en haut du forum
en bas du forum



[Mission] Le signe du Triomphe - Tullia, Blackwall, Wylliam

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Ven 7 Sep - 17:43
Le membre 'Blackwall' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Templier perturbé
- Civils -
Messages : 70
Lun 10 Sep - 2:09
Le signe du triompheWylliam & Combattants

Du poison ? Voilà qui était fort intéressant. Il se doutait bien que quelque chose n'allait pas avec son prochain adversaire, sinon, il serait déjà mis dehors du tournois, le guerrier ayant déjà eu l'occasion de lui exploser le crâne avec son marteau. Wylliam devait avouer que cela lui donnait un sacré coup de main pour son combat, du fait que maintenant qu'il crachait du sang partout, Wylliam n'avait plus à l'affronter avec le bras brisé. Bien que cela tourne à son avantage, il n'avait rien à voir avec tout ça. Jamais il n'aurait triché de cette façon, il était venu pour combattre dans les règles et gagner son argent comme un honnête combattant.

Il regarda le mage s'occuper du combattant en voyant son niveau de panique sur les soins à apporter sur le nain, Wylliam devina que le poison n'allait pas seulement le ralentir, mais bien le tuer. Un meurtre en plein tournois. Il n'était pas un spécialiste en la matière, mais il lui semblait que, normalement, lorsqu'on tuait quelqu'un, on essayait de cacher son corps, on ne l'offrait pas en spectacle devant une foule entière. Il se passa une main dans le visage en s'éloignant légèrement de la scène. La douleur commençait à le peser énormément, son bras était si lourd qu'il avait l'impression qu'il allait tomber en marchant. Il trouva un guérisseur de disponible au plus vite pour réparer son bras meurtris.

Il avait l’intention de retourner au côté du combattant, il ne pourrait pas lui porter assistance, mais il voulait regarder. Il ne voulait pas regarder le nain souffrir, mais plutôt observer la foule qui le regardait. Il avait la certitude qu’à son premier combat, le nain n’avait eu aucune difficulté de respiration et que cela avait commencé à la porte du deuxième round. Personne ne pouvait accuser Jerric ou bien Wylliam, personne n’avait réussi à le toucher une seule fois. Tout cela devait s’être produit pendant la pause et malheureusement, Wyll n’avait regardé personne durant ce temps, enfin, pas assez longtemps pour retirer quelqu’un de la liste des suspects.

Son instinct de Templier lui demandait de se lever tout de suite et de trouver le coupable et de ramener la justice, sauf que ce temps était si loin derrière lui, mais la curiosité restait. Parce que si quelqu'un avait empoisonné un combattant, il pourrait bien être le suivant. Par chance, il n'avait rien avalé après le premier combat, pas même de l'eau, de peur de se prendre une crampe en plein combat. Cela l'avait peut-être sauvé, bien que personne d'autre ne semblait incommoder pour le moment.

Le soleil plombait directement sur eux. Il essuya les gouttes de sueurs qu’il avait sur le front avec sa manche disponible. Il attendit que le mage est terminé avec lui pour retourner directement ou il se trouvait quelques minutes auparavant.
©️ YOU_COMPLETE_MESS


I can't remember your eyes, your face

#ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 440
Lun 10 Sep - 15:47

Le Signe du Triomphe

Le Chevalier semblait avoir entendu raison, et le coup de dagues dans les reins l'avoir calmé. Il reconnut sa défaite et me serra la main, pour mon plus grand plaisir. Au moins nous avions un terrain d'entente. Sur le chemin, il voulut assez sarcastiquement me faire promettre de ne plus jamais participer à un tournoi. Je le regardais avec malice et lui fis un grand sourire charmeur, roucoulant une réponse pleine d'amusement.

"Ho ~... Ce serait une invitation ? Ha ha ha ha !! "

Je ne pouvais m'empêcher de rire à cette injonction. Comme si c'était ma passion de participer à des tournois où on ne peut pas tuer, et comme si j'étais les gens. Le pauvre, s'il savait il ne m'aurait rien dit. Nous arrivions sur le banc des mages, et observions le terrain. Les choses semblaient aller mal du côté des nains. Bereral s'enlevait son plastron, et ses mouvements étaient... bizarre. Tout le monde semblait remarquer cela. Puis il finit par s'écrouler, ayant du mal à respirer. Pourtant, aucun coup ne semblait lui avoir été porté. En urgence, des soigneurs allèrent vers l'arène pour s'occuper de lui, et vu l'agitation les choses étaient plus graves que prévues. La foule s'inquiétait, t un brouhaha inhabituel pour un tournoi s'entendit. Mon instinct sentit l'entourloupe, et mon regard perçant se fixait sur les gens en face. J'entendis des murmures, mais surtout les soigneurs appeler au mages, et d'autres brailler au poison. Enfin, c'est le peu que je croyais entendre. Arrun, à coté de moi, me demanda ce qu'il se passait. Ne quittant pas des yeux la scène et me levant, je répondis pensivement à Arrun.

"J'en ais aucune idée... Mais.. je crois qu'on crie au poison.... "

Je me mis alors à marcher vivement vers l'attroupement autour de Bereral. Qu'il arrive quelque chose à mon saveur du 2e tour m'était pénible, encore plus s'il s'agissait de poison que je pouvais peut être endiguer. Normalement je n'étais du genre à avoir l'âme compassionnée pour aider autrui, mais là j'avais une dette d'honneur à payer. Proche de l'attroupement, l'un des soigneurs voulu me faire signe de retourner à mon banc. Mais avec un sourire et surtout d'une voix autoritaire, je lui demandais de s'écarter pour me laisser une place.

"Poussez-vous, laissez moi regarder. Les poisons ça me connait ~ .... "

Je passais à côté de lui et m'accroupissais devant Bereral, pour l'observer et l'ausculter rapidement.

(jet tentative d'identification du poison: réussite )

Positionné sur le dos, le nain avait du mal à respirer. Il bavait un mucus blanc mêlé de sang, avait les yeux injectés de sang et les veines de son visage semblaient se noircir. Un peu de sang coulait de ses oreilles. Je portais une main à son cou, pour sentir son pouls. Il était rapide et irrégulier. J'observais, sentais les odeurs, regardais. Je voyais bien là le travail d'un poison, reconnaissais les symptômes, mais il n'y avait pas ici de poison ont je sache l'origine exacte. Tout ce que je pouvais faire, c'était tenter d'endiguer les symptômes pour l'aider à survivre. Si la chance était de notre côté. Je souriais légèrement, et commençais rapidement à finir de défaire le haut de l'armure du nain, allant même jusqu'à sortir ma dague pour défaire son gambison pour l'aider à respirer. Mes gestes étaient précis et expérimenté, tout comme je le roulais sur le côté pour qu'il ne s'étouffe pas avec son vomi. Tout en m'éxécutant sous le regard médusé des soigneurs, je parlais avec une certaine nonchalance à Bereral, sans vraiment savoir s'il pouvait m'entendre.

"Alors Bereral ? Je croyais qu'on devait se retrouver en finale. Vous n'allez pas me lâcher comme ça quand même, non ? Accrochez-vous, on va faire ce qu'on peut .... "

Je me tournais ensuite vers les soigneurs, leur beuglant des ordres clairs. Il fallait ralentir le pouls et le stabiliser pour éviter la propagation du poison et l'hémorragie, ainsi que de trouver de quoi éponger le poison de l'intérieur.

"Qu'on aille vite me chercher du charbon pour le broyer avec de l'eau , et de l'Asclépiade tubéreuse ! Avec un peu de chance, on arrivera à ralentir le poison jusqu'à ce qu'on trouve ce que c'est...."

Rien de tel qu'une bouille de charbon à lui faire ingurgiter pour le purger de ce qu'il avait dans l'estomac, et de l'asclépiade pour ralentir son rythme cardiaque. Tout ceci ne pouvait qu'aider à traiter les conséquences et non l'origine. Les chances qu'il survive maintenant que le mal s'était déclaré était mince. Peut être que sa constitution l'aidera. Mais quoi qu'il en soit, celui qui l'avait empoisonné avait râté son coup. A sa place, j'aurais pris un poison avec un effet plus diffus et une mort plus tardive. Là, on avait droit à un vrai spectacle.

[img(40px,40px)]https://vignette.wikia.nocookie.net/dragonage/images/5/55/Text_ico


* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Lun 10 Sep - 15:47
Le membre 'Tullia E. Von Raijer' a effectué l'action suivante : Faire appel au hasard...


'Destin' :

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Ven 14 Sep - 18:03

Le signe du triomphe


Blackwall


L’humain se jeta sur lui à grand cris, les élans désespérés d’un perdant. Askhanat Cala son bouclier contre son genoux pour encaisser le choc… Qui ne vint pas, plut^t que de le charger à l’épée, il lui envoya un coup de bouclier qui l’obligea à bouger. Sa propre défense était moins lourde et risquait des dommages irréversibles s’il la laissait entrer en collision avec le métal forgé. Il fit donc un pas en arrière, sa lance pointée vers le sol. Ce fut à ce moment que la lame s’abattit sur le manche de la lance, le tranchant à mi hauteur. L’arme était à présent inutile, de rage, Askhanat tendit le bras en arrière et la lança comme un javelot.

Il manqua sa cible et l’épieu alla se planter dans le sol. Blackwall campa derrière son bouclier et chargea de toutes les forces qui lui restaient. Le Qunari décida que cela avait assez duré, il laissa l’humain venir, laissa son bouclier d’acier éclater le sien, et profita de leur proximité pour le saisir à deux mains. Dans un élan de force colossal, le natif de Par Vollen arracha la protection de fer du bras de son propriétaire et le jeta au loin. Il alla s’écraser dans le sable avec fracas et les deux adversaires se retrouvaient face à face, sans défense ou presque.

Blackwall chargea à nouveau, tentant le tout pour le tout, mais Ashkanat stoppa son bras avant que son épée ne s’abatte sur lui, il repoussa l’humain dans le sable jusqu’aux piliers cintrant l’estrade centrale. Lentement, presque centimètre par centimètre il utilisa sa force colossale pour acculer Blackwall contre la colonne de pierre. Puis, son bras toujours pressant contre celui qui tenait l’épée, il ramena la lame au visage du barbu. Jusqu’à la presser contre sa peau…. Et asséna un coup bas dans les côtes déjà blessées, qui tacha le gambison et fit couler le sang le long de la jambe du guerrier.

Alors la pression se relâcha et Askhanat leva les bras en direction de la foule pour se faire applaudir…. Mais la foule était autrement distraite. En fait personne ne regardait plus leur combat, les doigts étaient pointés vers un autre côté du Stade. Se tournant vers l’objet qui lui volait l’attention due à sa victoire, il put observer le nain en train d’agoniser sur le sol et ne plus faire attention à son adversaire qui recevait une aide médicale juste derrière lui.


----------------------- Stade

L’un des guérisseurs resté sur le banc où était entreposé le matériel de soin accueillit Wylliam et entreprit de soigner son bras. Cela ne prit qu’une petite minute au mage de soin pour restaurer parfaitement les os et tout remettre en place comme si rien ne s’était passé. Avec un sourire un peu forcé, il l’invita à libérer la place et tendit le cou pour voir ce qui se passait avec ses collègues.

Arrun fit soigner sa blessure avant de rejoindre les autres autour de Bereral. Il vit avec horreur que les healer l’avaient allongé sur le dos et tentaient de lui garder les voix respiratoires aussi dégagées que possible, mais rien ne semblait y faire. Le Géant suffoquait, son visage rouge d’effort et de manque d’oxygène, ses yeux révulsés, de la bave, du sang et de la bile lui coulaient des coins de la bouche, s ‘accumulant dans la barbe épaisse en une mousse visqueuse.

Mais son choc ne s’arrêta pas là, il vit Tullia se pencher pour l’examiner et avec des gestes experts, libérer le torse velus du nain. Exposé à l’air libre, le petit rond des combattants et des guérisseurs pouvaient à présent constater que le noircissement de ses veines était bien plus important sous ses vêtements. Une tâche noire prenait forme sous sa peau au niveau du coeur et se dispersait à travers le réseau sanguin comme une plante aux racines lugubres, ou comme une araignée aux pattes innombrables. Les bras de l’infection remontaient lentement vers sa gorge et les soigneurs, horrifiés, mirent quelques secondes à donner à Tullia ce qu’elle demandait.

Quelques secondes de plus n’auraient cependant pas changé grand-chose, car déjà la conscience quitta les yeux vitreux de Bereral. La foule murmurait, grondait presque, quelque uns criaient en demandant des réponses. Ce fut le moment que choisit Elyséo pour descendre de la tribune officielle et rejoindre les guérisseurs qui tentaient vainement de maintenir le nain en vie par la magie.

Le temps que l’organisateur les atteigne, la vie avait quitté Bereral le Géant, et il gisait sur le sol, défiguré par l’expression de douleur les le sang noirci qui parcourait ses veines. Il s’adressa directement au supposé spécialiste des poisons qui avaient pour charge de prévenir ce genre de désagrément.

- « Qu’est ce que cela signifie ? »

- « Messere, Le Champion Bereral n’a signalé aucun symptôme à la pause entre le premier et le second tour, il avait pourtant des guérisseurs à disposition. Cela ne ressemble à aucun poison connu ! »

Irina s’avança d’un pas et s’adressa à Elyséo.

- « Connu de vos guérisseurs peut-être, mais la Garde Commandant avait l’air de dire qu’elle savait en contrer les effets, peut-être devriez vous l’entendre à ce sujet… »

Elyséo se tourna vers Tullia avec mauvaise humeur.

- « Je n’ai pas le temps pour ces bêtises, si vous savez de quel genre de poison il s’agit alors dîtes le, j’ai un tournoi à organiser et je ne peux pas annoncer les concurrents au troisième tour si je dois ensuite les accuser de félonie. »

- « Qui ou quoi que ce soit, le poison a été mal dosé, quel est l’intérêt de faire savoir qu’on a empoisonné quelqu’un en exposant sa mort au milieu du tournoi ? » commenta Irina en se tournant vers Jerric qui les avait rejoint.

Quatre nains passèrent les portes du stades situées sous la tribune officielles. Ils se dirigèrent d’un pas vif, leurs tatouages faciaux et leur tenues criant la noblesse d’Orzammar.

- « Je vais vous dire moi, qui est le coupable ! » fulmina l’ambassadeur « Ce sont ces fourbes de nains de Kal Sharok ! Ce sont eux qui ont tout manigancé ! »

Les visages se tournèrent vers Jerric qui avait l’air d’un poisson sorti de l’eau tant les mots lui manquaient pour exprimer son choc. Il sembla recouvrir ses esprits quelques instants plus tard et lança d’une voix outrée :

- « Kal Sharok n’a rien à se reprocher ! Fouillez moi ! Fouillez les vestiaires ! Je n’ai rien à cacher et mon Thaig non plus ! Nous sommes venu concourir comme les autres ici ! Notre honneur nous défend d’un tel acte ! »

- « Quel genre d’honneur peut-on attendre de nains qui se cachent des siècles et qui reviennent à la surface aussi pâles que les engeances !!! » hurla l’un des représentant d’Orzammar ce qui fit exploser une cacophonie de cris indignés chez tous les nains présents.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde des Ombres
- Inquisition -
Messages : 135
Mar 18 Sep - 20:36

Le Signe du Triomphe


Blackwall sût que la défaite était là quand il vit qu'il n'arrivait pas à pénétrer la défense d'Ashkanat. Le Qunari n'avait plus d'armes, mais c'était juste trop tard. Les coups d'épée de Blackwall se faisaient plus lents alors que la fatigue commençait à s'installer dans ses bras. L'adrénaline commençait à descendre, alors que la certitude de la défaite commencer à épandre ses racines néfastes dans le moral de Blackwall. La douleur de sa côté fêlée, qu'il pouvait sentir au complet maintenant que la torpeur du combat s'estompait, lui criait de s'écrouler au sol. Mais il continuait. Il avait en lui une force qui lui criait de ne pas s'éteindre. Il avait gardé dans sa poche une mèche blonde de sa douce semi-elfe, et son souvenir était la seule chose qui empêchait à ses jambes de s'écrouler.

Il la savait loin, très loin, mais il voulait gagner. Pour elle, et pour l'Inquisition. Blackwall chargea, mais c'était inutile. Le Qunari, bien que respirant comme un bœuf qui tirait une charrue, le repoussa contre le pilier, et lui immobilisa les bras. Une fulgurante douleur, qui lui coupa l'air et manqua de le faire vomir lui indiqua qu'il avait perdu. Il lâcha son épée, qui tomba au sol lourdement, comme si même elle était déçu de la défaite de Blackwall.

Au milieu de la douleur, lui même était déçu. Il avait voulu gagner, et ses bravades du premier tour n'ont pas portés de fruits. Tant pis. Il avait au moins remplis son devoir à l'Inquisition, même si il ne l'as pas remplis comme il le fallait. Relevant la tête, et s'attendant à voir des milliers de personnes encourager Ashkanat, il fut choqué de n'entendre que le faible murmure d'une foule qui semblait inquiète. C'était donc ça que se passait sa défaite ? Dans le sable et le silence ? Ha. Au moins Ashkanat ne tirerais pas plus de fierté de ce combat. Blackwall cracha un caillot de sang au sol, et porta une main à sa blessure.

Ramassant son épée, et la rangeant dans son foureau, il se dirigea vers les guérisseurs afin de se faire soigner. Il avait la ferme intention d'investiguer ce qu'il s'était passé vers le petit regroupement où il pouvait apercevoir les cheveux argentés d'une certaine garde-commandeur. Comme par hasard.


Oh Grey Warden... What have you done ? 

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Templier perturbé
- Civils -
Messages : 70
Jeu 20 Sep - 12:41
Le signe du triompheWylliam & Combattants

Du poison. Comme si le tournois n'était pas déjà assez mouvementé, quelqu'un venait ajouter son grain de sel. Voulait-il l'argent ? Ou bien le marteau ? Peut-être cela dépassait-il même le tournois et cette vengeance devenait personnelle. Tant que Wylliam n'en avait pas avalé, il devait dire qu'il s'en foutait royalement du sort du nain. Tant qu'on ne l'accusait pas non plus. Là ça deviendrait gênant. De penser qu'un Templier comme lui pourrait utiliser du poison lors d'un combat. S'il avait vraiment voulu le tuer, il l'aurait fait de ses mains.

Il observait le nain et l'avancement de son empoisonnement sans broncher. Il doutait fortement que celui-ci allait arriver à s'en sortir, même avec l'aide de la femme aux cheveux blancs à son chevet. Cela semblait être un poison très puissant et ingérer en très forte dose pour voir l'effet qu'il provoquait. Ce serait un miracle si la Garde arrivait à le sauver, mais peut-être que son corps allait au moins les aider à trouver le coupable. En voyant le très peu d'espoir qu'il y avait pour sauver le nain, contrairement aux autres, il prit le temps de regarder les gens qui l'entouraient, mais surtout, d'analyser leur regard. Il cherchait une réaction qui sortirait de l'ordinaire. Quelque chose qui l'aiderait à savoir qui espérait vraiment que le nain meurt et que son meurtre passe sous silence. Un criminel. Cela revenait à chercher un mage du sang au travers de tous les autres mages. Sauf que cette fois, il ne pouvait pas les enfermer dans un tour jusqu'à ce qu'il trouve le coupable.

En voyant l’organisateur débarquer, Wylliam croisa ses bras et porta attention à leur conversation. Cela ne l’étonnait pas que l’organisateur soit en colère, son tournois était gâché. Même s’il trouvait le coupable, on se souviendrait toujours de ce tournois comme du meurtre de Bereral. Au moins, son nom passerait à l’histoire. Sa mémoire ne serait pas oublié, si cela avait la moindre importance. Il restait toujours en silence en suivant la conversation, mais il avait un mal de tête qui grandissait.

En voyant les nains se mêler au casse-tête déjà présent, Wylliam commença à perdre patience. Venir crier ici et s'insulter mutuellement de se cacher sous terre, spécialité des nains, ne ferait pas apparaître le coupable, même que celui-ci se cacherait certainement au travers de ce chaos. Il se massa les tempes en poussant un long soupir. Qu'ils s'entre-tuent si cela leur chantait. Wylliam se baissa pour être à la hauteur du nain et observa l'expression de son visage. Il se tourna vers la Garde.

- Il a forcément dû l’ingérer n’est-ce-pas ? J’ai tout vu lors de notre combat, personne ne l’a touché, pas une lame n’est passé près de lui. Qui a passé la pause en sa compagnie ?

Il se releva pour regarder autour de lui, les cris des nains allaient le rendre fou. Il ne supportait pas ce genre d'ingérence, c’était son éducation de Templier qui parlait au travers lui. Le calme et l’ordre.

- Vous allez la fermer oui !?


Il avait poussé une voix puissante en s’adressant aux nains. Il n’avait pas besoin d’hurler pour se faire entendre, sa voix portait très bien.

- J’ai passé tout le combat auprès de Jerric, il n’a jamais touché le champion ! Toute cette agitation ne sert strictement à rien ! Vous ne voyez donc pas qu’il a été empoissonné bien plus tôt que le combat ? Il toussait déjà avant le combat !


Que le calme soit revenu ou pas, il se tourna vers les autres concurrents en croisant les bras. Il avait passé la pause seul, très loin de tous les autres. Cela lui avait permis d'avoir un regard général sur le reste, mais il avait porté bien peu d'attention sur les détails.

©️ YOU_COMPLETE_MESS


I can't remember your eyes, your face

#ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 440
Jeu 20 Sep - 14:33


Le Signe du Triomphe


Un chaos sans nom se faisait autour de moi. Malheureusement, nous n’avions pu sauver Bereral, qui gisait à présent le torse nu et marbré de sombres tâches violacées. Une hémorragie, sans aucun doute. Je soupirais tout en me relevant, mais n’étais pas triste pour autant. Il y avait peu de chances qu’il s’en sorte, nous avons essayé alors rien à regretter. Et puis, il n’était pas Garde, il n’était pas un des miens. Cela ne comptait donc pas beaucoup, à part la simple frustration de ne pouvoir affronter en final celui qui m’avait donné l’occasion d’y arriver. Rapidement, l’hôte de l’évènement vint vers nous pour demander ce qu’il se passait, en même temps que les autres concurrents concernés. La voleuse lui dit que je savais peut-être quelque chose, mais vu la manière dont il m’adressa la parole et m’invectiva pour recevoir une réponse, il n’allait certes pas avoir beaucoup d’informations de ma part. A part un regard froid et plein de dédain, c’est tout ce qu’il put recevoir pour l’instant. La voleuse Irina, c’était son nom maintenant que je m’en rappelais, voulu mettre en avant que le poison avait été sans doute mal dosé pour avoir de tels effets. Je souriais, la regardant avec une certaine malice et lui offrant une autre hypothèse toute aussi probable.

"Ou alors c’était fait exprès. On sait que lors d’un combat il est difficile de contrôler le temps de réaction d’un poison. Qu’il y ait une telle réaction pour justement interrompre le tournoi, voir l’annuler, est tout à fait probable. "

Mais les choses n’allaient pas en s’arrangeant. Le reste des nains nous avaient rejoints, et chacun s’invectivait et se renvoyais la balle. Croisant les bras et soupirant, je ne pouvais que lever les yeux vers le ciel devant une telle meute de chien ne pouvant qu’aboyer sans faire grand-chose. S’ils en venaient à se prendre à la gorge, là ce serait vraiment intéressant, même pour la foule. Je vis le grand templier blond s’approcher du corps et se baisser pour l’examiner. J’en profitais moi-même pour examiner cet attirant corps d’athlète. Il était vraiment imposant, surtout d’aussi près. Et ses réflexions qui couvraient à peine le brouhaha de la meute de cochard d’à côté montraient qu’il avait quelques notions dans le domaine des poisons. Je souriais, me trouvant agréablement surprise de voir un connaisseur chez un templier. Je ne pus que confirmer ses dires, bien que nuançant quelque peu pour ne pas se hâter à conclure de la méthode.

"L’ingestion semble plus logique oui, mais cela peut être arrivé par contact avec la peau, respirer un produit ou bien une coupure. "

Le vacarme des nains était insupportable, et je ne pus que me tourner vers eux en les foudroyant du regard. Ils allaient se taire cette bande de chien des Tréfonds ? Je portais la main à la ceinture, pour me saisir d’une de mes fioles. Une bombe spéciale au piment, surtout faite pour brûler les yeux et désorienter les sens des animaux sauvages. Faire pleurer les ennemis aussi. Mais là, s’ils pouvaient inhaler le produit et brûler leurs poumons, alors peut être qu’ils se tairont enfin. Je fus cependant devancée par le templier Wylliam, qui semblait pareillement excédé par leur attitude. D’une voix forte et autoritaire, il réussit un temps soit peu à le ramener à la raison. Ou plutôt, à un minimum de silence et à une certaine attention. Je retenais à peine un sourire, laissant la fiole tranquillement à ma ceinture. Ils ont eu de la chance on dirait. Le templier les calma également en apportant ses observations, comme quoi cela n’avait pas été fait pendant le combat mais bien avant. Bon, cela ne résolvait pas la rivalité entre les nains, mais au moins il les poussait à agir plutôt qu’à hurler. Je retenais un sourire, posant sur eux un regard amusé et m’éclaircissant la voix pour à mon tour aider un peu l’affaire.

"Bon… si vous avez finis de brailler, on pourrait se bouger un peu, non ? "

Je me tournais vers l’hôte, duquel je m’approchais. Sa première offense oubliée, j’essayais de l’inciter à prendre des mesures pour résoudre cette affaire, qui clairement nous pouvait être réglée sur le sable de cette arène, et maintenant.

"Ser Elyséo, je vous recommanderais fortement de ne laisser aucun participant partir et de ramener dans le vestiaire les participants éliminés au premier tour pour les interroger. N’importe qui présent dans les vestiaires à ce moment-là est un suspect, même les serviteurs. Ha, et également questionnez les comparses de Bereral pour savoir ce qu’il a touché, bu, mangé ou fait pendant la pause. Même s’il a juste éternué ou craché. Inspectez ce avec quoi il a été en contact est important. Ser Wylliam a raison, il y a de grandes chances que cela se soit passé à ce moment-là."

Il fallait enquêter et observer ce qui avait été ingéré, voir qui lui avait donné cet élément et remonter la piste. Trouver ce qu’était le poison pouvait donner des indices, car pas n’importe qui peut se procurer des poisons. Surtout si celui-ci ne semble pas être un produit lambda. J’en revenais donc à la première question d’Elyséo, sur l’origine de ce poison. Ma réponse n’était pas vraiment satisfaisante, mais au moins j’essayais d’avancer et de ne pas rester plantée là sans rien faire. Mon côté Garde-Commandeur, sans doute.

"Au passage, je ne sais pas ce qu’est ce poison, mais il est des plus intriguant et amusant c’est certain ! Par contre, je peux vous dire ce qu’il n’est pas. Ramenons le corps au vestiaire et je vais voir avec vos guérisseurs ce que je peux en sortir. Dame Irina si vous voulez bien rester avec moi, votre expertise sera également utile, je le sens ~…."

Je regardais la jeune femme et lui souriais, essayant ainsi de l’obliger à me suivre. Être à deux cerveaux n’était pas inutile, et sa connaissance des poisons était suspicieuse. La garder avec moi serait utile, et au moins j’aurais un œil sur elle.





* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 428
Mar 25 Sep - 15:07

Le signe du triomphe


Le cri de Wylliam eut le mérite de faire temporairement taire la dispute entre les quatre nains. Ils n’allaient certainement pas se priver de d’accuser Jerric mais lorsque la délégation de Kal Sharok arriva le calme était à peu près revenu. Personne n’avait en revanche vraiment écouté ce qui se disait autour d’eux. La délégation de Kal Sharok arriva à leur hauteur au moment où Wylliam exposait le fait que le poison n’avait pas pu être donné pendant le combat.  L’un d’eux s’approcha de l’ex templier avec beaucoup de sérieux. Il avait une barbe grisonnante, qui un jour avait sûrement été d’un noir profond mais que l’âge avait clairsemé de blanc, ses vêtements étaient richement brodés et sa peau était d’un blanc peu naturel, comme Jerric et comme les deux autres membres de la délégation.

- « Il toussait avant le combat vous dîtes ? »
Demanda-t-il d’une voix calme mais suffisamment forte pour attirer l’attention de tout le monde à son tour. «  Quand avez vous remarqué qu’il avait des soucis respiratoires ? »

Un second nain un de ceux d’Orzammar cette fois, eut un reniflement méprisant.

- « Oui bien sûr à moins que le jeune homme ne tente de se disculper de charges de complicité éventuelles, si Bereral a été empoisonné pendant le combat alors il a tout intérêt à nous faire croire qu’il avait des soucis avant cela. »

Puis Tullia prit la parole et l’attention de la troupe se tourna vers elle, manifestement Elyséo perdait patience, il écouta cependant la Garde Commandant avec attention avant de se tourner lentement vers elle et de siffler entre ses dents, tant la colère lui pinçait les lèvres :

- « Je ne sais pas où vous vous croyez, Commandant, mais ce n’est pas la Garde des Ombres ici, et ce n’est pas Orlais non plus. Peut-être que les Orlésiens laissent la Garde se mêler de tout, je ne connais pas leurs habitudes judiciaires, mais ici, au Névarra nous avons un système parfaitement fonctionnel qui ne requiert pas votre commandement. Vous êtes une suspecte, comme tous les participants au tournoi et je vais vous demander de rester à votre place et de me laisser gérer mon tournoi. »

Un nouvel arrivant arriva d’un pas pressé, il avait les armoiries de Combrelande peintes sur son armure, sa cape blanche flottant derrière lui dans sa course. Il arriva au niveau d’Elyséo mais sembla garder ses distance en recevant l’aura de colère de l’homme de plein fouet. Il fit un salut militaire et s’adressa à l’organisateur.

- « Vous m’avez fait demander Ser ? »


- « Oui, Capitaine Baira, nous avons un cas de meurtre par empoisonnement, en tant que capitaine des gardes de la cité il est de votre devoir de vous occuper de ceci, comment souhaitez vous procéder ? »

- « Nous allons commencer par faire venir tous les participants au tournoi dans les vestiaires, je vais dire à mes hommes de veiller à ce que les participants encore présents n’aient pas la possibilité d’avoir accès à leurs affaires avant que tout le monde ne soit fouillé et interrogé. Ser, je pense que vous comprendrez que nous devrons suspendre le tournoi. »

- « Je vous donne trois heures pour inculper ou disculper les finalistes, le tournoi reprendra après ce délais. Vous pourrez continuer votre enquête au près des autres participants. Messere, souhaitez vous vous joindre à moi dans la loge pendant que notre bon capitaine Baira s’occupe de tout ? »

Il s’adressait bien sûr aux membres de la délégation. Celle d’Orzammar hocha vigoureusement la tête et s’en alla derechef en direction des tribunes, celle de Kal Sharok resta pour soutenir Jerric un instant de plus puis suivit le mouvement. Le Capitaine Baira se tourna alors vers les concurrents.

- « Si personne n’a plus besoin de voir un guérisseur je vais vous demander de rejoindre les vestiaires, ne touchez à rien et si un de mes gardes vous donne une directive veuillez obtempérer sans discuter, s’il vous plaît. Tout comportement retardant les investigations sera considéré comme suspect. »
dit-il en leur indiquant d’un geste à se diriger vers les portes alors qu’Elyséo faisait une annonce à la foule.

Dans la salle immense qui constituait les vestiaires, la plupart des anciens candidats étaient déjà assis par terre ou adossés aux murs, leur paquetage devant eux, les gardes avaient déjà commencé la fouille.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 440
Mer 26 Sep - 13:50


Le Signe du Triomphe


Mon intervention n’était clairement pas du gout d’Elyseo. D’un mêlant outrance et colère, il voulut me remettre à ma place en clamant très clairement qu’ils avaient leur propre juridiction et sauraient quoi faire. Décidément, je ne l’aimais pas cet homme là. Moi je disais ça, c’était pour aider vu que personne ne décidait de rien, voilà tout. Qu’il s’emporte ainsi devant ma bonne intention montrait qu’il ne valait pas grand-chose. A ses remarques, il eut comme réponse un sourire mutin et un haussement d’épaules, avec une remarque dite avec une bonne humeur déconcertante.

"Je dis ça, c’est pour vous aider. Après, c’est vrai que ce n’est pas mon problème, fu fu fu ~…. "

Je riais légèrement, m’écartant pour retourner aux vestiaires comme les autres une fois qu’il eut donné ses ordres. Une fouille personnalisée ? Je me demandais quels gardes on allait me coltiner. L’envie pressante de jouer un peu avec eux et de leur faire quelques frayeurs était tentante, mais la raison pour une fois réussi à se faire entendre et me conseilla d’abord d’être disculpée. Ensuite, je pourrais tenter de faire des avances à mes interrogateurs que je trouverais prometteur. Ou alors à ce templier qui s’y connaissait en poison. Vraiment, il y avait quelque chose chez lui qui me donnait envie de l’asticoter et de le tourmenter un peu. Comme pour vérifier s’il était de ma trempe ou non. Nous rentrions dans les vestiaires, et d’un pas léger j’arrivais près de mon casier. Il y avait une besace, qui contenait la plupart de mes affaires de voyages. Conformément aux règles j’attendais que des gardes viennent me rejoindre pour effectuer la fouille, et je n’eus pas très longtemps à attendre. Etant une des finalistes, il semblait que nous avions une certaine priorité. Vinrent donc à moi deux gardes en tenue locale, mais je fus déçue de ce qu’on m’avait octroyé. Un homme bourru et barbu, ainsi qu’une jeune femme au regard sévère. Aucun ne m’intéressait, dommage. L’homme parla en premier, d’un ton quelque peu rocailleux mais étrangement clair.

"Avez-vous quelque chose à déclarer avant qu’on ouvre votre sac ?"

Je leur souriais, posant sur eux mes yeux étranges pleins de malice. Je sentais à leur regard, surtout à ceux de la jeune femme, une sorte de méfiance et de peur. C’était normal, et en un sens j’aimais ça. Sans plus attendre, je leur répondis, faisant rapidement l’inventaire de ce qu’ils pourraient trouver ici.

"Mhh… Oui, je peux déjà vous dire ce qu’il y a dedans. Une bouteille d’alcool, des couteaux, de la viande séchée, trois fioles de bombes à piment, une bourse avec quelques pièces de cuivre et d’argent, une bouteille d’alcool et une fiole de paralysant. "

Je savais que le dernier objet que j’avais mentionné allait faire son petit effet, et cela ne manqua aucunement. L’homme fronça des sourcils tout en me transperçant de son regard, et la jeune femme parla enfin avec une certaine surprise et méfiance.

"Du paralysant ?

Oui oui, elle avait bien entendu. Ils commencèrent à ouvrir le sac, sortant les différents éléments mentionnés. Tout en faisant cela et en étant attentive à ce qu’ils prenaient en main, je leur expliquais la présence de ce produit dans mes affaires.

"Oui, tout à fait ! Je m’y connais en poison, mais mes ennemis étant à moitié mort et ne sentant pas la douleur, seul un poison paralysant peut avoir le moindre effet sur eux. J’en met sur mes lames, et l’effet est presque immédiat. Je ne l’ai pas utilisé pour le tournoi vu que c’est interdit, mais j’ai toujours une fiole avec moi. Vous pouvez la mettre de côté et confirmer avec le guérisseur que ce n’est pas ce qui a tué Bereral. Les symptômes sont totalement différents. "

En tant que Gardes des Ombres, c’était tout à fait logique. Rares étaient ceux qui manipulaient l’art du poison parmi eux, mais en tant qu’ancienne Corbeau j’avais de solides connaissances en la matière. Quand la jeune femme pris dans sa main la fiole, je lui indiquais d’un geste de la main sans la toucher que c’était celle-ci qu’elle devait mettre de côté. Comme si elle venait d’avoir dans la main une bombe, elle se mit à le mettre de côté de façon attentionné et lentement. Comme si ça allait exploser. A sa place, je ferais plus attention aux fioles fermées et comportant un liquide rougeâtre. Ca, c’était plus dangereux. Je n’avais aucun doute sur le fait qu’ils allaient vérifier le moindre de mes dires en ouvrant toutes les fioles, même ma bouteille d’alcool. Je plains celui qui devra sentir ou gouter mes bombes au piment. Ce sera amusant comme spectacle ! Amusée par avance de ce qui risquais d’arriver, je fus prise d’un excès de zèle et abordais même ce qui n’était pas dans mon sac.

" Ha, et j’ai également ceci, qui est toujours à ma ceinture et scellé, et qui ne me quitte pas."

Je me tournais pour leur montrer sur le côté de mes hanches une fiole rectangulaire, protégée dans une poche spéciale et nouée très solidement avec un cordon. Devant eux je défaisais le cordon, sortant la fiole de verre trempé pour la leur montrer. On entendait qu’il y avait du liquide dedans, et le bouchon était lui-même scellé par un autre fil et le bouchon tamponné par un tissu épais. Ils regardaient la fiole d’un air circonspect, alors que je les observais avec un certain air de fierté et de malice.

"C’est... un mélange de poisons que je dois boire tous les jours. Une gorgée, pas plus. C’est pour continuer à m’immuniser contre la plupart des poisons communs. Vu la concentration, si quelqu’un en boit il sera pris directement de raideur et tombera dans le coma. Mais il n’a pas quitté mes reins depuis le début de la journée, et le scellé empêche qu’il ne se répande par accident. "

Ce n’était pas un mélange à mettre entre toute les mains, et la moindre perte pourrait m’être fatal. En boire tous les jours était nécessaire si je ne voulais pas mourir, mon corps étant par trop habitué au poison avec le temps. Si je manquais plusieurs jours voir une semaine, mes organes se détraqueraient et je commencerais à avoir des symptômes de mort. En l’espace de deux semaines maximum, je meurs. Et dans d’atroces souffrances qui plus est. Il m’était possible de trouver des plantes, des animaux ou acheter des ingrédients sur le chemin pour refaire ce mélange. Mais… c’est tellement chiant à devoir refaire. En plus, la complexité du mélange faisait que créer un antidote demandait certains ingrédients que je n’avais pas envie de devoir tout le temps emporter avec moi. Je n’avais donc jamais avec moi d’antidote, et pour éviter qu’un idiot ne prenne cela pour une gourde et s’empoisonne, cette fiole ne me quittait jamais et était solidement attachée. Pour me la subtiliser, surtout pendant le tournoi et l’interlude, il faudrait me l’arracher sur mon corps raide et froid. Je tendis la fiole aux deux gardes, souriant mais les mettant en garde.

"Surtout ne le brisez pas, j’en ai besoin. Et n’en buvez surtout pas, car je n’ai pas d’antidote."

C’était clair, net et précis. Je n’avais rien de plus à ajouter, observant avec un simple amusement les deux soldats se regarder d’un air circonspect. Il y avait beaucoup d’éléments qui pouvaient m’inculper en tant qu’empoisonneuse, et seule une analyse de mes produits pourrait prouver qu’ils ne sont pas à l’origine de l’empoisonnement de Bereral. On me fit signe alors d’attendre, alors que l’un d’entre eux allait chercher quelqu’un pour confirmer mes dires. Entre temps, je vis derrière eux le Garde à qui j’avais parlé à l’entracte. Je me rappelais l’avoir aperçu brièvement dans les gradins, près de mon combat. Contente de pouvoir potentiellement reparler avec lui, et pour passer le temps, je lui fis un grand signe et l’interpella avec sourire et charme.

"Ha tiens, Elijah. Obligé de revenir parmi nous à ce que je vois ! Les Gardes ont apprécié mon combat depuis l’estrade ? "

Je lui souriais et espérais qu’il allait réussir à tromper mon ennui pendant l’attente. De plus, il aurait peut être remarqué quelque chose…






* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Mission] Le signe du Triomphe - Tullia, Blackwall, Wylliam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 7 sur 8Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Sujets similaires
-
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"
» [Blog] LEGO Actu 2011 : nouvelle mission, nouveaux gangsters !
» ====ORDRE DE MISSION=====
» Mission de mes carottes
» signe de geekitude...le nab's tee-shirt...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Combrelande-
Sauter vers: