en haut du forum
en bas du forum



[SMJ PV Siha] Dareth Shiral

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Saeris Ralaferin
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 237
Mer 27 Fév - 10:30

“Une bassine d’eau froide dans notre situation précédente n’aurait pas été de refus pourtant…”

La fatigue… Elle mettrait cela sur le compte de la fatigue, cela étant, elle ne s’attendait pas vraiment à ce qu’un Archiviste lui réponde de cette façon. Un peu comme si cela l’indisposait, elle l’observa à la dérobée, les pau pières à demi closes pour essayer de l’écouter, un léger sourire sur les lèvres à la mention de la meute.

“Je voulais simplement dire que prendre soin des uns des autres c’est une chose, mais si vous n’êtes plus là, ceux qui restent…”


Elle sentit sa gorge se serrer en songeant à son père… Cette conversation sans doute encore un peu prématurée. Cependant elle l’estimait préférable aux songes qui l’attendaient sournoisement. Elle rassembla ses genoux contre sa poitrine puis les entoura de ses bras, reposant sa tête dessus, tout en se berçant calmement. Tout en cherchant à mieux l’écouter sur la condition des autres elfes, ses yeux se posèrent sur les deux silhouettes emmitouflées, elle se mordit la joue, pour se retenir d’objecter brusquement… Elle avait suffisamment causé du souci à tout le monde. Ils n’avaient rien demandé et ce n’était pas tellement ses affaires après tout… Enfin elle tentait de se convaincre. Le thé de Nethari arriva à point nommé, même si elle ne pensait pas qu’un contact chaud sur ses mains lui ferait autant de bien. Elle la remercia en lui souriant avant qu’un petit rire ne lui échappe.

“Il va falloir vous décider sur votre vocation, Hahren ou Archiviste. Dans un cas comme dans l’autre, je me demande si vous, enfin si vous êtes bien assis. Je veux dire que j’ai le sentiment de vous avoir vexé… Si c’est le cas, ce n’était pas volontaire et je suis désolée, d’une elvhen à un autre.”

Elle glissa à nouveau son regard vers lui, prendre soin des autres de façon inconsidérée pour lui-même… Son sens de la communauté bien imprégné, elle pouvait presque sentir des branches bienveillantes au-dessus d’elle. Elle ferma les yeux et sous ses paupières se dessinaient les Vallaslin de Mythal, des branches dorées s’étendant haut et loin, certaines se courbant et s’imbriquant à la façon des bois de hahl. Cette pensée lui apporta une certaine sérénité avant de froncer les sourcils, elle craignait qu’il ne soit trahi à l’instar de Mythal. Elle s’étonnait de se voir s’inquiéter pour une personne qu’elle venait de rencontrer. Certes, il venait de lui sauver la vie, mais il venait aussi de lui dire qu’elle ne lui devait rien. A en juger par son sens communautaire, même envers elle, cela ne la surprenait pas.

Siha était loin d’être sans défense, sa conviction renforçait peut-être sa volonté ? Toujours était-il qu’elle ne comprenait pas d’où provenait sa propre inquiétude. Elle ignorait si elle pouvait lui dire que malgré son appartenance au peuple dalatien, il lui avait fallu du temps pour se joindre à leurs ramifications et que c’était sans doute pour cela qu’elle détestait les autres elfes. Leur difficulté à les rejoindre ou à s’intégrer parmi les dalatiens, lui rappelait la sienne à se confronter au monde extérieur. Visiblement, se retrouver devant un miroir ne lui plaisait pas tellement… Surtout en de telles conditions.

Pour donner le change, elle joua avec un caillou du bout de son orteil, et soupira. Difficile d’accorder du temps à toutes les questions qui se bousculaient dans son esprit embrumé. La perspective de prendre la route vers les Tombes la rendait nerveuse aussi. Peut-être qu’être en compagnie des Bellanaris changerait quelque chose. Elle avala une gorgée de thé pour se donner contenance et surtout se laissa séduire par la spontanéité de la cannelle. Ses traits s’animèrent soudainement, comme si la fatigue se dissipait brièvement.

“Oh ce thé est … !” Elle en apprécia les effluves, et se sentit heureuse et moins lasse. “C’est comme un souvenir, un bon souvenir et des rires.” Elle devait lui paraître bien étrange, mais tant pis, elle ne possédait pas le sens des explications. Requinquée, elle osa braver les méandres de son mental bien encombré pour formuler une réponse cohérente.

“Si je comprends bien… à condition qu’ils respectent nos traditions… Comment le pourraient-ils ? N’est-ce pas là une autre contrainte avec laquelle ils devront vivre ? S’ils vous rejoignent pour fuir leur ancienne vie, ce n’est pas tellement un choix, non ? C’est impossible de faire confiance à quelqu’un comme ça. S’ils se trouvent insatisfaits de cette vie, et qu’ils ne sont pas là par conviction… Comment être certains qu’après leur départ ils ne vont pas vous trahir, car ils n’auront pas le choix pour survivre ?  Ces elfes ont grandi en côtoyant des Shems… D’une façon ou d’une autre ils ont forcément pris d’eux…” La vie en communauté exigeait d’elle un certain polissage, une sorte de façonnement qui lui permettait de vivre pacifiquement avec les siens.

Ses yeux se portèrent à nouveau vers les deux autres elfes apeurées. Son rejet intérieur bien présent, elle ne pouvait s’empêcher de les trouver aussi dangereuses que des Shems, voire plus. Leur apparence incitait les siens à la clémence ou l’indulgence, leur ressemblance était un un piège, dès que leur garde se baisserait, ces elfes se révèleraient, des poignards à la main… Accorder sa confiance requérait un effort considérable, elle savait que les membres de son Clan ne chercherait jamais à lui nuire intentionnellement, et pourtant, l’image des racines lui retenant les chevilles la fit frissonner. Elle avait son caractère disait-on.

“J’ai besoin de savoir comment vous appeler pour répondre à cette question… Parce que vous seriez un inconnu à cette heure normalement. Sans l’être tout à fait en ce qui me concerne, c’est déconcertant… Même si je pense que mes questions précédentes peuvent être des éléments de réponse, sur ma façon de les percevoir en tout cas.”

Elle ne savait pas encore comment s’adresser à lui, en tant qu’Archiviste, Hahren, un mage dalatien, un membre du Clan Bellanaris, Archiviste du Clan Bellanaris, Guide du Clan Bellanaris, ou bien Siha… Elle ne donnerait pas les mêmes réponses selon le destinataire. Car elle n’était pas encore certaine de savoir à qui elle s’adressait, ni quelle réponse était attendue d’elle en fonction. Elle reprit une gorgée de thé, ses bienfaits se diffusant joyeusement en elle, elle le remercia pour sa proposition, d’un hochement de la tête, pour refuser poliment son offre.

“Je ne risque pas de dormir… mon sommeil agité dérangerait le peu de répit que vous nous accorder grâce à votre…” Elle désigna du menton la relique. “... magie.” Elle reprit sur un ton plus léger, pour alléger l’atmosphère, ou plutôt le grincement des roues d’aravels se déplaçant dans sa tête. “Vous virez à nouveau Archiviste protecteur, moi qui pensais que notre course sous le manteau étoilé de la nuit, la rage sur les talons… Nous avait écarté de cela…”

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Siha Bellanaris
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1591
Mer 27 Fév - 13:39
Des rides d'incompréhension plissèrent son front avant que finalement lumière ne se fasse. Il faut dire que le sujet de leur conversation n'était pas vraiment le plus propice à ce genre de jeu de mots, et à cause de la fatigue son esprit d'ordinaire agile avait du mal à tenir la distance. D'autant que le soulagement d'être en sécurité réchauffait ses membres fatigués, et l'utilisation de cette relique l'immergeait dans une certaine forme de mélancolie.
D'autre part le chagrin pesant dans le ton de Saeris ravivait les vieux souvenirs qui y étaient attachés, le plongeant dans un long silence fait d'images et de sons depuis longtemps disparus. Eluthel et ses conseils avisés lui manquaient terriblement.

« Ceux qui restent continueront d'aller de l'avant en portant ceux qui leur sont chers en leurs cœurs. Honorant leur mémoire chaque jour, en vivant plus fort. »

Un instant ses mains quittèrent leur œuvre pour attirer à lui le coffre qui avait été ramené un peu plus tôt. De nombreuses figurines de bois sculpté à l'effigie de végétaux et d'animaux étaient soigneusement alignées à l'intérieur, quelques fois éclipsées par le magnifique travail de petits visages finement ciselés. Chacune d'entre elles symbolisait une existence, une vie brûlante ou éteinte célébrée et immortalisée à la façon des Bellanaris. Une collection qui était sans doute le bien le plus précieux de tous leurs archivistes.

Saisissant un ours portant une couronne de lauriers prophétiques du lot, Siha en joua entre ses doigts et le fit doucement rouler contre sa paume pour se réconforter. Sa réponse avait certainement paru froide et détachée, mais c'était tout le contraire. Lui-même apprenait encore tout doucement comment dépasser le deuil et à donner une direction à leurs aravels, luttant chaque jour pour ne pas se montrer trop dur envers ses  propres décisions et capacités. Cependant ces derniers mois l'action avait été si urgente qu'il n'avait pas eu le temps nécessaire à réellement se poser des questions. Heureusement, peut-être.

« Je ne vois pas pourquoi il faudrait choisir, après tout ce sont deux équivalents plus proches qu'on ne pourrait le croire. Cela dit je n'abandonnerais mon rôle ici pour rien au monde, si c'est ce qui vous inquiète ; même si enseigner notre culture au sein des cités m'apporte un plaisir et une fierté uniques en leur genre. » Il haussa indifféremment des épaules, très loin de tenir rigueur aux opinions critiques d'autrui. On ne pouvait pas jouer les ponts entre les civilisations sans parfois être accusé et pointé du doigt par les deux partis. « Je ne suis pas vexé, vous pouvez librement exprimer vos opinions. »

Continuant de jouer avec l'ours, Siha avait posé son verre de thé entre ses jambes croisées en tailleur. En un sens il était intéressant d'écouter les arguments de Saeris et de se forcer à réfléchir en prenant un peu de recul, même s'il ne doutait pas que certaines réflexions et autres jugements extérieurs pouvaient s'avérer pénibles.

« Vora’nadas san banal’him emma abel revas. Ces gens sont libres de leurs mouvements et de leurs pensées, ils peuvent refuser ou partir. Je ne les forcerai jamais à cesser de vénérer leur Créateur ou apprendre notre langue s'ils n'en manifestent pas le désir. Il y a de fait une énorme différence entre respecter des traditions et les assimiler. De plus si un tel changement s'effectuait par la contrainte, cela ne vaudrait pas mieux que la conversion effectuée par la Chantrie suite aux Marches Exaltées. » Son sourire était à la fois paisible et amer, ses yeux rivés sur les remous de sa boisson. « Je ne prétendrai jamais être parfait ou omniscient, mais je n'ai pas pour ambition de commettre les mêmes oppressions qui ont mené à l'exil du peuple elfique. »

Les réserves émises par Saeris étaient simplement des échos de ce qu'il avait entendu des dizaines et des dizaines de fois, de façon plus ou moins virulente selon la patience et l'ouverture d'esprit de ses interlocuteurs. Sehariel le premier ne passait pas un jour sans lui rappeler les potentielles conséquences de son 'idéalisme désespérant', surtout maintenant qu'autant de vies dépendaient de ses directives. Et franchement quand bien même cela partait de la meilleure des intentions, il n'avait pas besoin de rappel. Siha le voyait chaque jour que faisait Elgar'nan, chaque fois qu'il croisait un visage dénué de vallaslin, chaque fois qu'un de ses éclaireurs lui rapportait les mouvements de mages et autres réfugiés -humains ou non- au sein du territoire des Tombes d'Émeraude.

Néanmoins les préjugés insensibles énoncés si clairement, avec autant d'aveugle sévérité, et ce en présence de deux jeunes femmes qui avaient échappé de justesse à une existence d'esclaves sexuelles... S'en était beaucoup trop. Elles n'avaient rien fait qui justifie d'être insultées, et elles ne méritaient certainement pas ce qui leur arrivait, ni les aléas de leur vie passée, ni le jugement gratuit de leurs choix à venir.

« Cela suffit. » Son ton était toujours bas, mais tranchant cette fois. « Personne ne vous dicte vos opinions, alors la moindre des choses serait de rendre la pareille et ne pas condamner des inconnues, en leur présence, avec pour seul motif l'absence de tatouage sur leurs visages. Apprécierez-vous qu'elles vous traitent de rustre ignorante et sauvage en retour, de membre d'un culte sacrifiant des enfants pour la magie rituelle ou de Mythal sait quelles autres inepties ? »

Qu'une dalatienne critique sa politique libérale, ses décisions ou sa personne était une chose acceptable, mais qu'elle s'en prenne à des innocentes sans raison valable en était une autre complètement différente. Or tant qu'il serait décisionnaire Saeris tout comme Alice et Myssa étaient sur un pied d'égalité : elles étaient toutes trois des invitées sous sa protection, et leur statut ou lieu de naissance n'y changeait rien.
Sirotant son thé pour décrisper sa mâchoire, Siha compta mentalement jusqu'à cinq et expira très lentement. Ce satané démon de la Colère n'aurait pas raison de lui et de son flegme imperturbable. Tout rentrerait dans l'ordre. En outre Saeris avait certainement juste besoin d'ouvrir les yeux sur la réalité de Thedas, et en ce sens faire tomber les œillères de sa vie nomade ne pouvait lui faire que du bien. Retrouvant petit à petit son calme, il fit pensivement danser la figurine entre ses longs doigts.

« Appelez-moi comme il vous plaira, vous savez ce qu'il y a à savoir à mon sujet. » Murmura-t-il d'un ton égal. Il n'y avait ni consigne ni expectative, et c'était voulu.

C'était par là qu'il faudrait commencer si la jeune femme souhaitait vraiment trouver des réponses à ses nombreuses questions, car personne d'autre ne pourrait lui apporter des pistes satisfaisantes. De plus même si Siha était volontiers disposé à la guider et lui apprendre comment approcher le monde extérieur, cela serait inutile tant qu'elle n'aurait pas  d'abord spontanément accepté cette démarche.

« L'archiviste, le mage, le professeur, l'éleveur de hahls et celui qui courait dans la nuit sont une seule et même personne. Même si c'est apparemment... difficile à concevoir. »



Dialogue en #ffff99

Voir le profil de l'utilisateur
Saeris Ralaferin
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 237
Jeu 28 Fév - 21:15



Intriguée par le coffre de bois, elle dodelina de la tête pour mieux voir, ses yeux s’écarquillèrent devant la finesse du travail accompli. De véritables petits trésors miniatures. Les paroles de l’Archivistes flottèrent dans l’air, et elle grimaça en écoutant ces mots familiers qu’elle avait déjà entendu autrefois par ses proches. Si elle comprenait l’intention derrière ces paroles, le fond du message lui glissait dessus, sans aucun effet. Est ce que c’était si simple, aller de l’avant et puis hop ? Elle porterait les siens dans son coeur et puis hop ? Un pas après l’autre ? Se contenter de cela lui paraissait une escalade bien périlleuse. Même pour elle qui aimait grimper… Son ressentiment encore trop présent, accepter la réalité, cette réalité la clouait au sol. Dans cette immobilité terrifiante. Elle se redressa pour s’accroupir.

“Je me demande ce qui vous pousse à faire cela… Vous ne vous sentez jamais petit et insignifiant dans tout cet Ailleurs qui déborde ?"

La lassitude la rattrapait soudainement, le découragement faisant écho à ses membres lourds de fatigue. Un nouvel espace se créait à l’intérieur d’elle-même et elle en ressentait le même épuisement qu’une poussée de croissance. Paradoxalement, elle se contorsionnait pour échapper à ce que lui montrait Siha. D’ailleurs elle se tut face à son éclat, visiblement elle venait de mettre les pieds dans un marais. Ces elfes étrangères semaient déjà la discorde, divisant deux dalatiens… Comment ne pas adopter une attitude frondeuse et défiante, réflexe défensif peu sage mais ô combien familier.

“Peut-être que je ne me soucie pas de ce qu’elles pensent, car je ne serai pas surprise qu’elles raisonnent de cette façon. Pourquoi aurais-je à m’en soucier ? Vous semblez avoir en tête de montrer un aspect différent de notre culture, certainement au détriment de vos pairs, ou du moins de lutter contre de tels préjugés et interprétations… Mais vous l’avez choisi, je peux exprimer mes opinions mais pas d’exprimer ma méfiance ? Et OUI je suis ignorante, et me reprocher mon manque de tolérance, quand vous-même agissez ainsi à mon égard à cause de ma méfiance et ma médisance, c’est un comble. Alors me juger parce que je juge ces autres à mon tour, ne nous mènera à rien. A part me comporter comme une sotte.”

Sa gorge se serra, ses émotions devenaient vraiment chaotiques, elle aurait voulu lui dire que cela ne lui était pas destiné. Elle n’avait pas la prétention de changer les choses, surtout quand celles-ci ne lui avait rien demandé. D’ailleurs il était très probable qu’elle n’aurait pas entendu le message si le monde lui avait annoncé un beau matin qu’il fallait faire quelque chose… Quoique, la décès avait été un très bon motif. Son esprit s’échauffait devant sa propre impuissance, certainement une belle ironie, que leur agresseur précédent se trouva être un démon de colère… Il lui manquait la “sagesse” et le discernement nécessaires pour se confronter à la situation de façon constructive plutôt que destructrice.

“Soyez tranquille, puisque mes paroles vous indisposent, c’est votre droit et devoir d’invoquer les règles en tant qu’Archiviste Bellanaris, pour me faire taire. “

Elle finit par se relever abruptement, comme elle ne désirait plus tellement courir, elle se contenta de faire de petits aller et retour, presque sur place, pour l’aider à mettre de l’ordre dans tout cela.

“Ghilan’nain, mais qu’est-ce que je fais ici ?”

Au fur et à mesure des nausées l’assaillirent, et elle se laissa retomber au sol. Son combat intérieur luttait contre son chagrin tentant de se frayer un chemin dans toute cette joyeuse pagaille. Son thé oublié à côté d’elle, elle se massa les tempes, heureusement qu’elle n’était pas mage, vu son absence de discipline émotionnelle, elle n’aurait provoqué que des ennuis. Elle hocha la tête silencieusement avant de confirmer dans un murmure pour elle-même.

“Oui c’est difficile à concevoir.” Siha dans son entièreté, complexe dans tous ses aspects, elle leva les mains au bout d’un moment. “Et je ne souhaite pas vous faire perdre votre temps avec cela.”

Avec ses questions existentielles surtout, cela ressemblait davantage à ce qu’elle voulait dire, mais ce serait déjà signifier que les choses bougeaient… C’était terrifiant ! Ses doigts effleurèrent sa flûte, comme elle aurait aimé pouvoir en jouer au lieu d’user de paroles. Cependant, elle savait que cela attirerait une attention non désirée de prédateurs potentiels. Elle avait eu son quota de visite démoniaque pour longtemps.

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Siha Bellanaris
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1591
Jeu 7 Mar - 18:43
« Au contraire, je me sens constamment petit et insignifiant... Mais toute créature vivante -petite ou grande, prédateur ou proie- a son rôle à jouer dans notre monde... et je ne fais pas exception. Alors j'ai décidé de lutter pour accomplir quelque chose plutôt que de rester assis à rêver et me morfondre. Explorer le monde plutôt que le contempler. Apprendre et comprendre plutôt que d'imaginer et prétendre tout savoir. »

Un lourd silence retomba entre eux, noyant la conversation de sourds de quelques faibles crépitements et parfois le lointain hululement d'une chouette. Siha se frotta frénétiquement les bras pour essayer de se réchauffer. Un froid insidieux semblait s'être logé dans ses membres, et pourtant il savait qu'il ne ce n'était pas vraiment son corps qui manifestait la fraîcheur nocturne. Non, c'était quelque chose de plus profond et invisible, une sensation d'apathie et de détachement qui le prenait parfois quand la magie était présente et le Voile trop fin.
Heureusement la relique agissait comme un bouclier contre les menaces physiques que spirituelles, et plus que jamais il était rassuré du contact lisse sous ses longs doigts. L'Immatériel et les créatures de l'autre côté l'appelaient par un chant de sirène que seul lui pouvait entendre... Et tout à coup l'idée de s'affranchir des limites de ce monde lui parut on ne peut plus tentante. Il expira très lentement pour s'ancrer dans le monde matériel, grimaçant imperceptiblement à l'exclamation de la jeune femme. Il ne jugea pas bon d'intervenir néanmoins, de peur que cela empire les choses.

Par ailleurs Nethari s'était approchée de Saeris à petits pas de loup, discrète et prudente, comme de peur qu'un geste trop brusque ne lui fasse prendre ses jambes à son cou. Glissant une couverture de laine sur les épaules de la rescapée, l'artisane lui glissa quelques mots bienveillants en dalatien puis recula de quelques pas pour lui laisser le temps de respirer. Cependant ses prunelles grises suivaient Saeris à la trace, guettant le besoin d'une autre intervention, son instinct maternel prenant naturellement le dessus.
Après une paire de minutes elle fit tout de même tel que l'on lui avait suggéré et s'en fut chercher un sac de couchage brodé de l'aigle à deux têtes du clan, qu'elle posa à disposition. Dodelinant de la tête comme si elle voulait dire quelque chose et s'était ravisée au dernier moment, la brune se dirigea ensuite vers les deux citadines qu'elle encouragea à retourner dormir. Frottant gentiment l'épaule de Myssa, elle finit par la convaincre de retourner dans sa tente en compagnie d'Alice, qui glissa un regard méfiant en direction de Saeris avant de disparaître à son tour.

Siha s'en voulut un peu d'assister à l'échange silencieux sans au moins expliquer les circonstances de leur présence au sein du clan, néanmoins il n'avait ni l'énergie ni la patience pour cela. De plus pourquoi devrait-il se confondre en justifications devant une gamine qui avait manifestement déjà des réponses toutes faites avant même de poser les bonnes questions ? Ce n'était pas à lui de lui courir après pour la sortir de son ignorance. Respirant profondément pour faire le vide dans sa tête, il effleura les diverses figurines du bout des doigts, l'ours toujours chaudement logé dans son autre paume. À ce train là, la nuit serait terriblement longue...

« Vous devriez vous reposer, le chemin sera long demain. Nous sommes tous les deux éreintés et je doute que quoi que ce soit de bon ne ressorte d'une telle... 'discussion'. »

Il sursauta lorsqu'une minuscule boule de poils roux sauta dans son giron, tel un diable sorti de sa boite. Flattant Jade qui se mit très vite à escalader ses vêtements comme une immense montagne, Siha finit par le soulever et le porter à son épaule, son perchoir préféré.

« Nous aurons d'autres occasions de parler de cela et bien d'autres choses encore lorsque nous nous mettrons en route,... à supposer vous n'abandonniez pas vous faire un avis par vous-même d'ici-là. »



Dialogue en #ffff99

Voir le profil de l'utilisateur
Saeris Ralaferin
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 237
Dim 10 Mar - 0:48



S’il se sentait si petit que cela, d’où pouvait bien provenir sa résolution d’agir plutôt que de réagir ? Estimait-il que son rôle d’Archiviste s’étendait à plus que cela ? Pour Saeris cela représentait déjà une énorme tâche… Elle ne se serait jamais sentie à la hauteur d’une telle mission. Et voilà qu’il s’en rajoutait. Est-ce que cela voulait dire qu’auparavant il ne faisait que rêver et se morfondre ? Elle avait du mal à se le figurer, sans doute sa décision impactait déjà ce qui émanait de sa personne. Elle fronça les sourcils sous la concentration, elle aimait bien contempler ce qui l’entourait, en retrait. Une porte sortie pour pouvoir s’enfuir au cas où. Siha visiblement n’était pas vraiment concerné par ce comportement, bien au contraire, elle l’avait constaté, plutôt l’inverse. Et elle, ne supporterait pas le poids de tout savoir, elle deviendrait folle, sa tête bien trop petite pour cela. Les certitudes agissaient comme des repères pour l’instant. Et dans un environnement hostile, il pouvait lui être dangereux d’avoir des doutes.

.... “ Elle prit une inspiration mais rien ne semblait lui venir à l’esprit. Finalement le silence, même de non-dits, parce qu’il n’y aurait rien à ajouter de toute façon… leur fut sans doute bénéfique. Elle leva les yeux vers le ciel, ce moment de pause bienvenu, parce qu’elle avait l’impression que plusieurs heures, voire même plus d’un jour, s’étaient écoulés en un lapse de temps trop court pour être naturel. Elle sursauta presque lorsque Nethari s’adressa à elle, resserrant la couverture autour d’elle.  Saeris se rendit compte qu’elle frissonnait, le tissu lui apporta un certain réconfort ainsi que les paroles de la dalatienne. Nethari lui rappela un peu ce que devait être un foyer quand tout le clan se rassemblait. Elle s’interrogea sur le nombre de personnes formant le Clan Bellanaris. Malgré l’affirmation de Siha, à la considérer comme une de ses elvhen… Elle savait que certains clans pouvaient être très petits selon les naissances, ou les pertes, ou les malheurs croisés en route.

L’attention de Saeris portée sur Nethari, son regard croisa celui d’Alice, elle fronça les sourcils et lui renvoya son regard méfiant, pinçant les lèvres, elle se résigna à se tenir tranquille. De toute façon, même si elle désapprouvait leur présence, elle ne leur ferait rien de plus après avoir aussi clairement énoncé sa désapprobation. Elle reporta son attention sur la sphère magique, et surtout les figurines, elle tressaillit au son de la voix de Siha. Manifestement, elle ne s’attendait plus à l’entendre. Elle refusait de se sentir coupable de ce fait, elle se savait responsable de la façon abrupte dont s’était terminée leur précédente altercation. Curieusement, plus elle rejetait cette culpabilité, plus elle se sentait peu digne de recommencer à lui parler… Elle soupira, lorgnant sur le couchage, mais si c’était pour se mettre à gigoter dans tous les sens, elle ne trouverait aucun repos à s’allonger. Même si elle accueillit la suggestion avec soulagement, un éclat de rire gêné franchit ses lèvres, avant de sourire faiblement. Ses yeux se rivèrent sur le feu, si seulement ces flammes ne lui rappelaient pas celles du démon.

“Même si je le voulais, je risque surtout de m’agiter et de déranger tout le monde, même si ce doit être déjà le cas….” Renonçant à leur précédent désaccord, elle désigna l’oeuvre d’art qu’il tenait entre ses doigts. “C’est vraiment beau, elles sont de vous ou d’un de vos façonneurs ?”

Elle poussa un petit cri tout à fait peu digne, en voyant un éclair roux débarquer dans leur veillée forcée. Saeris regarda le chaton, enfin en tout  cas, il avait l’air d’un chaton, bien que sa façon de se tenir sur l’épaule de l’Archiviste laissait supposer qu’il avait l’habitude s’y percher.

“Qu’est-ce que…. C’est que… ça ? Oh !”
La surprise passée, elle fixa l’animal, intriguée, ses yeux si particuliers semblaient plus expressifs qu’il n’y paraissait. Elle en oublia presque les questions qu’elle venait de poser, toute son attention dirigée vers le félin. Elle se pencha pour le regarder de plus près, tout en se tenant à une distance raisonnable, elle ne souhaitait pas l’effrayer. Elle se doutait que cet petit être ne pouvait provenir d’un campement. Cependant, elle ne lui tint pas rigueur de ses origines, malgré ses oreilles pointues, et ses grands yeux, caractéristiques similaires aux elfes. Non elle n’était pas à ce point là, tout de même.

“Un autre rescapé ? Votre clan cache bien ses membres à ce que je vois… On dirait un bébé. Est-ce qu’il se laisse approcher ? Il a toujours eu cette couleur ? Oh, regardez comme il sait qu’il est mignon!”

Un peu de gaieté retrouvée, elle se remit à sourire, ses yeux s’éclairant malicieusement, un léger rire s’échappa de sa gorge, en voyait le petit chat réclamer de l’attention. Il semblerait que l’Archiviste Siha possédait aussi le don de s’entourer d’une compagnie peu habituelle. Enfin ces oreilles pointues là, ne la dérangeaient pas outre mesure. Même si elle dut admettre que le charme du félin se révélait assez redoutable.

“D’ailleurs, c’est un mâle ou une femelle ? Quel est son âge ? Cela fait combien de temps que vous l’avez ? Qu'en pensent les hahls ? Est-ce que vous l’avez en figurine ?”


Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Siha Bellanaris
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1591
Ven 15 Mar - 16:15
Après un silence aussi long et pesant, quelle ne fut pas sa surprise de voir Saeris persister à maintenir une discussion. Accueillant ses premières remarques sur l'agitation et le sommeil avec une certaine indifférence, il ne comptait pas insister dans un sens ou dans l'autre. Après tout contrairement aux apparences elle n'était plus une enfant, et la materner ne lui apprendrait jamais à penser par elle-même. Non qu'elle soit manifestement disposée à utiliser sa cervelle pour autre chose que haïr aveuglément, de toute façon.
D'un autre côté c'était presque contre nature de ne pas lui répondre du tout, du moins tant que le sujet serait plus neutre que précédemment. Il hésita un peu. Puis ouvrant sa paume, l'archiviste dévoila la figurine de façon à ce que la jeune femme puisse mieux la voir à la lumière du feu. Les délicats sillons sur le bois étaient assez subtiles pour paraître naturels, mais assez marqués pour bien marquer les courbes et les détails les plus infimes. C'était un travail soigné et méthodique, celui de quelqu'un qui n'en était plus à son coup d'essai.

« Mon frère les a sculptées pour moi, comme le dicte notre tradition depuis plusieurs générations. Chacune représente une vie du clan. »

Leur culture était fermement opposée à la transmission écrite pour un tas de raisons, aussi certains clans avaient développé des moyens alternatifs d'exprimer leur créativité et garder des traces physiques de leurs origines. Néanmoins ces animaux et ces plantes étaient bien plus qu'une version transmissible d'un registre ; ils étaient la preuve vivante que chaque être avait sa place, et devait être intégré et protégé pour préserver le tout dans son ensemble. Une signification qui ne serait sans doute pas comprise telle quelle.

Siha ouvrit la bouche pour mettre de côté ses résolutions et prioriser l'éducation d'autrui, mais la referma aussitôt. Le petit cri de surprise le fit sursauter à son tour, autant d'horreur de voir des gens réveillés que celle de voir le démon revenir à la charge. Cela dit rien d'autre ne se produit et seules les drôles de questions brisèrent le silence de la nuit.
Jade leva les moustaches vers la drôle d'elfe qui le regardait comme s'il était une créature de par-delà le Voile, sans être intimidé le moins du monde. Au contraire il soutint le regard de ses petits yeux jaunes, d'une teinte à peine plus claire que ceux de son maître.

« Il a la taille d'un bébé mais je doute que s'en soit un. Il est très indépendant et sûr de lui, assez pour survivre seul. Heureusement il n'est plus aussi famélique... » Il n'était peut-être pas un expert en chats, mais il avait côtoyé et imité assez d'animaux dans sa vie pour connaître les lois générales qui régissaient leur comportement.

Un peu abasourdi par l’enchaînement de questions et plus bizarre encore, la déconcertante vitesse à laquelle l'humeur de Saeris changeait du tout au tout, Siha la regarda du coin de l'oeil, méfiant. Dur de savoir sur quel pied danser en ces circonstances. Haussant finalement les épaules il grattouilla la tête de Jade, noyant son corps entier sous sa large paume. Toujours sceptique il ne put s'empêcher d'observer l'intérêt enfantin placardé sur le visage de  son interlocutrice, et de répondre au fur et à mesure, tant qu'il en avait encore l'occasion.

« Quand je l'ai trouvé plein de poussière et de boue, les poils noués par le vent du désert, il était beaucoup moins beau. Et il n'a pas apprécié le bain, je peux au moins vous assurer de ça. Mes bras s'en souviennent encore. »

Grimaça-t-il au souvenir des griffures, probablement le seul moment où l'animal s'était montré un tant soit peu agressif. Et pour une bête farouche qui avait visiblement grandi au va et vient des caravanes de passage, ce n'était pas peu dire.
Prenant le polisson dans sa main il le délogea de son perchoir pour le poser à terre. D'une caresse et un regard encourageant il le poussa gentiment vers Saeris, de la même façon que l'on apprendrait à un enfant à se comporter en société. Ce qui n'était pas si loin de la réalité, en fin de compte.

« Allez da'len fais pas cette tête, va dire bonjour. »

Jade le regarda en penchant la tête sur le côté pendant quelques secondes, puis accorda enfin son entière attention à la dalatienne, comme s'il avait enfin compris ce qu'on attendait de lui. Néanmoins il se fit désirer et resta là assis pendant un moment, sa queue dansant au gré de son bref caprice. Enfin comme s'il avait estimé avoir accaparé suffisamment les regards, il s'approcha à tout petits pas, paresseusement, les yeux rivés sur Saeris. Le dos creux, le chaton se tenait prêt à rebondir dans les bras protecteurs qu'il venait de quitter au moindre signe de danger. Se risquant à approcher, il mit quelques coups de patte hésitants à la jambe de la jeune femme, avec la même prudence qu'on vérifie qu'un poisson vit encore hors de l'eau.

« Jade est un mâle. Je ne connais pas son âge exact. Je l'ai trouvé il y a deux mois et il n'a pas grandi d'un pouce même s'il a enfin pris du poids. Par conséquent je doute que son apparence reflète son âge réel. » Difficile de répondre à tout à ce rythme... mais il essaya du mieux que lui permettait sa patience restante.

« Aussi étrange que cela paraisse les hahls ne sont pas plus surpris de voir un chat que de voir un elfe. Ils étaient curieux au début mais is s'y sont faits. Tous s'entendent bien et jouent parfois ensemble, même si j'ai toujours un peu peur que le petit se fasse marcher dessus. Et non, je n'ai pas encore de figurine pour lui... c'est vrai que je n'y ai pas pensé, il faudra y remédier quand nous serons rentrés. Maintenant que j'y pense, cela fait un moment que je n'ai pas eu le loisir de me poser auprès des miens et savourer la tranquillité de nos aravels. »

Il y avait un brin de regret coupable dans sa voix, après tout son absence était forcément très remarquée, surtout maintenant que leur nombre était bien plus significatif. D'un autre côté il était presque impossible d'exercer le plein de ses fonctions de Felassan sans devoir parfois voyager sans son clan. Bien des choses ne pouvaient être accomplies sans être discret, et hélas être en groupe ruinait ses chances de passer inaperçu. Et puis rien que pour éviter les sermons des mères poules angoissées par ses fréquentations et autres bonnes consciences pleines de zèle, cela valait le coup.

« D'autres questions, peut-être ? » Il voulut réprimer la pointe de sarcasme dans sa voix mais échoua lamentablement. Certains avaient bien plus de mal à tourner la page et améliorer leur humeur que d'autres...



Dialogue en #ffff99

Voir le profil de l'utilisateur
Saeris Ralaferin
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 237
Mar 26 Mar - 20:45


Complètement captivée par la boule de poils, et par ses pupilles si particulières, elle avait très envie de le dorloter comme le faisait Siha. Elle se tint pourtant immobile lors de l’inspection féline, faisant pianoter ses doigts sur ses jambes, seul signe de nervosité. Elle espérait ne pas l’effrayer, ou plutôt de ne pas être cause d’un rejet de la part de cette adorable frimousse. Très vite, elle se rendit compte qu’elle retenait son souffle et entreprit de relâcher ses épaules tendues, attendant patiemment que le chat fasse son choix. Un moment si fatidique, qu’elle faillit perdre le fil de la conversation, ou plutôt des réponses à ses questions empressées.


Ainsi les hahls s’étaient accoutumés à la présence de la miniature… Il est vrai qu’il ne semblait pas représenter de menace immédiate quand on le voyait se faire cajoler. Avec une pareille distraction sous les yeux, elle ne s’aperçut pas des conséquences de son changement de ton et d’humeur, elle ne vit donc pas Siha la considérer avec méfiance. Ses préoccupations étaient toutes focalisées sur: allait-elle pouvoir gratouiller Jade? Oui oui son sens des priorités tout à fait infantile, ajouté à sa spontanéité donnaient des situations aléatoires quelque peu imprévisibles.


Les membres de son Clan avaient fini par s’habituer dans la plupart des cas. Siha se retrouvait à naviguer dans des eaux, auparavant tumultueuses, devenues un courant plus doux et malicieux. D’ailleurs après le récit de la rencontre entre l’Archiviste et Jade, elle tenta d’atténuer l’éclat de rire qui lui échappa. Elle reprit d’un ton plus bas. “Ah non ? Il n’aime pas l’eau ? Il a l’air teeellement malheureux, vraiment vous auriez du le laisser à son triste sort.” Ses yeux revinrent enfin sur le visage de Siha, une moue moqueuse sur les traits. Elle les trouvait bien assortis ces deux-là. Elle présenta les paumes de ses mains au petit rouquin, en un geste qui se voulait accueillant et surtout inoffensif. “Il est si petit, pratique pour voyager, on ne le croirait pas si farouche.” A cause de ses manches, elle ne pouvait distinguer les séquelles du bain, sur les bras du mage. “Très pratique pour les attaques surprises aussi.”


“Jade…” Elle laissa le nom chantant s’écouler, et se demanda ce qui avait pu inspirer Siha à le nommer ainsi, et aussi… Oh, elle posait trop de questions… Cette fois elle perçut le ton agacé, et se mordit la joue, une expression penaude se peignit sur ses traits. Cette fois Jade lui permit de masquer son embarras, elle détourna la tête pour sortir un petit gland et une petite plume de sa sacoche, elle les agita sur le sol pour voir s’il voudrait jouer. Et surtout pour éviter d’incommoder Siha.


Ses mots lui revenaient en tête… Cela faisait un moment qu’il était loin de chez lui. En dehors de l'Assemblée des Archivistes, et de Neria envoyée au loin, elle ne se rappelait pas qu'ils s'éloignent des leurs. Même si celui-ci semblait différent, il devait être nostalgique et impatient de revenir parmi les siens… et elle n'avait rien trouvé de mieux que de le retarder, voire de compromettre son retour dans son Clan quand il avait risqué sa vie pour l'aider. Son regard dériva vers sa boîte à figurines, elle tendit le cou pour observer celle qu'il lui montrait.  Elle n'osait pas y toucher, elle pouvait presque lire la dévotion et l'application dans les traits ciselés.


“Votre frère doit être un façonneur très apprécié, ses sculptures paraissent presque vivantes. J'aimerais pouvoir en faire autant, si mon attention n'était pas si…” Elle esquissa un geste aérien pour achever son explication. Il ne serait sûrement pas surpris de cette description d'elle-même. “C'est un peu comme emporter un peu de chez vous, ce doit être réconfortant. J'ai un souvenir aussi, enfin pas tout à fait un souvenir non plus, c'est juste précieux dans sa simplicité…” Elle lui montra sa flûte en bois.


Soudainement mal à l'aise, c'était elle qui ne savait plus vraiment par quel bout aborder Siha sans que cela n'induise davantage de confusion ou de malentendus. “Elle n'est pas aussi travaillée, je crois que c'est mieux comme ça cependant, c'est ce qui lui ressemble le plus.” Elle soupira et fit une autre tentative pour reprendre une humeur plus amène, un ton un peu moqueur, feignant de l'accuser d'être à l'origine de toutes ses questions.


“Vous avez des choses intéressantes à raconter… Ce n’est pas entièrement de ma faute… Si ?” Elle tentait maladroitement de s'excuser pour son flot de questionnements précédent, prenant un ton espiègle et léger. “D’ailleurs si je ne vous ennuyais pas autant avec mes interrogations, je vous demanderais probablement ce qui vous pousse à partir si loin de chez vous, quand manifestement cela vous culpabilise, ce que peut bien être un désert, s’il y a une raison d’avoir nommé votre chat Jade. Si votre frère serait importuné que je lui demande des conseils sur son art et puis...“ Elle s’interrompit, il ne goûterait peut-être à sa plaisanterie. “Peut-être que je vais juste vous laisser tranquille."

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Siha Bellanaris
Archiviste
- Felassan -
Messages : 1591
Lun 8 Avr - 15:10
Si Jade avait longuement hésité et joué les divas inaccessibles comme pour narguer la jeune femme qui l'observait avec curiosité, il finit néanmoins par se lasser. Peut-être parce que l'effet escompté avait déjà été obtenu, peut-être parce que les doigts dansants de Saeris étaient une irrésistible invitation à jouer. Le fait est qu'il sauta plus proche et chassa ces phalanges mouvantes du bout de sa patte, ses coussinets s'abattant à répétition avec la force d'une fourmi. Une bête sauvage aussi inoffensive que curieuse, dont les réticences venaient de subitement s'envoler.

~Traître.~ Ne put s'empêcher de penser Siha, dont les yeux ambrés suivaient chacun des mouvements félins.

Ceci dit la distraction était on ne peut plus bienvenue, le sujet de leur conversation ayant au moins atteint un terrain neutre où il pouvait à nouveau se barricader derrière ses défenses et s'accorder un peu de répit. Assez pour que le soudain éclat de rire de Saeris, quoique toujours paradoxal, lui paraisse un tantinet moins choquant. Au moins un membre du groupe avait une certaine facilité à relativiser la catastrophe de la soirée et passer à autre chose, c'était toujours ça de pris, surtout en lumière du trauma répété que vivaient Alice et Myssa.

« Lui, farouche... » L'idée faillit lui éveiller un rictus ironique, tellement cette idée paraissait saugrenue.

Méfiant serait plus adéquat, en ce qui étaient sûrement des séquelles d'une vie passée auprès des caravanes à la porte du Ponant. En vérité il était si improbable qu'un animal de compagnie se retrouve dans un endroit aussi reculé de Thédas, que la seule explication rationnelle pour l'expliquer était un abandon. Le regard de Siha s'attendrit en voyant le petit rouquin sautiller frénétiquement autour de Saeris, visiblement plus à l'aise. Ce n'était pas qu'il ait du mal à se montrer sociable, au contraire. Simplement une vie passée à pister les restes de nourriture, se faire apprécier des voyageurs indifférents tout en craignant leurs maltraitances lui avait forgé le caractère. Parfois le mage se demandait encore pourquoi le chaton avait si spontanément décidé de le suivre...

« La halte de Jade, c'est l'oasis où je l'ai rencontré. » Répondit-il comme pour faire écho aux pensées de Saeris, dont il devinait la question suivante. « J'ai voulu immortaliser les bons souvenirs que j'y ai faits, et puis il a semblé aimer le nom. »

Il lui fallut une grande force de volonté pour ne pas le rappeler à lui, sa présence lui apportant un réconfort indicible. Cela dit ce serait terriblement égoïste de le priver d'un peu de jeu, d'autant que le voir approcher d'autres personnes enflait sa poitrine d'une fierté presque paternelle.
Submergé par une marée montante de pensées diverses, Siha rangea finalement la figurine dans le coffre, sans pour autant se résoudre à le refermer. Son regard oscillait entre Jade et la relique dont l'éclat lumineux avait maintenant la pâle douceur de sa forêt natale. D'autre part la lumière feinte renforcée par le feu éclairait légèrement la nuit, la rendant plus chaude et moins effrayante.

« La beauté d'un objet ne réside pas seulement dans son aspect physique, mais aussi dans sa raison d'être et le processus de création. Alors je trouve que c'est un joli instrument. Vous en jouez ? »

Les mains posées sur ses cuisses, il était demeuré immobile, assis sur les talons, le dos très droit, telle une des nombreuses statues qui pavaient les Tombes Émeraude. Par ailleurs il accueillit la maladroite tentative de plaisanterie avec bonhomie, n'ayant pas tout à fait dépassé la rudesse précédente et le changement de ton, mais ne déplorant pas ce dernier non plus.

« Sehariel parlerait sûrement avec plaisir de son art pendant des heures, aussi je vous conseille de bien choisir le moment où vous lui poserez la question sous peine de mourir d'ennui. Disons que si le résultat est magnifique, son talent à passionner les foules laisse un peu à désirer. »

Avant même d'avoir réalisé que ces questions étaient plutôt rhétoriques il avait déjà répondu, lancé par la force de l'habitude et bien sûr la crainte de voir la conversation tourner aux accusations une nouvelle fois. Puis finalement il réfléchit à la première question, se demandant jusqu'à quel point il pouvait être honnête sans être définitiveent étiqueté de crédule, stupide, un archiviste irresponsable qui privilégiait les étrangers aux dépens de son clan entier. Des fautes qu'il reconnaissait volontiers, mais avait toujours du mal à accepter.

« Nous ne sommes tous qu'une seule personne, une seule paire de bras, faits de chair et d'os. Parfois c'est difficile de faire ce qui nécessaire sans faiblir ailleurs. Ma magie et mon obstination me permettent d'accomplir des choses que beaucoup jugent impossibles, mais malheureusement certains obstacles sont trop vastes, et on ne peut être partout à la fois. Il n'existe pas de choix idéal et sans contrepartie, contrairement à ce que les gens imaginent. »



Dialogue en #ffff99

Voir le profil de l'utilisateur
Saeris Ralaferin
Éclaireuse
- Felassan -
Messages : 237
Dim 21 Avr - 17:26



Après quelques minutes, farouche n’était effectivement pas le terme qu’elle aurait employé pour décrire l’espiègle Jade. Elle sentait ses petits de pattes sur ses doigts et se prit au jeu de tenter de lui échapper. Un jeu de chasse et de réflexes, de petits rires l’agitèrent quand elle se faisait attraper. Son humeur facilement influencée par le petit chat qui semblait si loin de la complexité de ce monde.


“L’oasis, oa-sis….” L’étrangeté du mot l’intrigua, elle le répéta plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il vienne se tresser sur le pelage du félin. Non pas en tant que couleur, une autre forme, un relief, que le mot n’aurait pas apporté en d’autres circonstances. L’apposer sur lui, c’était un peu comme le visage d’une personne inconnue, en apprenant à la connaître, ce que l’on en sait va venir s’écrire sur ses traits pour toujours. “L’oasis de Jade, on dirait le murmure d’un lieu secret.”


Elle décrocha ses yeux de la boule de poils et sourit à Siha, elle pouvait presque entendre l’affection dans sa voix quand il parlait du chat. Ou était-ce autre chose ? Son attachement ? Ce n’était pas comme si cela la regardait, de plus l’étonnement venait de s’interposer dans son questionnement. Elle en était encore à écouter sa réponse sur ce que pouvait être la beauté d’un objet, quand vint sa demande. Elle ne s’attendait pas vraiment à cela, elle cligna des yeux pour être certaine qu’elle avait bien entendu. Finalement, elle secoua la tête pour exprimer une approximation.


“J’apprends encore, par moments j’ai le sentiment que je ne vais jamais m’arrêter d’apprendre, et que même si j’arrivais au bout de mon apprentissage, il m’échapperait toujours. Je ne lui ai jamais donné de nom, peut-être que j’aurais du.”


Si ça manière de l’obtenir s’était fait dans des circonstances de deuil, elle avait de bons souvenirs avec cette flûte. En particulier avec le hahl propriétaire du bois, ses yeux s’attardèrent sur l’instrument avant de revenir sur l’Archiviste. Un frisson glacé lui parcourut la nuque. Sa façon de se tenir immobile, figé… Lui évoquait des endroits en ruines qu’elle avait déjà vu, des endroits où il ne restait que des ombres, et surtout plus rien de vivant. Elle sursauta quand elle entendit de nouveau sa voix pour parler de son frère. Elle se morigéna intérieurement devant sa propre stupidité à s’effrayer d’un rien…


Passant outre ses inquiétudes, elle garda ses yeux rivés sur Siha. A la lueur du feu, elle put presque entrevoir un chatoiement. Posé ainsi, elle le trouvait partagé, il lui apparaissait d’ici et d’ailleurs. Comme intemporel, l’arbre doré lui revint en tête. Elle n’en avait vu que le feuillage, et à présent se dessinaient l’idée de racines. Ces racines à l’aube de la magie. Une magie ondoyante et insaisissable. Ces racines s’étendaient, invisibles pour tous, de toute façon, il était probable que la plupart du temps, le feuillage doré empêche de voir ce qui se dissimulait sous terre. Cependant il n’avait aucun mal à se mouvoir, rien à voir avec ce qu’elle avait vu avec les autres arbres…


Enfin la voix de l’Archiviste la ramena de ses constatations, la description quelque peu flatteuse et taquine de son frère lui revint comme ce que font les membres d’une famille. Elle émit un rire plus discret cette fois, avant d’acquiescer avec un air complice.


“Je tâcherai de lui demander quand vous n’aurez pas à devoir l’entendre aussi dans ce cas ? Mais j’espère en entendre suffisamment pour voir le travail du bois de façon différente. Votre frère se trouve aussi dans les Tombes j’imagine.”


Il ne lui semblait pas l’avoir vu parmis les personnes présentes, alors elle en avait conclu qu’il était absent. Par contre elle espérait qu’il aurait du temps à lui accorder pour ses explications. Il avait sûrement d’autres tâches à accomplir au sein de son Clan. Elle ne souhaitait pas devenir un dérangement. D’ailleurs elle devrait se demander ce qu’elle ferait une fois arrivée aux Tombes. Elle ne resterait pas indéfiniment, même si la perspective de rester un certain temps parmi les siens avant de repartir la tentait bien plus qu’une simple escale. Elle craignait de voir sa résolution faiblir en demeurant aux Tombes. Il faudrait qu’elle soit vigilante.


Oh… Oh… Là c’était le moment d’admettre qu’elle regrettait lui avoir posé cette question de raison si importante le tenant loin de chez lui… Elle avait escompté qu’elle comprendrait la réponse. Embarrassée, elle regarda ses mains en essayant de décortiquer ce qu’elle venait de recevoir. Ca oui, une seule personne, ou du moins elle avait toujours vécu fidèle à elle-même en tant que Saeris. Et ce, depuis qu’elle avait compris que c’était elle Saeris, que cette appellation la désignait elle. Et donc, Siha avait à faire ailleurs ? Peut-être que ces voyages loin des siens servaient indirectement les siens. Même si elle n’avait pas la moindre idée de ce dont il s’agissait…


Elle soupira de dépit, ses réponses amenaient toujours d’autres questions… Lutter contre des obstacles ? Etre partout à la fois ? Ca non, en effet, elle était d’accord, elle ne connaissait aucune magie qui pouvait faire cela. Même si Neria ne lui disait pas tout, elle lui aurait parlé de ce genre de magie, plutôt pratique si elle avait existé. Sans doute quelque chose lui échappait. Tous ces éléments, pointaient bien quelque part. Elle se mit à osciller, sa tête dodelinant doucement.


“Vous auriez  des choses si importantes à faire ailleurs qui auraient un impact sur votre Clan, mais vous rencontrez des contretemps… Et je ne sais plus après… En vrai, je crois bien que je n’ai rien compris à ce que vous venez de me dire.”



Sa voix se fit un peu lointaine comme si après cet aveu gênant, elle tentait de saisir ce que Siha lui avait dit. Elle entendit le bruissement des feuilles en guise de réponse, ainsi qu’une pesante surdité qui boucha ses oreilles, comme si plus rien ne devait y entrer à part la quiétude.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[SMJ PV Siha] Dareth Shiral
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Plaines Exaltées-
Sauter vers: