en haut du forum
en bas du forum



[terminé] Déploiement [PV: Lynne]

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Dim 15 Juil - 20:35




◇ Déploiement ◇





Il y avait un risque à cette idée, mais c’était une solution qui n’avait aucun cout. Surtout qu’ils agiraient en connaissance de cause. La mage semblait surprise de sa proposition, quoi que cela était normal… Il ne savait pas vraiment pourquoi il irait prendre un tel risque lui-même. Sa conscience peut-être. Mais l’idée que cela puisse marcher pouvait se montrer concluant : Ils en avaient des apaisés à Fort Céleste. Et cela pouvait apporter quelque chose de réconfortant de son point de vue.







《 - Vous feriez vraiment cela ? 》






《 - Si cela s’avère correct, l’inquisitrice pourra faire quelque chose pour les apaisés, à mon humble avis. Cela ne coûte à rien d’essayer. 》






《 - Les risques n’en valent pas la chandelle. Il est inutile de faire cela pour moi. 》






《 - Il a raison, c’est dangereux. Mais avec vous, nous aurions peut-être une chance ... Nous devrions d’abord jeter un coup d’œil à votre Faille et, si cela semble faisable, nous pourrions essayer ? Ce n’est pas mon but de vous mettre en danger. 》






《 - Je ne m’approprie en rien ton objectif, mais si cela peut aider bon nombre d’apaisés pourquoi pas. En ces temps qui courent, cela pourrait sauver des vies et redonner espoir. Si l’on est d’accords, nous pouvons nous mettre en route. Il y a  une faille quelque part dans les collines, nous la trouverons à quelques minutes de marches. 》

◇◇◇

Ils s’approchaient enfin de la zone maintenue sans surveillance. Une entrée de grotte, cachée dans un recoin de foret, que Cullen connaissait grâce à ses éclaireurs. Cordélia n’avait pas encore refermé toutes les failles des environs, celle-ci semblait encore bien cachée et peut-être un peu trop.

En approchant la grotte, il aperçu une forte lueur verte à l’intérieur qui éclairait les environs. Cependant le calme qui y régnait semblait morbide. Quelque chose n’était pas normal et l’ex-templier s’en rendit rapidement compte. Ils s’approchaient prudemment, Cullen à la tête du groupe.






《 - Fais attention à toi, plus on approche de cette faille, plus on s’expose au danger… 》

Sa vision était encore nette, mais il entendit un bruit sourd derrière lui, ce qui le fit se retourner brusquement. Et le voilà devant une immense porte qui lui était familière. En regardant un peu autour de lui, le voici à Fort Céleste dans la salle d’état Major. Il y passait une bonne partie de son temps, mais il ne savait absolument pas comment il était arrivé ici. En se retournant vers la table, Cordélia était là. Elle étudiait les plans étalés sur la table, l’air particulièrement préoccupée. En voyant le Commandant, elle leva les yeux vers lui, surprise par son entrée dans la pièce.






《 - Commandant ? Il est si tard 》

Sa voix résonnait dans la pièce alors qu’elle se redressait pour se saisir le bras d’une main. En remarquant son air perturbé, elle quitta ses occupations et s’approcha prudemment de lui.






《 - Tout va bien ? Vous me semblez bien pâle. Rassurez-moi vous ne repensez pas à cette histoire de lettre ! 》

La lettre… Ah, rien que de penser à cette aventure quand ils avaient dû fouiller les buissons ensembles… Cette histoire avait eu le don de leur donner une peur bleue, surtout par rapport au père de la jeune femme…






《 - Je.. oui. La fatigue… très probablement. 》

Il se frotta la tête, ayant complètement oublié son soucis initial à savoir comment était-il venu ici. Il regarda alors la jeune blonde qui s’approchait de lui, rayonnante comme à son habitude. Les torches crépitaient sur les murs de la salle, mais sinon aucun bruit ne vint déranger cette sérénité.






《 - Avez-vous pensé… à vous reposer ? 》

Elle dévia son regard quelques instants, gênée. Puis elle lui attrapa la main pour l’attirer contre elle, alors qu’elle reculait doucement vers la table. Le Fereldien était complètement désarmé : il ne savait pas vraiment ce qui était entrain de se passer : Il ne comprenait pas les agissements de Cordélia. Est-ce que… avait-elle compris quels étaient ses sentiments à son égard ? Mais malgré le fait que son cœur battait comme un tambour, il semblait se dégager de lui une peur bien plus grande.






《 - Je vous trouve très tendu… mon pauvre Cullen. Venez avec moi ~ 》

◇◇◇

Lynne quant à elle, se trouvait à l’orée d’une forêt. Le soleil pénétrait le feuillage des arbres déposant une douce chaleur matinale sur son visage. Elle se réveillait là, probablement après une longue sieste. Une fois debout, elle pouvait observer un village à quelques dizaines de mètres, dont une maison en particulier qui pouvait attirer son attention : Sa maison. Une voix de femme résonna au loin. La voix de celle qu’elle pensait ne jamais revoir, la voix qui avait jadis réchauffer son cœur de petite fille quand elle était malheureuse : Sa mère.

◇◇◇

Edwin vit subitement ses deux compagnons se braquer, le regard vide. Il ne semblait pas comprendre ce qui se passait, jusqu’à ce que la réponse se pavana devant son nez : Un démon du désir.






《 - Toi, pourquoi ne te soumets-tu pas à mon charme… ? 》

Le démon flottait habilement dans les airs, ses jambes se frottant doucement entre elles, alors qu’elle balançait sa queue d droite à gauche. Elle amenait une main curieuse à son visage, tout en observant cet étrange individu. Elle ne ressentait rien, strictement rien à son égard.






《 - Quel drôle d’être tu es ~ Qu’attends-tu ? Ne veux-tu pas savoir si tu recouvres qui tu es en t’approchant de cette faille ? Ne le désires-tu pas ? 》

Elle surveillait ses proies qui étaient désormais immobiles devant elle. L’apaisé ne lui disait rien. Il ne semblait pas avoir de conscience propre, du moins elle ne ressentait rien. Rien de palpitant, rien de désirable. Il ne semblait pas avoir d’ambition, et elle ne semblait pas dangereuse.

[HRP] merci à Cordidi pour sa permission <3 [HRP]

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 16 Juil - 11:33

Déploiement



Un instant plus tard, et les voilà tous les trois en route pour la Faille. Lynne n’aurait jamais pensé vivre une scène pareille un jour, du temps où elle vivait encore au Cercle. Edwin, elle et le Chevalier sous-capitaine en tête, progressant parmi les arbres à la recherche d’un trou dans leur propre réalité et poussés par un objectif commun.

Les derniers mots du blond résonnaient encore en elle tandis que l’air glacé des Marches Solitaires effleurait son visage. Malgré son exaspération initiale face à ses propos, il n’était pas indifférent à la cause qu’elle défendait. Pendant un instant, elle repensa à ces individus qui avaient été injustement punis par la folie des Templiers et de Meredith. Guérir les Apaisés pourrait, en effet, redonner espoir en bon nombre de personnes, particulièrement les mages. Cela rétablirait une forme de justice.

Le geste de Cullen en disait long sur lui. Il avait fait partie de ces personnes à dispenser ce châtiment, et le voilà prêt à essayer à le défaire. Lynne doutait qu’il ne pensa qu’au sort des Apaisés. Peut-être était-ce davantage pour se donner bonne conscience, ou de se racheter de ses actes. Cela n’effacerait pas tout ce qu’il avait pu faire que ce soit à son égard ou celui de ses camarades mages, mais néanmoins, son geste était juste, qu’il soit empreint d’égoïsme ou non. Aussi parvint-elle à le trouver un peu plus sympathique qu’elle ne l’aurait envisagé initialement.


◇◇◇

Bientôt, ils finirent par arriver à l’entrée d’une grotte. Rien, ni personne ne gardait ce lieu à l’abri des regards. Elle-même n’aurait jamais eus l’idée de venir mettre les pieds ici. Pourtant, ils aperçurent bientôt les lueurs émeraudes se reflétant sur les parois rocheuses glacées.
Cullen se tourna vers elle. Lynne était juste derrière lui, suivie par Edwin.

« Fais attention à toi, plus on approche de cette faille, plus on s’expose au danger …»

« Compris.»

Ils firent quelques pas. Tout était étrangement calme. Aucun bruit ne parvenait à ses oreilles, c’était comme s’il n’y avait personne en ces lieux. Pourtant, d’ordinaire, les Démons faisaient rapidement savoir leur présence.

Les bruits naturels de l’extérieur lui apportaient un léger réconfort au sein de la tension grandissante dont ils étaient tous deux prisonniers. Qui sait ce qui les attendait en face. Elle soupira silencieusement, fermant ses yeux un bref instant. Elle se sentit soudainement fatiguée, le murmure du vent contre les feuilles envahissant son esprit dans une belle berceuse. Son corps s’engourdit de torpeur tandis que l’odeur familière de la forêt embaumait l’air dans un parfum sauvage et emplit de verdure. Une lueur dorée perça ses paupières fermées.

Lynne cligna des yeux à plusieurs reprises, aveuglée par la lumière du soleil qui transperçait les feuillages au-dessus d’elle. C’est là qu’elle se rendit compte qu’elle était allongée contre le tronc d’un arbre, un bel hêtre contre lequel elle avait eu, naguère, l’habitude de s’y reposer et écouter les chants de la forêt. La brune se redressa doucement, examinant les bois alentour tout en s’interrogeant sur la manière dont elle s’était retrouvée ici. Elle aperçut bien vite un village – son village d’origine. Pourtant, elle avait quitté cette partie des Marches Libres il y a si longtemps …

Où étaient Cullen et Edwin ? Ou était la Faille ? Ces interrogations remuèrent son esprit engourdi. Mais ces pensées devinrent souvenirs alors que résonnait, provenant de sa maison à une dizaine de mètres d’elle, une voix du passé qui fit trembloter son cœur d’émoi.

« Lynne ! Vient m’aider à mettre la table s’il te plait !»

« Maman … ?»

Elle se leva immédiatement, n’en croyant pas ses oreilles. Se pouvait-il que sa mère fût encore en vie ? Lynne n’avait jamais su si elle avait survécu à la déflagration qu’elle lui avait infligé sans le vouloir lors de ce jour fatidique. Les Templiers l’avaient emmené trop tôt pour qu’elle sache ce qu’il était advenu d’elle. Aucune réponse ne lui avait été parvenue, malgré toutes les lettres qu’elle avait pu envoyer à sa famille avec sa maladresse d’enfant.

Animée par son désir de la revoir, ses jambes s’animèrent d’elle-même pour rejoindre son chez soi qu’elle avait quitté pendant si longtemps.

En se rapprochant, elle entendit avec plus de clarté le brouhaha familier de son village, le cri des marchands qui cherchaient à attirer la clientèle, les discussions animées des badauds, le raclement des roues de chariot sur l’allée principale. Les chaumières étaient aussi entretenues qu’à l’accoutumée. Pourquoi ne le seraient-elles pas ?

La forge qui jouxtait la maison était vide. Son père et Wilhelm étaient toujours occupés là-bas, pourtant … Confuse par ce détail, elle franchit malgré tout le pas de la porte, poussant la porte entrouverte afin de pénétrer dans la cuisine.

C’est là qu’elle la vit de dos. Lynne se figea à cette vue si familière, et qu’elle n’avait pourtant pas revu depuis si longtemps. Une femme qui était légèrement plus petite qu’elle, aux cheveux aussi sombres que les siens, était afférée auprès du foyer de la cheminée. Sa mère.

Celle-ci tourna la tête vers la jeune femme, alertée par le grincement de la porte, avant de revenir à son occupation.

« Ah, tu es là. J’ai posé les assiettes sur le comptoir là-bas, si tu veux bien.»

Lynne ne bougea pas, hypnotisée par cette vue. Sa main se posa devant sa bouche tandis que ses lèvres s’entrouvraient de surprise. C’était elle. C’était bien elle. Rien n’avait changé.

« Ma chérie … que se passe-t-il ? » interrogea son ainée, qui se retourna une fois de plus  avant de se relever, la mine inquiète, à la vue du regard embrumé de la brune.

« Tu … tu es vivante … tu vas bien … »

« Je vais bien ma puce … que croyais-tu ? »

Refermant la distance entre elles, sa mère posa gentiment ses mains sur ses épaules avant de l’attirer contre elle dans une étreinte réconfortante. Lynne ne résista pas, l’enlaçant à son tour. Ses mains tremblotantes agrippèrent le tissu de la robe tandis qu’elle sentit la chaleur de ses larmes perler au coin de ses yeux avant de glisser sur ses joues.

« Que j’avais gâché ta vie ou que … que tu étais morte, après ce … ça …» tenta d’elle de s’expliquer d’une voix tremblante d’émotion. « Maman je … Je suis désolée, je n’ai jamais voulu te faire du mal … »

La voix douce de sa mère, accompagnée de ses caresses consolatrices le long de ses cheveux, la stoppèrent dans ses bégaiements.

« Shh … tout va bien. Ce n’était pas de ta faute … »

La chaleur de l'étreinte, ce parfum familier et rassurant, lui mettaient du baume au cœur ce que rien, ni personne n'aurait pu lui dispenser. Le visage de Lynne se perdit dans le cou de sa mère alors que cette dernière continuait de la bercer, de la rassurer.



◇◇◇

Edwin ne comprit pas ce qui se passait. A ses côtés, Cullen et Lynne s’étaient soudainement figés, leurs regards perdus dans le vide, comme s’ils voyaient quelque chose qu’il ne pouvait pas observer. Aucune peur, aucune panique ne le traversa ; simplement une forme de confusion face à un évènement qui n’aurait dû, en toute logique, jamais se produire. Une erreur dans le déroulement des choses.

« Lynne ? Cullen ? »

Seule une voix féminine, suave et éthérée, répondit à son interpellation.

« Toi, pourquoi ne te soumets-tu pas à mon charme… ? »

L’Apaisé ne prit pas la peine de répondre à l’être étrange en face de lui. Son visage demeura imperturbable tandis qu’il détaillait la silhouette délicieuse de la créature, ses formes généreuses, ses courbes voluptueuse, sa nudité qui aurait fait rougir plus d’un homme. Pourtant, la couleur de sa peau, les cornes qui dépassaient de son crâne, cette queue pareille à celle d’un reptile …

Aucun doute, il s’agissait d’un démon du Désir.

Ce dernier semblait particulièrement curieux du désintérêt profond de l’homme, de cette absence de volonté qui amenait toute créature consciente à vouloir posséder, prendre, gagner.

« Quel drôle d’être tu es ~ Qu’attends-tu ? Ne veux-tu pas savoir si tu recouvres qui tu es en t’approchant de cette faille ? Ne le désires-tu pas ? »

Le Démon dû faire face une fois de plus face au silence d’Edwin. A ses yeux, aucun démon ne valait la peine qu’on prenne le temps d’écouter ses paroles au regard des conséquences désastreuses que cela amenait. Son absence de tout désir égocentrique faisait le reste. Il se fichait bien de redevenir normal, et il savait parfaitement que cela ne l’aiderait en rien dans cette situation particulière. Au lieu de se rapprocher de la Faille, il fit quelques pas en arrière afin de revenir aux cotés de ses compagnons.

Seule importait la mission que Lynne lui avait confié. L’assister de quelque manière que ce soit tant qu’il resterait dans cette condition. C’était une occasion de plus de la remplir.

La situation actuelle était extrêmement difficile, et les options restreintes. Ses deux camarades étaient sous l'emprise du Démon, et les manières de les faire sortir de là étaient limités : soit ils parvenaient à contrecarrer ses visions, soit il devrait terrasser la créature par lui-même. Cependant, la dernière option était malheureusement clairement hors de sa portée. Privé de sa magie, sans enchantements, et incapable d'utiliser une épée, il ne ferait pas long feu. Et précipiter le combat n'était pas une bonne idée.

Il attrapa le bâton de Lynne qu'elle tenait encore dans ses mains, et se plaça à ses cotés avant de surveiller les alentours de la Faille tout en gardant à l'oeil le Démon.

Si quoi que ce soit tentait de l'approcher, Cullen ou elle, il tenterait de les repousser avec le peu qu'il avait.





#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Mer 18 Juil - 18:17




◇ Déploiement ◇





Cullen connaissait les moindres détails de la pièce par cœur. La moindre incohérence était fatale, car il avait une bonne mémoire concernant l’emplacement des objets. En particulier des pions étalés sur la table qu’il regardait d’un œil attentif : Tout était à sa place initiale, comme quand il est parti en direction des marches solitaires. Il fronça les sourcils, persuadé que quelque chose clochait quand Cordélia attira son attention vers elle, d’un simple et doux geste sur la joue.





《 - Je n’ai rien touché cette fois, soyez-en assuré. Je sais que je peux me montrer maladroite et… 》





《 - Quelque chose cloche… Quand est-ce que je suis …rentré… ? 》


L’inquisitrice s’appuya contre le rebord de la table massive et croisa les bras en observant l’état du Commandant. Elle lui affichait un regard doux et compatissant, sans réellement comprendre – semblait-il – le pourquoi il agissait ainsi.





《 - Cette fois c’est inquiétant, Cullen. Avez-vous des pertes de mémoires ? 》


La dernière question résonna de nombreuses secondes dans la tête du templier qui semblait sorti d’un mauvais rêve tout soudain. Une vive panique le prit soudain, car il avait certaines fois de brefs pertes de mémoires à cause du manque de lyrium. Cela faisait partie des effets secondaires qu’il devait affronter de temps à autres. Cette fois il ne savait plus s’il était réellement dans la réalité ou toujours aux marches solitaires.





《 - Je… 》


Il allait s’éloigner, mais la jeune femme l’en empêcha. Elle le saisi par le bras et l’attira auprès d’elle. De son vivant, il n’avait jamais été aussi proche de la jeune femme, ce qui lui arracha le souffle l’espace de quelques instants.





《 - Laissez-moi prendre soin de vous, cela ne vous fera pas de mal 》





《 - ... Vous êtes un émissaire du Créateur, Inquisitrice.. 》





《 - A ce point ? Venez-là ~ 》


Cullen souffla du nez alors qu’elle s’approchait lentement de lui. Cette situation n’était pas normale pour lui. Cordélia ne ferait jamais ça, pas avec quelqu’un comme lui. Mais ce qui trahissait ses désirs les plus profonds passait par les odeurs, la voix, la situation… Tout était étrangement parfait. Lui, elle, seuls à se dévorer le regard, mais tout en gardant une certaine distance envers elle.

Aux premiers abords il semblait perturbé, ce que n’importe qui pouvait le remarquer. Mais plus les secondes passaient, plus les informations lui revenaient. Il était avec cette mage et son ami apaisé : Il avait accepté de les accompagner à une faille de l’immatériel pour vérifier une théorie. Et maintenant le voilà en présence de son plus grand fantasme.

Il y avait eu une coupure, mais il n’était pas dupe. Un démon était derrière tout ça, et pas n’importe lequel : Un démon du désir. Il se demandait s’il était seul à être victime de son maléfice ou si la jeune mage était également sous son emprise. Il devait le vérifier et le seul moyen qu’il avait c’était de se débarrasser de l’obstacle qui se dressait devant lui : son plus grand désir.

Elle allait l’embrasser quand elle se stoppa net, le souffle subitement coupé. Cullen ne bougea pas, mais quand la pseudo inquisitrice baissa le regard, une épée lui transperçait le ventre.





《 - Que f-faites-vous… ?! 》





《 - Je te chasse de mon esprit, démon. 》


Elle grimaça, mais la suite était sans égal : Cullen recouvra peu à peu son esprit. Devant lui, le démon flottait doucement dans les airs, aux abords de la faille, tout en se maintenant le ventre suite au coup qu’elle venait de prendre. Elle n’était pas morte, loin de là, elle avait encore son emprise sur l’esprit du mage à côté de lui, mais elle avait dû ressentir quelque chose d’anormal dans sa vision, puisqu’elle se remit soudainement à bouger





《 - Vous vous montrez bien rigide, templier… Pourtant, nous savons tous les deux que c’est ce que vous désiriez plus que tout au monde. Ne voulez-vous pas vivre heureux ? 》





《 - Je n’ai pas besoin d’une illusion pour ça. Maintenant, relâche-là. 》


Le démon le regarda étonnamment surprise. Puis elle ria non pas méchamment mais délicatement la rendant presque attachante. Cullen restait méfiant, il en avait vu passer des comme ça. Il était templier après tout : N’importe quelle homme aurait pu ne pas résister à ses charmes, mais certains signes ne trompaient pas. Ce n’était que duperie.

Pourtant Lynne semblait avoir recouvert ses esprits ou du moins, elle ne semblait plus autant absente qu’auparavant. C’était ce que Cullen remarqua, mais il ne se doutait pas que le tout était encore plus terrible. Dans la vision de la jeune mage, deux templiers avaient fait irruption dans la maison, attaquant sans converser celle qui était sa mère.

Le démon qui se tenait encore le ventre d’une main, se rendit auprès de Lynne et lui attrapa la main.





《 - Ne t’en fais pas ma chérie, tout va bien… Ces hommes ne te toucheront pas. 》


Elle serra la mage dans ses bras, sans être malveillante pour autant. Elle souhaitait juste exaucer ses désires les plus profonds, celle qu’était de retrouver sa famille.





《 - Templier, n’y a-t-il pas un moyen de pouvoir converser sans effusion de sang ? 》





《 - Tu oses demander un pour-parler ?! Eloigne-toi. Eloigne-toi d’elle immédiatement !!! 》


Le démon releva le nez vers lui, tout en caressant le dos de la jeune femme qu’elle étreignait non pas plus fort, mais avec d’avantage de tendresse. Cullen devenait fou, ce genre de démons était dangereux. Il n’y avait aucun moyen de les prendre en pitié, Meredith le lui avait très bien appris. Les conséquences étaient dévastatrices.





《 - Bon sang, réveille-toi c’est un démon ! Ne la laisse pas avoir une influence sur toi. 》


Il s’adressait à Lynne, mais elle pouvait aisément comprendre qu’il ordonnait à sa mère de s’éloigner de la mage qu’elle était. Ce que le templier ne se rendait pas compte, c’était que Lynne était sous une influence plus dangereuse du démon. Pour elle, Cullen et Edwin étaient des ennemis : des templiers venus pour venir la chercher. Et pour ça, le démon n’avait pas besoin d’être convainquant. Cullen s’était armé presque immédiatement. Cette fois il n’allait pas la laisser garder son influence sur la mage d’avantage, au risque qu’elle ne devienne une abomination.





《 - Elle désire seulement être en paix… 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Sam 21 Juil - 15:31

Déploiement


La présence de sa mère était une ancre. Ses bras, un refuge qu’elle ne voulait pas quitter. La prudence habituelle de Lynne était altérée aux côtés de son désir le plus profond mais également le plus cher.

Sa culpabilité et ses remords l’avaient dévoré de l’intérieur depuis tellement d’années que la plaie qui en résultait était devenue une véritable affliction mentale. S’y étaient engouffrées de terribles émotions – impuissance, détresse, mais surtout de la colère. Envers le Créateur ou le destin, pour l’avoir fait naître mage. Envers elle-même, pour n’avoir pas su contrôler son don. De cette plaie originelle, cette source de douleur enfouie dans les tréfonds de son enveloppe de simple mortelle, le Démon y avait puisé tout ce dont il avait besoin pour la garder captive. Il n’aurait trouvé meilleure prison pour cette mage, dont les tourments étaient autant de barreaux qui la maintenaient dans cette douce réalité où tout ce dont elle avait toujours manqué se manifestait. L’assurance de voir sa mère en vie. Le pardon qu’elle brûlait tant d’obtenir après la terrible chose qu’elle avait faite. Au-delà de simples désirs humains, il s’agissait de véritables hantises intériorisées qu’elle s’était longtemps efforcée d’ignorer, lui murmure sans cesse la culpabilité qu’elle portait sur ses épaules. Elle n’avait pas le droit d’être heureuse. Pas après cette horreur.

L’influence du Démon sur elle était, pour ces raisons, d’autant plus puissante.

Questionner la réalité, elle ne le pouvait pas. Ou du moins, cela ne lui traversa pas l’esprit. L’emprise du rêve était un étau inextricable où sa lucidité, habituellement aussi perçante qu’inflexible, n’était ici que brume et vapeur emportées par une brise entêtante.

Tout ce qui comptait était sa présence ici, avec sa chère mère. Ecouter le son de sa voix.  Respirer son parfum si particulier. S’enliser dans ces mots emplis de douceur et de pardon au sein desquels Lynne savourait enfin, après autant d’années, une paix qu’elle n’avait jamais ressentie auparavant. Elle resta longtemps ainsi, enlacée dans cette étreinte qui lui avait apporté, après autant de temps, le bonheur qu’elle avait longtemps souhaité.

Le pouce de la femme vint gentiment effacer les traces de ses pleurs causés par le choc initial, souriant gentiment à sa fille.

« Aller, ne pleure plus. Je préfère te voir sourire ... » lui déclara t’elle, à la fois maternelle et soucieuse. Elle l’observa plus attentivement, le regard emplit d’affection. « … Regarde quelle belle jeune femme tu es devenue. J’aurai tellement aimé te voir grandir … mais maintenant que tu es de nouveau là, nous allons pouvoir rattraper le temps perdu, hm ? »

Lynne ne répondit pas : seul un léger sourire parcouru ses lèvres pour signifier son approbation tandis qu’elle observait attentivement le visage de sa mère pour la première fois. Elle était toujours aussi radieuse qu’à l’accoutumée. On aurait dit qu’elle n’avait jamais subit aucune brûlure. Sa peau était intacte, sans cicatrices venant l’entacher.

A vrai dire, elle était incroyablement ressemblante au souvenir qu’elle avait eu d’elle avant l’incident. Sa mère semblait à peine plus âgée qu’elle – une dizaine d’années de plus, maximum. Ce simple élément la troubla sans pour autant la préoccuper : il s’agissait davantage d’étonnement curieux que de suspicion.

« Tu as toujours l’air aussi jeune, même après toutes ces années … comment est-ce que tu as fait ? Et pour tes brûlures ? »

« Secret de femme.» la taquina t’elle malicieusement, fidèle à elle-même. « Merci du compliment. Je t’en parlerai plus tard, mais tu as sûrement déjà la réponse. C’est toi, la mage. »

Lynne soupira silencieusement, amusée néanmoins par la pirouette. Relâchant son aînée pour se diriger vers les couverts qu’elle avait disposé pour elle sur le comptoir, elle se stoppa dans sa marche tandis que son regard divaguait vers les quatre chaises autour de la table. L’absence des membres manquants de sa famille lui revint en mémoire.

« … Où sont Wilhelm et papa au fait ? Je ne les ais pas vu à la forge … »

« Ah – ils reviendront pour dîner, ne t’en fais pas. Quelques petites affaires avec des clients à ré- … »

Un hoquet de douleur s’échappa de la bouche ouverte de sa mère, interrompant brusquement le fil de la conversation. Une lame acérée la transperçait par derrière, traversant son ventre avec aisance. Derrière elle, un homme en armure au visage masqué par un casque. C’est en retirant son arme d’un geste sec et précis que Lynne pu se rendre compte de son identité. Sur l’armure abdominale du chevalier était gravée l’épée du Créateur.

Un Templier.

Dans un cri de détresse, Lynne fondit sur sa mère pour l’empêcher de s’écraser sur le sol, dont les mains retenant le flot de sang qui s’écoulait de son ventre.

Par le même temps, une sensation inexplicable envahissait son être. Son engourdissement semblait moins sévère. Elle se sentit moins assoupie, plus … légère. Cela ne l’empêcha pourtant pas, sur le coup de la panique, de poser instinctivement sa main sur la grave blessure pour la soigner magiquement, ce qui n’eus que peu d’effets pour une plaie de cette envergure. Elle parvint simplement à ralentir le flot de sang qui s’écoulait inexorablement hors de son corps. Si elle voulait être efficace, il fallait canaliser la magie avec son outil de prédilection.

« C-ca va aller maman, je peux te … »

Elle voulu attraper son bâton habituellement accroché sur son dos, mais se rendit compte qu’il était cruellement absent. Effrayée, son regard lui fit remarquer qu’un deuxième Templier s’en était déjà emparé. Mais quand, et à quel moment avait-il pu faire une chose pareille ? Et quand étaient-ils tous deux apparus ?

◇◇◇


Lynne ne s’était rendue compte de rien. Du dehors, elle s’était soudainement animée, les larmes qu’elle avait précédemment versées en rêve venant s’écouler dans la réalité. Elle ne semblait pas les sentir, dans cet état second qu’elle n’avait que partiellement quitté, un pied encore bien ancré dans le rêve. La grotte, elle ne la voyait pas. Cullen et Edwin n’étaient, au travers de ses yeux, que deux Templiers qui avaient voulu assassiner sa mère. Le Démon, quant à Lui, revêtait toujours l’apparence de l’être dont elle avait longtemps regretté l’absence.

« Mais pourquoi faites-vous ça ?! » leur lança t’elle avec un mélange de fureur et de désarroi, affectée par cette attaque aussi violente que soudaine.

La réponse était évidente, mais elle ne pouvait croire qu’ils attaqueraient un civil de sang-froid. Malheureusement, cela n’était pas si dur à concevoir Les Templiers tuaient bien les villageois qui avaient l’audace d’aider les Apostats au sein des Marches Solitaires. Tant qu’un obstacle se dresserait entre eux et leur cible, ils n’hésiteraient pas.
Mais déjà, elle sentit la main de sa mère se refermer sur la sienne, l’autre retenant toujours le sang qui quittait son corps à chaque instant. Immédiatement, Lynne se tu, son regard noisette revenant sur elle.

« Ne t’en fais pas ma chérie, tout va bien… Ces hommes ne te toucheront pas. »

Ses bras revinrent autour d’elle, protecteurs. Lynne n’osa faire de même, son regard fixé sur ses deux ennemis qui les entourait, craignant qu’ils ne profitent de sa passivité pour les attaquer à nouveau.

Son cœur battait au rythme de l’effroi qui l’animait. Elle avait à peine retrouvé sa mère, et elle allait la perdre à nouveau. Et elle n’avait rien pour se défendre … sans son bâton, que pouvait-elle bien tenter ?

« Templier, n’y a-t-il pas un moyen de pouvoir converser sans effusion de sang ?»

La tentative de négociation de la part de sa mère se heurta à la férocité de l’homme qui l’avait attaquée initialement.

« Tu oses demander un pour-parler ?! Eloigne-toi. Eloigne-toi d’elle immédiatement !! »

Au lieu d’obéir, sa mère ne fit que la serrer davantage dans ses bras, lui caressant le dos avec douceur pour la rassurer. Cela ne fit qu’attiser la colère du Templier, qui fulminait.

« Bon sang, réveille-toi c’est un démon ! Ne la laisse pas avoir une influence sur toi ! » s’écria t’il une fois de plus, impatient alors qu’il ressortait sa lame ensanglantée de son fourreau dans le but, sans aucun doute, de s’en servir.

Difficile de voir à qui il s’adressait véritablement, son casque masquant la direction de son regard, mais Lynne ne se sentait pas concernée par cet ordre. C’était elle, le démon auquel il faisait référence, aucun doute possible là-dessus. Après tout, les Templiers de Kirkwall n’avait cessé de lui faire comprendre que c’était le cas.
Sa mère tint bon, ne bougeant pas.

« Elle désire seulement être en paix … »

« C’est vrai … mais est-ce que cela en vaut vraiment la peine, si cela te met en danger ?» répliqua la jeune femme à son aînée, la voix tremblante d’émotion. Son regard revint sur les deux hommes. « S’il vous plait, nous n’avons pas besoin de nous battre ! Je viendrai avec vous – je reviendrai au Cercle, mais laissez ma mère en dehors de ça !»

« Tu ne vas tout de même pas céder à leurs caprices ? N’as-tu pas déjà assez souffert comme ça ? »

Muette face à la clairvoyance de sa mère, Lynne n’osa répliquer. Cette dernière en profita pour continuer tandis qu’elle restait près d’elle, son corps servant presque de bouclier face à l’épée du Templier. S’il comptait s’en servir, il risquait de les blesser toutes les deux.

« Penses-y … est-ce que ta docilité a vraiment changé leur attitude à ton égard ? T’ont-ils traité avec plus de respect ? » insista t’elle avec douceur, espérant une réponse de la part de la jeune femme. « Tu n’as pas à leur obéir ! »

Lynne serra doucement ses poings tremblants. Elle ne pouvait pas constamment baisser l’échine et demeurer une mage clémente. Pas après sa vie au Cercle. Pas après toutes ces années à se cacher. Pas après tout ce que les apostats comme elle avaient subis.
Elle allait leur donner une bonne raison de croire qu’elle était un Démon.
Attisée à la fois par ses craintes et sa colère, Lynne se dégagea doucement des bras de sa mère, qui la laissa faire. Elle jeta un regard au Templier avec l’épée sortie.

« Vous avez gagné. Je viens. »

« Lynne, ne fait pas ça … »

Lynne ignora cette suppliante voix familière pour se diriger vers l’homme en armure. Elle ne semblait pas particulièrement agressive, simplement déterminée. Cependant, son regard était toujours aussi éteint et vide.

A peine avait-elle fait quelques pas vers lui qu’elle tendit la paume de sa main. Brusquement, un cône de flamme se dirigea vers le Templier, prêt à le faire cuire dans sa propre armure.

Autant se débarrasser du plus agressif en premier.





#99ccff
(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Sam 21 Juil - 23:32




◇ Déploiement ◇





Le regard de la mage en disait long sur la situation. Elle était certaine d’une chose : qu’ils n’étaient pas des alliés. Mais que Diable lui avait montré le démon ? Cullen était armé, mais ne bougea cependant pas. Elle s’inquiétait pour celle que le démon avait prit pour apparence.





《 - C’est vrai … mais est-ce que cela en vaut vraiment la peine, si cela te met en danger ? S’il vous plait, nous n’avons pas besoin de nous battre ! Je viendrai avec vous – je reviendrai au Cercle, mais laissez ma mère en dehors de ça ! 》





《 - …. Revenir au cercle… ? 》


D’accord, la chose était claire : Elle voyait des templiers en face d’elle, d’où sa réaction quelque peu surprenante. Super, Cullen allait devoir jouer avec le rôle qui lui était attribué, pas très difficile puisqu’il a fait partie de ces bourreaux de mages. Mais le démon, qui constata que Cullen semblait en pleine réflexion, incita le mage à se révolter contre eux pour garder un avantage certain.





《 - Tu ne vas tout de même pas céder à leurs caprices ? N’as-tu pas déjà assez souffert comme ça ? 》


Et dans toute cette histoire, le pire dans tout ça c’était que la jeune femme écoutait le démon. Elle ne semblait pas savoir quoi faire, ni quoi lui répondre. Son regard jonglait entre les deux hommes et le démon. Mais elle prit bientôt la position de défense, afin de protéger la créature.





《 - Penses-y … est-ce que ta docilité a vraiment changé leur attitude à ton égard ? T’ont-ils traité avec plus de respect ? Tu n’as pas à leur obéir ! 》





《 - ça suffit ! Je ne le répèterai pas une nouvelle fois : éloigne-toi d’elle… !! 》


Le but de l’opération était de forcer la jeune femme à lâcher le démon d’une manière où d’une autre. Cullen pouvait se montrer plus insistant s’il le fallait, mais son but était de les séparer pour pouvoir s’occuper de tuer le démon rapidement. Si la jeune mage restait autour, elle allait servir de bouclier vivante à ce monstre. Le démon se montrait malin. Trop malin.





《 - Autrement je vais me montrer sans pitié et je vous tue toutes les deux. 》


C’était récupérer la jeune femme ou tuer les deux. Une vie contre une autre, cela allait s’annoncer très facile. Et c’était ce qui se fit :





《 - Vous avez gagné. Je viens. 》





《 - Lynne, ne fait pas ça … 》


Cette "lynne" s’approcha de Cullen, l’air grave et sérieux. Il avait très certainement oublié son nom, et encore maintenant il ne lui était pas si familier que cela. Elle ne devait pas faire énormément de remou au cercle autrefois... Mais Cullen sentait que quelque chose se tramait dans sa tête et son réflexe fut le bon : A peine elle s’était détachée du démon que surgit une vague de feu droit vers lui. Il aurait pu mieux contrer cette attaque avec plus de facilité s’il prenait du lyrium, mais cette fois il devait réagit autrement. Il braqua par réflexe le bouclier droit devant son corps pour contrer l’attaque, attrapant l’apaisé par le bras pour le tirer contre lui et lui éviter l’attaque. Le choc fut brutal, le feu balaya les deux hommes sur plusieurs mètres et Cullen fit rapidement désarmé.

La vache, même sans son bâton elle réussi à surprendre le Commandant, une nouvelle fois. Son attaque lancé était habile et particulièrement puissant, même pour une attaque élémentaire basique. Son épée était sur sa trajectoire jusqu’à elle, mais une idée brillante vint à lui tout soudainement.





《 - Edwin, occupe-toi d’elle quand je te l’envoie. 》


Aussitôt ses paroles annoncées il se leva à l’aide du bouclier encore à son bras et couru droit vers le mage, lui faisant croire qu’il allait riposter : Elle était entre lui et sa cible : Le démon. Cette dernière se relevait derrière elle, constatant qu’elle prenait sa défense.





《 - Oh, Ma chérie… Extermine-les et allons nous-en. 》


D’un geste habile de l’épaule, Cullen fit un mouvement rapide contre le bras de la mage pour se retrouver dans son dos. Puis, il lui donna un coup de bouclier pour la lancer dans les bras d’Edwin afin qu’il la maintienne quelques instants et l’empêcher d’attaquer. Le Fereldien se saisi alors de son épée qui était au sol derrière elle. Il se retrouva alors seul face au démon qu’il ne prit pas en pitié malgré ses supplications. Il lui envoya un bon coup de bouclier au visage pour la renverser au sol, puis l’attrapa par la crinière pour lui trancher la gorge et ôter sa tête de son corps pour enfin mettre un terme à toute ces histoires. Lynne pouvait parfaitement se délier de l'emprise de son bourreau et se précipiter pour empêcher cela, mais Cullen ne prit pas réellement attention à ce qui se passait derrière lui. Son objectif était simple : Tuer le démon.

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Dim 22 Juil - 13:47

Déploiement


Ces Templiers pouvaient très bien disparaître, pour ce que Lynne en avait à faire. Leur cause avait bien sûr un fond de logique, certes – car les mages pouvaient être dangereux, d’où l’utilité des Cercles. Mais elle ne faisait pas partie de ce lot, et elle avait suffisamment donné. Par le passé, Lynne avait fait tout ce qu’on lui avait dit de faire, à Kirkwall, et qu’avait-elle gagné en retour ? Le droit de subir une terreur et une humiliation quotidienne. Si les Templiers ne pouvaient voir cela, ils ne méritaient simplement pas de vivre. A quoi bon brandir l’épée du Créateur s’ils étaient incapables de discernement et de justice ? Ces salauds l’avaient bien cherché en osant attaquer sa mère de sang-froid, une innocente qui avait simplement voulu la garder près d’elle.
Aucune remord ne vint la toucher quand les flammes atteignirent les deux hommes – seulement une légère irritation quand le premier Templier protégea le second de l’enfer des flammes qui se déversait sur eux.

A défaut d’avoir réussis à les carboniser, les deux Templiers furent repoussés à plusieurs mètres de leur position initiale. La puissance du souffle embrasé la surprit elle-même. Le pouvoir de ses émotions lui donnait une force certaine, et à l’heure actuelle, c’était une véritable tempête ardente qui se déchaînait aussi bien dans son cœur que dans la maison de son enfance.

Cependant, cela n’était pas sans prix. Une grande fatigue la frappa soudain, mais elle comprit rapidement. Sans son bâton pour lui rendre la tâche plus facile, la magie n’était pas canalisée de façon optimale. De plus, même si son sort était mineur, la puissance qu’elle y avait ajouté involontairement avait été onéreux en énergie et l’avait épuisée plus qu’elle n’aurait dû l’être.

Haletante, Lynne ne bougea pas, observant le duo de loin et attentive au moindre de leurs mouvements. Protéger sa mère était la priorité, et s’ils n’avaient pas compris la première fois, elle n’hésiterait pas à recommencer – peu importe son état actuel. A ce stade, c’était une question de vie ou de mort. Elle ne pouvait pas se permettre d’abandonner.

Le Templier qu’elle avait initialement visé ne tarda pas à se remettre, lança un ordre qu’elle n’entendit pas au second, qui hocha la tête. Sans perdre de temps, il repartit à l’attaque de plus belle, plus terrifiant que jamais, suivit de près par son allié qui avait jeté son précieux bâton loin derrière lui.

Pourtant, derrière elle, la voix de sa mère s’éleva, encourageante.

« Oh, ma chérie … Extermine-les et allons-nous-en. »

Galvanisée par ses paroles, Lynne repuisa dans son énergie pour lancer un nouveau sort. Si le feu n’y faisait rien, la foudre aurait raison de lui.

Mais, déjà affaiblie, l’éclair qui aurait dû s’abattre sur lui le manqua de peu ; et à ce moment-là, c’était déjà trop tard. Le Templier, armé de sa lame aiguisée, fit mine de riposter. Lynne reculait déjà, se préparant à esquiver le coup ; mais, dans un mouvement réservé aux guerriers accomplis, l’homme se servit de cette feinte pour passer derrière elle. La mage n’eut pas le temps de comprendre ce qui se passait – elle sentit simplement qu’on la repoussa avec force. Des bras métalliques l’encerclèrent fermement, capturant ses bras au passage.

« Lâchez-moi !!» ordonna-t-elle avec véhémence, gigotant vainement chaque parcelle de son corps dans une tentative de se libérer.

Malheureusement, l’emprise du Templier était trop forte. Celui-ci était étrangement placide, malgré les évènements.

« Calme toi Lynne, tout ceci n’est qu’une illusion.»

La jeune femme ne reconnu pas la voix de son ami. En revanche, son ton calme et monotone lui semblait étrangement familier ; mais elle ne se laissa pas influencer par ces impressions.

« Mais qu’est-ce que vous racontez ?! »

Autour d’eux, le feu embrasait petit à petit la maison, dévorant le bois de la porte d’entrée et escaladant les rideaux. Une odeur de brûlé planait tandis que des étincelles ambrées parsemait l’air. Le feu devenait incontrôlable, et elle ne pouvait rien y faire. Sa respiration se fit plus rapide – elle avait l’impression d’étouffer, tandis que des élancements cuisants parcourait sa poitrine dans laquelle son cœur cognait douloureusement. La terreur la dévorait sans merci, mais le spectacle qui se déroulait sous ses yeux ne fit que l'intensifier davantage.

A quelques mètres d’elle, le précédent Templier avait déjà atteint sa mère, qui était tombée à terre. Avec brusquerie, il lui avait attrapé les cheveux pour lever sa tête et ainsi exposer son cou. A la lueur des flammes, la lame brillait d’un éclat incendiaire.

« Non !! Lâchez moi, lâchez moi !!  Laissez la tranquille !!» psalmodiait la jeune femme, qui redoublait de vigueur pour se dégager de l’étreinte de l’homme.

Mais c’était vain. Il la tenait fort contre elle, et elle était si faible après ces derniers efforts qu’il était difficile de lutter.

« C’est un Démon. » tenta de la raisonner Edwin. « Il faut que tu te cal –»

Il la relâcha brusquement dans un cri de douleur, comme s’il avait gardé contre lui des braises ardentes. Lynne profita de cette occasion pour fondre sur le dos de l’agresseur de sa mère, prête à tout pour sauver la captive.

Mais c’était déjà trop tard.

La tête tranchée de la femme se sépara aisément de son corps. Le sang s’écoula sans pitié sur le sol tandis que le corps s’écrasa dans le liquide encore chaud.

« ESPECE DE MONSTRE !!»

Le déchirement dans sa voix était clairement perceptible tandis qu’elle assenait de multiples coups de poings sur le dos du Templier, aveuglée par la rage et le désespoir d’avoir perdu une nouvelle fois la personne qu’elle regrettait le plus depuis son départ au Cercle.

Elle ne vit pas le décor changer autour d’elle, les larmes embuant sa vision et encore sous le choc de cette horrible hallucination. Bientôt, ses mains empoignèrent de la fourrure au lieu de l'armure de métal. Mais son cerveau ne calculait plus ces changements, l'esprit encore plongé dans ce terrible cauchemar.




#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Dim 22 Juil - 18:12




◇ Déploiement ◇





Elle remuait derrière lui, c’est pourquoi il ne prit pas plus de temps avant de trancher la gorge du démon, d’un geste sec. Un immonde bruit mouillé se fit entendre et le corps inerte s’effondra sur le sol. Il ne pu réellement constater l’état du démon car il fut surprit par un cri désespéré derrière lui.





《 - ESPECE DE MONSTRE !!

Il n’eut pas le temps de se retourner, elle était déjà sur son dos à lui donner de multiples coups, naturellement arrêtés par l’armure qu’il portait sous son épais manteau. Le démon était désormais hors d’état de nuire, elle allait gentiment regagner la réalité. Cullen ne se doutait pas qu’elle allait être confronté à un souvenir aussi douloureux. Et cela, il ne pouvait pas lui en vouloir.

Le désespoir de cette mage était déchirant. Cullen ne se retourna pas immédiatement alors qu’elle agrippait aussi fort qu’elle pouvait son manteau, tout en pleurant à chaudes larmes. Puis il pivota pour lui faire face, essayant de lui parler sans succès.





《 - L… c’est… 》

Impossible de capter son attention, si bien qu’en fin de compte il lui saisi le visage des deux mains, lui forçant à planter son regard dans le sien et n’hésitant pas à hausser le ton de sa voix pour qu’elle comprenne bien où était la réalité.





《 - ça suffit, Lynne !! C’est terminé… !! 》

Peut-être qu’elle se calma, mais elle cessa quelques instants de pleurer sous la surprise et il attendit un moment avant qu’elle ne constate que c’était le corps d’un démon qui était allongé au sol.

Il soutenait son regard après avoir donné un léger coup d’œil sur le cadavre à côté de lui. Elle avait le visage gonflé et rouge par les larmes. Le démon devait avoir tapé très fort pour qu’elle se laisse ainsi avoir. A bien y réfléchir il était possible que sa mère était morte et que le démon essayait de lui faire revivre ce souvenir.. Oh, il ne le savait que trop bien, lui aussi c’était fait avoir à la tour du cercle quand ses parents ont été tués par les engeances.

Son regard se perdit dans les yeux de Lynne puis se dispersèrent sur le côté, son air subitement attendri, voir inquiet. Il donna un coup de pouce sur le visage de la jeune femme pour essuyer ses larmes, avant de la lâcher et de reprendre de la distance.





《 - Tout ça était l’œuvre du démon du désir. Il n’était pas loin de réussir à avoir son emprise sur toi.  》

Quelle puissance. Il ne se doutait pas qu’elle avait été capable de créer une illusion pour les retourner tous les uns contre les autres. Et en se servant de Lynne comme arme, elle avait presque réussi son coup. Edwin s’approcha d’eux et Cullen remarqua qu’il n’avait aucune blessure, contrairement à lui qui était légèrement blessé sur une pommette. Cependant il n’avait pas réellement remarqué, son corps étant toujours injecté d’adrénaline. Rien de grave en soi, une blessure des plus superficielles qu’il s’était fait en attrapant l’attaque de Lynne de plein fouet.

Mais dans cette histoire ce qui lui fit d’avantage peur était la réaction de son corps au mana de cette femme. Il n’avait jamais eu à affronter un mage depuis qu’il était Commandant de l’inquisition et l’effet que cela laissait sur lui n’était pas réellement agréable : Il se sentait faible. Faible de ne pas pouvoir mieux se défendre, faible de ne pas pouvoir contrer la magie comme auparavant, faible de ne pas avoir pu esquiver une si stupide attaque. Il s’imaginait plus robuste que cela le voilà prit au dépourvu. Ses mains tremblaient encore alors qu’il regardait la faille luire doucement non loin d’eux. Il poussa un long soupir, en colère contre lui-même.

#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Lun 23 Juil - 15:21

Déploiement


Lynne était incapable de se calmer. Les sanglots secouaient son corps courbé sur le dos du Templier, ses doigts fins agrippés fermement à la fourrure. Mais même le contact si différent de la froide armure qu’elle avait frappé précédemment ne la fit pas réagir. Si l’illusion avait finit par disparaître, elle, elle était encore plongée dans un cauchemar dont elle ne parvenait pas à trouver la sortie. Sa furie s’était évaporée, ne laissant qu’une chose dans son esprit. Sa profonde détresse.

Elle n’entendait plus. Elle ne voyait plus. Il n’y avait que la tourmente incohérente de ses émotions qui s’exprimaient dans un orchestre dissonant de souffrance. La douleur trébuchait sur une autre douleur, toujours plus forte, toujours plus poignante. La terreur des flammes. Affamées de bois. Affamées de chair. Le corps calciné de sa mère. L’horreur du Cercle. Des armures inhumaines. L’épée du Créateur. Sa tête. Traits déformés par le supplice. Le sang. La culpabilité qui lui tordait les entrailles. Incapable de la sauver. Encore. Une bonne à rien. Elle n’était qu’une bonne à rien, même après toutes ces années. Tuée par sa faute. Si elle n’avait pas existé – si elle n’avait jamais existé, elle ne serait jamais morte. Et Il n’aurait jamais perdu son Être. Son existence. Tout ce qu’elle aimait finissait toujours par se briser entre ses doigts. Tout était de sa faute. Sa faute. Sa faute …

Enfermée dans ses tourments, elle ne ressentit pas immédiatement les grandes mains qui capturèrent fermement, mais sans brusquerie, ses joues rougies par les pleurs. Ses doigts quittèrent le tissu qui avait remplacé la fourrure pour, instinctivement, attraper les poignets de l’individu. On la força à tourner la tête. Elle tenta de résister, mais sa lutte ne dura que brièvement.  

« Ça suffit, Lynne !! C’est terminé… !! »

La voix de Cullen transperça sa bulle jusqu’à l’éclater complètement. Sur le coup de la surprise, les sanglots de Lynne cessèrent presque immédiatement, bien que sa respiration à la fois rapide et tremblante demeurait toujours. Agitée, elle jeta un coup d’œil au blond, remarquant sa blessure avant de s'efforcer à regarder l'endroit où était supposé siéger sa mère. Là où elle s’attendait à voir son cadavre, celui du Démon avait prit sa place.

Elle ne réagit pas tout de suite, étonnée de cette découverte. Mais tandis que son esprit retournait progressivement à la réalité, celle du rêve s’éloignait inéxorablement.

Ses yeux noisette, brûlants de larmes, rencontrèrent inévitablement le regard mordoré de l’homme, que trop consciente de la présence de ses mains sur son visage. Elle n’était guère familière avec ce type de geste -encore moins de la part du Templier-, aussi était-elle légèrement troublée. Mais d’une certaine manière, cela l’aidait à se raccrocher à la réalité avec laquelle elle avait perdu pied pendant autant de temps. Ses prunelles se plongèrent dans les siennes, l’incitant à revenir au calme.

Elle n’était pas sûre, mais elle crut apercevoir de l’inquiétude et de l’attendrissement en lui, tandis qu’ils s’observaient mutuellement. Un spectacle auquel n'était pas habituée, bouleversant davantage ses suppositions initiales à son égard. Peut-être était-elle dans le juste, quand elle pensait qu'il avait changé depuis l'époque du Cercle. Peut-être même que si cet incident s'était déroulé quatre ans auparavant, il l'aurait tué immédiatement au lieu d'essayer de la sauver, pour ce qu'elle en savait. Toujours est-il qu'elle n'avait jamais associé "douceur" et "Cullen" auparavant.

Il balaya avec son pouce les quelques larmes qui coulaient toujours de ses yeux puis, doucement, la libéra.

Quand il s’éloigna de quelques pas, elle en profita pour essuyer le restant avec la manche de sa tunique.

« Tout ça était l’œuvre du démon du désir. Il n’était pas loin de réussir à avoir son emprise sur toi. »

Bien qu’elle n’eût aucune idée de la nature du message que le Templier transmettait avec ces simples constatations, Lynne ne pu s’empêcher de prendre cela pour un reproche. Elle ne pouvait lui en vouloir. Elle avait échoué, et mis leurs vies en péril en plus de cela. Impossible qu’il ne soit pas contrarié à ce propos.

Ses yeux se baissèrent.

« Je … je suis désolée … j’ai été stupide. Tout semblait si vrai.  J’aurai dû mieux lui résister, je n’ai aucune excuse. Si vous n’aviez pas été là … je n’ose même pas imaginer ce qui nous serai arrivé. »

Elle hésita légèrement, avant de poursuivre.

« J’y pense … pourquoi ne m’avez-vous pas empêché d’utiliser la magie, avant ? Vous auriez pu vous faire tuer … »

Derrière elle, Edwin revenait déjà avec son bâton entre les mains. Il ne semblait pas particulièrement perturbé par les péripéties qu’ils avaient tous le trois traversé, toujours fidèle à lui-même. Cependant, son bandeau s’était détaché, légèrement brûlé par la déflagration qu’elle leur avait envoyée précédemment. Le symbole de la Chantrie était à nouveau visible sur son front, rappelant sa condition actuelle.
Encore emplie de remords à son égard Elle le regarda brièvement d’un air désolé tandis qu’elle écoutait Cullen. En guise de réponse, il lui tendit simplement son bâton, lui offrant son habituel sourire sans joie, mais qui avait visée à la réconforter silencieusement.

Après l'avoir remercié du regard, ils s’approchèrent tous deux de Cullen. Celui-ci souffla profondément, visiblement irrité ou en colère.

Lynne ne pu s’empêcher de remarquer les mains tremblantes du Templier. Elle cru d’abord à une colère contenue – mais le mouvement paraissait trop peu naturel pour que l’émotion soit la véritable cause de cette attitude.

« Est-ce que ça va aller ? Je peux m’occuper de vous, si vous voulez.» tenta t-elle de lui proposer, inquiète. « Ma spécialité est la magie de soin. »





#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Commandant des forces armées
- Inquisition -
Messages : 180
Mar 24 Juil - 23:52




◇ Déploiement ◇





Préoccupé, Cullen ne prit pas réellement attention à la jeune femme l’espace de quelques instants. Mais au ton de sa voix, il pouvait deviner qu’elle se sentait coupable.





《 - Je … je suis désolée … j’ai été stupide. Tout semblait si vrai. J’aurai dû mieux lui résister, je n’ai aucune excuse. Si vous n’aviez pas été là … je n’ose même pas imaginer ce qui nous serait arrivé. 》





《 - Ce n’est pas un reproche, les démons du désir sont puissants. La règle première dans un cercle est de ne jamais se fier aux démons. Histoire de ne prendre aucun risque il faut garder cela en tête. 》





《 - J’y pense … pourquoi ne m’avez-vous pas empêché d’utiliser la magie, avant ? Vous auriez pu vous faire tuer … 》





《 - J’en ai combattu des mages dans ma vie. Et crois-moi les sors que tu lançais étaient loin de me tuer. 》


Il avait reçu les pires châtiments de la part des mages et des démons. Désormais il ne se ferait plus avoir comme il l’avait été plus jeune. Mais ça elle ne pouvait pas le savoir, elle était effrayé par la dangerosité de ses actes.





《 - Est-ce que ça va aller ? Je peux m’occuper de vous, si vous voulez. Ma spécialité est la magie de soin. 》


Il comprenait mieux pourquoi elle semblait effrayée par sa dangerosité. Les mages de soin n’appréciaient pas les affrontements quels qu’ils étaient. Cependant, il ne comprenait pas pourquoi elle se proposa pour le soigner. Certes il avait prit un coup, mais cela ne nécessitait pas une intervention de sa part… Quoique.

Il était parti sans escortes, sans annoncer où il était… Le voilà à l’inquiéter que l’inquisition soit à sa recherche. Mais il eut à peine le temps de s’en apercevoir que deux démons du désespoir immergèrent de la faille derrière eux.

L’un d’eux attaqua et Cullen se rendit compte qu’il ne pouvait pas en venir à bout tout seul. Il préféra prendre la fuite pour cette fois.





《 - Ils ont dû sentir ton désespoir, c’est ce qui les a attirés ici. On ferait mieux de s’en aller, personne n’est en état de combattre. 》


Même lui, il ne reviendrait pas sans une escorte digne de ce nom la prochaine fois. Cordélia était templière, il était aisé pour elle d’affronter les démons. Lui en revanche, ne bénéficiait que de l’entrainement physique. Vu le mal qu’il a eu à affronter désir, et l’état dans lequel était Lynne le confortait dans son idée.





《 - On y va ! Vite ! 》


Dans son cas, prendre la fuite n’était réellement pas une idée des plus satisfaisantes, mais elle était la plus sage. Si un autre démon plus puissant encore venait à sortir, leur combat serait loin d’être gagné. De plus, ce n’était plus des pics de glaces qu’envoyaient les deux démons : mais un jet gelé connu pour être mortel si prit de plein fouet.

Ils quittèrent alors la grotte aussi vite qu’ils purent pour s’éloigner assez de la faille et se mettre à l’abris. Bon pour cette fois ce n’était pas fructueux et Cullen avait jaugé un peu trop imprudemment cette expédition.

Ils restèrent un moment au pied d’une colline composée de tronc, de gravats et d’herbes sauvages le temps de récupérer. Cullen s’était assis par terre l’air pensif.





《 - Navré… Je vous ai imprudemment amené à vous confronter à une faille, je n’aurais pas dû. Je pensais mieux gérer que cela. 》


#a52b2b



Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Mage de soin
- Inquisition -
Messages : 253
Emploi/loisirs : Mage de soin
Mer 25 Juil - 10:53

Déploiement

Même si les mots de Cullen lui apportèrent un certain réconfort, ils n’étaient guère suffisants pour effacer la culpabilité qu’elle éprouvait toujours. Elle s’était révélée incapable de mettre de la distance entre elle et l’illusion du Démon, et ce faisant, avait à la fois mis en péril son allié et la personne qu’elle avait juré de défendre et guérir. Qu’importe ce que le Templier disait au sujet de ce qui s’était passé, il était indéniable que s’il n’avait pas eu les bons réflexes, cela aurait pu très mal finir pour eux trois.

Sa sincère préoccupation à l’égard de leur protecteur ne trouva malheureusement pas de réponse. A peine avait-elle finit de formuler sa question qu’elle sentit que quelque clochait. Son regard se tourna automatiquement vers la Faille ; le portail aux reflets de jade avait laissé émerger deux figures élancées et sombres, pareilles à deux faucheuses. Son sang se glaça. Des Démons du Désespoir.

La réaction de Cullen fut immédiate.

« Ils ont dû sentir ton désespoir, c’est ce qui les a attirés ici. On ferait mieux de s’en aller, personne n’est en état de combattre. »

Ses remords la tiraillèrent une nouvelle fois, mais elle n’avait guère le temps de leur prêter attention. La fuite était la seule option dans leur condition actuelle, et ainsi fut fait. En quelques instants, le trio quitta de bon train la grotte inhospitalière, poursuivis pendant un instant par les attaques glacées des Démons avant que ces derniers n’abandonnent leurs proies.

Lynne vécu le retour à l’air frais et au soleil comme une bénédiction. Accueillante, la nature apparaissait comme un refuge face aux dangers que renfermaient l’Immatériel. Bien sûr, elle n’était pas nécessairement exempte de toute menace – elle avait suffisamment parcouru les Marches Solitaires pour le savoir. Mais le pied de la colline où ils finirent par atterrir semblait suffisamment paisible pour les laisser souffler un instant, ce qu’ils firent sans hésiter.

Les traits légèrement tirés par sa fatigue à la fois physique et mentale, Lynne reprit son souffle aux cotés de Cullen et Edwin. Son regard s’attarda sur son compagnon. Elle regrettait que leur escapade se termine aussi rapidement, car ils n’avaient même pas pu vérifier leur hypothèse. Qui sait, peut-être qu’il aurait pu finalement retrouver ses sens …

La voix du Templier brisa son train de pensée. Elle tourna la tête vers lui.

 « Navré… Je vous ai imprudemment amené à vous confronter à une faille, je n’aurais pas dû. Je pensais mieux gérer que cela.»

Lynne secoua doucement la tête, désapprobatrice à l’égard des excuses de l’homme.

« Mais c’est moi qui ait insisté pour que nous allions voir. Et si j’avais mieux su contrer l’illusion du Démon … tout se serait mieux passé. »

« Je vous l’avais dit. Les Failles ne sont pas à prendre à la légère. » compléta Edwin. « Si nous avions été plus nombreux et mieux préparés, nos chances de réussite auraient été plus grandes.»

Lynne soupira silencieusement tandis que son compagnon finissait sa phrase. Se laisser ainsi mener par le bout du nez par cette créature … elle valait mieux que cela. Elle ne pouvait pas laisser une telle occurrence se reproduire, si jamais ils venaient à retenter l’aventure.

Edwin dû surprendre l’air à la fois soucieux et désolé de la jeune femme, car il finit par ajouter une dernière nuance à ses constatations.

« Mais nous sommes vivants, c’est le principal. D’autres occasions se présenteront, Lynne. »

« Je l’espère. »

Sur ces mots, elle se déplaça finalement pour s’agenouiller devant Cullen.

« Ne croyez pas que j’ai oublié, pour avant. »

Son ton était sans reproches – il s’agissait davantage d’une explication par rapport à son geste qu’autre chose.

Elle observa son visage. Sa blessure était superficielle, mais la guérir ne coutait rien.  Cela pouvait attendre, cependant. Ce qui l’intéressait davantage se trouvait ailleurs. Ses iris sombres furent inexorablement attirées par les mains du soldat, toujours aussi tremblantes. Une telle occurrence intriguait la mage.

Edwin les considérait tous deux en silence, sans faire de commentaire.

« Excusez moi … Je peux … ? »

Précautionneusement, ses mains de guérisseuse vinrent cueillir celles du guerrier. Ses doigts passèrent dans leur dos, les retournant avec douceur pour que ses paumes apparaissent. D’ici, il était indéniable que quelque chose clochait. Ses mains tremblaient de manière incontrôlable, agitées par un mal qu'elle n'était pas certaine de pouvoir identifier. Mais même lui ne pouvait nier le fait que quelque chose n'allait pas.

Son regard se releva vers lui. Elle semblait soucieuse.

« Puis-je y faire quelque chose … ? »





#99ccff

(PNJ) Edwin Nachtigall : Un jeune homme d'une trentaine d'années au regard absent. Il s'exprime sur un ton à la fois monocorde et neutre. Un bandeau masque habituellement sa marque d'Apaisé.

Edwin s'exprime en #ccffff

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[terminé] Déploiement [PV: Lynne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Période d'essai terminée : Gray
» Déploiement des légions romaines
» Un Champagne Millésimé - Chasse terminée
» BDI (break a durée indéterminée)
» Baptème de GIL et BZEUH [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Marches Solitaires-
Sauter vers: