en haut du forum
en bas du forum



Mission - Nous sommes Thédas - Rita, Varsus, Quellcrist

Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Anonymous
Invité
Invité
Sam 18 Aoû - 16:08
Mages aux mille visages


Depuis leur inspection à l'auberge, mille questions fusent dans la tête de la mage. Pourquoi si peu de poudre. Pourquoi en vouloir aux nains d'Orzammar et aux nains de Kal Sharrok. Durant tout le chemin pour rejoindre le reste du groupe, ou tout du moins la majeure partie, Quellcrist ne cesse de se rappeler chaque élément. Peu de poudre, un registre contenant sans doute des noms. Mais à quoi cela servait-il de repartir si ... oh qu'importe. Il le fallait pour recouper les informations et sans doute confirmer l'hypothèse, plus que probable, qu'un surfacien artificier était dans le coup. Ils sont rares, la rareté a aussi le don d'être mise en valeur, par l'intéressé ou ceux qui tente d'acheter ses services. Marchant au devant sans vraiment s'en rendre compte, la jeune femme ralentit le pas et jette un oeil vers ses compagnons, afin de vérifier à quel point elle les a distancés. Par mégarde, ses yeux rencontrent un instant ceux de Rita, rivés sur elle pour mieux se départir. Quoi de plus normal, lorsque l'objet de votre intérêt jette un regard dans votre direction que de répondre par un léger rictus et un regard appuyé de quelques secondes, avant de regarder à nouveau l'horizon de Combrelande se dressant face à vous.

L'arrivée sur le lieu de rendez-vous laisse un moment Quellcrist sur la réserve. Il s'agit de la marque, laissée par les explosifs. La même que celle dans l'auberge. Immédiatement, elle tend le cou et se marche vers Karlan.
« Je dois ajouter quelque chose, si vous le permettez. Est-ce que l'explosion, ou du moins les marques laissées étaient aussi circulaires ? »
Elle se redresse, tournant les talons et croisant ses bras, dans un signe à la fois d'agacement, mais aussi de réflexion intense, la tendant légèrement.
« Si c'est le cas, les marques d'explosion sont similaires à l'auberge. Tu peux me corriger si Eddon, mais ... je me rappelle lors de ma formation que les artificiers ont souvent une spécialité. Un peu comme les sorts. Cela expliquerait les similitudes, mais aussi la rapidité d'exécution, en deux points différents et relativement éloignés. »
Ses sourcils froncent fortement. L'absence de la Magister a le don de lui rappeler à quel point les tévintides sont agaçants et souvent aptes à se montrer conciliants avec ceux qui ne sont pas comme eux. Mais peut-elle en dire autant de ce Varsus et de son fils.
« Hobb. Faites attention. Je sais que l'on peut me croire bien trop méfiante voir paranoïaque, mais l'attitude de la Magister Dexitus ne m'enchante guère.  Restez sur vos gardes, si elle se trouve sur votre chemin. Ailis, Keira, je vous remercie de nous avoir aidé à l'auberge. Beaucoup de certitudes ont été découvertes grâce à vous. Et je serai ravie de refaire équipe avec vous, au besoin. Ceratis. J'espère que vous saurez briller si jamais le besoin s'en fait sentir. »
Serrant la main de Hobb, Ceratis, comme des deux gardes des ombres, Quellcrist se dirige ensuite vers les venatoris, le menton haut.
« J'espère que vous saurez vous montrer aussi coopératifs et brillants avec ce nouveau groupe. Cependant posez-vous des questions. Est-ce que votre loyauté, aussi louable soit-elle, se tourne vers les bonnes personnes. »
La mesure de ses paroles n'a d'égal que son respect, montré face à deux personnes appartenant pourtant à l'ennemi. Car elle s'incline, et se montre parfaitement courtoise. Bien qu'ils soient alliés à de potentiels fanatiques, ces mages doivent avoir un peu de bon sens. Un peu, pour peu qu'ils se décident à le mettre plus en évidence que des égos ou des illuminations décadentes et tue son prochain.

Eddon et Quell se regardent un moment, se mettant d'accord de manière silencieuse pour suivre la templière, ainsi que Varsus et Karlan. La piste du surfacien ou même du Carta inflitré parmis ces trente nains pour nettoyer les preuves lui semblait de plus en plus évidente. De même dans l'auberge. Donc plusieurs nains. Elle serre entre ses doigts la besace contenant le peu de poudre noire et sablonneuse qu'ils ont pu récupérer. Qui par les démons avait pu se monter la tête avec une idée pareille. Le profit ? L'idée de voir deux peuples nains se déchirer jusqu'à ce que mort s'en suive ? Puis, vient le moment où Rita semble presser un peu plus le pas, et sa démarche se faire plus ... à même de ressembler à la marche d'un soldat frappant la terre, vers le champ de bataille. Lâchant donc Eddon un moment pour se mettre aux côtés de la belle enfermée dans son armure de foi et de justice, Quellcrist lâche d'une voix modulée ces quelques paroles, teintées d'humour et de caresse.
« Devons-nous encore accélérer la marche Rita ? Je sais que nous sommes en pleine mission et que les templiers ont la réputation de rester du début à la fin sérieux, mais votre visage me semble soudainement plus radieux, enflammé. À l'image de votre marche, d'ailleurs. Évitez de trop alimenter cette flamme. Pour peu qu'il y ait encore de cette poudre, cela risquerait d'exploser avant même que nous n'atteignons l'auberge. »
Sur ces mots, Quell ralentit le pas avant que la templière n'ait le temps de rétorquer, pour s'occuper maintenant des alentours et vérifier une éventuelle présence hostile, mais aussi vers Varsus. Pour s'enquérir de l'absence de la Magister.
« Je ne suis que très peu étonnée de voir la Magister faire cavalier seul. Mais qu'avez-vous dit ou fait pour qu'elle nous fausse compagnie. Laissez-moi deviner. Elle vous a demandé de lui donner une place dans votre entourage ?  »
À croire que ces tévintides ressemblent pour beaucoup aux nobles d'Orlaïs. Toujours à chercher un trône sur lequel s'installer et à la hauteur de leurs chevilles enflées.


Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 611
Dim 4 Nov - 8:18
Nous sommes Thédas

Partie 1: Varsus

Dexistus ne se formalise pas de l'hostilité et des suspicions de Varsus et continue ce qu'elle a commencé. Rapidement son regard calculateur parcourt les environs à la recherche de réponses et ne trouvant pas tout à fait ce qu'elle espère auprès des nains, elle descend la rue vers les docks ouest et se soustrait aux regards curieux, apparemment bien décidée à ne pas se laisser ralentir dans ses recherches. Pendant plusieurs minutes les autres membres de l'équipe d'enquête inspectent les accès adjacents avec application, sans pour autant trouver quoi que ce soit de concluant sur les corps ou les environs des attentats.
Quellcrist et Rita repartent vers l'auberge, les laissant seuls face au manque d'indices. C'est Karlan qui finit par s'impatienter le premier face à ce tournage en rond et se redresse finalement le regard pensif, consultant le Tévintide quand à la marche à suivre. Il aurait préféré mener l'enquête par lui-même plutôt que s'en remettre à un tiers, seulement ce n'est pas ce qui a été convenu avec Evra,... en plus de la tournure des événements qui devient trop politiquement glissante à son goût. Baissant d'un ton il prend son interlocuteur en aparté de sorte à ne pas être entendu des autres.

« Quoi qu'il y ait pu y avoir comme preuves matérielles ou traces compromettantes, des dispositions ont été prises pour qu'il n'en reste rien. Ce n'est pas une coïncidence. Il y a forcément une ou plusieurs taupes, et qui que ça puisse être, nous sommes peut-être encore observés. » Fronçant des sourcils ce dernier tient entre ses mains un éclat de la fontaine, ne comportant hélas aucun résidu suspect. Relevant le nez vers le nordique, il murmure sous cape, ouvertement sceptique. « Nous ne devrions pas la laisser toute seule, ça me dit rien qui vaille. »

Le garde ouvre la bouche pour continuer à exposer sa méfiance, mais malheureusement il n'a guère l'occasion de donner voix à tout ce qui lui passe par la tête. C'est le cri rauque d'un nain à l'encombrant embonpoint qui les coupe dans leur conversation, surgissant depuis les escaliers menant à la grande place, à bout de souffle.

« Par ici, vite ! Mes hommes ont entendu un grand bruit deux rues plus loin ! J'crois qu'c'est une autre explosion ! »

« Elle est partie y'a une dizaine de minutes à peine, vous croyez que... ? »

N'osant conclure la direction de ses pensées de peur d'en faire une réalité, Karlan se tut. Quelle serait la pire possibilité : perdre un temps précieux en suivant une mauvaise piste, ou risquer de laisser une potentielle coupable en liberté ?


***

Partie 2 : Quellcrist & Rita

« Avant d'intégrer la garde je vivais à Combrelande aussi je connais bien la ville, et en particulier le quartier nain où nous nous trouvons... C'est pour cette raison qu'ai été choisie pour accompagner le commandeur. Aussi j'aimerais venir, si vous n'y voyez pas d'inconvénient. Quelque chose continue de me chagriner avec le registre que l'on vous a donné et je n'arrive toujours pas à mettre le doigt dessus. Vous l'avez encore sur vous ? J'aimerais revérifier les noms et interroger l'aubergiste sur l'apparence des clients. Peut-être que quelque chose me reviendra. » Éclara Keira tout en suivant la cadence martiale de Rita, dont elle avait inconsciemment copié la démarche volontaire.

La petite blonde s'était avancée pour les suivre dans leur enquête après avoir reçu le feu vert de Karlan. Cela dit Ailis en fit naturellement de même, probablement pour garder un œil protecteur sur la jeune recrue et ne pas la laisser seule. Cela dit cette dernière ne fit pas obstacle à la proposition de sa benjamine et les suivit sans broncher, la mine assez soucieuse pour ne pas prêter attention au curieux échange entre les deux civiles. Eddon les suivit également sans trop savoir que faire, peu inspiré par la présence autoritaire de Varsus.

Le chemin ne fut pas bien long et de nouveau le petit groupe se trouva devant la carcasse éventrée du Cochard Pourpre, dont la grinçante enseigne métallique avait survécu par miracle. Néanmoins dans les environs il ne restait plus que quelques représentants nains toujours aussi à cran, et les inconsolables propriétaires qui continuaient de sillonner les débris à la recherche de biens à sauver. Keira se pencha par dessus le comptoir sur le registre en compagnie de Quellcrist, parcourant méthodiquement les noms de l'index. Finalement en descendant presque jusqu'au bout de la liste de noms griffonnés d'une écriture étonnamment soignée elle s'arrêta brusquement. Ses yeux bleus semblaient briller plus fort, à la fois d'excitation et d'appréhension.

« Aubergiste ! » L'interpella-t-elle sans chichis, pressée par un sens de l'urgence. Heureusement son interlocuteur ne sembla pas s'offusquer et s'approcha, sans doute encore animé de l'espoir de voir les coupables payer pour ce qu'ils avaient fait. « Ce nom, juste ici... Skorbud. Imga Skorbud. Je sais que le prénom est féminin, mais êtes vous sûr que c'était bien une femme ? »

« Ah pour ça, j'en suis sûr ! Une jeune pleine d'énergie, tant et si bien qu'elle avait du mal à tenir en place. Elle m'a rendu jaloux de sa jeunesse, moi qui traîne mes vieux os depuis si longtemps. »

« Vous vous souvenez d'elle, vous pourriez la décrire ? Son apparence, quel genre d'armes elle portait, la teinte de sa peau ? C'est important. » Le pressant du regard, elle retenait visiblement sa respiration, attendant un retour du vieil homme qui devait se courber sur le vieux carnet pour compenser sa vue déclinante.

« Elle n'avait pas la peau pâle des gens de Kal Sharok, si c'est ce que vous essayez de savoir. Je me souviens de son nom parce qu'il est relativement peu courant dans le coin... mais elle est surfacienne, à n'en pas douter. Je fais ce métier depuis trop longtemps pour oublier un visage. » Il sourit avec sagacité, démontrant que sous le choc et le chagrin vivait encore un homme loin d'être idiot.

« Si ma mémoire est bonne elle portait des dagues et une belle armure en cuir de cochard, ce que j'ai trouvé de bien mauvais goût étant donné le nom de ma maison... ou ce qu'il en reste. C'est d'ailleurs pour ça que je l'ai remarquée. »

« Ses cheveux, de quelle couleur étaient ses cheveux ? » Le pressa Keira, qui s'était soudainement redressée comme montée sur un ressort.

« Oh euh... » Le vieil homme se frotte le menton, comme pour compresser ses souvenirs comme un citron. « Noirs comme la nuit, avec une unique mèche blanche sur le front. Une marque de famille, l'ai-je entendue expliquer à un autre client. »

« Par les couilles de tous les Hauts... » La jeune garde devint pâle comme une fantôme à la soudaine réalisation, puis se couvrit la bouche en réalisant son indélicatesse. « Pardon. »

Son excuse à peine balbutiée elle fit un large signe de la main afin que Rita et Quellcrist se rapprochent pour écouter son explication. Tirant une chaise encore intacte elle y posa un genou pour furieusement pointer de l'index sur le papier, comme si là se trouvait la réponse à toutes leurs questions.

« Vous n'allez pas aimer ce que j'ai à vous dire... Je connais ce nom ! La première fois je ne me suis pas posée de questions parce que j'ai parcouru trop rapidement, et parce que le prénom est différent. Skorbud est un nom tristement connu dans certaines... sphères au Névarra. » Elle déglutit comme si elle ne tenait pas à entrer dans les circonstances qui l'avaient mêlée à ce genre de milieux, une vie qu'elle pensait enterrée avec son engagement dans la Garde. « Mais si vous demandez dans les quartiers pauvres autour des docks, tout le monde connaît Dasmo Skorbud, dit Dasmo 'le Fou'. C'est un pyromane connu pour ses méthodes artisanales innovatrices, un artificier vétéran qui gâche son génie en vendant ses services au plus offrant, et qui fait cramer tout et n'importe quoi par simple plaisir. On dit qu'il a fait brûler un galion marchand Rivaini il y a trois semaines, simplement pour tester ses nouveaux jouets. Je pensais que ce n'étaient encore que des rumeurs sans fondement, mais maintenant je n'en suis plus si sûre... »

Pendant qu'ils discutaient, un chœur de barytons dissonants se faisait entendre depuis l'extérieur, où un groupe d'une dizaine de nains semblait pris dans un débat houleux. Le ton qui n'avait été que celui de la conversation cordiale à leur arrivée prenait de plus en plus d'ampleur, à tel point qu'il devenait de plus en plus difficile de s'entendre avec leur vacarme. La délégation de Kal Sharok en avait visiblement marre d'attendre, et les plus impatients étaient prêts à en découdre. Des bribes indignées leur parvinrent depuis l'extérieur, n'augurant rien de bon.

« Mais père, c'est de la folie ! Nous devons pleurer nos morts et leur offrir une cérémonie décente, aider les aubergistes,... Rencontrer les gens d'Orzammar alors que nous sommes encore fous de chagrin c'est courir au bain de sang ! »

« Je ne les laisserai pas se rire de nous et agir comme si de rien n'était. Si je les vois festoyer et rire au Tournoi, je perdrai la raison ! »

« S'il vous plaît attendez, c'est sûrement un piège... »

« Non, puisque je vous dis que j'en ai assez de rester ici les bras croisés ! Lâche-moi, Karra. Ça suffit ! »

« Je vous en supplie, père. N'y allez pas ! »

« Ils ont fait venir un messager pour me convier, alors je suis sûr que d'une façon ou d'une autre... de gré ou de force, je vais tirer le fin mot de cette histoire. »



La mission reprend désormais, avec le même ordre de post. Pour plus de liberté les deux groupes sont séparés, mais peuvent se retrouver par la suite si vous le souhaitez. Pour toute question veuillez MP Siha. Bon jeu !

Rappel des groupes :
- Varsus, Karlan, Hobb, un garde de Combrelande, un nain
- Quellcrist, Rita, Keira, Ailis, Eddon
- Dexistus, deux venatoris, un garde de Combrelande


Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Mar 6 Nov - 15:58




◇ Nous sommes Thédas ◇





L’affrontement entre les magisters se montrait sec, mais Varsus ne doutait en aucun cas de la culpabilité de cette dernière. Avec tous les soucis qu’elle porte jusqu’à la couronne de Tevinter, il avait de fortes raisons de protéger les personnes qui en étaient à la tête. Le moindre faux pas, la moindre chute, pouvait s’avérer fatale pour le pays tout entier. Et malheureusement pas tous avaient cette vision de la chose.

Dexistus le regarda, avec une mine faussement désolée et ne tarda pas à s’en retourner sur ses talons et prendre la liberté de quitter les lieux. Le Haut la regarda simplement se détourner de lui analysant le moindre de ses gestes avant de placer son attention sur les nains qui se trouvaient non loin de lui.

Le plan était parfaitement interprété, d’une part car Varsus pouvait déstabiliser le magister, d’une part en parlant d’honneur, d’autre part en lui retirant les partisans qu’elle avait réussi à amener à elle. La suite s’annonçait satisfaisant, d’autant plus qu’il ne restait qu’à valider les soupçons qu’il avait envers elle. Si elle se montrerait trop dangereuse, il se ferait une joie de l’éliminer de ses propres mains.





《 - Magister, nous venons d'être interrogés par une femme qui était avec vous. On a pas trop compris où elle voulait en venir, d'ailleurs. 》





《 - Peu importe,  cela ne répond en rien à ma question. 》





《 -  Il y avait du monde sur la place quand l'explosion a eue lieu. Ils ont été évacués par la garde, naturellement, mais on a pu en interroger certains. Visiblement, l'explosion est arrivée soudainement, et les a frappé là où l'on voit la marque au sol. Ça a explosé au sol. Juste après, des bouts de la fontaine ont volé en éclats. Ça a été la panique juste après, et nous sommes arrivés très vite derrière, avec une bonne partie de notre délégation. On est les derniers à être encore sur place pour trouver toute information qui pourrait être utile. Les nôtres ont déplacé les corps pour les mettre à l'écart, et on va venir les chercher sous peu. Une véritable tragédie... 》

Les yeux du Magister s’écarquillèrent quelques instants : Ils avaient clairement déplacés les corps. A ces mots, il se tourna à nouveau vers la fontaine et constata que non seulement l’emplacement des corps étaient plus au bon endroit, mais il était plus difficile de déterminer ce qui avait réellement porté atteinte à ces nains.





《 - Ouais, Kal-Sharrok va payer pour cet affront ! 》

Non seulement ils ont détérioré la scène afin d’être analysé correctement, mais il était désormais impossible de leur retirer de l’esprit qu’il s’agissait des nains de Kal-Sharrok les coupables. Varsus regarda sans peine le garde des ombres quelques instants, comme si leurs esprits furent subitement connectés.





《 - Donc, la place a été inspectée par... une trentaine de nains d'Orzammar ? 》





《 - Oui, c'est bien ça, et on a pas trouvé grand chose. Aucune trace, comme si c'était de la magie. 》





《 - Créateur, nous voilà dans de beaux draps… 》





《 - Je pense que je sais où Dexistus voulait en venir. 》

Bien, Dexistus avait déserté la place car elle savait qu’il était inutile de retrouver quelque chose dans cette scène… La fourbe avait prit une seconde d’avance et maintenant il était difficile de déterminer par où elle était partie avec le soldat. Rapidement, Cerastis se détacha du groupe qui décida de repartir vers l’auberge et rejoint son père et les nains qui gentiment se remirent en question sur le reste de la mission.





《 -  Et donc… ? Vous la laissez filer ? 》





《 - A trop vouloir s’acharner, cela va contrecarrer les plans qu’elle a réellement en tête. Je préfère lui faire croire qu’elle peut encore voler de ses propres ailes. Mais là n’est pas réellement la question que nous devons nous poser. 》

En s’éloignant de son fils, Smarath aperçu Karlan lui faire signe et décida de prendre directement congé. En se rendant auprès du nain, il se retourna vers lui et lui dit en finalité.





《 - Retourne à l’auberge et redis-moi si quelque chose s’y passe d’ici là. Peut-être qu’elle s’y est rendu, je préfère en être certain. 》

Il fit un hochement de tête et s’en retourna sur ses talons, donnant un coup dans sa cape pour s’ouvrir un chemin. Une fois qu’il eut passé les escaliers qui descendaient sur la première place, Varsus détourna son regard vers le garde qui semblait avoir quelque chose à lui dire.





《 - Quoi qu'il y ait pu y avoir comme preuves matérielles ou traces compromettantes, des dispositions ont été prises pour qu'il n'en reste rien. Ce n'est pas une coïncidence. Il y a forcément une ou plusieurs taupes, et qui que ça puisse être, nous sommes peut-être encore observés. 》





《 - Hmm ~ J’aime cette idée. 》

Pour la première fois, il esquissa un sourire sur son visage en regardant les alentours et revint en direction du nain. Si des taupes se trouvaient parmi les nains d’Orzammar, cela allait de soit qu’ils allaient devoir jouer la carte de la discrétion.





《 - Mais selon mon expérience avec les nains, cela me semblait particulièrement étrange qu’ils jouent la carte de l’idiotie. Mais le comportement de Dexistus m’a parut plus que suspect, comme si… elle était au courant de quelque chose.  》





《 - Nous ne devrions pas la laisser toute seule, ça me dit rien qui vaille… 》

Ils allaient les deux prendre la parole, pour exprimer des pensées qui se rejoignaient petit à petit. Mais l’interruption et les cris d’un nouveau nain attirèrent leur attention quasi immédiatement.





《 - Par ici, vite ! Mes hommes ont entendu un grand bruit deux rues plus loin ! J'crois qu'c'est une autre explosion ! 》

Inepties… Une explosion.. ? Varsus resta méfiant, car il n’avait absolument rien entendu. Il poignarda le nain du regard avant de se retourner vers Karlan.





《 - Elle est partie y'a une dizaine de minutes à peine, vous croyez que... ? 》





《 - Ce serait agir comme une idiote… De sa part, à mon humble avis il s’agit d’un piège… De l'autre, ce nain n'a pas l'air d'avoir la tête sur les épaules.》

Aucun bruit d’explosion, la magistère qui s’est sauvée… si la situation était encore fraiche et sans aucune autre piste, il fallait la suivre. Mais ils devaient se préparer à devoir se défendre, car personne ne savait à quoi s’attendre. Varsus attrapa son bâton d’un geste souple et habile et fit signe à Karlan afin d’y aller. Le haut du bâton crépitait d’une flamme pure et qui n’attendait que de brûler la chaire de cette maléficienne.





《 - Je propose de prendre les armes et de nous y rendre. S’il s’agit de son fait, nous devons en être certains… Et si la piste est fraîche, il se peut que les indices ne soient pas encore déplacés. Allons-y. 》

#544968

Rita Aelesia
Templière
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 299
Dim 11 Nov - 19:46
Rita eu à peine le temps de tourner la tête pour jeter un regard interrogateur à Quellcrist qu'elle avait déjà ralenti la marche pour se retirer de son champ de vision, laissant la templière se demander à quoi jouait la mage. Prenait-elle la mission avec autant de désinvolture qu'elle pouvait rire de l'explosion qui avait eu lieu sans broncher, ou bien était-ce sa manière de tenter de désamorcer l'ambiance tendue du groupe ? Elle prit note du flirt pour plus tard, sans ralentir sa marche.

[…]

Le regard dans le vide, un main sur son pommeau, l'autre en train de faire des tournicotis d'index dans ses cheveux, Rita réfléchissait à voix haute. « Notre poseuse de bombes serait donc un agent payé pour semer la pagaille ? Au moins, c'est un nom. Et si on arrive à convaincre les partis blessés que c'est elle notre coupable, on dédouane nos mages. »
Keira avait visiblement l'air d'en savoir beaucoup plus qu'elle-même n'en avait réellement envie. C'était cependant la seule piste décente que le groupe avait depuis le début de cette folle opération, et il allait falloir la creuser, n'en déplaise à la naine. Rita s'approcha un peu plus d'elle et posa une main sur son épaule.
« Ça va aller ? Est-ce qu'il te reste des contacts qui pourraient nous mener à cette Imga Skorbud ? »
Puis, se fit entendre dehors : « Ils ont fait venir un messager pour me convier, alors je suis sûr que d'une façon ou d'une autre... de gré ou de force, je vais tirer le fin mot de cette histoire. »
Rita s'en remit au groupe. « Et si quelqu'un a une idée pour empêcher les gens dehors d'aller s'entretuer… »


Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Sam 17 Nov - 10:24
Mages aux mille visages


Après une nouvelle coupure du groupe et la confirmation que certains n'étaient définitivement pas enclins à rester calmes, un peu amenés à l'humour et raisonnés, Quellcrist a donc suivi son groupe jusqu'à l'auberge, étant sûre que celui-ci se trouvait sur une vraie piste. Preuve en fut les conclusions de Keira après que celle-ci se soit emparée du registre des mains de la mage. Ils ont à présent un nom. Skorbud. Des informations sur son faciès, mais en plus, sur les méthodes qu'ont cette triste famille pour arriver à leurs fins pécuniaires. Quellcrist fronce les sourcils, ne pouvant s'empêcher de se masser un peu l'arrête du nez tant ses réflexions commençaient à prendre forme.
« Hm. Et il y a fort à parier que les victimes ont dû voir simplement une fumée bleue avant que toute preuve disparaisse. »
Eddon reste silencieux, semblant plus irrité par quelque chose qui ... se révèle être une nouvelle explosion. Le vieux chevalier enchanteur avait en effet entendu les soubresauts avant que n'éclate entièrement le bruit. Chose qui n'a pu guère atteindre sa cadette, étant donné qu'elle portait son attentions sur d'autres aspects d'une histoire on ne peut plus stressante et grouillant de bien trop de protagonistes. Quellcrist part un moment vers Rita, pour lui faire face et la regarder d'un air à la fois sérieux mais aussi empreint d'une certaine légèreté.
« Puisque c'est si gentiment demandé, je me porte volontaire. Eddon ? »
Le chevalier enchanteur hoche la tête et suit sa cadette, non sans lisser sa petite barbe. Décidément, ces démens avaient envie de semer une pagaille complète à Combrelande. Et ce, en divisant toutes les parties pouvant s'unir contre eux.

« Excusez-moi de vous déranger dans ce qui semble être une urgence majeure, mais je suis de l'avis de votre fille. »
Eddon écarquille les yeux, toujours aussi sidéré par la prise de position de Quellcrist, mais aussi un peu désabusé, car elle met légèrement les pieds dans le plat. Il prend la parole à sa suite pour expliquer la situation que, ces deux chevaliers enchanteurs ou aspirants ont pu brosser à l'aide des divers éléments récoltés.
« Voyez-vous, nous venons d'apprendre qu'une surfacienne alliée à son père tente par tous les moyens de faire sauter chaque faction présente à Combrelande. Et ce, autant dans le but d'en éliminer certaines personnalités, mais aussi de diviser celles-ci, à l'aide de méfiance et de haine à l'égard des mages, des nains d'Orzammar, de Kal Sharrok, et des qunaris.
- Nous avons deux noms. Imga et Dasmo Skorbud. Il est important que vous sachiez ce sur quoi vous risquez de marcher, en sachant qu'on vous a envoyé une missive, sans doute écrite à l'arrachée et en rien officielle. Orzammar ayant elle aussi les mêmes problèmes que vous, ils ont dû eux aussi recevoir une missive, mais venant de votre part. »
- Si vous connaissez ce nom et hésitez face à nos preuves, je vous invite à lire le registre de l'auberge. Parole de chevalier enchanteur. Mais une question reste en suspend. Dans quel genre de lieu devez-vous rencontrer vos supposés adversaires. »
Les yeux de la mage brillent alors quand son aîné pose cette question. Oui, si jamais les nains arrivaient après eux, ils pourraient certainement attraper un deux suspects. D'autant plus en ratissant les lieux, cachés sous leur cape de l'immatériel.


Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 611
Mer 28 Nov - 11:41
Nous sommes Thédas

Partie 1: Varsus

Karlan se contenta d'acquiescer sans mot dire, prêt à suivre le magister autant par besoin d'action que de crainte de le voir régler ses comptes avec Dexistus à la moindre occasion. Après tout nul besoin d'être versé dans les subtilités de la politique tévintide pour reconnaître des échanges de regards meurtriers. Qu'ils soient ennemis ou concurrents lui importait peu finalement, surtout en lumière des différentes menaces qui pesaient sur la population de Combrelande, et les nains de passage en particulier. Car bien que les accrocs politiques lui indiffèrent, tout ce complexe imbroglio risquait de négativement impacter les relations diplomatiques entre les peuples.

« Guidez-nous jusqu'aux lieux des faits. » Dit-il simplement au nain qui était arrivé et reprenait péniblement son souffle, avant de les suivre en indiquant une direction.

Voyant que ce dernier -Sinor- n'arrivait pas à suivre le rythme, Karlan finit par demander des indications afin de gagner du temps. À peu près cinq minutes au pas de course et il ne fut plus nécessaire d'hésiter sur les directions, la fumée sombre et l'odeur de brûlé les guidant sans équivoque. Ce n'était peut-être pas une explosion aussi bruyante que celles qui avaient précédé, néanmoins elle était tout aussi réelle. Un entrepôt crépitait de plus en plus fort sous l'influence d'un feu grandissant, tandis que des nains faisaient passer des seaux d'eau à bout de bras dans l'espoir d'éteindre les flammes.
Parfois des bruits d'étincelles détonaient subitement en rapide succession, effrayant les civils qui sursautaient sans savoir à quoi s'attendre. Alors qu'ils s'arrêtèrent contrits devant le triste spectacle, Karlan se pencha sur les quelques corps qui semblaient avoir été étrangement soufflés, mais qui portaient aussi diverses coupures suspectes. Ce fut finalement un homme à la tenue de marin qui l'aborda le premier, apportant quelques éléments nouveaux malgré lui.

« J'ignore ce qui s'est passé, je viens d'arriver, mais... Il faut qu'on éteigne l'incendie le plus vite possible. Cet endroit est empli de décorations et autres préparatifs pour les festivités organisées par le Duc. Nous étions chargés de les transporter en secret depuis l'entrepôt pour faire les préparatifs. Je vous en prie ser mage, aidez-nous... »

Il se tourna humblement vers Varsus, en quête d'un coup de main. Cependant il fut coupé net par Karlan, qui bien que compatissant à l'incident, n'avait pas de temps à lui consacrer.

« Je suis en charge du chargement... oh par le Créateur... » L'humain baissa d'un ton pour ne pas semer davantage la panique, passant une main désespérée dans sa barbe de trois jours. « L'endroit est empli d'éléments hautement inflammables et instables, nécessaires à un spectacle pyrotechnique ! Si nous ne faisons rien... »

Il n'osa terminer sa phrase avant de se retourner et joindre ses efforts à ceux de ses camarades, qui luttaient contre l'incendie en enjambant les corps des porteurs qui semblaient avoir été surpris en plein transport des marchandises. Le nain bien portant et les autres finirent enfin par les rejoindre alors qu'ils se concertaient sur la marche à suivre, rapidement suivi du fils de Varsus, qui profita de ces retrouvailles pour rapidement mettre son aîné au parfum de ce dont il avait témoigné en son absence. Hobb décida quant à lui de mettre la main à la pâte et se sépara du groupe pour seconder les marins.

Par ailleurs des cris divers se levaient depuis l'arrière de l'immense entrepôt, attirant l'oreille de Karlan qui s'en approcha à grandes enjambées. S'attendant à trouver des victimes encore en vie, il fut surpris de tomber sur toute autre chose... De fait c'est Dexistus qu'il trouva derrière des poutres chaotiquement empilées, brûlée par endroits mais encore debout sur ses jambes flageolantes, faisant face à quatre nains armés jusqu'aux dents.
Trois corps traînaient déjà à ses pieds, dont deux portant des blessures clairement magiques. Le troisième n'était autre que la dépouille d'une venatori qui l'avait accompagnée depuis le début de journée, et qui désormais gisait inerte au sol, une flèche plantée en plein cœur.

Abasourdi, Karlan ne sut immédiatement que faire. Dans quel camp cette femme se trouvait-elle, au final ? Comme pour le sommer à faire son choix, Dexistus cria en leur direction.

« Vous allez m'aider, oui ou non ? »



***

Partie 2 : Quellcrist & Rita

Les nains se figent en entendant la voix de Quellcrist, comme si l'intervention pourtant rationnelle était une douche froide sur l'ardeur de leurs émotions. Néanmoins leur méfiance s'en voit accrue par la gravité des attentats contre leur peuple, et un tollé de protestations se lève en même temps qu'Eddon essaie de tempérer les humeurs et rattraper la bévue diplomatique. Si certains des envoyés -dont Karra- s'arrêtent pour au moins prendre en compte l'avertissement, d'autres -dont Asgenn- sont offensés de voir une étrangère s'immiscer dans leurs affaires.

« Je ne me souviens pas avoir demandé votre avis, et puis pour quel genre de lâche me prenez-vous ?! Que ce soit un piège ou non c'est mon devoir d'y aller ! Si ces ordures veulent avouer leur crime, elles seront amenées en justice. Si c'est la bagarre qu'ils cherchent... Par les Hauts, je ne demande pas mieux que de venger les miens aujourd'hui même ! »

Répliqua acidement le vieil homme et se frappant la poitrine du poing, alors que Karra glisse une œillade navrée et confuse vers le groupe d'enquêteurs improvisés. Asgenn semble encore plus maussade qu'avant et ne tarde pas à leur tourner le dos pour organiser ses troupes. Beuglant les ordres d'un ton autoritaire il ne montrait pas le moindre signe d'hésitation, mais ses sourcils broussailleux froncés en une ligne presque unie prouvaient qu'il était moins sûr de lui qu'il n'était disposé à l'admettre.

« Sa fierté et son chagrin l'aveuglent et j'ai bien peur de ne pas pouvoir le raisonner avant qu'il soit trop tard, je suis désolée. » Karra s'était écartée du groupe pour glisser quelques mots à Quellcrist et ses alliés.

« Karra !! »

La jeune femme sursauta au ton sans appel de son père, et balbutia un « j'arrive ! » universel qui prouvait leur lien de sang bien plus légitimement que n'importe quelle démonstration d'affection.

« La missive comporte le sceau d'Orzammar, aussi nous ne pouvons nous permettre de l'ignorer, même si tout cela ne me dit rien qui vaille. » Elle se mordit la lèvre inférieure, rageant de ne pas bénéficier de plus de temps. « Quand il est dans cet état il est tout bonnement inutile de vouloir lui faire changer d'avis, alors je n'ai d'autre choix que de le suivre et éviter qu'il ne fasse quelque chose qu'il regrettera. Nous devons rencontrer les autres nains sur le quai ouest, un endroit neutre et public... Et nous sommes déjà en retard. Nous serons prudents. Et... merci de votre aide. »

Un autre rugissement paternel finit par lui faire rentrer la tête dans les épaules et détaler pour rejoindre les autres, telle était la fureur du guerrier vétéran, une immense hache à deux mains déjà logée entre les omoplates. Ses pairs étaient pour la plupart prêts à l'accompagner, et seule une poignée d'entre eux resta à l'auberge pour protéger et surveiller les lieux. Une fois les nains engouffrés vers la rue la plus proche et le cliquetis de leurs armures disparu au loin, un silence pesant s'installa sur les ruines de l'explosion. Ce fut Ailis qui le brisa la première.

« L'ouest du port, c'est là où arrivent les navires étrangers, des transporteurs longs cours et des navires commerçants pour la plupart. L'endroit est calme depuis quelques jours, car les officiers du port limitent les allées et venues depuis le début des festivités. »

« C'est un quartier humain alors il est peu probable que des nains veuillent y faire du grabuge et risquer de gros ennuis, mais ça veut aussi dire que c'est une zone ouverte et moins surveillée par les autorités, qui sont concentrées ailleurs. L'endroit parfait pour une embuscade, pour être honnête... »

Keira jouait avec une de ses mèches blondes, pensive. La mise en garde plana dans l'air encore chargé de bois brûlé, les confrontant à un dilemme certain. La naine serrait toujours le registre dans sa main crispée, ne sachant par quel bout prendre cette situation de plus en plus complexe.

« J'aime pas l'idée de les laisser faire, mais d'un autre côté on doit poursuivre la piste de Skorbud avant de perdre définitivement sa trace. Si vous voulez, je devrais pouvoir trouver son adresse en demandant à des connaissances du coin. De plus en enquêtant là-bas on peut sûrement en découvrir plus sur ce qu'il complote et où il se cache... » Elle s'arrêta et soupira. « Le problème c'est que son quartier se trouve plus loin sur les docks nains, du côté opposé où viennent de partir Asgenn et Karra. »

Pour une nouvelle recrue la jeune femme se montrait mature et terre-à-terre, cependant son inquiétude commençait à se traduire par une grande impatience. Comme tous les présents semblaient aspirés dans leur pensées, elle revint à la charge, dansant d'un pied sur l'autre comme s'il lui en coûtait beaucoup de rester là à ne rien faire.

« Alors, on fait quoi ? »




La mission continue avec le même ordre de post. Pour toute question veuillez MP Siha. Bon jeu !

À Varsus : Ton fils te revient et te colporte la dispute entre les factions naines, ainsi que leur rencontre à venir sur les quais ouest. Il te raconte aussi que l'autre groupe suit une piste de suspects, mais il n'a pas suivi d'assez près pour connaître plus de détails sur ce qu'ils ont trouvé. Comme c'est ton PNJ je te laisse intégrer ces infos pour ne pas mal interpréter le perso.

Rappel des groupes :
- Varsus, le fils de Varsus, Hobb, le nain qui a besoin d'un régime (Sinor)
- Quellcrist, Rita, Keira, Ailis, Eddon
- Dexistus, une venatori, trois nains, Karlan
- Karra, Asgenn, quatre nains


Voir le profil de l'utilisateur
Rita Aelesia
Templière
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 299
Sam 15 Déc - 14:32
L'interpellation de Keira aurait semblé un peu mal avenue dans un autre contexte, mais le temps pressant, Rita décida de s'emparer du fardeau décisionnel.
« Il n'y a pas de bonne solution. Par contre, si Skorbud n'est pas dans son quartier, on aura perdu du temps à y aller et on en perdra encore plus pour revenir. À l'inverse, si on est présent sur les lieux de l'intercation entre les nains, on a une chance de pouvoir arrêter ce qui se trame. Ou bien on y laissera nos vies en même temps que les autres. »
Elle attendit un bref instant avant de dérouler le reste de sa pensée, avec le ton calme, ferme mais neutre d'une templière expérimentée.
« On suit les nains. D'assez loin. Au lieu de rendez-vous, on forme deux groupes pour avoir une meilleure visibilité sur les lieux, on identifie les goulots d'étranglement, les structures fragiles, et on cherche tout ce qui pourrait ressembler à un instrument de destruction comme ceux qu'on a vu jusqu'à maintenant sans oublier que l'ennemi a peut-être prévu quelque chose de différent. Si quelqu'un a un gros problème fondamental avec ce plan, qu'il le dise, sinon, discutons des détails en avançant. »
Elle observa rapidement les mines des membres du groupe d'un regard inquisiteur, guettant des signes d'insatisfaction. Son regard s'adoucit malgré elle lorsque vint le moment d'observer Quellcrist, et le temps flotta un peu plus que d'habitude, mais pas assez pour faire tiquer quelqu'un d'autre que la concernée.
Pas de contestation. Le groupe se mit donc en marche.

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Dim 16 Déc - 13:41
Mages aux mille visages

Malgré la position menaçante prise par certains nains trop engoncés dans leurs histoires d'entrejambes susnommées fierté et orgueils, Quellcrist tient son regard face au nain tentant de faire valoir son droit. Eddon quand à lui se retient de lever les yeux au ciel, remarquant que malgré les âges et les événements historiques, les nains ont toujours la tête aussi pleine, mais pas pleine de raison. En tout cas, en ce qui concerne les hommes. Seule la dénommée Karra a quelque sens au milieu de cette moribonde ambiance. Femme qui d'ailleurs ne suit pas du tout de gaieté de coeur ses confrères et son père dans ce projet insensé. Quellcrist reste donc là, à soutenir le plus longtemps possible le regard du nain, impassible, mais néanmoins autoritaire. Jusqu'à leur départ, et bien évidemment, l'intervention de Rita.
« Mh. »
Un léger sourire apparaît enfin sur les lèvres de la mage qui, écoute avec intérêt la templière. Après bien des décisions, malgré de légères piques, Rita reste imperturbable, focalisée sur la mission. En soi cela est admirable, mais dommage. Quellcrist décide donc de se montrer bien plus professionnelle, ce qui étonne Eddon qui a remarqué depuis un moment l'intérêt de son ancienne apprentie pour la templière.  
« Eh bien dans ce cas, je vais me faire accompagner de Keira et Ailis. Qu'en dites vous ?
- Cela me semble raisonnable. Nous pourrons intervenir plus rapidement et contrer d'éventuels ennemis avec nos entraînements respectifs, en étant ensemble, templière.
- Quand à Keira et Ailis, au vu de vos compétences et connaissances, et de mon statut de mage, nous aurions une équipe équilibrée et capable de ratisser efficacement les zones. »
Soudain, le regard de Rita semble se porter sur elle, au moment où elle se décidait à lâcher l'affaire. Elle ne peut s'empêcher de le lui rendre, avec une certaine intensité et fougue dû aux événements. Mais aussi ... une envie. Une vie de toucher ces lèvres à moitié entrouvertes du bout des doigts pour ... non. Quellcrist se dégage de la vision de Rita pour commencer à marcher à son tour, et éviter de se demander pourquoi cette templière l'intéresse tant. Ses bottes claquent sur le pavé, autant que ses derniers mots, avant qu'ils n'arrivent sur le lieu de rencontre avant les délégations naines.
« J'espère réellement que l'on attrapera Skorbud et que l'on sauvera ces nains de leur acte inconsidéré. Je déteste déjà le fait que l'on ait séparé le groupe entier à cause de certains égos, mais je déteste encore plus cette séparation alors que nous allons être en zone de tension. Faites attention à vous. »
Les dés sont jetés.


Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 611
Ven 11 Jan - 13:07
Nous sommes Thédas

Rita

Alors que le groupe hétéroclite se rassemble et s'apprête à couvrir les arrières de la délégation naine, Quellcrist et Eddon sont abordés par une jeune humaine aux cheveux noirs : Helena, une mage qui était également présente au rassemblement des mages, l'apprentie d'Evra. Cette dernière les prend à part et leur glisse quelques mots à voix basse, mais il est clair au sérieux de son expression qu'elle n'est pas venue sans raison. Finalement après un bref échange Quellcrist décide de la suivre et prend congé de ses pairs, après une brève explication qui fut complétée par Eddon alors qu'ils se mettaient en marche.

« Apparemment les discussions ont tourné au vinaigre après notre départ. D'après ce qu'on vient de nous dire, plusieurs personnes ont exprimé le souhait de suivre les mages libres maintenant qu'ils ont pu écouter les discours des uns et des autres... et hélas ce n'est pas au goût de certaines fraternités conservatrices. Ils n'en sont pas encore à recourir à la violence, mais Evra a demandé à ce que l'un de nous retourne sur place pour calmer les esprits et discuter avec ceux qui souhaitent de l'aide. Néanmoins une voix de raison suffira, je reste avec vous. »

Ailis et Keira acquiescèrent sans sourciller, probablement inquiètes de leurs effectifs réduits, mais encore davantage des possibles conséquences d'une escalade politique. La route se fit en silence avec Keira en tête de peloton, la jeune garde étant de loin la plus apte à jouer les guides. Et en vérité c'était un mal fort nécessaire, le quartier du port ressemblant à s'y méprendre à un vaste imbroglio de voies sans issue, de comptoirs commerciaux et d’entrepôts divers.
Gardant leur distance comme planifié, les membres du groupe furent néanmoins surpris de voir un des nains accompagnant Asgenn revenir sur ses pas et les aborder sans tarder. Son expression était sévère et troublée, mais il faisait manifestement un gros effort pour ne pas se laisser aller à l'émotion.

« Je... suis content que vous soyez là. Asgenn refuse d'entendre raison et j'ai bien peur que son honnêteté ne soit notre perte à tous. J'ai dit que je ne voulais pas participer à cette folie et il m'a accusé d'être un traître. Je me fiche de ce qu'il peut dire. Si mettre les vies des miens avant l'honneur c'est être un traître, alors ainsi soit-il. » Un sourire crispé fut visible derrière son épaisse barbe noire, et les yeux sous le casque se firent fuyants. « Cela dit même si je ne suis pas d'accord avec lui je ne peux pas rester là sans rien faire. S'il vous plaît, aidez-moi à arrêter cette folie, je sais où a lieu la rencontre avec les gens d'Orzammar ! »

Keira plus que quiconque parut directement concernée par ce plaidoyer, et bien qu'elle n'ose formuler à voix haute un écho à cette demande, la jeune blonde regardait tour à tour Rita, Eddon et Ailis avec des yeux de chien battu. Finalement ce fut le mage qui expira lourdement, ne se sentant pas la force de dire non. Au lieu de ça il s'arrêta un instant pour discuter avec la naine et récapituler les informations à leur disposition, de sorte à ce qu'ils s'organisent du mieux possible.

« Le port lui-même est une zone ouverte et exposée donnant sur les quais, néanmoins le quartier contigu est un dédale de ruelles étroites, un endroit où il est facile de se perdre pour des non Surfaciens. Dites, où sont-ils censés se retrouver au juste ? »

« Devant l'entrepôt Carmine, car c'est censé être facile à trouver. »

« Merde. » Dit poétiquement Keira, qui avait de plus en plus de mal à rester calme. « Et sérieusement ça ne vous a pas traversé l'esprit que les nains d'Orzammar ne vous feraient jamais aller faire un concours de qui a la plus grosse devant la propriété d'un seigneur humain, soit le plus grand importateur d'huile de Combrelande ?! »


La mission continue, on est sur la fin. Pour ne pas ralentir le rythme, je fais les deux réponses en posts séparés. Veuillez privilégier les réponses courtes et centrées sur l'action svp. Pour toute question veuillez MP Siha. Bon jeu !

Rappel des groupes :
- Rita, Keira, Ailis, Eddon, Morik
- Karra, Asgenn, trois nains


Voir le profil de l'utilisateur
Rita Aelesia
Templière
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 299
Sam 12 Jan - 13:57
Le temps s'écoule, inarrêtable. Ils avaient suivi les nains de trop loin, et ne pourraient pas les rattraper avant qu'ils n'arrivent à l'entrepôt. Restait donc deux options : soit ils arrivaient à arrêter les nains à distance, soit ils découvraient les malfaiteurs avant qu'ils ne fassent exploser l'entrepôt. Ou, idéalement, les deux. Rita commença par s'adresser à Morik.
« Retournez auprès des vôtres, cette info vous permettra de les aider eux plus que vous pourrez nous aider nous. »
Puis, s'adressant au reste du groupe, elle prit l'initiative pour deviser un « plan ».
« Ailis, Eddon, est-ce que vous avez un sort sous la patte qui pourrait faire assez de vacarme pour mettre les nains en alerte ? Quitte à casser quelque chose dans la rue, tant pis. Ensuite, on prend le dédale. Si nos criminels sont quelque part, ça sera là. Keira, on passe derrière toi. »
Elle dégaina son épée.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Mission - Nous sommes Thédas - Rita, Varsus, Quellcrist
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 7Page 4 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sujets similaires
-
» Et nous sommes 500 !!!!
» [Blog] Nous sommes à nouveau joignables
» Le Nabz Coussin/doudou pour les grands enfants...
» Nous sommes tous des célébrités
» Problèmes de serveurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Combrelande-
Sauter vers: