en haut du forum
en bas du forum



[Flashback 9:35] Catfight [Pv Fenris]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
avatar
Ennemi public n°1
- Civils -
Messages : 78
Mer 29 Aoû - 15:32

Catfight


Seul un grognement répondit à mon raisonnement mais trop soulagé par son approbation, je ne me formalisai pas du manque de sujet-verbe-complément. Je vis ensuite son compagnon s’avancer dans le second passage, plus large mais toujours trop étroit au goût d’Anders. Aussi discrètement que possible, je pris une longue inspiration. Je ne voulais pas laisser paraître mon malaise, d’une part par fierté vis à vis de Fenris qui se moquerait probablement de moi s’il se rendait compte que j’avais peur, et d’autre part parce que paniquer ouvertement n’allait en rien nous aider à terminer cette mission au plus plus vite. N’emboîtant pas le pas de l’elfe dans un silence inhabituel – mais justifié car la situation l’exigeait- je ne parvenais pas à faire bouger mon corps vers le passage. Dans ce moment de panique passive, il pouvait sentir Justice lécher les bord de sa conscience, sentir la présence puissante et inébranlable de l’esprit, prêt à prendre le relais.

Le vent d’hiver qui se glissait dans les couloirs et qui montait jusqu’à moi laissaient penser qu’il y avait une sortie non loin. Si tel était le cas alors soit c’était la mauvaise direction soit il allait falloir encore marcher un moment. Les esclavagistes étaient peut-être des sadiques mais tuer leurs prises en les rendant malades dans les courants d’air n’allait pas les aider à faire des bénéfices. Il fallait d’ailleurs que je garde du manaa en réserve pour soigner les esclaves blessés des fois qu’il y en ait. Je jetai un œil à mon escarcelle et en soulevai le couvercle. Je disposais de cinq fioles de lyrium et les tevintides en auraient certainement en stock également quelque part ce serait amplement suffisant même en cas de combat particulièrement ardu.

Mais avant que je puisse trouver le courage d’avancer, Fenris était de retour au pas de course,mais malgré tout il restait aussi silencieux qu’une ombre. Je n’eus pas le temps de comprendre quoi que ce soit que ce maudit elfe me tirait brutalement pour me repousser dans une aspérité de la paroi, m’arracher la torche et l’éteindre. Alors je fis le lien entre les bruits de pas que j’entendais avec le comportement de Fenris, les pas n’étaient pas une hallucination auditive. Rapidement je levai une main et les flammes dans les lanternes s’éteignirent également, baignant le souterrain dans une obscurité profonde.

Je regrettai immédiatement cette décision mais je fermai les yeux pour me concentrer un instant sur la présence de Fenris à mes côtés, la chaleur de son corps près du mien, même à travers son armure. Je n'avais jamais jusque là eus d'hallucination tactile, je pouvais donc se concentrer là dessus pour m'ancrer dans la réalité.... c'était juste un peu déroutant de s'ancrer à Fenris... Il n’y avait pas de barreaux à l’autre bout de ce couloir, je n’étais pas seul, les pas n’étaient pas ceux des templiers. Je tentais de chasser les hallucinations auditives des voix bien connues qui murmuraient des mots comme « apaisement », « isolement », « abomination ». Rien de tout cela n’était réel et j’avais besoin d’entendre ce qui se passait réellement autour de moi. Des mots dans une langue que je ne comprenais pas, mais que je pouvais reconnaître pour le peu que j’avais entendu dans la bouche de mon compagnon d’infortune. S’accrocher à ça, aux bruits des pas, au bruit du feu de leur torche qui léchait le plafond et vacillait dangereusement sous le vent.

Je vis Fenris se préparer à attaquer avec son épée. Dans la lumière de la torche de nos ennemis, je repris pieds et posai une main sur le bras de mon partenaire. Silencieusement je désignai son épée puis le couloir, pour lui signifier que ce serait trop bruyant. Je lui indiquai ensuite ses tatouages... Il pouvait tout à fait phaser à travers deux hommes qui lui tournaient le dos et les tuer sur le coup sans un bruit. Cela nous permettrait de ne pas alerter plus de monde et de continuer notre progression. Je pouvais également utiliser sa magie mais le faire silencieusement serait presque impossible et de toute façon, si j’étais honnête avec moi même, dans mon état de panique, être discret allait relever de l’impossible. Il était plus que probable que je déclenche une tempête électrique dans le couloir et le faire s’écrouler sur nous.




Anders s'exprime en #cccccc
Justice s'exprime en #ccffff
Vengeance s'exprime en #9999ff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elfe en colère
- Civils -
Messages : 18
Ven 7 Sep - 21:27
Catfight


Les deux tevintides n'avaient pas remarqué les comparses. Le premier, celui qui avait parlé, semblait plus aux aguets que le deuxième. Pour l'instant, il n'y avait que les craquements de leurs pas sur la roche et le bruit du feu qui consumait les torches. Anders et Fenris étaient côte à côte dans un recoin, mais ils risquaient d'être remarqués à un moment ou à un autre. Il n'y avait que leurs deux respirations rapides qui pouvaient les trahir en ce moment. Ils se touchaient presque. La bonne nouvelle, c'est que d'après leurs armes et leurs habits, les deux tevintides n'étaient pas des mages. Surement des soldats pour aider à encadrer les esclaves. Ils seraient rapidement hors état de nuire, même pour Anders. Même Fenris n'avait pas besoin du mage pour gérer ses deux soldats. Ce n'était que du menu fretin pour lui. Un coup de lame ou deux et se serait terminé.

Anders attira alors son attention en le touchant légèrement au bras. Malgré la couche de vêtements qui le protégeait du froid, un sifflement s'échappa de ses lèvres sans qu'il puisse le retenir. Le toucher d'Anders avait été fait sans arrière pensées, surtout pour éviter de devoir parler. Mais pour Fenris, le toucher était désagréable. En fait, toutes les sortes de toucher étaient désagréables. Même ses vêtements, dans une moindre mesure, le rendait inconfortable. Mais il avait réussi à faire avec. Mais venant de quelqu'un, c'était autant pour la douleur que pour l'aspect plus intime. Les seules personnes qui l'avaient touché depuis aussi loin qu'il se souvienne n'avaient pas été tendres. Alors, comment ne pas éviter n'importe quel contact si tout ce qu'il connaissait, c'était la douleur ? De toute façon, c'était se que les marques bleutées sur sa peau lui faisaient ressentir à chaque jour.

Fenris jeta donc un regard lourd de sens à Anders, se déplaça un peu pour augmenter l'espace entre les deux. Au moins, les deux Tevindes n'avaient pas semblé faire un cas du sifflement qu'il avait instinctivement fait et ils s'était même séparés l'un de l'autre pour continuer les recherches. L'elfe avait suivi le regard du mage sur ses marques, puis sur les deux soldats. Depuis quand Anders pensait pouvoir lui donner des ordres ? Ils avaient été en meilleure posture, Fenris s'aurait fait une joie de lui dire de se mêler de ces affaires. Mais avait-il vraiment le choix en ce moment ? Les deux soldats étaient maintenant trop distancés pour qu'un coup de lame les tuent en même temps. Il risquait d'en alerter un avant. S'allumer comme une torche n'était pas non plus très subtile, mais cela aurait peut-être moins d'effet près d'eux considérant qu'ils avaient des torches. Le mage semblait lui laisser faire tout le travail... alors soit.

Fenris laissa Anders seul et s'attaqua au soldat le plus près d'eux. Lorsqu'il faut suffisamment près de lui, les marques de lyrium prirent leur teinte bleutée et avant même que l'homme puisse réagir, la main de Fenris déphasa pour aller lui écraser le coeur sans plus de cérémonie. Pas réflexe, l'elfe avait bâillonné la bouche de sa proie, mais se fut inutile. La torche de l'homme tomba par terre dans un bruit mat, pas assez pour se répercuter dans la caverne, mais assez pour alerter le deuxième compagnon. Fenris, toujours avec son aura bleutée, fut quand même assez rapide pour le prendre par le collet et le coincer. Mais il ne le tua pas tout de suite, bien que cela le démangeait. Ils ne trouveraient jamais la piste des esclaves dans la grotte s'il ne prenait pas de l'aide au passage. Empêchant le soldat de bouger et de parler, l'elfe baissa le ton, s'approchant près de son oreille.

- Tu me dis comment rejoindre les esclaves et je te tue rapidement.


Le soldat se raidit, mais n'essaya pas de dire quelque chose. La poigne de Fenris se refermait. Il n'était pas tombé sur l'elfe le plus patient. S'il ne lui dirait rien, il n'aurait qu'à le tuer, il n'était pas indispensable. Il phase de nouveau sa main pour torturer le soldat. Bien qu'il était le mieux possible, on pouvait entendre les cris de douleur étouffés.

- Tu n'a toujours pas changé d'idée ? Dernière chance.

Le soldat fit un signe de tête et murmura des mots en Tévène qui était difficile à comprendre tant la douleur semblait empêcher l'homme de parler. Fenris semblait toutefois satisfait puisqu'il écrasa une fois pour toute le coeur de son adversaire et laisse son corps tomber par terre.

- Plus loin dans la caverne, il y a un ouverture plus grande où il garde les esclaves. Encore plusieurs minutes de marche. Toujours l'ouverture la plus grande.


Fenris s'adressait maintenant à Anders tout en nettoyant le sang sur ses mains avec un peau de tunique chapardé à l'un des cadavres.


[
Fenris parle l'universelle en #009900
Et le tévène en #ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ennemi public n°1
- Civils -
Messages : 78
Sam 15 Sep - 12:02

Catfight


C’était un spectacle fascinant de voir Fenris en action, pour toute la désapprobation que je pouvais ressentir pour ses actions et ses paroles je pouvais au moins reconnaître ça. Le voir si près de moi aurait probablement été perturbant si cela n’avait pas été aussi rassurant. J’avais envie de crier à mon propre cerveau qu’il n’y avait ien de rassurant à se trouver si près de Fenris mais à la vérité, sa présence m’ancrait plus solidement à la réalité que tout le reste. Aussi lorsqu’il s’éloigna pour faire son œuvre, je m’autorisai à ressentir le manque que cela généra. Il fallait que je me reprenne cependant, je n’étais pas venu ici pour être un boulet.

Le regarde de Fenris s’était fait mauvais, comme si ma suggestion l’avait offensé, il n’avait quand même pas cru qu j’essayais de lui donner des ordres, si ? Comme si c’était mon genre ! Non mais allait-il comprendre un jour que tous les mages ne sont pas comme son ancien maître ! Je n’essayais pas de diriger sa vie, seulement de rester discret dans cette saloperie de grotte… Je retenais un gros soupir et le regardai s’occuper des deux esclavagistes. Le premier vit son cœur écrasé dans sa poitrine, le deuxième subit un interrogatoire en Tevene. Je secouai la tête, espérant remettre de l’ordre dans mes pensées ou au moins chasser cette impression d’engourdissement qui me prenait l’esprit.

Je ramassai la torche tombée à terre et m’approchai des deux Tevinters avec prudence. Je ne pouvais pas comprendre leur conversation bien entendu mais j’en devinais aisément la trame, et Fenris s’adressa à moi en nettoyant son arme. Je hochai la tête, signe que j’avais compris ce qu’il me disait et à voix suffisamment basse pour ne pas porter dans les tunnels je pris à mon tour la parole, levant la torche au dessus de moi pour examiner le couloir par lequel les deux esclavagistes nous avaient rejoint.

- « Au moins maintenant on sait où aller. Fenris, nous n’avons pas souvent combattu ensemble dans des caves, il faut que je te prévienne, je peux me limiter en grande partie à la magie de soin, mais les cavernes comme celles-ci sont humides, il est même possible qu’il y ait des lacs ou des rivières en souterrain, si je dois utiliser l’électricité pour une raison où une autre, cela peut être assez imprévisible. » Je ne précisai pas que mon état de stress pouvait également rendre ma magie instable, je n’avais pas envie de voir ma tête séparée de mon corps. « Je ne vais certainement pas déclencher une tempête d’éclair dans la grotte mais ….. enfin bref reste vigilent, la magie de foudre réagit de façon étrange dans ce genre de conditions. »

Ce n’était pas non plus comme si elle était incontrollable non plus mais un ennemi trop près d’un courant d’eau pouvait répandre l’énergie d’un sort sur plus de surface ou le rebond d’une chaîne d’éclairs pouvait rebondir sur le sol plutôt que d’aller tout droit vers l’adversaire suivant. Je connaissais l’aversion de Fenris envers la magie j’essayais simplement de faire en sorte qu’il ne soit pas inutilement surpris le moment venu mais quelque chose me disait que l’elfe n’allait pas être reconnaissant le moins du monde.

Je repris la marche vers le tunnel le moins étroit dans un silence relatif. J’avais envie de parler, en continu, de n’importe quoi. Mais cela aurait probablement causé notre perte. Même à voix basse le son de nos voix nous auraient probablement distraits des bruits d’un danger potentiel. C’était dans ce genre de moments que Ser Pounce a Lot me manquait affreusement. Mettre la main dans mon sac pour y caresser la fourrure douce et entendre un faible ronronnement avait toujours été d’un grand réconfort. Je devais cependant faire sans ce jour là, comme tous les jours depuis que j’avais dû le laisser à Amaranthine.

Un couloir, puis un autre, et encore un autre. Je n’avais aucune idée de comment s’organisaient les esclavagistes mais si les deux imbéciles que Fenris avait éliminés étaient leur seule patrouille alors il me semblait que ces raclures manquaient cruellement d’organisation. Ou avaient un trop plein de confiance en eux, car même cachés ainsi dans les montagnes il y avait toujours une chance que quelqu’un les attaque comme aujourd’hui. Au bout d’un moment nous entendîmes des clameurs venir du bout de leur corridor de pierre. Je pris une longue respiration et trempais la torche dans une flaque d’eau pour l’éteindre avant de continuer à avancer. Arrivés à un tournant ils purent observer en contre bas, dans une immense caverne ornée de stalactites et de stalagmites, une vingtaine d’esclavagistes s’affairant autour de quelques wagons de fer contenant majoritairement des elfes habillés pauvrement.

La réaction de Justice ne se fit pas attendre et je revins me cacher contre la paroi pour évité d’être vu. Par chance j’avais réagis assez vite pour ne pas me mettre à briller, mais Fenris devait probablement sentir ma magie se concentrer sous ma peau. La colère que la vue de ces gens emprisonnés faisaient monter en moi promettait un carnage en règle. Mais si je laissais sortir Justice on risquait les dommages collatéraux, et je ne voulais pas de ça. Je me tournai vers Fenris, contenant ma rage comme je le pouvais.

- « Ils sont trop nombreux pour juste sauter dans la pièce et tous les massacrer… Comment veux-tu qu’on procède ? »


[/quote]


Anders s'exprime en #cccccc
Justice s'exprime en #ccffff
Vengeance s'exprime en #9999ff

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Flashback 9:35] Catfight [Pv Fenris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Centre de Thédas :: Marches Libres :: Kirkwall-
Sauter vers: