en haut du forum
en bas du forum



The little stable boy [PV Blacky et Eliw]

avatar
Roi de Ferelden
- Civils -
Messages : 78
Lun 16 Juil - 5:08
The little stable boy
La nostalgie est une émotion qui peut être dangereuse. Ce petit sentiment qui vient te serrer le cœur qui provoque un sourire au coin de tes lèvres ou qui embrume ton regard pour plusieurs minutes.

Alistair allait quitter Fort Céleste dans quelques jours. Il devait retourner à son royaume et retrouver ses responsabilités. Après tout son royaume était encore très fragile et sa reconstruction ne faisait que commencer. Son peuple avait besoin de lui et il en était conscient. Depuis qu’il était arrivé à Fort-Céleste, il n’avait pas eu la chance d’aller visiter les écuries. Évidemment, ce genre d’endroit était rarement la première chose qu’on présente à un homme comme de son rang. Il était roi de Ferelden, pas garçon d’écurie n’est-ce pas? Si seulement ils savaient comment ils avaient tort.

L’ancien garde des ombres s’était habillé très simplement. Il ressemblait présentement à n’importe quel homme. Si on ne l’avait jamais rencontré ou vu en peinture, il était impossible de savoir qu’il était de sang noble. Portant une simple tunique beige, il ressemblait à n’importe quel soldat en repos. La seule chose qui pourrait le trahir était peut-être son épée qui avait appartenu à son frère et à son père avant lui. C’est ainsi que d’un pas léger, il s’était dirigé vers les écuries.

Alistair ne voulait pas déranger qui que ce soit. Il avait donc attendu ce qu’il croyait être le bon moment pour se rendre dans la cour. Le soleil avait atteint son zénith récemment. Si l’horaire de nettoyage était similaire à celle des Fereldiens, les boxes devaient déjà être nettoyées, les cheveux nourris et brossés. Le roi ne serait donc pas dans les pattes des garçons d’écurie.

Lorsqu’il arriva devant les écuries, Alistair souriait comme un gamin qui venait de voir pour la première fois une épée. Même si c’était différent de l’écurie de Golefalois, il se retrouva projeté dans ses souvenirs d’enfant. L’odeur était la même que dans ses souvenirs; une bonne odeur de foin mélanger avec un léger brin de fumier. La majorité des nobles auraient surement retroussé le nez, mais lui respirait à plein poumon. Cette odeur lui rappelait les nuits qu’il avait passées à dormir avec les chiens et les chevaux. Fermant les yeux, il pouvait même ressentir la brise fraîche qui venait lui décoiffer les cheveux.

Il se voyait encore, le bâtard du Iarl qui n’avait comme ami que des bêtes et des adultes qui ne craignaient pas trop Isolde. Cette pensée lui serra le cœur. Il regrettait encore de ne pas avoir pu sauver cette femme même si elle le détestait. Ouvrant les yeux, il se mit à parcourir les lieux en caressant les chevaux qui le souhaitent. Même si c’était des bêtes de guerre, Alistair restait d’avis qu’on devait leur donner de l’affection. Alors qu’il caressait le museau du troisième cheval, il remarqua un peu plus loin une grange à aire ouverte avec des bottes de foin entasser. Il y avait si longtemps qu’il ne s’était pas couché sur ce qui lui servait de couche autrefois.

Abandonnant les chevaux, il se dirigea vers la grange. Il regarda autour de lui comme le ferait un garçon qui a peur de se prendre et risqua une petite course vers le foin. Détachant la ceinture qui retenait son épée, il déposa cette dernière contre une botte et se laissa tomber sur celle à côté. Il gigota sur le foin et laissa échapper un léger gloussement. Il se rappelait maintenant comment les petits morceaux de pailles pouvaient piquer à travers sa tunique et comment certains morceaux trouvaient le moyen d’entrer dans ses pantalons.

Le roi laissa échapper un soupire de pur bonheur. Il remercia mentalement Andrasté qu’il était seul dans les environs. Il devait avoir l’air bien idiot actuellement.



Now I find in every mirror a ghost

Code de dialogue: gold

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 135
Jeu 19 Juil - 23:29

Le petit homme plein de paille


Blackwall transpirait à grosses gouttes. Il était sûr que Cullen entraînait bien ses hommes, car la séance d'entraînement d'aujourd'hui était particulièrement demandante. Il avait pour la plupart réussi à repousser les assaut effréné du petit bleu qui s'appelait Damien. Bordel, qu'il était dure de la tête celui là ! Il avait même réussi à peindre d'un joli bleu le flanc de Blackwall du plat de son épée. Le Garde n'avait pas eu le temps de le voir venir. Ah la la, que c'était bon de se défouler.

Blackwall se dirigeait de nouveau vers sa grange. Il ne portait qu'un simple haut de lin fin, qui était tout mouillé de transpiration. On pouvait voir ses muscles crispés d'effort bouger à travers la texture de la toile, tandis qu'il rengainait son épée. Signalant son départ à l'entraîneur, il salua ses camarades et repartit vers son habitation. C'était un bien grand mot pour une bien petite chose. Une grange ! Mais il s'était bien installé, et il avait pu faire comprendre au petit palefrenier roux de rester bien à l'écart de ses affaires. Tout allait bien.

Il faisait chaud dans cette belle journée à Fort Céleste. La cour était assez vide, et de la poussière était soulevé par chaque pas de Blackwall. Un petit nuage le suivait vers son périple dans le repos final. Il avait tellement l'habitude de rentrer dans cet endroit qu'il ne fit même plus attention à ses alentours. Il posa son épée doucement dans un coin, et, en regardant les chevaux, se dirigea vers l'endroit où il cachait son petit trésor. Enfin, ce n'était qu'une bouteille d'alcool, et il l'avait posé avant de partir sur une botte de paille, mais ! C'était toujours ça, et il avait vraiment besoin de se rafraîchir. Saluant Guenièvre, la dame de la cuisine d'une main, il tendit l'autre d'un mouvement distrait pour attraper la bouteille qui devait se poser sur la paille. Hm...

Etrange. Il tatait la botte de paille de sa main, et il y avait quelque chose de dur et de tiède sous la main de Blackwall. On aurait dit un nez ! Quelle idée. Cela devait être un caillou. Il pinça le curieux  objet de ses deux doigt pour le prendre et le jeter de côté. Encore plus étrange ! L'objet n'était pas solide, mais il était assez mou. On aurait vraiment dit un nez. Continuant à serrer, Blackwall tourna la tête pour mieux examiner l'étrangeté de la situation. La scène qui suivit le fit presque rire aux éclats si ce n'était pas aussi embarassant que de se trouver nu devant l'Inquisitrice.

Un homme blond se trouvait vautré dans sa paille ! Et Blackwall était en train de lui pincer le nez ! Abasourdi, il resta plusieurs secondes à regarder l'homme dans le blanc des yeux. Sans penser, il serra son index et son pouce encore une fois, avant de reprendre son sérieux et de rapidement retirer sa main. Qu'est ce que ce parvenu venait foutre dans sa paille ! Et il allait s'étonner que Blackwall lui tâte le nez, alors qu'il était couché près de l'une de ses bouteilles. Il soupira. Il était au bord de la crise de rire, et pouvait à peine se retenir alors qu'il tenta d'engager la communication.

"Holà. Bonjour ? Vous êtes censé être qui au juste ? Je vous ai jamais vu ici."

Ramenant à son esprit qu'il venait juste de malmener le nez de cet homme, il prit la bouteille qui se trouvait dans un trou dans la paille à côté de l'inconnu, et il pointa le goulot.

"Un verre ? Cette piquette peut vous faire un joli nez rouge. Oh mais... vous n'en avez pas besoin !"

Et là Blackwall rit aux éclats, manquant de faire tomber la bouteille. C'était le meilleur moyen de se débarrasser de l'embarras. Ha ! Mais il était sérieux, et posa la bouteille sur la table avant de tendre sa main à l'homme.

"Allez, voyons, ne le prenez pas comme ça. Je vous jure, c'est du bon !"

C'était putain de surréel comme situation. Mais peut être l'homme était-il le genre d'homme à ne pas s'indigner et accepter ? C'était peut être une nouvelle amitié qui naissait.



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi de Ferelden
- Civils -
Messages : 78
Mar 24 Juil - 4:39
The little stable boy


Il faisait froid, il grelottait. Il était impossible de dormir. C’était encore une de ces nuits fraiches qui l’empêcherait de dormir correctement. Il se demandait où étaient ses camarades, ceux grâce à qui il passait ces nuits froides. Il siffla pour les appeler, mais aucun ne se présenta. Étonné, il siffla de nouveau et entendit un bruit. Excité, il crut que ses prières étaient entendues. Il se leva pour accueillir ses amis, mais se figea presque aussitôt. Devant lui ne se trouvaient pas les chiens du Iarl, mais bien une engeance prête à le tuer sur place. Le jeune garçon chercha un issu. Il recula, mais se cogna au mur. Il voulut se protéger de ses mains, mais la créature fut plus rapide, elle s’attaqua directement à son nez. Il vit la bouche de l’engeance puis le noir total.

Il fallut quelques secondes au roi avant de comprendre qu’il s’était endormis dans la paille. Étrangement, son nez lui brûlait comme si l’engeance de son rêve lui avait réellement dévoré. Voulant se le frotter, il se retrouva bloqué dans son mouvement par une autre main. Levant les yeux vers l’extrémité de cette main, il y trouva un homme. Les deux hommes se regardèrent dans le blanc des yeux pendant de longues secondes. Comme réponse, l’homme massif lui serra davantage le nez comme s’il devait vérifier qu’il le tenait bien. Pour le roi, la situation était plus que grotesque. Entendant les rires étouffés de l’homme, Alistair comprenait bien qu’il n’était pas le seul à trouver la situation étrange. L’homme avait du mal à contenir son rire ce qui fit sourire le roi à son tour. Malicieusement, il se demandait si le nouveau venu trouverait la situation encore si drôle quand il saurait qu’il venait de toucher au nez du roi de Ferelden. Quoi que... Alistair n’avait pas particulièrement envie que son titre entre en jeu tout de suite.

Alors que l’inconnu lui proposa à boire, Alistair profita de cet instant pour détailler l’homme. Avec son rire franc, ces gestes sans gênes, son grand sourire et son air sans soucis, il semblait être un bon vivant. Le genre d’homme qui aurait surement fait un Garde exceptionnel, excellent pour remonter le moral des troupes. Absorbé par sa réflexion, Alistair n’avait aucunement réagi ni à la proposition à boire, ni aux signes d’excuses de l’homme. Il se reprit rapidement. Face à la main de l’homme, le roi accepta cette dernière pour lui démontrer qu’il ne lui en tenait aucunement rigueur.

Agrippant la bouteille, il prit une gorgée et remercia d’un signe de tête le grand homme. Reposant cette dernière sur la table, il se frotta le nez endolori en riant doucement.

- Est-ce dans vos habitudes de saluer les inconnus de cette manière? Attention, une bonne fois vous pourriez tomber nez à nez avec des personnes influentes.

L’ancien Garde adressa un sourire en coin à l’homme. Il semblait fier de son mauvais jeu de mots. Okay, oui, soyons honnête, Alistair se trouvait drôle. Regardant autour de lui, il sourit. Ça lui rappelait tellement Golefalois.

- Je ne croyais pas que les granges étaient si populaire!

Le roi se releva secoua ses vêtements. Plusieurs morceaux de pailles tombèrent au sol. Il osa même passer ses mains dans ses cheveux pour en retirer quelques bouts. Il était préférable de se décoiffer que d’avoir de l’herbe dans les cheveux quand même. Regardant de nouveau, le voleur de nez, il lui présenta sa main :

- Je me nomme Alistair, je ne suis ici que pour quelques jours. Si vous avez entendu une histoire d’hommes pris dans le blizzard et sauver par deux femmes, ce n’était surtout pas mes hommes et moi… Et vous êtes? Hormis un adorateur de nez bien évidemment.

Alistair souriait franchement. Peut-être allait-il savoir qu’il était le roi de Ferelden, peut-être pas. L’important était que les présentations allaient être faits et qu’il pourrait savoir sur quel pied danser par la suite.


Now I find in every mirror a ghost

Code de dialogue: gold

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 135
Mar 24 Juil - 17:11

Le petit homme plein de paille


La première pensée de Blackwall quand l'homme prit sa main fut: Enfin ! Enfin une personne raisonnable, et non putain de fou comme Tullia, dans ce fort. Il y avait bien Varric, mais il n'avait pas beaucoup de raison de parler au nain. Et Eliwendë, bien sûr. Il s'attendait à de gentilles réprimandes de la part de l'homme, digne d'un bon sens de l'humour, mais le blond en face lui répondit étrangement. Des personnes influentes ? Blackwall balaya cette pensée dans un recoin de sa mémoire.

« Voyons donc ! On ne voit pas des roi ni des impératrices ou de roi-mage, qu'importe ce que les Tévintards appelle leur dirigeant, se roulant dans la paille comme un mabari. Et puis, c'est de ta faute. Je voulais juste prendre ma bouteille à la base moi ! » D'un clin d'oeil à l'homme, Blackwall pointa son propre nez. « Et un jour, une femme m'a demandé si, quand je me mouchais,  on dirait pas que je serrais la main à un pote. Alors, ne pense pas que je ne serais pas capable de dire bonjour à un voleur de paille comme toi en lui serrant le nez ! »

Blackwall prit directement un ton familier avec cet homme qui lui semblait assez sympathique. Quiconque s'endormirait dans la paille comme ça était juré d'être un homme simple, et non pas ces fastes personne comme Dorian ou Vivienne. Cela convenait beaucoup à Blackwall. Il regarda l'homme boire une gorgée de la bouteille en un geste expert, avant de se secouer de toute la paille qu'il avait accumulé. Aggripant la bouteille à son tour, Blackwall prit une rasade intentionnellement plus longue que celle de l'homme. La chaleur de l'alcool, désormais familière, reviva le métabolisme de Blackwall.

Alistair se présenta enfin. Le nom rappellait quelque chose à Blackwall. C'était le même que celui de la royauté de Férelden, le Garde en avait entendu parler lors de son séjour à Férelden. Le bâtard de la ligné Theirin. Cet homme -Blackwall allait penser ce gosse, dont la façon il s'était roulé dans la paille, mais il semblait à peine plus jeune d'une dizaine d'année- portait le même prénom. Amusant.

« Alistair hein ? Tu n'es ici que pour quelques jours... Dommage. Tu me sembles bien sympathique, comparé au reste du fort. Et si tu veux me qualifier autrement que par mon amour de ton nez -je dois avouer, il a une belle forme et une fend bien le vent » un grand sourire indiquait que c'était une blague, bien sûr « je suis Blackwall, Garde des Ombres de mon état. Mais au service de l'Inquisitrice, et ainsi un agent de l'Inquisition. Je reviens d'une mission là, et je me suis fait crocheter pour participer à un entraînement donc je suis complètement lessivé. » Il se laissa tomber sur une chaise, près de la table. Il regarda Alistair avec ignorance. « Cela me semble bien spécifique, votre histoire. Enfin, deux femmes, je suis sûr que l'une d'entre elle était Tullia. La femme est telle un chat dans un palais. Déchirer les rideaux, et forniquer dans la chantrie ne lui suffit plus. Elle se doit de bondir partout comme un hurlock qui a eu trop d'elfidée. »

Il reprit une rasade de la bouteille.

« Mais assis-toi, Alistair. Il n'y as pas le feu, et si Corypheus arrive sur son archidémon, nous ne sommes pas prêt de toute façon. Autant passer de l'autre côté une bouteille à la main, tu ne crois pas ? Si ça se trouve, ça sera notre seule plaisir. »


Il étendit les jambes, se mettant à l'aise, et épongeant la sueur sur son front avec un mouchoir qu'il tira de sa poche.

« Et pour en revenir à ta première question, non je n'avais pas peur de trouver quelqu'un d'influence dans ma paille. Car il y a un gros problème. Les bottes. »

Il sourit à Alistair, étant délibérément vague sur la discussion qu'il était en train de commencer.



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi de Ferelden
- Civils -
Messages : 78
Jeu 2 Aoû - 6:05
The little stable boy

Tout en écoutant l’homme prendre la parole, Alistair se frottait encore le nez pour diminuer le picotement qu’il éprouvait toujours. Ce n’était pas une blessure d’épée ou d’engeance, mais ça restait inconfortable.

Lui, se rouler dans la paille comme un mabari? Non évidement, un roi qui se respectait ne ferait jamais ça.  De toute manière, personne ne croirait cet homme que le roi de Ferelden se roulait dans la paille sans même avoir pris une goutte d’alcool; personne sauf peut-être Wulf, Wynne, Leliana, Zevran, Oghren, la sorcière, Anora… Okay personne sauf tous ceux qui le connaissaient au minimum.

Il sourit lorsque l’homme affirma qu’il était bien sympathique. C’était facile pour lui être sympathique ici alors que presque toutes ses responsabilités étaient restées à Denerim. Pour que son voyage «diplomatique» soit un succès, il devait se faire apprécier à Fort-Céleste. Toutefois, au nom de l’homme, le sourire d’Alistair disparut pour laisser place à la stupéfaction. Avait-il bien compris? Il était Blackwall? Le garde des ombres dont Duncan lui avait déjà parlé? Il le regarda se laisser tomber sur sa chaise avec admiration. S’il ne s’était pas retenu, Alistair l’aurait surement applaudi. Le regard du roi était pétillant comme l’aurait été celui d’un enfant qui rencontre enfin son héros. Il buvait désormais ces paroles. Il ne voulait rien manquer. Il avait tellement à apprendre de lui!

Savoir que Tullia qui forniquait dans la Chantrie le secoua, mais il ne pouvait pas dire qu’il était si surpris. Elle ne semblait pas être du genre à s’imposer des limites… Mais, une Chantrie ? Par Andrasté, c’était un lieu sacré quand même. Cet aveu, bien que salé, n’était pas suffisent pour qu’Alistair interrompt ce Garde-Vétéran. Même la mention de Corypheus lui semblait plus douce. Après tout, si un archidémon se présentait aujourd’hui, Fort-Céleste avait deux gardes d’expériences pour tenter de faire quelque chose.  

Malgré son invitation à s’assoir, Alistair resta debout. Son regard était toujours pétillant et plein d’admiration pour le Garde devant lui. Agrippant le pommeau de son épée, Alistair prit la parole avec conviction :

- Si Corypheus décide de se pointer, il devra faire face à non seulement à l’Inquisition, à la Garde d’Orlaïs, mais aussi à deux vétérans qui ont combattus avec Duncan. C’est peut-être idéaliste de ma part, mais je crois qu’on aurait une chance!

Le blond souriait à pleine dents. Relisant que Blackwall devait se poser des questions, il s’expliqua.

- Je suis aussi Garde des Ombres. Enfin, mon titre semble affirmer que j’étais Garde, mais on sait tous les deux pour avoir participé au rituel de l’Union que nous ne pouvons pas arrêter d’être un Garde. J’ai été sous la tutelle de Duncun pendant quelque temps. C’est lui qui m’a recruté. Il m’a sauvé la vie en réalité. D’ailleurs, il m’a déjà parlé de vous. Il serait si heureux de vous savoir vivant!  Racontez-moi ce que vous faisiez pendant ces années? Parlez-moi de Duncan, comment était-il plus jeune?  

Le roi ne tenait plus sur place. Il avait l’impression de revenir dix ans plus tôt. Il avait l’impression de se retrouver autour d’un feu à la forteresse des gardes de Ferelden. Il pouvait presque entendre la voix de Duncan qui lui racontait des histoires à lui et à toutes les recrues. Posant son regard sur ses bottes, il arqua un sourcil. Blackwall avait parlé de bottes non? Qu’est-ce que les bottes de nobles avaient? Soudainement intrigué, il reposa son regard sur le vétéran et demanda :

- Mais au fait… C’est quoi cette histoire de bottes? Elles sont trop propres?

Venait-il d’offrir un porte de sortie à Blackwall sans même le savoir? Parfois la vie faisait bien les choses.


Now I find in every mirror a ghost

Code de dialogue: gold

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 135
Mer 8 Aoû - 21:19

Le petit homme plein de paille


Oh merde. Oh merde ! OH MERDE ! C'était la seule réaction de Blackwall quand il finit d'écouter Alistair. L'autre avait sourit, alors comme tout sympathique Blackwall l'avait suivit dans son sourire. A pleine dents ! Son sourire s'était figé quand il lui parla d'un certain Duncan. Une certaine panique se mit à flotter dans Thom Rainier, mais il ne laissa rien paraître. Il s'était entraîné mentalement pour de certaines situation.

Il garda son sourire, l'étira même. Alors comme ça Alistair était un garde des Ombres !

« Duncan... C'est les braises de vieilles mémoires que tu es en train d'attiser, Alistair. Cela fait longtemps... Trop longtemps. Je... j'ai peur de te décevoir mais je ne suis qu'un pauvre homme qui a reçu trop de coup sur la tête. Mais Duncan... cela me rappelle des bonnes histoires raconté autour d'un bon feu, avec de la nourriture. A vrai dire, tout ce qu'il t'as dis sur moi a du être exagéré. Je n'ai plus vraiment de bons souvenirs de cette époque, Duncan était l'un d'entre eux. Mais... quelque chose est plus important que de ressasser mes vieilles connaissances... »


Il sourit de plus belle, et se leva de sa chaise pour rire, un rire franc et communicatif. Il tapa sur l'épaule d'Alistair avec familiarité.

« Tu es un Garde ! Par les couilles du Créateur, il fallait me le dire avant ! Il est toujours bon de voir des membres de l'Ordre, surtout quelqu'un qui me semble aussi honorable que toi. »


Il mit une main  sur le dos d'Alistair, le dirigeant lentement vers la chaise en bois, et s'assit à sa suite. Et Alistair rebondit sur la thèse des bottes de Blackwall. Oh, qu'il était content de pouvoir dire sa théorie à quelqu'un. Son sourire s'agrandit encore plus, et c'est avec franchise qu'il commença son discours.

« Mais oui ! Les bottes. C'est central à la société ! »


Accompagnant ses paroles avec moult gestes et fioritures, il voulait vraiment convaincre Alistair.

« Regarde. » Il pointa un endroit au fond des écuries. « Ce coin, c'est là où le palefrenier met ses affaires. Regarde ses bottes. Il y en a trois paires. L'une est abîmée et sale. C'est celle qu'il met pour aller au travail, afin d'économiser le plus possible. La seconde est la plus solide, la plus confortable. Il la porte lorsque son travail, ou son plaisir, l'emmène loin du fort, et où il doit marcher longtemps. La troisième paire est faite d'un joli cuir, avec quelques symboles gravés sur le talon. Il a du l'acheter à quelques marché, mais il les portes lors des jours de fêtes, quand il veut impressionner une jolie fille. »

Il fit un clin d'oeil à Alistair, le taquinant. Il ne connaissait rien à cet homme, mais il avait une tête de romantique. Blackwall pouvait les reconnaître entre milles.

« Mais le plus important, c'est de reconnaître que ce palefrenier, il n'as que trois paires de bottes, qu'il choisit de mettre dépendamment des circonstances. »


Il bougea sur sa chaise, se baissant pour regarder Alistair dans les yeux tout en étant confortable.

« Tandis qu'un noble... Les orlésiens pire que les autres, mais de Tévinter jusqu'à Férelden, c'est la même chose. Un noble a plus d'une quarantaine de paires de bottes ! Et il ne se demande pas quand les prendres, ou comment les porter. Il se soucie juste si la couleur du cuir est en accord avec son teint, avec le temps, avec ce qu'il veut montrer. Léliana est d'accord avec moi, tu sais. Il faut observer les chaussures de son compatriote pour voir comment il se tient dans sa vie. »

Il fit une pause, pour humidifier sa bouche sèche d'avoir parlé.

« Tu vois ce que je veux dire ? »



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Roi de Ferelden
- Civils -
Messages : 78
Lun 8 Oct - 5:06
The little stable boy

Les quelques mots sur Duncan furent doux aux oreilles du roi. Il aurait adoré en entendre davantage, mais il pouvait comprendre que le temps avait fait son œuvre. Même lui, lorsqu'il repensait à son mentor, il avait du mal à se rappeler du ton de sa voix. Cette voix qui l'avait tant rassurée autrefois. Alistair était à la fois triste et heureux. Duncan ne serait jamais complètement oublié. Il allait s’en assurer.

Reportant son intérêt sur l’histoire des bottes, Alistair se montra très studieux. Il était réellement intéressé par cette théorie. Il regarda les bottes au fond de l’écurie avec attention à l’écoute de chaque mot du Garde. On pouvait y voir effectivement trois paires de bottes bien distinctes. En analysant les paroles du Garde, il ne fallut pas beaucoup de temps à Alistair pour comprendre la théorie de Blackwall. C'était tellement logique et si vrai. Un sourire se dessina sur les lèvres du roi.

- Je vois effectivement ce que tu veux dire.

Cette théorie semblait sans équivoque. Même s'il réfléchissait à ses nombreuses rencontres avec la haute société, Alistair ne pouvait que confirmer les dires de Blackwall. Même son peuple, lorsqu’il se présentait devant lui pour une audience cherchait à mettre leur plus beau habit et se chausser dignement. Pour ce qui est des nobles, il devait avouer qu’il s’était fait souvent «taquiner» par ses confrères sur son manque de polyvalence face à ses chaussures. Effectivement, le roi de Ferelden n'avait pas une quarantaine de paire de souliers.

Le regard doré d’Alistair se posa sur les pieds du Garde. Blackwall portait quelque chose de confortable et suffisamment sportif pour bien bouger lors d’un entraînement. On pouvait voir l'usure de la botte, mais rien de trop dramatique. Voulant essayer la théorie du Garde, le roi prit quelques secondes pour évaluer les chaussures de son interlocuteur.

- En regardant tes bottes, je dirais que tu es un homme qui connait l’importance d’être bien chaussé. Des bottes suffisamment flexibles pour être confortable, mais qui tient bien la cheville ce qui permet de pouvoir combattre sans risquer de se la fouler. L’usure semble dire que tu les utilises souvent, peut-être même est-ce tes favorites?

Alistair se mit à rire. Il reposa son regard sur le Garde en souriant.

- Bon d’accord, le fait que tu sois Garde des ombres me dicte déjà ton habilité à combattre, ta force de caractère et ta bonne âme. C’est un peu de la triche, mon observation est surement biaisé.

Pendant un instant, le roi devait ressembler à un gamin de dix ans qui croyait encore à la fée des dents. Un peu naïvement, Alistair croyait sincèrement que tous les Gardes étaient de bons hommes. S’il ne l’était pas avant d’entrer dans la Garde, le roi était convaincu qu'ils changeaient en évoluant dans celle-ci. L’Enclin change les hommes après tout.

Le regard du roi se voila un instant. Son nez se retroussa ce qui lui causa une légère douleur en raison de la prise de Blackwall quelques minutes plus tôt. Le roi était mal à l'aise, il savait qu'il devait être honnête avec son nouveau camarade. Il devait lui avouer sa vraie nature avant qu’il ne soit trop pris dans ce malentendu pour le faire. Alistair espérait seulement que l’attitude du Garde restera la même.

-Ta théorie me semble très plausible Blackwall. Je vais même me permettre de l’utiliser. Tu pourras le dire à Léliana, je suis certain qu’elle sera ravie de savoir que j’écoute encore les conseils des autres. Il maqua une pause en pensant à la maître espionne. Allait-elle être étonnée de savoir qu'il n'était pas encore trop corrompu par le pouvoir?... Secouant la tête pour se remettre les idées en place, il reprit. Par contre, je me dois d’être honnête avec toi, certains nobles n’ont pas une quarantaine de paires de bottes. Je dois surement être une exception, mais j’en ai … Moins que dix et c’est bien parce qu’on m’oblige d'en avoir autant.

On pouvait lire un sourire désolé sur le visage du roi. Il savait qu'il allait surement changer l'ambiance d'un seul coup dans quelques secondes. Dès qu'il aurait prononcé le mot roi. Ce simple mot qui le rendait si différent des autres. Se levant de la chaise, il présenta sa main à Blackwall en signe de présentation :


- Alistair Theirin, roi de Férelden. Garde Blackwall, je suis ravi de faire votre connaissance. Pardon de ne pas l’avoir dit avant, je n’aime pas particulièrement me faire connaitre par mon titre. C’est assez fou à quel point le titre change l’attitude des gens. Toutefois, je crois qu’il est important d’être honnête pour bâtir n’importe quelle relation alors voilà...

Alistair avait encore le bras tendu en attendant que Blackwall décide de son prochain mouvement.


Now I find in every mirror a ghost

Code de dialogue: gold

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

The little stable boy [PV Blacky et Eliw]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» mon pc ne se connecte pas au reseau de mon lapin
» [EDH] Devour for Power... and time!
» deck harpie ,avie
» HO 1431 avec bonus fidélité, version stable
» BLACKY - croisé schnau géant (Hongrie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Cour du Fort-
Sauter vers: