en haut du forum
en bas du forum



Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. Et je l'ai trouvée amère ~ Octave

Anonymous
Invité
Invité
Mer 16 Mai - 11:26

Fiche personnage


Nom, Prénom :  Octave de Gautron, fardeau d'un héritage familial lourd de conséquences.
Âge :
25 ans.
Origine et lieu d'habitation :
Octave est un jeune orlésien. Sa famille est basée à proximité de Velun, propriétaire de terres viticoles dont les coteaux donnent sur le lac Célestine.
Langue parlée :
Parle avec grande aisance la langue universelle, et maîtrise les nuances orlésiennes.
Sexe :
Masculin.
Orientation sexuelle :
Hétérosexuel.
Situation amoureuse :
Célibataire.
Faction et rang :
Adepte de Corypheus, Baron de Vertbois, Noblesse Orlésienne.
Profession:
Octave est à la charge de son domaine et de ses terres et participant du Noble Jeu. C'est une occupation à plein temps.
Armement/Magie :
Octave n'a jamais été un bon combattant. Relativement chétif, il n'a jamais cultivé d'intérêt pour le combat, laissant bien volontiers cette place à son frère aîné. Le jeune noble porte à sa ceinture une dague de bonne qualité, à la poignée ornementée, arme d'apparat plus qu'autre chose. Relativement débrouillard, il a récemment développé une certaine passion pour les pièges, et il commence à savoir s'en servir convenablement, au cas où.
Intérêts :
Les femmes, le vin, les mots, le Jeu.
Anecdotes : Octave n'aime pas les elfes. Il a tendance à profiter de leur position pour les exploiter à outrance et asseoir son autorité. La Baronnie de Vertbois est relativement pauvre, mais elle est réputée pour son vin et les plaisirs charnels. Plusieurs bordels y ont récemment été installés. Il n'aime ni la magie du sang, ni les démons. Pour lui, il s'agit d'outils nécessaires pour parvenir à ses fins, ce qui ne l'empêche pas d'être prudent. Le masque des Gautron est une tête de cigogne stylisée, l'animal de leur emblème. Leurs couleurs sont le gris et le vert. Le jeune homme fait des dons réguliers à la Chantrie pour les rendre plus tolérants sur sa vie dépravée. Il s'agit ni plus ni moins d'une manœuvre politique, un mal pour un bien.


Description psychologique : Octave aime. Il s'agit probablement de sa plus grande force et de sa plus grande faiblesse. Il aime la beauté du monde, les petits détails de la Nature qui la rendent si belle par un coucher de soleil, une brume matinale ou dans l'obscurité percée de millions d'étoiles. La moue contrariée d'une jolie demoiselle se contenant, le bruissement de sa jupe lors d'un bal d'été, la douceur de sa peau plus tard dans la soirée, quand la foule est dispersée et que les rossignols chantent. Grand hédoniste face à l'éternel, il vit pour lui et pour tous les plaisirs qui ne cherchent qu'à être vécus pleinement, sans retenue.
Le jeune homme est vif d'esprit, et il fait souvent preuve de finesse dans ses analyses complexes. Prompt à comprendre les nuances qui l'environnent, ses études lui ont apporté matière à alimenter sa curiosité naturelle. Il aime se confronter à des personnes à même de tenir des joutes verbales sur des sujets parfois pointus, allant des meilleurs procédés de vinification aux ardus concepts de philosophie. Poète, il écrit sur le monde et sur la complexité de la vie, sans talent suffisant cependant pour faire l'admiration de ses pairs.
En société, le noble est connu pour être sociable – particulièrement envers les personnes qu'il trouve attrayantes, sa réputation de coureur de jupons étant toujours à entretenir – et un joueur correct du Noble Jeu. Il lui manque naturellement les enseignements des années de pratique, qui se ressentent et ne s'enseignent pas, mais il se pourrait qu'avec le temps, il devienne un joueur redoutable. Il prend un grand plaisir à Jouer, car le Jeu lui procure bien souvent une adrénaline pareille à nulle autre et réveille son instinct de prédateur. Le jeune noble aime beaucoup les sarcasmes et le cynisme.
On ne pourrait parler vraiment d'Octave sans évoquer son ambition démesurée. Octave a désespéramment soif de pouvoir et de reconnaissance, et il prêt à tout sacrifier pour parvenir à ses fins. Il a le sentiment de mériter mieux qu'une place de seconde zone, et le poids des choix passés de son père et de son frère ne justifient pas cela. Le monde n'est pas juste, c'est une leçon durement apprise. Dès lors, autant jouer avec ses règles pour le changer. Le nouveau monde lui ouvrira les portes de la grandeur, il en est certain.


Derrière l'écran

Pseudo : Emery, Octave.
Âge :
25 ans.
Comment avez-vous connu le forum ? :
Je suis tombé dedans.
Que pensez-vous du forum ? :
C'pas mal  Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. Et je l'ai trouvée amère ~ Octave 3809432632  
Un dernier mot avant de se jeter à l'eau ? :
Plouf !


Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. Et je l'ai trouvée amère ~ Octave Latest?cb=20141218104531


Anonymous
Invité
Invité
Mer 16 Mai - 11:26

Fiche personnage


Histoire : Les De Gautron étaient connus pour être une famille noble relativement influents en Orlaïs, tirant leur pouvoir et leur richesse des immenses parcelles de vigne qui surplombaient le lac Célestine, non loin de la cité de Velun. Leur position était assez centrale, et leur histoire glorieuse. Plusieurs De Gautron avaient été proches du trône, et ils étaient habiles dans le Noble Jeu. C'était du moins la réalité jusqu'à ce qu'Auguste De Gautron ne devienne Baron de Vertbois, et qu'il se refuse à participer à ce qu'il qualifiait de vaste mascarade. Auguste était un meneur d'hommes, noble Chevalier d'Orlaïs, mais son éloquence était maigre, affaiblie encore par le fait qu'il soit bègue. Lentement, la Maison Gautron s'éloigna des sphères d'influences de l'Empire, et cela se répercuta sur leur pouvoir et leur richesse. Le domaine commença à décliner, les bâtiments à vieillir. Le déclin était amorcé.
Octave naquit un froid matin d'hiver dans la demeure familiale, quelques minutes après son frère jumeau, Olivier. Fils uniques d'Auguste De Gautron, dit « Le Bègue » ou « Le Fou », ils durent rapidement assumer les espoirs de leur famille pour un futur meilleur. Rapidement, on réalisa qu'Octave et Olivier ne se ressemblaient guère, bien que jumeaux : leurs caractères étaient tout autres, et on arrivait à les distinguer physiquement au premier coup d’œil. Olivier avait pris de son père la carrure et l'autorité, tandis qu'Octave, plus frêle, tenait beaucoup plus du caractère curieux et vif de sa mère. On décida de leur donner deux éducations distinctes : Olivier serait à la tête de la Maison, il administrerait le domaine avec brio et apprendrait les arts de la guerre au sein des Chevaliers. Octave irait quant à lui faire des études qu'on espérait brillantes à Val Royaux, et il serait ensuite chargé de refaire une place à sa famille dans le Noble Jeu, allant et venant dans tout Orlaïs.
Octave se souvient d'une enfance relativement morne. Il avait un énorme terrain de jeu dans lequel on lui interdisait d'aller sans être accompagné, et si sa place à venir était vitale pour le futur de sa famille, son père lui préférait de loin son frère et ne s'en cachait pas. Olivier était au centre de tout ce qu'il se passait au domaine quand il était envoyé dans l'étude ou forcé à subir un minimum d'entraînement à l'épée. Et puis, les années défilant, il voyait les serviteurs être de moins en moins nombreux et la vie se détériorer peu à peu. Les dettes s'accumulaient peu à peu dans un gouffre sans fin, dont il ne comprenait alors pas bien la nature.
Il avait déjà quinze ans quand on l'envoya enfin à Val Royaux pour intégrer la prestigieuse Université. Son logement était petit, et il n'avait qu'un vieux majordome nain pour s'en occuper, mais la découverte de la capitale fut pour lui une véritable révélation. Il avait l'impression qu'il s'agissait de la ville de tous les possibles, un lieu où tout le monde pouvait devenir ce qu'il avait envie d'être à condition de connaître et respecter les codes sociaux (qui étaient nombreux et complexes, certes, mais pas insurmontables). Les professeurs de l'Université étaient des esprits libres et brillants, et il buvait leurs paroles, cherchant à en absorber la moindre goutte de savoir. Et puis il y avait les rencontres des étudiants issus de la noblesse, la création des premiers cercles d'influence, les premiers bals, les premiers pas dans le Noble Jeu.
Val Royaux était une ville pleine de beauté et de surprises, un de ces joyaux qu'on ne cessait de découvrir, face auquel on ne pouvait que s'émerveiller. Il adorait voir les banderoles colorées flotter au vent, le chant des oiseaux tenter de composer avec les clapotis réguliers des fontaines, et pouvait passer des heures à regarder la foule aller et venir et imaginer ce que pouvait être la vie de ces gens. Lui qui avait grandi isolé et contraint se retrouvait soudainement plongé en ce qui semblait être le cœur de Thédas, et il adorait ça. Tant et si bien qu'il renouvela les efforts dans ses études, pour y rester le plus longtemps – et aussi, peut-être, pour arriver à un niveau où une reconnaissance sociale s'imposait. Après tout, il portait lourdement l'héritage d'un père rude et bègue, et il avait le plus grand mal à devenir autre chose que « le fils de » aux yeux des gens. On le laissait Jouer, bien entendu, mais ce fardeau l'handicapait, il le savait.
Octave avait vingt-et-un ans quand la Rébellion de Kirkwall commença. Au sein de la jeunesse dorée, ce bouleversement était un véritable choc, qui mettait potentiellement en péril leur position, mais aussi et surtout leurs domaines, si jamais ces événements n'étaient que le prémices de troubles à venir. Et on parlait de plus en plus de rumeurs parlant de la colère des mages des Cercles orlésiens, qui ne tarderaient pas, disait-on, à tenter de prendre le pouvoir. L'Impératrice Célène ne semblait pas vouloir prendre parti, ce qui était également souligné à grand renfort d'allégories, comme il est de coutume en Orlaïs, mais après tout, aucun dirigeant d'aucune nation de Thédas ne semblait vouloir se substituer à la Chantrie. Le jeune homme acheva ses études, mais resta à Val Royaux pour continuer de placer ses pions. Plusieurs accords commerciaux permirent à sa Maison de garder leurs dernières parcelles et d'envisager un futur qui tenait plus d'une gloire passée. Mais il s'agissait d'une victoire : la tendance s'inversait, peu à peu. Octave prenait en main son destin.
Son monde s'effondra avec la montée des troubles politiques au sein de l'Empire, qui commencèrent avec la répression dans le sang de la Révolte de elfes d'Halamshiral, une mesure ferme de l'Impératrice qu'Octave ne pouvait qu'approuver. La guerre civile éclata entre Célène et Gaspard, et chaque camp tenta de gagner une victoire rapide avec ses nombreux soutiens. Auguste et Olivier De Gautron se déclarèrent en faveur du Grand Duc Gaspard, ce qui était un choix naturel par rapport aux réalités familiales, et ils levèrent leurs troupes pour marcher sur Velun, où le Comte Chantral rassemblait ses troupes pour soutenir son Impératrice bien aimée. A une autre époque, les De Gautron auraient pu dominer la situation avec intelligence et patience, mais le courage et la volonté qui leur restait n'était pas à la hauteur de l'ambition de cette action. La défaite fut cuisante, et Olivier périt au cours d'une bataille. Son père fut exécuté sur la place publique quelques jours plus tard, alors qu'Octave tentait de rejoindre son domaine. Ce fut une terrible humiliation pour les De Gautron, contraints de déposer les armes au début de la guerre civile et de jurer allégeance à Célène.
Depuis ce triste événement, Octave est à la tête du domaine familial, composant comme il peut avec les fidèles de sa famille, prêts à engager des représailles sanglantes contre le Comte de Velun, et le caractère de cochon de ce dernier, exigeant le soutien inconditionnel des De Gautron dans ses efforts de guerre, à grand renfort de menaces. Lorsque les failles se mirent à déchirer le ciel, et qu'on apprit l'explosion du Conclave, le jeune homme se surprit à presque s'en réjouir, se disant que si la fin du monde arrivait à leur porte, elle aurait au moins le mérite d'emporter avec elle la pourriture bien installée et de permettre une nouvelle naissance, sur des bases saines. Mais une figure émergea des ténèbres, une figure au pouvoir étonnant, capable de contrer cette menace, une femme vers laquelle tous les regards se tournaient désormais. Autour d'elle, peu à peu, se reconstruit une force d'opposition indépendance, sous le nom d'Inquisition, et les gens commencèrent à croire en cela, à croire que l'Inquisition pouvait sauver leur vie misérable. Amer, meurtri et déçu, le De Gautron se persuada de plus en plus qu'un retour en arrière n'était pas souhaitable. Il commença à rassembler quelques hommes, leur prêchant un monde nouveau contre lequel se dressait l'Inquisitrice, et son aura grandit peu à peu dans son domaine.
Un jour, un homme se présenta à son domaine et lui demanda hébergement. Interloqué par la prestance de l'individu à l'accent étrange et par sa riche tenue, qu'il devinait de Tevinter, Octave accepta, et ils s'entretinrent l'un et l'autre toute la nuit, sur une butte du qui surplombait les vignes en floraisons. Au lever du jour, le Magister prit la route vers l'Ouest, et Octave revint à ses occupations avec une joie nouvelle. Il avait les cartes en main pour agir, et il allait changer le monde. Alors, le jeune homme fait bonne figure et sourit derrière son masque, et il continue de tisser patiemment l'avenir de sa Maison et son ascension prochaine. Ils paieront, tous. Et les De Gautron marqueront l'histoire. Le glas de la vengeance sonnera bientôt à Vertbois.



Anonymous
Invité
Invité
Mer 16 Mai - 16:07

Fiche de validation


Félicitations, Octave tu es maintenant officiellement,

Validé(e) !


Avis du staff sur ta présentation : Un personnage haut en couleurs, que j'ai extrêmement envie de voir en jeu. Tu connais déjà mon faible pour ta plume et tes idées, donc je ne vais pas développer davantage... Félicitations en tout cas !

Maintenant que je suis validé(e), que faire ? Maintenant que ton groupe a été attribué, tu débloques plusieurs nouvelles fonctionnalités sur le forum ! Tu as désormais accès au flood où tu pourras t'amuser autant de fois que tu le voudras. N'hésite pas à donner un coup de pouce au forum, en votant pour nous aux topsites afin de pouvoir avoir plus de visibilité et obtenir de nouveaux joueurs sur notre plateforme !

Mais avant toute chose, tu peux avoir accès à la section Relations et Annexes jusque là invisible !
Tu peux ouvrir un sujet pour ta Gestion RPG et lister tous tes RPS en cours, gérer tes relations dans ta Fiche de liens,  ouvrir une boîte aux lettres pour recevoir tes missives, et enfin t'isoler pour rédiger dans ton journal intime et ne parler que de toi.

N'oublions pas le plus important : Maintenant tu as accès au système de points d'expérience et au(x) QG de ton (tes) faction(s) ! De nombreuses surprises t'y attendent : tu pourras échanger avec les autres membres de ta faction pour établir des stratégies et gérer les ressources de ton groupe !

N'hésite pas à demander un RP aux autres membres du forum et créer des liens avec eux ! Rendez-vous sur le discord ou sur ce lien pour demander un jeu aux membres disponibles !

Sur ce, cher membre, nous te souhaitons un bon jeu !




Contenu sponsorisé

Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. Et je l'ai trouvée amère ~ Octave
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [RP] Oui, ce soir tu vas prendre
» [RP]Messe du mardi soir - par Enosh de Noirlac..
» Figs de toute beauté warhammer
» De la beauté de l’univers, du nombre d’or et des desseins du Très-haut
» Vidéo : Kralamour, SoN et beauté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Palais des perles noires :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: