en haut du forum
en bas du forum



Corsaires de l'Inquisition [PV Zuan + Blacky]

avatar
Capitaine du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 27
Sam 28 Juil - 21:17

Corsaires de l'Inquisition


Le chemin avait été long. Très long jusque dans ces montagnes. Nous avions mis presque un mois pour arriver jusque là, avec nos maigres moyens. Et le voyage fut plus que chaotique. Suite à la disparition de notre bateau, nous devions avancer et trouver une solution. Chercher une réponse et réparation auprès de cette Inquisition qui semblait contrôler ces failles nous semblait la meilleure solution. Après le vote de l'équipage restant, c'est à dire une petite dizaine de personnes, la décision était prise. En tant que Capitaine également de ce qu'il restait, par votre global, je prenais la tête et était en charge des décisions. Mais... Sincèrement... quel bordel. Déjà que d'habitude j'avais l'impression d'être la nounou d'une bande de gamin, mais maintenant j'étais passé au grade de "maman" officielle. Heureusement pour moi j'avais suffisamment d'autorité pour faire respecter mes décisions, et Zuan m'aidait à gérer les éléments instables comme son frère. Il y avait également des membres plus stable, comme Andras. Elle nous avait bien aidé à nous repérer sur la terre ferme pour arriver à Fort Céleste. Quelle idée d'aller dans un endroit aussi haut et aussi froid. Avec toutes ces montagnes, on était étouffé, on ne voyait pas l'horizon. Et ce froid... C'était pire que les mers du sud en hiver. La mer nous manquait à tous, et les gens sur la terre ferme sont tous des fous. Les mages et les templiers se tapaient dessus, rendant ma position encore plus délicate en tant que Tal-Vashoff mage. Je cachais mes cornes sous un foulard et une capuche de cape, mais ma taille et les traits de mon visage me trahissaient. En dehors de ça, il y avait des bandits un peu partout, des mages étranges également. Sur le chemin, nous avions gagné notre vie en rendant certains services, en volant un peu et en remplissant quelques missions de mercenaires. Nous n'avancions pas très vite pour cette raison, mais également parce que nous n'avions pas l'habitude de marcher autant. Monter à cheval ? C'était comme être un terrien qui venait de mettre un pied sur une mer déchaînée pour le première fois. Hors de question de monter sur ces bestioles imprévisibles. Sur le chemin, nous avions profité de nos quelques étapes pour communiquer avec l' Inquisition. Nous avions beaucoup réfléchit à notre message, et nous avions demandé une audience au nom de l'Armada pour régler ce problème de faille et de bateau engloutit. Nous avions mis discrètement en avant le fait que ce serait un avantage pour eux que d'être en lien avec l'Armada. Nous contrôlions bon nombre de mers. Il fallut plusieurs plis, mais nos efforts ont payés. Nous avions obtenu une entrevue avec l'Ambassadrice de l'Inquisition, qui devait nous recevoir dès que nous pourrions arriver.

C'est donc un mois après notre départ, et à peu près une semaine après avoir eu l'autorisation de Dame Montilyet de la rencontrer, que nous arrivions à Fort Céleste. Quoi qu'il arrive, nous allions arriver là bas, mais savoir que nous étions attendu était un avantage. Cependant, nous ne voulions pas arriver nous dix au fort, et nous n'étions que trois à arriver au fort. Les autres étaient restés dans un village sur la route, pour trouver de quoi nous ravitailler et des missions pour faire rentrer l'argent. Il y avait donc moi, Zuan et un troisième laron qui nous servait surtout d'unité lourde en plus. J'étais mage, Zuan plutôt du type voleur et avoir un gros bras avec nous n'était pas plus mal. Le fort était impressionnant, mais étrangement pas autant que certaines villes portuaires comme Kirkwall. C'était... une sensation différente. Mais nous n'avions pas le temps d'être là en touriste. Bien que nous ayons changé de vêtements pour se mêler plus facilement à la foule des Féreldiens, nous ne passions pas inaperçus. J'étais très grande, mon bâton de mage ne rassurais pas. Zuan en tant qu'elfe et l'autre erre avec ses tatouages donnaient une impression d'hétérogénéité dans notre groupe qui ne donnait pas confiance. Nous arrivions devant les portes, et là des soldats aux aguets nous arrêtèrent. Je baissais mes yeux pour les regarder, et quand nos regards se croisèrent je sentis la peur en lui. Je le toisais, restant calme et sachant quel jeu jouer. Il fallait s'amuser un peu et impressionner la piétaille, sans quoi l'Inquisition pourrait penser que nous sommes des petits joueurs. JE retirais donc ma capuche, découvrant mes cornes décorées, mes cheveux blancs, mon visage froid et impassible couvert de peintures de guerre mais surtout mon regard perçant et froid posé sur lui. D'une voix autoritaire et posée, mais dont l'accent tévintide était relativement fort, je répondis à ce soldat un peu trop curieux.

"Je suis Sekmet Nazelek, Capitaine des Pirates du Revanche, navire de la Félicissima Armada. Voici mon second, Zuan. Nous avons une entrevue d'importance avec votre ambassadrice Montilyet."

Je sortis d'un recoin de ma cape la fameuse lettre de l'ambassadrice. Elle était bien froissée pour avoir été moultes fois ouvertes et passée de mains en mains. Je la tendais au soldat, qui la lu. Il nous regarda d'un air dubitatif, mais finit par grommeller quelque chose, nous rendre la lettre et nous indiquer des escaliers menant à la haute cour du fort. J’acquiesçais sans rien dire, et repris le chemin comme si de rien n'était. Les regards étaient tournés vers nous, encore plus maintenant que j'avais clairement montré que j'étais une qunari. Je regardais mon second, lui intimant de rester prudent.

"Zuan, observe et reste vigilant. Nous ne sommes pas les bienvenus ici, semble t'il..."

Les regards étaient méfiants, mais pas aussi hostiles que ce que nous avions pu rencontrer pendant tout notre périple. J'observais également, voyant que la structure n'était pas encore terminés et qu'il y avait des travaux. C'était étrange de voir la fameuse inquisition si.... bien moins impressionnante et froide que ce que je pensais. Les gens étaient assez normaux, et il n'y avait pas cette atmosphère pesante de mort et de rigidité à laquelle je pensais faire face. Mais... ce n'était qu'une impression. Nous marchions lentement vers les escaliers, et je voulais profiter un peu de ce temps avant de rejoindre l'ambassadrice pour discuter de nos plans avec Zuan.

"Te rappelle tu de ce que nous avons convenu ? Tu as bien envoyé les ordres aux autres ?"

Il fallait prévoir à tout, et notamment à ce que l'Inquisition refuse notre requête. Donc, pour notre survie, il nous fallait trouver de quoi gagner de l'argent pour nous racheter un bateau. Il y avait des opportunités à saisir avec tout ce chaos. Mais avant, il fallait se renseigner et s'organiser.




~ A Pirate's Life for Me ~


code couleur: #009966

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Second du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 58
Mer 1 Aoû - 18:34

Corsaire de l’Inquisition

La fortune favorise les audacieux



Le froid fouettait les joues tannées de l’elfe qui semblait serrer la mâchoire pour s’empêcher de grogner. Tout dans ce pays puait la merde à ses yeux : une guerre mage et templier acerbes, une intolérance envers les elfes qui lui rappelait douloureusement son pays natal, et surtout, surtout… pas un brin d’eau salée à l’horizon. Tout le long du trajet, l’assassin avait eu l’impression que tout l’équipage marchait de travers, comme pour lutter contre un roulis absent. Lui-même n’était pas en reste, et avait du mal à dormir sur la terre dure. Heureusement, marcher aux côtés de ceux qui subissaient le même cauchemar avait ses avantages : il avait failli devenir blanc comme un orlésien quand il avait croisé le regard de cheveux. Pourvu que Sekmet n’ai pas l’étrange idée de … Non : la mage de feu avait l’air aussi repoussé qu’il l’était par l’idée.
Et puis… Il adorait marcher pieds nus, c’était un reste de son enfance, quand les chaussures étaient bien trop chères pour lui et son frère. Sur le pont d’un bateau, ou sur les pavés d’une ville, soit. Mais dans les montagnes ? Il avait dû se chausser, et les premiers jours, il avait ressemblé à un chat à qui on aurait essayé de mettre des grosses bottes. C’était un peu près cela, après tout.
Lorsque le pont levis de pierres lisses avait été en vue, l’assassin avait camouflé son soupir de soulagement, et s’était empressé d’enlever ces chaussures bien encombrantes. Un de ses équipiers lui avait jeté un regard moqueur et avait hérité d’un air furieux sur le visage neutre du second. Quelques minutes plus tard, et les voilà à la grande porte, Sekmet retirant son capuchon.
Je suis Sekmet Nazelek, Capitaine des Pirates du Revanche, navire de la Félicissima Armada. Voici mon second, Zuan. Nous avons une entrevue d'importance avec votre ambassadrice Montilyet.

L’archer hocha la tête, son regard bleu ignorant le garde avec dédain pour analyser tout ce qu’il pouvait observer : quelques tentes, des commerçants, un beau mélange de races et d’origines… Le tout semblait explosif, mais avait le mérite de les rendre presque naturels.
Enfin… Sekmet ne passait jamais inaperçue.
Zuan, observe et reste vigilant. Nous ne sommes pas les bienvenus ici, semble t'il...

Rien d’inhabituel…

Passant par habitude sa main le long du bois de son arc, l’elfe continua d’observer. La peur que provoquait Sekmet était toujours relativement amusante, et surtout, lui permettait de passer inaperçu.
Passant un index pour rabattre une longue mèche de cheveux noire derrière sa longue oreille, il remarqua échafaudages et traces de travaux. La nuance entre rumeur et réalité était bien claire : cet ordre menaçant et puissant sortait tout juste de ses langes. Cela le rendait à la fois moins inquiétant et plus impressionnant : ses ressources et son pouvoir devait être, somme toute, limité. Mais mener tout cela en un temps si record dans des circonstances comme celles là, c’était au final bien plus intriguant. Quelles aides avaient ils pu recevoir ? Au moins de l’aide au niveau militaire et diplomatique… L’inquisitrice, ancienne templière, ne semblait pas l’héroïne idéale du moment. Était elle manipulée par plus malin qu’elle ? C’était une possibilité.
Te rappelle tu de ce que nous avons convenu ? Tu as bien envoyé les ordres aux autres ?

L’elfe eut un sourire en coin bien camouflé. Il n’allait certainement pas rentrer dans la demeure de l’Inquisition sans se préparer à en tirer le meilleur. Ahron avait été envoyer se faire remarquer à un endroit à découvert, tandis qu’Andras fouinait du côté des mages libres. D’autres traînaient leur oreille. Tout était bon à prendre : information sur l’Inquisition au cas où ils y étaient employés (mieux valait savoir dans quoi ils mettaient les pieds) et au cas où ils n’y étaient pas acceptés. Après tout, tout se vendait, surtout les informations (qu’elles soient vraies ou fausses, par ailleurs).
Ne t’inquiètes pas pour ça : la partie commence ~

Il monta les escaliers, un pas derrière son capitaine, profitant de la sensation de la pierre sous ses pieds nus.
Et quel que soit l’issue de cet entretien, nous ne repartirons pas sans rien.



[size=18]Brotherhood[/size]:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 27
Ven 24 Aoû - 13:54

Corsaires de l'Inquisition


Mon second voulu me rassurer et se montra confiant, esquissant un léger sourire qui lui était su particulier. Je pouvais lui faire confiance, car il était autant ma deuxième cervelle qu'une paire d'yeux plus aiguisés. Je n'étais pas dépourvue d'intelligence, mais il avait cette capacité à voir deux à trois coups d'avance par rapport aux autres. Sa fidélité m'était précieuse, et j'étais étrangement rassurée de me dire que si mutinerie il pouvait y avoir, ce serait certainement lui à la tête. Ce fait me rassurait, car au moins mes hommes ne seront pas dirigés par un idiot. Ils survivront. Par contre, son petit frère... c'était autre chose. J'étais heureuse qu'Ahron n'ait pas fait de caprice pour nous suivre. Car avec lui, c'est le meilleur moyen de mettre le bazar et je n'avais pas la patience requise pour me retenir de le tuer cette fois ci. L'affaire était bien trop d'importance. Nous montions les escaliers, et après que Zuan m'ait assuré que les choses sympathiques allaient commencer, je ne pus me retenir de sourire en coin de lui donner notre réplique séculaire de pirate, en bonne langue Antivane de l'Armada.

"Mhh....Prendi ciò che puoi, non restituire nulla."

Prendre tout, ne rien donner. Un dogme propre aux pirates, opportunistes par excellence qui par fourberies et ruses se doivent d'arriver à leurs fins. A présent en haut des escaliers, nous arrivions dans la Cour supérieure du fort. Il y avait un peu moins de monde, mais étrangement on sentait qu'ils étaient plus haut placés. Tous les regards se tournèrent vers nous, et sans ciller je ne baissais pas les yeux et leur lançais un regard tout aussi perçant. Murmure et rumeurs, voilà que ça commençait bien. Sans me départir de mes expressions de marbre, je me mis à parler en antivan à Zuan, histoire d'être certaine que nous ne serions pas complètement entendu par des opportuns.

"Méfiance cependant, l'Inquisition n'est pas à prendre à la légère. Même si l'Armada peut nous appuyer, cela reste du bluff car rien n'est certain."

C'était une partie serrée, mais il fallait oser et avoir du culot dans la vie pour obtenir ce qu'on souhaite. A ne rien essayer, nous n'aurons jamais rien. Nous nous étions préparés en amont pour savoir ce que nous allions dire. Il y avait eu de nombreuses discussions, notamment sur nos doléances. J'avais fait ma propre liste, ayant analysé le choix des mots et des arguments en fonction des circonstances dans lesquelles nous mettrait cette ambassadrice. Par sécurité, je me tournais vers Zuan pour lui demander également son idée sur la question.

"A ton avis, quels sont nos deux meilleurs argument pour arriver à nos fins ? Qu'avons nous à leur offrir ou à les menacer de plus tangible ?"

Nous n'étions plus très loin du hall d'entrée du fort, toujours aussi majestueux et seulement à deux volées de marches de là. Le moment fatidique arrivait rapidement, et allait se jouer le destin de mon équipage en entier. Enfin, de ce qu'il en reste...




~ A Pirate's Life for Me ~


code couleur: #009966

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Second du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 58
Mar 4 Sep - 22:42

Corsaire de l’Inquisition

La fortune favorise les audacieux





Mhh....Prendi ciò che puoi, non restituire nulla.

Un sourire fin orna sa lèvre ourlée d’une cicatrice. La langue de son pays était tout de même plus agréable à l’oreille que tous ces langages étrangers. Et qu’autant de personnes sur le Revanche sachent le parler, c’était un atout dont ils ne se privaient pas. Néanmoins, Fort Céleste était un lieu plus dangereux que le reste de ces barbares de Férelden : c’était un ordre nouveau, militaire, diplomatique et bien plus que cela. Ils devaient avoir leur lot d’érudits qui laissaient traîner leurs oreilles dans l’enceinte de ces murs de pierres grises. Il ne pu néanmoins s’empêcher de répondre d’un air railleur :
Questo è ciò che fanno i pirati.

La cour supérieure du Fort semblait moins pouilleuse, moins empressée que la cour inférieure : auberge et terrain d’entraînement remplaçaient commerce improvisé et tentes d’infirmerie. La présence de Sekmet n’était pas anodine, bien sûr, et l’elfe profita de la haute stature de la qunari pour se fondre discrètement dans son ombre, un pas derrière elle. Il n’aimait pas la lumière du soleil.
La langue de son pays résonna à nouveau à ses oreilles pointues.
Méfiance cependant, l'Inquisition n'est pas à prendre à la légère. Même si l'Armada peut nous appuyer, cela reste du bluff car rien n'est certain.

Nous ne pouvons pas compte sur l’Armada, seulement sur l’aura que son nom porte. Quand à l’Inquisition, à moins d’un faux pas, le pire à craindre est de rentrer bredouille.

Il fallait juste s’assurer d’éviter cela : un faux pas. Il avait confié son frère à Andras, espérant que ses deux pires craintes (de faux pas) s’annuleraient l’une par l’autre. C’était peut être peine perdue (il en frissonnait rien que d’y penser).
Ils allaient à la rencontre de l’ambassadrice, une noble antivane dont le nom lui était inconnu. C’était plutôt rassurant : cela signifiait qu’il n’avait tué personne de la famille de la diplomate.

A ton avis, quels sont nos deux meilleurs argument pour arriver à nos fins ? Qu'avons nous à leur offrir ou à les menacer de plus tangible ?

Menacer ? Ils n’en étaient pas vraiment là… L’elfe murmura :
Il faut sortir la carotte avant le bâton. Menacer en leur territoire semble irréfléchi. Tout d’abord, nous sommes des bras armés, des traducteurs potentiels de nombreuses langues et un contact pour l’armada. Si cela ne suffit pas, nous pouvons tenter des paroles en l’air sur quelques liens commerciaux avec l’Armada. Uniquement en dernier recours.

L’assassin veillait à ne pas se faire entendre, ses pieds nus marchant proche de la mage.


[size=18]Brotherhood[/size]:

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Capitaine du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 27
Dim 9 Sep - 20:53

Corsaires de l'Inquisition


Zuan répondit avec le même sarcasme, me faisant sourire. Il n'était pas le plus bavard quand nous étions dans un milieu étranger, mais c'était sa nature et sa manière de travailler. Etant plus mes oreilles et mes yeux supplémentaires, je savais qu'il se faisait le plus discret possible pour observer et écouter. Ses pas se réglaient instinctivement sur les miens, et de mon côté je faisais exprès de ne pas le regarder trop fixement, et de plus m'imposer par ma stature. C'était un duo théatral, mais qui marchait bien. Zuan me donne son avis sur le marche à suivre, et comme je m'y attendais il pensait relativement comme moi.

"L'Armada, c'est toujours du bluff sur terre. En mer, leur nom a une autre portée. Mais j'ai entendu dire que leur ambassadrice est une Antivane. Elle doit bien connaitre ce nom si elle traitait dans les échanges maritimes."

C'était en effet ce que j'avais réussi à glâner sur cette ambassadrice. Ses connaissances sur notre milieu nous sera utile, car nous serons plus facilement reconnu à notre juste valeur et l'aura de l'Armada aura une chance de faire effet. Cependant, je raillais légèrement d'une voix amusée mon second pour son optimisme.

"Le pire à craindre, c'est de rentrer sans notre tête, ha ha ha !"

Nous arrivions à présent sur les dernières marches du hall. L'elfe pensait qu'il serait intéressant de mettre en avant le côté diplomatique, mais j'avais en tête des avantages autres, aussi intéressant voir plus pour une institution nouvelle en recherche de ressources.

"Mhh... Des avantages plutôt de nature diplomatique. Je pensais également à mettre en avant notre réseau de contrebande. Nous avons encore des contacts de nos clients et de certains fournisseurs. Cela doit pouvoir se monayer. "

Nous nous spécialisions dans les artefacts rares, et plus particulièrement des parchemins et des livres rares, notamment sur la magie. Avec ces Vénatoris et des templiers, avoir recourt à de la magie ancienne ou bien chercher des informations sera crucial. Nos clients étaient des gens fortunés qu'il serait intéressant de contacter pour l'Inquisition également. Cependant, j'espérais que notre relation ne se contente pas de cela. Être payé pour des missions plus concrètes me donnerais plus de confort et surtout cela occuperait mes hommes le temps que les choses se calment. Quant à s'élever dans la hiérarchie... Si tout se passe bien avec l'Inquisition, peut être que nous pourrions être les relais privilégiés entre eux et l'Armada. Une façon aisée de gagner gages et mérites pour obtenir plus de soutiens de la Félicissima. En haut des marches, deux soldats se présentèrent à nous. Les regardant de mon regard froid et avec une expression dure, je nous présentais d'une voix cependant posée et calme, relativement amiable.

"Veuillez annoncer le Capitaine Sekmet Nazelek du Revanche et son second Zuan, membres de la Felicissima Armada. Nous avons une entrevue de prévue avec l'ambassadrice Dame Montilyet. "

Ils se regardèrent avant de nous dire d'attendre dans le hall pour nous introduire à l'ambassadrice. Ils allaient nous annoncer et voir si elle était en effet disponible. Laissé à nous même, je marchais pour nous mettre sur le côté droit du hall, juste à côté d'un grand feu de cheminée fort apprécié vu le froid ambiant. On pouvait voir dans le hall un certains nombre de personnes, de ça et de là pour discuter. Il y avait des robes et des masques orlésiens, des cuirs et fourrures féreldiens... Quelques nains de ça et de là, rarement des elfes. Des dignitaires sans doute, mais je voyais surtout des troupes de l'inquisition ou des serviteurs. Le hall étai encore en construction vu les nombreux échaffaudages, mais on ne pouvait retirer à cette salle sa magnificence. A ce niveau là, l'Inquisition en jetait. Ce qu'il se passait devant nous était suffisant comme spectacle pour nous faire patienter. A espérer qu'on ne nous fera pas trop attendre...




~ A Pirate's Life for Me ~


code couleur: #009966

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 135
Dim 14 Oct - 17:50

"Corsaires" de l'Inquisition


 Etait-il possible, même moralement acceptable, de refuser quelque chose à Joséphine ? C'était une femme que Blackwall admirait grandement. Douce, attentionnée, toujours prompt au rire malgré le poids entier de l'Inquisition qui pèse sur ses épaules. Le plus important était peut être le fait qu'elle rechignait l'usage de la violence, et était capable de payer un grand prix pour trouver une solution pacifique. C'était une grand vertue pour Blackwall, et la raison principale de son admiration. Mais ce qu'elle lui avait demandé était compliqué pour le guerrier. Très compliqué.

Il était assis sur le bureau de l'ambassadrice, les bras croisé, l'esprit patient. Ses habits étaient simples, il portait son gambison et un pantalon. A sa ceinture se trouvait son épée, et une dague était mise à portée de main dans une boucle de sa ceinture. Des pirates. Il savait que l'Inquisition se devait de se diversifier un peu partout, mais par les couilles du Créateur, pourquoi des Pirates ? On n'allait pas gratter les fonds de tiroir des populations de Thédas non plus. L'Inquisition était une prestigieuse organisation qui restaurerait l'Ordre dans le monde. Enfin, Blackwall l'a appris dans son passage à l'armée Orlésienne. Toute grande puissance, car c'était ce qu'était devenue l'Inquisition maintenant, se devait d'avoir un bras qui oeuvrait dans l'ombre. Ces pirates ferait l'affaire.

A côté de ses jambes se tenait un petit dossier que l'Ambassadrice lui avait donné. C'était le peu d'informations qu'elle avait pu récolter avant de les embaucher. Ainsi que des instructions. C'était son rôle de négocier tant qu'il le pouvait le prix d'embauche de ces mercenaires des mers. Et le prix pour qu'ils restent à l'emploi de l'Inquisition. Bordel, il n'était pas diplomate. Peut être était-ce pour ça qu'elle l'avait choisi ? L'intelligente Joséphine, à l'aise dans les bals et les hautes cours de ce monde mais rechignant à négocier avec de simples pirates. Ech, c'était compréhensible. Et Blackwall était heureux de la décharger de cette tâche ingrate.

Selon le dossier, ces pirates étaient dans une bien mauvaise posture. Ils avaient perdus leur bâteau dans un quelconque accident qui avait fait écarquiller les yeux de Blackwall en méfiance -mentir était l'apanage des pirates, même si il ne savait pas à quoi ça les avançait maintenant-, mais après tout, tout était possible. Après le Conclave, des failles se sont mise à apparaître un peu partout. En tout cas, ces pirates étaient en position de faiblesse.

Et Blackwall ne savait que trop bien qu'un animal blessé et pris au piège était le plus dangereux. Il n'écartait pas la possibilité d'une quelconque attaque, même si elle était suicidaire. Il fit un signe de tête au garde qui se tenait dans un coin du mur, en armure brillante frappé du symbole de l'Inquisition. Un autre se tenait à droite du bureau, le dos posé au mur. Celui était un ex-templier, qui prenait toujours sa dose de Lyrium. Il avait préféré lui demander de venir, sachant qu'une des pirates était une mage. Ils avaient tout les deux rengainé leur épée, et ne comptait s'en servir qu'en cas d'absolue nécessité.

L'attente du Barbu fut interrompu quand une aide de l'Ambassadrice fit apparaître sa tête dans l'ouverture de la porte.

« Monsieur, les soldats à l'entrée indique que les pirates sont arrivés. Dois-je les faire attendre ? »

Blackwall secoua la tête. Il ne devait pas se précipiter, mais il voulait se débarasser de cette corvée le plus rapidement possible.

« Faites les entrer s'il vous plaît. »

Il ne connaissait pas les noms de toute les aides de Joséphine, mais il lui adressa un sourire reconnaissant. Blackwall se composa une expression neutre, presque autoritaire. Il se tint droit comme un I, les bras croisés, devant le bureau de l'Ambassadrice.

Les pirates entrèrent, et il prit le temps de les faire entrer, tout en les examinant scrupuleusement, avant de les saluer. Un elfe à la peau sombre, fin et élancé. Des bijoux antivans décoraient une de ses oreilles. Et la fameuse nouvelle capitaine, une Qunari plus grande que Blackwall. Et une mage, pour y ajouter à son palmarès. Très bien. Après les avoir bien regardé de son œil insistant, il leur dit.

« Bienvenue dans Fort Céleste. Je suis Blackwall. »

Il toisa à son tour la Qunari, et l'elfe.

« Maintenant, je crois que vous vouliez discuter avec l'Ambassadrice. Je suis l'heureux élu pour la remplacer. »

Il essayait de ne pas être ironique dans ses paroles, et de rester le plus neutre possible. Mais c'était difficile.

« Très bien. Engageons nous dans... comment vous dites chez vous les pirates ? Des pourparlers, si je me souviens bien ? »



Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Second du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 58
Dim 2 Déc - 20:15

Corsaire de l’Inquisition

La fortune favorise les audacieux




Bienvenue dans Fort Céleste. Je suis Blackwall.

Ce n’était pas un ambassadeur qui se tenait face à eux. L’archer jeta un coup d’œil à la salle : un bureau, un coffre, plus de place qu’il n’en fallait, et une cheminée flamboyante. C’était le bureau d’un ambassadeur, son emplacement l’indiquait. Mais l’homme dans le bureau n’était pas un ambassadeur, c’était un guerrier. Des mains calleuses, un ton bougon qui ne convenait pas à la diplomatie, une taille moyenne… Il avait aussi une véritable allure de terrien : ce bonhomme là n’avait mis le pied sur le pont d’un bateau qu’une ou deux fois dans sa vie, maximum.
Maintenant, je crois que vous vouliez discuter avec l'Ambassadrice. Je suis l'heureux élu pour la remplacer.

Comme prévu. Un sourire en coin écorna les lèvres du second. Le « heureux élu » était un bel exemple de mauvaise foi. Effectuer les négociations avec un guerrier aurait deux avantages et un défaut : l’homme serait plus facilement trompé, mais risquait – par caractère - d’être moins souple sur les conditions. Par contre, le dernier avantage n’était pas à prendre à la légère : l’homme serait davantage conscient de la force armée que l’équipage du Revanche représentait.
Très bien. Engageons-nous dans... comment vous dites chez vous les pirates ? Des pourparlers, si je me souviens bien ?

Appelez cela négociations si cela vous convient davantage.

Sekmet ne semblait pas s’exprimer, aussi l’archer s’avança. Un templier était au côté du guerrier qui s’était nommé Blackwall. Cela sonnait étrangement comme un nom marchéen. Visiblement, il avait prévu qu’une arme supplémentaire pouvait s’avérer utile. Le templier pour Sekmet. Et lui ne pourrait pas faire long feu avec son arc et ses flèches dans un environnement clos. Il n’aurait que ses poudres soporifiques ou sa discrétion extrême.
De toute manière, le second espérait bien ne pas en arriver là.
Je suis Zuan Taenarel, second du Revanche.

Il se tourna vers sa capitaine, la laissant se présenter.


[size=18]Brotherhood[/size]:

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Corsaires de l'Inquisition [PV Zuan + Blacky]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [IRL] Salve d'honneur pour Corsaires 1604
» Flotte inquisition
» Corsaires 1604, un espoir ?
» [Corsaires Eldars] Suivi de Flotte
» [Vente terminée] Corsaires Eldars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Bâtiment principal-
Sauter vers: