en haut du forum
en bas du forum



[SMJ Siha] Dareth Shiral

avatar
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 63
Lun 31 Déc - 18:40


“Dareth Shiral Da’len”


Elle entend encore la voix de sa mère résonner dans ses oreilles. Plusieurs fois elle tente de remplacer ce son douloureux par ceux de la forêt qui l’entoure. Obligée de se tenir en alerte son idée fonctionne tout au long de la journée. Lorsque ses pas deviennent lourds d’appréhension à cause de l’éloignement, elle accélère son rythme. Et surtout, surtout, elle ne se retourne pas. Même lorsque le poids de sa natte tape son dos, lui évoquant le salut amical et facétieux d’un enfant de son Clan.Parier sur sa résolution seule alors qu’elle ressent cruellement l’absence des siens, serait l’exposer inutilement. Elle sait que ses pieds feraient demi tour avant même que sa tête ne leur en donne l’ordre. Elle s’arrête près d’un ruisseau d’eau douce pour se rafraîchir un peu, elle boude les quelques provisions généreusement offertes par sa mère. Celle-ci aurait préféré que sa fille n’entame pas ce voyage, car si elle est autonome parmi les siens, il n’en est pas de même en dehors. Connaissant l’entêtement de son efant, elle lui a suggéré de profiter du départ d’un petit groupe de chasseurs expérimentés pour améliorer sa furtivité, et pour en apprendre davantage sur la route la plus sûre à prendre… Après débat sur la question, ils sont tombés d’accord sur une seule chose, aucune route n’était complètement sûre, encore moins ces derniers temps… Et comme Saeris n’a qu’une vague idée de ce qu’elle cherche ou plutôt de l'endroit où chercher…


Prenant une profonde inspiration elle se redresse et se remet en marche, pas le moment de se ronger de questions qui la ralentiraient. De plus le jour commence à décliner, et trouver un lieu sûr pour dormir ne sera pas aisé. N’étant plus dans la zone de protection du Clan, elle mise sur sa connaissance de leurs précédents déplacements pour trouver des points de chute… Et éviter “l’aubaine” que peuvent représenter les habitats naturels des ours ou les tanières de loups… Parce qu’entre les démons, les bandits, et autres créatures terribles dont elle a entendu parler… se faire lacérer et dévorer par des animaux sauvages pendant son sommeil, ne la tente pas vraiment non plus… Son coeur s’accélère à mesure que les ombres des arbres et rochers s’allongent jusqu’à se confondre avec la pénombre. Dans ces moments, il lui est difficile d’apprécier les couleurs du ciel. Elle a le sentiment de se faire avaler par cet entre deux, jusqu’à ce que l’arc d’argent lui apporte un peu de lumière. Elle s’inquiète car jusqu’à présent sa méthode a fonctionné: trouver un abri avant que la nuit ne soit bien avancée… Mais là rien…


Elle a peut-être sous-estimé la distance entre les deux points de repos. Secrètement, elle espère croiser un autre clan nomade, chaque fois qu’elle arrive dans un lieu favorable pour camper. Ses oreilles commencent à bourdonner, elle jette des coup d’oeils frénétiques en quête d’un quelconque repère alentour. Qu’elle entende quelqu’un lui dire que voyager de jour et de nuit ne fait aucune différence, si ce n’est la luminosité, ce quelqu’un entendrait de ces nouvelles. Elle identifie quelques ruines appartenant à leur passé, mais c’est bien là, tout ce qu’elle en comprend… Et pas question de passer la nuit dedans. Elle est certaine d’avoir entendu des chuchotements s’échapper des décombres…


Elle avoue être complètement perdue quand elle arrive devant des constructions détruites et enflammées… Le point positif c’est qu’elle sait que les habitants ont certainement déserté les lieux… Le point mitigé, c’est qu’il y a sûrement des voleurs venus faire de la récupération d’objets, le point négatif, la raison pour laquelle les oreilles rondes sont parties… Non pas qu’il s’agisse d’un peuple très courageux, d’après ce qu’elle a constaté… mais visiblement, elles sont parties dans la précipitation. Les cheveux sur sa nuque se redresse, elle frissonne, il lui semble percevoir du mouvement au loin, autant ne pas rester là. Elle se sert de ce qui reste des bâtisses pour se frayer un passage. Une main couvre une partie de son visage pour éviter de respirer la fumée environnante, elle se fait aussi petite que possible. Tendue par l’effort de concentration, et un peu déconcertée par sa facilité à se faufiler silencieusement. Elle se sent plus confiante, étonnée aussi de cette euphorie si semblable à celle de la course.


Très vite, la nervosité cède à la curiosité et quelques objets abandonnés qui l’ont intriguée finissent dans ses sacoches. C’est probablement le tintement de ses trouvailles qui la trahissent un peu plus tard alors qu’elle approche de la dernière ruine enflammée. Estimant qu’elle a assez perdu de temps, elle ne s’attarde pas et contourne le feu ronflant. Malgré ses précautions elle est assailli par un retour de flammes qui manque de lui lacérer le visage. La douleur lancinante au dessus de son oeil droit ainsi que la panique, lui arrachent un cri effrayé. Étourdie, et déséquilibrée, elle esquive de justesse les attaques vicieuses de griffes brûlantes. Elle entend un ronronnement amusé similaire à un rire narquois… Des flammes qui ronflent et qui ronronnent dans une pâle imitation de ce qu’est le feu, mais tout aussi dévastateur dans son emportement… Si elle n’était pas occupée à éviter de finir en grillade, elle entendrait presque Neria la sermonner devant son manque de discernement. Elle roule sur le sol à plusieurs reprises, et puisqu’elle ne peut toucher le démon directement, elle lui jette tout ce qu’elle a portée de main… C’est à dire pas grand chose, en dehors de la terre, des pierres et du petit bois… Apparemment sa maigre défense amuse la créature qui disparaît dans la terre d’un coup.


Saeris en profite pour se redresser prête à détaler, quand les flammes surgissent du sol devant elle, son oeil valide croisant la lueur maligne et rougeoyante du démon. Par réflexe elle recule vivement, mais ne peut se résoudre à lui tourner le dos pour fuir loin de cette fournaise ambulante, courir à reculons, risqué mais avec la possibilité de s’abriter derrière un des murs…  Autant qu’ils servent à quelque chose… Si on lui avait dit qu’un jour elle se retrouverait à jouer à cache-cache avec un démon de la colère...

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1110
Ven 11 Jan - 11:49
Des nuages se succédaient dans le désordre de formes abstraites et absurdes, parcourant lentement le ciel d'encre des Plaines Exaltées. Parfois entre deux défilements la lune se dévoilait timidement, colorant un étrange tableau de désolation par petites touches hésitantes. C'était là tout le paradoxe de cette partie d'Orlais, où les beautés naturelles de cours d'eau et de peintures rupestres se mêlaient ça et là à des maisons éventrées et des feux semi-éteints. Un territoire qui bien que familier suscitait la méfiance et l'inconfort aux dalatiens qui étaient souvent contraints de le traverser.

Siha n'y faisait pas exception. Allongé sur le dos, le regard perdu dans l'immensité céleste qui semblait l'aspirer si loin des siens, il regrettait ne pas pouvoir trouver le réconfort en observant les étoiles, hélas couvertes d'opaques couches de gris. Il croisa les mains sur son ventre, se forçant à rester immobile. C'était plaisant d'enfin retrouver la liberté de la vie nomade et s'écarter de la puanteur des grandes villes, néanmoins quelque chose d'autre le chagrinait sans qu'il ne parvienne à mettre le doigt dessus.
Les minutes s'écoulèrent dans une exaspérante lenteur et il finit par rouler sur le flanc, vaincu. Cela faisait déjà bien deux heures qu'ils s'étaient arrêtés pour dormir et l'insomnie le narguait de ses habituels caprices. Cyralan et Rasdir avaient pris le premier tour de garde, laissant les autres plongés dans un silence à peine brisé par la respiration régulière de Nethari et Myssa. Un silence qui commençait à devenir pesant et laisser trop de marge à ses pensées errantes.

Se redressant sur le flanc le mage fit tomber la couverture sous laquelle il s'était blotti et se leva enfin, alors que des bruits de pas à peine audibles attirèrent tout à coup son attention. Se saisissant de son bâton dans un réflexe instantané, il s'était déjà préparé à se défendre lorsqu'un visage familier surgit derrière les rochers et sourit en sa direction. Les bras levés en signe de reddition, l'elfe à la peau et cheveux sombres semblait amusé de sa réaction, ce qui emplit l'archiviste d'un mélange d'embarras et d'irritation.

« Woooh. Ce n'est que moi, tout va bien. »

« Cyr, combien de fois dois-je te dire de ne pas débouler comme ça ? »

« Ir abelas. Je pensais que vous dormiez, je ne voulais pas déranger. Et puis c'est pas comme si je pouvais donner un signal sans rév... »

« Ça va, laisse tomber. »

Siha l'interrompit d'un geste de la main, conscient de sa réaction disproportionnée. Le manque de sommeil le rendait vraiment trop nerveux. Baissant d'un ton en voyant Myssa s'agiter dans son sommeil, il ouvrit la bouche et la referma sans rien dire. Ce n'était ni l'heure ni l'endroit pour s'épancher en une longue conversation, d'autant qu'il ne voulait pas déranger les trois dormeuses sans une bonne raison. Desserrant sa prise sur son arme, il marcha en direction de Cyralan afin de se calmer et avec un peu de chance, se changer les idées.

« Du nouveau ? »

« On a aperçu une fille, l'une des nôtres. Elle fouinait dans les campements abandonnés, sûrement à la recherche de vivres et d'objets de valeur. On a décidé de ne pas l'approcher sans avoir votre avis avant. »

« Gardez-la à l’œil, ce n'est pas normal qu'elle soit seule dans un endroit pareil d'autant que j'ai senti plusieurs perturbations du Voile. »

« D'accord, je fais passer le mot. » L'éclaireur ne s'était pas départi de son habituel sourire insolent, mais se crispa de nervosité en voyant la soudaine grimace sur le visage de son vis-à-vis.  « Tout va bien ? »

Siha se figea en observant par-dessus l'épaule de Cyralan, ses yeux ambrés guettant la pénombre à la recherche de quelque chose ou quelqu'un d'invisible. Un frisson d'horreur roula le long de son échine, et il lui fallut toute sa maîtrise de lui-même pour ne pas laisser trembler les doigts enroulés autour de son bâton.

« Un démon. » Pointant vers l'amont de la rivière, Siha fronça les sourcils tout en faisant quelques pas en avant, comme irrésistiblement attiré par la créature maléfique. Et ce serait peut-être le cas, si la simple existence de cette dernière ne lui était pas physiquement insupportable. « Va chercher Rasdir, rejoignez-moi le plus vite possible. Je devrais pouvoir m'en occuper mais réveille aussi Nethari au cas-où il faudrait défendre le camp. »

Siha posa une main sur l'épaule de l'éclaireur et la tapota sans même le regarder. Le temps que ce dernier se retourne pour rétorquer, l'archiviste s'était déjà engouffré dans la nuit, dans un soudain froissement d'ailes.

« Fenadhis... » Cyr jura rageusement mais pressa le pas pour exécuter les ordres reçus. « C'est toujours pareil, pourquoi je suis encore surpris ? Il nous dit de pas jouer les têtes brûlées, mais c'est toujours le premier à foncer. »

*-*-*

Si sa sensibilité n'avait pas pu le guider telle une boussole pointant avec précision vers l'entité démoniaque, la lueur ardente qui brillait entre les ruines aurait fini de vendre la mèche. Le vent glissa sur ses plumes avec la vitesse d'une flèche, si fort qu'il en eut tôt fait de chasser les dernières traces de léthargie. Heureusement sa vision était adaptée à l'obscurité, et bien qu'il soit incapable d'immédiatement trouver la dalatienne qui avait mal choisi son moment pour faire du tourisme, il n'avait qu'à trouver la source de son malaise.

Changeant de forme dès que possible afin de ne pas s'épuiser inutilement, Siha dérapa sur le sol poreux à cause de son élan. Amortissant son mouvement avec les moyens du bord, il finit son vol d'une épaule contre le mur à moitié écroulé d'une vieille maison. Il écopa d'un grognement agacé et un muscle douloureux mais ne se fit pas trop mal heureusement... car ce serait pas la première fois que sa maladresse lui coûterait le prix fort au moment fatidique.
Priant Mythal que le démon de la Colère n'attire pas ses congénères, l'androgyne expira longuement et fit le vide dans son esprit. Concentré sur l'ennemi, il se protégea d'une barrière magique et courut à découvert avec pour ferme intention de détourner son attention sur lui. De toute façon si cette fille était encore vivante, elle ne tiendrait pas bien longtemps sans renforts. Se craquant la nuque d'une mine provocatrice, il retint un frisson lorsque le démon poussa un hurlement caverneux, à mi-chemin entre la souffrance et la rage.

« Tout ira bien. » Ne cessait-il de se répéter dans l'espoir que son souhait se concrétise. Le regard ancré sur la créature, Siha refusait de baisser la tête ou se laisser dévorer par la peur.

Bien ancré sur ses appuis, il enfonça son bâton dans le sol et laissa s'abattre sa magie comme un marteau de frustration et volonté trop longtemps contenues. La terre se fendit d'une profonde zébrure prête à engloutir cette aberration de l'Immatériel.

« Si vous êtes encore là, c'est le moment de courir ! » Dit-il à l'encontre de l'inconnue qu'il espérait trouver encore en vie.



Dialogue en #ffffcc

Voir le profil de l'utilisateur
[SMJ Siha] Dareth Shiral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Plaines Exaltées-
Sauter vers: