en haut du forum
en bas du forum



Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne]

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
Anonymous
Invité
Invité
Ven 3 Aoû - 15:04




◇ Se reconnaître là où l'on est ◇





Par une fraîche soirée à Fort Céleste, tout semblait étrangement calme et reposant. Au loin, dans la vallée, les huttes des soldats s’éclairaient de centaines de feux de camp alors que la nuit tombait doucement. Cullen était accoudé contre un merlon des remparts, le regard orienté vers l’horizon.

Comme chaque soir, il prenait du temps pour s’isoler et penser à lui. Aussi était-il en pleine remise en question à propos de sa santé actuelle qui dégradait d’avantage. Cela lui arrivait souvent et il s’en inquiétait. Il ne souhaitait pas délaisser l’inquisition qui avait besoin de lui pour quelques formalités.

Le Fereldien avait délaissé son manteau de fourrure quelque part sur son bureau, abandonné ses brassards et retroussé les manches de son pull pour sortir. Il s’était mis à l’aise en quelques sortes, pris par des bouffées de chaleurs. N’arrivant plus à travailler il était sorti prendre l’air, se changer les idées. C’est là qu’on s’approcha de lui : sœur Marjorie. Elle connaissait assez bien le Commandant pour deviner qu’il ne passerait pas ses petites promenades à côté de son bureau. Pour tout dire il remontait les remparts pour s’isoler plus qu’il ne l’était. C’est pourquoi elle passait le voir, afin de s’assurer de sa santé. Ce soir-là, elle lui tendit un nouveau plateau repas, qu’il avait probablement oublié pris dans ses rapports.

Il se retourna légèrement, la voyant approcher de lui et devinant clairement ses intentions. Il était vrai que parfois il oubliait de se nourrir, il n’était pas malheureux de la voir à ses petits soins de temps à autres.







《 -  Fais-moi plaisir et va manger. 》






《 - Je suis désolé, j’ai encore oublié de venir au recueillement. 》






《 -  Ce n’est pas grave. Souffle un peu, tu as l’air dans tous tes états. 》

Il se saisi du plateau, examina son contenu alors que la sœur essayait de lui faire comprendre le pourquoi il était important de bien manger et de ne louper aucun repas. Cela lui fit sourire, il voyait en elle sa sœur Mia, qui adorait le reprendre quand il faisait des erreurs. D’ailleurs en parlant d’elle, le voici avoir reçu ce jour une lettre le sermonnant de ne pas avoir reprit contact après son départ de Kirkwall. Il ne savait pas vraiment quoi lui répondre, il l’avait lu plusieurs fois pourtant. Mais Sœur Marjorie était parfaitement au courant de ce qui lui arrivait et s’en inquiétait.







《 -  ça va aller ? 》






《 - Je tiens le coup.  》

Il n’aimait pas s’attarder sur ce sujet et se contentait chaque fois de dire que tout allait pour le mieux. Mais ses semblants de sourire avaient le don de rassurer les personnes en face de lui, principalement l’ancienne sœur de Kirkwall. Une fois sa mission accomplie, elle lui souhaita de veiller sur lui et s’en retourna à ses occupations habituelles.







《 -  Je compte sur toi pour tout finir.  》

Abandonné avec sa nourriture, il la regarda s’en aller en prenant une direction alors que lui se mit à prendre le côté opposé. Il se rendit près de la tour et descendit les escaliers pour rejoindre la petite place en contrebas. Elle donnait la vue sur la quasi totalité du fort et il appréciait se rendre là. Pour dire les remparts étaient en quelques sortes son royaume à lui et il en connaissait chaque recoin.  Il prit alors place sur le petit muret situé en bout de la petite place et s’assis dessus, les jambes balançant dans le vide. En contrebas de lui, la taverne et ses bruits d’ambiance étouffés venaient lui tenir compagnie dans sa solitude.

Il faisait nuit depuis un moment peut-être, la lune éclairait le fort de là où elle était et les étoiles scintillaient doucement. Il regarda au loin dans le fort, alors qu’il commençait à se forcer de manger. Il avait un plat des plus copieux, mais il n’avait pas réellement la tête à ça, c’est pourquoi il mangea ses pommes de terre très lentement.

#a52b2b

En ligne
Lynne Lenhardt
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 377
Emploi/loisirs : Mage de soin
Ven 3 Aoû - 21:16

Se reconnaître là où l'on est



« Tu n’as pas arrêté de travailler depuis que nous sommes arrivés. Mange. »

Lynne leva les yeux de son parchemin, seulement éclairée par la lumière des torches qui garnissaient les murs de la tour et de la bougie se situant sur le bureau de bois. D’une main, Edwin débarrassait la plume, la petite bouteille d’encre et les quelques feuilles de notes de la jeune femme tandis que de l’autre, il déposait une assiette contenant une part de tourte encore chaude ponctuée d’une fourchette.
La jeune femme suivit ses faits et geste en silence, attentive.

« Merci Edwin, c’est gentil. Mais je n’ai pas très faim. »

« Et nous savons tous les deux que c’est un mensonge. Tu n’as presque rien avalé à midi. »

La mage sourit légèrement face à la placide logique de l’Apaisé. Celui-ci garda ses yeux argentés sur elle, continuant avec sérénité, contrecarrant déjà les excuses que Lynne s’était apprêtée à lui servir.

« Notre situation est pour l’instant confortable, il est inutile que tu te presses ainsi. Quoi que nous fassions, trouver le remède prendra du temps. Il serait contreproductif que tu t’épuises à la tâche. » tenta-t-il de la raisonner. « Si tu veux vraiment m’aider, commence par prendre soin de toi-même. »

Un simple silence accueillis ces propos empreints de bon sens. Lynne n’avait rien à lui objecter ; il avait raison sur toute la ligne, et elle aurait été la première à donner ce type de conseil à quiconque se trouverait dans une situation ressemblant à la sienne. Mais peu pouvaient comprendre la culpabilité qui la poussait à aller au chemin le plus court même si cela détériorait sa santé. La malédiction d’Edwin n’avait que trop duré, et elle avait si peu avancé ces dernières années en raison de la limitation de ses moyens qu’elle ne pouvait s’empêcher de vouloir y mettre les bouchées double.

Tout avait changé depuis qu’elle avait rejoint la tour des mages de Fort Céleste suite à sa correspondance avec le commandant. Ce lieu de travail était parfait pour quelqu’un comme elle. Elle était entourée de mages brillants sur lesquels elle pouvait comptait pour bénéficier d’aide, et les ressources dont ils disposaient étaient simplement fantastiques. Elle avait bon nombre de cartes en main pour réellement faire avancer ses recherches, et elle comptait bien les exploiter au maximum de ses capacités.

Et pourtant, Edwin n’avait que trop raison. Sa tête bourdonnait à force de rester cloitrée au sein de la tour, de lire et de réfléchir. Voilà trois jours environ qu’ils étaient là, et elle n’avait pour l’instant pris la peine de se reposer véritablement.

Aussi admit-t-elle aisément son tort, soupirant doucement.

« Bon. Je vais arrêter pour ce soir et aller manger un bout, alors. »

« Sage décision. »

Le noiraud se dirigea vers les ouvrages de la bibliothèque tandis que Lynne se levait, enfilant une cape chaude légèrement bordée de fourrure avant de prendre son assiette avec elle. Quelques instants plus tard elle se trouvait dehors, marchant le long des remparts. La brise fraîche des Dorsales de Givre caressa ses cheveux tressés d’une longue natte, la faisant légèrement frissonner.

Le silence qui régnait dans le fort lui conférant une atmosphère étrange et mystérieuse ; seuls les bruits du lointain le perçaient légèrement, rappelant que la vie demeurait toujours dans les ténèbres. A l’horizon, les imposantes montagnes glacées semblaient se dresser comme une fière muraille contre les habitants du fort. Cette simple pensée était réconfortante ; ici, Edwin serait en sécurité.

Lynne longea les remparts de pierre à la recherche d’un endroit où manger son petit plat en toute tranquillité. La taverne était trop animée à cette heure pour qu’elle songe à y entrer. Elle voulait simplement un peu de paix sous cette nuit étoilée.

Elle entreprit de passer la tour qui se trouvait sur son chemin avant de bifurquer vers la gauche. C’était ici que se trouvait une petite place discrète qu’elle avait repéré il y a quelques jours. Un endroit parfait pour quelqu’un comme elle.

S’enfonçant sur la place, elle ne remarqua qu’à mi-chemin la présence d’un individu dont elle n’avait pas anticipé la présence. La mage ralentit le pas, prenant le temps d’observer la figure qu’elle voyait de dos avant de finalement la reconnaître malgré son absence d’armure et de fourrure. Cullen.

Elle hésita à repartir d’où elle était venue – mais il se retournait déjà à son arrivée qui n’était pas exceptionnellement furtive.

Les mots du commandant lui revinrent en tête, et elle voulu se mettre une claque. S’écraser. Elle n’avait pas à le faire. Il n’était plus chevalier sous capitaine, tout comme elle ne faisait plus partie d’un Cercle. Il était certes commandant, mais il n’en demeurait pas moins un être humain tout à fait normal malgré son passé houleux. Elle n’avait toujours pas oublié les fautes dont il était responsable ; mais il lui avait tendu la main quand elle en avait le plus besoin. Et cela, ça comptait pour quelque chose à ses yeux.

Toujours est-il que si elle n’était qu’une simple mortelle, lui aussi l’était, avec ses erreurs et ses faiblesses. Elle n’avait rien à craindre de lui. Peut-être pouvait-il être de bonne compagnie, si elle leur offrait une chance.

Se ressaisissant, elle s’efforça à se détendre.

« Ah – bonsoir. Je ne m’attendais pas à vous trouver ici. » commença-t-elle avant de continuer. « Est-ce que ça vous dérange si je me joins à vous ? »


Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne] Latest?cb=20150523145513

#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Sam 4 Aoû - 0:14




◇ Se reconnaître là où l'on est ◇






Il se croyait seul pendant ce temps, ne jetant pas réellement d’œil du côté de la tour des mages. Des patrouilles passaient en règle général et il avait apprit à faire abstraction de cette légère distraction. C’est pourquoi quand il entendi s’approcher de lui, il se retourna par pur réflexe pour vérifier de qui il s’agissait. – il ne manquait plus qu’on le pousse en bas du mur – mais il s’agissait d’une silhouette féminine qu’il ne discernait pas aux premiers abords. Il ne dit rien immédiatement, l’observant de bas en haut.





《 - Ah – bonsoir. Je ne m’attendais pas à vous trouver ici. 》


Cette voix lui était familière, il ne savait plus réellement où mettre le doigt, mais quand elle s’approcha d’avantage de lui, il pu entrevoir son visage éclairé par la lumière lunaire. C’est là qu’il pu remettre cette voix si douce sur un visage : Lynne, l’ancienne mage du cercle de Kirkwall qu’il avait revu récemment.





《 - Oh.. Excuse-moi, j’ai eu de la peine à te reconnaître avec cette visibilité… Bonsoir. 》


il tournait sa cuisse de pouler sur son plateau alors qu’il lui dit ça, n’ayant pas réellement faim. C’est là aussi qu’il aperçu qu’elle souhaitait manger également vu qu’elle tenait son repas dans les mains.





《 - Est-ce que ça vous dérange si je me joins à vous ? 》





《 - N-non bien sûr que non. Le muret est assez large pour deux. 》


Il eut une once de gêne, peut-être surprit dans son intimité. Mais un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal non plus, il n’avait pas parlé de tout et de rien avec personne depuis.. depuis des temps immémoriaux au fait. Quand elle fut installée près de lui il leva doucement la tête vers elle et observa son repas. Un bon sujet pour commencer une banale discussion..





《 - Tu manges.. aussi tardivement ? 》


Evidemment, elle devait être aussi occupée que lui. Et quand l’esprit est en pleine soif de connaissance, l’estomac avait de la peine à suivre. C’était son cas à lui.





《 - J’ai de la peine avec le mien… C’est limite si Andrasté veille sur moi au point de me forcer à manger 》


Il se rappela de la lettre qu’il lui avait écrite quelques jours plus tôt, pour lui indiquer de venir faire ses recherches au fort. L’inquisitrice étant absente, elle n’avait pas encore pu décrocher son rendez-vous avec elle pour le moment. Et disons qu’il n’avait pas été là pour l’accueillir non plus.





《 - Tout va bien depuis ton arrivée au fort ? 》


#a52b2b

En ligne
Lynne Lenhardt
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 377
Emploi/loisirs : Mage de soin
Sam 4 Aoû - 11:55

Se reconnaître là où l'on est



Le commandant semblait prédisposé, tout comme elle, à même à passer un peu de temps en leur compagnie mutuelle. Aussi, dès que la permission lui fut accordée, elle le remercia alors qu’elle refermait la distance entre elle et le muret, s’asseyant confortablement aux côtés du blond.

D’ici, l’animation de la taverne s’entendait davantage sans pour autant être envahissante, mais cela ne la dérangeait en rien. Au contraire, il y avait quelque chose de réconfortant et de relaxant dans cette animation nocturne dont seuls eux deux étaient témoins, n’aspirant qu’à un peu de paix.  

La voix de son voisin ne tarda pas à s’élever une fois qu’elle fut placée, ses jambes balançant dans le vide aux cotés des siennes.

« Tu manges ... aussi tardivement ? »

« Je n’ai pas trop l’habitude. J’ai été … très occupée avec mes recherches, donc je n’ai pas fais attention à l’heure. » lui expliqua t’elle tandis qu’elle plantait sa fourchette dans sa tourte.

Son regard se porta instinctivement sur le plat du blond. Il était bien plus copieux que le sien, et il ne semblait pas y avoir touché pour l’instant. Autrement dit, il n’était ici que depuis très peu de temps. Un sourire amusé vint étirer ses lèvres, son espièglerie naturelle s’exprimant plus aisément maintenant que son esprit naviguait sur des rivages plus tranquilles.    

« Et vous, quelle est votre excuse ? »

Tout en écoutant le blond, elle prit une bouchée de sa tourte. Elle n’était plus aussi brûlante qu’elle aurait dû l’être en raison de son exposition à l’air froid, mais cela n’ôtait rien à son plaisir. Elle était délicieuse. Elle eu une pensée affectueuse pour Edwin ; il l'avait bien choisi.  

La conversation continua sur le grignotage de l’ex-Templier, qui ne semblait pas prédisposé à manger énormément.

« J’ai de la peine avec le mien … C’est limite si Andrasté veille sur moi au point de me forcer à manger … »

Ces paroles amusèrent la mage de part leur tournure, mais elle ne laissa pas la plaisanterie l’aveugler. Ne pas être capable de manger ne serait-ce qu’un peu n’est jamais bon signe, aussi s’en soucia-t-elle naturellement.

« Comment ça se fait ? Quelque chose vous coupe l’appétit ? »

Il était normal de s’enquérir de son état. Elle espérait simplement qu’il n’allait pas faire preuve de la même fierté qu’il avait démontré lors de leur dernière rencontre. Il n’y avait jamais de maux trop petit pour être mis sous silence.

« Tout va bien depuis ton arrivée au fort ? »

« Très bien. J’ai déjà pris mes repères et tout le monde est serviable, donc je n’ai pas à me plaindre. Et la tour … ! »

La satisfaction de Lynne était perceptible, preuve de l’honnêteté de son opinion. Fort Céleste était un endroit où elle se plaisait beaucoup, du moins pour l’instant. Elle ne connaissait pas grand monde, et cela importait peu ; ce qui comptait était ses recherches et leur avancement, pas de s’y faire des amis – bien qu’elle ne refusât jamais une bonne compagnie. Ses collègues mages lui étaient sympathiques, tout comme son compagnon de repas.

Bien qu’elle n’eût pour l'instant pas relevé à voix haute l’absence de vêtements chauds chez ce dernier, ce détail ne lui avait pas échappé. Son regard, habitué à grapiller des informations en silence, avait aisément remarqué la fébrilité de Cullen. A en juger par sa transpiration, il semblait en proie à une sorte de fièvre.

« Vous, en revanche, vous ne semblez pas aller très bien. » constata t’elle sans détours. Déjà, elle posait son plat à coté d’elle tandis qu’elle détachait la boucle qui retenait sa cape.« La seule chose que vous allez gagner en restant exposé à l’air froid, c’est une grippe. Prenez ma cape. »


Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne] Latest?cb=20150523145513

#99ccff

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Dim 5 Aoû - 1:06




◇ Se reconnaître là où l'on est ◇









《 - Comment ça se fait ? Quelque chose vous coupe l’appétit ? 》





《 - Non… Quand j’ai l’esprit occupé à quelque chose je n’ai pas souvent le réflexe de tout laisser en plan pour aller me chercher de quoi manger. 》


Cela n’avait rien avoir avec son malaise ou quoi que ce soit. Mais souvent, quand il n’avait pas faim il n’aimait pas se forcer à manger. Cependant il faisait l’effort car il en valait de sa santé.

Puis il rebondit sur l’intégration de la jeune fille au sein du fort afin de lancer la conversation. Il n’avait pas vraiment pu discuter avec elle depuis son arrivée, tant il était submergé par le travail.





《 - Très bien. J’ai déjà pris mes repères et tout le monde est serviable, donc je n’ai pas à me plaindre. Et la tour … ! 》


Son regard se tourna automatiquement vers la tour des mages qui trônait sur le fort plus loin de leur position. C’était vrai que cela devait beaucoup l’aider de pouvoir consulter grimoires et spécialistes pour ses recherches. A cela il lui répondit d’un sourire et continua de manger tranquillement.





《 - Heureux de constater que tout va bien pour toi. 》





《 - Vous, en revanche, vous ne semblez pas aller très bien. 》


Il tourna instinctivement la tête vers elle, alors qu’elle posait son plat à côté d’elle. Disons qu’il ne comprenait pas réellement où elle voulait en venir. C’est là qu’il se rappela du pourquoi il avait décidé de prendre l’air.





《 - J’avais chaud, je suis simplement sorti prendre l’air. 》





《 - La seule chose que vous allez gagner en restant exposé à l’air froid, c’est une grippe. Prenez ma cape. 》


Tout en prononçant ces paroles, elle détacha son vêtement et le tendit à Cullen qui semblait légèrement perturbé par cette initiative.





《 - Je.. c’est.. ce n’est pas nécessaire, je t’assure. C’est plutôt toi qui va prendre froid dans ces montagnes : Les températures ne sont pas les mêmes que dans les marches libres, comme tu as pu le remarquer. 》


Elle semblait insister, du geste comme du regard. Il soupira et attrapa le vêtement pour le glisser sur son dos, laissant s’échapper un long soupire au passage. Au moins de cette manière elle arrêtera de l’embêter avec ça. Il y avait quelque chose de perturbant à avoir le manteau de quelqu’un d’autre sur le dos : Son odeur y était imprégné. Mais ce n’était pas désagréable pour autant. Seulement Cullen se sentait materné et ce n’était pas particulièrement … agréable.





《 -J’ai grandi non loin d’ici, plus au sud encore. Là-bas les hivers étaient glaçants, mais cela ne m’empêchait pas de m’évader en douce pour ne pas avoir à mettre un manteau. Je voulais devenir templier, et il était important de résister à tout, en premier au froid. C’est une habitude que j’ai gardée probablement. 》


Un entêtement plutôt. Comme ce qu’il vivait actuellement. Pas que cela lui déplaise d’avoir quelqu’un qui prend soin de lui, mais il préférait se débrouiller tout seul et ignorer les douleurs qu’il avait comme l’ordre lui avait appris à le faire. Les templiers étaient inébranlables, seulement Cullen n’en était plus un. C’était encore difficile de faire la part des choses…





《 - ça me tracasse. Pourquoi t'inquiéter autant pour moi, qui ai été ton bourreau pendant des années ? 》


#a52b2b

En ligne
Lynne Lenhardt
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 377
Emploi/loisirs : Mage de soin
Dim 5 Aoû - 13:08

Se reconnaître là où l'on est




Bien évidemment, Cullen trouva quelque chose à redire à son offre en évoquant les températures glaciales dont elle allait être victime. Elle ne voulut cependant rien entendre : à ses yeux, l’état de l’ex-Templier était plus alarmant. La jeune femme ne pipa mot, mais son regard désapprobateur en disait suffisamment long sur ce qu’elle pensait de l’ensemble de la situation. Voyant son insistance, il finit par abandonner et bientôt, sa cape entoura son nouveau porteur. Le long soupir qui s’échappa des lèvres du blond la laissa indifférente. Il pouvait souffler autant qu’il voulait, cela ne lui ferait pas changer d’avis sur le sujet. Il tomberait malade s’il persistait sur cette voie.
La morsure du froid devint plus sévère de son coté, la faisant légèrement frissonner. Cela ne changea cependant rien à ses résolutions. A l’heure actuelle, il en avait bien plus besoin qu’elle.

Sans doute dans une tentative de balayer son geste du revers de la main, il se lança dans quelques explications que la jeune femme écouta en silence, sans l’interrompre tandis qu’elle reprenait l’assiette qu’elle avait délaissée auparavant.

« J’ai grandi non loin d’ici, plus au sud encore. Là-bas les hivers étaient glaçants, mais cela ne m’empêchait pas de m’évader en douce pour ne pas avoir à mettre un manteau. Je voulais devenir Templier, et il était important de résister à tout, en premier au froid. C’est une habitude que j’ai gardée probablement. »

Elle vit en ses paroles une manière de justifier son attitude dangereuse. Aussi ne put-elle s’empêcher de commenter ses explications, presque indignée du manque de considération dont il faisait preuve à la fois à l’égard de son geste et de … lui-même.

«  C’est une chose de tester ses limites, et c’en est une autre d’être têtu. Vous devriez respecter davantage votre corps. »

Bien sûr, son conseil serait ignoré. Une chose qu’elle avait bien compris chez Cullen pour le peu de temps qu’ils avaient passé ensemble, c’est qu’il était capable de faire preuve d’entêtement quand il s’agissait de sa propre santé. D’abord ses brûlures. Puis ses tremblements. Et enfin, son état actuel. Avait-il toujours été comme ça ?

Alors qu’elle réfléchissait, s’apprêtant à se reprendre un petit morceau de nourriture, la voix de Cullen s’éleva à nouveau.  

« Ça me tracasse. Pourquoi t'inquiéter autant pour moi, qui ai été ton bourreau pendant des années ? »

Elle se stoppa dans son geste, prise de court par la question. Ses yeux se posèrent sur son assiette tandis qu’elle reposait doucement sa fourchette dans un léger cliquetis.
La question était plus que légitime. Après tout ce qu’elle avait vécu au Cercle et ce que lui-même avait pu faire … ses mains étaient tâchées du sang des innocents, et pourtant, voilà qu’elle s’était mise à se soucier de sa santé. Quoi de plus absurde que de tendre la main à son meilleur ennemi ?

Son regard se perdit vers le bâtiment principal qui laissait entrevoir la lumière qui l’habitait encore avant de tourner la tête vers Cullen.

« … Et vous ? Pourquoi aidez-vous une mage ? N’êtes vous pas supposé me détester ? »

Le Cercle avait été tout sauf une expérience agréable. Et la faute à qui ? Ses gardiens. Meredith en était à la tête, et Cullen l’avait toujours suivi dans ses démarches, aussi cruelles soient-t-elles. Il avait su instaurer la peur dans le cœur de bien des mages, elle y compris bien qu’elle fut de loin l’un des plus dociles. Personne n’avait jamais véritablement compris les raisons du comportement du Chevalier sous-capitaine. La folie et la paranoïa avaient guidé la conduite de Meredith. Mais lui n’avait qu’une haine dont le fondement était inconnu de tous.
Et pourtant ils étaient là. Tous les deux, assis l’un à côté de l’autre, à manger un morceau ensemble. Aussi ironique que cela puisse paraître, la question qu’il posait le concernait également.

Lynne ne cherchait pas à esquiver son interrogation, au contraire. Sa remarque avait simplement mis le doigt sur l’absurdité de leur situation. Deux ennemis naturels qui se côtoyaient sans vouloir s’entretuer à tout prix. D’une certaine manière, ils avaient réussi là où Orsino et Meredith avaient échoués.

Elle poursuivit, ne lui laissant pas le temps de répondre à la question. Il voulait des réponses, mais elle aussi les cherchait. Sa conduite avait été jusque là instinctive, mais elle avait besoin de mettre des mots sur son attitude à priori incohérente avec son vécu. Pourtant, elle avait des fondements, et elle le savait parfaitement. Il ne restait plus qu’à mettre des mots sur ces derniers.

« Je n’ai pas oublié ce que vous avez fait. Je mentirai si je vous disais que je ne vous en veux pas pour … avant. Vous avez fait du mal à beaucoup de mages, dont mon meilleur ami. Et vous voyez dans quel état il est, maintenant. »

Il n’y avait ni colère, ni froideur dans ses propos. Simplement des faits qui étaient impossibles à ignorer.

« Bien sûr, je pourrai simplement me contenter de vous détester et de vous laisser accumuler les bleus et attraper toutes les maladies du monde. C’est ce que j’aurai pu faire, avant. » continua-t-elle avec une légère pointe d’humour, la faisant elle-même sourire légèrement. « Je pense que vous vous rappelez de la manière dont je vous ai abordé aux Marches Solitaires. Vous voir ici … bien sûr, j’étais furieuse. Mais le fait est que j’avais besoin de vous. »

Elle évita brièvement le regard de Cullen avant de revenir à lui. Au point où elle en était, elle préférait ne rien cacher de la vérité. Ce n’est pas comme si elle avait de raisons particulières de le faire.

« Je vais être honnête. Je ne pensais même pas que vous alliez m’aider. Quand je vous ai croisé là-bas … j’y ai vu une opportunité d’aider Edwin. Et j’ai voulu tenter ma chance pour ne pas avoir de regrets. Je ferai tout pour le guérir, et je ne laisserai rien ni personne me stopper. »

Lynne se rappelait encore de sa colère initiale. Elle avait eu en face de lui l’un des responsables de son Apaisement, qu’il soit direct ou indirect. Le souvenir de l’interrogatoire était également toujours présent dans son esprit. Il avait tellement souffert à cause de lui …

« Vous auriez pu m’envoyer balader. Vous ne me deviez rien, je n’étais qu’une mage en colère parmi tant d’autres. Enfin, pour être honnête, ce scénario a bien failli arriver. Mais ce qui vous a retenu quand vous étiez sur le point de partir … je crois que c’est là que mon point de vue à votre sujet a commencé à changer. »

Son regard s’égara sur les montagnes enneigées qui se dressaient en face d’eux, spectatrices silencieuses. Pensive, elle poursuivit.

« Je n’ai pas oublié ce que vous aviez dit à ce soldat. A propos de vos choix, de vos valeurs. Ce que vous vouliez être.»commença t’elle avant de s’expliquer davantage.« J’ai fais un pari, en vous questionnant sur vos principes. Et finalement, je l’ai gagné. Je ne m’y attendais pas. »

Elle soupira doucement, triturant sa fourchette entre ses doigts tandis qu’elle continuait de plus belle.

« … Je n’ai pas oublié le passé, et vous non plus semblerait-il. Comme je l’ai déjà dit, vous avez fait un tas de choses que je désapprouve. Cependant … »

La jeune femme marqua une légère pause, ses prunelles sombres revenant sur le visage attentif de Cullen.

« Cependant, je pense que ce sont les actes qui nous définissent. Certains ne se défèrerons sans doute jamais. Mais le futur, lui, est encore à écrire. Si une personne désire faire autre chose de sa vie, elle peut le faire pour peu qu’elle en ait la volonté. Tout le monde n’a pas nécessairement le souci de se poser des questions sur leurs choix passés et de devenir meilleurs. »

Une vérité simple, et pourtant, elle changeait beaucoup de choses pour peu que l’on était ouvert d’esprit. Lynne faisait partie de ces personnes méfiantes qui avaient du mal à accorder leur confiance à quiconque. Mais cela la rendait davantage apte à s'appuyer sur les actions d'un tel pour se faire une opinion de la personne en question, et non de simples paroles.

« Vos actes récents à mon égard en disent long sur vous, plus que vous ne l’imaginez. Vous auriez simplement pu m’ignorer et me laisser me débrouiller. Je veux dire … vous n’auriez eu aucun mal à vous débarrasser de moi en partant, et pourtant, vous êtes revenus et resté. J’imagine qu’il y avait une part de responsabilité en vous qui vous a poussé à  faire cela.»

Du moins, elle se plaisait à l’espérer. Elle ne voyait pas ce qui aurait pu le motiver à perdre son temps avec elle, à moins peut-être sa part d’humanité. Mais même cela, il n’en avait pas fait preuve auparavant, pas envers un mage du moins.

« Vous avez bien voulu discuter, et finalement, contre toute attente, vous avez-voulu vous impliquer davantage. Peut-être pas pour moi personnellement, mais pour le but que je cherche à atteindre. Pourtant, le Templier en vous aurait sans doute dû m’en empêcher même si dans le cas d’Edwin, le châtiment a été dispensé injustement. Personnellement, j’ai vu cela comme un souci de contribuer à réparer certaines erreurs que vous avez commise. » lui expliqua t’elle, avant de reprendre. « Et puis … vous m’avez sauvé face au Démon. Je m’étais laissée tenter sans le vouloir, et si cela avait continué, je … je pense que j’aurai pu finir en Abomination. Vous avez pris un risque en vous attaquant directement au Démon plutôt que de m’éliminer d’abord. »

Une légère brise souffla sur eux, agitant certaines de ses mèches qui se détachaient de sa coiffure. Elle frissonna légèrement face à cet air glacial, mais ne broncha pas. Elle conclu finalement son propos, joignant ses propres mains pour les tenir chauds ensemble.

« Et puis … après tout ça … vous m’avez montré que je n’avais pas à avoir peur de vous. Et vous avez continué à me tendre la main. »

Elle dévisagea le blond, qui ne l’avait pas interrompu depuis le début. Elle avait dit tellement de choses qu’elle était certaine que leurs plats respectifs avaient eu le temps de refroidir. Pourtant, elle avait eu besoin de dire tout cela. De s’expliquer. De chercher à le comprendre. De se comprendre elle-même.

« En résumé, ce que j’essaie de vous dire c’est que … ce qui compte pour moi, là, actuellement, ce n’est pas celui que vous étiez, mais celui que vous êtes devenu et que vous cherchez à être. Et je n’ai pas envie de vous détester simplement pour vous détester. C’est trop facile d’ignorer le présent en se focalisant uniquement sur le passé. Nous sommes plus complexes que cela, et je n’aime pas simplifier la réalité. »

Ses iris noisettes se plongèrent dans les siens, tandis que ses mains se serrèrent légèrement. Elle hésita vaguement, cherchant ses mots, avant de lui tenir ces dernières paroles d’une voix qui traduisait la douceur de son esprit.

« Cullen je … j’aime penser que vous n’êtes plus celui que j’ai connu. J’ai envie de vous donner une chance parce que j’ai cru voir quelqu’un d’autre que l’homme dont je me suis souvenu, et j’ai envie de croire qu’il y a des regrets en lui. Ais-je tort ? »  


Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne] Latest?cb=20150523145513

#99ccff

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Dim 5 Aoû - 19:32




◇ Se reconnaître là où l'on est ◇





Cullen ne comprenait pas pourquoi elle se souciait de lui, aussi – même si maladroitement – il demanda la raison. A sa question, la jeune mage le regardait sans rien dire, avant de fixer le bâtiment principal qui trônait devant eux.





《 - … Et vous ? Pourquoi aidez-vous une mage ? N’êtes vous pas supposé me détester ? 》


Elle jouait tristement sur les préjugés, mais elle avait raison sa question en était tout autant. Ce n’était pas de sa faute d’être aussi méfiant envers les mages, il avait ses raisons et il préférait ne pas y penser. Il voulu répondre à sa question, mais elle l’en empêcha, car elle reprit la première.





《 - Je n’ai pas oublié ce que vous avez fait. Je mentirai si je vous disais que je ne vous en veux pas pour … avant. Vous avez fait du mal à beaucoup de mages, dont mon meilleur ami. Et vous voyez dans quel état il est, maintenant. 》


Il en avait fait apaiser des mages, c’était vrai. Mais ce n’était pas réellement pour son plaisir propre, mais car ils étaient dangereux pour la plupart. Il ne se souvenait que vaguement du cas d’Edwin, car il était pas spécialement rebelle comparé à d’autres. Mais un mage qui goutait à la liberté se montrait bien plus dangereux qu’à l’accoutumer.





《 - Bien sûr, je pourrai simplement me contenter de vous détester et de vous laisser accumuler les bleus et attraper toutes les maladies du monde. C’est ce que j’aurai pu faire, avant. 》





《 - Tu as le pardon facile… 》





《 - Je pense que vous vous rappelez de la manière dont je vous ai abordé aux Marches Solitaires. Vous voir ici … bien sûr, j’étais furieuse. Mais le fait est que j’avais besoin de vous. 》


Depuis tout à l’heure le templier observait Lynne sans réellement prendre part au débat. Il préférait la laisser s’exprimer, aussi il se contentait d’écouter ses dires. Pour dire, elle ne semblait pas particulièrement à l’aise non plus en émettant ses idées.





《 - Je vais être honnête. Je ne pensais même pas que vous alliez m’aider. Quand je vous ai croisé là-bas … j’y ai vu une opportunité d’aider Edwin. Et j’ai voulu tenter ma chance pour ne pas avoir de regrets. Je ferai tout pour le guérir, et je ne laisserai rien ni personne me stopper. 》


Si cela était possible. Cullen ne connaissait rien qui pouvait ramener un apaisé. Et encore, il était possible que ce dernier essayerait de le tuer quand il retrouvera ses esprits. Autant dire qu’il en demeurait mitigé.





《 - Vous auriez pu m’envoyer balader. Vous ne me deviez rien, je n’étais qu’une mage en colère parmi tant d’autres. Enfin, pour être honnête, ce scénario a bien failli arriver. Mais ce qui vous a retenu quand vous étiez sur le point de partir … je crois que c’est là que mon point de vue à votre sujet a commencé à changer. 》


Cullen changea de position, en croisant ses chevilles dans le vide, et prenant appuis sur ses mains de manière à se mettre à l’aise, les yeux rivés dans le ciel dans un léger soufflement du nez.





《 - Je n’ai pas oublié ce que vous aviez dit à ce soldat. A propos de vos choix, de vos valeurs. Ce que vous vouliez être. J’ai fais un pari, en vous questionnant sur vos principes. Et finalement, je l’ai gagné. Je ne m’y attendais pas. 》





《 - Peut-être 》


Cette conversation commençait à l’irriter, aussi essayait-il de s’en tenir le plus à distance possible. Il n’aimait pas parler de ses sentiments et ressentis. Ce qu’il faisait ne regardait que lui.





《 - … Je n’ai pas oublié le passé, et vous non plus semblerait-il. Comme je l’ai déjà dit, vous avez fait un tas de choses que je désapprouve. Cependant … 》





《 - Cependant ? 》


Il détourna le regard vers elle, une pointe d’agacement se lisant clairement sur son visage. Il savait très bien ce qu’il avait fait : obéir aux ordres. De son côté, il se donnait corps et âmes à son métier car il avait eu une cuisante défaite contre les mages et les démons. Il préférait servir l’ordre mieux, en oubliant la part d’humanité de ces gens. Ils étaient dangereux et il avait des raisons de les haïr. N’importe qui pouvait se montrer être un mage dangereux et il le pensait toujours. Que ce soit la possession ou la magie du sang, il voyait toujours la magie d’un mauvais œil, bien qu’il essayait de se persuader du contraire. Il côtoyait des mages, ce n’était pas le problème. Mais il ne pouvait pas ignorer ce qu’il a vécu, pas aussi facilement.





《 - Cependant, je pense que ce sont les actes qui nous définissent. Certains ne se défèrerons sans doute jamais. Mais le futur, lui, est encore à écrire. Si une personne désire faire autre chose de sa vie, elle peut le faire pour peu qu’elle en ait la volonté. Tout le monde n’a pas nécessairement le souci de se poser des questions sur leurs choix passés et de devenir meilleurs. 》


Ses paroles étaient correctes, il était difficile de fuir le passé. Mais même s’il remettait sans cesse en cause ses actions passées, il ne pouvait s’empêcher de garder une pointe d’amertume dans toute cette histoire.





《 - Vos actes récents à mon égard en disent long sur vous, plus que vous ne l’imaginez. Vous auriez simplement pu m’ignorer et me laisser me débrouiller. Je veux dire … vous n’auriez eu aucun mal à vous débarrasser de moi en partant, et pourtant, vous êtes revenus et resté. J’imagine qu’il y avait une part de responsabilité en vous qui vous a poussé à faire cela. 》


Ce n’était pas réellement la responsabilité qui l’avait poussé à faire ça, mais simplement son devoir de maintient de l’ordre.. Façon de parler. Au moins elle avait un semblant de piste à suivre, et lui n’avait plus rien avoir avec ça désormais. Il l’avait aidé certes, mais il avait un objectif avec bien plus de conséquences qui l’attendait ici au fort. Il lui avait donné des cartes en main, à elle de les utiliser consciencieusement.





《 - Vous avez bien voulu discuter, et finalement, contre toute attente, vous avez-voulu vous impliquer davantage. Peut-être pas pour moi personnellement, mais pour le but que je cherche à atteindre. Pourtant, le Templier en vous aurait sans doute dû m’en empêcher même si dans le cas d’Edwin, le châtiment a été dispensé injustement. Personnellement, j’ai vu cela comme un souci de contribuer à réparer certaines erreurs que vous avez commise. 》


Le cas d’Edwin ou d’un autre apaisé n’était pas fait de manière injuste, c’était une manière au cercle de punir les récidivistes. Et cela fonctionnait. Même si pour elle c’était injuste, la punition devait être justifiée. Cullen n’avait pas fait cela pour elle ou l’apaisé, il était juste curieux de voir si cela pouvait fonctionner ou pas. Car nombre de fois s’était-il demandé s’il existait une manière de soigner les apaisés.





《 - Et puis … vous m’avez sauvé face au Démon. Je m’étais laissée tenter sans le vouloir, et si cela avait continué, je … je pense que j’aurai pu finir en Abomination. Vous avez pris un risque en vous attaquant directement au Démon plutôt que de m’éliminer d’abord. 》


Se cherchait-il des excuses à force de la voir s’excuser alors qu’il lui demandait simplement pourquoi. Si elle essayait de lui faire comprendre sa vision des choses, Cullen se braquait à l’entendre parler de lui lors de sa vie à Kirkwall. Il n’avait pas réellement demandé à ce qu’elle lui rappelle ce genre d’événement. Pourtant son action face au démon était juste, il l’aurait fait avec n’importe quel mage, car un templier devait les protéger de ce genre de créature en premier lieu. C’était un réflexe rien de plus.

Un vent léger se leva quelques instants, lui brûlant son visage par sa fraîcheur, mais étant apaisant par la même occasion. Il se fichait bien mal qu’il était complètement décoiffé, pour une fois. Il voulait juste rester tranquille sans se prendre la tête.





《 - Et puis … après tout ça … vous m’avez montré que je n’avais pas à avoir peur de vous. Et vous avez continué à me tendre la main. 》





《 - J'ai rendu service parce que c'était dans mes cordes. 》


Il ne lui répondit que brièvement, parce qu’il ne savait pas quoi lui répondre alors qu’elle expliquait son récit. Elle parlait étrangement beaucoup alors qu’il avait l’habitude de la connaître introvertie. Il avait mangé durant toute son explication, relevant la tête de temps à autres pour suivre son explication. Explication qui avait sens d’une certaine manière.





《 - En résumé, ce que j’essaie de vous dire c’est que … ce qui compte pour moi, là, actuellement, ce n’est pas celui que vous étiez, mais celui que vous êtes devenu et que vous cherchez à être. Et je n’ai pas envie de vous détester simplement pour vous détester. C’est trop facile d’ignorer le présent en se focalisant uniquement sur le passé. Nous sommes plus complexes que cela, et je n’aime pas simplifier la réalité. 》





《 - C’est difficile de pouvoir mettre les barreaux entre son passé et son présent. Et personnellement je n’arriverai pas à faire la part des choses. Pardonner, peut-être. Mais il y a toujours quelque chose au fond de toi qui te dit de te méfier. 》


Soudain, elle semblait hésitante, une nouvelle brise balayant les cheveux de la jeune femme les mettant dans une ambiance des plus… particulières. Elle releva le regard vers lui, plus intense qu’avant. Lynne cherchait ses mots, sans réellement savoir quoi, ce qui mit Cullen très mal à l’aise. Pour tout dire il commençait à se faire des idées sur les intention de la jeune mage.





《 - Cullen je … j’aime penser que vous n’êtes plus celui que j’ai connu. J’ai envie de vous donner une chance parce que j’ai cru voir quelqu’un d’autre que l’homme dont je me suis souvenu, et j’ai envie de croire qu’il y a des regrets en lui. Ais-je tort ? 》


Le fereldien fut soudainement prit d’une bouffée de chaleur sans réellement savoir pourquoi. Au fait si ,il avait presque cru entendre « Cullen … Je T’aime » et cela le mettait dans tous ses états. Il fixait droit en bas, où les arbres bruissaient doucement sans oser répondre quoi que ce soit, se répétant qu’il n’avait pas dû bien entendre.

Il n’oublia cependant pas le reste de ses propos, mais cela accentuait l’idée qu’il avait d’elle à présent. Et sans savoir pourquoi il sentait qu’elle s’était rapprochée, alors instinctivement, il se poussa d’une fesse pour créer de la distance entre les deux.





《 - J-je ne sais pas s’il faut appeler ça des regrets. 》


Il s’essuya le front qui suait à grosses gouttes d’un lent geste de la main. A bien y réfléchir, il ne savait pas réellement répondre si c’étaient réellement des regrets ou non. Il pensait avoir emprunté la bonne voie pour venir en aide aux gens. Mais il avait été salement exposé aux dures réalités de la vie.





《 - En tant que templier deux choix s’offraient à moi : Faire la guerre aux mages ou remettre de l’ordre à Kirkwall. J’aurais probablement sauté sur l’occasion mais cela ne me semblait pas être la meilleure option : J’avais vu trop de sang couler pour devoir le refaire encore. Tous les templiers qui refusaient de suivre l’ordre décidèrent de la quitter, ce fut mon cas. J’ai donc aidé la garde civil à instaurer l’ordre en ville en l’absence d’un nouveau vicomte. 》


Même ainsi ce fut difficile. A la potence, il ne voyait que les restes de Meredith figés sur place. Sa folie reflétait ce qu’il était devenu et ce qu’il risquait de se voir affligé s’il décidait d’aller plus loin. Et tuer n’était pas sa vocation, c’était même l’opposé de ses convictions.





《 - Meredith avait des façons un peu… particulières de faire régner l’ordre, mais sa vision des choses me correspondait bien et cela semblait garder les mages sous contrôle. Ce que je n’ai pas su faire dans mon précédent cercle. Sa propre sœur était mage, tu sais. Mais elle a décimé tellement de vies en se transformant en abomination que Meredith avait ses raisons de penser qu’il s’agissait d’une malédiction. Je ne peux pas lui jeter la pierre, elle m’a apprit tout ce qu’elle pouvait m’apprendre et.. Je trouve qu’elle a eu une fin malheureuse. Je suis resté à Kirkwall par respect pour elle principalement. 》


Cullen s’en voulait que tout finisse comme ça. Il n’avait pas réussi à la raisonner car il était impossible de la résonner. Elle ne voyait que du rouge, du sang, du lyrium, et sa folie était telle qu’Orsino n’a pas su se montrer à la hauteur de son rang non plus.





《 - Chacun son avis sur la question, je ne suis pas là pour me prendre la tête avec ça. Mais.. quand elle est partie et que la tempête s’en est allée jusqu’au-delà de nos murailles, je n’ai pas pu me sentir autrement que responsable des actes que nous avons causé, parce que j’étais son second. 》


Indirectement, ce que Meredith lui avait légué était cette guerre mage-templier. Son principal but était de remettre de l’ordre et l’inquisition fut une excellente opportunité pour ça.





《 - Je fais simplement de mon mieux pour réparer ça, bien que j’estime que cela nous pendait au nez depuis de longues années. Mais personne n’oubliera ce qui s’est passé là-bas. Moi le premier. 》


Dans son cas, son état de santé importait peu. Le plus important était que cela se termine et que tout redevienne calme. Il était clair que l’ère des cercles était achevée et que rien ne serait pareil, mais… au moins que les combats cessent et qu’ils retrouvent le calme rapidement.

Il vit clairement qu’elle frissonnait alors il reposa son plateau à côté de lui et lui rendit son manteau sans plus de cérémonie avant de le lui remettre sur les épaules.





《 - Je suis peut-être têtu au point de vouloir même attraper froid, mais ce n’est rien en comparaison à ce que les actions du cercle ont pu engendrer. 》


Il la fixa quelques instants, sans s’attarder pour autant avant de reprendre sa position initiale.





《 - Je donnerai ma vie pour que l’inquisition réussisse à atteindre son but. 》


#a52b2b

En ligne
Lynne Lenhardt
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 377
Emploi/loisirs : Mage de soin
Dim 5 Aoû - 22:33

Se reconnaître là où l'on est



Plus Lynne parlait, plus elle avait l’impression qu’elle s’aventurait sur un terrain glissant. Pourtant, elle voulait être honnête, dire ce qu’elle pensait quitte à être dans le faux et qu’un éclaircissement se fasse par la suite. Peut-être était-elle naïve ou idéaliste. Mais elle aimait croire qu’il avait changé d’une manière ou d’une autre, peu importait la raison véritable.

Toujours est-il que soudainement, alors qu’elle concluait son propos, Cullen semblait pris d’un trouble qu’elle ne compris pas. Il évita soudainement son regard. A la lumière de l’astre lunaire, elle n’était pas certaine de bien voir mais il semblait … rougissant ?

Il s’écarta légèrement d’elle, geste qui l’emplit de confusion. Sa gorge se serra, prise de nervosité. Pourquoi cette distance ? Avait-elle dit quelque chose de mal ?

« J-je ne sais pas s’il faut appeler ça des regrets.»

Le trouble du commandant était évident. Pourtant, elle n’osa pas le relever de peur d’empirer la situation. Son regard se baissa, puis se détourna pour finalement se raccrocher aux arbres se situant non loin d’eux. Cependant, elle l’écoutait toujours avec attention.

« En tant que templier deux choix s’offraient à moi : Faire la guerre aux mages ou remettre de l’ordre à Kirkwall. J’aurais probablement sauté sur l’occasion mais cela ne me semblait pas être la meilleure option : J’avais vu trop de sang couler pour devoir le refaire encore. Tous les templiers qui refusaient de suivre l’ordre décidèrent de la quitter, ce fut mon cas. J’ai donc aidé la garde civil à instaurer l’ordre en ville en l’absence d’un nouveau vicomte. »

« Donc vous avez choisis de ne pas perpétuer la violence. C’est honorable. Meredith nous avait habitué à … à autre chose. »

Le souvenir de la chevalier capitaine lui était encore amer. Pour elle, ce n’était qu’une femme aigrie et paranoïaque dont le seul désir était de voir tous les mages périr.

« Meredith avait des façons un peu… particulières de faire régner l’ordre, mais sa vision des choses me correspondait bien et cela semblait garder les mages sous contrôle. Ce que je n’ai pas su faire dans mon précédent cercle. Sa propre sœur était mage, tu sais. Mais elle a décimé tellement de vies en se transformant en abomination que Meredith avait ses raisons de penser qu’il s’agissait d’une malédiction. Je ne peux pas lui jeter la pierre, elle m’a appris tout ce qu’elle pouvait m’apprendre et ... Je trouve qu’elle a eu une fin malheureuse. Je suis resté à Kirkwall par respect pour elle principalement.»

Elle se força à ne pas regarder Cullen tandis qu’il énonçait cette dernière phrase. Ses mains se serrèrent imperceptiblement tandis qu’elle conservait sa révolte pour elle. Cette femme … elle ne méritait aucun respect. Pas pour tout ce qu’elle leur avait fait subir. Peu importait ses raisons initiales.
Cullen dû se douter de la manière dont Lynne envisageait la chose, car il compléta assez tôt ses propos pour passer à l’essentiel.

« Chacun son avis sur la question, je ne suis pas là pour me prendre la tête avec ça. Mais ... quand elle est partie et que la tempête s’en est allée jusqu’au-delà de nos murailles, je n’ai pas pu me sentir autrement que responsable des actes que nous avons causés, parce que j’étais son second. »

Son regard revint sur lui, son irritation initiale se calmant légèrement. Ainsi avait-elle vu juste ; il se sentait tout de même coupable, ou du moins avait-il décidé de porter la responsabilité de l’ensemble des crimes perpétrés au sein du Cercle. C’était tout de même un échelon de plus qu’elle avait anticipé.

« Je fais simplement de mon mieux pour réparer ça, bien que j’estime que cela nous pendait au nez depuis de longues années. Mais personne n’oubliera ce qui s’est passé là-bas. Moi le premier. »

Elle demeura dans son mutisme, frissonnant une fois de plus à cause de l’air glacial. Instinctivement, elle porta ses mains à ses propres bras dans une tentative de se réchauffer ; mais bientôt, elle sentit la chaleur de tissus et de fourrures lui revenir sur les épaules. Elle jeta un coup d’œil à Cullen, qui avait replacé la cape sur elle.

« Je suis peut-être têtu au point de vouloir même attraper froid, mais ce n’est rien en comparaison à ce que les actions du cercle ont pu engendrer. »

Lynne sembla un instant blasée, dépitée que sa cape lui revienne alors qu’elle lui avait offerte initialement. Mais son expression ne demeura pas tandis qu’il énonçait à travers ses paroles une information qui lui mis la puce à l’oreille. La manière dont il envisageait ses actes semblait laisser sous-entendre qu’il en connaissait le poids, qui n’était que trop lourd.

« Je donnerai ma vie pour que l’Inquisition réussisse à atteindre son but. »

Une résolution des plus déterminée et courageuse mais, en même temps, des plus terrifiante. Elle comprenait ce désir de donner sa vie pour ce qui comptait – ici, l’ordre et la justice. Mais pourquoi trouvait-elle que de sa bouche, cela sonnait presque suicidaire ?

Ce n’était sans doute qu’une impression. Ces mots étaient souvent employés pour simplement signifier une grande dévotion – aussi partit elle sur cette interprétation en s’efforçant d'oublier ses sombres pensées.

« C’est un noble choix. »

Elle hésitait à évoquer avec lui la gravité qu’elle avait décelé dans ses explications. Mais peut-être surinterprétait-elle les émotions de l’ex-Templier, et il ne semblait pas spécialement apprécier parler de tout cela. A cela s’ajoutait le simple fait qu’elle ne le connaissait pas énormément, et elle voulait rester à sa place. Aussi décida t-elle de s’éloigner de ces sujets graves pour le moment – mais pas avant de s’excuser.

« … Vous avez donc votre réponse. … Je suis désolée si je vous ai offensé d’une quelconque manière en parlant de tout cela, ce n’était pas le but recherché. J’en ai sûrement trop dit. »

En plus de l’irritation qu’il avait laissé transparaître, elle repensait principalement à son étrange réaction. Elle s’en voulait pour cela. Voilà pourquoi elle aimait peu parler ; parce que dès qu’elle se laissait emporter, on lui laissait comprendre, directement ou indirectement, que ses paroles étaient de trop ou indésirables.  
Elle s’efforça à ne pas laisser transparaître ses remords, essayant de naviguer sur un autre sujet.

« … J’aimerai simplement que nous repartions sur des bases plus amicales. Je n’ai pas envie de laisser le passé se mettre entre nous. »



Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne] Latest?cb=20150523145513


#99ccff

Voir le profil de l'utilisateur
Anonymous
Invité
Invité
Lun 6 Aoû - 0:10




◇ Se reconnaître là où l'on est ◇





Il y eu un léger coup de vent, alors qu’ils regardaient les deux en direction des arbres en contrebas. Le silence n’était pas réellement pesant, mais Cullen senti rapidement qu’un froid s’était installé. Il était loin de comprendre pourquoi. Puis, elle lui répondit simplement :





《 -  C’est un noble choix. 》


Il ne regarda pas plus longtemps par terre et décida de s’allonger sur le muret en basculant en arrière.





《 -   … Vous avez donc votre réponse. … Je suis désolée si je vous ai offensé d’une quelconque manière en parlant de tout cela, ce n’était pas le but recherché. J’en ai sûrement trop dit. 》


Dans un premier temps il ne souhaitait pas répondre, alors qu’il fixait le ciel de là où il était. Mais il se résigna rapidement, un silence trahirait la vérité des propos qu’avait tenu la jeune femme. D’une certaine mesure, ce n’était pas si faux que cela en fin de compte. Et cela lui faisait bien plus craindre Lynne qui arrivait à lire en lui comme dans un livre ouvert.





《 - n-ne te tracasse pas pour ça, il n’y a pas de mal. La blessure est encore trop vive pour en parler librement. 》





《 - … J’aimerai simplement que nous repartions sur des bases plus amicales. Je n’ai pas envie de laisser le passé se mettre entre nous. 》





《 - c’est moi qui ai posé la question en premier, navré. Je ne voulais pas importuner. C’est juste que… je n’en ai pas l’habitude. – et que j’ai de la peine à discuter avec les femmes en général… - hem… 》


Il se redressa, et s’assis alors en tailleurs en l’observant quelque peu. Il prit également le temps de surveiller une patrouille de soldats qui riaient un peu trop du côté de la tour des mages. Il décala la tête pour les identifier, et retourna à sa conversation initiale. Pourvu qu’ils ne ragotent pas sinon il les tue.

Mais il se rendit rapidement compte qu’il ne savait pas comment relancer la discussion. Parler du cercle cela ne semblait pas approprié, parler de froufrous ce n’était pas son genre, et… hmm… il se racla la gorge sans savoir quoi raconter.





《 - je…ne… sais pas trop quoi… 》


Il fixa le ciel, sans rien dire ensuite. Ce n’était pas évident de lancer un sujet en particulier car cette dernière ne semblait pas être prompte à parler de quoi que ce soit. Parler de son enfance non plus n’était pas approprié car elle avait dû souffrir à cause de la magie. Il se gratta l’arrière de la tête, légèrement rosé.






《 - … Je ne suis pas doué pour les banalités… 》


#a52b2b

En ligne
Lynne Lenhardt
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 377
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 6 Aoû - 11:36

Se reconnaître là où l'on est



Dès qu’elle eut fini à énoncer ses paroles, Lynne avait reporté son regard sur les arbres non loin d’eux. Cette manifestation de la nature l’aidait à se détendre, et mieux encore, cela l’évitait à avoir à supporter son regard. Elle s’en voulait d’en avoir dit autant alors que ce n’était pas sa demande … mais sur le coup, cela lui avait paru être une bonne idée. Mettre les choses à plat, expliquer le pourquoi de son attitude envers lui sans demeurer dans une superficialité qu’elle détestait. Être honnête avec lui, tout simplement.  

Un mouvement à ses côtés signale que Cullen avait bougé. Ses iris revinrent sur lui – et c’est là qu’elle se rendit compte qu’il s’était couché sur le muret, contemplant le ciel.

« N-ne te tracasse pas pour ça, il n’y a pas de mal. La blessure est encore trop vive pour en parler librement. »

La jeune femme soupira doucement, se sentant davantage coupable. Dans sa volonté d’exposer le fondement de sa pensée, elle avait oublié de prendre en considération les émotions de l’ex-Templier. Tout le monde n’avait pas nécessairement envie de parler du passé aussi ouvertement qu’elle. Lynne n’aimait pas se voiler la face et préférait affronter à bras le corps ce qui la faisait souffrir.  Lui préférait sans doute l’enterrer au fond de lui et ne la ressortir que lorsque l’occasion s’y prêtait, et il était évident que cela n’était pas le cas en cette fraîche soirée de Frimnaire. Pas aujourd’hui. Et certainement pas avec une inconnue telle qu’elle. Et pour cela, elle ne pouvait pas lui en vouloir.

Elle exprima son désir de reprendre sur des bases plus saines, fondées davantage sur l’amitié qu’elle désirait développer avec lui. Elle espérait que cela l’aiderait à la pardonner par rapport à leur dernier échange, mais il s’agissait également d’un souhait sincère de sa part.

« C’est moi qui ai posé la question en premier, navré. Je ne voulais pas importuner. C’est juste que… je n’en ai pas l’habitude. – et que j’ai de la peine à discuter avec les femmes en général… - hem … »

Clignant des yeux, la mage pencha légèrement sa tête sur le côté. Elle n’était pas certaine d’avoir saisis la fin de sa phrase, qu’il avait marmonné dans sa barbe. Aussi s’efforça t’elle de se concentrer sur la partie qu’elle avait compris.

« J’insiste. J’aurai dû vous prendre davantage en considération, je ne sais pas ce qui m’a pris. N’hésitez pas à me dire si je vais trop loin, à l’avenir. »

Le blond se redressa alors, l’observant un bref instant avant que son regard ne se perdre vers une source de bruit que Lynne n’avait pas remarqué, trop préoccupée par l’effet qu’elle avait produit et l’insensibilité dont elle avait fait preuve. Les rires de quelques soldats sur les remparts proches de la tour des mages avaient brisé le silence auparavant dominé par leur conversation et le son de la nature.

Ne s’en inquiétant pas, elle se contenta de reprendre sa tourte ou elle l’avait laissé. Edwin la houspillerait à sa manière si elle ne finissait pas. Elle l’entendait déjà parler d’apports nutritionnels ou autre raisons purement logiques et objectives sur pourquoi il fallait absolument se nourrir convenablement.

En conséquence, elle ne chercha pas tout de suite à reparler à Cullen. Son esprit était encore trop envahi par ses remords, et il était d’ordinaire difficile de manger et parler en même temps. Un léger calme sans paroles plana, mais cela ne la dérangeait pas spécialement.

« Je … ne … sais pas trop quoi … »

Ses iris revinrent immédiatement sur Cullen. Le regard de ce dernier se portait sur le ciel étoilé au-dessus d’eux, mais elle garda ses iris posées sur lui. Il semblait gêné, légèrement rose à la lumière de la lune.

« … Je ne suis pas doué pour les banalités … »

Lynne ne dit rien pendant quelques secondes, étonnée de voir un homme de sa prestance aussi gêné pour une simple petite discussion sans prétentions. Un sourire étira progressivement ses lèvres avant qu’un rire amusé ne s’en échappe, premier qu’elle exprimait en la présence du commandant. La négativité qui s’était emparée d’elle fut chassé en un éclair, charmée par le semblant de timidité dont Cullen faisait preuve. C’était si rafraîchissant de le voir sous un angle différent.

« Il n’y a pas de mal. Il n’est pas toujours nécessaire de dire quelque chose, ne vous en faites pas pour ça ! »

La tension au sein d’elle, bien qu’elle n’eût pas disparu complètement, s’amenuisa tout de même. Encouragée par la tentative de Cullen d'ouvrir la conversation, elle se décida à poursuivre.

« Personnellement, je trouve qu’il n’y a rien de pire que de parler pour ne rien dire. C’est juste … creux et artificiel. Un silence confortable vaut mieux que des paroles futiles, vous ne trouvez-pas ? »

Conservant son sourire, ses prunelles se levèrent vers le ciel étoilé. Elle n’avait pas pris le temps de lever les yeux au ciel depuis le début de leur conversation, et elle ne s’était pour l’instant pas rendu compte de la beauté qui se trouvait juste au-dessus de leurs têtes.

« Mh ... Dites-moi comment c’est d’être Commandant de l’Inquisition. Est-ce que ça vous change beaucoup par rapport à ce que vous faisiez avant ? »

Voir son point de vue à ce sujet serait toujours intéressant, et au moins, il s’agissait d’un sujet qu’il maitrisait. Peut-être que cela l’aiderait à se remettre sur les rails.  

« Je me demandais également … L’Inquisitrice, comment est-elle ? » le questionna t’elle ensuite, avant de s’expliquer davantage pour ne soulever un quelconque malentendu. « Je veux dire … Si je vais être amenée à la rencontrer, j’aimerai bien savoir quel genre de personne c’est. »

Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne] Latest?cb=20150523145513

#99ccff

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Se reconnaître là où l'on est [PV : Lynne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» comment reconnaître serveur indisponible
» [Le Trombinoscope] Pour reconnaître les trombines
» MEDECINE - Astrologie (Ex Reconnaître la dysentrie)
» GEBRUDER KUHNLENZ 1884-1935
» Reconnaître un Nabaztag v1 d'un v2...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Rps abandonnés-
Sauter vers: