en haut du forum
en bas du forum



Mission - Nous sommes Thédas - Rita, Varsus, Quellcrist

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Jeu 26 Juil - 19:34
Le membre 'Varsus Smarath' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Jeu 26 Juil - 21:12

Nous sommes Thédas

Garde des Ombres


Un certain nombre de mages applaudissent la prise de parole osée du Commandeur-Garde Karlan, mais le malaise est visible aisément sur de nombreux visages. Beaucoup de mages sont en effet au courant des événements de l'Inébranlable et de la perte des Gardes mages d'Orlaïs : la perspective n'est pas encourageante, même avec la promesse du nain.
Les Mages Loyalistes n'ont jamais vu d'un très bon œil la Garde des Ombres en raison des pratiques connues de magie du sang dans leurs rangs. Ce discours ne fait pas changer leur position à ce sujet.
Les Mages Libertaires prennent en considération cette option, bien qu'elle ne soit pas une solution pour leur cause. A titre individuel, la Garde signifie une liberté pour les mages qui n'est dépassée qu'en Tevinter. Ils prennent note de la proposition d'aide mutuelle.
Les Mages Isolationnistes semblent plutôt séduits par la proposition de Karlan, sans unanimité ou fort enthousiasme pour autant. Encore une fois, cela ne répond pas à des attentes collectives.
Les Mages Lucrosiens commencent à s'assoupir sur leurs bancs.
Les Mages Aequitariens et les Mages sans faction sont globalement méfiants, mais quelques individus seraient plus enclins à rejoindre cette cause que les autres.

Varsus


Si l'ambiance n'était pas électrique jusqu'à maintenant au sein de l'Assemblée, elle l'est maintenant. De nombreux mages se sont levés à la fin de ton discours animé et commenté, et une partie conséquente applaudit avec force, sous les huées d'autres. La fin des prises de parole n'est pas arrivée, mais en quittant l'estrade, tu as la certitude d'avoir marqué des points. Il y a fort à parier que l'Archonte sera satisfait. Voici comment ton discours a été perçu au sein des différents groupes.
Les Mages Loyalistes n'ont pas du tout apprécié ta prise de parole, et le font savoir à grands renforts de cris et de protestations.
Les Mages Libertaires sont globalement séduits par tes propos, et une part importante est prête à considérer ta proposition à la fin du débat. Certains restent persuadés que Tevinter n'est pas la solution idéale en raison du mode de vie ou de l'esclavage, d'autres pensent que se rallier à cet Empire ne résoudra pas le problème pour les mages du reste de Thédas.
Les Mages Isolationnistes ont assisté à la scène avec intérêt et curiosité, mais sont restés assis et calmes lors du vacarme final. Ils ne sont de toute évidence pas séduits par la vision tévintide de la place des mages.
Les Mages Lucrosiens, à l'instar des Libertaires, sont plutôt agréablement surpris et prêts à envisager un départ pour Tevinter. Leurs divisions sont les mêmes que pour les Libertaires.
Les Mages Aequitariens sont globalement trop attachés aux Cercles du Sud et à la Chantrie pour se retrouver dans ton discours. Tu as réussi à en interpeller une partie, mais ces derniers sont minoritaires, et les autres ont massivement fait front avec les Loyalistes pour protester.
De nombreux Mages sans affiliation prennent en considération ton offre, qui est meilleure que celles qu'ils ont jusqu'à présent.

Evra mit un peu de temps à parvenir à calmer les tensions naissantes dans la salle. Aidée par les mages Isolationnistes et quelques bonnes volontés au sein des autres groupes, les mages colériques finirent par reprendre leurs places. Le Magister Dexistus, invitée à prendre la parole par Varsus, monte sur l'estrade à son tour, avec calme. Elle se redresse de toute sa hauteur pour faire face à l'assemblée avec fierté, et regarde longuement Varsus avant de prendre, enfin, la parole. « Vous l'aurez compris je pense, je représente ici les Venatoris, fraternité de mages issue de Tevinter. A en croire les paroles de certains, nous sommes les méchants, ceux dont il faut se méfier, sous peine de s'attirer les foudres d'un homme, qui n'est même pas en mesure de nous contraindre dans notre propre nation. Nous partageons de nombreux points communs avec nos frères et sœurs de Tevinter, mais nous avons également nos points de discorde. Oui, la magie est un Don, un miracle, et nous devons nous en servir pour faire le bien, au service du Créateur, qui l'a voulu ainsi. Oui, nous méritons d'être libres. L'ère des mages est venue enfin en Thédas, il ne tient qu'à nous de le montrer au monde entier. Bien. Contrairement à de nombreux mages de Tevinter, nous avons un grand respect pour les autres races, et notamment, les elfes, qui doivent avoir, pour nous, le même statut qu'un mage humain. Y-a-t-il des elfes dans le Clergé Impérial ? Je ne crois pas. Oh, mon camarade ne vous a pas dit ? Vous êtes tous les bienvenus là bas, sauf les elfes. Enfin si, mais comme esclaves. C'est bien aussi, non ? Que dire de plus ? Un mot sur notre dangereux culte ? Oui, je pense qu'il serait bien encore une fois de vaincre certains préjugés. Nous sommes une confrérie mystique, et comme telle, nous avons nos pratiques, rites et croyances. Elles ne sont pas incompatibles avec le Créateur. Nous pensons que le monde est corrompu, à tous les niveaux. Tellement de gens vivent dans la misère en Thédas, sans avoir une chance de s'en sortir. Vous connaissez ce sentiment, je le sais. Vous savez de quoi je parle, vous le ressentez. De fait, si la magie est un Don du Créateur, pourquoi ne pas s'en servir pour repartir sur des bases saines ? Détruisons nos chaînes, combattons la misère, l'injustice, travaillons ensemble, avec spiritualité, avec les connaissances que nous avons, au dessus de la moyenne des habitants de Thédas. Recréons ensemble, un monde à l'image du Créateur. Nous en avons le pouvoir, vous le savez. Vous pouvez voir grand. Vous n'êtes pas obligés de faire des concessions. Ce jour peut-être celui où nous, mages libres de Thédas, décidons de prendre les choses en main. Je vous remercie. »

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Jeu 26 Juil - 21:12
Le membre 'Créateur' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Templière
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 158
Jeu 26 Juil - 21:54


Incapable de déterminer avec certitude si les gardes avaient incorporé quelque chose de sérieux entre leurs tirades moqueuse, Rita pouvait tout de même constater que le groupe avait suffisamment de recul par rapport à la situation pour avoir le potentiel de se transformer en personnes sur lesquelles elle pourrait compter. Cela lui avait coûté son alibi, mais si elle devait finir tuée par la main d'un garde plutôt qu'un mage, c'est que cette mission était vouée à l'échec depuis le début.
Et si laisser son alibi derrière elle ne lui causait pas trop d'états d'âme, Rita ne put s'empêcher d'envoyer quelques piques, elle aussi. Avec un sourire en coin, elle rejoignit la joute verbale.
« Enchantée. Je m'appelle Voilyne Magifia, et j'accepte gracieusement la cache que vous m'offrez. Mais comme vous dites, à quoi bon ? Je suis moi-même incapable de me souvenir d'un évènement rassemblant un grand nombre de mages dans un seul bâtiment fermé pour discuter de leur avenir qui se soit mal passé ! »
L'idée de faire explicitement le lien entre le conclave et les nouvelles manifestations d'engeances, ou l'autoproclamé ancien Magister Corypheus, lui était passée par la tête, mais elle l'avait rapidement chassée. Les gardes étaient sûrement les premiers à s'en soucier et à être mis à mal par la tournure des derniers évènements, et elle n'avait aucune envie de dévaluer des efforts de soldats. À la place, elle envoya à Karlan un regard posé, sincère et grave, tout en employant le ton qui allait avec.
« Je ne veux pas jouer dans vos plate-bandes, hein. Mais bon, sachez que je suis là quand même, sait-on jamais. »


[...]


Un à un, les mages - et un autre - commencèrent et terminèrent leurs discours. Tous avaient une perspective unique à apporter à la conversation, des intérêts disparates, et suscitaient des réactions hétérogènes de la part de leur auditoire. Et de son haut gradin, une chevalière-caporal buvait leurs paroles, les écoutait tenter de se convaincre les uns les autres de la direction à prendre suite au chaos déclenché en grande partie par les actions de l'ordre dont elle faisait partie.
Quelque chose brûlait en Rita. Le noeud au ventre qu'elle avait attribué à son inquiétude générale vis-à-vis de la situation actuelle était en train de se métamorphoser en un ensemble de percussions enflammées, bouillonnant dans tout son être et tambourinant contre sa carcasse. Comme si quelque chose qu'elle n'avait pas intellectualisé depuis extrêmement longtemps était en train de refaire surface, et n'avait jamais été autant déterminé de faire céder Rita à ses instincts.
Elle se sentait mal. c'était contraire à tout son entraînement de contrôle, de présence dans le réel. Sa tête était en train de batailler avec le reste de son corps, pour le forcer à se remettre au service de sa mission, à la soutenir dans ses efforts de tout voir, tout entendre, tout comprendre. Si elle n'était pas à même d'utiliser toutes ses capacités, comment pouvait-elle espérer un dénouement qui lui soit favorable ?
Une brève faille de concentration et sa bataille était perdue. Autour d'elle, les gradins étaient moins nets, les visages se mélangeaient les uns avec les autres, les murmures devenaient inaudibles. Hobb n'existait plus, Evra n'existait plus, la mission n'existait plus. C'était en train de refaire surface. Il n'y avait plus que Rita, instinct et émotion.
« Tu voulais te foutre de moi, Rurin ? Prends une bonne inspiration. »

Elle descendit les gradins et monta sur l'estrade.

« Bonjour à tous.

Je m'appelle Rita Aelesia, et je suis Chevalière-Caporal de l'Ordre des Templiers, actuellement stationnée au cercle d'Hasmal. Je suis présente ici sur une directive de mon Chevalier-Capitaine. »

Ignorer les réactions de l'auditoire n'était pas compliqué. Il suffisait d'avancer. Il y avait quelque chose au loin, et elle s'en approchait. La flamme demandait à être nourrie.
« Pour résumer, j'étais supposée rallier les mages qui semblaient sauvables selon la définition de mon ordre, ou au moins établir un contact avec des entités prêtes à discuter. »
Elle fixait droit devant elle, son regard plus intense que jamais. Sa vision n'était plus que formes abstraites en métamorphoses constantes, dansant autour d'une porte fermée, qu'elle s'apprêtait à ouvrir.
« Je ne vous apprends sûrement rien quand je vous dit que je n'ai pas le droit de faire une chose pareille. Le vieil ordre n'est plus, et si les mages veulent se concerter pour décider quoi faire, la moindre des choses qu'on puisse faire, c'est de vous foutre la paix.

Ce vieil ordre, je m'y suis prélassée jusqu'à sa chute. Je me suis parfois levée contre ce que j'estimais être des injustices, mais j'ai attendu, comme un mouton, qu'on me retire mes chaînes pour me demander si je n'avais pas quelque chose à faire. J'ai entraîné des recrues, j'ai passé du bon temps avec des mages des cercle où j'étais, j'en ai aidé à se sentir en sécurité, à parfaire leur maîtrise de la magie. Et puis j'ai chassé des mages qui ne voulaient pas de la vie qu'on leur avait imposé, tué des apprentis lors de leurs confrontations, contribué à cette force de dissuasion qu'était l'Ordre des Templiers.

Une partie de ce travail me manque. Je n'ai pas le droit de demander qu'on me la rende, parce que je l'ai perdue en exécutant l'autre partie de ce même travail. J'ai du sang sur les mains et suis coupable d'une des plus grande injustices que je connaisses. Tout ce que je dis ou fais est teinté par ce passé de crimes.

Je ne suis pas montée sur cette estrade pour me morfondre. Ironiquement, compte tenu de ce que je suis en train de faire, je n'ai pas envie qu'on prête attention à moi. J'aimerais pouvoir vous donner à tous ce dont vous avez besoin sans jamais qu'on mentionne mon nom ou mon statut. Je ne veux pas vous rallier à une cause, je vous demande l'autorisation de me rallier à la vôtre.

J'ai un entraînement de templière et d'instructrice, et si mon supérieur n'apprend pas ce que je suis en train de faire, j'ai encore un pied dans la Chantrie et ce qu'il reste de l'Ordre. Je met tout ça à votre disposition et écraserai quiconque tentera de m'en dissuader. Et si vous me dites qu'il ne me reste plus rien à faire, j'opinerai et vous laisserai enfin tranquilles.

J'invite ceux que ça intéresse à m'interpeller après votre réunion.
Désolée pour l'interruption. »


Sa vision était redevenue nette, elle entendait à nouveau tout, les visages se remirent à leurs places. En cet instant, son corps ne bouillonnait plus et ne formait qu'un avec sa tête. Se sentant lourde et légère à la fois, Rita descendit les marches et retourna à sa place.

Elle venait d'ouvrir sa porte. Restait à savoir ce qui l'attendait derrière.




#7caa5c

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Jeu 26 Juil - 21:54
Le membre 'Rita Aelesia' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Mar 31 Juil - 14:20

Nous sommes Thédas


Venatoris

Si l'ambiance était déjà tendue après le discours de Varsus, secouant les rangs des mages du Sud, trop peu habitués à entendre un discours aussi différent que celui prodigué par la Chantrie, elle prit une ampleur encore non atteinte en ce lieu. Certains mages, parmi les plus jeunes et les plus fougueux, furent même à deux doigts de lancer des sorts pour protester, mais ne le firent pas, trop conscients du drame que cela engendrerait. La Magister descendit de l'estrade la tête haute : elle avait fait valoir ses positions, elle le savait.

Pour la première fois, le rang des Mages Loyalistes est divisé face à cette prise de parole. Certains, minoritaires, semblent se reconnaître dans cette vision spirituelle du monde, qui, de plus, les place comme véritables envoyés du Créateur. Les autres, trop attachés aux enseignements de la Chantrie Andrastienne, ne peuvent envisager de rejoindre un mouvement perçu comme hérétique.
Visiblement, les Mages Libertaires qui se sentent concernés sont les mêmes qui envisageaient de s'organiser pour répandre la parole de la Chantrie Impériale en Thédas. Ils se divisent donc dans une prise de position tendue, et laissent une minorité volontairement à l'écart de tout ce qui peut toucher Tevinter.
Les Mages Isolationnistes n'ont pas du tout apprécié la prise de parole de la Magister, allant totalement à l'encontre de leur pensée.
Les Mages Lucrosiens ne se sentent globalement pas concernés par cette optique guerrière, mais certains individus y voient une chance de remodeler un monde en cohérence avec leurs principes.
Les Mages Aequitariens n'apprécient pas les allures mystiques du culte, et ils se font porte parole de l'opposition, de manière bien plus unie que lorsqu'il s'agissait simplement de Tevinter.
Rares sont les Mages sans affiliation à ne pas avoir trouvé une voix qui parle pour eux, mais ce discours en fait douter un certain nombre.

Rita

Un grand blanc suit ta prise de parole, pesant. Tu es la dernière à monter sur l'estrade, mais la première sur plusieurs points. Pour commencer, tu n'es pas mage, et en dépit des signes angoissés que te faisait Hobb, ton contact, tu as décidé une franchise totale en te présentant comme Templière. Par chance, le Cercle d'Hasmal a une relativement bonne réputation pour ton Ordre envers les mages. Ensuite, tu as fait le choix de ne pas chercher à pousser les mages vers une direction plutôt qu'une autre, mais leur présenter à la place tes regrets, ta compassion et une grande humilité.

Les Mages Loyalistes t'observent avec attention et une certaine bienveillance.
Les Mages Libertaires sont murés dans un silence tendu, brisé par quelques murmures colériques.
Les Mages Isolationnistes parlent les uns avec les autres, sans sembler prêter attention au reste de l'Assemblée.
Les Mages Lucrosiens ne semblent pas avoir notifié ta présence ou ton intervention.
Les Mages Aequitariens discutent à voix basse avec passion, mais s'il est évident de comprendre qu'ils sont divisés, comme souvent, leurs propos échappent au reste de l'Assemblée.
Les réactions sont nombreuses chez les mages sans affiliation : de la colère, de la surprise, des sarcasmes...


Bilan pour tous



Note :[/color] Je vais tenter d'être le plus clair possible, mais n'hésitez pas à me poser des questions si vous en avez sur le discord. J'ai décidé de faire un premier bilan pour la fin de cette première partie, qui pourra être pondéré par vos actions en seconde partie. Le bilan final me servira de base pour mettre en place vos récompenses, mais il s'agit surtout d'un indicatif RP, en dehors d'une mécanique palpable de jeu.

Il y a six groupes de mages présents. J'ai décidé cependant que les proportions n'étaient pas égales, par soucis de réalisme. Voici donc les estimations au niveau de leur nombre :
Les Mages Loyalistes : Les mages Loyalistes étaient assez puissants à l'époque des Cercles, et s'ils ont connu la guerre, ils ont probablement été moins touchés, se rendant autant que possible aux Chantries. Ils sont 45.
Les Mages Libertaires : Considérant que de nombreux mages Libertaires ont rejoint les rangs de Fiona, et sont donc soit morts soit à l'Inquisition, mais aussi que de nombreux mages ont embrassé cette vision du monde pendant la guerre, ils sont 42.
Les Mages Aequitariens : Pendant le conflit, les Aequitariens se sont divisés pour rejoindre plusieurs Fraternités. En l'absence de Cercles, il s'agit d'un mouvement affaibli, mais qui garde de son ampleur passée. Ils sont 41.
Les Mages Isolationnistes : Très peu nombreux à l'époque des Cercles, ils ont rallié des soutiens pendant la guerre, de personnes qui ne souhaitent que la paix. Ils sont 20.
Les Mages Lucrosiens : Il s'agit de la Fraternité la moins nombreuse, et le contexte actuel change peu pour cela. Ils sont 16.
Les Mages sans affiliation : Apostats de tout genre, n'ayant pas évolué au sein des Cercles pour la plupart, ils ont du s'adapter à la guerre, mais ont relativement peu souffert de pertes, sachant déjà s'adapter au monde.  Ils sont 37 mages.

Prenant ensuite en compte les réactions à chacun des discours, j'arrive à des estimations pour chaque personne.

Quellcrist : Pour le moment, tu pourrais avoir le soutien à moyen-long terme de deux mages libertaires, trois isolationnistes, une aequitarienne et deux mages sans affiliation. C'est très peu, mais tu as marqué les esprits pour ton projet. Si ce dernier venait à grandir, les choses seraient différentes.

Varsus : Ton discours a été brillant, et ta vision de la magie, partagée avec passion, t'a permis de trouver de nombreux soutiens. Ce coup d'éclat a été amoindri par les Venatoris, qui sont allés puiser dans les personnes que tu avais convaincues, mais les jeux ne sont pas encore faits. Pour le moment, tu as le soutien de vingt-cinq libertaires, neuf lucrosiens, quatre aequitariens et vingt mages sans affiliation.

Rita : Tu n'as pas présenté de projets concrets, mais tu as intéressé de nombreux loyalistes, aequitariens et une partie des lucrosiens. Si tes actes sont à la hauteur de tes paroles, il se peut que des choses inattendues arrivent.

La Garde des Ombres ne constitue pas une opposition notable, et devrait pouvoir recruter quelques mages de divers bords si les choses se passent bien, ce qui était leur objectif premier.

Les Venatoris ont acquis de nombreux soutiens libertaires et de mages sans affiliation, ainsi que quelques uns d'autres groupes, notamment des loyalistes. Ils sont en voie de solidifier leur présence en Thédas.

Une partie conséquente de mages n'a pas été convaincue, particulièrement dans les rangs des Isolationnistes et des Lucrosiens.

Seconde partie



Les conversations reprennent dans la salle et vont de bon train. Evra passe d'un groupe à l'autre, posant sa main sur une épaule, écoutant attentivement une autre personne. Personne n'avait espoir que ce journée soit une journée d'union absolue et indéfectible des mages libres de Thédas, les différences étant trop fortes, mais cette réunion a au moins eue le mérite d'ouvrir un dialogue sans violence et de voir des meneurs émerger. L'essentiel est d'avancer, même si tout le monde ne va pas dans la même direction. Personne ne s'attendait cependant à voir arriver dans la salle souterraine une vingtaine de gardes, armes au poing. Les mages, surpris et acculés, se préparent pour la plupart à se défendre et brandissent leurs bâtons, décidés à ne pas se rendre, marqués par des mois de guerre dans tout le continent. Un homme au teint sombre, d'une trentaine d'année s'avance. De toutes évidences, il n'est pas un garde, et n'est pas armé, mais ses atours bleu sombres indiquent à tous un certain statut. Il lève ses mains au dessus de sa tête, bien en évidence, et regarde la vieille mage elfe. « Evra, nous devons parler. Des affaires urgentes m’amènent. »
Evra lance un regard circulaire autour d'elle, et fait un geste pour appeler au calme. « Je le connais, c'est Lyram, un proche conseiller du Duc de Combrelande. » Ses yeux froids se posent sur une jeune mage rousse, immobile. « Si nous les tuons et arrivons à ne pas mourir piégés par notre propre magie, nous seront recherchés par toute la ville. Il est peu probable qu'aucun d'entre nous y survive. » La jeune femme rousse baisse les yeux au sol et se détend lentement, rangeant son arme à sa place. Lyram fait signe à ses hommes de faire de même, et il s'avance un peu plus, le visage tendu. « Nous avons autorisé cette réunion parce que nous souhaitons que Combrelande reste ce qu'elle a été pour les mages. Un lieu discret, protégé... Mais j'ai besoin de votre aide, ou vous aurez le plus grand mal à sortir de Combrelande vivants. Nous ne sommes pas assez nombreux pour protéger le Grand Tournoi et escorter deux cent mages. » Il semble perdu un instant, aux portes d'une crise de panique, mais se ressaisit. « Deux explosions viennent de ravager le quartier nain, à une dizaine de minutes d'intervalle. La première a eu lieue à la taverne du Cochard pourpre, où sont logés de nombreux nains fraîchement arrivés de Kal-Sharrok. La second a eue lieu à quelques rues de là, sur une place, justement quand passait un groupe de nobles nains envoyés d'Orzammar. Les deux groupes s'accusent l'un l'autre, mais le reste des habitants regarde déjà ailleurs. Deux explosions. Pas de trace de bombe. De la magie, très probablement. La situation peut dégénérer très vite, et si le coupable n'est pas trouvé, alors les gens se tourneront vers vous. Quelques uns de mes hommes sont sur l'affaire, mais ils ne sont pas mages. J'ai besoin que vous nous envoyez du renfort, Evra. S'il vous plaît. Je ne veux pas d'un bain de sang. »
La vieille elfe semble sous le choc, mais elle a vécu des choses bien plus atroces, et elle sait que les choses peuvent encore s'arranger. Elle fait signe aux personnes qui ont pris la parole de s'approcher d'elle. « Vous souhaitez vous montrer à la hauteur de notre confiance, alors prouvez nous ce dont vous êtes capables. Quelques mages déambulant dans les rues sont moins suspects qu'un grand groupe. Nous avons besoin d'un plan, rapidement. »

Consignes : L'ordre des tours est conservé. Vous pouvez en discuter sur le discord. La seconde partie de la mission est « chronométrée ». De nouveaux incidents auront lieu si vous ne trouvez pas la cause assez rapidement, et des vies sont en jeu. Bon courage, que le Créateur ait pitié de vos âmes.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Leader de mages libres
- Mage Libertaire -
Messages : 145
Mar 31 Juil - 20:13
Mages aux mille visages


Comme l'on aurait pu s'y attendre, c'est cet homme à la chevelure de jais et au faciès débordant de charisme qu'est parvenu la plus forte approbation, mais aussi les venatori. De quoi déplorer l'ignorance qu'ont les mages de son courant, pour ce qui semble paraître, et non ce qui est. Elle a d'ailleurs eu quelques remontrances et appréhensions concernant sa vision des choses, de la part de ses anciens camarades. Mais cela ne l'a pas affectée. Elle s'est même montrée sarcastique et épidermique, au sujet de la grande bonté de Gereon Alexius, concernant les mages. Et plus particulièrement les apostats, disparus mystérieusement. Un conseil tout au plus, mais pas une obligation. Et ils savent que la mage a toujours des raisons de se méfier, au vu de son passif.

Quand à ses pensées, elles sont tournées vers cette templière qui, a eu un discours on ne peut plus singulier, malgré son statut. Celui-ci a d'ailleurs fait écho. Tant d'échos, que Quellcrist ne peut s'empêcher de jeter des regards dans sa direction. Tantôt inquisiteurs, tantôt empreints de sympathie, tantôt ... subjugués. Leah de Cautraux a été la première a faire changer en partie la position de la froide mage sur la capacité de rédemption et de changement de ces soldats du Créateur. À lui rappeler un idéal, qu'elle aussi avait voulu un jour créer. Mais cette jeune femme a su mettre les mots justes. Être une lumière pour ceux qui ont subi le mal de quelques fous cachés sous les apparats de vertueux. Et éveiller en la mage l'envie d'en savoir plus à son sujet.
À tel point que, la libertaire se laisse pendant un instant déborder par ses questionnements et sa façon de détailler du regard celle qui occupe ses pensées. De la curiosité ? De l'envie ? De l'admiration ? Elle ne sait pas. Tout est trop confus en son esprit, alors que ses compagnons parlent pourtant bruyamment à quelques pas de là. Peut-être est-il temps d'engager une approche ...

Mais bien vite, les discussions entamées sont écourtées suite à l'arrivée d'un éminent membre de la société de Combrelande. De suite, les voix s'élèvent et l'on entend son nom être évoqué à maintes reprises. Quellcrist reporte avec un léger contrecoeur son projet pour se concentrer essentiellement à l'annonce. Ainsi donc, l'on voulait faire porter le chapeau aux mages. Hypothèse la plus probable, en sachant que deux cents mages se réunissant n'a pas pour vocation à être un événement discret, pour nombre de gens au bras long. Evra regarde d'abord le magister tévintide, puis la templière, puis Quellcrist, en leur faisant signe de s'approcher. De même pour la venatori et le membre de la Garde. Tous ceux qui ont fait un discours précédemment.

Quell descend les marches le menton haut, tandis que la majorité la toise, en raison de son discours précédent. Sans jamais se détacher d'Evra. Une fois sur place comme tous ceux convoqués, elle reste attentive, et surtout, quelque peu sur la défensive. Car la sage elfe leur demande de coopérer avec ceux qui ont eu leur mot à dire durant cette réunion. Elle en arque même fortement le sourcil droit, tant cette demande lui semble improbable et risquée. Mais Evra est on ne peut plus sérieuse.
« De mon point de vue, et au vu de ce que j'ai entendu, on essaie de nous faire porter le chapeau. Pas de traces, donc des mages. L'instigateur est lui-même au courant de notre présence en ville, voir sait où nous nous trouvons en ce moment. »
Ses doigts viennent s'apposer contre joues et menton.
« Le plus simple serait de nous séparer en groupes distincts. Le plus concret serait d'en faire deux. Chacun sur un lieu d'explosion. Mais je suppose qu'il va nous falloir encore plus de groupes, pour balayer plus de champ. Et donc, emmener plus de monde. Thédas ne s'est pas dressée que par la magie de beaux discours. »
Un petit trait d'humour, et un sourire en coin. Bien vite balayés par un constat qui, va avoir le mérite d'en agiter plus d'un.
« Je tiens à protéger les personnes réunies ici. On ne peut laisser telle délation entacher des âmes qui ne cherchent qu'à vivre comme tout être sur terre. Cependant ... j'espère ne pas disparaître comme par magie, sort qui a été indubitablement lancé sur nombre d'apaisés. Certaines choses semblent s'agiter à Golefalois ... et des langues se délient. Petit à petit. »
Il ne fait aucun doute pour la libertaire, qu'aussi désavoué que peut l'être Alexius, il a été un venatori, et nombre d'apaisés ont foulé les pieds de Golefalois pour ne plus jamais en sortir. Et, l'on sait tous à quel point, il est facile de monter une façade quand vient le danger. Même si, cette façade se révèle friable.

Quellcrist se détourne du reste des convoqués, pour ne se focaliser que vers la templière.
« Rita Aelesia. »
Comme si l'on pouvait oublier le nom d'une personne qui vous a fortement marqué il y a de ça quelques minutes.
« Si cela ne vous déplaît point, je voudrai vous accompagner. Votre discours a su me donner foi en vous. Et me montrer à quel point j'ai encore à apprendre des gens de votre ordre. Si bien entendu, vous m'accordez cette requête, chère Evra. »
La libertaire plisse les yeux, et se complait un instant dans ceux de Aelesia. Puis, elle lâche ces quelques mots, à mi-voix, pour que la seule à l'entendre soit son interlocutrice.
« Je pense que vous allez avoir le don de me surprendre ... »



Give our pieces back to her
Fate will echo between the worlds through the shores of the fallen souls. To this land that I served with pride, visions clear in the fading light. And we walk through the shadows of pain. Come and walk with me...TO THE END! (⚡️) lord of the lost.


Voix de Quellcrist

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Haut-Prêtre et Magister
- Chantrie Impériale -
Messages : 117
Mer 1 Aoû - 20:59




◇ Nous sommes Thédas ◇





Varsus défiait ouvertement les vénatoris : il n’avait pas honte de le faire et ce n’était pas la première fois qu’il les défiait ainsi. Après tout, ils avaient l’audace, surtout cette magistère, de se détourner du Créateur et ça il ne pouvais pas le concevoir.

Quand la magistère prit la parole elle commit son premier échec en indiquant que la chantrie ne possédait pas d’elfe. Quoi ? C’était tout ? Varsus ne prit même pas la peine de répondre à une idiotie pareille. Que ce soit dans le nord ou dans le sud, personne ne possédait autre race que celle de l’homme au sein de la chantrie pour des raisons évidentes de croyances divines.

Vint s’ajouter la question de l’esclavagisme, très connu au-delà des portes de Tevinter. Oui, cela était encore d’actualité, mais les pauvres avaient tout bénéfice de travailler pour un Altus quand leur famille crevait dans les basses-villes. Enfin, là encore n’était pas la question. Le but de cette entrevue était de parler de la magie et d’améliorer la vie commune des mages dans tout Thédas, et la voilà à s’éparpiller sur un sujet qui ne regardait pas réellement l’assemblée.

Il l’écouta néanmoins jusqu’au bout mais il n’en resta pas moins fier de son discours. Cependant le tissu de mensonge que portait la vénatori réussi à appâter quelques uns de ses partisans et cela le fit légèrement grimacer. Bon, il allait s’y prendre autrement.

Ensuite vint une jeune femme qui se présenta être de l’ordre des templiers – ou du moins ce qu’il en restait- elle ne dit rien de réellement spécial, si ce n’est que de démontrer des faits et ses ressentis. La tension baissa rapidement dans la salle à première vue et la templière termina son discours sur des excuses vis-à-vis des mages. Curieuse réaction. Elle semblait être la dernière à passer puisque personne d’autre ne se présenta.  La salle se mit donc à discuter et Cerastis se retourna vers son père.






《 -  Les vénatoris sont de beaux parleurs.. Ils cachent bien leur jeu. 》






《 -  En soit ils ne sont pas tous mauvais. 》

Mais elle… Elle vouait des cultes réellement inquiétants, et au nom de la chantrie il devait instaurer l’ordre. A sa manière bien entendu. Il avait une poignée d’espions avec lui, qui récoltaient des informations quelque part dans la salle. Un homme encapuchonné sorti de la foule et se rendit dans la rangée derrière Varsus, alors qu’il discutait avec son fils. Ce dernier s’adressa à lui en Tévène comme à son habitude.






《 - Votre Excellence. Nous avons été témoins d’événements suspects à l’extérieur. 》






《 -  Explique-toi je te prie ? 》

Varsus ne bougea pas, sa tête appuyée sur ses doigts repliés. Il fronça les sourcils en entendant son alerte.






《 - Des explosions ont eu lieu en ville, nous enquêtons actuellement, mais nous ne connaissons pas assez le lieu pour situer tous les événements. 》






《 -  Des attentats ? 》






《 - Certainement, mais certains habitants crient à la mort aux mages. Monseigneur, je crois qu’il serait préférable de vous retirer immédiatement. 》

Des explosions en ville, des habitants qui accusent la magie : Typique. Si cela semblait dangereux, Varsus était curieux. Et à peine eut-il le temps de réfléchir qu’une horde d’une vingtaine d’hommes armés fit irruption dans la salle. Le silence regagna la salle quand l’elfe appela au calme.  Varsus fit un signe discret pour lui dire de prendre congé et l’espion se mit en mode furtif.

Les informations apportées par son agent semblaient correctes puisque l’un des hommes intervenus amena d’avantages d’informations, d’une part en précisant que les explosions avaient lieu dans le quartier nain de la ville, et que des nains d’Orzammar et Kal-Sharrok semblait s’accuser mutuellement.






《 - Il y a des nains à Kal-Sharrok ? 》






《 -  Je suis aussi étonné par cette information que toi, mon fils. Je pensais qu'il ne s'agissait que de ruines. 》

Pour résumer la petite affaire : Les deux clans de nains s’accusent de vouloir nuire l’autre, et les habitants accusent les mages car il n’y avait pas de preuve que des barils étaient utilisées. Varsus voulait avoir les idées claires. Aussi quand Evra appela les personnes ayant pris la parole de la suivre, Varsus prit un certain temps avant de se lever.






《 -  Attends-moi ici. 》

Il descendit les quelques marches qui le séparaient du palier principal et s’approcha de l’elfe, saluant poliment le reste de l’assemblée qui s’était assemblé d’un hochement de tête. Il attarda un peu trop son regard sur la magistère qui venait de le rejoindre puis la libertaire prit la parole.






《 - De mon point de vue, et au vu de ce que j'ai entendu, on essaie de nous faire porter le chapeau. Pas de traces, donc des mages. L'instigateur est lui-même au courant de notre présence en ville, voir sait où nous nous trouvons en ce moment. 》






《 -  Je dirais même que cela en est certain. Personne n’aurait frappé aujourd’hui autrement. Mais je reste mitigé sur l’implication des mages, dans cette histoire. Le Carta fait de nombreux trafiques en tout genre et les qunaris possèdent des produits explosifs. Je trouve ces accusations quelque peu hâtives. 》

Elle proposa de se séparer en groupes distincts afin d’aller explorer les zones de l’explosion. C’était une idée des plus brillantes mais quelque peu dangereuses. Si c’était une bonne idée, Varsus le désapprouvait grandement, car si des mages se pointaient sur le lieu de l’explosion au même moment, cet homme le saurait. Mais Varsus avait des soupçons vis-à-vis de l’homme qui venait d’entrer. Il semblait particulièrement louche et cela ne quitta pas son esprit immédiatement. Il était facile de faire une explosion à l’aide de gaz et ensuite courir avertir les mages pour les impliquer.

Alors que la libertaire et la templière se mirent à discuter ensemble, Varsus s’avança vers Evra entourée gardes des ombres. Il s’arrangea pour parler suffisamment bas pour rester dans la confidence avec elle uniquement. Après tout elle semblait avoir une certaine autorité ici.






《 - Je puis vous montrer toute ma méfiance vis-à-vis de ces événements, Madame. Aussi j’ai la ferme impression que l’on nous demande d’agir pour nous impliquer dans cette histoire et nous accuser par la suite.  Aussi je suis fortement étonné de n’avoir senti aucune secousse. 》

Oh il ne faisait clairement pas confiance à ce Soldat, dont il avait oublié le nom. Il pensait qu’il était impliqué dans quelque chose. Il se recula alors, pour pouvoir laisser au nain le choix d’écouter ses paroles désormais.






《 - Si nous nous rendons à l’extérieur, il va falloir se montrer prudent, les docks sont probablement surveillés. 》

Il releva son attention sur le nain désormais, car si cela concernait son peuple, il souhaitait pouvoir mettre des chances de son côté.






《 - J’ai des contacts à l’extérieur, mais en tant que Tévintide je pense que discuter avec les nains d’Orzammar serait une bonne idée pour ma part. Nous avons des relations cordiales depuis des temps anciens peut-être que cela sera utile. Aussi, j’aimerais inspecter les lieux afin de voir si le Carta ou les Qunaris ne sont pas affilié à ce tragique événement. J’ai des pistes à suivre pour permettre d’innocenter les mages. 》

C’est là que le garde lui serait utile.






《 - Peut-être que vous aussi avez des contacts, Nous pourrions aller tous les deux enquêter sur cette affaire. Qu’en dites-vous ? 》

#544968

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Templière
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 158
Ven 3 Aoû - 23:23
Nouvelle mission.

Plus simple, cette fois-ci. Identifier la cause d'une perturbation probablement magique, ainsi que son responsable. Il ne manquait plus qu'un membre de l'Ordre pour l'émettre, et Rita se serait crue de nouveau au cercle.
Sûrement aurait-ce sonné moins alarmant si la mission avait été donnée dans ce contexte, mais en l'état, bien que cela soit plus simple qu'infiltrer une assemblée de mages incognito - mission à laquelle elle avait échouée avec panache - cela n'en était pas moins dangereux.
Après un signe de tête à Hobb et un hochement d'épaules en réponse à son interrogation silencieuse vis-à-vis de son alibi, les deux alliés de l'Ordre étaient au rapport.
Les autres têtes fortes du groupe avaient déjà commencé à émettre des suggestions et des théories. Tous étaient d'accord pour se séparer en deux groupes afin de ne pas trop attirer l'attention et pouvoir investiguer les deux lieux d'explosions simultanément - jusqu'à ce que Varsus suggère et décide d'emprunter une toute autre piste.

Et puis Quellcrist commença à approcher Rita. Son attitude envers la Templière était en phase avec les notes mentales qu'elle avait pu prendre : inébranlable et étincelante. Un peu plus étincelante qu'avant, même. Assez pour que Rita se demande si la mage indépendantiste avait une flamme à allumer, quelque part... Ou en quelqu'un. Lorsqu'elle posa vraiment son regard sur Rita, tout doute subsistant s'évapora.
Ça faisait trop longtemps. Depuis qu'elle avait entamé sa fuite d'Ostwick, un bloc de marbre s'était accroché à elle, et il n'avait cessé de grossir et de l'alourdir avec chaque évènement qui avait suivi. Figée dans son instinct de survie et sa détermination à protéger ses camarades, elle n'avait pas passé un moment à se regarder, à comprendre où elle en était.
Une prise de conscience qu'elle venait de faire. Et comme si le créateur la félicitait d'avoir enfin pris le temps de lâcher du lest, devant elle se trouvait une mage dégoulinante de charme avec des intentions clairement avenantes. Du moins en apparence. Mais si c'était un piège, tant pis. Il était temps de vivre à nouveau.
Rita laissa le regard de Quellcrist rejoindre le sien, s'y prélasser, tranquillement, jouer un petit peu. Cette dernière enchaîna avec de jolis mots :
« J'ai l'impression que vous allez avoir le don de me surprendre... » Lentement, la Templière lui offrit son plus beau sourire en coin.



Une fois ce moment bien établi, Rita s'en détacha brusquement et totalement pour s'adresser au reste des personnes au rapport. Rapidement mais sans hâte, elle fit une synthèse de ce qui s'était dit dans le but d'évacuer les groupes les plus vite possible - Loin des 200 potentiels suspects.
« Partons là-dessus. Un groupe mené par Messère Smarath ira donc suivre la piste du du carta et des Qunaris, et l'autre dont Quellcrist et moi-même feront partie ira enquêter sur les lieux des explosions. J'encourage cinq d'entre vous à nous rejoindre, pour avoir deux groupes équilibrés. Nous pourrons partager nos théories en chemin, ne perdons pas de temps. » Elle se débarrassa de son baton pour emprunter l'épée et le bouclier d'un des gardes, sur la permission de Lyram, et commença à se diriger vers la sortie avec Quellcrist. Deux gardes leur emboîtèrent le pas, et Ceratis, les deux gardes des ombres sous l'ordre de Karlan, ainsi que deux Venatori, se joignirent à eux, laissant dans le deuxième groupe Varsus, Karlan, Eddon, Dexistus, ainsi que deux Venatori.
Il restait encore beaucoup de questions sans réponses. Qui pouvait en vouloir aux nains ? S'ils n'en voulaient pas aux nains, pour quelles raisons avaient-ils besoin de créer ces explosions ? En voulaient-ils aux mages ? Ou bien était-ce une diversion pour une toute autre chose ?
À ce stade, impossible de faire autre chose qu'espérer que leurs enquêtes portent leurs fruits. Sortis du réseau souterrain, le premier groupe se dirigeait vers la zone d'explosion la plus proche.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Lun 6 Aoû - 16:48

Nous sommes Thédas
Des personnes qui se dirigèrent au devant du groupe pour préparer l'enquête, le Magister Tevintide, Varsus Smarath, se montra le plus méfiant. Sa réticence exprimée, il se proposa d'aller rencontrer les nains d'Orzammar, et proposa au Commandeur-Garde, nain lui aussi, de l'accompagner. Ce dernier hocha la tête gravement. « Je ne suis plus celui que j'étais au sein de mon peuple, cette personne est morte le jour où j'ai intégré la Garde. Mais si vous pensez que ma présence puisse être utile, alors soit, je viens avec vous. » Rapidement, deux groupes se formèrent, prêts à faire face à la menace. Lyram regarda les deux groupes en silence, et acquiesça. « Bien, je vais dépêcher deux hommes pour vous accompagner. Ils me permettront d'avoir un rapport précis de la situation. » Ses yeux se posèrent sur Varsus. « Vous êtes libre de chercher de quoi étayer vos soupçons bien entendu, et deux hommes ne constituent pas une menace pour un mage. Mais j'espère bien les revoir en vie. » Il donna brièvement quelques consignes aux quatre élus, et fit signe au reste des gardes de libérer la voie pour laisser partir les enquêteurs. Les deux groupes s’engouffrèrent dans les souterrains, en quête de réponses salvatrices.

Quellcrist et Rita


Vous vous dirigez vers la zone portuaire, dans le quartier des nains plus précisément. Les surfaciens sont assez présents en Combrelande, et leur commerce florissant. Le quartier cependant, semble très agité, et la mine des passants que vous croisez en dit long sur la nature de ce qu'il vient de se passer. Vous arrivez enfin devant le « Cochard Pourpre ». Le bâtiment est très grand, il doit s'agir d'une des plus grandes tavernes du quartier, animé, vous le comprenez vite, par la présence de plusieurs bordels adjacents. Le dernier étage cependant, probablement les chambres, est noirci et semble être parti en cendres. Un groupe de nains à la peau blanche parle avec animation avec un couple de nains, qui semblent être les patrons de la taverne. La plupart sont équipés pour le combat, en armes et armures. La conversation s'arrête brutalement quand une naine de Kal-Sharrok vous désigne de la main, et tous les regards se tournent vers vous. La naine, visiblement hors d'elle, s'avance de quelques pas pour vous toiser. « Qui êtes vous ? On n'attend pas de visiteurs. Des intermédiaires d'Orzammar, hein ?! Dégagez avant qu'on vous troue la panse. » Un des tenanciers se racle la gorge. « Sauf votre respect, Dame Karra, mais... plusieurs d'entre eux ont l'air d'être des mages. » Le visage de la naine se décompose. Ses lèvres tremblent tandis qu'elle prend la parole, larmoyante. « Des mages ? Vous... venez nous narguer ? Je vous jure que si vous ne... » Une voix la coupe, plus forte, plus ferme, derrière vous. « Déclinez votre identité. Posez vos armes. Et expliquez nous. Je vous laisse trente secondes avant que vos têtes ne commencent à tomber. » Un regard bref dans votre dos vous fait comprendre qu'une dizaine de nains, armés eux aussi, est derrière vous. Les autres sortent leurs armes, alertes. Vous êtes encerclés.

Varsus


Tu te diriges avec ton groupe vers la place de la seconde explosion, guidé par les deux gardes de la ville. La Magister Venatori te toise avec un air narquois, mais n'engage pas la conversation. Karlan, quant à lui, est muré dans un silence accablé. La place n'est pas difficile à trouver en soi, protégée par plusieurs gardes. Ces derniers, en voyant ton groupe, vous laissent passer sans encombre. En montant les escaliers, vous découvrez la scène macabre. Quatre corps sont au sol, probablement soufflés par une explosion, leur visage brûlé et quasi-méconnaissable. Au sol, sur les dalles blanches, de grandes marques noires s'étendent autour d'une zone plus claire, teintée de sang séché. Une partie de la fontaine, en pierre blanche elle aussi, a volé en éclat. Seuls quelques nains sont présents sur place, visiblement pour enquêter eux aussi. Leur visage est fermé et tendu, à l'instar de celui de Karlan. Ils toisent ton groupe en silence. « Vous êtes de Tevinter. Et... des Venatoris probablement ? Vous profitez du spectacle ? Ça vous enchante de voir nos meneurs tués par l'un des vôtres ? Je vous jure que dès qu'on aura fait parler ces chiens de Kal-Sharrok, on viendra vous chercher à votre tour. Quelles que soient vos raisons, on ne s'en prend pas à nous sans représailles. »

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Mission - Nous sommes Thédas - Rita, Varsus, Quellcrist
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» Et nous sommes 500 !!!!
» [Blog] Nous sommes à nouveau joignables
» Le Nabz Coussin/doudou pour les grands enfants...
» Nous sommes tous des célébrités
» Problèmes de serveurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Combrelande-
Sauter vers: