en haut du forum
en bas du forum



Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek)

Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 559
Dim 14 Avr - 16:40


Ha oui... le Négociateur!


Le temps était plutôt beau bien que venteux sur Térébinthe. Les gardes s'affairaient en entrainement, en retour de patrouille et en préparation. Tout le campement était en pleine émulation, et même Barkspawn et Donovan n'étaient pas dans nos pattes avec leurs facéties. Une expédition dans les Tréfonds était prévue dans un mois, et il ne fallait pas lésiner sur les préparatifs. De mon côté, je n'en menais pas large, devant une dernière fois me plonger dans les papiers la journée pour ensuite pouvoir m'entrainer comme il se doit. Dans ce qui me servait de bureau, assise de façon nonchalante sur la chaise avec un verre dans une main et une liasse de papier dans l'autre, je donnais mes ordres à celui qui prenait peu à peu la rôle de Sénéchal.

"Envoyez ce rapport à l'Inquisition, et faites livrer cette caisse à Val Royeaux. Recontactez également les marchands et les nobles, nous avons besoin d'un meilleur matériel pour les Tréfonds. "

Alan acquiesçais, restant debout devant la table et prenant les papiers que je lui donnais. Je buvais un peu de vin, scrutant de mes yeux de démons les lignes de rapport sur les dernières activités Venatoris. Nous allions partir pendant un moment, plus d'un mois sans aucun doute, et il fallait assurer la sécurité du campement qui sera à moitié vide. Débarrasser la région des petits groupuscules de templiers rouges et de Vénatoris, rallier les promesses de certains nobles et marchands pour obtenir matériel et provision pour ce périlleux voyage... entrainer les recrues et former de nouveaux Gardes pour prendre la relève au cas où les choses tourneraient mal. Mais nous manquions terriblement de personnes... C'était notre plus grand faiblesse, des Gardes qualifiés et expérimentés. Avec la Brèche dans le ciel, il nous est devenu presque impossible d'aller de façon sûre dans l'Ouest d'Orlaïs pour pourchasser les quelques engeances à la surface, et donc s'entrainer sur des cas pratiques avant le grand plongeons. Venatoris, Templiers rouges... Ils étaient un vrai problème, et la guerre civile n'arrangeait pas les choses. J'avais bien amené des Gardes chasser du dragon pour s'entrainer à affronter un Archidémon, mais c'était loin d'être suffisant pour combattre une horde de hurlock ou bien des ogres. Je poussais un léger soupire, posant le rapport sur nos vivres quand un Garde entra dans la pièce, s'excusant de nous interrompre.

"Commandeur, un Garde de Weisshaupt est ici. Un dénommé Marek Valdhart. Il souhaite vous voir. "

Je fronçais des sourcils, mettant quelques secondes à me rappeler du nom. Puis soudainement, un grand sourire de prédateur se dessina sur mon visage, mes yeux pétillant de malice. Enfin une bonne raison pour mettre la paperasse de côté.

"Haaaa.... notre nouveau cul béni des Anderfels... Merci Gregory. Alan, allez l'accueillir et le mener à son baraquement pour qu'il dépose ses affaires. Puis faites le venir à mon bureau ensuite. "

Le premier Garde attendit qu'Alan repose certains papiers pour l'accompagner jusqu'au nouveau venu. De mon côté je finissais d'un trait mon verre de vin et me levais. Les choses vont être intéressantes... Il tombe à pic, et je me demande si ce recruteur a autant de balais dans le fondement que tous les Anders. Il y avait des choses que je devais absolument définir avec lui, car Orlaïs n'est pas à détrousser vulgairement pour avoir des Gardes. Il faut... un certain tact et doigté. De plus, j'étais contre de forcer des personnes à rejoindre nos rangs. Le prix à payer est tellement lourd... Je posais mon verre, prenant une fiole à ma ceinture et buvant une bonne rasade du liquide amer. Un peu de poison pour se mettre an jambe, et c'est repartit. J'avais un peu de temps avant qu'il n'arrive, ce qui me permettait de mettre un peu d'ordre dans tout ce foutoir. Je n'étais pas une grande adepte du rangement, le chaos étant pour moi une forme d'organisation à part entière. Enfin, pour ceux qui savent s'y reconnaitre... Les méthodes de travail chaotique sur les hommes et la stratégie que j'appliquais étaient sources de bien des questionnements, et je ne doutais pas qu'Emery avait dû en faire part à ses supérieurs. Mais bien que chaotiques, je donnais des résultats, et mes Gardes étaient en sécurité. C'est tout ce qui compte. A voir si le nouveau venu saura s'adapter, ou non ...

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513



Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Tumblr_nsbrawpUP51rqyyd5o1_1280



code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Marek Valdhart
Recruteur
- Gardes des ombres -
Messages : 73
Mar 16 Avr - 6:29


L'arrivée à Térébinthe fut salvatrice pour Marek qui ne finissait pas de maudire les douleurs qui traversaient son arrière-train, dues à une chevauchée appuyée ces derniers jours. Quelques groupes de Venatoris et de templiers rouges traînaient visiblement dans les parages et il avait du redoubler de prudence. L'engourdissement et la douleur s'évanouirent cependant rapidement une fois qu'il mit le pied à terre, pour son plus grand plaisir.

Il n'eut guère de mal à trouver le campement. La cité ou plutôt le port de Térébinthe était relativement modeste mais possédait un emplacement plus qu'intéressant, au pied du lac Célestine. Il finit par atteindre l'orée du campement des gardes locaux où il attacha sa monture, non loin de l'entrée. Le camp semblait grouiller d'activité. Des gardes s'entraînaient, d'autres transportaient du matériel ou revenait visiblement de patrouille.

Une bonne chose. songea Marek alors que les regards se posèrent sur lui à mesure qu'il progressait dans le campement. Ses origines étaient-elles à ce point visibles ou était-ce sa barbe mal entretenue et inégale qui dérangeait les orlésiens ? Quoiqu'il en fut, Valdhart finit par se diriger vers l'un des gardes qui semblait superviser l'entraînement.

“Bonjour camarade, entama Marek, de son accent à couper au couteau. Il maîtrisait bien la langue commune, nécessaire à son travail mais son fort accent et ses fautes de prononciation le trahissaient toujours rapidement.

- Je vous ai dit de- Oui ? Vous êtes ?, lui répondit l'homme en question, interrompant les directives qu'il distribuait.

- Marek Valdhart, Weisshaupt.” se contenta de rétorquer Marek. Quelques murmures retentirent, sans que Valdhart y prête attention. Il tira simplement un parchemin de sa besace, marqué du sceau des gardes, un mot de ses supérieurs au Commandeur Von Raijer pour attester de sa fonction et de sa venue en Orlaïs, il n'en connaissait pas la teneur et n'avait pas eu envie de l'ouvrir non plus.

Le garde le regarda, l'air dubitatif, puis finit par acquiescer : “Je vais voir si elle est disponible.” Il s'éloigna alors, laissant Marek sur place. Ce dernier en profita pour aviser les gardes qui s'étaient remis à l'entraînement. Certains continuaient de lui jeter des regards plus ou moins discrets et insistants. Gardant un visage froid et une posture droite, Marek riait intérieurement en pensant à ce qui pouvait bien se dire plus loin à son sujet. Il se plaisait à leur donner ce qu'ils attendaient de l'attitude d'un anders : dur, rigide, coincé. Beaucoup pensaient que Weisshaupt n'avait que faire des histoires du reste de Thédas et ils avaient raison : les gardes Anders préféraient largement se concentrer sur les problèmes directement sous leur nez, ignorant le reste, ce qui avait le don d'agacer Marek.

Au fond, bien plus ouvert et chaleureux, l'anders semblait être d'humeur taquine aujourd'hui. Ce n'est pas pour rien qu'on l'avait envoyé en dehors des Anderfels : lors de ses déplacements pour le recrutement dans les différentes provinces de Thédas  il avait démontré un certain intérêt pour les affaires du continent, s'y attardant souvent pour des histoires qui ne touchaient pas spécifiquement la garde des ombres. Cette attitude lui avait valu plusieurs remontrances et l'avait toujours privé du statut de vétéran malgré ses années de service. Au fond, Valdhart n'était pas mécontent de partir si longtemps de Weisshaupt, peut-être pour de bon.

Il lui restait maintenant à savoir comment il serait reçu en Orlaïs. Sa franchise naturelle et parfois malvenue risquait de mettre à mal les plus à cheval sur les manières. Quoique cela pourrait être drôle, songea t-il, laissant échapper un brin de sourire par inadvertance. Il comptait sur son entretien avec la Commandeur pour prendre la température de l'accueil. On la disait assez particulière : d'aucuns la nommaient le 6eme enclin. Une personnalité aussi extravagante que son nom à rallonge, pensa le garde, perdu dans ses pensées tandis qu'il avisait l'entraînement se déroulant devant ses yeux.

Il en fut tiré par le retour d'un autre garde qui accompagnait le premier et lui annonça que ses nouveaux quartiers étaient disponibles et qu'il pourrait y déposer ses affaires avant de rejoindre la Commandeur dans son bureau. La chambre qu'on offrit à Marek lui sembla relativement simple mais il n'avait pas besoin de plus. Il y déposa le peu qu'il avait emporté : son bouclier de fer, sa besace à laquelle il ôta la missive utilisée plus tôt ainsi que les quelques vivres qu'il lui restait du voyage. Il garda cependant son épée au flanc puis vint desserrer les sangles qui maintenaient le col de son uniforme fermement en place, se libérant ainsi plus d'air, exhibant à peine la chemise qu'il portait en première couche.  Il sortit finalement sans s'attarder au baraquement.

Le garde lui indiqua finalement le bureau du Commandeur Von Raijer :

“C'est juste là-bas, je vais vous annoncer.

- Inutile, répondit Marek, je vais me débrouiller ne vous en faites pas. Vous avez sûrement mieux au faire.”

Sans prendre le temps d'écouter sa réponse, Marek fila vers la porte indiquée par Alan, le saluant d'une paume de main à la volée. Il se rendit donc devant l'entrée du bureau de Tullia où il marqua une brève pause pour ajuster son ceinturon avant de toquer à la porte. En avant ! se dit-il, presque impatient. Il n'attendit toutefois pas de réponse pour entrer, annonçant d'un ton clair :

“Commandeur Von Raijer ? J'espère que je ne suis pas en retard.”

Voir le profil de l'utilisateur
Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 559
Mar 16 Avr - 16:30


Ha oui... le Négociateur!


Je n'eus pas à attendre bien longtemps, car à peine avais je mis deux verres à vin sur la table qu'un Garde entra, me hélant d'une voix un peu bourrue et décidée. Je souriais, me retournant pour le fixer. Mes yeux étranges se posèrent sur un gaillard solide, aux traits un peu rudes mais qui semblaient correspondre à ce que l'on peut attendre d'un Anders. De suite, je le mis à l'aise, parlant de ma voix chaude et conviviale d'Antivane.

"Le seul moment où vous avez été en retard, c'est lors du 5e Enclin. Alors maintenant, on n'est plus à une décennie près, fu fu fu ~ !"

Bon, la teneur de mes propos n'était certainement pas pour le mettre à l'aise. Au contraire, j'appréciais bousculer les nouveaux venus, surtout s'ils venaient des Anders. Mieux valait voir jusqu'où ils pouvaient aller avant de craquer, et s'ils auraient la souplesse de caractère suffisante pour supporter mes ordres. Je m'asseyais, lui faisant signe de faire de même sur l'autre chaise. Bien lancée, je continuais tout en dévisageant cet homme buriné.

"Garde Recruteur Marek Valdhart.... Nouveau négociateur venus tout droit des Anderfels... Je me demande quel supérieur vous avez du enrager pour que l'on vous envoie ici. Pas assez cul-béni pour eux, j'imagine ? "

Mes yeux se posèrent avec malice sur lui, ouvrant une bouteille de vin pour servir les deux verres et en pousser un vers Marek. De mon côté, je sortais ma gourde pour verser une rasade de poison dans le mien, n'ayant pas assez pris tout à l'heure. Cet homme allait peut être se retrouver dans le même état d'Esprit qu'Emery, à ne pas comprendre mes agissements. Mais il était là pour être recruteur, et non Sénéchal. Une telle compréhension n'était pas nécessaire. Qu'il s'entende bien avec les hommes et ait la bonne mentalité pour recruter en revanche, c'était ce que je voulais trouver chez lui. Et pour ça, il faut le faire parler. Je poussais un léger soupire, regardant mon verre et buvant une petite gorgée. L'astringence du rouge mêlée à l'amertume du poison, toujours un délice... Portant mon attention vers le Garde, je commençais donc mon interrogatoire. Ou entretien, comme certaines âmes sensibles préfèrent le dire.

" Enfin, au lieu de parler sur des spéculations, je suis bien plus curieuse de l'entendre de votre bouche. Allons, parlez et ne soyez pas timide. En général je ne mords pas, fu fu fu ~... "

Un clin d'oeil de malice, un sourire de prédateur... Non, il est rare que je morde. Sauf dans le lit de certains hommes pour mettre un peu d'ambiance. Mais ça, c'est une autre histoire...

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513



Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Tumblr_nsbrawpUP51rqyyd5o1_1280



code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Marek Valdhart
Recruteur
- Gardes des ombres -
Messages : 73
Mer 17 Avr - 5:47


Ha oui... le Négociateur!


Quand il entra dans le bureau, Marek n'eut pas de mal à trouver Tullia qui semblait occupée à la préparation de deux verres. Il croisa son regard, sur lequel il s'attarda : jamais il n'avait vu une paire de mirettes semblables à celles-ci. Des pupilles d'un bleu tranchant et vif, noyées dans un abysse totalement noir. C'était dérangeant de prime abord, mais surtout intriguant.

Jolis, songea Marek, il faudra que je pense à lui demander d'où elle tient cela, ça n'a pas l'air bien naturel.

"Le seul moment où vous avez été en retard, c'est lors du 5e Enclin. Alors maintenant, on n'est plus à une décennie près, fu fu fu ~ !"

Marek expira largement par le nez, amusé par la réflexion qui avait le mérite de viser juste, il fallait le reconnaître. Mais il n'était pas du genre susceptible et était trop absorbé dans l'étude des yeux du Commandeur, si bien qu'il n'eût pas le temps de répondre directement, laissant à Tullia le temps d'enchaîner :

"Garde Recruteur Marek Valdhart.... Nouveau négociateur venus tout droit des Anderfels... Je me demande quel supérieur vous avez du enrager pour que l'on vous envoie ici. Pas assez cul-béni pour eux, j'imagine ? "

La pique aurait été cinglante pour la plupart des chauvins gradés restés dans les Anderfels. Des gardes vétérans aigris et endurcis à la mode anders, forgés par la poussière et la chaleur qui battaient les plaines désolées. Marek les tenait en horreur et maudissait ceux qui prétendaient être le parfait exemple de la droiture alors qu'ils étaient sourds et muets au reste du monde.

" Enfin, au lieu de parler sur des spéculations, je suis bien plus curieuse de l'entendre de votre bouche. Allons, parlez et ne soyez pas timide. En général je ne mords pas, fu fu fu ~...  "

Décidément, elle avait la langue bien pendue. La Commandeur Von Raijer était visiblement loin de se douter de l'origine de sa venue en Orlaïs, ni des motivations qui le poussaient désormais. Il finit par dodeliner de la tête tandis qu'il avisait Tullia remplir les deux verres de vin, ajoutant un étrange liquide en plus au sien, il n'émit aucun commentaire à ce sujet et se contenta de répondre, souriant :

”Pour commencer, c'est vu et revu Commandeur, j'espère que vous avez de meilleures blagues en réserve. Et puis, je me rattrape regardez, je cours après le 6ème Enclin.

Quant aux motifs de ma venue, disons qu'ils  sont variés. Peut-être  ai-je  bel et bien froissé un supérieur  ou peut-être suis-je le seul capable de vous aider ? ”


Marek s'accorda une pause tandis qu'il toisait Tullia, ses propres yeux bleus rivés dans les siens, guettant ses expressions et son attitude. Il reprit finalement, l'air relativement affable, un léger sourire aux lèvres :

“Non, en vérité je suis venu de mon plein gré. Je n'ai froissé aucun cul-béni, c'est plutôt eux qui me courent sur les nerfs. Cela fait déjà plusieurs années que je parcours les sentiers et les routes en tant que recruteur. Je m'occupe aussi de former les jeunes gardes quand le temps me le permet. Aussi, je ne suis pas particulièrement spécialisé dans les négociations : le fait que vous en parliez trahirait t-il un besoin urgent ?”

Une nouvelle pause fut de mise pour Marek qui profitait de ces moments de blancs, courts, pour sonder Tullia du regard et tenter d'en saisir un peu plus sur elle. Le Commandeur avait de la verve, c'était certain, il fallait maintenant voir ce qu'elle attendait de lui. Au moins l'accueil était plutôt agréable, loin des faux-semblants et des fausses cordialités. Valdhart choisit ainsi de ne pas tourner plus longtemps autour du pot et d'en venir à l'essentiel :

“Enfin, pour résumer j'ai l'accord de Weisshaupt pour vous aider à regarnir les rangs de la garnison orlésienne.”

Marek vint déposer la lettre qu'il avait gardé en main près du verre de Tullia : une simple note signée et datée par son supérieur à Weisshaupt pour attester de la légitimité de son déplacement.

“Avant que vous ne demandiez : seulement moi car la garnison anders, aussi grosse soit-elle, continue de croire que tenir les engeances en respect et tourner le dos à tout le reste est suffisant. Seulement moi et surtout moi car je ne suis jamais resté bien longtemps à Weisshaupt depuis l'obtention du grade de recruteur, j'ai commencé à mettre le nez en dehors des Anderfels et ce n'est pas au goût de tout le monde, je suis devenu relativement inutile là-bas.

Mais assez parlé de moi désormais. A votre tour Commandeur.”
Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513


Voir le profil de l'utilisateur
Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 559
Mer 17 Avr - 21:38


Ha oui... le Négociateur!


Le Garde en face de moi resta bien calme. Pas la moindre expression d'exaspération, aucun tic d'indignation ou de colère. Non, ces yeux bleus restaient bien plantés dans les miens, sans la moindre frayeur ni hésitation. Malgré mes pics, il restait calme, et raillait au contraire sa propre garnison. J'aimais bien... Il ne cacha pas le motif de sa venue, ou du moins ne réprima aucune hypothèse sur sa venue. Cela me fis rire, car quoi qu'il arrive je pouvais m'amuser des deux.

" Ha ha ha ! L'un dans l'autre, cela me convient parfaitement..."

Je continuais de l'écouter. Ainsi, il ne se sentait pas à sa place au Nord, et leur attitude l'énervait également. Mes yeux perçant restaient posés sur lui, transperçant pour déceler le vrai du faux, ce petit sourire amusé toujours sur mes lèvres. Au moins, c'était un allié assez différent d'Emery. Peut être que nous pourrions nous entendre... Rien ne dit qu'il sera folichon, mais au moins je pouvais m'assurer qu'il était un minimum souple sur les principes des Gardes des Ombres. Tout ce que je demandais en fait. Il semblait avoir de l'expérience pour vadrouiller, ce qui était un avantage indéniable. Il saura plus facilement se débrouiller seul, mais également rester discret si nécessaire. Il rebondit sur le mot "négociateur" que j'avais utilisé plus tôt. Je souriais un peu plus avec malice, mes yeux brillant d'amusement. Si seulement il savait ce que je voulais dire avec ça...

" Peut être... Vous le comprendrez sans doute plus tard ~..."

Je buvais un peu de vin, ne quittant pas des yeux ce Garde. Il était franc, pragmatique et assez compassionné pour ne pas agir avec l'insensibilité d'un bourreau. Pour tuer des engeances ce n'est pas nécessaire, mais pour recruter, c'est une autre paire de manches. Un point que je devais tout de même éclaircir avec lui : ses méthodes de recrutement. J'avais ma propre opinion là-dessus, et je voulais que celle-ci soit respectée. Ce sujet de conversation sera pour plus tard cependant. Marek mentionna l'autorisation qu'il avait de sa garnison pour venir ici, et il me tendit une missive. Je fronçais légèrement des sourcils, posant mon verre et prenant le bout de papier. Je l'ouvris, lisais en diagonale une lettre des plus froide et raide, très protocolaire et sans âme. Je poussais un soupire, montrant très peu d'intérêt pour ces mots qui ne me faisaient ni chaud ni froid.

" Mh... Peu importe la paperasse, et ce que Weisshaupt pense. Comme si j'allais les écouter de toute manière ! "

Je roulais en boule le parchemin et le jetais d'un geste nonchalant derrière moi, avant de regarder de nouveau le Garde avec un sourire charmeur et des yeux pétillants. Ce qui m'intéressait, c'était lui. Pas sa garnison ni ses supérieurs.

" Vous ne semblez pas être de la même trempe que ces cul-bénis, et cela me plait déjà. Je peux comprendre ce sentiment de ne pas appartenir à son groupe. Vous le verrez par vous même, j'en suis sure ~ ... "

Il me demanda également d'en dire plus sur moi. J'en souriais un peu plus, un sourire de prédateur se dessinant sur mon visage et mes yeux se posant sur lui de façon plus perçante. Je me demandais ce que l'on avait raconté sur mon compte, que ce soit pour les rumeurs ou bien les rapports d'Emery. Quelque chose me disait que cela ne devait pas être flatteur, mais cela m'arrangeait. Je préférais avoir une mauvaise réputation, pour surprendre d'autant plus tout le monde. Je tenais d'autant plus à ce que l'on me sous estime et que l'on me trouve imprévisible, pour rester dans mon rôle d'agent du chaos. C'était difficile à comprendre pour beaucoup comme stratégie, car je me mettais à dos des ennemis mais également des alliés. Sauf que, parfois, il faut aussi savoir rester dans le flou et l'incertitude pour mieux agir. Et c'est comme ça que je réussissais. Plus de très gros coup de chances, je le reconnais. Mais c'est un talent comme un autre. Si je devais m'expliquer à Marek, je ne saurais pas où commencer. Mais bon, je pouvais toujours m'appuyais sur ce qu'il connaissait, et ce qu'il voulait vraiment savoir.  

" Quant à moi... Il y a bien des choses à dire. Mais par où commencer... Quelque chose en particulier vous intéresse ? Pour avoir entendu le surnom de 6e Enclin, vous devez avoir quelques questions... "

Je m'installais plus confortablement dans mon siège, reprenant mon verre de vin. Il ne me gênais guère d'être le sujet d'un interrogatoire. Tant que je reste celle qui tire les ficelles u jeu... Mais savoir ce que lui pensais de moi, vu de l'extérieur, était des plus intéressant et stratégique.

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513



Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Tumblr_nsbrawpUP51rqyyd5o1_1280



code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Marek Valdhart
Recruteur
- Gardes des ombres -
Messages : 73
Ven 19 Avr - 5:52


Ha oui... le Négociateur!


La Commandeur Von Raijer restait évasive jusqu'à maintenant. Avachie sur sa chaise, détendue. Rien que pour cela, elle aurait sûrement déplu aux culs-bénis anders, comme elle les appelait. Elle prit à peine le temps de lire la missive qu'il lui avait transmise avant de la rouler en boule et de la jeter sans plus de cérémonie. La nonchalance de cette femme l'amusait, ou peut-être bien qu'elle l'agaçait, il n'en était pas certain. Haussant les sourcils, Marek finit par répondre :

”Je vois que vous faites peu d'état de la missive. Elle ne devait pas être bien intéressante.”

Marek vint finalement s'abreuver d'une bonne première gorgée de vin, sans vraiment prêter gare à la qualité de la boisson. Il déposa ensuite les avant-bras sur la table devant lui, emprisonnant le pied de son verre entre ses mains toujours gantées tandis qu'il avisait de nouveau Tullia. Une nouvelle information floue, elle se plaisait décidément à entretenir le mystère et à ne rien laisser filtrer pour le moment. Le mettait-elle à l'épreuve ou était-ce simplement sa manière de faire ? Quoiqu'il en soit, le fait qu'elle évoque le sentiment d'appartenance à une garnison fit sourire l'anders, qui repensa à ses débuts dans la garde : il s'était vite émancipé du protocole de la garnison des Anderfels, grâce à la fonction qu'il avait su gagner. Il était convaincu du bien fondé et de la noblesse des buts de la garde mais tendait à questionner méthodes et organisations. Le recrutement lui permit de s'accorder divers écarts, loin des yeux et des oreilles des supérieurs de la garnison : il avait son code et ses principes.

“Appartenir à un groupe ne signifie pas forcément s'y coller ou s'y accrocher comme un amant éperdu à une conquête désintéressée. Il y a bien des façons de servir une cause.” finit-il par dire.

Enfin, le Commandeur se décidait à ouvrir un peu la discussion en lui laissant le champ libre pour la questionner. Il aurait pu la flatter, essayer de gagner faveurs et avantages, ou bien jouer sur Weisshaupt et jouer aux durs, aller en sens inverse. Après un bref instant de réflexion, il décida qu'il n'en avait que faire :

“J'ai seulement eu vent de votre surnom, Commandeur, de votre prise de poste et de ce qu'Emery a envoyé. Des rapports classiques, sans rien dévoiler sur vous.”

Marek vint tapoter un flanc du verre de vin, le faisant brièvement tinter tandis qu'il s'exprimait, légèrement penché en avant et appuyé sur la table en avisant Tullia avec tout le sérieux qui le caractérisait :

“Je n'ai pas grand-chose à faire de ce que vous étiez, à vrai dire. Chaque garde à son histoire qu'il peut choisir de conter ou non, vous me direz ce qu'il vous semblera bon de me dire.

Je me concentre sur le présent : l'incident de l'Inébranlable a révélé nos failles et a semé le doute dans le cœur des Thédasiens. Trop ont oublié la devise de notre Ordre, Commandeur. Ce qui m'importe c'est ce que vous pouvez faire, ce que nous pouvons faire pour la garde. Alors c'est mon unique question : dites-moi Commandeur, que pouvez-vous faire et que voulez-vous faire ?”

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513


Voir le profil de l'utilisateur
Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 559
Mer 1 Mai - 15:27


Ha oui... le Négociateur!


Le Garde avait un peu tiqué en me voyant malmener la lettre, ironisant sur son contenu. La simple réponse qu'il eu à ce moment là de fut une réponse un peu froide.

"Non, en effet. Je ne prends pas d'ordre des Anderfels de toute façon."

Cela montrait bien mon état d'esprit à l'encontre des Anderfels. Sans aucun doute en raison de mon lien avec Wulf, tout comme lui je ne les portais pas dans mon coeur. Autant pour ce qu'ils n'ont rien fait pendant le 5e Enclin que par la suite en aidant à peine la garnison de Férelden à se reconstruire. De plus, les quelques Anders que j'avais rencontrés, que ce soit avant de venir en Orlaïs ou après, ne m'avaient jamais vraiment inspiré et plus donné envie de les tourmenter. Attiser leur mépris si possible, car je ne voudrais en aucun cas obtenir l'estime de ces gens là. Mais pour Marek, vu comment allait la conversation, l'issue sera peut être différente. Il était intéressant de l'entendre dire qu'il n'était pas du genre à suivre les doctrines de façon aveugle, ni de calquer son comportement sur celui des autres. Là dessus, je ne pouvais qu'approuver. Je ne voulais pas sous mes ordres que des hommes qui suivent comme des moutons. Bien sûr il en faut toujours, mais je cherchais avant tout des personnes capables de jugement et d'agir par eux même selon les situations. Flexibilité, agilité d'action et d'esprit. C'est ainsi que l'on survit le mieux dans le chaos. Quand à sa réaction face à ce qu'il savait sur moi... Je lui avais laissé le choix de poser des questions, me demandant bien ce qu'il avait pu apprendre sur mon compte. Des mises en garde de la part d'Emery, peut être ? Il réfléchit un moment, puis finit par répondre. Il ne savait pas grand chose sur moi, à part quelques rumeurs, les raisons de ma venue ici et les maigres rapports de mon ex-Sénéchale. J'esquissais une expression étonnée, souriant cependant avec une certaine malice tout en réfléchissant sur le comment du pourquoi.

"Tiens donc ? Je suis étonnée qu'elle n'ait rien dis pour vous prévenir. Peut être... que son coeur n'était déjà plus avec les Gardes quand elle a écrit ces rapports..."

Est ce qu'elle avait estimé que ce n'était pas la peine de vouloir noircir une garnison déjà en si mauvaise position ? Pensait elle que personne à Weisshaupt ne la croirait ? Avait elle finit par se dire que cela ne les concernait pas, ou bien que je n'en valais pas la peine ? Quoi qu'il en soit, c'était un avantage certain. Ainsi, je pouvais espérer une certaine tranquillité et ne pas avoir la mauvaise surprise de missives me disant de mieux me comporter ou alors de me menacer de me remplacer. A tout ça, je leur répondrais avec mes deux majeurs levés et une belle bombe puante en guise de cadeau. Heureusement pour tout le monde, cela ne semblait pas à l'ordre du jour. Le Garde continua, parlant que le passé des Gardes était à chacun et qu'il ne me demandera pas ce que je ne voudrais pas lui avouer. Comme si sa position pouvait me forcer... Mais je saluais mentalement cette sage résolution, et je saluais à voix haute ce qu'il voulait savoir de moi. Mes actions, mes désirs pour aider les Gardes. Je souriais un peu plus, me rapprochant de la table tout en me servant un nouveau verre de vin.

"Voilà une résolution comme je les aime ! Des hommes d'actions plutôt que de réflexion ! Fu fu fu ~..."

Je riais un peu, resservant le Garde. Il semblait du genre à garder les pieds sur terre, à aimer les faits et la logique. Peut être était il capable de comprendre et de supporter avec philosophie ma propre manière de voir les choses ? Mes yeux perçants se posèrent sur lui avec plus d'intérêt, comme si je voulais le jauger et mieux comprendre sa façon de penser. Mon ton était toujours un peu joyeux, mais sonnait d'une façon plus... mystérieuse.

"Puisque vous servez les Gardes au nom du pragmatisme et de l'efficacité, alors peut être que vous serez capable de comprendre ce que votre prédecesseuse n'a put considérer.... "

Je me redressais, prenant mon verre entre les mains mais restant proche de la table. Il voulait savoir ce que je voulais faire, le pourquoi du comment ? Il allait être servi. Avec bien plus de sérieux, je lui exposais déjà les raisons de mon surnom, du moins en partie.

"Mon surnom de 6e Enclin n'est pas juste fait pour se faire pisser dessus les recrues... Je suis un élément du chaos, maitresse de l'imprévisibilité et de l'improvisation en cas de situation désespérée. Je suis autant une arme qu'une défense."

Le surnom était une chose, mais il datait d'avant Orlaïs. Il m'avait suivis jusqu'ici, mais il fallait absolument que Marek comprenne que je n'étais pas d'Orlaïs, et pas de l'Inébranlable. Et donc pourquoi ma compassion pour eux était aussi dure et infléchissable qu'un gant de fer.

"Je n'ai pas été à l'Inébranlable, mais mes méthode peu orthodoxes et difficilement prévisibles par l'ennemi, à savoir ici les Adeptes et leurs Venatoris, sont des cartes pour protéger ce qu'il reste des Gardes d'Orlaïs. Je suis également là pour les entrainer et les aider à surmonter leur traumatisme. Entrainements draconiens, tactiques de surveillance du terrain en amont, chasse au dragon ... Nous rapprocher plus facilement des autres Garnisons comme celle de Férelden est également importante, pour éviter la débâcle du 5e enclin. Donc maintenant certains ont appris à faire naviguer notre bateau, le Griffon d'Argent. "

Je buvais un peu de vin, pensant avec un léger sourire ce que Wulf devait en penser. Dans tout cela, il n'y avait rien de normal pour une garnison des Gardes des Ombres. Une stratégie bien différente, adaptée pour se protéger dans ces temps incertains et garder des liens qui, plus tard peut être, pourraient nous sauver la mise. La chasse au dragon en revanche... C'était autant pour les remettre du traumatisme de l'Inébranlable que pour mon propre amusement. Là-dessus je plaide coupable. Mais mes efforts, à la longue, ont tout de même fini par payer.

"Ils se sont à peu près remis, mais maintenant il nous faut gonfler nos rangs pour revenir à ce que nous sommes fait pour : tuer de l'engeance. La prise du Thaig avec Férelden ne sera pas aisé, et il faut prévoir les pertes. Mon réseau d'information ne sera, après tout, pas suffisant pour les protéger s'ils sont en nombre trop insuffisant."

On en venait à l'important à présent. La raison pour laquelle j'avais accepté son aide. Le Thaig était une raison, mais pas la seule. Il me fallait clarifier dès le début ce que j'attendais de lui pour les Gardes d'Orlaïs, notamment sur les profils de recrutement. Mes yeux se posèrent sur lui de façon plus dure, comme il sied à un supérieur finalement.

"Ce que je veux, c'est que vous recrutiez pour la pérénisation de la Garde d'Orlaïs, pas simplement pour prendre en urgence de pauvres peigne-cul comme pendant un enclin. Il me faut trouver de quoi redonner des bases solides à la Garde, des pointures dans ce qu'il nous manque, des hommes et des femmes qui auront même plus le sens pragmatique que le rêve stupide du légendaire honneur d'être Garde des Ombres. Nous savons tous que notre vie est plus proche d'un cauchemar et d'une malédiction que de gloire et de bonheur. Nous sommes là pour tuer ce qui ne peut l'être, en donnant notre propre vie et notre raison. C'est ça, être Garde des Ombres. Un Sacrifice au coeur d'un Cauchemar."

C'était ma vision des choses, bien loin des belles paroles et légendes des Gardes. J'avais été intégrée par besoin de survie, pas par appel de l'uniforme. J'étais une assassin, je savais que tuer n'était pas beau et que ce que l'on nous demande c'est d'être les meilleurs dans ce domaine, peu importe le passé. Quant à notre avenir... il était plus sombre et plus cruel que les beaux yeux d'un Archidémon. Une agonie sans nom... Je ne pouvais pas comprendre ceux qui acceptaient avec joie cette vie, ou plutôt cette demi-vie en disant que c'est pour l'honneur et la gloire. Il n'y avait rien de beau ni de glorieux dans ce que nous faisions, même si c'est pour sauver un monde qui ne s'occupe de nous qu'en cas d'Enclin et pour nous engueuler parce qu'on ne les tue pas assez vite en plus. Quelle belle blague ! Moi, je ne comptais pas sur leurs remerciements, et avec cette vie qui était à présent la mienne, je ne souhaitais que m'amuser comme je le voulais et faire ce pourquoi je suis la plus douée : tuer et répandre le chaos. Je me mis à légèrement rire, me demandant comment une personne comme moi avait pu finir à ce poste là. Dans un monde normal, cela n'aurait jamais vu le jour.

"Je suis folle, violente, imprévisible, sadique, mais je ferais tout ce qui est en mon pouvoir, dans mes connaissances et mes relations pour aider les Gardes des Ombres, qui sont ma famille. Je suis efficace, et c'est tout ce qui compte. Même si mes méthodes ne sont pas du goût de tout le monde, fu fu fu ~...."

Je pouffais de rire, me rappelant encore la tête des Gardes à chaque fois que je leur annonçais leurs activités. Le rodéo de Wyvern était ma préférée, mais celle de la chasse au dragon restait la plus hilarante. Mes yeux pétillants de malice et un sourire en coin, je toisais avec amusement le garde qui devait bien se demander s'il était tombé au bon endroit.

"Alors ? Des questions ? Ais je assez bien expliqué pour vos chastes oreilles d'anders ?"

Et encore, maintenant que j'y pense je ne lui ais pas raconté les pires choses sur moi. Ca, je laisse le soin aux autres Gardes de le mettre au courant.

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513




Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Tumblr_nsbrawpUP51rqyyd5o1_1280



code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Marek Valdhart
Recruteur
- Gardes des ombres -
Messages : 73
Mer 1 Mai - 18:35


Ha oui... le Négociateur!

Vraisemblablement, Marek avait affaire à un commandeur assez atypique. Qu’elle déchire la lettre des Anderfels et qu’elle exprime son refus de recevoir des ordres venant de Weisshaupt n’avait cependant rien de surprenant : beaucoup étaient frustrés et déçus de l’immobilisme légendaire de la garde des ombres anders. Justifiée par une présence permanente nécessaire sur le territoire soumis à la présence quasi constante d’engeances, Weisshaupt n’avait pas daigné dépêché la moindre force lors du dernier enclin. Peut-être que si des renforts avaient été envoyés dès le début, la bataille d’Ostagar aurait prit une tournure complètement différente.

Selon Marek, si beaucoup voyaient le manque de soutien des anders, beaucoup ignoraient aussi la situation dans les Anderfels. Région désolée et abandonnée par le reste du continent, elle ne suscitait d’intérêt que quand on avait besoin d’elle et de ses combattants endurcis. Le reste du temps, les anders étaient livrés à eux-même, luttant contre un ennemi qui ne semblait pas pouvoir être vaincu, qui revenait sans cesse et qui contraignait la garde des ombres à entretenir des effectifs conséquents, seul rempart contre l’engeance.  Quand Tullia reprit au sujet du sénéchal Emery, Marek s’arracha à ses pensées pour sourire, amusé par la réflexion de son nouveau commandeur :

“Oui, Emery a sûrement omis de détailler votre parcours car elle n’a pas jugé l’information pertinente. Quant à son coeur, elle peut ignorer ses allégeances mais pas la souillure qui le ronge.”

Vu l'attitude de Tullia, Marek eut une pensée pour le sénéchal Emery qui avait du en voir de toutes les couleurs. Il comprenait qu'elle n'ait pas laissé filtrer grand-chose à ce sujet et qu'elle ait quitté son poste. Quand Valdhart s’interrogea finalement au sujet des motivations de Tullia, cette dernière fut prise d’un rire tandis qu’elle remplissait à nouveau le verre qu’il avait vidé. Son regard s’arrêta de nouveau sur lui, ses yeux surnaturels le dévisageant. Un frisson vint parcourir la nuque de Marek, qui passa une main gantée contre cette dernière : l’attitude, le regard et la nonchalance de cette femme la rendait étrange. Comme un arbre bien vert et bien portant au milieu des steppes anders, la commandeur Von Raijer avait l’air d’une anomalie. Il eut tout juste le temps de s’arracher à ces nouvelles pensées pour répondre à Tullia, reposant sa main au pied de son verre de vin sur la table :

“Vous savez, quand on grandit dans les Anderfels, pragmatisme, action et efficacité sont le lot des survivants.”

Il se tut bien rapidement, laissant Tullia poursuivre. Elle se mit à expliquer les origines de son fantasque surnom, pourquoi elle l’avait gagné mais sans annoncer comment. Visiblement, elle considérait le chaos comme une arme, elle se considérait elle-même comme une arme en vérité. Agent du chaos, insaisissable et imprévisible, les objectifs du commandeur semblaient toutefois bien clairs : la restauration de la garde orlésienne, sa formation, le rapprochement avec la garde féreldienne, ils avaient même hérité d’un bateau, semblait-il. Pour Marek, le chaos ne pouvait exister sans l’ordre, les deux étaient inséparables. De plus, les méthodes des gardes n’étaient plus aussi efficaces qu’à l’âge d’or de ces derniers. Les temps changeaient et les gardes devaient s’adapter pour espérer prospérer. Marek continuait de siroter son verre de vin, tandis qu'il écoutait attentivement Tullia, lui répondant finalement, un sourire aux lèvres :

"Je suis tombé sur un commandeur complètement fou alors ? Cela dit, le chaos n'existe pas sans ordre et la garde des ombres doit vivre avec son temps, s'adapter à son environnement. La chasse au dragon n'est pas si commune dans les Anderfels, cela dit."

Le commandeur continuait de sourire régulièrement lorsqu'elle s'exprimait, l'air amusé, ce qui intriguait d'autant plus Marek. Elle lui fit part de la volonté des gardes de reprendre un Thaig avec l'aide de la garnison de Férelden. Elle ne semblait pas certaine de l'efficacité de ses troupes actuelles et prévoyait déjà des pertes. Oh oui, Marek avait bel et bien quitté le commandement de Weisshaupt et le changement était radical. Il y avait tant à faire mais il n'était pas plus inquiet qu'il ne devait l'être : le commandeur, sous ses airs chaotiques et ses méthodes peu ordinaires, semblait porter un réel intérêt à la garde et à son essor. Marek partageait le même opinion à ce sujet et ne put qu'acquiescer lorsqu'elle abandonna son sourire pour un masque plus sérieux, distribuant ses véritables premiers objectifs au garde qui ne pipa mot, concentré et attentif.

“Je comprends parfaitement, Commandeur. Sur ces quelques points nous sommes d’accord. Chacun se bat pour ce qui lui fait défaut et la garde ne manque pas d’honneur : le simple fait que chacun tienne son poste parle pour tout le monde. Que nous soyons anders, orlésiens, féreldiens ou itinérants, nous sommes tous liés par une lutte commune et par le fardeau qui est nôtre.

Et je m’accorde avec vous de nouveau, il ne faut pas s’encombrer d’éléments trop faibles pour commencer. Afin de tenir debout, la garde aura besoin de fondations solides, d’hommes et de femmes convaincus par leur engagement. Et si jamais vous avez besoin d’aide pour le Thaig, au delà du recrutement, n’hésitez pas. Quand on grandit avec les engeances, on finit par s’y attacher.”


Pour Valdhart, loin étaient les rêves de gloire et de renom. Onze ans de souillure et le mode de vie anders avaient fini d’achever ses espoirs de jeune homme pour ne laisser qu'une vision claire de ses objectifs et de ses devoirs. Il était rapidement devenu nécessaire de se concentrer sur le recrutement, de se préparer à croiser les regards terrifiés de ceux qui apprenaient finalement en quoi constituait le rituel de l’Union. Il savait qu'il serait nécessaire de renforcer la garnison orlésienne, mais pas n'importe comment. On ne pouvait se permettre de s'encombrer d'éléments faibles ou incompétents s'il n'y avait personne pour soutenir le tout.

Le commandeur reprit finalement, sans y aller de main morte : folle, violente, imprévisible, sadique. Elle avait décidément une sacrée opinion d'elle-même. Elle finit par pouffer de rire après lui avoir détaillé ce dont elle était capable pour préserver la garde. Il y avait là de quoi faire fuir n'importe quelle personne avec un peu de bon sens, ou peut-être essayait-elle justement de l'effrayer ? Il était dubitatif à ce sujet et ne pouvait s'empêcher de craindre qu'il n'y ait une grande part de vérité dans toute cette folie qu'elle se plaisait à décrire. Quoiqu'il en soit, Marek avait assurément des méthodes moins chaotiques et un tempérament plus posé. Ils partageaient cependant le même objectif, c'est tout ce qui importait pour l'heure.

Chastes oreilles d'anders, l'ultime pique à son égard arriva enfin. Marek retint son sourire un moment, en proie à une brève réflexion. Au vue du comportement de Tullia, le service n'allait pas être de tout repos. Une telle attitude pouvait donner de très bons résultats ou de très mauvais. C'était un risque à courir, un risque qu'était prêt à prendre le garde Valdhart. Ordre et Chaos mêlés pour la prospérité de la garde orlésienne. Cela pouvait fonctionner, cela devait fonctionner, songea Marek. Il avait été envoyé ici, quoiqu'il en soit, et il ne comptait pas repartir sans le sentiment du devoir accompli. C'était aussi l'occasion pour lui de découvrir une nouvelle garnisons, de nouvelles méthodes, d'apporter son expérience et de recevoir les enseignements de ceux qui étaient habitués à servir en dehors des Anderfels. Il n'y avait de toute manière qu'un seul moyen de savoir si les efforts allaient porter leurs fruits :

"Les oreilles chastes, peut-être, mais la main ferme et les idées bien en place. Je crois que la garde doit s'adapter pour prospérer. Si cela doit passer par suivre une commandeur au comportement fou et imprévisible, je m'en accommoderai tant qu'elle continue de garder l'esprit clair. Je partage le même objectif et vous pouvez être certaine que je ferai aussi tout ce qui est en mon pouvoir pour servir et protéger la garde."

Le garde se redressa, quittant sa chaise, et finit son verre d'une traite avant de le reposer sur la table. Il avisa finalement Tullia, libérant un franc sourire tandis qu'il prit la parole :

"Quels sont vos premiers ordres, commandeur ?"

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513



Marek dialogue en : #ff9933

Voir le profil de l'utilisateur
Tullia E. Von Raijer
Garde-Commandeur d'Orlaïs
- Gardes des ombres -
Messages : 559
Mer 1 Mai - 21:52


Ha oui... le Négociateur!


Marek me plaisait. Il pensait bien, ne s'encombrait pas de futilité tout en restant ouvert d'esprit. Je me demandais bien ce qu'il avait pu faire aussi longtemps chez les Anders. Pas étonnant qu'ils le virent ici. Il disait être plus porté sur l'ordre, mais tant que la flexibilité était là il n'avait pas de soucis. Je riais, appréciant qu'il intègre l'essentiel de ma stratégie.

"Ha ha ha ! Vous apprendrez vite que le Chaos peut être de l'Ordre pour ceux qui savent observer et comprendre les codes. Chaos, n'est rien d'autre que le changement et la rupture avec la routine... Pour la chasse aux Dragons ce n'est pas non plus un sport très répandu dans le Sud, fu fu fu ~..."

C'était le côté un peu spécial de mes entrainements, mais heureusement pour eux ce n'était pas tous les jours. Et puis, ce n'est pas si simple de trouver de l'inspiration, cela demandait du travail, de l'imagination et du talent. Surtout de l'imagination. Ca j'en avais à la pelle. Je me levais, voyant que l'essentiel était dit. Il avait eut les bons points de mon côté, et c'était à lui d'apprendre à mieux me comprendre à présent. Et à mieux comprendre les Gardes d'Orlaïs.

"Si nous sommes d'accord sur le principal, alors ça me va parfaitement. Quant à mon esprit, ne vous en faites pas il est clair pour le plus important. Peut être qu'avec le temps, si vous survivez assez longtemps vous comprendrez pourquoi j'ai été envoyée."

Nous étions tous les deux debout, et je pensais qu'il allait prendre du repos aux baraquements. Mais il se raidit et comme un bon petit soldat me demanda mes premiers ordres. Je le regardais avec surprise, et me mis A rire à gorge déployée.

"Mes premiers ordres... Ha ha ha ha !! C'est bien un truc d'Anders ça ! M'enfin, si vous y tenez..."

Je retournais vers mon bureau, tirais une liste assez fournie du bureau et la lui tendis.

"Vous allez devoir rester ici pendant 2 semaines. Prenez cette liste, rencontrez chaque personne sur celle-ci, apprenez à les connaitre, à les comprendre, à savoir ce qui est important pour être Garde d'Orlaïs, à devenir un Garde d'Orlaïs. Vous aurez également un test d'aptitude au combat et au déplacement en tant qu'éclaireur, sans oublier un petit rappel des déplacements de nos ennemis et des différents problèmes politiques dans la région. Alan vous fournira les différents rapports nécessaires. Avant de partir, vous me ferez un résumé de ce que vous avez appris d'utile pour votre recrutement, votre avis sur a procédure à suivre. Ha, et vous devrez également m'affronter en duel. C'est important, j'aime me chauffer un peu contre des nouveaux, ha ha ha !"

Je lui donnais une bonne tape dans le dos, continuant de bien rire. Ca oui, je n'allais pas le laisser partir comme ça...

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513




Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Tumblr_nsbrawpUP51rqyyd5o1_1280



code dialogue: #cc0033

Voir le profil de l'utilisateur
Marek Valdhart
Recruteur
- Gardes des ombres -
Messages : 73
Jeu 2 Mai - 14:35


Ha oui... le Négociateur!

La première réaction du commandeur fut de lui rire au nez. Marek commençait à se demander si cette femme n'était pas possédée par un démon ou une quelconque monstruosité du même acabit. Il resta toutefois de marbre, l'air presque blasé quand elle vint asséner une nouvelle réflexion au sujet des anders. Une de plus ou une de moins, au point où il en était cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Et bien qu'elle lui rit au nez, elle semblait être bien préparée et ne tarda pas à lui dégoter une liste enfouie dans son bureau.

Épreuves aux combat, déplacements sur le terrain, rencontre avec ses nouveaux camarades, point sur la situation politique et militaire de la région : enfin on entrait dans le vif du sujet, ce qui ne manqua pas d'arracher un sourire de satisfaction à Marek qui acquiesçait à mesure que Tullia lui donnait ses premières directives. Il y avait largement de quoi s'occuper et le travail ne manquait certainement pas. C'était l'occasion de se faire une place au sein de sa nouvelle garnison, de voir ce que ses camarades allaient bien pouvoir penser de lui.

Pour finir, duel contre le commandeur Von Raijer. Beaucoup de gradés anders, voir tous les gradés anders, n'auraient même pas pris le temps de s'adonner à une telle activité, considérée comme une grosse perte de temps. Cela dit, un duel pouvait se révéler intéressant pour confirmer si la nouvelle commandeur de Marek était aussi déchaînée qu'elle le prétendait.

Elle finit par lui asséner une tape dans le dos, riant toujours. C'en était presque déstabilisant, comme si elle avait toujours un mauvais coup en tête. Marek se raidit à la réception de la tape dans son dos, avisant Tullia d'un air toujours aussi blasé avant de lui répondre :

"Très bien, Commandeur. Au moins, je ne risque pas de m'ennuyer. Je vais commencer dès maintenant, bonne journée à vous."

Il était finalement temps de se mettre au travail et de montrer à la garnison orlésienne l'efficacité de la formation dans les Anderfels. Le garde comptait bien commencer rapidement et ne pas perdre de temps. Marek plia alors soigneusement la liste donnée par sa supérieure et ne manqua pas de la saluer avant de s'éclipser aussi rapidement qu'il s'était annoncé, quittant le bureau.

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek) Latest?cb=20150523145513



Marek dialogue en : #ff9933

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Ha, oui... le Négociateur ! (PV Marek)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Stop-Motion] Marek production
» Marek : un nouveau un peu vieux
» [Vidéo] Revue des MOC Insectes d'Exo-6, Marek et Peterbionicle
» Deck de structure - Deck Marik
» [Expo] Grande Convention des fans de BIONICLE & HERO Factory 2011 (71)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Lac Célestine :: Térébinthe-
Sauter vers: