en haut du forum
en bas du forum



[Flashback] Que Justice soit faite [pv. Léah]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Jeu 4 Oct - 19:15

Que Justice soit faite




Edwin observait silencieusement l’échange alors que ses yeux sans lueur rencontraient ceux brûlants d’un mélange de foi et de tristesse de la Templière. La volonté de s’interposer face à l’échange était complètement absente en lui, sauf dans le cas où on le solliciterait ou s’il devait rétablir un semblant de bon sens.
Mais ici, une telle occurrence n’avait pour l’instant pas lieu – aussi était-il simple témoin de cette discussion qui mettait à jour la relation si particulière qui existait entre mage et templier. L’un se devait d’avoir un contrôle total sur son don, tandis que l’autre assumait son rôle de gardien. Tel était le devoir de ces serviteurs du Créateur : garder sous contrôle ces individus liés à l’Immatériel .

Lynne sembla se crisper légèrement quand la Templière évoqua cet aspect majeur de son métier. Elle ne bougea pas cependant, détaillant avec attention les moindres gestes de son interlocutrice presque à la manière d’un chat. La jeune femme passa sa main sur la lame tâchée du sang, celui de la renégate qu’elle avait auparavant terrassé.

« Regardez. Ce sang écarlate est bien la preuve de mes intentions. Qu’importe mes pensées, qu’importe mes sentiments, la Vérité est bien là. L’Ordre n’existe plus. Les Cercles n’existent plus. Si on suit ma logique, cela fait bien longtemps qu’ils se sont transformés en une masse informe de corruption et d’injustice. »

La brune entrouvrit légèrement la bouche, comme étonnée de cette constatation qui émanait de cette caste adverse pourtant d’ordinaire si aveugle et imbue d’elle-même. Elle allait ajouter quelque chose, mais se ravisa finalement. Ses prunelles sombres suivirent silencieusement les faits et gestes de Léah, qui tendit la main pour cueillir une grande feuille d’arbre pour s’en servir comme moyen de purger sa lame du fluide écarlate qui l’entâchait.

Fascinée du spectacle, la mage écoutait sa protectrice poursuivre son propos –cette dernière lui assurant à la fois de la confiance qu’elle lui accordait et de sa prédisposition à la laisser aller en paix. La voix en elle qui la sommait de rester sur ses gardes, bien que demeurant toujours, s’amenuisa de telle sorte à ce qu’elle se sentit un peu plus soulagée. Pour l’instant, elles pourraient au moins être alliées de fortune.
Comme pour appuyer son propos et la rassurer davantage, la Templière récita quelques versets avec douceur.

« Dans la nuit qui m’environne,

Dans les ténèbres qui m’enserrent,

Je loue le créateur qui me donne,

Une âme à la fois noble et fière.

»

Lynne resta un bref instant interdite avant de répondre au sourire que lui offrait la guerrière. Si la piété qui émanait de ces vers ne résonnaient guère en elle, le message qu’ils portaient la toucha néanmoins tout en lui apportant un léger réconfort. Toutes deux partageaient une droiture d’âme qui les empêchait de sombrer à la haine qui consumait leurs confrères respectifs.

Lui proposant alors de les suivre à Golefalois, la jeune femme en armure accepta. Au même moment, une explosion suivit de quelques cris firent tourner la tête d’Edwin en direction de la source du bruit, quelque part dans le lointain. Mais cela ne rassura guère la guérisseuse qui, hochant la tête d’approbation face au commentaire de Léah, invita le groupe à se mettre en marche.

« Vous avez raison. Ne tardons pas.»

Aucune raison pour le trio de s’attarder. Aussi n’attendirent-ils pas pour se mettre en marche, alors que la violence des combats continuait de plus belle au loin.
Chargés de leurs paniers, les deux compagnons restèrent en tête pendant les premiers temps. Lynne se servit de son bâton comme appui tandis que le groupe progressait silencieusement dans les méandres de la forêt, rebroussant le chemin qu’ils avaient pris auparavant.

« C’est loin … mais nous devrions y être en un peu plus d’une demi-heure. »  commenta doucement Lynne à l’adresse de leur nouvelle alliée.

Elle se demanda si celle-ci serait suffisamment en forme pour pouvoir supporter le voyage. Elle-même était épuisée après l’usage de tous ces sorts qui l’avaient fait mobiliser beaucoup d’énergie ; nul doute que sans l’aide du bâton, elle aurait été dans un état complètement différent.
Ils progressèrent un instant en silence, la tension des combats les forçant au mutisme. Lynne avait pensé être en sécurité en s’aventurant si loin des zones de conflits habituels. Mais force était de constater que ces dernières s’étaient étendues et que Templiers tout comme Apostats rodaient dans les parages.

Quand elle jugea qu’ils se trouvaient dans un périmètre plus sûr, Lynne se risqua finalement à faire entendre sa voix. Se mettant à la hauteur de la Templière, elle hésita légèrement, timide, avant d’enclencher un semblant de conversation :

« C’est … étonnant de rencontrer quelqu’un comme vous de nos jours. J’ai eus l’habitude d’autre chose avec les Templiers de mon Cercle … »

Son regard erra brièvement sur le paysage boisé autour d’eux tandis qu’elle s’expliquait davantage.

« Je viens du Cercle de Kirkwall voyez-vous et …  tout était une justification suffisante pour vous faire apaiser. Par exemple, Edwin a subis le rituel juste parce qu’il m’avait défendu quand j’ai osé soigner une Apaisée. »

Avant que son interlocutrice ne puisse répondre face à cet état de fait, une voix en face des deux jeunes femmes vint s’inviter à la discussion.

« C’était mérité. J’ai fait preuve d’insubordination à de multiples reprises, c’est normal qu’il veuille l’effacer. »

L’Apostate ne dit rien sur le moment, étonnée de la remarque, avant de finalement répliquer avec une douceur teintée d’une légère exaspération.

« On en a déjà discuté Edwin, je t’interdis de dire des choses pareilles. »

Le visage sans émotion de l’Apaisé se tourna un instant vers elle.

« Je pense tout de même qu’ils ont fait preuve de clémence en faisant cela au lieu de me torturer ou de me tuer. » lui expliqua t-il avant d’étayer son point de vue avec toute l’objectivité du monde. « J’aidais un révolutionnaire hors du Cercle à faire échapper des nôtres. Je lui ai même donné des noms et des informations tout en incitant les autres mages à se soulever. Il était normal que cela cesse, d’une manière ou d’une autre. Et que cela te plaise ou non, cela reste une solution pacifique et un acte de pitié. Je méritais bien plus pour cela. »

« N’importe quoi. Personne ne mérite ça.  »





#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Chevalier-Templier
- Chantrie Andrastienne -
Messages : 214
Dim 14 Oct - 20:32

Justice sera Faite


 Il était étrangement alarmant d'observer la réaction de la mage aux paroles de Léah. La Templière était si sûre de ses enseignements, de ses pensées, qu'elle avait assumée que chaque personne de son ordre les partageaient. Mais si le groupe était dans cette situation, c'était bien une preuve qu'elle était un cas isolé. Peut être même qu'elle se trompait sur ses propres pensées. Après tout, elle avait participé au massacre de Dairsmuid. Avait-elle le droit de porter jugement sur les Templiers Rouges ? Voir le soulagement, bien que faible, résonner dans Lynne après ses paroles lui indiquait bien que oui. Sa soif de vengeance, le Torrent de Justice dans son cœur, elle devait bien le diriger aux ex-templiers qui ont plongés ce monde dans le Chaos. Elle le jurait.

La menace pesant sur le trio les forcèrent à se mettre en mouvement. Ils n'étaient pas en sécurité ici. Le Lyrium dans le sang des Templiers annulerait la magie de Lynne. L'acide projeté par les Apostats rongerait le métal protecteur de Léah. Ils ne pouvaient rester ici. Léah avait rengainé son épée pour mieux se déplacer, et s'était assuré que son bouclier tenait bien dans son dos.

Le groupe avançait doucement, silencieusement, dans les forêts de pins des Marches Solitaires. Les bottes de métal de Léah faisaient craquer la terre noire, terreau fertile maintenant gorgé du mélange des sangs des corrompus et des innocents. La fatigue du combat, et du rituel de soin, était un lointain bourdonnement de sensation atténué par l'entraînement de Templier de Léah. Elle marchait d'un pas assuré, suivant Lynne tout en tentant de faire taire les cliquetis des mailles d'acier sur son plastron. Elle fit un mouvement de tête passif pour répondre à l'affirmation de Lynne. Une demie-heure de plus dans cette enfer sur terre.

Enfin, cela allait mieux. Ils s'éloignaient de l'épicentre du carnage. Le soleil à son zénith semblait appeler à la paix. Mais une explosion qui semblait proche, ou un cri d'alarme, forçait le trio à se taire. Il ne fallait pas tenter le destin. En revanche, la monotonie du voyage, ainsi que la curiosité croissante que nourrissait Lynne et Léah l'une à l'autre, les poussèrent à briser ce silence.

Lynne ralentit le pas pour se retrouver à l'épaule de Léah, et entama timidement une conversation. Une vague de chaleur parcourut la Templière quand la mage reconnut qu'elle était différente des autres Templiers. Depuis Dairsmuid, elle s'est battu, se faisant violence, pour éviter de retomber dans les même pièges que ses collègues. Quitter son ordre lui avait fait mal. Elle n'avait connu que ça toute sa vie. Mais c'était une décision à prendre.

La suite la fit s'arrêter totalement. Kirkwall. Créateur. Lynne venait de là bas. Elle voulut parler, mais ne savait pas quoi dire. La Mage avait été témoin de ce qu'il y avait eu de pire dans son ordre. Comment changer son expérience ? C'était une tâche insurmontable. Sa bouche tremblait sous la tension. Edwin parla à sa place.

La Templière regarda l'apaisé discourir avec monotonie des raisons de sa punition. Son premier réflexe fut de penser que la punition était justifié. Il le disait lui même, après tout. C'était un rebelle. Mais quelque chose à l'intérieur d'elle, peut être mis en mouvement par le choc et la volonté de la mage, se rebella. Elle n'était pas comme les autres. Elle ne serait pas comme les autres. Le Rite de l'Apaisement était l'une des choses les plus horribles qu'on pouvait infliger à un mage. Etre coupé de la source de ses pouvoirs. C'était un peu comme être coupé du Lyrium. Léah avait déjà expérimenté le manque de Lyrium pendant quelques jours, et ce n'était pas une expérience qu'elle souhaitait réitérer.

Mais par dessus tout, les apaisés étaient laissés sans émotions, des automates au service de l'Ordre qu'on mettait de côté. Ce n'était pas une façon de traiter les enfants du Créateur. Cette punition ne devrait être délivré qu'aux maléficars. Edwin aurait du aller en prison pour ses crimes, pas être victime d'une sentence capitale secondaire.

Léah observa quelques secondes le front de l'Apaisé. Derrière le bandeau, elle savait qu'il y avait la marque de Lyrium qui le qualifiait comme tel. Plus jamais.

« Oh, Lynne... je suis sincèrement désolé pour tout ce qui vous est arrivé à Kirkwall. A Orlaïs, nous recevions des rapports parfois. Mérédith est allé trop loin. Nous la pensions justifié à cause du gros pourcentage de mages rebelles là bas, mais nous n'avons jamais pensé qu'elle en était la cause. Nous aurions du arrêter tout cela. Je... »

Ses lèvres tremblèrent. Elle était impuissante. Elle l'avait toujours été.

« Je n'ai rien d'autre à vous offrir que des excuses. A vous et à Edwin. Et, Edwin, si mes paroles peuvent percer la carapace de votre logique imparable, sachez que le rite de l'Apaisement est réservé aux maleficarums les plus virulents. Tel le responsable de l'explosion de la Chantrie à Kirkwall, par exemple. Mais... »

Elle pensa à ce moment, alors que l'Ordre ne s'était pas encore rebellé, quand la Pierre du cercle de Montsimmard a résonné d'un message unique. Le rite de l'Apaisement avait été soigné par un apaisé. Cette nouvelle avait fait remuer les rangs des mages dans tout les cercles, et les Templiers de Montsimmard avaient été forcés d'intervenir doucement pour restaurer l'ordre. Le Cercle de Val Royeaux, la Tour Blanche, a subit l'entière puissance de répression des Templiers. C'est là que la rebéllion a vraiment commencé.

« Je ne sais pas si le message vous est parvenu à Kirkwall. Le Rite de l'Apaisement a été soigné, au moins une fois. Le message est passé dans tout les cercles grâces aux Pierres de Messages. En revanche, ce savoir a été fortement réprimé par les Chercheurs. Le Seigneur Chercheur Lambert notamment, a complètement étouffé cette histoire. Si cela peut vous donner une brigue d'espoir, vous pouvez entamer vos recherches quelques part. »

Léah afficha un sourire triste à l'apaisé et Lynne. L'espoir n'était pas mort, mais il était si infime qu'il était très probable qu'Edwin ne soit jamais soigné. Mais ce serait la première étape vers un nouvel Ordre. Vers un nouveau monde.


Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue le Créateur qui me donne
Une âme à la fois noble et fière.


En ce lieu d'opprobre et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombre.
Les années s'annoncent sombres,
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mar 16 Oct - 23:44

Que Justice soit faite


En s’efforçant de s’ouvrir à Léah, Lynne espérait faire taire ces voix en elle qui la sommaient de ne pas avoir affaire aux Templiers. Que ce soit à Ostwick ou Kirkwall ils avaient toujours été à son égard de froides figures de métal incapables de compassion. Oh, ils n’étaient bien sûr pas tous comme cela. Il arrivait que l’un ou l’autre se détourne du droit chemin pour offrir aux mages un modeste soutient ; mais de telles occurrences étaient si rares qu’elles soulignaient d’autant plus l’indifférence dont faisait preuve la majorité écrasante de ces soldats divins. Humbles serviteurs du Créateur qui les avait faits ironiquement à son image : sourds à la souffrance de ses enfants et incapables de bienveillance.
Il était terriblement aisé de laisser sa peur la guider plutôt que la confiance. Les Templiers étaient des gardiens silencieux et omniprésents. Des yeux derrière une armure d’acier. Un vide abyssal qui aspirait l’Immatériel. Une main qui gardait les émotions enfermées dans un éternel silence apaisé.

Mais Léah lui semblait différente à bien des égards. Sa foi, bien que pesante, ne masquait en rien sa bienveillance. Elle lui souriait. Elle tentait de paraître moins menaçante que ses compères. Elle lui parlait comme à un être humain.
Et qu’il s’agisse d’un malentendu ou non, elle s’était retournée contre des membres de sa propre faction au dépit de sa propre vie. Peu avait importé leur identité sur le moment ; la chevalière avait vu deux innocents en danger, et c’était sans égard pour sa propre vie que la jeune femme s’était précipitée à leur rescousse.

Autant de raisons qui avaient poussé Lynne à briser graduellement sa garde. Lui offrir la chance de prouver sa bonne foi était la meilleure chose qu’elle pouvait lui proposer à cet instant ; et rien de tel que la conversation pour faire cela.

Mais l’échange pris un tournant qu’elle n’avait pas anticipé. Léah se stoppa à la simple évocation de Kirwall, faisant s’arrêter la mage quelques pas plus tard, suivi de près par Edwin qui se tourna alors pour remettre en question ses propos.
Une froide logique face à la révolte qui vibrait en elle. Edwin semblait entièrement satisfait de sa condition et y trouvait un acte de pitié là où Lynne n’y voyait que cruauté et injustice.

Edwin ne répondit pas à la riposte de Lynne. Il n’en eut pas l’occasion du moins, alors que cette dernière tournait son regard vers leur interlocutrice, entrouvrant déjà la bouche pour lui présenter quelques bribes d’excuses face au tournant qu’avait pris la situation avant de s’interrompre face à l’effarement qui transperçait d’elle. Lui-même s’attarda sur le visage de la Templière, croisant son regard tout en constatant avec indifférence le léger tremblement de ses lèvres.

« Oh, Lynne... je suis sincèrement désolé pour tout ce qui vous est arrivé à Kirkwall. A Orlaïs, nous recevions des rapports parfois. Mérédith est allé trop loin. Nous la pensions justifié à cause du gros pourcentage de mages rebelles là-bas, mais nous n'avons jamais pensé qu'elle en était la cause. Nous aurions dû arrêter tout cela. Je ... »

La mage de soin la fixait avec stupéfaction, troublée par l’humilité dont son interlocutrice faisait preuve. Une telle attitude était inhabituelle dans l’expérience qu’elle avait des Templiers ; mais la guerrière ne s’attarda pas en si bon chemin, poursuivant alors que son attention se focalisa davantage sur Edwin.

« Je n'ai rien d'autre à vous offrir que des excuses. A vous et à Edwin. Et, Edwin, si mes paroles peuvent percer la carapace de votre logique imparable, sachez que le rite de l'Apaisement est réservé aux maleficarums les plus virulents. Tel le responsable de l'explosion de la Chantrie à Kirkwall, par exemple. Mais ... »

Poliment, l’Apaisé la laissa discourir sans l’interrompre. Il ne semblait pas particulièrement touché par ces paroles tandis que Lynne baissait légèrement les yeux, repensant alors à Anders. Il y a longtemps, elle aurait été d’accord avec ce type de propos. Les mages dangereux méritaient un tel châtiment, et celui-ci tout particulièrement avait prouvé qu’il était capable de terribles choses.
Pourtant, un léger frisson la parcouru quand l’image d’un Anders Apaisé traversa son esprit. Tel était la torture dans laquelle elle s’était plongée toute seule en se prenant d’amitié pour la personne qui leur avait tendu la main au moment où ils en avaient eu le plus besoin.

« Je ne sais pas si le message vous est parvenu à Kirkwall. Le Rite de l'Apaisement a été soigné, au moins une fois. Le message est passé dans tous les cercles grâces aux Pierres de Messages. En revanche, ce savoir a été fortement réprimé par les Chercheurs. Le Seigneur Chercheur Lambert notamment, a complètement étouffé cette histoire. Si cela peut vous donner une brigue d'espoir, vous pouvez entamer vos recherches quelques part. »

Ses iris se relevèrent vers son interlocutrice alors que cette révélation chassa ces fugaces pensées, qui se dispersèrent comme une fumée dans le vent. Ses yeux s’agrandirent imperceptiblement sous l’effet de la surprise, tétanisée par ces simples propos.

« Quoi … que dites-vous là ? »

La brune se rapprocha de sa protectrice, n’osant la quitter des yeux alors qu’elle réfléchissait à toute allure, assimilant progressivement l’affirmation de la Templière.

« Le Rite peut-être annulé ? Mais … comment- … »

Elle semblait troublée, la faisant s’emmêler dans les phrases qu’elle tentait de formuler. Elle se tut alors, regardant alors Edwin qui venait rejoindre les deux femmes avant de revenir à la Templière, l’analysant de ses iris d’un brun sombre comme pour déceler une quelconque trace de moquerie de sa part. Seule la gravité se lisait cependant sur son visage, la perturbant davantage.

« Excusez-moi je … ce n’est pas une blague ? Vous ne vous moquez pas de moi, c’est vraiment … possible ?» la questionna t’elle finalement, hésitante. « Je donnerai n’importe quoi pour faire revenir Edwin … si vous savez quoi que ce soit de plus, dites-le nous, s’il vous plait … »

L’idée de pouvoir délivrer son compagnon de ce châtiment l’avait effleuré à de nombreuses reprises depuis leur errance. Mais il avait toujours s’agit d’un simple rêve, d’un espoir. D’un « et si … », une fiction à laquelle elle aimait s’abandonner de temps en temps. La nouvelle la laissait ainsi emplit d'excitation, contrairement à son compagnon qui, une fois de plus, se fit raisonnable.

« Ca me parait hasardeux Lynne. Le savoir des Chercheurs est extrèmement bien gardé, je doute que nous trouvions un quelconque indice par nous-même. » répliqua doucement Edwin avec monotonie. « De plus, je suis très bien ainsi. J’ai la chance de vivre paisiblement sans émotions pour me troubler dans ma vie quotidienne, et je suis devenu inintéressant aux yeux des Démons. N’est-ce pas là une existence enviable ? »

Ses yeux sans lueur se greffèrent alors sur ceux de Léah.

« Peu importe que je sois un malifecarum ou non, ce qui est fait est fait et je suis avantagé en tous points. Si vous le désirez, une fois en sécurité, je vous expliquerai les bénéfices de vivre sans sentiments. »








#99ccff



(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Flashback] Que Justice soit faite [pv. Léah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» l'équipe la plus chère qui soit
» Comment passer fm en un rien de temps, soit en moins de 24H
» [Codex Levan] Chapitre 5 – Justice héraldique
» La justice Provençale, une mascarade ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Marches Solitaires-
Sauter vers: