en haut du forum
en bas du forum



De Charybde en Scylla [SMJ- PV Siha] TERMINÉ

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3
avatar
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 314
Emploi/loisirs : Assassin
Mer 10 Oct - 20:11

De Charybde en Scylla


Tout en parlant, Zevran s’amusait à occuper le chaton. Il avait dénoué les cordons qui fermaient la manche de sa sous chemise et la faisait danser devant les yeux du chat avec un sourire.

- «Deux heures… Il faudra arriver relativement tard dans ce cas. Les gens ne viennent dans ce genre d’endroit pour prendre leur temps, si nous arrivons trop tôt nous risquons de ne pas voir la marchandise. En ce qui concerne la familiarité... »

Il prit le chaton et le posa sur la table avant de lever les bras vers les premières sangles de sa tunique de voyage. Il en défit les boucles en silence, jusqu’en bas, avant de se glisser hors du cuir avec un frisson. Il glissa quelques mots d’antivan qui étaient clairement adressés à la température de la pièce et il entreprit ensuite de défaire les cordons de sa chemise et de sa sous chemise et de les passer toutes deux par dessus sa tête et de les poser sur la table. De face, ses épaules étaient ornées d’arabesques abstraites qui semblaient provenir d’un dessin plus étendu dans son dos. Il se leva souplement et fit le tour de la table d’une démarche féline pour s’agenouiller près de l’archiviste avec un sourire charmeur.

- « Les esclaves de chambre sont assez peu souvent vêtus, cela risque de se voir si tu découvres mon corps pour la première fois devant tout le monde… Surtout … Si tu es sensé m’avoir peint sous toutes les coutures… Je penses que tu devrais au moins voir ça. »

Toujours à genoux, il se tourna dos à l’archiviste et releva sa chevelure. Son dos était entièrement couvert de tatouages ou presque. Juste sous la nuque, il y avait un astre stylisé, sa lumière se dispersant de tous les côtés en des traits noirs et légers, mais son centre était dépourvu d’encre si ce n’était pour un symbole étrange, comme la lettre d’un alphabet inconnu. Le long de sa colonne vertébrale, largement étendues sur ses cotes et ses omoplates, se trouvaient huit dagues entrelacée. L’une d’elle avait été noircie, l’encre était bien plus fraîche que toutes les autres dagues, comme si le remplissage était beaucoup plus récent que tout le reste du dessin.

Les arabesques de ses épaules formaient des formes abstraites mais symétriques et encadraient les tatouages précédemment décrits  jusque sous les omoplates. Avec les bras levés pour tenir ses cheveux, sa musculature les faisant danser sous la tension, on aurait presque dit deux ailes noires.

Sur ses reins d’autres entrelacs venaient embrasser la forme de ses muscles. Le motif était plus végétal, et pour un dalatien ses ramifications rappelaient farouchement la forme des vallaslins destinés à Falon’din. Il n’y avait cependant que le nœud de l’arbre et ses racines allant se perdre sous la ceinture de l’assassin.

Un nouveau frisson le parcourut malgré son apparent immobilité. Il n’aimait pas bien se tenir à moitié nu dans le froid et l’humidité mais il tourna la tête pour regarder Siha par dessus son épaule avant de continuer, le laissant explorer les dessins de ses yeux ou de ses mains en fonction de ce qui lui semblait acceptable.

- « Nous établiront les limites de mon consentement à l’avance. Mais si tu tiens à la vie je te déconseille de tenter de m’asphyxier… même de façon érotique j’ai tendance à réagir de façon un peu excessive. Petite séquelle d’une mission qui a faillit finir par une noyade. Nous aurons le temps de parler de ça sur la route. »

Il écouta avec attention le petit exposé de la couverture de Siha en s’asseyant à nouveau face à lui.

- « L’esclave de ta chair et de ta créativité…. j’aime déjà énormément cet Alcyon…. » Il eut un petit moment de blanc en entendant le nom de Romero puis esquissa un petit rire. « Tu as le sens du détail, Diletto, mais il faudra changer d’alias la prochaine fois, si trop d’esclavagistes entendent parler de ce Romero on risque de se douter qu’il  est sur une piste…. Donc nous cherchons un esprit combatif dans un corps harmonieux…. Plutot un ou une sudiste ? Pour le contraste de couleur que la peau de mon nouvel ami de servitude offrira sur les tableau ? »

Un nouveau frisson le parcourut qui n’avait rien à voir avec le froid.

- «  J’aime comme vous êtes convaincant…. Maître…  »

Il se pencha près du visage de l’archiviste comme pour échanger un baiser.

- « Est ce que tu veux devenir familier avec le reste de mon corps, Diletto ? »





Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1017
Jeu 11 Oct - 18:29
« Je te laisse décider ce qui est le mieux pour ce genre de détails, tu as plus d'expérience que moi. » Dit simplement Siha sans faire d'histoires, s'en remettant au bon sens de l'assassin pour organiser le scénario qui leur serait le plus favorable.

Penché sur un des journaux qu'il avait attiré vers lui à bout de bras, le dalatien prit de la graphite dans un petit étui métallique et entreprit de griffonner quelques notes d'une écriture presque hiéroglyphique, indubitablement concentré sur sa tâche. Élève appliqué et soigneux, il n'avait jamais perdu les vieilles habitudes. Réfléchissant à toute allure de façon à faire prendre forme à leur opération le plus vite possible, Siha faisait une liste des agents qu'il pourrait placer à la taverne locale pour leur servir de renforts ou de diversion en cas de besoin.

Néanmoins alors qu'il levait les yeux vers son interlocuteur pour lui poser une question et l'inviter à occuper le chat pendant une courte minute, il fut surpris par une vue au prime abord incompréhensible. Sa main se suspendit avec hésitation sur les pages jaunies, ses sourcils se plissant en même temps que le papier. Par les valseuses de Fen'Harel, qu'est-ce qui le prenait de se déshabiller au milieu d'une telle conversation ?
Regardant à droite et à gauche Siha ne sut pas ce qui le gênait le plus : le fait qu'il ne sache pas où poser les yeux sans paraître déplacé, ou qu'un membre du clan de passage puisse apercevoir un homme semi-nu près de sa tente et se méprenne sur ce qui se passait. Déglutissant en le voyant faire Siha expira d'exaspération et prit immédiatement une décision. Zevran se fichait pas mal d'être vu en public comme il était venu au monde, mais son hôte n'était pas du même avis. Par... pure bienséance évidemment.

Après un coup d'œil prudent aux alentours il tomba la voile de l'aravel la plus proche avec sa télékinésie, le même paravent improvisé dont il avait l'habitude de se servir quand il avait besoin d'un peu d'intimité. N'osant protester étant donné que tout ceci était probablement le résultat de ses mots impulsifs, l'archiviste se demanda s'il y avait un but caché à cette manœuvre... une énième provocation démoniaque peut-être. Mettant de côté l'image du sourire hilare qu'aurait Rasdir en s'imaginant ce qu'ils pouvaient faire derrière la toile, Siha en revint aux intéressants dessins qui recouvraient une grande partie du corps de Zevran. Malgré son hésitation il ne prit pourtant pas la peine de cacher sa sincère curiosité -purement artistique-, ces tatouages étant diamétralement opposés aux vallaslin portés par son peuple.
Sentant une sueur perler le long de son échine Siha observa attentivement les marques, espérant toutefois que Zevran ne pousse pas l'excès de zèle à lui montrer le reste de son corps. Ce n'était après tout qu'un homme comme un autre, il n'y avait pas lieu de s'affoler. Des hommes nus il en avait vus un paquet dans sa vie. Des femmes aussi. Des hommes musclés et des femmes sulfureuses en plus du reste. C'était biologique, oui. Comme une auscultation médicale. Tout irait bien. Il sourit sans donner le moindre signe d'émotion particulière, se détendant d'un petit cran quand l'antivan lui tourna le dos. Tenant ses cheveux pour lui, Siha s'approcha et effleura son épaule pour le tourner gentiment vers la lumière extérieure.

C'était un travail moins traditionnel ou coloré que celui employé dans l'art des vallaslin, mais cela restait impressionnant de voir des thématiques aussi différentes gravées sur la peau d'autrui. Ses doigts coururent lentement sur chacune des dagues, s'attardant sur celle qui semblait plus récemment emplie de noir. Depuis à peu près cinq ans il était celui qui s'occupait des rituels de passage à l'âge adulte dans le clan, aussi tout cela s'avérait d'autant plus fascinant que ce n'était pas un territoire totalement inconnu. Il y avait entre ces lignes tellement de liberté, de significations muettes, de souvenirs, de secrets peut-être.

« Serait-ce indiscret de te demander ce que représente ce soleil ? »

Parcourant sa peau du bout des ongles, il ne put s'empêcher de le questionner sur le motif qui l'interpellait le plus. Les lames lui faisaient penser à son métier et son style de combat, les motifs du bas de son dos lui rappelaient des motifs vaguement plus elfiques. Mais ce symbole si minutieusement enveloppé et central était plus intriguant que tout le reste à ses yeux d'étranger. Distrait, Siha se laissa aller à frôler ses flancs sur les parties qui étaient encore vierges d'encre, s'imaginant y tracer de dessins invisibles.
Expirant contre la nuque de l'assassin il s'amusa de le voir frissonner et lui caressa les cheveux, posant un instant son menton sur son épaule. Tenté de l'étreindre sans demander son reste, il sut cependant se montrer raisonnable et se contenir. Au lieu de ça il retira le gilet bleu qui complétait sa tunique et le mit sur le dos de l'antivan, le couvrant de sa chaleur et d'un subtile parfum de thé et de cuir.  

« C'est entendu. D'autres choses qui te dérangeraient ? »

Toujours assis sur les genoux Siha le regardait désormais en face, encore un peu incrédule de la teneur de cette drôle de conversation. C'était à s'en demander s'ils ne faisaient pas un accord pré-nuptial plutôt que la planification d'une infiltration... Siha rit de sa propre bêtise, n'y tenant plus maintenant qu'il n'avait plus à maintenir son rôle d'Alcyon. De fait même la poursuite du sujet ne ternit sa bonne humeur, peut-être parce qu'il avait le sentiment que son personnage avait fait son petit effet sur le d'ordinaire imperturbable Zevran.

« Seule Hélaine a rencontré Remero et elle n'est plus là pour raconter la façon dont son prince charmant l'a sauvée d'une mauvaise situation. Mais tu as raison, il est plus prudent de ne pas utiliser ce prénom plus d'une fois. »

Ses yeux fendillés se mirent à briller plus fort à ce petit jeu étrange, le cadre sain se prêtant pour l'instant à leur faire oublier les circonstances de sa création. Ainsi assis droit, seulement recouvert d'une fine chemise blanche brodée de motifs végétaux, il avait l'air plus athlétique et pâle qu'il n'était. Leur environnement tout comme sa posture étaient modestes, et pourtant il avait une tranquillité de conquérant.

« Une jeune elfe à la peau pâle et douce comme la lune de qui je pourrai voler l'innocence pour la capturer en peinture... ou bien un guerrier Qunari des terres lointaines. J'imagine que tout dépend de la variété qu'ils auront à proposer, et des envies qu'ils m'éveilleront. » Souffla-t-il en le regardant dans les yeux, se voyant reflété dans ses prunelles mordorées.

Ne bougeant pas lorsqu'il s'approcha, le mage semblait soudainement beaucoup plus confiant. Dégageant une mèche blonde du visage de Zevran, Siha frôla ses lèvres du pouce avant de lui répondre sans hésiter.

« Si ça ne tient qu'à moi, je ne gâcherai pas ainsi le moment de la découverte. J'aimerais autant que cela ait lieu pour d'autres raisons que la nécessité d'une mission. » Retirant sa main pour rompre la tension qui allait grimpante entre eux, il la posa sur ses cuisses, à côté desquelles Jade s'était mis à sautiller joueusement. « Mais la réponse est oui, Zevran. »

Il se leva à regret, refusant de céder à la facilité de l'attirance qui le rongeait telle un chant de sirènes, l'appel d'un mystérieux océan avide de l'engloutir entier.



Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 314
Emploi/loisirs : Assassin
Jeu 11 Oct - 20:58

De Charybde en Scylla


- « Il faudra qu’on fasse un repérage avant d’entrer là bas pour la première fois, ensuite nous aviseront d’un plan plus précis. »

La stupéfaction sur les traits de l’archiviste était un délice comparable à nul autre. Il avait regardé autour de lui, déglutit et fermé un paravent pour masquer au monde la semi nudité de son complice. De l’avis du principal intéresse, ce n’était pas vraiment nécessaire. Zevran avait tendance à considérer que les gens se montaient beaucoup trop la tête avec la nudité. La nature et le Créateur… ou les faiseurs peu importait … les avaient fait comme ils étaient, hommes, femmes, elfes, nains, qunari, humains, petits, grands, minces, gros, poilus, imberbes… mais fondamentalement tous semblable. Après tout il y avait que le proportions qui changeaient, la composition restait la même.

Il se tourna docilement vers la lumière pour laisser Siha observer sa peau. Le dalatien avait repris le contrôle de lui-même mais Zevran sentait tout de même la tension sexuelle entre eux. Le jour où ils s’ébattraient ensemble serait un jour glorieux. Toute cette attente, toute cette tentation donnerait probablement lieu à une étreinte sulfureuse et intense qu’il attendait avec impatience.

Il sentit les doigts pâles glisser sur son dos comme des plumes. Ce n’était as un toucher intentionnellement érotique mais il n’en demeurait pas moins… satisfaisant. Il était un homme tactile, il l’avait toujours été. Le sexe était un moyen de rassasier cette soif de contact physique mais ce n’était pas le seul. Cet instant avec Siha, où l’archiviste parcourait les lignes de ses tatouages sans vraiment penser à la réaction de Zevran, était quelque part plus intime qu’une bête partie de jambe en l’air.

Il se détendait et cessait de penser au froid, absorbé par les lignes invisibles que traçaient les ongles sur sa peau, lorsque tomba la question du soleil. Il regarda Siha par dessus son épaule et lui offrit un sourire d’excuse.

- « Certains tatouages ont une signification pour les Corbeaux. Celui là en fait partie, je ne peux pas t’expliquer ce qu’il représente, mon temps avec eux est terminé mais répandre leurs secrets n’est pas la meilleure façon de rester en bons termes avec eux. Tout ce que je peux te dire c’est pourquoi je l’ai mis là- haut. L’assemblage de tous les tatouages forme un arbre en quelque sorte. Les entrelacs du bas sont des racines, les dagues pour le tronc, les ailes forment les branches… Il a semblé… logique de mettre le soleil au dessus. »

Les mains tentatrices caressèrent ses flancs, puis passèrent dans ses cheveux alors qu’il sentait le souffle du brun sur son cou… Il se pencha un peu vers l’arrière, mais au lieu de rencontrer le torse de Siha il rencontra sa veste. Il pensa un instant à protester et à reprendre ses propres vêtements mais l’odeur que dégageait le gilet le détourna de cette idée. Une fois de nouveau face à face il répondit à la question.

- « On va sûrement te demander de me « prêter » à d’autres pour démontrer la qualité de mes services, à un moment où à un autre. Dans une autre contexte – et si cela faisait parti de tes fantasmes – je n’aurais pas eu de problème avec ça, mais cela risque d’entraver la mission. Le plus sage serait de refuser en disant que tu ne laisses personne souiller ta muse, ou tes jouets. Et j’apprécierai que tu n’utilises pas d’insulte à caractère humiliant sexuellement. Sinon, je pense que c’est tout. Mais nous reparleront des choses à faire et à ne pas faire sur la route, lorsque je te ferai un cours accéléré sur les maisons de passes. Il serait bon que tu réfléchisse également à ce que tu es prêt à faire en public ou non pendant cette soirée. OH ! Si on te propose d’essayer la marchandise, invoque le fait que tu as peur des maladies et que tu ne toucheras ton nouveau jouet que lorsque ton guérisseur l’aura examiné… »

Il serra le gilet autour de lui, ce n’était pas suffisant cependant. Il se pencha au dessus de la table pour attraper ses chemises et les enfila avant de remettre le gilet de Siha plutôt que sa tunique de cuir. C’était décidé, il allait piquer les vêtements de l’archiviste sur une base régulière. Cette odeur de thé et de cuir était beaucoup trop tentante.

- « C’est une genre de principe de sécurité, jamais deux fois le même alias, tu ne sais jamais à qui ta victime a parlé de toi. Mais je pense qu’effectivement il y a peu de chance que les deux affaires se recroisent, l’une est à Orlais, l’autre à Ferelden. »


Il embrassa la pulpe du pouce de l’archiviste lorsqu’il passa devant ses lèvres. Et son sourire se fit plus sincère, moins séducteur, moins calculateur… plus authentique. Il aimait bien cette réponse, à savoir s’ils arriveraient à la tenir.




Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

De Charybde en Scylla [SMJ- PV Siha] TERMINÉ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» De Charybe en CIILa
» Tomber de charybde en scylla
» Période d'essai terminée : Gray
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Côte Orageuse-
Sauter vers: