en haut du forum
en bas du forum



Alfrhilde la louve solitaire [ 100 % terminé ]

avatar
Nouvelle recrue
Messages : 83
Jeu 25 Oct - 13:18

Fiche personnage

Nom, Prénom : Pour de nombreuses peuplades ou nations, nom et prénom servent simplement à distinguer un individu d'un autre ni plus ni moins. Des nominations vides de sens qui n'ont souvent aucune signification propre …. Aucune identité …. Qu'est-ce qui différencie un William Cadasht issue d'une famille noble du nord de Thedas est un William simple paysan d'un pauvre hameau des montagnes du sud ? Hors mis son statut social ?

Chez les Alvar cela est bien différent et cela se retrouve plus spécifiquement au sein de certaines tribus comme dans celle où est née d'Alfrhide la tribu Ulfkaldr (littéralement loups de givre en ancien Alvar). La permanence est un concept étranger aux Alvar de façon générale, du coup il n'est pas rare qu'un membre de la tribu change plusieurs fois de prénom durant sa vie cependant il ne peut modifier le prénom que ses parents lui ont donné qu'après avoir passé le rite de passage adulte qu'on appelle chez les Ulfkaldr le Galdrïm. Cependant, s'il décide de le faire cela est considéré comme un profond manque de respect envers ses parents, qui entraînera obligatoirement l'exil forcé.

Après avoir réussi leur Gladrïm les membres de la tribu peuvent s'attribuer un prénom en fonction de ce qu'il leur semble être ou bien de ce que les autres membres voient en eux. Les deux peuvent s'opposer, car un Alvar du clan Ulfkaldr peut se penser noble et courageux alors que les autres pourraient voir en lui un être cruel et lâche. Cela peut paraître sans intérêt cependant des individus qui acceptent de porter le prénom qu'on leur donne sont généralement plus « humbles » que ceux qui décident par eux-mêmes comment on devrait les nommer (ils sont souvent plus fiers et orgueilleux). Pour le reste rien ne change par rapport aux autres tribus des dorsales de givre. Cependant, si les marques légendaires sont importantes pour les Alvar elles sont indispensables chez les Ulfkaldr si on désire atteindre un statut supérieur. Tous les « nobles » et les anciens du clan possèdent une voire deux marques légendaires. Elles ont une place telle que dans la langue courante on utilise presque exclusivement le prénom et la marque légendaire qui vient remplacer le nom de famille.
Exemple : Sven Leiptrnir ( Sven le marcheur solitaire ). Dans le cas de la jeune guerrière elle porte le nom de Alfrhide An Elborg O Ulfkaldr son prénom signifie en ancien Alvar « respectée des elfes »  
Âge :
28 ans
Origine et lieu d'habitation
Alfrhide est une fière guerrière Alvar, elle est donc originaire des Dorsales de Givre est a grandi au sein de la tribu des Ulfkaldr. La tribu a installé les siennes sur un sommet qui surplombe l'océan. Leur bastion s'appelle « fort-dragon » en raison du combat titanesque qui a eu lieu entre le chef de guerre Svërg œil de givre et un dragon qui s'était établi ici.
Langue parlée :
Alvar – Elfe ( base ) - Commun  
Sexe :
Femme
Orientation sexuelle :
Lesbienne
Situation amoureuse :
Célibataire
Faction et rang
Guerrière
Profession:
Forgeron – Armurier ( niveau confirmer ) (
Armement/Magie :
Alfrhide n'a pas reçu le don des Augures mais, possède de très bonnes compétences martiales, elle maîtrise les armes légères et le bouclier et notamment la lance et les lames longues, elle possède donc chacun deux ainsi qu’une magnifique armure forgée par un habile armurier nain Griming Barbe de bronze. C'est une armure faite d'un cuir d'origine inconnue.. du moins le maître nain n'a pas voulu en dire davantage. Ce cuir est très résistant et renforcé à l'intérieur par des parties métalliques souples surtout au niveau du torse et du dos. Les parties normalement non protégées ( sous les bras etc… ) sont protégées par un fin filet de mailles offrant une bonne protection sans entraver ses mouvements. Ses jambières et ses avant-bras sont aussi renforcés par des plaques métalliques visibles donc le style ne cache en rien ses origines.
https://www.zupimages.net/viewer.php?id=18/39/cuny.jpg

Intérêts :
La baston !
Tribu :
Ulfkarld




Anecdotes : Notez une anecdote ici ! xxxx Alfrhide est devenu l’apprenti d’un forgeron de la tribu durant son adolescence Elle a reçu les enseignements d’un armurier nain Elle porte une armure offerte par Griming barbre de bronze son ancien mentor , elle y est très attachée et compte bien sur elle pour accomplir un exploit lui permettant d’obtenir sa marque légendaire.
Elle avait 15 ans durant le dernier enclin et a eu la chance de pouvoir se joindre au combat.
Avec des amis Durant son adolescence elle est déjà allée en exploration dans une antre de wyrn de glace une très mauvaise idée bien sûr mais le groupe en est ressorti vivant avec une bonne frayeur, des blessures et de bonnes rigolades. (Enfin ça c’était avant qu’on le sache et qu’ils soient de corvée de bois pendant 1 semaine)
Alfrhide fait parties des « crocs tempête » les meilleurs Guerrier.
Elle a pour habitude de tremper ses cheveux dans le sang de ses ennemis, c’est un genre de petit rituel personnel qui s’accompagne souvent de chant adressé aux divinités Alvars.
Alfrhide a était tatouée par une Augure de son sa tribu après qu’elle  soit revenue au village après avoir passé son rite de passage en compagnie de «  Ylgrmáni » une magnifique louve au pelage blanc comme la neige et aux yeux couleur d’ambre. Elle a le dos le haut des épaules et les avant-bras entièrement recouvert de rune et dessin dans un style très Alvar.

Description de la Tribu :

La tribu Ulfkard et très ancienne elle fut formée juste après que les Avlar soient arrivés dans les dorsales de givre. C'est un bann ( chef de guerre ) qui a conduit les siens dans cette partie des dorsales après en avoir étudié la topographie de la zone qui donnait sur la mer. C'est en triomphant d'un dragon que Svërg œil de givre permit à son peuple d’entrer dans cette partie des dorsales, cependant il mourut de ses blessures quelques jours plus tard … Les membres de la Tribu Ulfkard ont l'habitude de voir des nains dans fort-dragon, car il commerce avec eux depuis des décennies. D'ailleurs les maisons de fort-dragon qu'on appelle des « Skalli » sont d'immenses structures de pierres taillées à même la roche du sol et qui offre un abri solide et suffisamment grand pour y loger plusieurs familles. Bien sûr chaque famille à son intimité et elles sont séparées par des murs de roches épaisses. -

Croyance :


Les hommes et les femmes de la tribu Ulfkard vénèrent bien sûr Korth le Père des Cimes, et Hakkon Vintervind et la Dame des Cieux. Cependant ils vénèrent également de façon très pieuse deux enfants issues de l’union des deux dieux majeurs à savoir Fenris le loup au pelage aussi sombre que la nuit le chasseur impitoyable et Ylgrä la louve au pelage de neige la protectrice des foyers. D’ailleurs les Augure maîtrisent une forme de shamanismes appelé le « hráða » qui leur permet de communiquer avec les animaux et plus spécifiquement avec les loups ; les plus doués des Augures peuvent même se métamorphose en loup. Certain apprennent même pour les plus doués l’école de la création faisant d’eux de très bons soutiens durant les combats notamment grâce aux sorts de soins et aux glyphes de protection. Selon les sagas et traditions anciennes de la tribu, les ancêtres guident les membres de la tribu au travers des esprits loups. Si chaque Augure se lie d’amitié à un loup qu’il rencontre durant son rite de passage qui a lieu durant l’adolescence il peut arriver qu’un membre de la tribu ne possédant pas le « don d’Augure » en fasse deux mêmes. Pour Le hráða il va chercher son compagnon durant son voyage initiatique alors que pour les autres Alvar c’est le loup qui vient à eux et qui se lie a eu ce qui crée une relation bien plus complexe et difficile a expliqué.

Ils tissent alors avec lui un lien mystique très puissant et inexplicable avec des mots. Ce n’est pas une simple relation maître – élève mais un plus comme deux frères jumeaux ou sœur jumelles pour les femmes Alavar. Ce n’est donc pas sans raisons si l’emblème du clan est une tête de loup. Chez les Ulfkarld le loup revêt un caractère bien plus sacré que l’Ours. En effet il est interdit de s’en prendre aux loups présents sur leurs territoires. Si jamais un individu est pris sur le fait, il est immédiatement flagellé sur la place publique et devra défiler nue enchainé sous le regard des autres qui l’insulte et lui crache dessus. On appelle cela « vegrsörg » le chemin de la honte en vieux Alvar. On ne lui laissera pas l’honneur d’être dévoré par les corbeaux de la dame des cieux, on l’amènera plutôt au large de la côte et il est jeté à l’eau enchaîné pour finir dans les fonds marins et est finalement dévoré par les épaulards. Le même sort attend les hommes et femmes d’autres tribus.

Je laisse la liberté à de futurs joueurs ou joueuses de choisir cette tribu ou un des clans qui lui sont affiliés même si ceux-ci ne sont pas cité ci-dessous


Clan : Häfungard

« ceux qui voyage en mer »[/i] en vieux Alvar. Il s’agit du clan le plus important de la tribu des loups de givre. Ils vivent non loin de l’océan dans une crique protégée à flanc de montagne juste au-dessus de fort-dragon. Ce sont de très bons marins qui chassent les grand épaulards en haute mer et cela leur permet de récupérer la viande, le cuir et surtout la graisse de ces grands mammifères, graisse qui sert de nourriture, de conservateur alimentaire, d’allume feu mais aussi de liquide lubrifiant et protecteur qu’on peut appliquer sur les surfaces en bois si on a la sagesse de le coupler avec une herbe de montagne appelée « la givrelune ». Ils sont aussi les charpentiers qui construisent des navires robustes et puissants leur permettant de partir plusieurs jours en haute mer.


Relations étrangères :

Les Ulfkard sont très rarement entrés en guerre avec d’autres clans et tribus. Cependant dernièrement un Clan isolé a cru intelligent de leur manquer de respect en ne répondant pas aux nombreuses lettres du Thane actuel en place qui demandait une explication par suite des meurtres de loups faits par des braconniers de ce Clan. Ils ont même envoyé un message qui est cependant revenu sur son cheval mais sans tête …. Il n’a pas fallu plus longtemps pour que la tribu et ses « þræll » (nom donné aux autres clans qu’il dirige) pour entrer en guerre et littéralement exterminer ce clan de façon nette et radicale avec une sauvagerie des plus bestiales. Aucun des membres du clan ne fut laissé pour que les corbeaux les dévorent, ils furent plutôt brûlés par le feu, aujourd’hui c’est un lieu désolé et on le dit maudit, car habité par les âmes des défunts qui n’ont pas pu trouver le repos. Les Ulfkard sont très respectueux des nains qui sont pour eux des créations de Korth, le père des cimes. Ils ont d’ailleurs envoyé plusieurs fois des troupes armées afin d’aider les nains à repousser les engeances dans les tréfonds, ils ont de bonnes relations notamment au niveau commercial. Les Ulfkard n’ont aucune pitié à piller les villages côtiers humains lors des raids à bord de leur puissant « drakkar ». Pour tout ce qui est des organisations comme l’Inquisition, les Adepte de Corypheus , les Ulfkard sont totalement neutres et les laissent mener leur guerre sans intervenir.



Description psychologique :

Alfrhide et une farouche Guerrière des dorsales de givre toujours prête pour une bonne baston que ce soit dans une taverne pour casser des dents ou bien avec ses armes pour faire la peau à de redoutables créatures. La jeune Alvar n'a pas froid aux yeux et rit au nez de la mort oui elle l'embrasse avec passion. Elle adore cette sensation de danger où tous ses sens et son instinct primaire ne se font qu'un, alimenté par une douce et chaude sensation d'adrénaline. Certains diront qu'elle est courageuse d'autre diront qu'elle est totalement folle : pour elle ce n'est ni l'un ni l'autre. Elle aime les défis et si l’un est trop facile elle ne voit pas l'intérêt, pour elle l'intérêt réside justement dans le dépassement de soi et de pousser toujours plus loin ses limites. C'est comme ça qu'on progresse et non en restant sur des acquis en se contentant du minimum. Cependant si elle possède une volonté de fer qui l’a tirée de bien des péripéties elle n'est pas totalement stupide au poids de se jeter corps perdu sur un groupe d'engeances à 1 contre 10.000 ! Les dieux Alvariens aiment les guerriers intrépides et vaillants au combat, pas les idiots et les lâches, même si parfois la frontière est assez difficile à cerner. Quoi qu'il en soit la guerre c'est sa vie elle est née dans le sang et elle mourra dans le sang elle ne voit pas d'autre fin pour elle.

Au niveau de ses relations sociales, ce n'est pas vraiment le genre de femme à faire le premier pas elle préfère attendre furtivement et observer ses futurs « proies » ou « alliés » tel Ylgrä la louve silencieuse c'est une chasseuse patiente que ce soit lorsqu'elle chasse du gibier en pleine forêt ou bien des proies plus « humain » notamment lors des différents contrats qu'on peut lui donner, car oui c'est une mercenaire qui vend ses services au plus offrant. Elle aime voyager et voir du pays apprendre c'est n'est pas parce qu'elle vient de froid montagne du sud que c'est forcément une machine à tuer sans cœur ! Elle aime apprendre que ce soit des histoires qu'on lui compte au coin du feu sur d'autres peuplades ou bien des savoirs plus martiaux. Certains pourraient la trouver cruelle peut être elle n'aurait aucun scrupule à décrocher une tête de son corps pour quelques pièces après tout si sa proie n'est pas suffisamment forte elle n'a qu'à s'en prendre à elle-même (même si c'est difficile mort mais vous voyez l’idée). Elle respecte la force des plus grands guerriers mais également la sagesse des plus anciens. Cependant elle se refuse de faire du mal aux enfants ! Pour elle c'est un crime odieux que de s'en prendre à de pauvres louveteaux sans défense et incapable de se défendre. Elle a déjà fait tomber plusieurs têtes de marchands d'esclaves qui essayaient de refourguer des enfants à de vieux vice lard ou des nobles. D'ailleurs elle n'aime pas les nobles non plus même si elle n'ira pas jusqu'à les attaquer directement car bon c'est souvent eux qui payent pour s'allouer ses services ça serait mauvais pour les affaires si elle avait une réputation de tueuse de petits bourgeois. Cependant, si l'un d'entre eux se permet de la prendre un peu trop de haut il risque de prendre un méchant coup de boule en pleine face.

Que dire d’autre ? en amour elle préfère les femmes et n’est pas du tout attirée par les hommes, et aussi surprenant que cela puisse paraître la redoutable louve des crocs tempêtes de la tribu Ulfkard peut s’avérer être une amante très tendre (même si ça reste assez rare on ne va pas se le cacher). Elle est également plutôt « gentille » avec les enfants ou plutôt très protectrice vis-à-vis de ses derniers. La raison est simple elle a beaucoup trop souffert de la mort de sa petite sœur qu’elle a vu mourir sous ses yeux sans pouvoir rien faire, et même si ce n’est pas sa faute à ce moment-là elle en avait la charge et ne pourra jamais se pardonner …. C’est vraiment la seule chose qui peut la rendre folle au point de la faire entrer dans une rage sanglante similaire à une furie berserker.

Alfrhide même si elle n’est pas un augure de son peuple et très respectueuse des dieux Alvar et réalise toujours des « prières » et « rituels » avant et après les combats pour demander la bénédiction de ces derniers et enfin pour les remercier. Elle n’aime pas trop la magie pour elle c’est plus une source de problèmes qu’autre chose non ? Ben oui sans magie le monde serait mieux vous ne pensez pas ? Elle n’est pas trop dur genre à faire attention aux préjugés sur les races elle préfère se faire son propre avis. Oui parce que ceux qui suivent les masses sur des on dit ne sont rien que des moutons qui finiront par se mener eux même à l’abatage. La jeune guerrière ne poursuit pas d’idéologies précises comme certains groupes elle préfère voyager et vivre l’instant présent et oui au passage elle tient très bien l’alcool.

Description physique :

Alfrhide ben c'est une Alvar quoi y a besoin de vous faire un dessin ? bon elle est plutôt grande par rapport au standard humain de Thedas, 1,95 mètres la demoiselle rien que ça et puis surtout c'est une montagne de muscles capable de vous prendre un ours au corps à corps ( et non ce n'est pas exagéré ) elle possède une endurance et une force brute qui en surprendra plus d'un, cela couplé avec une très bonne maîtrise martiale : un adversaire à ne pas sous-estimer. Même malgré cela son corps reste néanmoins svelte et avec une généreuse poitrine et des cuisses assez larges. Elle possède pas mal de cicatrices un peu partout sur son corps, il ne s'agit nullement de simples coupures à la suite d’une aiguise d'arme maladroite, car chacun d'entre elle a une histoire qu'elle aime raconter au coin du feu si jamais on lui pose la question. La jeune louve possède une chevelure d'un rouge pâle ils sont souvent tressés vers l'arrière pour éviter de lui tomber devant le visage ce qui est assez pénible et pourrait même se révéler dangereux en combat. Ses yeux sont flamboyants comme un rubis infernal avec des sourcils fins légèrement inclinés qui lui donnent un regard déterminé et plein de conviction. Elle possède quelques bijoux tribaux en argent notamment sur son oreille droite gravé de symboles runiques en ancien Alvar.


Elle se balade toujours en armure intermédiaire et ne la quitte que très rarement ( comme par exemple pour la nettoyer aussi bien de l'intérieur que de l'extérieur. Alfrhide ayant reçu une formation de forgeron et d'armurier elle est très méticuleuse dans l'entretient de son matériel de combat, après tout quoi de plus normal quand de celui-ci dépend en partie de sa survie.
Derrière l'écran

Pseudo : XXX
Âge :
XXX
Comment avez-vous connu le forum ? :
XXX
Que pensez-vous du forum ? :
XXX
Un dernier mot avant de se jeter à l'eau ? :
XXX




Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvelle recrue
Messages : 83
Jeu 25 Oct - 13:55

Fiche personnage


Histoire :

Acte 1 : deux sœurs , un monde

L'enfance ... un bien belle période quand j'y repense ... Les enfants veulent vite grandir, si j'avais su j'en aurait profiter d’avantage ...  Extrait du Journal d'Alfrhide

Alfrhide est une jeune et vaillant guerrière Alvar née dans la tribu Ulfkard qui se situe au nord des dorsales de givre non loin de la cité naine d'Orzammar. Elle n'a cependant pas toujours porté ce nom et même encore aujourd'hui quand elle revient chez elle on l'appelle Ylgrädir la louve écarlate en raison de la couleur de sa chevelure, de ses yeux mais aussi en raison du bain de sang qu'elle laisse derrière elle après chaque bataille. Ceux qui ne l'ont pas vu grandir et devenir une arme pense que la couleur si particulière de ses cheveux vient du fait qu'elle trempe ceux-ci dans le sang de ses ennemis vaincu. La Petite louve a grandi élever uniquement par sa mère ( une Augure ) son père étant mort sur-le-champ de bataille. Cette dernière n'a jamais manqué de bercer son enfant des récits de ses ancêtres et de son père au coin du feu durant les longues nuit froide et ténébreuse. Quel enfant ne voudrait pas ressembler à son père ? Alfrhide avait le sang chaud et comme beaucoup d'enfants n’arrivaient jamais à rester en place. Il fallait toujours quelle cour, quelle saute qu'elle se bat qu'elle cri elle aimait aussi passer beaucoup de temps avec Frïnir le grand loup au pelage blanc de sa mère. Que ce soit en se baladant sur son dos ou en dormant entre ses pattes et coller à lui comme si elle avait été son louveteau.

Un jour alors qu'elle déambula dans les rues de fort-dragon son regard s'arrêta devant la forge d'où un bruit sourd se faisant entendre à intervalle régulier. Elle s'approcha alors curieuse pour observer le forgeron du village travailler l'acier sans relâche. Il était grand surtout pour une petite fille de son âge, il est aussi robuste comme n'importe quel vétéran. Son corps était marqué par d'imposante cicatrise et il frappait encore et encore sans sembler sa fatiguer Alfrhide semblait rêver …. Sans savoir pourquoi elle s'imagina que son défunt père devait ressembler à cela, ou du moins c'est l'image qu'elle s'en faisait, puissant, robuste, infatigable …. De plus il y avait cette chaleur qui émanait de la forge une douce chaleur presque envoûtante, et le bruit du marteau qui bat le fer sur l'enclume d'acier. Certain pouvait trouver le bruit disgracieux et gênant mais visiblement pas la petite Alvarde. Le forgeron l'aperçut au bout d'un moment et eu un petit sourire bienveillant avant de reprendre le travail pensant qu'elle allait passer son chemin au bout d'un moment. Mais non elle restait là et elle revient le lendemain puis le jour d'après ce qui forcément piqua la curiosité du forgeron qui lui demanda.

- Pourquoi tu restes là ? demanda t-il simplement sans animosité

- Chez pas j'aime bien dit-elle avec la simplicité la plus pure et sincère d'un enfant de son age avant d'ajouter – je pense papa il était comme toi dit-elle toujours aussi sincère mais avec un regard tendre presque triste

Au fond de lui le forgeron fut touché peu aussi ému ? par ce petit minou charmant, cette chevelure rouge, voir orangé avec le reflet des flammes. Il resta alors silencieux comme plonger dans ses pensées alors qu'un corbeau trouva refuge sous la charpente en bois au niveau du toit. Son croassement tira le forgeron de ses songes éveiller il tourna alors se regard vers l'enfant puis vers le corbeau mais celui-ci avait étrangement déjà disparut sans bruit, n'y croisement n'y battement d'elle.

" - c'est peut-être elle …. " Pensa t-il au fond de luiest-ce un signe du destin ? songea t-il profondément

Gladrik avait perdu sa femme il y a quelques années suite d'une forte fièvre et son fils son premier née était mort peu de temps après d'une chute mortel alors qu'il rentrait d'une chasse avec d'autres guerrier Alvar… c'était lui qui devait reprendre la forge à sa mort et il lui avait transmis son savoir comme les Alvars ont la coutume de faire. Le forgeron était pensif et tourna légèrement la tête il hésitait …. Avant d'entendre une petite voix venir de sa maison.

- Papa ! Papa ! fit une petite voix douce et enfantine


Gladrik rentra dans sa maison pour venir prêt du lit de sa fille, son deuxième et dernier enfant Viranda, Viranda c'était un peu son dernier rayon de soleil. Celle pour qui il se levait tous les matins et sur qui il veillait jalousement sans elle il aurait très probablement sombré dans la folie ou la dépression voir les deux …

- Vira qu'est-ce qu'il y a ? demanda t-il avec bonté en se penchant sur son lit

-Je ... j'avais juste envie que tu sois la … » avoue t-elle un peu triste et gêner

- Ma chérie tu sais que papa doit travailler …dit-il en lâchant un léger soupir non pas agacé mais plutôt rassurer

Viranda avait malheureusement hérité d'une santé fragile, le moindre effort lui demander beauté et le moindre coup de vent pouvait se transformer en un rhume presque mortel …. Du coup elle passait beaucoup de temps alité bien au chaud dans la partie résidentiel de la forge. D'ailleurs son père avait pris le soin placé son nid non loin de la cheminée de la maison. Alors que le forgeron tourna son regard pensif vers l'extérieur de sa forge une petite voix de fit entendre prêt du lit de Viranda.

- Waouuuuu c'est possible ça ! t'es yeux sont trop beau ! affirma avec émerveillement la jeune guerrière qui c'était penser sur le lit de VirandaLe forgeron resta bouche bé devant cette scène quelque peu surprenante.

- Hi merci moi c'est Viranda et toi ? demanda un peu gêné la jeune fille au regard de jade

- Moi c'est Ylgrädir ! affirma t-elle fièrement en se levant sur le lit et je serais bientôt la plus grande guerrière de la tribu j'en serment sur la dame des cieux dit-elle avec une force de conviction qui créa l'admiration de la fille du forgeron qui devait avoir sensiblement le même âge qu'elle.

Viranda se mit à rire devant cette scène plutôt théâtrale et même son père qui pourtant n'aimait pas trop qu'on jure sans réfléchir sur les dieux fut quelques part amusé et apaiser dans son cœur. Visiblement sa fille venait de trouver une nouvelle amie, et voir se sourire simple mais pour lui si magnifique sur le visage de sa petite princesse lui arracha une petite larme.

- Je t'es jamais vu encore, dit pourquoi tu viens pas jouer avec nous ? demanda Ylgrädir avec l'innocence d'un enfant

Son père ne dit pas un mot alors que Viranda perdit son sourire. Le forgeron ne lui en voulait pas elle ne pouvait pas savoir, il la prit alors à part pour lui expliquer la situation.

- Ah d'accord mais c'est pas grave ça ! dit-elle assez forte pour être entendu de Viranda alors qu'elle retournait vers le litSi tu peux pas ça fait rien on va venir jouer ici dit-elle toute joyeuse avant de se tourner vers le forgeron « on peut ? demanda t-elle

Le forgeron encore surprit par la situation acquiesça avec un sourire bienveillant.

- Trop bien ! dit-elle en frappant dans ses mains de façon énergique avant de revenir se poser sur le lit de Virandaaller fait comme moi dit-elle en en fermant serrant son poing et en ne laissant que son auriculaire levé vers Viranda qui fit de même.Faisons vœux de toujours être là l'une pour l'autredit-elle alors qu'elle croisa son doigt avec sa nouvelle amie qui commençait à avoir les larmes aux yeux

Ainsi depuis ce jour Viranda et Ylgädir devinrent inséparables, la maison si triste du forgeron était remplit des cris d'enfant qui venait de temps à autre venait rendre visite et jouer avec Viranda. Gladrik remercia sincèrement et profondément les dieux dans ses prières le soir avant de s'endormit et il décida de prendre la jeune Ylgädir comme apprenti et de lui apprendre ce qu'il avait appris à son fils défunt. De plus quand il faisait beau les deux filles sortaient ensemble monter sur Frïnir même si au départ Gladrik n'était pas trop emballer par l'idée, mais il n'avait pas tardé à céder devant les suppliques de sa petite princesse. Ylgädir suggéra même à sa meilleure amie d'apprendre le maniement de l'arc vu que sa faible constitution ne lui permettait pas d'embrasser la carrière de guerrière. Ce qu'elle accepta avec joie.


Acte 2 : Du sang et des larmes ...

 Il y a parfois des blessures qui ne se referme jamais complètement ... Extrait du journal d'Alfrhide

Devenue une adolescente pleine de vie et de fouge Ylgrädir commençait à découvrir un peu plus ce monde. Les deux amies formaient un joli binôme ayant appris à se battre ensemble avec d'autres enfants de leur âge. La jeune Alvar accompagna alors pour la première fois le forgeron qui faisait partie d'une caravane de la tribu qui partait en direction de la cité naine de d'Orzammar afin d'y faire du commerce. Cela faisait quelques années que le forgeron avait rejoint les marchands de son village pour ce voyage ce qu'il faisait normalement chaque année cependant …. Depuis que sa femme et son fils était mort il n'avait pu la force et le courage d'y aller, car cela voulait dire qu'il devait laisser seule sa fille son dernière enfant durant plusieurs semaines … pour lui c'était inconcevable … mais maintenant qu'elle avait grandi et grâce à Ylgrädir il pouvait maintenant partie l'esprit apaisait. Dans la cité naine la farouche lancière de la tribu découvrir un autre monde qui l'émerveilla de plus belle. Elle n'avait encore jamais rencontré n'y croiser de nain n'y vu de cité aussi … il n'y avait pas de mot si ce n'est celui qu'elle avait prononcé dès son arrivée « waouuuu ». Quand elle rentra sa mère curieuse de savoir comme c'était passé l'avait attendu à son retour au village et rencontra par la même Gladrik, cependant c'était l'hiver et le temps n'était pas vraiment propice à une discussion à l'extérieur. Aimable comme à son habitude Elborg invita le forgeron et sa fille à manger en soirée chez elle. Cette soirée fut importante pour chacune des personnes, car elle déboucha sur un mariage ainsi donc Gladrik devint le père de Ylgrädir et Elborg la mère de Viranda, ainsi les deux amis, qui était déjà intimement très proche, devient aussi sœur. Cela précéda de quelques mois à peine le jour t'en attendu mais aussi redouté de beaucoup, le rite de passage des jeunes adolescents. Celui-ci qui devait faire d'eux des adultes responsables et respecter de la tribu.


Sur la place du village les adolescents était prêt du moins certain plus que d’autre si les moins courageux carder leur peur profondément enfouit au fond deux Ylgrädir elle faisait partie de plus impatient. Il eut une grande cérémonie religieuse ou les augures enduisant de sang animal la peau déjà marquer de symboles tribaux faits de peinture bleutée des futurs adultes. Il y avait des chants et de la musique avec des danses devant un immense foyer de feu, autour duquel filles et garçon plonger leur regard. Certains allaient partir seul, d’autre en groupe il n’y avait pas de règle pour cela. Ylgrädir et Viranda évidemment serait ensemble accompagner de deux autres filles qu’elles connaissaient bien, Svanhilde , et Svenja.



Le groupe parti donc dans les vastes et dangereuses étendu glace se déplace de refuge en refuge de fortune chassant pour survivre et chaque nuit à tour de rôle les jeunes filles veillaient les unes sur les autres. Cependant, après plusieurs semaines de voyageait ils arrivèrent dans un lieu sacrée pour les Alvar une forêt ancienne nommé « Skógrgamaldir ». Cette forêt n’apparaît sur aucune carte et on dit qu'on ne peut jamais s'y rendre mais que c'est la forêt qui vient à vous … certains légendes prétende qu'il s'agit de la demeure des dieux Alvar et qu'elle leur sert à tester les mortels … d'ailleurs nombre de chasseur pensait entrer dans une forêt dans laquelle il s'avait l'habitude de chasser et se sont rendu compte qu'il s'agissait de « Skógrgamaldir ». Comment donc le savoir ? et bien on ne le sait pas avant d'y être c'est aussi simple que ça, les rares qui en sont revenu ( autre que les guerrier touché par la folie ) raconté qu'on le ressent aux plus profond de soin et que ce sentiment étrange et mystère n'est pas explicable par des mots. Pour les moins croyants il s'agit simplement d'hallucination provoqué par une trop forte dose de champignon hallucinogène.

Le groupe s'est donc retrouvé en pleine hiver au bout milieu de cette sombre et sinistre forêt où chaque courant d'air simple vous parle dans une langue inconnue et où les ombres qui semblent vous guetter attendent de voir comment les mortels vont réagir ? Ou bien peut être n'attendent-elles qu'un manque de vigilance de leur part pour se jeter sur eux ? Ylgrädir, était la plus excitée du groupe suivit par Viranda qui essayait de s'imaginer quel genre d'ennemis ils allaient pouvoir affronter. Quant à Svanhilde et Svenja elles … elles avaient peur ? non les Alvars ne connaissaient pas la peur cependant elles semblaient étrangement troublées, elles d'habitude si fières voire orgueilleuses. La jeune fille laissa échapper un rire nerveux.

- ça va Ylgr ? demanda Svenja un peu nerveusement

"Rire amusé" - Oui parfaitement ma sœur les dieux nous ont choisi à nous de nous montrer dignes … » finit-elle un peu plus calmement

Le groupe avança encore et encore cependant Viranda tomba à genoux et Ylgrädir la rattrapa de justesse. Elle examina Viranda qui semblait prise de malaise et ce qu'elle prit pour une simple chute était en réalité bien plus grave … elle remarque un petit insecte collé à la base du cou de sa meilleure amie.

- Par tous les dieux … dit-elle sous le choc non pas ici … pas maintenant … dit-elle avec rage

Svenja s'approche de Viranda alors que Svanhilde montait la garde autour du groupe.
« Un rôdeur des congères …. » affirma avec tristesse Svenja. Le rôdeur des congères est une menace rarissime mais parfois mortelle. Ce parasite serpentiforme se laisse souvent tomber des arbres et vient se fixer sur le corps de sa victime, la morsure entraine alors un profond sommeil. Le corps de la victime ne peut pas être déplacé, car le parasite le prendrait comme une menace : son venin serait alors presque instantanément mortel …. La seule solution et d'attendre le réveil de la victime … cela peut prendre plusieurs heures voire plusieurs jours ou bien pire encore … jamais …

- C'est fini pour elle , il n'y a plus aucun espoiraffirma sèchement Svanhilde

- Tais toi !! cria Ylgrädir alors que d'un coup de lance elle projeta de la neige sur Svanhilde.

La forêt de "Skógrgamaldir" est un lieu dangereux qui révèle la vraie nature des individus et parfois exacerbe leurs sentiments de façon démesuré … et comme pour briser le silence et ajouter à l'ambiance tendu un cri déchirant perça les ténèbres … et ce n'était pas le hurlement d'un loup solitaire … Svenja et Svanhilde se redressèrent alors que Ylgrädir tenait fermement son amie contre elle en lui embrassant le front avant de laisser échapper quelques larmes. Les ombres avancèrent des grognements approchaient et semblaient innombrables.

- Ylgrä il faut partir maintenant ! commanda Svenja qui avait bandé son arc et scrutait les ténèbres

- Non ! hors de question que je l'abandonne ! hurla-t-elle en sanglot

- Viens ma sœur partons … il n'y a plus d'espoir pour eux fit très sombrement Svanhilde

Les deux sœurs quittèrent leurs deux amis et Svenja jeta un dernier regard en arrière le cœur lourd, elle savait que c'était la bonne décision du moins le pensait-elle ….

- Que les dieux vous protègent murmura-t-elle avant de disparaître dans les ténèbres de cette nuit de claire de lune

Ylgrädir se redressa pour se rendre compte de la situation … on l'avait abandonnée … ceux qu'elles pensaient être ses amies avaient lâchement fuies pour sauver leurs vies … enfin de son point de vue … elle n'aurait jamais laissé aucune d'elle seule face au destin d'une mort certaine sans combattre même à 1 contre 100 tel était la force de son cœur, mais aussi sa plus grande faiblesse … des pupilles incandescentes comme des rubis venus des portes de l'enfer se dessinèrent dans le paysage ils étaient tout autour nombreux presque trop pour les compter. Et alors même la courageuse guerrière de la tribu Ulfkard fut pris de terreur, car rien de ce qu'elle voyait ne lui semblait réel … elle se dressa alors fièrement et par instinct cria d'une voix au début tremblant mais plus ferme sur la fin.

- J… je suis Ylgrädir An Elborg O Ulfkaldr guerrière au bouclier  dit-elle sans trop savoir quoi ajouter

Elle planta sa lance dans le sol et posa son bouclier avant de vider sur la neige le carquois de son ami et de saisir son arc au moins pour elle peut être emporter plusieurs de ces bêtes avant qu'elles n'arrivent sur elle. Il eut un grand silence sur la forêt alors que la jeune Alvar se prépara pour ce qu'elle pensait être son dernier combat. Elle pria les dieux de façon générale avant de finir de façon plus spécifique

- Ylgrä grande louve au pelage blanc donne-moi ta force que mon cœur ne faiblisse pas et que même si je devais mourir … dit-elle en jetant un regard triste à son amie allongée sur le sol enneigé ... que je sors victorieuse de cette bataille afin de lui permettre de vivre …dit-elle pour finir

Spoiler:

L'assaut de déclencha aussi soudainement qu'un éclair prenant au dépourvu la jeune fille qui aperçut une meute de grands loups au pelage noir foncer sur elle avec une vitesse presque surnaturelle. Malgré l'important distance qui les séparait et prise d'une panique elle ne put tirer qu'une seule flèche qui fit mouche. Elle remit son arc, pris sa lance et son bouclier et se jeta dans la mêlée plutôt que d'être cernée c’était pour elle la meilleure solution cela lui évitait d'être submergée. Sa lance transperça sans mal la première créature qui laissa échapper une gerbe de sang sur son visage et elle retrouva instantanément son instinct de survie et cette force de combativité qui animait le cœur des Alvars. « si ça saigne ça peut mourir » pensa-t-elle Elle se mit alors à crier comme une vrai damnée en combattant ses ennemis qui semblaient toujours plus nombreux, elle frappait encore et encore et reçut en retour de nombreux coups de griffes et de crocs mais l'adrénaline rendait cette douleur supportable. Non elle ne voulait pas mourir pas ici pas avant d'avoir vaillamment combattue ! elle eut des flashs de son passé comme les histoires que sa mère lui racontait au coin du feu évoquant les batailles de son peuple et les récits de son père décédé avant sa naissance, les rires et les pleurs qu'elles avaient partagés avec sa meilleure amie. Et puis au plus fort de la bataille la rage s'empara de son âme, ses yeux luirent d'une lueur rouge et elle entra dans un état berserk massacrant à tour de bras jusqu'à ce que …

-Ylgrä… Ylgräappela une voix douce quel connaissant bien

La jeune guerrière le corps recouvert de blessures et de sang se trouvait maintenant face au corps sans vie de Svenja qui se trouvait empalé sur sa lance. Une vision d'horreur qui lui glaça le sang … et juste à côté Svanhilde qui se trouvait dans le même état que sa sœur. Elle ne s'en était pas rendue compte mais les deux filles étaient venues à son aide dans un sursaut de remord sans doute. Mais dans sa rage elle les avait tuées … au fond d'elle quelque chose se brisa à jamais quand elle croisa le regard terrorisé de son amie d'enfance qui venait de se réveiller.

Ylgrädir tu … tu es un monstre ….  affirma-t-elle en pleurant toutes les larmes de son corps

La guerrière ne sut quoi répondre et sa tristesse se joignit à celle de son amie alors qu'elle tomba à genoux le sang de ses blessures se mêlait alors aux larmes dans la neige si blanche et si pure quelques minutes plus tôt. Puis elle fut arrachée de sa tristesse par une flèche qui lui perfora l'épaule.

Sale MONSTRE ! Comment as-tu pu faire ça ! hurla en pleure Viranda qui venait de récupérer son arc

-Viv… je … dit-elle en pleine confusion alors que dans son esprit confus se mêlé chagrin, tristesse, rage et colère

C'était un coup dur la personne qu'elle aimait si profondément venait de s'en prendre à elle, elle était totalement perdue et une deuxième flèche manqua de la toucher.

- Va t'eeeeennn sale monstre ! je ne veux… plus jamais te voir cria-t-elle en s'écroulant de tristesse dans la neige en prenant son visage entre ses mains.

Ylgrädir aurait voulu la prendre dans ses bras pour la consoler et lui dire que ce n'était pas sa, faute qu'elle avait tout fait pour la protéger mais non … elle se redressa et s'enfonça encore plus profondément dans la forêt errant comme une âme en peine sans but … mais finalement elle tomba contre un arbre aussi forte et résistante soit-elle, elle n'était pas immortelle et ses blessures venaient réclamer son dû et commençaient à la faire atrocement souffrir la paralysant de douleur sur place. Elle sombra alors dans un profond sommeil ….



- Ylgra !!!! affirma joyeusement en lui sautant dessus

La jeune guerrière se redressa sur son lit autour d'elle une maison animée par le feu qui brûlait dans la cheminée alors qu'elle sentait la peau si douce et le corps si chaud de son amie venir se coller contre elle.

- Tu as encore fait un cauchemar, ce que tu as vu n'avait rien de réel expliqua avec douceur Viranda.

La guerrière la prit tendrement dans ses bras en l'embrassa trop heureuse qu'elle soit en vie et se redressa pour se relever. Mais son amie l'empêcha avec douceur de bouger.

-  Ylgra reste avec moi … fit-elle en se blottissant avec encore plus de tendresse

Cependant, alors qu'elle tournait son regard vers le chemin elle voyait un corbeau perché sur le dessus de la fenêtre, elle regarda alors instinctivement son amie puis le corbeau qui avait disparu elle se mit alors à penser qu'elle devait rêver …. Et fut pris d'un doute …

-" Est-ce un rêve …. Une illusion … ?" pensa-t-elle profondément

De plus en plus elle se sentait mal et ceux malgré la chaleur ambiante et la tendre affection que lui portait son amie. Sa main gauche la faisait atrocement souffrir et en l'observant elle distingua une profonde blessure … et un vent froid et glacé passer dessus … ce n'est clairement pas normal son regard se tourna vers Viranda elle portait de petites plumes recouvertes de sang attachées à ses oreilles, le genre d'ornement qu'on met avant la bataille pas ce qu'on porte chez soi et pourquoi étaient-elles couvertes de sang ? Elle eut alors un flash, une vision de son amie assise à pleurer dans le froid …. Elle la serra encore un peu plus fort et saisit sa lance au bord de son lit pour venir transpercer le corps de son « amie » qui la regarda avec des yeux plein de haines des pupilles maléfiques apparurent sur son visage des yeux sombres qui n'avaient rien à voir à ceux de sa meilleure amie.

Spoiler:

Autour d'elle maintenant l'immensité des ténèbres de la forêt ancienne remplaça la charmante maisonnée Alvardien, et la chaleur des flammes qui crépitaient laissa place au froid mordant et glacial de l'hiver. Devant elle une créature humanoïde, une silhouette féminine à la peau violine avec de larges cornes sur son front.

"- Pourquoi … j'aurais pu te sauver de la mort … bredouilla-t-elle en reculant toujours la lance en pleine poitrine

"- Je ne crains pas la mort … créature des ombresaffirma-t-elle fermement

"- Si… tel… était ton vœux elle aurait pu être si douce ….

La jeune guerrière Alvar eux un sourire amusé et laisse échapper un rire moqueur qui agaça profondément son agresseur.

"- Nous les Alvars nous accueillions la mort avec plaisir, inutile qu'elle soit doucefinit-elle en continuant à rire alors qu'un filet de sang coulait le long de sa bouche.

La créature de l'immatérium fut prise d'une soudaine rage meurtrière et chercha à emporter avec elle la jeune et prétentieuse humaine qui avait eu l'audace et l'orgueil de s'attaquer à elle. Cependant, alors que ses puissantes griffes allaient perforer la jeune fille assise contre un arbre de la forêt, la créature fut violemment projetée en l'air et sa tête se sépara de son corps. Une louve blanche aux yeux d'ambre venait de bondir sur elle et d'un coup de gueule venait de lui trancher la tête. Ylgrädir, elle, était à peine consciente et n'avait rien véritablement eut le temps de voir, cependant avant qu'elle tombe dans l'inconscience elle perçut la forme lupin s'approcher d'elle. Quand elle reprit connaissant elle était chez elle et cette fois ce n'était pas un rêve sa mère avait soigné ses blessures ( qui étrangement étaient bien moins nombreuses que dans ses souvenirs ) alors qu'une louve au pelage aussi blanc que la neige se tenait au bord de son lit et ce n'était pas le loup de sa mère. Elle avait perdu beaucoup de sang et était à peine capable de bouger sa tête. Sa mère lui expliqua donc que la louve l'avait portée sur son dos et l'avait ramenée au village. Ce n'est pas sans émotion dans la voix que sa mère lui expliqua cela puis elle s'endormit avant de se réveiller deux jours plus tard affamée et encore souffrante.

C'est sur son nouveau compagnon aidée d’une canne en bois qui lui servait à se déplacer qu'elle rejoignit quelques temps plus tard le centre du village pour la cérémonie qui célèbre le retour des adolescents afin de leur remettre leur bracelet d'or, signe qu'ils sont maintenant des adultes reconnus par les autres membres de la tribu. Si c'est un honneur, et si cela leur permet d'accès à certains privilèges, c'est avant tout une lourde responsabilité et maintenant on exigerait davantage d'eux. De plus ils devront rendre des comptes, et s'ils venaient à commettre un crime ou un acte condamné par la loi ce ne serait plus à leurs parents d'en porter la honte et la responsabilité. Cependant, pour elle la fête qui eut lieu le soir même fut pour elle bien sombre …. Durant sa convalescence sa meilleure amie n'était même pas venue la voir et quand elle croisa son regard durant la cérémonie elle détourna le regard … les jours suivants même son beau-père, le forgeron qui avait épousé sa mère des années auparavant n'osa rien dire malgré qu’il sentît le froid entre les deux filles. Il sentait que quelque chose s'était produit et son instinct lui disait qu'il ne s'agissait pas d'une simple dispute d'adolescente … il espérait simplement que le temps les réconcilierait.

Acte 3 : Des larmes et du sang

Cela fait d'autant plus mal lorsque ça vient de l'être qui comptait le plus pour nous ...  Extrait du journal d'Alfrhide


Trois ans plus tard alors que la jeune fille avait vu passer 18 hivers et avait été promu au rang de croc tempête se fut l'arrivée du 5 ème Enclin dans le sud de Feleran qui progressait rapidement. La tribu Ulfkard décida de ne pas attendre que les engeances soient à leur porte et partit prêter main-forte aux nains plus au sud. Les Croc tempête qui montaient sur leurs puissants loups avait pris de l'avance par rapport à l'armée en marche afin de servir d'éclaireur. Cependant, sur leur chemin, ils étaient tombés sur quelques patrouilles d'engeances ce qui n'était pas normal ils pressèrent le pas et du haut de la colline qui surplombait la vallée menant à la cité naine ils aperçurent les armées ténébreuses avancer encore et encore … il n'aurait jamais imaginé qu'elle se soit avancées si rapidement dans les terres … ils auraient dû en être informé cependant vu le nombre d'engeances dans le secteur il comprenait pourquoi aucun message ne leur était parvenu … Le groupe était dirigé par un guerrier du nom de Rodrik qui avait reçu temporairement le commandement en raison de l'état de santé déplorable de Björn croc-d'acier le commandant ses forces des crocs tempête.

- Bien nous partons !affirma Rodrik fermement et sans une once de pitié

- Comment ça nous, partons ?demanda Ylgrädir surprise qui se redressa sur son loup

La jeune guerrière ne pesa pas gros dans la balance, car sur la 50ène de croc tempête elle n'avait reçu que le commandement d'un petit groupe de 5 guerrières (dont elle inclut). Voyant que Rodrik ne disait rien elle lui barra le chemin toujours monté sur son loup.

"- On ne peut pas les laisser ce sont nos alliés, les nôtres n'arriveront pas à temps pour la bataille nous devons gagner du temps !affirma-t-elle avec force

- Je commande et j'ai dit on part ! affirma-t-il sans chercher à argumenter

La tension montait et si les farouches guerriers se rangèrent du côté de Ylgrädir le reste était plutôt perplexe. La jeune femme pesta et emboîta le pas en faisant signe aux guerrières qui l'accompagnait de la suivre et elles se mirent en rang au bord de la colline. L'un des Alvars près de Rodrik fit cette remarque à l'une des femmes à ses côtés.

- Elles ne vont quand même pas y aller seules ? Ça serait de la folie

En entendant cela Rodrik fit volte-face pour se rendre compte de l'insubordination de la jeune guerrière qui avait osé lui manquer de respect. Elle fonça sur elle en tirant son épée, prêt à la frapper sévèrement.

- Qu’est-ce-que tu fais j'ai dit ON PART ! dit-il sous le coup de la colère

- Si tu comptes déshonorer tes ancêtres, libre à toi, mais nous nous battrons jusqu'au bout, si tu as peur de la mort Rodrik et bien retourne donc dans les jupes de ta mère dit-elle déterminée mais sur un ton moqueur et de façon provocante

- Tu oses te rebeller ?! Petite catin pour qui te prends tu ?!  hurla-t-il

-Tu n’as aucun droit sur moi, tu n’es ni mon mari ni encore moins mon chef alors ça t’amuse peut être de jouer au petit chef mais moi je ne bougerai pas si ce n’est pour prendre la tête de ses engeances dit-elle en marquant une pause  mais bon après tout peut-être est-ce le destin peut-être souhaites tu suivre la voie de ton père et souiller encore un peu plus l’honneur de la tribu dit-elle moqueuse

Le père de Rodrik s'était rendu coupable d'un horrible crime il avait sous le coup de la colère tué un mari et sa femme et sûrement leurs enfants si les témoins n'étaient pas intervenue il avait alors subit non pas l'exile mais le châtiment de l'aigle de sang … Il n'en fallu pas plus pour que Rodrik les yeux injectés de sang s'en prenne à la jeune guerrière qui avait prévu le coup et alors que l'épée du guerrier enragé se brisa sur son bouclier la lance de la guerrière, elle, le transperça alors que les deux loups semblaient mener un duel de regard en grognant. Selon la loi des Alvar celui qui tire l'épée contre son frère ou sa sœur est victime de représailles mais celui qui s'en prend physiquement à l'un d'eux dans le but de lui nuire volontairement et passible de jugement plus sévère encore. Personne ne réagit les dieux avaient tranché et la guerrière au bouclier s'avança vers la troupe amassée.

-  Nous sommes les Alvars du clan Ulfkaldr ! les descendants des loups jumeaux Fenris et Ylgrä enfants du père des cimes et de la dame des cieux ! La peur n’habite pas nos cœurs ! Nous sommes la fureur et le tonnerre nous sommes les crocs tempête ! hurla-t-elle avec une ferveur presque fanatique


- ALVAR ! QUEL EST VOTRE METIER ! hurla-t-elle encore plus fort en frappant sa lance contre son bouclier

Elle fut suivie par des cris à l'unisson et des bruits d'arme qui frappait les boucliers dans une cacophonie unie. Ils se mirent tous en position attendant les ordres de leur nouveau chef alors que la neige commençait à tomber de façon plus violente ce qui les arrangeaient. La guerrière ne comptait pas faire retentir les cors de chasse pour sonner la charge non mieux valait que les ennemis n'aient pas conscience de leur présence. Ils n'étaient qu'une masse très réduite de nuances de blanc de noir et de gris dans un paysage de roc recouvert de neige, le bruit de leur armure serait masqué par le grognement et le bruit de la bataille qui avait déjà commencé en contrebas. Contrairement aux chevaux les grands loups ne feraient aucun bruit dans la neige ce qui était parfait …. La jeune louve observa attentivement le champ de bataille et repositionna ses troupes pour attaque l'arrière qui semblait à première vue composée uniquement d'archers et il devait bien y avoir plusieurs mètres entre eux et l'armée régulière … ils seraient donc leur première cible …

Les crocs tempête se mirent en route et descendirent de plus en plus rapidement et à mesure qu'ils approchaient le cœur de la jeune guerrière battait d'excitation, ça serait sa première bataille à grande échelle et cela ne faisait qu'attiser la flamme de guerre au fond de son cœur. Finalement à quelques mètres des lignes arrières ennemies, ils sonnèrent du cor et la charge fut dévastatrice, cependant la troupe ne s'arrêta pas et continua sa chevauchée et remonta sur l'autre flanc de colline poursuivit par de nombreuses engeances qui avaient fait volte-face pour maintenant s'en prendre à cette nouvelle menace. Mais les grands loups qui soutenait les guerriers des dorsales de givre étaient habitué à ce genre de climat et à la topographie des lieux et remontèrent sans soucis en haut de la colline. Sur les ordres d'Ylgrädir ils sortirent leurs arcs puis expédièrent plusieurs volées de flèches avant de reprendre leurs charges. Cette petite stratégie continua durant plusieurs heures jusqu'à ce que le soleil commence à décliner. Au soir la troupe emprunta les sentiers secrets des montagnes qui leur permirent de rejoindre la cité naine pour se reposer et se ravitailler.


Deux jours de long et d'intense combat passa avant que le reste de la tribu n'arrive avec leurs alliés pour fondre sur les engeances des deux côtés de la montagne pour Ylgrädir et les siennes plus question d'user de stratégie la guerrière au bouclier prit part avec ses alliées et descendit de son compagnon pour combattre à ses côtés le combat fut d'une rare férocité mais finalement l'engeance fut repoussée et vaincue du moins dans cette partie de Ferelden, car il fallut réellement un an pour que le 5ème enclin prenne fin. Durant ce temps les Alvars avaient rejoint leur territoire et mené de petits raids et embuscades éclairs sur les groupes d'engeances qui avaient le malheur de venir sur leurs territoires sacrés. A la fin un grand banquet de réjouissance fut organisé où la bière coula à flot cependant Viranda continua de ne pas prêter attention à son ancienne amie. Ylgrädir prit conscience que cela ne changerait jamais, mais avec le temps elle avait appris à faire avec et son indifférence, créa encore plus de frustration chez Viranda qui se mit à la haïr de plus en plus et commencer à entrevoir l'idée de la tuer …


Ylgrädir fut surnommée la louve sanglante à la suite de la bataille près de la cité naine et elle continua à grandir en force et en sagesse et petit à petit son père le forgeron se mit à l'apprécier davantage que sa fille ce qui bien évidemment créait un profond malaise chez cette dernière. Ylgrädir avait maintenant connu 25 hivers dans les dorsales de givre et un jour aussi étonnant que cela puisse paraître elle reçut une invitation de la part de Viranda qui lui expliquait qu'elle était désolée et qu’elle souhaitait se réconcilier avec son amie. Autant dire que cela réchauffa le cœur de la jeune louve qui se rendit sur les lieux du rendez-vous qui ne se doutait de rien. Elle rejoint la forêt non loin de la montée sur son grand loup avant finalement arriva vers son amie, et elle se jeta dans ses bras sans se douter du piège alors que son loup, lui, commençait à grogner …

Viranda accueillit son amie dans les bras cependant elle fut un peu trop pressée et la dague qu'elle avait dans le dos ne se logea pas dans le ventre de son « amie » comme elle l'aurait voulue mais vint de loger dans l'armure de cuir au niveau de l'épaule. Cela fut suivit par une volée de flèches mal tirée et donc une seule se planta dans son genou. Il y avait maintenant de la haine dans les deux regards, cependant il n'y avait qu'un sourire sur le regard de la traitresse qui recula laissant les bandits qu'elle avait engagé finir le travail. Ylgrädir brisa la moitié de la flèche qu'elle avait reçu et se chargea avec son loup sans mal de quelques brigands de bas étages sous les yeux médusé de Viranda qui commençait à prendre peur et se disait qu'elle l'avait peut-être sous-estimée … elle tira son arc alors que le dernier malandrin venait de périr

- Pourquoi … pourquoi tout ceci !  hurla Ylgrädir

- Tu es un monstre et tu ne mérites pas de vivre ajouta-t-elle froidement

- Ce n'est pas ma faute ! J'en ai souffert autant que toi !cria-t-elle en commençant avec quelques larmesIl ne se passe pas un jour sans que j'y pense ... dit-elle en sanglot

- Les monstres ne souffrent pas … continua-t-elle sans une once d'émotion dans la voix

Arrête avec ça ! Si je n'avais pas … étais là tu serais encore sur ton lit à pleurer comme une enfant ! gronda-t-elle je t'aimais … !Pourquoi tu ne le comprends pas … sanglota-t-elle plus fortement en tombant à genoux en murmurant pour elle c'est si dur de me pardonner … ?

Autour d’eux la forêt semblait avoir changée et le loup qui grognait recula, se contentant de rester assis maintenant silencieux et observateur. La louve à terre eut le droit à une flèche qui se logea dans son épaule gauche qu'elle brisa de rage presque immédiatement.

- Je n'aurais pas ton sang sur les mains …dit-elle en empoignant sa lance

La guerrière malgré la douleur projeta avec force sa lance dans la direction de son amie cependant elle ne la visa par elle mais son cheval qui prit la lance en plein torse. Elle remonta sur son loup pour partir.

Les dieux décideront de ton sort, adieu ... dit-elle froidement en lui tournant le dos alors qu'une vague de tristesse intense déferla dans son esprit

- Ylgra … tu … tu ne vas pas me laisser ici n'est pas ? bredouilla-t-elle dans un rire nerveux en se rendant compte de la situationOn est amie non ... ? demanda t-elle d'une voix emprunte de folie

En effet, sans monture, il lui serait difficile de rejoindre le village surtout qu'elle n'avait pas hérité de l'endurance au froid de son peuple en plus de la maladie qui rongeait ses os d'année en année. Elle chercha à tirer une flèche dans le dos de la louve qui s'était déjà bien éloignée, mais ses blasphèmes sur ces terres sacrées avaient atteint un niveau qui n'était plus question d'ignorer ou de pardonner, sa flèche sembla se perdre dans les ténèbres alors qu'une assemblée de corbeaux s'était réunie, silencieux et observateurs en juge de la forêt sacrée. Le jugement fut rendu quand ils fondirent sur la jeune femme pour la transpercer de leurs becs acérés. Le châtiment vu autant plus cruel que lorsque certains commençaient déjà à se nourrir de son foie et de ses instincts, elle était encore étrangement vivante et consciente, comme si une force surnaturelle l'empêchait de mourir. Ainsi périe Viranda la traîtresse …. Seule et abandonnée …



Acte 4 : C'est ici que tout se termine et que tout commence

C'est dur de quitter son foyer, ses amis , sa famille ... surtout ses deux petites pestes qui me servent de sœur, mais pour ceux qui ont là volonté d'aller plus loin le monde offre tellement .... un monde d'aventure merveilleuse Extrait du journal d'Alfrhide


Durant les mois qui suivirent Ylgrädir alla voir les augures de sa tribu afin de leur demander conseil et ceux-ci lui conseillèrent vivement d'entreprendre le Rasgnadrör. Il s'agit d'un voyage où l'Alvar méditait profondément sur ce qu'il est, sa place dans le monde, sur ses actions passés etc … cela lui permet de retrouver une certaine quiétude ou une paix intérieur nouvelle. On dit que pour ceux qui ont l'humilité de reconnaître leurs erreurs, les dieux leurs accordent soulagement de leur esprit et pansent les plaies de leur cœur.

Elle entreprit donc ce voyage et partit en solitaire dans les montagnes et passa le plus clair de son temps assise au bord de la montagne recouverte d’une épaisse fourrure aux côtés de son loup à regarder les étoiles et le vide immense des étendues des dorsales de givre. Cela lui prit plusieurs mois et à son retour elle décida de partir des dorsales en quête d’aventure bien évidemment son foyer aller lui manquer surtout maintenant qu’elle avait la chance de pouvoir s’occuper de sa petite sœur et de son petit frère que sa mère avait eu quelques temps après son mariage avec le forgeons. Tous les deux étaient venus pleurer dans ses bras le suppliant de reste avec eux. Elle aussi était un peu triste mais elle était résolue cependant à la demande de son père elle accepta de faire un dernier voyage avec lui jusqu’à la cité naine ou elle reçut de la part de Griming Barbe de bronze une magnifique armure. Griming était un ami de la famille, un habile marchand et un forgeron nain qui lui avait appris quelques trucs lorsque la jeune fille restait plusieurs semaines dans la cité naine avec son père. C’était une façon de lui souhaiter bonne chance, bien évidemment elle le remercia très chaleureusement avant de se préparer pour son plus long voyagea. Son 26ème hiver n’était pas arrivé encore quand elle quitta les dorsales de givre pour explorer le monde si vaste.

Elle vécut de chasse et de cueillette comme à son habitude et louait parfois ses services en tant que mercenaire ou garde du corps. Elle escortait souvent des convois ou des personnes suffisamment riches pour se payer ses services. Cependant, un jour alors qu'elle parcourait les ruelles d'une ville humaine sans son loup qui avait dû rester à l'extérieur elle tomba sur un marché d'esclaves et curieuse s'en approcha. Elle ne connaissait pas vraiment ce concept et fut quelque peu outrée qu'on puisse vendre la vie humaine de cette façon, elle tourna les talons avant d'entendre une petite voix pleurer … cela lui fit comme un électrochoc et elle se retourna pour comprendre que cela venait d'une petite elfe en aillons qui pleurait alors qu'on la fouettait sur la place public au milieu d'autres esclaves … elle serra les dents et son poing se crispa alors qu'elle partit pour rejoindre la plus proche auberge se payant une bonne bière … mais elle n'était pas tranquille, quelque chose la perturbait … elle ne pouvait pas laisser cela passer , mais si elle savait que cela ne la regardait pas … après avoir laissée quelques pièces elle retourna sur la place public et se réveilla sans mal un chemin dans la foule qu'elle bouscula sans ménagement. Elle s'avança sur la place vers la jeune elfe en pleurs avant d'être arrêtée par ce qui devait être l'esclavagiste.

- Euh bonjour vous souhaitez acquérir cette marchandise ? c'est un produit de premier choix vous savez elle vient de … dit-il en se frottant les mains sans pouvoir finir sa phrase

Elle l'avait profondément agacée et lui avait envoyé son poing dans le visage. Des dents volèrent alors qu'un craquement se fit entendre au niveau de la mâchoire. Elle libéra la jeune elfe avec sa dague en coupant ses cordages avant de la prendre sur ses épaules. Autant dire que les gardes placés sur la place qui bossaient sûrement pour le maître esclavagiste ne restèrent pas sans rien faire même s'ils étaient hésitants. Le plus courageux (ou le plus fou) prit un coup de bouclier qui lui fracassa le nez et un deuxième qui se trouvait sur son chemin prit un coup contondant du bout de sa lance dans les côtes qui le fit se tordre de douleur. Les autres restèrent sans bouger visiblement paralysés par la terreur de l'Alvar qui quitta rapidement le marché sans être inquiétée cependant elle se doutait bien qu'elle ferait mieux de ne pas traîner et une fois sortie de la ville monta sur sa louve en installant la petite fille qui devait avoir très sensiblement le même âge que sa petite sœur. Sur le chemin la louve chercha à discuter avec la petite fille mais elle restait muette elle attendit alors patiemment le soir au coin du feu pour lui demander après lui avoir donné à manger.

- Comment tu t'appelles ? dit-elle d'une voix douce

Li…lindoriëdit-elle d'une voix toute tremblante

- C'est joli comme prénom moi c'est Ylgrädir et voici Ylgradil  dit-elle avec gentillessene t'inquiète pas elle est gentille regarde dit-elle en caressant la louvetu veux essayer ?dit-elle avec un large sourire

L'enfant hésita puis d'une main tremblante approcha sa main de la louve et la posa puis la retira brusquement avant de recommencer pour cette fois comprendre qu'il n'y avait pas de danger. Son pelage blanc et un peu rugueux en surface à cause de la vie de nomade qu'il menait mais en dessous c'était d'une vraie douceur. Ce qui arracha un sourire amusé à la petite elfe.

-Tu viens d'où ? demanda-elle

- Je … je ne sais pas… ma tribu c'est … Siriondildit-elle un peu en pleurant

-Ne t'inquiète pas on va les retrouver et tu vas rentrer chez toi affirma-t-elle

- C'est vrai ?!fit-elle un peu plus enjouée

- Oui parole d'Alvardit-elle avec un petit sourire amusé une main sur le cœur

- Merci … » fit-elle en pleurant en se jetant dans les bras de la guerrière Alvar

Dès le lendemain ils repartirent donc sur le majestueux loup au pelage blanc afin de retrouver le clan de dalasien d'où était originaire la jeune fille et ainsi ils pénétrèrent dans les forêts questionnant les quelques individus qui passaient afin de s'orienter comme ils pouvaient mais autant dire que c'était particulièrement compliqué … les clans se déplaçant et ne restant jamais au même endroit très souvent. Le voyage dura plusieurs mois avant que finalement l'enfant aux oreilles pointus se souvienne de quelques détails sur l'endroit où ils se trouvaient, autour d'elle certains détails comme des formations rocheuses semblaient lui parler ici ; ils purent retrouver la trace d'un camp mais vide visiblement. Les membres du clan Siriondil avait dû partir il y a plusieurs semaines selon les estimations de la jeune chasseuse des dorsales de givre. Mais au moins cela leur donnait une trace à suivre et bien évidemment ils retrouvèrent le clan sans soucis. Quand elle arriva elle laissa la petite fille courir vers ses parents et leur joie lui arracha une petite larme même si elle essaya de le cacher. Des ombres apparurent derrière elle, et comme elle l'avait supposée et ressentit, elle avait été suivie par des rôdeurs elfes qui voulaient sans doute s'assurer qu'elle ne leur causerait aucun ennui. Alors qu'elle allait repartir elle fut invitée à se présenter et à rester pour le repas du soir. Elle découvrit alors la vie des nomades qui n'avaient pas l'air si mal finalement la petite elfe toute joyeuse était toujours dans ses pattes et ne semblait pas la vouloir laisser partir.

- Dit madame tu vas rester avec nous hein ? demanda-t-elle avec son sourire enfantin

- Euh …  répondit-elle surprit en regardant les autres membres de la tribu dont le plus ancien lui adressait un sourire amicale

-Je ne sais pas tu sais j'ai pas l'habitude de m'installer dit-elle un peu gênée

- Aller S'IL TE PLAITdemanda-t-elle avec insistance

La petite Dalasienne ressemblait vraiment à sa petite sœur même dans sa façon de faire, et la puissante guerrière Alvar fut désarmée devant tant de diplomatie …

- ça va tu as gagné je reste mais juste quelques jours pas plus ok ?

- Entendu répondit-elle satisfait avec un magnifique sourire

Cependant , au fond d'elle, la louve savait que ces quelques jours dureraient plusieurs semaines, puis finalement cela dura des mois encore et encore … elle resta au total deux ans avec le clan ; elle apprit leur langue leur coutume et s'occupait d'entretenir leurs armes et à les aider durant la chasse. Elle avait également prouvé sa valeur au combat et terrassé de nombreux humains sans la moindre once de compassion ce qui finit par convaincre les plus sceptiques des elfes qui ne voyaient au départ pas son intégration d'un bon œil. Cependant elle avait envie de voir le monde et un jour elle décida de partir et pour le coup même la petite fille comprit cela et respecta son choix. Un des mages du clan lui confia une étrange gemme couleur de jade entourée d'une fine corde tressée en cuir. Il s'agissait d'un cadeau de départ, un collier.

- Avec cela tu pourras nous retrouver, tu seras toujours la bienvenue Alfrhildeaffirma-t-il en s'inclinant

- Merci papy ça me fait chaud au cœur » dit-elle avec un petit sourire amusé.

Ainsi commence un nouveau voyage ....


[/color][/b]

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1017
Lun 5 Nov - 18:52
Coucou, juste pour savoir... Est-ce que cette fiche est toujours en cours ? (:


Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nouvelle recrue
Messages : 83
Lun 5 Nov - 19:07
Yes je finis la fiche cette semaine normalement

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1017
Lun 5 Nov - 19:35
Ça marche, bon courage !


Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Alfrhilde la louve solitaire [ 100 % terminé ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Solitaire Caesar
» [Rp] Une louve aux allures d'un ange...
» Question Space Wolves : Loup Solitaire et transport
» Cherche jeu en solitaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Le temple de Mythal :: Création de personnage :: Fiches en cours-
Sauter vers: