en haut du forum
en bas du forum



La Ballade de Groin-Groin (PV Zevran)

Argonia Coutray
Barde
- Les Amis de Jenny la Rousse -
Messages : 38
Mar 16 Avr - 23:18

La Ballade de Groin-Groin


La mission pour Jenny était asse simple cette fois-ci, et j'étais assez heureuse de l'effectuer. Le temps était beau, et les paysages autour du Lac Célestine étaient ravissants. De grandes bâtisses et villa d'été entouraient ce majestueux lac, laissant aux nobles tout le loisir de fuir la ville pour profiter des activités de plein air et des bals estivaux. Et pour les petites gens, c'était une période difficile. Des nobles exécrables, de longues heures, beaucoup de nourriture gâchée... Les Amis de Jenny m'avaient contacté pour le domaine de Sordone, appartenant à un noble capricieux et narcissique qui avait la fâcheuse manie de mener la vie dure à ses gens. On m'avait donné la mission de m'introduire dans cette maison, et de trouver une certaine boite laquée. Pour le reste, la surprise restait à ma discrétion, et par le Tisserand j'ai une imagination des plus débordante pour cela.

Le chemin fut agréable, et selon les informations à ma disposition j'avais une fenêtre de quelques jours pendant lesquels le maitre des lieux était absent, allant rendre visite à l'un de ses amis dans le domaine voisin pour une chasse au cerf auguste. Il n'y aurait que quelques gardes, quelques serviteurs, et de nombreux passage où aller. Grâce aux "Amis", je savais quelle petite porte utiliser dans le jardin Est du domaine pour rentrer, puis la petite trappe derrière le puits pour pénétrer dans le cellier du manoir. Comme un chat silencieux et roux, je faisais mon petit chemin sans croiser personne. Avec mes habits de barde et un masque vert cachant le haut de mon visage, tradition orlésienne oblige, je regardais par la trappe si le passage dans le cellier était libre. Personne. Tout était silencieux. C'était étrange d'ailleurs, il devrait y avoir au moins quelques serviteurs, je devrais les entendre même de loin... Je sortais de ma cachette, silencieuse et souple. J'avais en tête le chemin qu'il fallait parcourir, un des serviteurs l'ayant expliqué. Je devais montrer d'un étage et aller à l'opposé du manoir, en passant par la bibliothèque et la salle de trophée. Je marchais dans le couloir, serrant les murs. Toujours aucun bruit. Puis un murmure étouffé, le son d'un sac qui tombe sur le sol et qu'on traine. Je me figeais, en alerte. Je m'arretais à un croisement, jetant un coup d'oeil. Personne... Si ce n'est une trace sombre de sang sur le carrelage, une trainée de mauvaise augure allant derrière une porte fenêtre menant aux jardins. Un frisson me parcouru, et je me mis à chuchoter.

"Mhh.... Ce n'est pas normal..."

Quelque chose n'allait pas.... Et je n'étais pas seule...



Voir le profil de l'utilisateur
Zevran
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 472
Emploi/loisirs : Assassin
Mer 24 Avr - 0:30

La ballade de Groin Groin



Un petit contrat rapide et amusant, sans difficulté particulière à priori. L’histoire était cocasse, d’après son commanditaire, un jeune noble du coin étant tombé amoureux d’une courtisane avait offert à cette dernière un présent de valeur en gage de son affection. Le jeune homme, naïf, avait promis à son doux amour qu’il la marierait malgré la désapprobation plus que probable de ses parents car elle était – d’après ses dires – une princesse déchue du Nevarra.

Le bon sens n’était pas la seule chose qui manquait au jeune noble, en plus de croire et de promettre n’importe quoi, il l’avait raconté à ses « amis ». L’un d’eux s’était amusé de sa situation et avait racheté le gage d’affection à la courtisane pour deux fois sa valeur. L’histoire aurait pû s’arrêter là mais l’ami qui n’en était pas un et qui prévoyait de faire éclater le scandale preuve à l’appui se vanta de son projet… Et quelqu’un décida d’engager la mésange pour récupérer le bijou avant que le jeune noble ne soit tourné en ridicule.

La Mésange était perchée sur le toit avec le croquis de la broche de perle qu’il devait subtiliser. Sa victime était parti quelques jours à la chasse, la maison était calme, mais une fenêtre ouverte l’avait interpellé un peu plus loin. Il entreprit de descendre du toi et de se percher sur le rebord d’une fenêtre voisine pour étudier la situation. A l’intérieur de la salle il y avait du sang… Soit les serviteurs étaient particulièrement agités, soit il y avait quelqu’un dans la maison. Quelqu’un qui ne connaissait pas son travail et qui laissait beaucoup trop de traces derrière lui.

De toute façon Zevran n’était pas là pour sauver qui que ce soit d’un fou dangereux, il devait aller dans la chambre du fils aîné de la maison et récupérer cette foutue broche en perle.  Il rabattit le crane d’oiseau en métal à un angle qui ombrageait son visage et ramena son cache nez sur son visage. l’Antivan avait hâte d’en avoir fini et de pouvoir passer son chemin vers des missions de plus grande envergure.

Il se glissa à l’inter rieur de la pièce voisine, sa cape étouffant les reflets de son armure et son pas silencieux le portant jusqu’au couloir, toujours plongée dans le noir, sans signe d’autre massacre. Il ouvrit la porte qui menait dans le couloir dans un presque silence. Voyant que le bruit n’attirait personne il haussa les épaules et se lança silencieusement jusqu’à l’escalier qui menait à l’étage… Il fallait que ce soit un de ces escaliers de bois de l’âge dernier…  Il lui sembla entendre une voix, mais c'était probablement son imagination.

L’assassin soupira, il ne pouvait pas monter sur la rambarde sans monter quelques marches… et bien soit. Il n’avait pas la motivation de trouver un autre chemin. Les deux premières marches se montrèrent coopérative mais la troisième grinça quand il se hissa sur la rambarde… ah l’assassin professionnel qui faisait grincer les escalier… on aurait tout vu. Il grimpa jusqu’au premier étage avec souplesse et sans un bruit. Si la personne qui avait tué dans cette maison était toujours là et qu’elle avait entendu la marche résonner dans la maison, il aurait peut-être de la visite… Il verrait bien à ce moment là, c’était toujours intéressant de rencontrer la concurrence.

La Ballade de Groin-Groin (PV Zevran) Latest?cb=20150523145513


(PNJ) Allegra : La fille de Zevran et Rinnala Aranaï, cachée dans le clan dalatien dont était issue la mère du premier, elle a été découverte par un corbeau et s'est enfuit pour retrouver son père et protéger son clan. (Allegra peut-être reprise par un joueur comme personnage prédéfini)

Lien vers la fiche: http://da-resurrection.forumactif.com/t336-allegra-sulahnanor#1859

Allegra s'exprime en #9999cc

Voir le profil de l'utilisateur
Argonia Coutray
Barde
- Les Amis de Jenny la Rousse -
Messages : 38
Mer 8 Mai - 19:32

La Ballade de Groin-Groin


La trace de sang ne disait rien qui vaille, mais il ne fallait pas rester ici. Quoi qu'il arrive, je ne devais pas me faire prendre. Que ce soit par celui qui avait tué le garde ou le serviteur, ou bien par les gens de ce domaine. Je devais faire vite, et être silencieuse. Je regardais devant moi. Il y avait un premier escalier, grand et en bois. Sans doute bruyant. Je voyais d'autres couloirs partant sur le côté, plus sombres. Je regardais autour, et m'avançais avec rapidité et silence. une fois dans le couloir sombre, je vérifiais qu'il n'y avait toujours personne, et trouvais comme indiqué par mes contacts un escalier de service. Les maitres de la maison n'étant pas là, les serviteurs prenaient les grandes venues sans avoir besoin de se cacher d'un quelconque invité. L'escalier était petit, simple, sombre également, mais au silence je pouvais entendre que personne d'autre n'était en train de l'emprunter. Je montais les marches jusqu'au premier étage, quand au moment d'ouvrir légèrement la porte j'entendis un cri. Un hurlement féminin, suivis de vaisselle qui se brise au sol.

"Haaaa ~!!!! Du sang !!! "

Ha... quelqu'un venait de trouver le corps. Ca allait vite être la panique dans toute la maison. Il fallait faire vite. J'écoutais à la porte pour entendre des pas précipités, attendant le bon moment pour sortir. Ils allaient tous descendre pour voir ce qu'il se passe, avant de commencer les recherches. C'était le moment où jamais pour que l'étage soit vidé. Une fois le silence revenu à l'étage, je sortais de l'escalier pour emprunter le couloir plus lumineux qui était devant moi. Je devais le traverser, passer par une sorte de salle des trophée puis par la bibliothèque, il me semblait. Je devais faire vite. Je marchais comme un chat, souple et silencieuse, mais vive et de façon pressée. Cependant, je ne semblais pas être la seule dans ce cas... Car au détour d'un angle, voilà que je rentrais en plein dans quelqu'un, me faisant presque tomber.

"Ouch ! Mais, qu'est ce que.... "

J'avais laissé échappé quelques mots, regardant devant moi alors que le sang bouillait à mes tempes. La peur, l'adrénaline... Je n'aimais pas ces situations. Je n'aimais pas être forcée à me battre. A travers mon masque vert, mes yeux dorés étaient fixés sur cet elfe en face de moi. Mais clairement par des habits de serviteurs, ni de garde Orlésien. Je me raidissais, une main se portant sur la dague à mes hanches, mais sans pour autant la dégainer. J'étais sur la défensive, mais pas sur l'attaque. En le regardant avec son attirail, une pensé traversa mon esprit, et malheureusement de ma voix douce et claire je chuchotais quelques mots.

"C'est vous l'assassin ?! "

Damn... Mais je suis stupide ou quoi ?! Je suis sensée être barde non d'un chien, pas une crétine de moulin à parole ! Ces quelques mots allaient sans doute me coûter la vie. Car s'il était bien l'assassin... Il y avait peu de chances que je m'en sorte...



Voir le profil de l'utilisateur
Zevran
Assassin fugitif
- Mercenaire -
Messages : 472
Emploi/loisirs : Assassin
Ven 10 Mai - 21:56

La ballade de Groin Groin



Le cri résonna dans la maison, le temps était maintenant compté… aaah… c’était vraiment une mission de merde… Il se dissimula dans l’angle d’un couloir et attendit de voir si quelqu’un montais. Il ne s’attendait cependant pas à se retrouver nez à nez avec une elfe …. à en juger par son attirail et ses armes ce n’était pas une servante… et vu la question qu’elle lui posa elle n’était pas habitué aux meurtres… Donc ce n’était pas elle l’assassin de la personne qui refroidissait en bas.

Il eut une petite envie de piquer un fou rire. Ils étaient donc trois à s’être introduits dans la maison ce soir là. Quelles étaient les probabilités ? Ah oui, peut-être qu’au lieu de calculer des pourcentages il devrait répondre à la jeune fille. Il regarda dans le couloir, personne ne semblait venir dans leur direction.

- « Il m’arrive d’en être un mais ce soir je suis là pour voler quelque chose dans une chambre… Le massacre en bas n’est pas de mon fait, je pense que la maison est infestée de criminels ce soir. » Il s’inclina bien bas. « Je suis la mésange, assassin, voleur, mercenaire… J’ai été enchanté de vous rencontrer mais j’ai une mission à accomplir et je m’en voudrais de me mettre en travers de la vôtre. »

Là dessus il tourna les talons et suivant les indications donnés par son commanditaire. La salle des trophée était sur leur droite et il en ouvrit la porte pour s’engouffrer à l’intérieur et regarda autour de lui. Il serait aisé de voler les bijoux qui trônaient sous cloche de verre un peu partout en décoration dans la pièce et de repartir avec, et d’ailleurs, ce n’était pas une mauvaise idée de faire passer le vol de la broche comme un dommage collatéral d’un cambriolage. Avec un peu de chance, meme le meurtre y serait lié et cela ferait autant de fausse piste. Il ouvrit son escarcelle la plus grande et y fourra perles, or et pierre précieuses transportables.

Il fallait ensuite se diriger vers la bibliothèque dont la porte devait se trouver au fond à droite de la pièce, il se dirigea vers elle et fit volte face pour se retrouver nez à nez avec la même rouquine que tout à l’heure était toujours là.

- « Va donc t’occuper de ton propre larçin ! Tu ne vois pas que je travaille ? »

Décidément ces amateurs étaient toujours fourrés dans ses jambes…. Il s’arrêta un instant et la regarda avec un intérêt nouveau…

- « Tu es censé voler quoi exactement ? »

Son commanditaire n’aurait quand même pas engagé deux personnes pour le même travail ?

La Ballade de Groin-Groin (PV Zevran) Latest?cb=20150523145513


(PNJ) Allegra : La fille de Zevran et Rinnala Aranaï, cachée dans le clan dalatien dont était issue la mère du premier, elle a été découverte par un corbeau et s'est enfuit pour retrouver son père et protéger son clan. (Allegra peut-être reprise par un joueur comme personnage prédéfini)

Lien vers la fiche: http://da-resurrection.forumactif.com/t336-allegra-sulahnanor#1859

Allegra s'exprime en #9999cc

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

La Ballade de Groin-Groin (PV Zevran)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Enigme 5 : LE PUITS DES TINES - LE PAIN DE SUCRE - LA SOURCE DU GROIN
» [RP]Une ballade nocturne entre artistes, entre amies
» Poème (Ballade)
» Poèmes de Guillaume de Machaut, Compositeur du XIV ème siècle
» Les burlesques aventures d'Archibald

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Lac Célestine-
Sauter vers: