en haut du forum
en bas du forum



[terminé] Déploiement [PV: Lynne]

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Lun 9 Juil - 18:37




◇ Déploiement ◇





Encore une fois, Cullen dû intervenir aux marches Solitaires. Deux groupes de l’inquisition qui visiblement semblaient en conflit. Et cela il le sentait dès son arrivée au campement du croisement. Il appréciait se rendre hors du fort pour changer d’air, de plus qu'il devait sécuriser la zone. Mais ses troupes se disputaient pour des futilités tellement absurdes, que durant son entrevue avec les deux partis, il se retrouvait prit dans une nouvelle querelle entre les deux camps.






《 - .. Ce n’est pas de notre faute si le feu s’est déclaré ! Vous n’aviez qu’à faire plus attention c’est tout ! 》





《 - Comment ça plus attention ?!? C’est vous qui avez décidé d’attaquer le camp des templiers alors qu’on avait dit que c’était NOUS qui devions le faire et de nuit de surcroît !! 》





《 - Parce que maintenant c’est nous qui ne devions pas assurer la sécurité de l’endroit ?! 》





《 - Vous étiez hors de votre zone de patrouille je vous le rappelle ! Mêlez-vous de ce qu’on vous attribue, premièrement ! Les gens crèvent de faim au croisement ! Ayez les morts sur la conscience vu que vous adorez vous balader dans des endroits qui vous sont pas attribués. 》





《 -  Je vous ai rendu service espèce d’ingrat … ! 》

Assis derrière son bureau, Cullen se frottait les yeux d’une main fatiguée. Il resta quelques instants dans cette position à écouter les deux agents se disputer en soupirant de plus belle. Il était rapidement sur les nerfs car ses crises se montraient plus fréquentes et le voilà à être affligé par ça. Il laissa retomber sa main bruyamment sur la table et les regarda dans les yeux chacun leur tour quand leur attention était captée par son ennui.






《 - Vous vous foutez de ma gueule, c’est ça ? 》

L’un d’eux voulu se défendre, mais il leva l’autre main pour ne pas qu’il gaspille son énergie à ça. L’autre resta à sa place, en voyant que le Commandant en avait assez de leurs disputes. Même leur demander de parler calmement semblait impossible, visiblement car leurs versions divergeaient et probablement pour des problèmes de compréhension.






《 - Quand vous aurez fini, rappelez-moi. J’ai mieux à faire que gaspiller mon temps Et vous avez plutôt intérêt à avoir trouvé un compromis. 》

Il se leva, et passa à côté d’eux pour prendre la direction de la sortie de la tente. Son escorte habituelle, composée de deux anciens templiers de Kirkwall – Loron et Elwig – avaient timidement regardé la dispute depuis l’extérieur. Quand ils virent dans quel état était Cullen en sortant de là, les deux hommes se regardèrent sans rien dire avant de se mettre en route avec lui. Il attrapa les lanières de son cheval et parti à la marche.






《 - Je t’ai connu plus patient que cela..  》





《 - Là n’est pas la question. Je ne suis pas ici pour jouer le berger et rapatrier les moutons égarés. Bien, nos tours de guets à présent. 》

Il prit le sentier et se rendit en direction du croisement en contre-bas où il avait quelques affaires à régler si d’autres n’allaient pas se pointer à nouveau à lui. Il ne fallut pas énormément de temps pour pouvoir atteindre le croisement où la vie semblait avoir reprit depuis sa dernière venue. De nombreux voyageurs prenaient refuge auprès de l’inquisition qui avait revendiqué s’occuper du lieu. Il y laissa sa monture et prit le nécessaire de soin qu’ils devaient amener.

Cullen traversa alors la foule, accompagné de ses deux templiers jusqu’à atteindre l’infirmerie où Loron déposa la marchandise auprès des sœurs présentes sur place. Pendant qu’il s’occupait des formalités avec la responsable, les deux autres hommes continuèrent leur chemin, sur une discussion plus ou moins banale.






《 -  … et puis dans une certaine mesure, je suis entrain d’hésiter sur certains choix que je devrais prendre. 》





《 - Quel genre de choix, Cullen ? Ta place est auprès de l’inquisition. 》





《 - On me l’a assez répété quand je servais encore l’ordre. Et aujourd’hui qu’en est-il ? 》





《 - Méredith était folle. Et toi, tu tenais à ta peau. 》

Il le regardait sans dire un mot, jonglant son regard entre les yeux de son interlocuteur. Que répondre à cela. Cela ne changeait en rien à ses atrocités, et aujourd’hui au fait qu’il n’est peut-être plus capable de servir sa cause de la meilleure manière qui fut.






《 - Et bien, cette fois  je me demande si ce n’est pas moi qui dégrade. 》

Il allait reprendre sa route mais Elwig l’en empêcha en l’attrapant fermement par le bras. Cullen releva les yeux vers lui, l’air trop fatigué pour soutenir longtemps son regard.






《 - N’importe qui se dégraderait, s’il travaillait comme tu le fais. 》

Il le regarda d’un air tellement austère que finalement il décida de ne pas répondre d’avantage. Tullia lui avait signifié par missive que la présence de templiers rouges dans les tombes émeraude était fondé. Ils se rapprochaient de Ferelden, Il ne fallait pas qu’ils passent la frontière des dorsales de givre. Il avait autre chose à penser que se reposer bien tranquillement. Ses maux passeraient, comme à chaque fois.






《 - Nous devons implanter des tours de guets dans la vallée, afin de prévenir les environs d’une quelconque attaque de templiers rouges. Est-ce utile pour moi de me reposer sachant que des vies sont en jeu ? 》





《 - J’ai ta carte, on monte et on va les implanter ? Ensuite tu auras une réelle raison de pouvoir te reposer un peu. De toute façon nous ne partons pas tant que cette histoire de patrouille n’est pas réglée. 》





《 - pff… il y a ça aussi… En route, ne perdons pas de temps. 》

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mar 10 Juil - 20:54

Déploiement


« Voilà. Vous devriez vous sentir mieux, à présent.»

Les éclats runiques longeant le manche de son bâton se dissipèrent tandis que la plaie tracée sur le bras du jeune soldat se regénérait sous le regard hypnotisé de ce dernier. Agenouillée aux cotés de Lynne, une jeune femme échangeait quelques mots réconfortants avec le patient pendant que la brune se relevait en s’aidant de son bâton. La Soeur qui supervisait la scène, une petite dame menue d’une cinquantaine d’années, vint rejoindre la mage qui, quant à elle, se préparait à se retrouver son compagnon situé non loin des tentes réservées au blessés.

« Merci beaucoup de votre aide, mon enfant. Ce sont les personnes comme vous qui font la différence en ces temps troublés. » la remercia t’elle avec douceur, arborant un sourire chaleureux « Cependant - veuillez pardonner mon insistance, mais êtes-vous bien sûre de ne pas pouvoir rester ? Votre don pourrait sauver bien des vies. »

Les lèvres de la jeune femme s’étirèrent de plaisir face à la gratitude sincère de son aînée. Elle dû cependant s’excuser.

« Je serai restée volontiers, mais j’ai une personne très chère qui compte sur moi.  Je ne peux pas m’attarder.»

« C’est bien dommage. » regretta t’elle, « Mais sachez, en tous cas, que vous serez toujours la bienvenue ici. Allez en paix, et que le Créateur veille sur vous. »

« Vous aussi, ma Sœur. Prenez soin de vous et … bonne continuation. »

Après lui avoir accordé un dernier sourire, Lynne finit par revenir aux cotés d’Edwin. Celui-ci semblait avoir observé la scène de loin. Sans échanger un mot, ils retournèrent sur l’allée principale du Croisement, qui grouillait de monde, mélangeant éclats de rires, discussions animées et injonctions.

Le regard gris de son compagnon revint vers elle. Elle s’arrêta pour le regarder, interrogatrice.

« Lynne. Tu ne devrais pas gaspiller ta magie pour chaque personne qui en a besoin. C’est épuisant et tu as besoin de forces pour continuer. »

Il n’y avait aucun reproche dans sa voix, ni tracas. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait eu le souci du bien-être de la jeune femme, mais cela ne l’avait pas dénué d’objectivité et de logique, éléments dont sa remarque était empreinte.

« C’est vrai. » admit-elle, « Je devrai faire plus attention. Mais en même temps … c’est dur de rester indifférent face à la souffrance quand on a le pouvoir de changer les choses. »

« Comme je l’ai dis, la magie ne se pratique pas sans conséquences. »

Lynne ne répliqua pas. Elle était habituée à ce genre d’échanges. Edwin était la voix de la raison, neutre, imperturbable et réaliste, et rien ne le ferait changer d’avis tant qu’un argument contradictoire ne se fonderait pas sur un raisonnement purement rationnel. Et bien qu’elle partageât ces valeurs, elle ne pouvait s’y immerger complètement. Même si les émotions avaient toujours été un fardeau pour elle car elles l’obligeaient à se détester et souffrir, c’est elles qui la rendait humaine et capable d’empathie. En cela était-elle reconnaissante de ne pas partager le sort de son camarade.

Alors qu’elle ruminait ces pensées, une voix au timbre étrangement familier attira son attention parmi le brouhaha de la foule.

« … Et puis dans une certaine mesure, je suis en train d’hésiter sur certains choix que je devrais prendre. »

Lynne se raidit, alerte.

Cette voix.

Ses yeux cherchèrent fébrilement parmi la foule en activité, mais elle n’eut pas à regarder bien loin. Elle tourna la tête à sa droite. Non loin d’elle, deux hommes discutaient tandis qu’ils se dirigeaient vers l’infirmerie. Tous deux portaient des armures, mais l’un d’eux se distinguait par son veston cramoisi ponctué d’une large fourrure brune ainsi que par ses cheveux blonds. Ses traits, quant à eux, ne laissaient que peu de doutes. Le camarade qui l’accompagnait lui ôta le peu d’incertitude qui demeurait en elle quant à l’identité de l’homme en question.

« Quel genre de choix, Cullen ? Ta place est auprès de l’inquisition. »

Edwin suivit le regard étonné de sa compagne. Tous deux demeurèrent silencieux tandis que la conversation se poursuivait.

« On me l’a assez répété quand je servais encore l’ordre. Et aujourd’hui qu’en est-il ?»

« Méredith était folle. Et toi, tu tenais à ta peau. »

Leurs voix se perdirent parmi celles des passants, s’éloignant de plus en plus. Lynne ne détacha pas ses iris du duo. Même la voix d’Edwin à ses cotés ne parvint pas à effacer le choc initial de la vue de ce figment du passé qu’elle avait détesté.

« Cet homme. N’était-ce pas Cullen Rutherford ?»

Lynne fronça ses sourcils. Son emprise sur son bâton se resserra.

« En effet. Viens. »

Elle se mit en marche immédiatement, sa longue tresse bougeant au rythme de son pas rapide et déterminé. Si quelqu’un avait des réponses sur la malédiction d’Edwin, c’était bien l’un des responsables du rituel – Chevalier sous-capitaine, de surcroit. Il devait connaître un moyen de le défaire – et peut-être même pourrait-il le faire lui-même. Elle ne pouvait rater cette chance unique.

Edwin à sa suite, ils finirent par se retrouver à une vingtaine de pas du duo qui semblait encore en pleine discussion.

La mage stoppa un instant, observant l’homme. Cela faisait quatre ans environ qu’elle ne l’avait pas vu, peut-être un peu plus. C’était la première fois qu’elle recroisait un Templier de Kirkwall – du moins, un qu’elle reconnaissait. La sensation était étrange. Elle avait encore peur de ces hommes et femmes en armure qui l’avaient tant fait souffrir, elle et les autres mages. Mais a cette crainte s’ajoutait de la rancœur. Elle jeta un coup d’œil à Edwin, dont la marque était dissimulée par un bandeau. C’était à cause de ces personnes qu’il était dans cet état. Elle ne pouvait laisser le passé la paralyser. Pas maintenant.

Sa résolution davantage renforcée par la présence de son meilleur ami, elle n’hésita plus, s’approchant avec détermination du Templier et suivie de près par son compagnon. Dès qu’elle fut suffisamment proche, elle les interpella avec fermeté.

« Hé. Vous ! »

Elle se plaça face aux deux hommes.

« Navrée de vous interrompre, mais j’ai besoin de m’entretenir avec vous sur le champ. » déclara t’elle, plantant ses prunelles sombres dans ceux du dénommé Cullen, telles deux dagues acérées.

Désolée, elle ne l’était pas vraiment. Rien ne pouvait être aussi important que de sauver Edwin au plus vite.

« Vous ne vous rappelez sans doute pas de moi. Laissez moi vous rafraîchir la mémoire. Tout comme vous, j’ai vécu au Cercle de Kirkwall pendant un temps. Et je suis à la recherche de réponses.»

Elle n’allait pas y aller par quatre chemins. Pas le temps d’être polie, ou de déblatérer inutilement.

« En quelques mots : j’ai besoin de votre aide pour guérir un ami. L’Apaisement, ça vous parle ? » poursuivit-elle, indiquant brièvement d’un mouvement de tête Edwin qui était tout aussi inexpressif que d’habitude.




#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Mer 11 Juil - 10:25




◇ Déploiement ◇





Cullen et son escorte se rendait alors en direction de l’extérieur du croisement pour se diriger vers Golefalois. Il allait devoir également collaborer avec la garde royale, pour sécuriser l’endroit, car l’inquisition seule ne pouvait pas stabiliser les frontières orlésiennes.

Soudain, alors que Loron revenait vers eux avec la carte contenant les emplacements de ces tours de guets, une voix féminine perça la foule.





《 - Hé. Vous ! 》


Cullen l’avait fermement entendu, mais ne se doutait pas que cela leur était destiné, la tête trop prise par ses devoirs de Commandant de l’inquisition. Puis, l’inconnue se plaça entre elle et leur route, ce qui les fit ralentir aussitôt.





《 - Navrée de vous interrompre, mais j’ai besoin de m’entretenir avec vous sur le champ. 》


Elwig la dévisagea, l’air hostile. Pour lui, ce visage lui était familier, mais il ne savait pas vraiment mettre le doigt dessus. Quand à Cullen, il essaya d’esquiver sa demande car il avait un travail bien plus important que tout à effectuer.





《 - Si vous avez besoin de contacter l’inquisition, merci d’écrire une missive au campement avancé ou vous adresser aux patrouilles dans le cabanon près de l’infirmerie. Bonne journée. 》


Ce n’était pas tant la demande, mais le regard mauvais de cette femme ne lui donnait absolument pas envie de faire quoi que ce soit pour elle pour le moment. Il n’avait pas la patience pour cela, et il y avait des hommes ici exprès pour venir en aide à la population locale. Il essaya de la contourner, mais elle insista.





《 - Vous ne vous rappelez sans doute pas de moi. Laissez moi vous rafraîchir la mémoire. Tout comme vous, j’ai vécu au Cercle de Kirkwall pendant un temps. Et je suis à la recherche de réponses. 》





《 - Et merde… 》


Cullen se raidit. Ce n’était ni l’endroit ni le moment de parler de kirkwall. Surtout quand devant lui il y avait un mage du cercle. Cullen était certain que la plupart étaient morts, mais il s’avérait faux finalement. Elle avait peut-être esquivé la guerre, ou s’était-elle enfuie ailleurs. Mais il ne se doutait pas devoir en recroiser aux abords de Ferelden.

Loron s’avança auprès d’elle, afin qu’elle laisse Cullen tranquille. Il était évident que la personne pour laquelle cette histoire était le plus difficile était bien le Sous-Capitaine. Mais ça il se la garda pour lui.





《 - Nous ne sommes pas ici pour faire la guerre mage. Que veux-tu ? 》





《 - En quelques mots : j’ai besoin de votre aide pour guérir un ami. L’Apaisement, ça vous parle ? 》


Cullen leva les yeux quelques secondes sur celui qui l’accompagnait. C’est en voyant l’apaisé qu’il pu doucement remettre les événements sur la table. Oui, il commençait à savoir ce qui il s’agissait.





《 - Tu dois bien savoir que l’apaisement est une mesure drastique pour empêcher les mages de nuire. Il n’y a pas de remèdes à cela. Une fois le lien à l’immatériel rompu, il est impossible de revenir en arrière. 》


La chantrie leur apprenait à s’en servir, mais pas à réparer. Les apaisés vivaient ce qui leur restait de vie dans cet état. Et parfois, heureusement que les récalcitrants ne pouvaient pas retrouver leur vie d’avant.

Il s’approcha doucement de cette femme, l’air sérieux habituel arborant son visage dissimulant sans problème son agacement. Il se pencha alors pour espérer avoir son attention.






《 - Navré, mais si tu cours après un potentiel remède, tu perds ton temps. 》


Il la regarda quelques instants dans les yeux, puis la contourna pour reprendre sa route.

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mer 11 Juil - 15:19

Déploiement


Leur hostilité était palpable. Il était plus qu’évident que son intervention n’était clairement pas la bienvenue, mais elle persista, s’accrocha, insista malgré les répliques des trois individus qui, visiblement, avaient bien mieux à faire que de s’occuper d’une mage comme elle. Seule son dévouement envers Edwin lui permit de tenir bon sans osciller.

Apparemment, l’évocation du Cercle de Kirkwall leur posait problème pour des raisons qui lui échappaient. Quoi, ils ne voulaient plus en entendre parler ? Voir les conséquences de leurs bêtises de leurs yeux ? Parce qu’ils pensaient sérieusement que de tels actes pouvaient simplement être oubliés ?  Croyaient-ils réellement que son ressentiment évident à leur égard était injustifié ? Ce n’était pas eux qui avaient été opprimés pendant des années, contraints à vivre dans la peur de finir torturés, morts ou pire encore, lobotomisés !

Si elle accordait quelques réponses aux compagnons du chevalier sous-capitaine, ses yeux revenaient systématiquement sur lui en particulier. S’il y avait un responsable ici, c’était lui et seulement lui.

Les yeux du blond se posèrent sur Edwin, qui l’observait sans animosité. Lynne se demandait comment le vrai Edwin aurait réagit dans son état normal. Elle chassa cette pensée de sa tête tandis que Cullen répliqua face à sa demande, revenant sur elle. Il semblait terriblement sérieux, mais elle ne se démonta pas.

« Tu dois bien savoir que l’apaisement est une mesure drastique pour empêcher les mages de nuire. Il n’y a pas de remèdes à cela. Une fois le lien à l’immatériel rompu, il est impossible de revenir en arrière. »

Évidemment. Ça aurait été trop facile qu’il lui offre la réponse sur un plateau d’argent. Et puis, c’était le discours de toutes les personnes avec qui elle avait partagé ses intentions. Impossible. Infaisable.  Elle ne dit rien cependant, soutenant son regard tandis qu’il se penchait vers elle.

« Navré, mais si tu cours après un potentiel remède, tu perds ton temps. » conclu-t-il, la regardant une dernière fois avant de la contourner.

Ces mots emplis de froideur, alliés à ce simple geste, lui firent l’effet d’une claque.

Lynne se tourna vers lui tandis qu’il s’éloignait avec les deux autres soldats. Elle serra les poings, se retenant de lui lancer une pique bien sentie. Même si elle était en colère, elle ne pouvait pas se permettre de le perdre. Elle avait besoin de lui, plus que jamais.

Elle fit un effort pour se calmer. Sa voix se fit plus douce. La détermination remplaça l’hostilité.

« Je vous ai entendu, avant. Je … ce n’étais pas voulu. » commença t’elle, ne le quittant pas des yeux. « Mais vous disiez questionner vos choix. Peut-être même vos valeurs. Je vous le demande, Cullen : qu’en est-il aujourd’hui ? Êtes vous prêt à tourner le dos à quelqu’un qui a besoin de votre aide ?»

Elle marqua une pause, espérant avoir attiré son attention, avant de reprendre de plus belle.

« Je ne cherche pas la guerre. Je ne veux pas vous harceler avec le passé. Je suis juste une mage qui cherche à sauver son ami. Je pense que vous comprendrez pourquoi je ne peux pas simplement vous laisser partir. »

La jeune femme fit quelques pas pour se rapprocher de lui, mais ne le rejoins pas.

« S’il vous plait. J’ai mes raisons de penser que ma quête n’est pas impossible. Discutons.»




#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Mer 11 Juil - 21:19




◇ Déploiement ◇





Cullen était loin de s’imaginer qu’elle avait l’audace de continuer ses supplications. Pour dire, il était déjà parti au sommet de sa montagne, essayant de se remémorer l’emplacement exact de la carte, en prenant soin d’identifier chaque détail. Mais la manière dont elle l’interpela le sorti immédiatement de son esprit.





《 - Je vous ai entendu, avant. Je … ce n’étais pas voulu. Mais vous disiez questionner vos choix. Peut-être même vos valeurs. Je vous le demande, Cullen : qu’en est-il aujourd’hui ? Êtes vous prêt à tourner le dos à quelqu’un qui a besoin de votre aide ? 》


Loron le regardait, comme s’il attendait quelque chose du Commandant. Mais cullen venait de se figer, le regard fixé devant lui, sans essayer de regarder en arrière. Pourquoi diable essayait-elle de le persuader de quelque chose… ? Et pourquoi Diable avait-il l’impression qu’elle cernait complètement son personnage. Personne n’était vraiment au courant de ce genre de choses, de son but, de son objectif. C’était pourquoi l’espace d’un bref instant il fut perturbé par les dires de ce mage. Il se retourna vers elle, sans réellement avoir l’air hostile et irrité, mais qui dans le fond affichait ce regard perplexe et perturbé. Il n’allait pas l’attaquer en centrant la discussion sur sa personne, au contraire. Il souhaitait éloigner le sujet de lui pour ne pas paraître plus mal à l’aise qu’il ne l’était.





《 - Je ne vois pas ce que cela va changer. 》





《 - Je ne cherche pas la guerre. Je ne veux pas vous harceler avec le passé. Je suis juste une mage qui cherche à sauver son ami. Je pense que vous comprendrez pourquoi je ne peux pas simplement vous laisser partir. 》


S’il résumait l’affaire, elle souhaitait guérir cet apaisé à tout prix même si le Fereldien lui avait indiqué le contraire. Quel cran, ou quelle naïveté au contraire.

La jeune femme fit quelques pas pour se rapprocher de lui, mais ne le rejoins pas.





《 - J’admire une telle détermination. Mais au risque de me répéter : S’il y avait un moyen de revenir en arrière, cette pratique serait complètement inutile. J’ai appris ce que l’ordre a bien voulu m’apprendre. Et je ne peux malheureusement pas inventer ce que je ne sais pas. 》





《 - S’il vous plait. J’ai mes raisons de penser que ma quête n’est pas impossible. Discutons. 》


Cullen soupira silencieusement. Il n’avait clairement pas le temps pour des histoires pareilles : Il avait du travail qui l’attendait. Mais sa justice lui indiqua qu’il devait l’écouter sans réellement savoir pourquoi. Peut-être que le cran que cette femme le touchait, ou son égo qui avait prit un coup suite à sa remarque de toute à l’heure ? Il ne saurait le dire.





《 - Loron, Elwig. Partez devant, je vous rejoins. Informez la patrouille de mon retard, cela leur laissera le temps de terminer le rapport que je dois ramener avec moi. 》





《 - Entendu. Ça va aller ? 》





《 - Je sais me défendre, merci bien. 》


Debout à regarder les deux templiers dans les yeux, il attendit qu’ils s’en aillent. Puis, il se retourna vers le mage qui souhaitait avoir son attention.






《 - Je t’écoute. 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Jeu 12 Juil - 11:00

Déploiement


Lors de sa tirade, Lynne avait laissé son intuition parler à sa place plus qu’autre chose. Elle ne savait rien de Cullen, seulement qu’il avait été incroyablement loyal envers Meredith – mais l’échange qu’elle avait surprit était précieux en informations. Beaucoup de non-dits, en vérité. C’est là que son empathie entrait en jeu. S’il avait fait souffrir autant de personnes et quitté le Cercle pour rejoindre l’Inquisition, c’était qu’il avait son propre agenda en tête. Peut-être des regrets. Du moins, elle s’était plu à l’assumer, car cela lui semblait le dénouement le plus probable et le plus en accord avec ce qu’un individu avec un minimum de sens commun ferait s’il avait été coupable d’autant d’atrocités. C’était un parti pris, certes, un pari qu’elle aurait pu perdre.
Aussi fut-elle saisit d'étonnement lorsqu'elle surprit le regard troublé du Chevalier sous-capitaine, qui s'était stoppé dans sa marche pour se tourner vers elle.

Ainsi, derrière sa sévérité apparente se cachait un homme de principes. Cela semblait étonnant, mais pas complètement improbable. Les Templiers, souvent, croyaient être dans le juste même dans leur cruauté.

Peut-être avait-il ouvert les yeux, finalement. Ou peut-être était-elle trop optimiste. Mais cela importait peu. L’important était que, malgré ses objections, il avait fini par céder à sa requête, acte qui l’emplit de reconnaissance à son égard.

« Loron, Elwig. Partez devant, je vous rejoins. Informez la patrouille de mon retard, cela leur laissera le temps de terminer le rapport que je dois ramener avec moi. »

« Entendu. Ça va aller ?»

« Je sais me défendre, merci bien. »

Avec lui, elle observa les deux soldats s’éloigner des lieux. Edwin était revenu à ses côtés, comme à son habitude. Elle lui accorda un sourire fugace qui lui fut rendu, simple acte de mimétisme qu’il avait développé.
Finalement, Cullen se tourna vers elle quand les soldats furent suffisamment loin.

«  Je t’écoute. »

« Merci. Je sais que c’est une demande étrange, mais j'aimerai au moins essayer. » expliqua-t-elle. « Je suis peut-être sotte, mais je préfère remettre en question ce qui nous a toujours été dit quitte à avoir tort, plutôt que de simplement le laisser comme ... ça. »

La jeune femme l’étudia du regard, attentive à ses réactions. Elle était parfaitement consciente qu’elle devait passer pour une illuminée, une folle. Mais elle ne regrettait pas son choix de se battre.

« Je vais partir du principe que vous ne connaissez réellement pas la manière d’inverser le processus. Mais j’ai tout de même quelques questions. Déjà, comment vous-y prenez-vous pour réaliser un Apaisement ?»




#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Ven 13 Juil - 20:48




◇ Déploiement ◇





Cullen s’attendait déjà à devoir l’empêcher de faire un pacte avec un démon pour trouver une quelconque solution. Ces créatures étaient assez viles pour lui mettre un désir sous le nez et qu’elle y cède. Il fallait qu’elle fasse vraiment attention. Le templier croisa les bras, en regardant d’un œil un fermier passer à côté d’eux. Il y avait beaucoup de monde par ici ces derniers temps. Et fort heureusement, la guerre avait cessé par ici.





《 -   Merci. Je sais que c’est une demande étrange, mais j'aimerai au moins essayer. 》





《 - Tout dépend de la demande en question. Passé un certain cap, je ne pourrai plus rien pour toi. 》





《 -   Je suis peut-être sotte, mais je préfère remettre en question ce qui nous a toujours été dit quitte à avoir tort, plutôt que de simplement le laisser comme ... ça. 》

Elle donna un bref regard à l’apaisé qui ne semblait pas se plaindre de son sort. A vrai dire, c’était le cas de tous les apaisés. Ils étaient un jour un mage désireux de liberté et incontrôlable, et le lendemain de loyaux toutous. Meredith se complaisait à le dire, et avait souvent des apaisés à son service direct.





《 - Fais bien attention à ce que tu dis. Jusqu’à preuve du contraire il n’y a aucun moyen de remettre un apaisé en « état ». C’est un châtiment irréversible, tout comme le fait de couper la tête d’un homme à la guillotine. Même si nous le voulions, il n’y a aucun remède. 》

Il gardait les bras croisés, la tête haute et la regardait d’un air lassé. En tant que templier il le savait ces choses-là. Et la naïveté de cette femme à l’égard de son ami était presque touchant. Cependant elle ne semblait pas comprendre. Du moins, le souhaitait-elle pas. Si elle avançait une théorie quelque peu probable, peut-être qu’il serait concluant. Mais c’était loin d’être le cas. Cullen se promit de l’écouter jusqu’au bout, même si cela vaudrait de devoir se répéter encore et encore.






《 - Mais admettons. Si tu agis de la sorte c’est que tu as ton idée derrière la tête malgré tout… Continue. 》





《 -   Je vais partir du principe que vous ne connaissez réellement pas la manière d’inverser le processus. Mais j’ai tout de même quelques questions. Déjà, comment vous-y prenez-vous pour réaliser un Apaisement ? 》





《 -Du lyrium, beaucoup de lyrium. Et des templiers. C’est tout ce dont tu as besoin de savoir. 》

L’ordre incitait ses templiers à garder les secrets de l’utilisation d’une telle capacité. Il n’allait certainement pas la dévoiler ainsi à un mage juste parce qu’il lui a demandé. Il ne manquerait plus que cela se retourne contre les templiers à l’avenir, étant donné que ces derniers utilisent également le lyrium. Pas de la même manière, mais il était certain qu’ils pourraient le faire également. C’était… dangereux.





《 - Trouver du lyrium s’avère extrêmement compliqué si tu n’as pas un accord avec des nains, depuis la chute du cercle. Les templiers deviennent fous, les mages cherchent vengeance, je n’ai pas envie de devoir dévoiler une telle pratique alors que la guerre gronde entre les deux camps. 》

Il s’approcha prudemment d’elle, en gardant une certaine distance de sécurité, décroisant ses bras au passage. Il la jaugeait, et ne comptait absolument pas revenir sur sa parole. Si l’ordre n’était plus, il avait tout de même son honneur à respecter.






《 - Et je ne reviendrais pas sur ma parole. Si tu comptais me demander de le refaire c'est Non. 》

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Sam 14 Juil - 1:27

Déploiement


Un certain mépris se dégageait de l’attitude de Cullen. La tête haute, les yeux baissés vers elle, il était clair qu’il était déjà las de leur échange qu’il considérait sans aucun doute comme infertile. Pourtant, Lynne demeurait imperturbable. Elle n’avait besoin de l’approbation de personne, et encore moins de la sienne.

Et tant qu’il répondait à ses questions, cela lui suffisait amplement – ce qu’il fit, du moins, partiellement.

« Du lyrium, beaucoup de lyrium. Et des templiers. C’est tout ce dont tu as besoin de savoir.»

« … Ah.»

Une pointe d’irritation l’envahit d’abord. Cela ne lui disait rien sur la nature du rituel. Elle allait répliquer, mais elle n’osa pas couper la parole à son interlocuteur qui avait complété sa réponse de quelques explications.

« Trouver du lyrium s’avère extrêmement compliqué si tu n’as pas un accord avec des nains, depuis la chute du cercle. Les templiers deviennent fous, les mages cherchent vengeance, je n’ai pas envie de devoir dévoiler une telle pratique alors que la guerre gronde entre les deux camps. »

Son regard s’adoucit légèrement, bien qu’elle n’appréciât que moyennement l’amalgame fait entre elle et ces mages qui préféraient entretenir le conflit par la violence que de faire appel à davantage de diplomatie.
Elle soupira doucement.

« Je ne suis pas dans le camp des Libertaires. Mais bon. Je comprends. Je n’insisterai pas, après tout vous n’avez aucune raison de me faire confiance. »

« Et je ne reviendrais pas sur ma parole.» reprit-il. « Si tu comptais me demander de le refaire c'est non.»

Ce fut à son tour de croiser les bras. Décidément, il était prompt à lancer des accusations infondées.

« Cela ne m’était même pas venu à l’esprit. Et puis, vous croyez sincèrement que je vous demanderai d’appliquer l’Apaisement sur un innocent ?» répliqua t’elle, un brin offusqué par l’assomption du Templier.

Elle finit tout de même par compléter sa phrase avec une pointe de légèreté, espérant dérider son interlocuteur.

« …  Et puis, ce n’est pas comme si j’avais un quelconque mage dangereux caché sous ma cape pour l'occasion. »

Elle reprit finalement, avec plus de sérieux.

« Il est vrai qu’il est dommage que je n'ai pas connaissance des conditions exactes dans lesquelles se déroule l’Apaisement, mais j’apprécie déjà que vous me donniez ces indices. Cela réduira mon champs de recherche.»

Du Lyrium et des Templiers. Si le second élément semblait couler de source au regard de la manière dont les Templiers étaient capables de contrer les sorts des mages, le premier attirait davantage son attention et lui faisait remonter des souvenirs anciens datant de son apprentissage au Cercle.  Le Lyrium était un élément dangereux que personne ne pouvait manipuler à l’exception des nains, et à haute tendance explosive – du moins, s’il n’était pas traité.

« Le Lyrium … est-ce donc de cela qu’est composé la marque ? Cela scellerait le rituel, je suppose. L’utiliser a du sens au vu de son lien avec l’Immatériel. » pondéra t’elle à voix haute, oubliant un bref instant la présence de Cullen. « Du moins, il me semblait en avoir vu lors de ma Confrontation. Ces éclats avaient la même couleur …»

Lynne  continua, mais cette fois s’adressant davantage à lui. Elle semblait étonnamment changée. Ses iris étaient empreintes d’un lueur passionnée.

« Lorsque vous réalisez le rituel, savez-vous ce que vous affectez exactement chez le futur Apaisé ? Je veux dire … visez-vous à supprimer directement les émotions ce qui implique nécessairement la perte à la fois de toute motivation et de notre capacité à questionner la réalité – ce qui est, soit dit en passant, important pour pratiquer la magie ? Ou bien supprimez-vous simplement la capacité du mage à utiliser la magie – un peu comme vous faites de manière plus « mineure » lors de votre quotidien au Cercle-, ce qui aurait ensuite pour conséquence la suppression des émotions en tant qu’effet secondaire ?»

Son corps était moins tendu, ses mains s’animaient tandis qu’elle énumérait les possibilités et ses variantes, éprouvant visiblement un intérêt vivace pour ses recherches. Elles étaient, après tout, au cœur de sa vie.

« Mon hypothèse est que le lien avec l'Immatériel est rompu dans un cas comme dans l’autre, mais qu’il est possible de rebrancher un Apaisé à l’Immatériel si je trouvais un moyen de rétablir ce qui a été effacé.»






#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Dim 15 Juil - 16:17




◇ Déploiement ◇





Visiblement ils n’étaient pas sur la même longueur… Quoi d’étonnant : C’était un mage après tout. Cullen remarqua son agacement, mais pourtant, celui dans cette histoire qui était le plus prompt à être agacé, c’était lui. Rien que de devoir discuter avec une ancienne mage de son cercle le rendait irritable : Cela lui rappelait son passé de templier qu’il essayait de laisser derrière lui. Peu importe ce que les mages comptaient faire, ils finissaient toujours par se laisser tenter par les démons. Elle croisa les bras, et leurs regards s’affrontaient.





《 -   Cela ne m’était même pas venu à l’esprit. Et puis, vous croyez sincèrement que je vous demanderai d’appliquer l’Apaisement sur un innocent ? 》





《 - Je m’attends à tout vu ce que tu essaies de faire. Donc je préfère être honnête. 》





《 -   …  Et puis, ce n’est pas comme si j’avais un quelconque mage dangereux caché sous ma cape pour l'occasion. 》





《 -  Oh, ça…. Tout dépend du point de vue. 》

Elle n’avait personne de caché, mais elle pouvait très bien s’avérer dangereuse si elle se laissait distraire par son objectif. Non, non non… Que faisait-il… Il s’était pourtant promit de ne pas continuer sur la voie de la haine. Il devait faire un effort, il n’avait pas le choix. Il secoua légèrement la tête alors qu’elle reprit gentiment.





《 -   Il est vrai qu’il est dommage que je n'ai pas connaissance des conditions exactes dans lesquelles se déroule l’Apaisement, mais j’apprécie déjà que vous me donniez ces indices. Cela réduira mon champs de recherche. 》

Elle semblait en plein dans ses réflexions, il ne fallait pas qu’elle se fasse d’idées. Le lyrium n’aiderait pas à résoudre ses problèmes. Cela était trop dangereux d’une certaine manière.





《 -    Le Lyrium … est-ce donc de cela qu’est composé la marque ? Cela scellerait le rituel, je suppose. L’utiliser a du sens au vu de son lien avec l’Immatériel.  Du moins, il me semblait en avoir vu lors de ma Confrontation. Ces éclats avaient la même couleur … 》

Il l’écoutait calmement, du moins il essayait. Elle semblait le regarder d’une toute autre manière.





《 - Lorsque vous réalisez le rituel, savez-vous ce que vous affectez exactement chez le futur Apaisé ? 》





《 -  Qu’entends-tu par là ? 》





《 - Je veux dire … visez-vous à supprimer directement les émotions ce qui implique nécessairement la perte à la fois de toute motivation et de notre capacité à questionner la réalité – ce qui est, soit dit en passant, important pour pratiquer la magie ? Ou bien supprimez-vous simplement la capacité du mage à utiliser la magie – un peu comme vous faites de manière plus « mineure » lors de votre quotidien au Cercle-, ce qui aurait ensuite pour conséquence la suppression des émotions en tant qu’effet secondaire ? 》





《 - Le but premier d’un apaisement est avant tout d’empêcher le mage de nuire en pratiquant à nouveau la magie. Mais les effets secondaires que produit la rupture se sont avérés utiles car ils ne cherchent pas à récidiver. Il y a une part des deux. 》

Cullen leva le nez plus haut dans les montagnes alors qu’elle commençait à s’animer et faire quelques pas. Son enthousiasme pour ce genre de chose le rendait septique.





《 - Mon hypothèse est que le lien avec l'Immatériel est rompu dans un cas comme dans l’autre, mais qu’il est possible de rebrancher un Apaisé à l’Immatériel si je trouvais un moyen de rétablir ce qui a été effacé. 》





《 - Je crois que tu n’as pas vraiment saisi… l’immatériel est le monde des rêves, et chaque mage puisent leur mana à partir de ce monde. Empêcher quelqu’un de rêver c’est le priver de ses émotions et de toute ambition en plus de lui empêcher d’utiliser la magie. C’est.. C’était un mal pour un bien quand ils devenaient trop dangereux. 》

Il s’approcha d’elle une nouvelle fois, estimant qu’il était nécessaire de le lui dire.





《 - Chercher à rebrancher un apaisé de cette manière n’est pas possible car c’est un tout. Et le lyrium traité pour pouvoir le faire tu ne le trouveras pas car la chantrie n’en fournit plus une seule dose. Et à cause de quoi ? De cette stupide rébellion à Kirkwall. 》

Il prit une grande inspiration, contrarié. Le soupir qui suivit ne suffisait pas à exprimer à quel point il était fatigué de cette histoire. Et le pire, c’était qu’il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir responsable. C’est cette responsabilité qui le poussait à travailler sans relâches. Mais il ne fallait pas se leurrer : il ne pouvait pas risquer cette manière. Aussi, en pensant subitement à Cordélia, il se posa une question, une exclamation se lisait aisément sur son visage soudainement captivé.





《 - J’y pense, mais as-tu essayé de le mettre en contact avec des failles de l’immatériel ? 》

Mais que diable lui passait-il par la tête… Autant se tuer immédiatement, c’était plus rapide. Il se passait une main sur le visage en se rendant compte de sa bêtise. Seulement, ces trous vers l’immatériels pouvaient peut-être apporter une solution adéquate, si c’était réellement le cas.





《 - S’il est réellement possible de faire quelque chose, alors il devrait réagir à l’énergie qui émane des failles : elles proviennent directement de l’immatériel. Seulement, te mettre en contact de démons risque de s’avérer délicat si tu n’es pas préparée. Je doute que tu sois capable de résister à leur attraction car ils sentiront ton désir d’aider ton ami et essayeront de te manipuler. 》

Les démons, il les connaissait par cœur. Leurs actions pouvaient être terriblement fatales pour les inconscients. Cullen pouvait les combattre sans sourciller, car il y était préparé depuis très longtemps. Mais si elle semblait si déterminée à aider cet apaisé, il pouvait aisément l’amener quelque part non loin d’ici pour essayer sa théorie.





《 -  Je... sais où il y en a une... Si tu veux essayer. 》

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Dim 15 Juil - 18:16

Déploiement


L’enthousiasme initial de Lynne se frotta au réalisme de Cullen – ou du moins, sa manière d’envisager le rituel. Si elle gardait un esprit critique en essayant de penser hors de la boîte, elle ne pu néanmoins s’empêcher de se sentir penaude face aux répliques pessimistes du Templier. Là où elle tentait de faire germer des éléments de solution, il piétinait les pousses sans leur laisser le temps de bourgeonner.

Cullen, à dire vrai, se montrait de plus en plus impatient, visiblement contrarié par son optimisme naïf. Mais que lui restait-elle, si elle ne pouvait espérer et trouver des solutions à partir de presque rien ?

Le regard de la brune erra sur Edwin, qui écoutait sagement la conversation.
Le Lyrium n’était visiblement pas la solution, non pas qu’elle l’eut envisagé comme tel en premier lieu – et les dires de Cullen faisaient écho à ses pensées. Impossible d’en obtenir, n’ayant ni contacts, ni suffisamment d’or à dépenser. Et même si elle avait tout le Lyrium que son cœur désirait, elle n’aurait aucune idée de la manière dont il faudrait l’administrer. Non, non. Ce n’était pas le bon chemin à prendre.

Lynne soupira doucement, revenant à Cullen. Il avait déjà été généreux de sa part de l’avoir éclairé. Rien ne l’y avait obligé, et les autres soldats de l’Inquisition l’attendaient sans doute.

Elle s’apprêtait à s’excuser auprès de lui quand soudainement, l’expression sombre de l’homme s’illumina dans un mélange d’étonnement et de fascination qui ne lui avait jamais été donné de voir chez lui. Elle l’observa avec étonnement.

« J’y pense, mais as-tu essayé de le mettre en contact avec des failles de l’immatériel ?»

Lynne pencha légèrement sa tête sur le côté, considérant Cullen.

« Bien sûr, j’y ai déjà pensé. Mais vous connaissez sûrement aussi bien que moi ce qui garde les Failles. »

« S’il est réellement possible de faire quelque chose, alors il devrait réagir à l’énergie qui émane des failles : elles proviennent directement de l’immatériel. Seulement, te mettre en contact de démons risque de s’avérer délicat si tu n’es pas préparée. Je doute que tu sois capable de résister à leur attraction car ils sentiront ton désir d’aider ton ami et essayeront de te manipuler.»

Lynne opina silencieusement du chef, baissant légèrement les yeux. Elle n’avait rien à redire face aux contestations du blond. Même les mages les plus vieux et plus expérimentés pouvaient succomber à l’attrait d’un démon. Il faudrait être extrêmement orgueilleux pour se croire capable d'éternellement tenir tête à ces entités maléfiques. De plus, les Failles qu’elle avait déjà pu observer étaient infestées de ces choses … qu’était-elle, toute seule face à eux ?

Son regard se releva au son de la voix de Cullen, qui brisa le léger silence qui s'était installé.

« Je... sais où il y en a une... Si tu veux essayer.»

Elle ne répondit pas immédiatement, étonnée de la proposition spontanée du Templier. Elle avait d’abord cru mal entendre. Lui, lui proposer son aide ? De lui-même ? Lui qui avait tellement remis en cause ses espoirs ? Lui qui aimait les Mages autant que Mérédith ?

« Vous feriez vraiment cela ?» l’interrogea t’elle doucement et avec une pointe d'hésitation, s’attendant presque à ce qu’il rétracte son offre.

La voix d’Edwin s’éleva à leurs côtés pour la première fois depuis le début de la conversation.

« Les risques n’en valent pas la chandelle.» répliqua l’Apaisé avec monotonie. « Il est inutile de faire cela pour moi. »

La jeune femme jeta un regard réprobateur à son compagnon avant de retourner vers Cullen.

« Il a raison, c’est dangereux. Mais avec vous, nous aurions peut-être une chance ... Nous devrions d’abord jeter un coup d’œil à votre Faille et, si cela semble faisable, nous pourrions essayer ? » lui proposa t'elle. « Ce n’est pas mon but de vous mettre en danger.»





#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[terminé] Déploiement [PV: Lynne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Période d'essai terminée : Gray
» Déploiement des légions romaines
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)
» Baptème de GIL et BZEUH [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Marches Solitaires-
Sauter vers: