en haut du forum
en bas du forum



Codex Chantrie

Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:00

Codex entry :
- Histoire de la Chantrie -

Définition :

La Chantrie est l'organisation religieuse dominante dans Thedas. Elle est basée sur le Cantique de la Lumière , une série d'enseignements écrits par Andrasté, la prophétesse du Créateur, et a été fondée par Kordilius Drakon, le premier empereur d'Orlais. Ses adeptes sont connus comme Andrastiens. "Chantriste" est aussi un adjectif acceptable pour se référer à quelque chose ou quelqu'un qui est de la religion de la Chantrie.

L'objectif de la Chantrie est de répandre le Cantique de la Lumière aux quatre coins du monde, qui inclut les non-humains aussi. La vue de la Chantrie sur les autres espèces est de les sauver car ils se sont détournés encore plus loin de la grâce du Créateur que l'humanité. Les elfes étaient, et dans certains cas sont encore, païens et les nains vénèrent la Pierre. Il est dit qu'une fois que tous les peuples auront accepté le Cantique et pratiqué ses enseignements, le Créateur sera de retour dans le monde et le fera revenir à son état glorieux passé.

Le calendrier de la Chantrie est utilisé partout dans Thedas, sauf dans l'Empire Tevintide, et est la source des noms des Âges.

Les rites funéraires de la Chantrie impliquent la crémation. Comme le corps d'Andrasté a été brûlé, et son esprit s'est élevé sur le trône au côté du Créateur, ce sera aussi celle de ses disciples. Il peut aussi être utilisé pour conjurer la possibilité que le cadavre puisse faire l'objet d'une possession démoniaque.

Fondation de la Chantrie :

Kordillus Drakon, roi de la cité-Etat d'Orlaïs, était un homme à l'ambition peu commune. En l'an -15 des Anciens, le jeune souverain entama la construction d'un grand temple dédié au Créateur et jura qu'à son achèvement, il aurait non seulement uni les cités-Etats rivales du Sud, mais aussi propagé le culte andrastien partout ici-bas.

En -3 des Anciens, le temple était terminé. En son sanctuaire, Drakan s'agenouilla devant la flamme éternelle d'Andrasté et fut couronné souverain de l'Empire orlésien. Son premier acte en tant qu'empereur fut de déclarer la Chantrie religion andrastienne impériale.

Il fallut trois ans et plusieurs centaines de votes avant qu'Olessa de Montsimmard ne fût nommée à la tête de la Chantrie. Lors de son sacre au titre de Divine, elle prit le nom de Justinia, en l'honneur de la disciple qui avait recueilli les chants d'Andrasté. Le monde entrait alors de plain-pied dans l’Ère des Divines.

Tiré de Férelden : folklore et Histoire de soeur Pétrine, érudite chantriste.

Historique :

Quand Andrasté est morte en martyr, autour de sa légende a grandi un culte appelé «la Chantrie», et avec elle, le Cantique de la lumière.  Les prêtres de ce culte étaient opprimés jusqu'à ce que la Chantrie ait été officialisée par Kordillus Drakon, le premier empereur de l'Empire Orlesien, qui a établi la foi Andrastienne comme religion nationale. Trois ans plus tard, la première Divine, Justinia I, a été déclarée. Les succès militaires de Drakon pendant le Second Enclin ont considérablement élargi les frontières d'Orlais, et peu de temps après les terres conquises ont été converties à la foi. Bien que ces terres vont plus tard se libérer de la domination Orlesiaenne après la mort de Drakon, la pratique religieuse demeure.
Au cours de l' Age des Tours, un débat a eu lieu dans la Chantrie pour savoir si Andrasté était vraiment divine. C'est en grande partie la croyance de la Chantrie Imperiale qu'elle ne l'était pas qui a conduit au schisme au sein de la Chantrie et à la création éventuelle de la Chantrie impériale comme une religion distincte.

Avec autant d'influence sur le peuple, la Chantrie peut également exercer une pression politique considérable sur les classes dirigeantes dans de nombreux domaines de préoccupation. En ces temps extraordinaires, et par respect pour Andrasté, la Divine peut également être amenée à déclarer une Marche Exaltée. Ces croisades ont mobilisé des armées de milliers de soldats pour détruire les ennemis hérétiques de l'Enclin. La première Marche après la mort d'Andrasté fut contre les elfes de Dalatie et la plus récente étant dirigée contre les Qunari.

En 9:40 Dragon, l'existence de la Chantrie se tient sur les bords d'un gouffre, après plus de neuf cents ans de relative stabilité. Cela est dû à l'éclatement de la guerre Mage-Templiers.

Source : Les manuscrits de Dragon Age




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:00

Codex entry :
- Organisation de la Chantrie -

Hiérarchie :

Sur la base qu'Andrasté était une femme, le sacerdoce de la Chantrie est entièrement composé de femmes. Les hommes peuvent être des frères, servant d'universitaires et des initiés, mais c'est un poste subalterne et non-ordonné. Ceux qui ont reçu l'instruction religieuse et martial en étant élevé dans la Chantrie peuvent devenir templiers. A la tête de la Chantrie se trouve la Divine, qui dirige de son siège dans la grande cathédrale de Val Royeaux. En dessous d'elle les grands clercs, dont certains gèrent les chantries des grandes villes de chaque pays.

- La Divine : La Divine est le chef attitré de la Chantrie, bien que depuis le schisme entre Val Royeaux et l'Empire tévintide, il existe de facto deux Divins simultanément : une femme que l'on appelle officieusement la Divine blanche, qui siège à la Grande Cathédrale de Val Royeaux, et le Divin noir, un homme qui trône dans la Flèche d'argent de Minrathie.

Ni la Divine, ni le Divin n'acceptent de reconnaître l'autre et les noms officieux passent pour sacrilèges. Homme ou femme, on appelle toujours un Divin "votre Sainteté" ou "votre Perfection".

- Grand Clerc : Juste après les Divins viennent les Grands prêtres (Grandes prêtresses dans la chantrie Andrastienne). Chacun préside sur de nombreuses chantries et représente la plus haute autorité religieuse à l'échelle régionale. Ils se rendent à Val Royeaux lorsque le Collège des prêtresses tient assemblée (Chantrie Andrastienne) ou à la flèche d'argent de Minrathie (Chantrie impériale), mais restent la plupart du temps au poste qui leur a été attribué. Il convient de s'adresser à un grand prêtre par "votre Grâce" ou "votre Excellence".

- Pères et Mères : Vient ensuite la Mère (ou, dans la Chantrie impériale, le Père). Si une Mère se voit confier une chantrie donnée, le terme "Révérende" est antéposé à son titre. Il s'agit là des prêtresses responsables du salut de leurs fidèles. Une Mère ou Révérende-Mère est appelée "votre Révérence".

- Frères et Sœurs : Frères et Sœurs forment le tout-venant de la Chantrie. Ils sont répartis en trois groupes principaux : confirmés, initiés et prêtres.

- confirmés : Les confirmés sont les Frères et Sœurs convers de la Chantrie, les petites gens qui se sont tournés vers la foi pour y trouver le secours. Ce sont souvent des individus qui ont mené une vie difficile ou impie et ont choisi de vivre en reclus, voire des orphelins et autres infortunés qui ont été élevés au sein de la Chantrie. Les confirmés s'occupent de la Chantrie en échange d'une vie de méditation et de tranquillité, loin de toute indiscrétion.

- initiés : Seuls ceux qui prononcent leurs voeux deviennent initiés. Il s'agit là d'hommes et de femmes qui étudient les sciences de l'esprit et les disciplines martiales. Tous les initiés reçoivent une éducation académique, mais seuls ceux qui souhaitent devenir templiers apprennent à combattre.

- prêtres : Véritables érudits de la Chantrie, les prêtres ont voué leur vie à la poursuite du savoir. On les trouve souvent dans les archives, à superviser les bibliothèques et autres dépositaires de savoir ancestral. Les plus âgés de ces prêtres, à qui l'on confie de telles archives, portent le titre de "doyen", bien qu'un tel rang reste inférieur à celui de mère. Tous les autres frères et soeurs sont appelés en antéposant leur titre à leur nom, par exemple "frère Génitivi".

Il est à noter en outre que le tutoiement est de mise au sein de la Chantrie ainsi qu'envers autrui, indépendamment de son rang et de son origine ; car aux yeux de la Chantrie, nous sommes tous frères et sœurs. Il reste néanmoins conseillé de vouvoyer les chantristes, sous peine de devenir immédiatement candidat à un prosélytisme effréné.




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:01

Codex entry :
- Le Mythe du Créateur -

Le Créateur Dieu tout puissant :

Le Créateur est l'entité adorée par la Chantrie. Il est tout puissant et a créé toutes choses, mais il s'est détourné des Hommes. La Chantrie estime que c'est la faute de ses créations. Il répondra de nouveau à leurs prières lorsqu'il les en jugera dignes.

Le premier monde que le Créateur créa fut l'Immatériel et ses premiers enfants furent les esprits. Il se détourna pourtant d'eux car ces derniers étaient dénués d'âme et n'avaient aucune imagination : leur monde ne changeait pas. Alors le Créateur créa un second monde où il plaça ses seconds enfants, qui possédaient l'étincelle divine, capables d'imaginer, d'inventer et de créer. Il sépara ses mondes par un voile.

Mais alors le premier pêché a été commis : des êtres malfaisants, les Anciens Dieux, murmurèrent à l'oreille des hommes qui se détournèrent de leur Créateur. Ce dernier enferma alors les Anciens Dieux sous terre, et se détourna des Hommes, quittant alors son trône. Les mages de l'Empire Tévintide dans leur arrogance trouvèrent un moyen de pénétrer dans la Cité d'Or, la cité du Créateur dans l'Immatériel, car les Anciens Dieux leur avaient enseigné la magie du sang. Mais ils ne firent que la souiller de leurs vices et furent précipités sur terre par le Créateur qui les transforma en engeances.

Plus tard Andrasté, la prophétesse, parvint à convaincre le Créateur de pardonner à ses enfants, mais celle-ci fut trahie par Maphérath, son mari, et le Créateur se détourna à nouveau des hommes. Il est dit qu'il recueillit Andrasté auprès de lui et en fit sa femme.

La Chantrie enseigne qu'un jour, lorsque le Cantique de la lumière sera célébré partout, le Créateur reviendra, transformant le monde en un paradis. Cependant seuls ceux qui suivent les enseignements d'Andrasté y auront le droit, les autres devront errer dans l'Immatériel.

C'est l'une des raisons évoquées pour justifier les Marches Exaltées contre les elfes qui refusaient de reconnaître et d'adorer le Créateur.

Bien que beaucoup croient en le Créateur, de nombreuses personnes ne partagent pas ce culte : certains humains, les elfes dalatiens, les nains et les Qunaris en sont un exemple, chacun possédant leurs propres croyances.

Même Justice, un esprit rencontré lors de DAO Awakening, indique que les esprits ignorent si le Créateur existe. Il précise que les esprits qui y croient ne le font que parce qu'ils l'ont vu dans les rêves des mortels. Les démons, eux ne s'en soucient pas, et vont jusqu'à affirmer que la Cité d'or et le Créateur n'existent pas, et que le Cantique de la lumière est stupide et arrogant.

Source : Les manuscrits de Dragon Age




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:01

Codex entry :
- Le Mythe d'Andrasté -

La prophétesse du Créateur :

Jadis existait sur la côte de la Mer d'écume un minuscule village de pêcheurs dont l'Empire tévintide réduisit les habitants en esclavage et les vendit sur les marchés de Minrathie, en n'épargnant que vieillards et infirmes. Parmi les captifs, la jeune enfant Andrasté.

Elle grandit donc esclave en une contrée lointaine, puis un jour parvint à s'échapper et entreprit seule le long et périlleux voyage pour s'en retourner en sa terre natale. D'esclave, elle devint femme d'un seigneur alamarri.

Chaque jour, elle élevait aux dieux un chant pour les implorer d'aider les siens, restés esclaves à Tévinter. Les faux dieux des montagnes et des vents ne daignaient pas lui répondre, mais le Dieu véritable vint à elle.

Le Créateur parla. Il lui montra tout ce qu'Il avait fabriqué de Sa main : l'Immatériel, le monde et toutes les créatures qui les peuplaient. Il lui fit voir que les hommes L'avaient oublié, qu'ils adoraient idoles muettes et démons, et qu'Il les avait abandonné à leur sort. Mais sa voix Lui était parvenue et L'avait à ce point ravi qu'Il lui offrait une place à Ses côtés, en souveraine de la création.

Mais Andrasté ne pouvait se résoudre à abandonner son peuple. Elle supplia le Créateur de revenir parmi Ses enfants, de les sauver du cruel Empire tévintide. A contrecœur, le Créateur accepta de donner aux êtres humains une seconde chance.

Andrasté s'en retourna auprès de son époux, Maférath, et lui répéta tout ce que le Créateur lui avait révélé. Ensemble, ils rallièrent les Alamarri et marchèrent sur les seigneurs-mages de l'Empire, le Créateur à leurs côtés.

L'épée du Créateur était la création elle même : feu et inondation, famine et tremblements de terre. Partout où ils allaient, Andrasté répandait la bonne parole du Créateur et les disciples d'Andrasté se faisaient de plus en plus nombreux, jusqu'à devenir une véritable marée qui se déversa sur l'Empire. Mais lorsque Maférath s'aperçut que toute l'attention était posée sur Andrasté, le serpent de la jalousie enserra son cœur.

Enfin, les armées d'Andrasté et de Maférath parvinrent aux portes de Minrathie, mais Andrasté n'était plus avec eux.

En effet, Maférath avait livré en secret Andrasté aux Tévintides ; en contrepartie, l'archonte lui donnait toutes les terres au sud de la Mer d'écume.

Ainsi donc devant toutes les armées alamarri et tévintides, Andrasté fût attachée à un bûcher et brûlée vive tandis que son époux ici-bas faisait détourner les yeux de son armée, car son coeur avait été dévoré. Mais en contemplant le bûcher, l'archonte fut pris de pitié pour Andrasté. Il dégaina son épée et lui offrit la miséricorde d'une mort rapide.

Le Créateur pleura la mort de Sa bien aimée, maudit Maférath, maudit la trahison de l'humanité et se détourna à nouveau de Sa création en n'emmenant avec Lui qu'Andrasté. Depuis lors, notre Dame siège à Ses côtés et l'exhorte inlassablement à avoir pitié de Ses enfants.

Tiré des Sermons de Justina II.

La suite du Récit :

La mort d'Andrasté fut le second pêché de l'humanité, mais elle fit tomber l'Empire et créa la Chantrie.  

L'archonte tévintide Hessarian qui avait fait exécuter Andrasté et lui avait finalement offert une mort rapide par l'épée, fut le premier à se convertir au Cantique de la lumière. Selon le Cantique il aurait pris conscience de son erreur. L'épée est devenue symbole de miséricorde dans la tradition andrastienne.

Andrasté avait des fils, qui moururent tous dans les guerres civiles qui déchirèrent le sud après la mort de Maférath (dont le nom est désormais synonyme de trahison). Il y eut de nombreux prétendants se disant descendants de la Prophétesse mais ils furent tous désavoués par la Chantrie. A ce jour on ne prête à Andrasté aucun héritier de sang.

Un temple fut érigé autour de ses cendres, protégé par un Gardien qui défie les Ages. Ce temple commémore sa mémoire et empêche quiconque de profaner ses vestiges.

De nombreuses années plus tard des rumeurs ont commencé à circuler sur les propriétés curatives des cendres et beaucoup se sont mis en quête de l'urne.

Le frère Genitivi, l'un des érudits les plus célèbres de la Chantrie, connu pour ses écrits sur ses voyages dans tout Thédas, a finalement remonté la trace de l'urne à force de recouper les diverses légendes des régions que l'urne aurait traversé entre Minrathie et son temple commémoratif.

Par ailleurs un livre intitulé "A la recherche de la véritable prophétesse" émet l'hypothèse qu'Andrasté était en réalité une puissante mage, et non le choix du Créateur. Ce qui expliquerait la position d'Andrasté sur la magie et ses dangers, alors que la plupart des humains sont incapables ou refusent de dissocier bonne et mauvaise magie, ayant peur de tout... Andrasté a dit que "la magie doit servir l'homme et non l'asservir". Ce livre aurait été sauvé d'un incendie à un moment de son existence, ce qui suggère qu'il y aurait une opposition farouche à toute représentation d'Andrasté qui ne va pas dans le sens de celle de la Chantrie. Cela fait également écho aux cendres redonnant la vie et serait une explication possible.

Source : Les manuscrits de Dragon Age




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:01

Codex entry :
- L'ordre des templiers -

Origine de l'ordre :

La plupart des gens ne se souviennent pas d'un Ordre des Templiers par le passé. Pourtant à l'époque où la Chantrie était encore jeune, ils étaient connus sous le nom d'Inquisiteurs et arpentaient le pays à la recherche des les dangers pour l'humanité, lorsqu'ils avaient pris la forme de mages du sang, d'abominations, de fervents de culte ou d'hérétiques. Ce fut un temps sombre et terrifiant dans l'histoire de Thédas, qui n'a pris fin que lorsque la Chantrie a convaincu l'Inquisition de s'unir sous la bannière de leur foi commune. Cet accord, l'Accord du Nevarra, a été conclu en 1:20 Divine. L'Inquisition a ensuite été divisée en deux groupes : les Chercheurs de Vérité et l'Ordre des Templiers, dans le but pour l'Ordre de devenir des gardiens plutôt que des chasseurs.

L'Ordre est composé de nombreuses branches, chacune d'entre elles centrée autour d'une communauté ou d'une région, ils sont dédiés à la défense et la surveillance. Les Templiers peuvent être affectés à des Cercles de mages mais aussi à des chantries individuelles. Chaque branche principale de l'organisation est dirigée par un Chevalier-capitaine. En Thédas il y a 15 Chevalier-capitaines, qui répondent à leur tour à la tête de la chantrie locale, souvent une grande prêtresse, en fonction de la région en question. La taille et la force de chaque branche se distingue également, en fonction de la communauté qu'ils servent ou de leur mandat spécifique. Par exemple, les templiers présents dans Lothering sont peu nombreux, et peuvent en fait être une petite unité au sein d'un grand chapitre. Pendant ce temps, les templiers affectés à veiller sur les Cercles de mages en Férelden et à Kirkwall sont beaucoup plus puissants, et dans le cas de Kirkwall, peut-être plus puissants encore que le gouvernement civil de la ville.

L'Ordre lui-même est régenté par la Divine de Val Royeaux, par l'intermédiaire d'un Seigneur-Chercheur.  Cependant, il existe d'autres sources qui suggèrent que l'Ordre est en fait dirigé par une série de Chevaliers-Divins, une division au sein de l'Ordre qui servent directement sous la Divine elle-même. En plus d'appliquer les règles, ces Chevaliers doivent superviser au jour le jour les opérations. Au-dessus de l'Ordre des Templiers, mais distincts, on trouve les Chercheurs de Vérité qui agissent comme « observateurs des veilleurs », fournissant la reddition de comptes pour les Templiers.

Description de l'ordre :

Bras armé de la Chantrie, l'Ordre des templiers a la réputation d'être stoïque et inflexible. Capables de dissiper et résister à la magie en sus de leurs puissantes aptitudes martiales, les templiers ont pour vocation principale de traquer les apostats, ces mages qui refusent de se plier à l'autorité du Cercle, ainsi que de lutter contre mages du sang et abominations.

Si les mages vouent souvent une certaine rancoeur aux templiers qui symbolisent la férule de la Chantrie sur la magie, les habitants de Thédas les considèrent comme des sauveurs et des guerriers saints, champions de toutes les vertus, armés d'une piété suffisant à protéger le monde des ravages de la magie impie.

En réalité, l'Ordre recherche avant tout des guerriers chevronnés dotés d'une dévotion sans faille envers le Créateur, le sens moral n'étant pas le critère de choix principal : en effet, les templiers doivent faire preuve d'une certaine distance émotionnelle vis-à-vis de leurs missions, or la ferveur religieuse convient mieux à cette fin qu'un sens aigu de la moralité qui risque de les mener à contester certains ordres difficiles.

Les templiers tiennent leur puissance du lyrium, un minerai que l'on dit source de toute création. Tandis que les mages s'en servent pour leurs sorts et rituels, les templiers l'ingèrent pour améliorer leur résistance à la magie. L'utilisation du lyrium est régulée par la Chantrie, mais cela n'empêche pas certains templiers de souffrir d'une dépendance dont les effets comprennent paranoïa, obsession et démence. C'est en toute connaissance de cause que les templiers se soumettent à ce "traitement" au service de l'Ordre et du Créateur.

C'est cette piété aveugle qui effraie le plus les mages lorsqu'ils s'attirent l'attention des templiers : il est alors impossible de les raisonner et, pourvu qu'ils soient préparés, la magie est quasiment sans effet sur eux. Poussés par la foi, les templiers sont l'une des forces les plus craintes et les plus respectées de Thédas.


Extrait du Bon à distinguer des récurrences de Halden,
Premier Enchanteur d'Osterburg, 8:80 des bontés.


Le rôle des templiers

Les Templiers ont juré de protéger le monde contre les dangers de la magie, mais ils protègent aussi les mages du monde extérieur, un monde qui a peur de ces utilisateurs de magie pour de très bonnes raisons.

C'est le rôle des Templiers de repérer des signes de faiblesse ou de corruption chez les mages et, auquel cas, d'agir sans hésitation pour le bien de tous.

L'une des tâches les plus importantes de l'Ordre se produit au cours du rituel de passage d'un mage. Pendant cette épreuve, un templier veille sur le corps du mage, prêt à le tuer si une possession démoniaque se produit. En outre, les Templiers sont responsables de la recherche de nouveaux mages qui viennent d'avoir leur pouvoir afin de les faire entrer dans le Cercle. Inévitablement, l'Ordre doit également poursuivre les mages qui parviennent exceptionnellement à s'enfuir. Ils peuvent suivre les fugitifs en utilisant leur phylactère contenant leur sang, qui permet de les pister.  

Les Templiers sont des adversaires idéals pour les mages, après avoir été formés spécifiquement pour contrer la magie. Ils ont des capacités de dissipation de la magie et d'inhibition des sorts, et ils développent une immunité à la magie considérable, principalement par l'ingestion de lyrium. Ironie du sort, ces capacités pourraient être considérées comme une forme de magie en elles-mêmes.

Dans le cas extrême où un Cercle entier de mages devient corrompu, les Templiers ont également accès au Droit d'oblitération, qui les autorise à « pacifier » ou tuer tous les mages dans une tour du cercle. A utiliser dans le cas où le chaos total a été déclenché par les mages et où il n'existe aucune chance pour que quiconque dans le cercle puisse être sauvé.

Le pouvoir considérable que l'Ordre détient sur les mages conduit parfois à des accusations de tyrannie et d'abus, puisque l'équilibre entre la protection et l'oppression des mages est précaire. Néanmoins, selon la Chantrie, un tel prix doit être payé pour la sécurité qu'offrent les templiers.

Les Templiers passent par un processus rigoureux de recrutement et d'endoctrinement, souvent dans des refuges monastiques isolés de la société du quotidien. Bien que la majorité de leurs membres soient des hommes, des femmes templières existent également, ayant choisi de servir le Créateur comme défenseure de la foi plutôt que comme guide spirituel pour la communauté. Les templiers font vœux de chevalerie, mais ceux-ci ne comprennent pas de vœu de chasteté. Il leur est néanmoins déconseillé de se marier ou d'élever des enfants, car il est impossible pour eux de vivre en dehors de l'enceinte où se trouvent ceux qu'ils doivent garder. Quelques unions sont parfois permises, à condition que le conjoint du templier possède des moyens, par exemple des terres ou un titre. Épouser un autre templier ou un mage dans le cercle même serait considéré comme de la fraternisation au sein des rangs et de ce fait la demande d'union reçoit rarement une permission.

L'utilisation de lyrium pour leurs fonctions engendre comme dit précédemment une dépendance dont les effets peuvent se manifester dans les 1 à 2 mois après l'arrêt de la consommation. Donc oui, on peut clairement dire que la Chantrie par cette méthode contrôle les Templiers car c'est la Chantrie principalement qui fournit le lyrium aux Templiers.

Source : Les manuscrits de Dragon Age




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:02

Codex entry :
- Le cercle des mages -

Origine des Cercles de mages :

C'est suite à la première Inquisition que le premier Cercle de magie fut fondé. En 1:20 de la Divine, les Chercheurs de Vérité, qui avaient à cœur de maintenir une justice égale entre mages et non-mages, et la Chantrie Orlésienne signent les Accords de Nevarra. Ces accords donnent un corps armé à la Chantrie, les Templiers, et donnent un nouveau lieu de vie aux mages, les Cercles. Dans le même temps, les mages se voient interdits de tout accès aux fonctions politiques des différents pays.

Le but des Cercles de mages est de protéger les mages des agressions des non-mages et de les éduquer afin qu'ils maîtrisent leurs pouvoirs et ne risquent pas de se faire posséder. La réciproque est également vraie, en cela que les mages ne peuvent vivre en dehors des Cercles et ne risquent donc pas de faire usage de leurs pouvoir sur les civils. Les Templiers et Chercheurs de Vérité continuent de veiller au grain et envoient tout mage au Cercle, un refus d'obtempérer étant passible de mort ou d'emprisonnement.

Aux premières heures des Cercles, la plupart des mages approuvaient leur création, instaurant ainsi la plupart des lois sur la magie. Les Cercles sont depuis lors à la fois des écoles, des bibliothèques recelant la plupart du savoir magique, un lieu de vie pour les mages et une prison pour ceux qui refuseraient de se soumettre à leur devoir.

Fonctionnement et hiérarchie :

Les Cercles de mages sont généralement logés dans d'immenses bâtiments, car ils abritent les mages, mais aussi suffisamment de Templiers pour les surveiller et autant de serviteurs pour préparer les repas, faire le ménage, ranger les étagères... Une prison occupe généralement les sous-sols d'un Cercle, les mages les plus dangereux ou rebelles y étant enfermés, parfois temporairement, parfois plus durablement. Au sein d'un Cercle, chaque mage est libre de mener les recherches qui lui chante, sous la direction de ses supérieurs.

Les Cercles, bien que supervisés par des Templiers, sont indépendants et ont leur propre "gouvernement" interne. A la tête d'un Cercle des mages, on trouve le Premier Enchanteur qui assume ce rôle à vie et a le droit de désigner son successeur "librement", même s'il se doit d'écouter les suggestions des Templiers. Le Premier Enchanteur est responsables des actes des mages et de son Cercle. C'est lui qui peut autoriser certains mages de son Cercle à sortir pour aider à lutter contre des engeances, par exemple.

Les Premiers Enchanteurs de chaque cercle forment ensemble le Conseil des Mages, qui se réuni au cours d'un Conclave annuel pour discuter du fonctionnement des cercles et de la situation des mages en général. Le Conclave peut également se réunir si un événement majeur pour les mages se produit. Au-dessus des Premiers Enchanteurs se trouve le Grand Enchanteur. Ce poste est octroyé à un seul mage, élus par les Premiers Enchanteurs mais pas parmi les Premiers Enchanteurs. Le Grand Enchanteur agit comme un conseiller auprès de la Divine, et est également le leader de l'ensemble des mages. Le Grand Enchanteur a le privilège unique de pouvoir se déplacer librement dans tout Thédas, même s'il doit informer les Templiers de ses déplacements.

Les mages se répartissent ensuite en trois grades. Les Apprentis sont les jeunes mages qui viennent de rejoindre le Cercle, ils apprennent à maîtriser leurs pouvoirs et sont également étroitement surveillés car ils n'ont pas encore prouvés qu'ils pouvaient résister aux démons. Les mages de rang Junior sont des mages ayant fait leurs preuves. Les plus talentueux et respectables atteignent le rang de Senior et deviennent les mentors des Juniors, eux-mêmes mentor des Apprentis.

Mesures de sécurité :

Regrouper autant de mages dans un même lieu suscite tout de même des craintes, sans compter sur le fait qu'être mage est déjà un danger en soit, c'est pourquoi de nombreux garde-fous ont été instaurés. Le premier d'entre eux est évidemment le contingent de Templiers qui séjourne avec les mages dans le Cercle.

Chaque membres du Cercle, des Apprentis au Premier Enchanteur, doit fournir un échantillon de son sang pour fabriquer un phylactère. De fait, un phylactère est un artefact de magie du sang, mais il est autorisé par la Chantrie "pour le bien commun". A l'aide d'un phylactère, un mage ou un Templier est capable de retrouver un mage, ou même de lui lancer des sorts à distance. Le possesseur du phylactère est donc pratiquement en possession de la vie du mage. C'est pourquoi ceux-ci sont sous bonne garde à la fois des mages et des Templiers.

Rite de Confrontation :

Le rite de Confrontation, est une épreuve que doit accomplir un Apprenti après plusieurs années d'entrainement. Sous la surveillance de plusieurs mages et de Templiers, le mage doit se projeter dans l'Immatériel. Là, il est confronté à un démon qui tentera de le posséder. Si le mage réussit à lui résister, il est alors nommé mage de rang, et on sait qu'il a peu de chance de se faire posséder par la suite. S'il échoue en revanche... il se transforme en abomination et est immédiatement éliminé par les Templiers qui veillent sur cette Confrontation.

Un mage a le droit de refuser de passer le rite de Confrontation... mais dans ce cas il doit accepter de subir le rituel d'Apaisement, ou mourir.

L'Apaisement :

L'Apaisement, est un rite qui permet de couper la connexion d'un mage avec l'Immatériel. Ce rite permet de rendre un mage complètement inoffensif : il n'a plus de pouvoir et ne risque plus de se faire posséder. Ce rite est utilisé comme une arme par les Templiers envers les mages récalcitrant et est en quelque sorte ce qui garantis leur autorité sur les mages.

Un Apaisé est reconnaissable par la marque en forme de soleil sur son front, son ton monotone et son absence totale d'émotion. Ils peuvent toujours exercer leur libre arbitre, mais ne le font pas car dénués d'émotion, rien ne les poussent à agir à part la volonté des autres. La plupart des non-Apaisés trouvent leur sort horrible, mais un Apaisé n'éprouve aucun sentiment quant à sa situation. Les Apaisés restent généralement au sein du Cercle d'où ils viennent, agissant en tant que serviteur et maître d'enchantement. Ils peuvent également assister les mages dans leurs recherches.

Le droit d'Oblitération :

Le droit d'Oblitération est la mesure de sécurité ultime, il donne le droit aux Templiers de déclarer un cercle "corrompu" et "perdu". Ce faisant, ils ont alors tout droit pour éliminer tous les mages qui s'y trouvent, que ceux-ci résistent ou non.

Source : Dragon Age Saga




Voir le profil de l'utilisateur
Créateur
Le Tout-Puissant
- PNJ -
Messages : 655
Mar 8 Jan - 14:03

Codex entry :
- Les Fraternités -

Description :

Les mages qui s'intéressent à la politique et veulent avoir une influence sur la destinée des mages rejoignent généralement une Fraternité. Ces dernières sont des lobbys pouvant faire pression sur les Conclaves de mages et avoir un réel impact sur des sujets tels que l'indépendance des mages. Lorsque des décisions importantes doivent être prises, il est courant qu'un représentant de chaque fraternité s'exprime et donne un vote.

- Aequitariens : C'est la Fraternité qui compte le plus de membres. Ses mots d'ordres sont modération et rationalité. Ils cherchent évidemment à améliorer la condition des mages, mais pas à n'importe quel prix et surtout pas en affrontant brutalement les Templiers. Ils préfèrent élaborer des stratégies sur le long terme qui devraient mener à une reconnaissance définitive des mages. On note parmi eux Irving, premier Enchanteur du cercle de Férelden, et Wynne, une mage célèbre pour avoir vaincu l'Archidémon Urthemiel au côté du héros de Férelden. La voix de cette dernière inspire de nombreux mages qui se rangent souvent de son côté.

- Libertaires : C'est une Fraternité comptant de plus en plus de membres à mesure que les pressions sur les mages se font croissantes. Ils aspirent à plus de liberté et de pouvoir pour les mages, certains d'entre eux sont même pour une indépendance totale des cercles. Un de leur membre connu est Fiona, le Grand Enchanteur des Cercles et anciennement Garde des Ombres.

- Loyalistes : La plupart des Loyalistes considèrent leurs pouvoir comme une malédiction. Souvent très dévots, ils fréquentent régulièrement la chapelle du Cercle et sont les plus loyaux à la Chantrie. Ils défendent généralement les décisions des Templiers, quand bien même ces derniers souhaiteraient tous les transformer en Apaisés ou les passer par le fer.

- Lucrosiens : Les Lucrosiens priorisent l'accumulation de fortune, afin de gagner en influence politique. Ils sont peu nombreux.

- Résolutionnistes : L'ordre le plus récent et qui fait le plus de bruit. Nés des rangs des Libertaires, les Résolutionnistes prônent une séparation totale des cercles et des templiers, voire même de la société afin de pouvoir pratiquer leur magie en toute liberté, sans avoir de comptes à rendre à qui que ce soit. C'est le seul ordre qui accepte des apostats dans ses rangs, et aident des mages à s'enfuir des Cercles. Certains parmi eux sont considérés comme des terroristes.

Il existe bien d'autres Fraternités "mineures", mais elles suivent généralement le vote de la grande Fraternité dont elles se sentent le plus proche. Lors d'un vote c'est souvent les Aequitariens et ceux qui les suivent qui ont le poids le plus important, pouvant faire pencher la balance du coté des Loyalistes ou des Libertaires qui sont à peu près à égalité en nombre de votes.

Source : Dragon Age Saga




Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Codex Chantrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Codex Levan] Chapitre 9 – Des modalités internes
» Planing des nouveaux codex
» CODEX Livre VI : Des institutions provençales
» [Abrogé] Codex II
» [Codex Levan] Prologue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Le temple de Mythal :: Règlement et contexte :: Codex-
Sauter vers: