en haut du forum
en bas du forum



Les Masques du Noble Jeu (PV Léopold)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Ven 24 Aoû - 15:48

Les Masques du Noble Jeu


Le jour était bien avancé, et le ciel clair était agréable. Bien différent de ce que nous avions vécu dans les Dorsales de Givres. Maintenant habitués à vivre ici et supportant de bonne grâce le vent marin perpétuel, nous reprenions notre routine habituelle. Les entrainements, les patrouilles, quelques recrutements, des envolées diplomatiques, soirées à la taverne... Tout se passait pour le mieux. Nous étions toujours aux aguets des Venatoris et des Templiers Rouges, aussi je formais scrupuleusement mes éclaireurs pour veiller au grain. A cela, je laissais la gestion de l'entrainement des autres troupes à ma Sénéchale ainsi qu'à Alan. Je visitais de temps en temps leurs séances, mais n'étais plus aussi active qu'avant. Je soupçonnais mes hommes d'en sentir un certain soulagement. Mais qu'ils se détrompent, je reviendrais rapidement m'occuper d'eux. En même temps, je m'occupais également de mieux connaitre les Gardes sous ma tutelle. L'urgence et la frayeur de L'inébranlable et de la situation précaire de Fort Céleste passée, je souhaitais tisser de véritables liens avec eux.

Avec l'aide de ma Sénéchale et d'Alan, je pus faire un premier point et de nombreux progrès. D'un état général des choses, j'étais respectée et relativement crainte, mais une distance restait palpable et bien présente. Je n'étais pas Orlésienne, je n'étais pas de leur garnison. Ils m'écoutaient car ils étaient désespérés et dans un état où ils préféraient écouter une parole autoritaire pour les mener au salut. Mais c'était insuffisant et ne permettrait pas à l'avenir d'avoir un groupe solide. Je devais m'intégrer et faire véritablement partie de leur famille. J'avais donc un à un vu ces Gardes, parlé avec eux, m'étais renseigné sur leur histoire, leur aspiration... J'avais également parlé de moi, du moins de ce que j'avais fait à Férelden. Mon but n'était pas de faire ami-ami avec tout le monde, mais au moins de les connaitre et de montrer que j'étais également accessible. Parfois ces conversations avaient lieu autour d'un feu, à la taverne, lors d'une séance d'entrainement ou à la tour de guet. Il ne me restait plus grand monde à connaitre à présent. Pour chacun, j'avais également travaillé sur un dossier relatant leurs points sensibles, ou bien leurs compétences. Présentement dans mon bureau près des baraquements, je tenais un de ces rapports, à la feuille très fine et peu pourvue. Cela concernait l'un des derniers Garde que je n'avais pas encore rencontré. Un ancien noble orlésien qui avait raté la dernière épreuve de l'Ordre et qui avait rejoint la Garde peu avant l'Inébranlable. Je me rappelais de ce que m'avait dit la Championne d'Orlaïs, Béatrix, concernant cette dernière épreuve. Je me demandais pourquoi il avait refusé de tuer les elfes. Mais ce sera intéressant de lui demander. Avec moi dans la salle se trouvait Alan, qui m'aidait à classer quelques rapports et courriers alors que la Sénéchale était de sortie. Mes yeux rivés vers ce descriptif, et mon humeur ne se prêtant plus à la paperasse, j'interpellais mon confrère pour qu'il aille me le chercher.

"Mh.... Alan, faites venir le Garde Léopold. J'aimerais m'entretenir avec lui. Il est l'un des derniers Gardes à qui je n'ai pu parler face à face."

Il me regarda avec surprise, mais hocha de la tête et sortit du bureau pour aller le chercher. Alan était encore jeune mais respecté par les autres Gardes. Cet ancien templier était droit et rassurait également. Il connaissait mon manège, car ayant été l'un des premiers sujets de mon étude approfondie des Gardes d'Orlaïs. Je rangeais un peu de paperasse, mais surtout faisais de la place pour sortir deux verre et une bouteille d'alcool. J'en avais toujours quelques unes cachées dans cette salle, ou dans d'autres, pour couper mon poison journalier avec autre chose que de l'eau ou de la bière. Il y avait quelques cartes de la région, de ça et de là, avec des annotations provenant des rapports des éclaireurs. Quelques lettres de nobles également, ou de Wulf. Quand Alan revint, ce fut accompagné du Garde concerné. Un homme blond et barbu, qui avait dans le regard une certaine jeunesse mais également une étrange timidité et réserve. Mes yeux étranges se posèrent sur lui avec intérêt, et je lui souriais tout en l'invitant à rentrer.

"Garde Léopold de Haute Tour, est ce bien cela ? Installez-vous..."

Je lui montrais la chaise en face de la table, et fis signe de la tête à Alan de nous laisser. Il sortit, laissant la porte ouverte. C'était un temps magnifique et l'air était bon. Le vent ne soufflait pas dans notre direction aussi nous pouvions aérer. Egalement, pour le moment notre entretien ne tenait pas de la confidentialité. Sans plus de cérémonie, j'exposais au garde la raison de sa venue ici, si Alan ne lui avait pas expliqué auparavant.

"Je n'ai pas réussi à récupérer des informations sur votre venue dans la Garde. Suite à la chute de l'Inébranlable, de nombreuses informations sont manquantes et j'aurais souhaité dans votre cas vous interroger directement."

Je m'asseyais à mon tour, versant un peu de vin dans les deux verres. Je l'observais, et il n'avait clairement pas l'air à l'aise.

"Ne vous en faites pas, c'est uniquement pour attester de votre motivation, de vos capacités et compétences. Croisé à ce que j'ai pu observer, je saurais au mieux comment vous employer pour la Garde. Vous n'y voyez pas d'inconvénient j'espère ~ ? "

Je le regardais avec malice, souriant un peu plus et prenant mon verre en main. J'avais mes habitudes, et ne pouvait m'empêcher de me comporter avec ce charme habituel et ce regard de prédateur. Mais en tant que Garde, en tant que l'un de MES Gardes, il n'avait rien à craindre de moi. Sauf pendant les entrainements, peut être...





* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Orlésien
- Gardes des ombres -
Messages : 68
Emploi/loisirs : La lecture, servir la Garde, fuir ce stupide chien...
Sam 25 Aoû - 22:26

Les Masques du Noble Jeu


C'était une bonne journée… J'avais passé la matinée à patrouiller le long de la route, avec un autres Gardes. Les quelques jours "d'enfermement" près de Fort Céleste m'avaient fait oublier les joies d'une petite patrouille en Orlaïs, mon pays natal. Je ne se sentais pas très bien dans les Dorsales de Givres, trop froid pour moi…
Je me portais toujours volontaire pour les patrouilles… Elles étaient calmes, silencieuses et surtout, je n'avais pas à subir ces entraînement infernaux, et même si je ne l'avouerais jamais, c'était aussi pour mettre la plus grande distance entre moi et ce stupide chien que les autres Gardes s'semblaient avoir adopté.

Mais je ne pus pas se désister des entraînements de l'après-midi, par chance la Commandeur-Garde n'était pas présent, permettant aux Garde de se reposer… un peu. Lorsque cette dernière était là impossible de faire une pause. Toute était accéléré, c'était presque du "marche ou crève". Les plus jeunes recrues n'osaient pas se plaindre, par peur du commandeur, moi, je ne se plaignais pas, car j'avais déjà vécu ça, lors de mes années à l'Académie de Chevalier.
Alors que je m'entraînais à l'escrime avec un autre Garde, une voix autoritaire mais bienveillante et familière ce fit entendre

"Léopold ! Viens ici ! La commandeur a à te parler !"

C'était Alan, j'ai un grand respect pour l'ancien templier… C'est un homme bien, juste et un excellant commandant. Honnêtement, il aurait été un bon Commandeur-Garde si il avait eu plus d'expérience… Je m'approchai de lui, suffisamment pour que les autres ne puissent m'entendre.

"Je vais avoir des problèmes ?"

Il me sourit, mais ne me répondit pas. J'étais un peu angoissé, je n'avais jamais discuté avec la Commandeur-Garde, et les rumeurs sur cette dernière étaient… disons que certaine de ces rumeurs pourraient terrifier un hurlock… Les plus invraisemblables étaient celle sur son surnom, "le 6ème Enclin". Certain prétendait qu'elle aurait tué un Archidémon dans son sommeil et qu'ainsi l'âme du dragon aurait fusionné avec la sienne sans en détruire aucune… Personne n'y croyait, mais tout le monde le disait… Nous arrivions enfin devant la porte du bureau du commandeur.
C'était une jeune femme "particulière", ses cheveux étaient blancs, et ses yeux… il était… étranges, il était noir avec des pupilles bleus. Cette particularité m'intriguait, plus qu'elle me dérangeait.
Elle me sourit et m'invita à m'asseoir. Tandis qu'Alan sortait de la pièce, en laissant la porte ouverte. J'espérais qu'il ne se cache pas à proximité pour ne rien manquer…
Par chance, la Commandeur ne semblait pas être contrariée, la non-réponse d'Alan m'avait… perturbé.
Elle m'informa que la plupart des informations sur les Gardes étaient manquantes, mais si j'avais bien entendu, elle n'avait pas précisé que le mien l'était… De toute manière, ma vie peut se résumer sur le coin d'un mouchoir. Mais si elle voulait le savoir, je ne voyais pas pourquoi refuser… Elle me tendit un verre de vin. Je le pris, mais ne le bu pas, je n'avais aucune envie de vomir sur le bureau, je me contenter de la regarder avec un sourire timide. Je regardai la contenance du verre et le reposai doucement sur la table tandis qu'elle m'expliquait la raison de cette demande. Elle voulait m'évaluer, une certaine peur m'envahit. Était-elle au courant que j'avais refusé de me sacrifier à l'Inébranlable ? Et si elle le savait, comment réagirait-elle ? Après tout, j'avais brisé mon serment à ce moment-là… Je ne pouvais pas lui mentir, mais je n'étais pas obligé de "tout" lui dire. Non ?
Je balbutiai une réponse.

"Bien sûr, Commandeur… Aucun inconvénient…"

La façon dont elle agissait n'arranger rien, c'était perturbant. Il me fallut beaucoup plus de courage que je ne l'aurais cru pour continuer à la regarder dans les yeux… J'avais l'impression d'être une souris avec lequel un chat était entrait de jouer avant d'achever…




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Dim 26 Aoû - 15:03

Les Masques du Noble Jeu


J'observais ce garde blondinet, scrutant ses expressions autant que possible. Il n'était vraiment pas à l'aise. Il sentait même la peur. Rassemblé sur lui même comme une proie tremblante, évitant mon regard et ne parlant qu'avec hésitation et a balbutiement, sans l'uniforme on aurait du mal à croire que c'est un Garde des Ombres. On n'enrôle pas des poltrons dans la Garde, mais son comportement était étrange et quelque peu irritant. J'aime quand mes ennemis où ceux que je veux manipuler se comporte ainsi. Mais pour un de mes hommes, c'était impensable. J'étais quelque peu énervée par son attitude fuyante et non franche. Alan m'avait dit qu'il était relativement discret comme Garde et ne cherchait pas vraiment les ennuis. Il avait confirmé qu'il n'allait pas se poser contre mes questions, et dans un soupire j'essayais de l'encourager. Enfin, à ma manière.

"Hey, on se détend, je vais pas vous manger. Buvez un coup, ça ira mieux. Et promis, ce ne sont pas mes vins empoisonnés, ha ha ha ha ! "

Je riais, car une fois un des Gardes s'était trompé et avait donné la mauvaise bouteille à sa patrouille. Heureusement pour eux, ce n'était pas un poison fort, il était fortement dilué pour pouvoir en boire tous les jours. Aussi, à part de la fièvre, un peu d'hallucination et une chiasse d'enfer, rien d'autre de péremptoire n'avait été à signaler. Sauf une bonne tranche de rire pour tous les autres Gardes. J'avais pris ma propre coupe et en sirotais un peu. L'air toujours amiable et voulant continuer un peu à le détendre, je blaguais assez simplement sur les rumeurs que j'avais entendu à mon sujet. Cela m'amusait beaucoup, car c'était la preuve que ces hommes ne manquaient pas d'imagination. Parfois j'en sortais à mon commandeur Wulf dans nos échanges de missives, et c'était toujours commenté avec une même imagination. L'une de mes préférées concernait le fait que j'étais une dévoreuse d'enfant. Regardant Léopold avec malice, je me moquais ouvertement de ce qu'on pouvait dire sur moi.

"Je ne sais pas quelle rumeur court sur moi, mais je préfère prévenir. Non je ne kidnappe pas les petits bébé pendant la nuit pour les manger et non je ne m'en fais pas des bains de sang. Premièrement y'a pas grand chose à manger sur les petiots, deuxièmement je préfère largement le sang d'engeance, ça conserve mieux fu fu fu ~.... "

Eux ne m'avaient pas connu à ce moment là, car c'était lorsque j'étais dans les Tréfonds avec les Gardes de Férelden. Là, à combattre les engeances, ma méthode pour trancher les gorges et les artères était pour le moins salissante, me recouvrant souvent de leur sang. Barbouillée aussi macabrement, couplée à ma folie et à mon goût pour la violence, c'était la l'origine de mon surnom du 6e Enclin. J'étais dangereuse, mais je savais reconnaitre les miens. Envers les Gardes, que je considérais comme ma famille, j'étais extrêmement exigeante mais également très protectrice. J'étais dure dans les entrainements pour les endurcir et leur faire oublier leurs échecs passés. Je prenais des disposition et des risques pour m'assurer que les Vénatoris ne s'approcheraient pas d'eux. Même l'Inquisition, j'avais risqué ma réputation pour connaitre leurs intentions, leurs failles en cas de besoin. J'agissais comme on n'imaginait pas, je me retrouvais là où on ne m'attendait pas. Une véritable anguille agile, doublée d'une vipère prête à sortir les crocs. Peu orthodoxe, j'étais ce qu'il fallait (à mon avis) pour sortir ces Gardes du bourbier et les protéger. Du moins, pendant cette période de chaos et d'incertitude. Même si pour cela je devais traumatiser le petit blond en face de moi. Je soupirais à nouveau, posant sur lui un regard curieux et légèrement attristé.

"Mh... Vous n'avez vraiment pas l'air à l'aise. Si quelque chose vous tracasse, dites le moi de suite. Si quelque chose vous gêne ou autre. Je préfère que mes hommes s'expriment et me fassent part de leurs avis. Après que j'en prenne compte ou non, c'est un autre sujet... Dites moi... est ce que je vous fait peur, Garde Léopold ?"

Je m'étais légèrement penchée vers lui, le fixant de mes yeux étranges. J'étais sérieuse, mais mon ton n'était pas de manière à laisser entendre que j'étais en colère. Au contraire, une légère peine était visible, une incompréhension et un désir de comprendre. A voir s'il allait oser prendre la parole ou non. De toute manière, je finirais bien par le savoir un jour ou l'autre.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Orlésien
- Gardes des ombres -
Messages : 68
Emploi/loisirs : La lecture, servir la Garde, fuir ce stupide chien...
Lun 27 Aoû - 11:28

Les Masques du Noble Jeu


Pourquoi étais-je là ? Je veux dire… Les autres Gardes, Alan le premier, connaissait ma vie. Lorsque la Garde était aux Dorsales de Givres, nous n'avions pas grand chose à faire, sauf parler de nos passés respectifs… Enfin ça, c'était avant l'arriver de la Commandeur-Garde... Lorsque la commandeur m'encouragea à me ressaisir en utilisant son humour… particulier. Je souris, mais je ressentis aussi une pointe d'énervement dans sa voix. Elle m'invita à prendre du vin… Elle n'était pas au courant de ma non-résistance à l'alcool… ou peut-être qu'elle le faisait exprès… Non, c'est de la paranoïa… Je pris la coupe et la mis à mes lèvres, et en bu une lampée. Même si je lui trouvais un goût assez amer, mais je fus contant que les années avait un peu augmenter ma tolérance au alcool. Étrangement, le vin me rendit du courage. J'arrêtai de balbutier.

"Merci, Commandeur."

Je savais à quel évènement elle faisait référence. Par chance, je n'avais pas fait partie de cette patrouille… Ce qui en avait fait partie avait était prient de furieux mots de ventre. L'un des plus jeunes Gardes de cette patrouille avait même cru que c'était l'Appel… L'Appel… C'était un sujet assez tabou aux seins des rangs la Garde, aucun des survivants de l'Inébranlable, comme moi, n'aimais en parler. Et pour cause, cet évènement récent avait failli détruire la Garde d'Orlaïs. Il faudra un long moment pour redorer le blason de la Garde, et j'aimerais sincèrement y participer…
Elle me parla alors des rumeurs l'accablée, ou plutôt l'amusée. Des rumeurs assez commune aux camps, je me demandais comment elle pouvait être au courant. Les autres Gardes les racontaient à Donovan pour l'effrayer, c'était sans doute lui qui les rapporter au Commandeur... Mais ce n'était pas le sujet.
Lorsque la Commandeur parla des bains de sang d'Engeances, je ne pus retenir un petit rire. Au moins, elle avait trouvé une utilité à ces créatures infâme. J'étais un peu plus confiant, je ne cherchais plus à esquiver son regard. Je ne l'aurais pas cru, mais elle avait le chic pour mettre les gens à l'aise.
Elle continua me demandant si quelque chose me gênait. Puis me demanda si j'avais peur d'elle. Je ne répondis pas tout de suite… Était-elle entrait d'encore plaisanter ? Non. Elle était sérieuse, elle se pencha vers moi, je pus même lire une certaine peine dans son regard étrange. J'eu l'impression qu'elle lisait en moi comme dans un livre ouvert…

"Non, Commandeur… Ce n'est pas vous qui me faites peur… C'est l'autorité en général qui me perturbe."

J'étais sérieux, et honnête. Toute ma vie était parsemée d'échec. Héritier de Bordeleau, un échec. Chevalier d'Orlaïs, un échec. Pour le moment, je n'avais réussi qu'à être qu'un "bon soldat". Néanmoins, j'étais près à tout pour ne pas échouer à être un bon Garde…

"Sous votre respect. Je pensais que nous devions parler de mes motivations et mes compétences ?"

J'étais beaucoup plus assuré, elle voulait que je sois le plus honnête possible ? Soit. Mais je n'étais pas là pour discuter de mes craintes… Mais si la Commandeur voulait en savoir plus, je me résignerais.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Lun 27 Aoû - 17:54

Les Masques du Noble Jeu


Le vin semblait le détendre un peu, et sans doute à force de dire n'importe quoi je lui faisais un peu moins peur. Je prenais mon verre, buvant quelques gorgée après qu'il ait accepté de répondre. Sa peur pour moi n'existait pas, ce qui était bien, mais j'étais surprise qu'il dise aussi ouvertement comment il considérait l'autorité. Je le regardais en arquant un sourcil, ce soudain courage venant d'un blondinet recroquevillé me faisant plaisir à voir. Il avait même le culot de me dire de ne pas aborder plus loin le sujet, voulant se concentrer sur ses compétences et motivations. Le Naïf... Il ne connait pas bien les antivans on dirait. Peu importe ce que l'on dit au début, on arrive toujours à arriver à nos fins. Je souriais et riais légèrement, posant sur lui un regard malicieux et amusé. J'essayais de lui expliquer en quoi ma question était pertinente, mais également pourquoi je n'allais pas en rester là.

"Vos peurs font totalement parties de vos motivations. Si vous avez peur de moi, si vous ne respectez pas ou n'avez pas confiance en l'autorité qui vous est donnée, comment puis je m'assurer que vous allez donner le meilleur de vous même ? Les Gardes demandent un sacrifice de soi, être entièrement dédié à la cause et ne pas craindre des folies comme l'Enclin et ses Engeances. Vous pouvez avoir peur, mais il ne faut pas que cela porte préjudice à votre mission."

Je jetais un oeil sur le bureau et tendis le bras pour prendre le rapport à son sujet. Il y avait quelques maigres feuillets, la plupart parlant de son passé et quelques rapides lignes sur comment il s'en était sorti de l'Inébranlable. Tout en restant les yeux rivés dessus pour lire, je continuais sur un ton plus sérieux à l'interroger.

"Un problème avec l'autorité... C'est étrange pour un noble Orlésien qui a effectué la formation de l'Ordre. Mais compréhensible vu ce que dit ce rapport sur votre refus de passer le dernier examen. Donc... Vous avez du mal à obéir, ou bien à cautionner les ordres de vos supérieurs s'ils ne sont pas conformes à vos désirs ? Expliquez vous..."

Mon regard inquisiteur se plongea dans le sien, attendant la même honnêteté et franchise qu'il avait eut le courage de montrer plus tôt. Il n'y avait pas de piège, et pour tout dire qu'il soit peu appréciateur de l'autorité m'intéressait. J'étais dans ce même cas, mais de mes hommes j'attendais une autre raison que simplement "s'amuser à répandre le chaos pour voir ronchonner le Garde-Commandeur". Vu son comportement actuel, je ne voyais rien qui puisse être en rapport à une nature rebelle et une volonté anti-conformiste. Sa réponse allait être des plus intéressante.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Orlésien
- Gardes des ombres -
Messages : 68
Emploi/loisirs : La lecture, servir la Garde, fuir ce stupide chien...
Ven 31 Aoû - 10:37

Les Masques du Noble Jeu


Je repris une lampé de ce vin si amer. Peu importait si j'avais se mauvais goût dans la bouche pendant toute la semaine, je savais qu'il me donnait le courage nécessaire pour me confronter au Commandeur-Garde.
Alors qu'elle poussa un petit rire, je compris qu'elle aurait ce qu'elle veut… Cette dernière me confirma qu'elle voulait en savoir plus sur mes peurs… Qu'elles faisaient parties intégrante de mes motivations. J'aurais préféré ne pas continuer sur cette voie, mais bon… Je m'étais promis de me résigner…

"Je vous respecte Commandeur, comme tous ceux qui ont accomplit le sacrifice pour devenir Garde… Et je suis près à me faire tuer pour notre cause sur demande… "

Enfin seulement si c'était justifié… Je n'étais pas près à abandonné ma vie juste pour des poussières…
Elle lança un regard sur les notes sur son bureau. Je crus lire mon nom à un endroit… C'était un rapport sur moi ? Sans doute… En tout cas, elle continuait de me percer du regard… Je me surpris moi-même que je n'avais plus de problème pour la regarder dans les yeux. Je commençais à comprendre pourquoi on l'avait placé à la tête de la Garde Orlésienne. Je sais que certains dans la Garde auraient aimé un Commandeur Orlésien, mais je ne sais pas si un Orlésien aurait été capable de nous mener jusqu'ici aussi vite… Surement, pas, nous étions tous traumatisées après l'Inébranlable, je me demande même si nous nous serions relevés si nous étions seuls…

La Commandeur-Garde me demanda plus de précision sur ma peur de l'autorité. De plus, elle confirma une de mes suppositions. Les informations sur mon compte n'avait pas disparu, du moins pas totalement. Lorsqu'elle parla de mon échec à rejoindre les Chevalier, je levai un sourcil. Était-elle au courant en quoi consisté l'épreuve ? Certes, ce n'était pas le plus grand secret d'Orlaïs, mais cela me surprit qu'elle soit au courant. Je passai rapidement sur ce détail pour me concentrer sur la question.

"Et bien, je dois avoué que ma… peur de l'autorité est… disons plus récente…"

Je finis ma coupe de vin. Je ne voulais pas en parler, mais elle me forcer la main.

"Le dernier ordre direct que j'ai reçu d'un Commandeur-Garde était de me faire sacrifier pour qu'un mage contrôle un démon… Je ne vous compare pas à Clarel, évidemment. Je n'ai aucune envie de perdre mon éthique à cause des ordres. Et je refuse d'utiliser l'excuse de "désoler, mais c'étaient les ordres… Je suis peut-être pas le plus courageux des Gardes, mais je suis toujours responsable de mes actes. Même quand je suis les ordres…   

J'étais honnête, ma peur était de cautionner des ordres contraires à mes désires… C'était… stupide. Je le sais, dans une guerre, il fallait être près a sacrifié son éthique, que ce n'était pas comme dans les livres… Mais je ne le voulais pas…



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Sam 1 Sep - 19:34

Les Masques du Noble Jeu


Ma question le mettait vraiment mal à l'aise, mais il tenait bon et semblait résolu tout de même. Sans doute le vin. Depuis qu'il en buvait, il semblait de plus en plus libre et moins tremblant comme un faon. Il confirma qu'il me respectait, même si sa dévotion aveugle et son engouement pour donner sa vie pour la garde me fit intérieurement lever les yeux au ciel. C'était justement pour ce genre de connerie de loyauté aveugle qu'ils s'étaient fait avoir par Clarel et à l'Inébranlable. Il faudra que je remédie à ça au sein de la Garde. Léopold était là, avec son verre de vin, et m'étonna en me disant que son appréhension était récente. J'arquais un sourcil, me demandant si cela avait un lien avec la dernière catastrophe. Si ça l'était, cela me sauverait de lui poser la question. Je l'écoutais, et son récit semblait grandement l'affecter. Je pouvais bien voir qu'il avait une certaine honte à avoir agit ainsi. La pauvre biquette... Mais il avait des principes, et cela me rassurais qu'il soit capable ainsi de ne pas obéir à un ordre s'il va à l'encontre de sa survie et du but final des Gardes. Il eut un silence, et je le vis assez confus face à cette révélation. A le voir comme ça, mon instinct maternel et de protection de mes petits Gardes revint à la charge. Mon bras s'étendit vers l'avant, et ma se posa sur sa tête pour lui ébouriffer légèrement les cheveux. Comme une mère qui veut rassurer son enfant en fait. Je soupirais légèrement, n'ayant aucune honte à ce geste et cessant tout en le rassurant par quelques paroles.

"Tu as bien fait, Léopold. Tu n'as pas à avoir honte de cela."

Je reprenais mon verre, ne faisant pas attention à la réaction de Léopold, bus quelque gorgée pour ensuite lui donner mon propre dogme.

"Un vrai chef de groupe, un vrai capitaine ou garde-commandeur ne devrait pas à mon avis demander une obéissance aveugle à ses hommes. Sincèrement, si j'avais été à votre place, je pense que j'aurais déserté bien avant l'Inébranlable. Non pas pour quitter les Gardes, mais pour fuir des ordres proches de la folie."

Je me penchais un peu plus en avant, plongeant mes yeux étranges dans les siens.

"Même si part le rituel notre vie est dédiée à la Garde, cela ne veut pas dire que nous devons la sacrifier de façon aussi stupide et insensée. Il faut chérir sa vie, car le sacrifice ultime ne doit être utilisé qu'en des circonstances extrêmes."

Je n'étais pas pour le sacrifice inutile, et savais que la vie des Gardes était précieuses. Encore plus avec la mort presque subite des Gardes d'Orlaïs. A moins que ce soit pour combattre des Engeances, il n'y a pas de raisons d'agir ainsi, sauf si vraiment des raisons personnelles poussent à agir. En dehors de cela, je tenais à ce que mes hommes tiennent à leur vie. Et il fallait qu'il le comprenne.

"Je vais donc être franche avec vous. J'attends de mes hommes la confiances, mais pas une obéissance aveugle. Il faut que vous réfléchissiez par vous-même, que vous remettiez en question ce qui vous semble absurde. Je ne veux pas de moutons à ma botte ou de bon chiens qui ne savent que se servir de leurs crocs et griffes. Je veux des hommes capable d'aller de l'avant même si leur Commandeur n'est plus là."

Je me mis soudainement à sourire, le regard pétillant aux souvenirs de ce que j'avais vécu et fait vivres aux Gardes de Férelden pendant presque 10 ans.

"Et puis, ce serait tellement ennuyeux ! Quand j'étais avec le Garde-Commandeur Cousland, j'étais la première à le remettre en question et à tourmenter les autres Gardes. Ça ne m'a pas empêché d'être Sénéchale, ha ha ha ! "

Je riais, vidant mon verre et le remplissant à nouveau ainsi que celui de Léopold, même s'il n'était pas très vide. J'étais une terreur, imprévisible et indomptable. C'était ce qui m'avait aussi valu mon surnom, mais donnait aux gardes une certaine fraicheur en même temps que des crises de nerfs. Au moins, ils avaient de l'animation. Je me demandais comment ils se débrouillaient à présent... Mais j'avais l'esprit trop occupé et les mains pleines pour me soucier d'eux. Mes petits Orlésiens étaient ma priorité maintenant. Je croisais les jambes, retournant à cette conversation avec un sourire et résumant ce que j'attendais d'eux.

"Je suis connue pour être peu orthodoxe, mais je préfère qu'on me dise les choses en face plutôt que de rester silencieux et d'obéir aveuglément sans se poser de question. C'est aussi le rôle des soldats de remettre en question leur dirigeant pour éviter qu'ils ne se perdent. "

J'attendais son verdict, ses rougeurs sur ses joues ou bien une indicible confusion quant au traitement que je lui avais réservé. J'espérais qu'il allait sortir un peu plus de son cocon !




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Orlésien
- Gardes des ombres -
Messages : 68
Emploi/loisirs : La lecture, servir la Garde, fuir ce stupide chien...
Lun 3 Sep - 21:59

Les Masques du Noble Jeu


Lorsque je parlais de sacrifice au nom de la cause, la Commandeur-Garde n'eu pas la réaction prévue… Elle levait les yeux au ciel, ou plutôt au plafond. Pour être honnête, je fus à la fois soulagé et interloquer par cette réaction. Lorsque j'étais soldat dans l'armée Orlésienne, mon officier voulait que nous soyons près à tout sacrifié… Cette femme était une énigme pour moi…

Elle écoutait mon histoire sans m'interrompre, je venais de finir et déjà, je commençais à regretter d'avoir tout déballer… Soudainement, elle avançait sa main vers moi. Surpris, je ne fit rien, sa main se posa dans mes cheveux, et elle les ébouriffa. Je rougis, et alors qu'elle enlevais son bras, en me félicitant, je jetais un coup d'œil vers la porte grande ouverte, envoyant une prière au Créateur pour que personne n'est vu ça. Elle ne semblait pas avoir fait attention à ça, se contentant de boire dans son verre… Je ne m'attendais vraiment pas à une telle marque d'affection de la part du Commandeur-Garde. Je n'osais pas parler. Laissant la Commandeur parlait, elle me donnait son point de vue de ce qu'elle aurait fait à ma place… Fuir l'Inébranlable… ou plutôt fuir la folie de Clarel… Je mentirais en disant que je n'y avais pas songé. Je ne sais pas pourquoi je ne me suis pas résolu à fuir… La peur de me retrouver seul, peut-être…

Elle approcha son visage près du mien. Ses étranges yeux me fixant… Elle m'expliqua que selon elle, aucun sacrifice n'est permis sauf en cas d'extrême nécessité. Une belle philosophie, je me demandais si elle saura si tenir… Sans doute, elle ne semblait pas être le genre de personne à dire des paroles en l'air… Sans le montrer, j'étais comptant qu'elle place la vie de ses troupes en aussi haute estime… Clarel, quant à elle, voyait d'abord le devoir avant la vie de ses Hommes…

Elle ne voulait pas de petits soldats obéissants à tous ses ordres sans se poser de question… Je m'en étais un peu douté, je venais de la rencontrer, mais presque tout ce que m'on avait dit sur elle était vrai… Sauf peut-être le fait qu'elle mange des enfants… enfin bref… J'aurais aimé dire que je la respectais, mais aucun mot ne sortit… C'était juste que… je ne savais que dire.

Elle prit soudains un ton nostalgique, parlant de l'époque où elle était encore Sénéchale dans la Garde de Férelden, sous les ordres du Commandeur Coursland. Elle se décrivait comme le trublion de service. Je souris, j'imaginais très bien notre Commandeur mettre des bâtons dans les roues du mythique Héros de Férelden. Elle vida son verre plus vite que n'importe quel nain que j'avais pu croiser, tout en riant, avant de nous resservir en vin.

Merci, Commandeur…

… je n'avais justement pas soif. J'approchai tout de même le verre de ma bouche et en bu une lampé. Le goût était encore amer…
Elle semblait donner son état d'esprit sur ce qu'elle voulait de ses Hommes, et de sa vision des soldats… C'était une vision intéressante, mais un peu surréaliste. Mais dans son attitude, j'avais envie de l'aider à réalisé cela. Après tout la méthode de Clarel avait échoué, alors pourquoi pas ?
Cette fois, je bu le verre en cul-sec. Le goût est horrible, celui qui a dit que pour apprécier un vin, on devait le goûter deux fois peu allé se pendre.

Très bien Commandeur, je comprend…

Je posais mon verre sur le bureau, priant toute les divinités qui pouvait m'entendre, que le Commandeur ne me resserve pas un verre de ce poison.



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 445
Ven 7 Sep - 21:29

Les Masques du Noble Jeu


Mon looong monologue se termina par deux mots de mon garde, toujours très concis et avare de sa salive. J'étais vraiment très mal tombée. Je pense que ce qu'il m'avait dit plus tôt avait épuisé la totalité de son quota de voix pour la journée. Peut être pour la semaine, qui sait. Mais le sujet n'étant pas facile à aborder, je pouvais me montrer compréhensive. Cela ne veut pas dire que je n'en suis pas plus frustrée pour autant. Il avait finit son verre, le reposant sur la table. Il ne semblait pas vouloir en dire plus. Aussi dans un soupire, j'enchainais. Je pris la bouteille, qui allait bientôt se terminer, et me servis un verre.

"Enfin, peu importe, continuons.... "

Pour ensuite lui servir le sien. L'alcool révèle beaucoup de choses, le bon comme le mauvais. Et je voulais délier au mieux la langue de ce Léopold. Je n'allais pas le lâcher avant. Il fallait qu'il s'exprime un peu, qu'il donne son avis et ne reste pas de marbre et de glace, comme un pantin sans aucune volonté. Il me faut de la niak, un mordant et une volonté. Sans cela, ils ne pourront pas survivre. J'essayais de changer donc de conversation, parlant plus de son confort et de ce qu'il pensait de notre nouvel endroit.

"Est ce que vous vous plaisez ici ? L'agenda des entrainements, des patrouilles vous conviennent ? Vous avez des questions sur nos objectifs actuels ? "

Personnellement, je dirais que je déteste cet endroit humide, mais beaucoup moins que les montagnes hautes et froides des Dorsales. Les entrainements étaient moins intenses, mais les patrouilles et la surveillance des Vénatoris posaient un autre défi. On ne croisais pour l'instant pas beaucoup d'engeances, devant avant tout nous protéger d'autres ennemis. Les installations étaient sommaires, on se trouvait avec des civils comme cheveux dans la soupe. Il y avait beaucoup à redire, même pour moi. Mais il faut bien renaître quelque part, non ? Et pour nous, cette renaissance aura hélas un goût quelque peu salé et poissonneux.




* ~ Fight to the Warden Rythm ~ *





code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Orlésien
- Gardes des ombres -
Messages : 68
Emploi/loisirs : La lecture, servir la Garde, fuir ce stupide chien...
Mer 12 Sep - 20:13

Les Masques du Noble Jeu


Ma réponse semblait décevoir la Commandeur, mais ce n'est que peu après avoir fermé la bouche que je compris le pourquoi de sa frustration. Sa tirade n'avait eu que pour réponse quelques malheureux mots… Je compris alors sa frustration, mais le mal été fait… le temps que je réfléchisse à la meilleure façon de corriger mon erreur, elle désira changer de sujet. Et comme pour se venger, elle me resservit un verre. Je maudis intérieurement le Créateur, Andrasté et les autres dieux. J'hésita même une seconde à "malencontreusement" faire tomber mon verre et l'amer breuvage. Mais faire cela reviendrait à me rendre plus stupide et maladroit que je ne le suis déjà, en plus de risquer d'abîmer les divers documents présents sur le bureau…
Je pris mon verre et en bu encore une gorgée…

Elle me posa des questions sur notre situation actuelle, si notre nouveau "bastion" était à mon goût, si nos objectifs étaient clairs… et d'autres broutilles comme nos entraînements infernaux, et les patrouilles… elle n'avait pas parlé de nos… "sortie pédagogique". Mais bon, elle devait connaître l'opinion de ses Gardes sur ça…

Pour être honnête, je me sens plutôt bien ici… Cet endroit me rappel mon enfance, en plus pauvre…   

Effectivement, durant une grande partie de ma vie, j'avais vécu sur le domaine de mon père, qui se trouvait d'ailleurs à quelques jours d'ici…

J'ai… J'ai effectivement quelques questions sur nos objectifs…

Je n'avais pas vraiment envie d'aborder le sujet, mais la curiosité, sans doute dû à l'alcool que j'avais dans le sang, me poussa à interroger le Commandeur sur notre rôle face aux évènements.

Vous savez qu'un Archidémon a été aperçu… Je… Je me demandais si vous pensiez qu'un nouvel Enclin aurait bientôt lieu ? Vous ne pensez vous pas que nous devrions traquer, et détruire cette créature corrompue ?  

Je ne pensais pas qu'il s'agissait d'un Enclin… Je n'en avais jamais vécu, mais j'étais sûr que si ça avait été le cas, nous l'aurions senti…
Mais je l'avais vu, j'ai vu cette bête… Ce monstre qui tua notre ancienne Commandeur…


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Les Masques du Noble Jeu (PV Léopold)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Collectible] Les Masques Kanohi
» 24 Novembre 1456 : Mariage noble de Rosa et de Louis-Hubert
» [Story/Investigation] L'origine des masques des Toa Mahri
» Un mariage noble Espagnol
» [Edit] DU LIGNAGE NOBLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Lac Célestine :: Térébinthe-
Sauter vers: