer. Jusque là il s’était défendu pour la faire parler mais il venait de décider que finalement il se fichait pas mal de la raison pour laquelle ils étaient là.

- « L’avantage avec l’âge c’est qu’on a eu le temps d’apprendre de ses erreurs. Tu es sur le point de grandir, bella. »

La confiance n’était peut-être pas le liant le plus évident pour se battre avec l’alvaar mais Zevran était suffisamment opportuniste pour ne pas se laisser aveugler par la paranoïa. Il partait du principe qu’elle était une alliée, s’il avait tord il le paierait sûrement de sa vie, mais il n’avait pas vraiment le temps de lui poser des questions. De toute façon la barrière créée par l’antivane les empêchait de se rejoindre pour le moment alors autant attendre son adversaire de là où il était.

Encore une fois, étudiant ses mouvements il nota qu’elle faisait trop de mouvement inutiles, comme les gens trop fiers de leurs talents mais qui doutent en même temps de leurs capacités. Elle portait ses coups trop hauts, et de la façon classique enseignée par les Corbeaux.

La voyant s’élancer il campa sur ses positions, immobile, faisant confiance à la sauvage pour occuper son assaillant, il se concentré pour ne porter qu’un seul coup. Lorsqu'elle arriverait à sa hauteur, il se baisserait sous son bras et lui enfoncerait la lame directement entre les côtes en visant le cœur. Si tout se déroulait comme il l’espérait il la tuerait sur le coup, si ce n’était pas le cas il la blesserait au moins mortellement…. S’il se ratait par contre il allait se prendre une lame dans le dos de façon assez littérale.

Au moment de passer à l’action, il se fendit d’un sourire. Tout n’était il pas tellement plus excitant lorsque l'on risquait de mourir ?



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Mer 1 Aoû - 0:37
Le membre 'Zevran' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Jeu 2 Aoû - 19:17
Mission: Son guide, son bouclier



Lynne fut rassurée de voir que malgré l’état actuel du prêtre, celui-ci parvenait tout de même à se mettre debout avec son aide. Ses yeux, auparavant empreints de douleur et de confusion, semblaient regagner en lucidité.
Il ne fallait cependant pas qu’elle se repose sur ses lauriers. Les circonstances actuelles ne l’autorisaient pas à prendre son temps. Si Elias était tiré d’affaire pour le moment, il était loin d’être un cas isolé parmi les innombrables victimes qui avaient besoin d’assistance. Le spectacle de la carcasse du bateau, des corps gisants sur le sable, des pêcheurs qui faisaient de leur mieux pour sauver ceux qui pouvaient l’être lui rappelaient constamment cette dure réalité tandis qu’elle assistait le pauvre homme dans sa marche en direction du camp.

Ce faisant, son regard parcourait sans relâche les différentes gens qui s’affairaient, attentive à toute demande qui pourrait la concerner. De temps en temps, elle donnait une directive aux villageois qui semblaient en besoin d’indications afin de mettre un peu plus d’ordre dans toute cette animation.

Une partie de son esprit repensait à l’elfe et l’alvar qu’ils avaient laissé derrière eux pour sauver la prêtresse Kiara. Elle espérait de tout cœur que les deux allaient être digne de confiance. Si elle excellait dans les soins, elle n’était pas une combattante aguerrie. Se reposer sur eux n’était pas un choix à cette heure, mais une nécessité.
Un cri la sorti de son train de pensées, pressant.

« Par ici, j'ai besoin de vous ! »

Interpellée, ses iris se tournèrent immédiatement vers sa source, qui n’était nulle autre qu’un homme âgé d’une cinquantaine d’années. Ne se faisant pas prier, elle alla le rejoindre accompagné de son protégé, continuant de le soutenir et dégageant quelques débris du pied afin de lui faciliter ses déplacements. S’excusant, elle dû le lâcher un moment donné pour pouvoir accéder à l’endroit exact où se trouvait le pêcheur.

Le spectacle qui s’offrit à elle lui fit manquer un battement de cœur, alarmée par l’état du garçon et de la femme en robe blanche. Ses prunelles parcoururent instinctivement leurs corps, à la recherche de tout indice sur leur état actuel, tandis qu’elle s’agenouillait près d’eux.

« Je n'ai pas osé les déplacer, je ... S'il vous plaît, faites quelque chose ! Le petit est encore conscient. … »

« Merci … je vais faire de mon mieux. »

De toute évidence, il allait falloir les séparer à un moment donné ou à un autre et quitter ces débris au plus vite au regard de la situation instable dans laquelle ils se trouvaient. Après un rapide diagnostic, elle conclut rapidement que le garçon, bien qu’il était bien loin d’être en forme, ne présentait aucune blessure fatale. Ce n’était en revanche pas le cas de la rousse, dont la tête était poisseuse de sang.

La priorité immédiate était de la stabiliser elle.

Après avoir informé les deux hommes de ses intentions et glissé quelques mots rassurants au jeune garçon afin de le réconforter, ses mains empoignèrent une fois de plus son bâton. Il était temps qu’elle laissait la magie parler à sa place. Lynne fit appel à un sort de guérison qui visait à soigner la concussion de la blessée.



#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Jeu 2 Aoû - 19:17
Le membre 'Lynne Lenhardt' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Augure Alvar
- Civils -
Messages : 48
Jeu 9 Aoû - 1:31

   Zevran & Lynne Lenhardt

Reinigung
Je peints mon visage comme un guerrier

   

Une inspiration. Préciosité d'un instant de vie. Fugacité qu'iel se sentait déjà perdre. Elle était la fragilité déjà rare entre ses lèvres qui peinait à le contenir. Court. Manquant. Son souffle lui échappait dans la violence désordonné qu'iel portait. Itta se dispersait en énergie aveugle, compensant son inexpérience par une brutalité qui ne savait la préserver. Ses coups étaient aussi violent que sa gestuelle excessive. Iel ignorait l'économie et compensait son béotisme, par l'abondance de coups. Franche plutôt que retors. Instinctive plutôt que tactique. Bien que dans sa bouche demeure cette chaire qu'iel avait arraché, l'écart de niveau était trop imposant, pour promettre autre chose que sa propre fin. La magie guidé par Arlath devenait insignifiante face à la dextérité du corbeau. Son épée ne transperçait que l'éternel vide d'un corps esquivant. S'épuisant d'une énergie disproportionnel dans ses attaques, Itta perdait du terrain autant qu'elle perdait de ce souffle qui lui manquait.

L'assassin avait fait sien l'insoutenable rythme qu'iel avait engendré. La surprise première s'était dissolvé dans le maniements maîtrisé de ses armes. L'homme honorait d'une précision mortel, le savoir transmis, condamnent ainsi le corps d'Itta à se désarticuler pour se protéger. Arlath n'avait d'autre choix, que de tordre la musculature aux limites de la dislocation, pour parer les attaques que ne parvenait à prédire Itta. Il était les yeux de l'aveuglé enragé. La conscience dans les cries déshumanisés. L'esprit possédait la chaire qui sitôt lui échappait, pour reprendre ses assauts. Dans cette rythmique mortel et subit, Arlath devenait la dernière rempart. Le gardien d'une chaire qu'il torturait pour la préserver des coups mortels. Et son propre corps supplicié attisait la rage affamé d'Itta qui demandait le sang. Ce même sang qui s'échappait des estafilades de son corps meurtrit pour baigner sa peur naissante. C'est alors qu'Arlath brisa son poignet gauche pour dévier la lame mortel. La fulgurance de la douleur, se perdit dans le flot déjà inhérent. Et pourtant, sa main oublieuse de la blessure, enlaçait de nouveau de ses doigts manipulé par Arlath, la garde de son épée bâtarde (=une main et demi : ces épées sont manipulé tour à tour avec une ou deux mains selon le type d'attaque et la force que l'on y met), pour assener à deux mains un nouveau coup. Seul la présence de l'esprit permettait ce tour de force, qui faisait combattre Itta aux portes de l'inconscience.

Il n'y avait dans cette folie, infante de douleur, que leur trois corps réunis par une rythmique irrespirables. L'elfe (Zevran) qu'iel venait secondait, avait depuis longtemps quitté sa pensée. Il n'était qu'une ombre éthéré qu'iel percevait difficilement dans la bruine de son esprit. Une ombre dansante à la lisière d'une conscience qui lui échappait. Dans ce combat mortel, il n'y avait pas de place pour lui. Pas d'espace pour se préoccuper de sa survit ou de sa traîtrise à venir. Déniant cet autre, de l'environnement ensablé, iel évoluait en solitaire par son corps au supplice. Un corps dont la fin se promettait au corbeau qu'elle aurait voulu transpercer. L'assassin lui serait fatal. Iel n'en doutait pas. Une ouverture dans sa propre garde, imposa à Itta une proximité corporel pour dévier la lame. Peau contre peau avec l'assassin, iel se craignit condamné. Et pourtant. Faible espoir. Le corps contre corps, engendré par la parade, offrit une infime opportunité. Une attaque qui pourrait aboutir. Alors elle essaya.

Mais son geste aurait un coup. Qu'Itta échoue et Arlath n'aurait d'autres choix, que de déboîter son bras pour parer la prochaine attaque, la rendant ainsi plus vulnérable qu'elle ne l'était déjà. Car la possession, ne pourrait cette fois ignorer le dommage corporel qui ferait sombrer dans l'inconscience Itta. Arlath, qui n'était pas un guerrier, serait alors seul.
   
AVENGEDINCHAINS
   



L'âme d'un peuple est dans sa mémoire.


ITTA : # Powderblue
ARLATH : # Burlywood


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Mission] Son Guide, son Bouclier |TERMINÉ|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Guide barbare trombe arme/bouclier
» Mission Classique : Semaine Kangourou [Toutes plateformes]
» [Guide] Donjon bulbes et sort de capture d'ames
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"
» [RP] Guide de l'Eglise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Côte Orageuse-
Sauter vers: