en haut du forum
en bas du forum



[Flashback] De retour sur les rails (PV - Wulf)

avatar
Garde Marchéenne
- Gardes des ombres -
Messages : 62
Mer 5 Sep - 1:58

~ De retour sur les rails ~


J'ai toujours rêvé de visiter les grands endroits de Férelden comme la ville d’Amaranthine. Mise à part Kirkwall et Ansburg, j’ai passé ma vie dans les campagnes où on était discret. Le pire, c’est qu’aujourd’hui mes pas me mènent à même pas quelques kilomètres de la ville et je ne peux pas m’y arrêter à cause d’une rencontre de la plus haute importance …

De loin, j’entrevois les tours de la ville. Je suis bien trop loin pour avoir une aperçus de la vie qui anime l’endroit, mais je m’imagine les tonnes de bruits et d’odeurs s’entremêler dans un orchestre merveilleux. Un jour, peut-être, je prendrai le temps de visiter tous ces merveilleux endroits, surtout que l’architecture féreldienne a rien à envier aux Marches Libres, bien au contraire !

Peu à peu, Fort Bastel se dessine à l’horizon. Je sens mon estomac se nouer sous les multiples coups du stress qui commence à faire son travail handicapant. Mes yeux se penchent sur le griffon qui triomphe sur mon épaule gauche, suis-je réellement obligée de rendre des comptes à l’ordre ? Plus je me rapproche, moins j’ai envie de faire un pas de plus dans cette direction. Je veux juste partir et rester dans mon coin, c’était une idée de merde de faire ce qui me semblait juste aux yeux de la Garde ! Mais d’un autre côté, je ne pouvais pas rester passive, seule dans mon coin à aider un mage de temps en temps et abattre des démons jusqu’à la fin de mes jours. Plus je me rapproche, plus la présence de la corruption dans le fort se fait ressentir, au point de me donner le tournis. Cela faisait longtemps que je n’avais pas perçu ce genre de présence, ils étaient plus nombreux que ce que je m’imaginais. Pourquoi je n’ai pas insisté pour rencontrer le Commandeur-Garde sur un terrain neutre déjà ? Je soupire longuement, essayant de me détendre.

“ Aller Bethany, respire. Tout va bien aller. Tu vas te présenter, t’expliquer au Commandeur-Garde et avec de la chance, il acceptera de te laisser faire ta petite vie …  „

Des paroles d’encouragement malheureusement futiles, ça fait des jours que je me dis ça. Je m’étire un peu pour être plus confortable dans mon armure, armure que j’ai prit la peine de nettoyer d’ailleurs pour être présentable. Je commence à voir les sentinelles sur les murs, voyons voir si je suis capable de maitriser un minimum mon trac. Je m’approche suffisamment pour être à portée de voix avant de me présenter, je m’assure que mon griffon est bien visible avant de me lancer d'un air sérieux.

“ Je suis la Garde Bethany Hawke, j’ai un rendez-vous avec le Commandeur-Garde Wulf Cousland ! „

Deux gardes me saluèrent et me guidèrent vers les quartiers de Wulf. Fort Bastel est très impressionnant, surtout avec ce qui s’y était passé il y a quelques années. Il semble imprenable et l’intérieur est merveilleux. Les pierres, les décorations et tout le reste de l’infrastructure m’émerveille. En plus, il y a une bonne ambiance, un peu comme celle de Ansburg, mais avec plus de cris et d’alcools.

Cela suffit pour me détendre un petit peu, j’imagine que si la rencontre ne se passe pas exactement comme prévu, je ne vais pas trop souffrir d’une présence prolongée à l’intérieur de ses murs. Les gardes finissent par m’abandonner devant une porte. Ça y est, je suis derrière ma dernière embûche entre ma situation actuelle et le risque de me soumettre aux autorités de la Garde. J’ai encore l’occasion de fuir, mais je ne vais pas abandonner maintenant. Après deux ou trois grandes inspirations, j’ose cogner à la porte avant d’ouvrir. Je prends la précaution de fermer derrière moi avant de me retourner vers le Commandeur-Garde. Je m’incline légèrement devant lui.

“ Commandeur-Garde, j’espère que je ne vous dérange pas. „

Il est possible de remonter dans le temps ? Je n’ai plus envie là, Flémeth ne pourrait pas arriver sous sa forme de dragon ? Tout de suite, maintenant ?


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur de Ferelden
- Gardes des ombres -
Messages : 120
Mer 5 Sep - 20:33

De retour sur les railles

En commandant aux autres, sache te gouverner toi-même








Absainte… Absainte s’il te plait, lâche ce drap, ce n’est pas fait pour être mâché !
Si le mabari pouvait lui obéir aussi bien dans la vie domestique que durant les combats, le rouquin aurait été comblé. Mais l’énorme animal semblait baver avec délectation sur le tissu blanc, un chat roux étalé à plat ventre sur son dos. C’était Ser Pounce, l’animal d’Anders. Et voilà que le machiavélique félin semblait le regarder d’un mauvais œil. Adoptez donc des animaux. Enfin… Wulf était de mauvaise foi, son chien lui était très cher, et la présence du matou l’amusait. Il craignait juste que Sevel, son domestique ne le gronde. Bon, cela pouvait sembler un peu ridicule comme cela, mais l’avis du vieil elfe lui importait et il savait que son côté bordélique ne l’aidait déjà pas dans son travail.
On toqua à la porte. Alors qu’il restait ainsi, accroupit face à son chien de guerre, il répondit vaguement, afin que le pan de bois s’ouvre sur l’étrange scène. C’était Syl, équipier mage. Etrange comme le quatuor qu’il formait avec les trois autres (Grimmdar, Syl et Musbel) se répartissaient Fort Bastel. Grimmdar, en Alvar féru d’air frais et de grands espaces, préférait les remparts. Musbel, d’une famille de commerçants, naviguait au niveau de la cour intérieur, entre les vendeurs et le forgeron. Syl, habitué à la tour du Cercle, préférait les intérieurs. Wulf, lui, préférait voyager plutôt à l’extérieur d’Amaranthine. Ses responsabilités le lui permettaient rarement.




Hum… La Garde Hawke est arrivée.
Hochant la tête, le tempête se releva, fusillant son chien du regard. Le chat roux bailla d’un air paresseux. Ces deux là avaient la belle vie.
Il se dirigea vers son bureau, adjoint à sa chambre. Cela lui permettait de recevoir dans ses quartiers tout en distinguant le professionnel du personnel.
Le bureau de bois aurait eu l’air abimé s’il ne croulait pas sous une pile de paperasse et un énorme manteau jeté là par Wulf. Une cheminée ronflait tranquillement et une bibliothèque recouvrait un pan de mur. Des cartes recouvraient toutes parties libres des murs de pierre. Une petite table semblait destinée à l’entretien des armes : une demi douzaine de dagues, d’excellent qualité y trônaient, ainsi que deux arbalètes. Wulf était assez mauvais au tir à l’arc.




Commandeur-Garde, j’espère que je ne vous dérange pas.
Le rouquin prit le temps d’analyser son interlocutrice. Une grande brune aux yeux ambrés et à la peau pâle. Plutôt jolie, si ce n’était belle, elle semblait surtout être en proie à un stress intense. Bon.




Garde Hawke ! Absolument pas, on m’a prévenu de votre arrivée.
Lui présentant sa main pour un salut, il présenta ensuite les deux fauteuils au centre de la salle. Intrigué par le bruit, Absainte pénétra dans le bureau. Ser Pounce n’était pas là, plus frileux face aux inconnus.




Il faut dire que votre cas est particulier…

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde Marchéenne
- Gardes des ombres -
Messages : 62
Ven 7 Sep - 0:01

~ De retour sur les rails ~


Comme je m’y attendais, le Commandeur-Garde me jauge du regard. Il doit sûrement mémoriser mon visage et prendre un premier regard sur la personne que je suis. Je me soumets à cet examen sans broncher, gardant la tête haute et le regard franc, malgré la fragilité de ce dernier. Foutu stress, si je pouvais le prendre et l’enfermer dans un coffre avant de le lancer dans la mer d’écumes … Ce moment, un peu gênant pour moi, passa rapidement avant qu’il me présente sa main. Je n’hésite pas à serrer son avant-bras avec force. Enfin, avec force … la force qu’une mage maigrichonne au niveau des biceps peut fournir devant le Héros de Férelden, ce qui veut dire pas grand-chose. Du coin de l’œil, je vois le mabari de mon hôte rentrer dans la pièce. J’adore tellement ces créatures ! Et celui-là est tellement mignon, j’aimerais bien l’inonder de caresses et de lui dire que c’est un bon garçon … ou une bonne fille, en espérant ne pas me tromper, mais ce serait malpoli de ma part. Je me contente de sourire gentiment à l’animal tout en posant mon bâton contre un mur avant de prendre place dans l’un des sièges que Wulf me présenta.

J’ose finalement m’attarder sur le visage de mon supérieur. Je remarque immédiatement ses cicatrices, ça se voit qu’il a beaucoup de vécu. La plupart des gens voient ce type de marques comme étant laides, mais moi, je les vois autrement. Même si je tiens à conserver la peau de mon visage intacte, je vois les cicatrices comme une manière de raconter l’histoire d’une personne, presqu’aussi révélateur que le regard et le visage de Wulf parlait du 5e enclin, c’est évident. Je m’attarde aussi un peu sur sa moustache, j’aime bien sa forme et sa couleur, un bel homme qui porte fièrement le poids de la vie.

Une fois mon analyse, longue d’à peine deux petites secondes, effectuée, je réponds à la perche qu’il me tend, m’invitant sûrement à expliquer mon comportement allant à l’encontre des codes. Ma voix est douce, mes paroles fluides, mais qui sait s’y prendre verrait immédiatement que je n’ai pas vraiment envie d’être ici, un léger empressement qui teinte mon débit.

“ Oui, merci de me recevoir, Commandeur-Garde. Au départ, ma disparition n’était pas le fruit de ma propre initiative. Un rassemblement de mages et de templiers, œuvrant contre Mérédith, le Chevalier-Capitaine de Kirkwall, m’avait capturé et soumis à une entrave créée par de la magie du sang. Ils voulaient atteindre ma grande sœur, sûrement pour l’obliger à agir en leur faveur. Marian est venue à ma rescousse et, une fois libérée, j’aurais dû retourner immédiatement à Ansburg. „

Je me tais quelques secondes, baissant le regard, honteuse. Ça, c’était facile, je ne faisais que rapporter des évènements dont j’étais la victime, le problème est que j’aurais dû le faire il y a quatre ans de cela. Je cherche inconsciemment quelque chose du regard à quoi me raccrocher pour me donner du courage et je finis par regarder le Mabari qui s’était posé à côté de son maitre en demandant des caresses. Allez Bethany, inspire grandement et lance-toi, tu n’es plus une enfant …

“ Mais avec la situation de Kirkwall et la merde dans laquelle s’était mit le Héraut … Je ne pouvais pas la laisser seule face à l’adversité ! Je l’ai donc suivie dans son entreprise, on a assisté au début de la rébellion des mages ensemble. Suite à la mort de Mérédith, les choses se sont enchainées trop rapidement et je n’ai pas eu le temps de penser à mes devoirs envers la Garde, j’étais trop occupée à aider mes semblables. „

Mes semblables … Logiquement, maintenant, mes semblables étaient autant les Gardes que les mages, mon choix de priorité s’était fait de manière purement instinctive et je ne le regrettais pas du tout, je suis convaincue d’avoir sauvé un très grand nombre de vies en faisant ce que j’ai fait.

“ Ensuite, il y a eu cette histoire de corruption dans nos rangs, je ne savais pas à qui je pouvais faire confiance, même si les rumeurs disaient que cela se tenait qu’à Orlaïs. Donc j’ai passé ces dernières années à aider les mages et tuer les démons. Bien que j’aie porté l’armure de l’Ordre tout ce temps, je n’ai rien revendiquer au nom de la Garde, j’agissais en tant que Bethany la mage et rien de plus. C’est lorsque l’Inquisition est venue s’allier aux mages, il y a peu, que j’ai réalisé le poids de mon manque de considération. „

Voilà, j’ai tout déballé. Je baisse un peu la tête pour montrer que j’ai fini de parler et je ne peux pas m’empêcher de me tourner les pouces sous l’accablement du mélange de gêne, de stress et de honte que je ressens. J’espère vraiment que Wulf sera compréhensif, j’ai essayé d’alléger mes fautes, mais j’ai des doutes. Pas envers sa personnalité ou ses croyances, non, plutôt envers les codes et ses devoirs.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Garde-Commandeur de Ferelden
- Gardes des ombres -
Messages : 120
Ven 5 Oct - 8:54

De retour sur les railles

En commandant aux autres, sache te gouverner toi-même




Lorsque son regard finit de sonder celui de la belle mage, le rouquin se plia lui aussi à la petite investigation. Ses cicatrices y passaient toujours. Absainte bailla à côté de lui, et Wulf lui décocha un sourire. La Garde en face de lui était féreldienne de naissance, malgré ses nombreux voyages et diverses assignations. Les Mabaris étaient une fierté de tous ceux qui avaient en eux un peu de sang féreldien.
Le salut fut franc, et plutôt marqué pour une mage. Il se demanda un instant si c’était le genre de mage à venir au contact. Il garda l’idée en tête toute en la nuançant par la carrure frêle de la jeune femme.




Oui, merci de me recevoir, Commandeur-Garde. Au départ, ma disparition n’était pas le fruit de ma propre initiative. Un rassemblement de mages et de templiers, œuvrant contre Mérédith, le Chevalier-Capitaine de Kirkwall, m’avait capturé et soumis à une entrave créée par de la magie du sang. Ils voulaient atteindre ma grande sœur, sûrement pour l’obliger à agir en leur faveur. Marian est venue à ma rescousse et, une fois libérée, j’aurais dû retourner immédiatement à Ansburg.  
Un léger blanc fila au-dessus d’eux, et le rouquin, encourageant, laissa tomber quelques mots pour que l’explication se poursuive.




Les problèmes de Kirkwall me sont connus, même si des subtilités m’échappent sûrement…
Et c’était quelque chose à laquelle il faudrait remédier. Il avait en face de lui quelqu’un capable de lui donner un autre point de vue sur les évènements à Kirkwall. Il avait aussi la sœur de sang du Héraut de Kirkwall. Il avait peut être l’obligation politique de rester neutre, mais cela faisait maintenant onze ans qu’il regardait cette règle de neutralité politique avec un ricanement dédaigneux.




Mais avec la situation de Kirkwall et la merde dans laquelle s’était mise le Héraut … Je ne pouvais pas la laisser seule face à l’adversité ! Je l’ai donc suivie dans son entreprise, on a assisté au début de la rébellion des mages ensemble. Suite à la mort de Mérédith, les choses se sont enchainées trop rapidement et je n’ai pas eu le temps de penser à mes devoirs envers la Garde, j’étais trop occupée à aider mes semblables.
La rébellion des mages… En réalité, si l’on se rapportait aux devoirs des Gardes, le rouquin avait tout pour épingler la cadette Hawke et lui faire vivre un enfer aux senteurs de Tréfonds. Elle avait pris parti dans le conflit mage-templier. Qu’à cela ne tienne ! il n’allait pas lui en vouloir, surtout si la famille était impliquée.
Le plus gênant était la petite phrase de fin, qui résumait une hésitation et un manquement à son uniforme d’une bonne poignée d’années.




Ensuite, il y a eu cette histoire de corruption dans nos rangs, je ne savais pas à qui je pouvais faire confiance, même si les rumeurs disaient que cela se tenait qu’à Orlaïs. Donc j’ai passé ces dernières années à aider les mages et tuer les démons. Bien que j’aie porté l’armure de l’Ordre tout ce temps, je n’ai rien revendiquer au nom de la Garde, j’agissais en tant que Bethany la mage et rien de plus. C’est lorsque l’Inquisition est venue s’allier aux mages, il y a peu, que j’ai réalisé le poids de mon manque de considération.  
La situation de crise venant de leur passer sous le nez rendait la dernière partie de son discours plus que compréhensible. Ce qui faisait tiquer le Héros était d’avantage les années de creux entre la mort de Mérédith et la corruption de Corypheus.
Elle baissa la tête et il lâcha un léger soupir. Ce qu’il avait devant lui était une jeune femme accomplie qui avait des liens avec la rébellion des mages, l’aînée Hawke et tout un tas de personnages clés. Il ne pouvait décemment pas laisser filer ça. Il pouvait, quelque part, s’arranger avec Ansburg… Une lettre bien tournée, expliquée d’une jolie manière avec un « je vous revaudrait ça » et cela passerait avec la fluidité d’une de ses doubles lames contre la gorge d’une engeance.
Ce qui le dérangeait plus était la loyauté de la jeune femme.
Il eut un mouvement de la main vers Absainte qui vint à lui. Tranquillement, il gratta le crâne du vieil animal.




Vous n’avez pas réellement bu à la coupe par choix, n’est ce pas ?
Il laissa filer un silence qui devait être un peu lourd pour la femme si nerveuse.




Garde Hawke… Je pourrais vous aider vis-à-vis de votre assignation. J’aurai besoin d’un éclaireur, d’un Garde discret qui connaisse du monde, qui récolte quelques informations pour mon compte. Vous pourriez être cette personne, profitant d’une indépendance exceptionnelle au sein de notre ordre.
D’un geste inconscient, il posa sa main droite sur son collier, où un griffon enserrait une pierre rouge. Une pierre rouge sang.




Mais je me dois d’avoir confiance en chacun de mes hommes.
La proposition et ses nuances étaient sur la table, il ne restait plus qu’à savoir ce que la jeune femme allait en faire.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Flashback] De retour sur les rails (PV - Wulf)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour du magazine Casus Belli
» [BLOG] BIONICLE DESTINÉE, le retour
» TARANIS le retour
» [LEGO] Le retour de Space Police
» Kovalev de retour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Amaranthine-
Sauter vers: