en haut du forum
en bas du forum



[Flashback 9:35] Catfight [Pv Fenris]

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
avatar
Ennemi public n°1
- Civils -
Messages : 95
Mer 29 Aoû - 15:32

Catfight


Seul un grognement répondit à mon raisonnement mais trop soulagé par son approbation, je ne me formalisai pas du manque de sujet-verbe-complément. Je vis ensuite son compagnon s’avancer dans le second passage, plus large mais toujours trop étroit au goût d’Anders. Aussi discrètement que possible, je pris une longue inspiration. Je ne voulais pas laisser paraître mon malaise, d’une part par fierté vis à vis de Fenris qui se moquerait probablement de moi s’il se rendait compte que j’avais peur, et d’autre part parce que paniquer ouvertement n’allait en rien nous aider à terminer cette mission au plus plus vite. N’emboîtant pas le pas de l’elfe dans un silence inhabituel – mais justifié car la situation l’exigeait- je ne parvenais pas à faire bouger mon corps vers le passage. Dans ce moment de panique passive, il pouvait sentir Justice lécher les bord de sa conscience, sentir la présence puissante et inébranlable de l’esprit, prêt à prendre le relais.

Le vent d’hiver qui se glissait dans les couloirs et qui montait jusqu’à moi laissaient penser qu’il y avait une sortie non loin. Si tel était le cas alors soit c’était la mauvaise direction soit il allait falloir encore marcher un moment. Les esclavagistes étaient peut-être des sadiques mais tuer leurs prises en les rendant malades dans les courants d’air n’allait pas les aider à faire des bénéfices. Il fallait d’ailleurs que je garde du manaa en réserve pour soigner les esclaves blessés des fois qu’il y en ait. Je jetai un œil à mon escarcelle et en soulevai le couvercle. Je disposais de cinq fioles de lyrium et les tevintides en auraient certainement en stock également quelque part ce serait amplement suffisant même en cas de combat particulièrement ardu.

Mais avant que je puisse trouver le courage d’avancer, Fenris était de retour au pas de course,mais malgré tout il restait aussi silencieux qu’une ombre. Je n’eus pas le temps de comprendre quoi que ce soit que ce maudit elfe me tirait brutalement pour me repousser dans une aspérité de la paroi, m’arracher la torche et l’éteindre. Alors je fis le lien entre les bruits de pas que j’entendais avec le comportement de Fenris, les pas n’étaient pas une hallucination auditive. Rapidement je levai une main et les flammes dans les lanternes s’éteignirent également, baignant le souterrain dans une obscurité profonde.

Je regrettai immédiatement cette décision mais je fermai les yeux pour me concentrer un instant sur la présence de Fenris à mes côtés, la chaleur de son corps près du mien, même à travers son armure. Je n'avais jamais jusque là eus d'hallucination tactile, je pouvais donc se concentrer là dessus pour m'ancrer dans la réalité.... c'était juste un peu déroutant de s'ancrer à Fenris... Il n’y avait pas de barreaux à l’autre bout de ce couloir, je n’étais pas seul, les pas n’étaient pas ceux des templiers. Je tentais de chasser les hallucinations auditives des voix bien connues qui murmuraient des mots comme « apaisement », « isolement », « abomination ». Rien de tout cela n’était réel et j’avais besoin d’entendre ce qui se passait réellement autour de moi. Des mots dans une langue que je ne comprenais pas, mais que je pouvais reconnaître pour le peu que j’avais entendu dans la bouche de mon compagnon d’infortune. S’accrocher à ça, aux bruits des pas, au bruit du feu de leur torche qui léchait le plafond et vacillait dangereusement sous le vent.

Je vis Fenris se préparer à attaquer avec son épée. Dans la lumière de la torche de nos ennemis, je repris pieds et posai une main sur le bras de mon partenaire. Silencieusement je désignai son épée puis le couloir, pour lui signifier que ce serait trop bruyant. Je lui indiquai ensuite ses tatouages... Il pouvait tout à fait phaser à travers deux hommes qui lui tournaient le dos et les tuer sur le coup sans un bruit. Cela nous permettrait de ne pas alerter plus de monde et de continuer notre progression. Je pouvais également utiliser sa magie mais le faire silencieusement serait presque impossible et de toute façon, si j’étais honnête avec moi même, dans mon état de panique, être discret allait relever de l’impossible. Il était plus que probable que je déclenche une tempête électrique dans le couloir et le faire s’écrouler sur nous.




Anders s'exprime en #cccccc
Justice s'exprime en #ccffff
Vengeance s'exprime en #9999ff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elfe en colère
- Civils -
Messages : 24
Ven 7 Sep - 21:27
Catfight


Les deux tevintides n'avaient pas remarqué les comparses. Le premier, celui qui avait parlé, semblait plus aux aguets que le deuxième. Pour l'instant, il n'y avait que les craquements de leurs pas sur la roche et le bruit du feu qui consumait les torches. Anders et Fenris étaient côte à côte dans un recoin, mais ils risquaient d'être remarqués à un moment ou à un autre. Il n'y avait que leurs deux respirations rapides qui pouvaient les trahir en ce moment. Ils se touchaient presque. La bonne nouvelle, c'est que d'après leurs armes et leurs habits, les deux tevintides n'étaient pas des mages. Surement des soldats pour aider à encadrer les esclaves. Ils seraient rapidement hors état de nuire, même pour Anders. Même Fenris n'avait pas besoin du mage pour gérer ses deux soldats. Ce n'était que du menu fretin pour lui. Un coup de lame ou deux et se serait terminé.

Anders attira alors son attention en le touchant légèrement au bras. Malgré la couche de vêtements qui le protégeait du froid, un sifflement s'échappa de ses lèvres sans qu'il puisse le retenir. Le toucher d'Anders avait été fait sans arrière pensées, surtout pour éviter de devoir parler. Mais pour Fenris, le toucher était désagréable. En fait, toutes les sortes de toucher étaient désagréables. Même ses vêtements, dans une moindre mesure, le rendait inconfortable. Mais il avait réussi à faire avec. Mais venant de quelqu'un, c'était autant pour la douleur que pour l'aspect plus intime. Les seules personnes qui l'avaient touché depuis aussi loin qu'il se souvienne n'avaient pas été tendres. Alors, comment ne pas éviter n'importe quel contact si tout ce qu'il connaissait, c'était la douleur ? De toute façon, c'était se que les marques bleutées sur sa peau lui faisaient ressentir à chaque jour.

Fenris jeta donc un regard lourd de sens à Anders, se déplaça un peu pour augmenter l'espace entre les deux. Au moins, les deux Tevindes n'avaient pas semblé faire un cas du sifflement qu'il avait instinctivement fait et ils s'était même séparés l'un de l'autre pour continuer les recherches. L'elfe avait suivi le regard du mage sur ses marques, puis sur les deux soldats. Depuis quand Anders pensait pouvoir lui donner des ordres ? Ils avaient été en meilleure posture, Fenris s'aurait fait une joie de lui dire de se mêler de ces affaires. Mais avait-il vraiment le choix en ce moment ? Les deux soldats étaient maintenant trop distancés pour qu'un coup de lame les tuent en même temps. Il risquait d'en alerter un avant. S'allumer comme une torche n'était pas non plus très subtile, mais cela aurait peut-être moins d'effet près d'eux considérant qu'ils avaient des torches. Le mage semblait lui laisser faire tout le travail... alors soit.

Fenris laissa Anders seul et s'attaqua au soldat le plus près d'eux. Lorsqu'il faut suffisamment près de lui, les marques de lyrium prirent leur teinte bleutée et avant même que l'homme puisse réagir, la main de Fenris déphasa pour aller lui écraser le coeur sans plus de cérémonie. Pas réflexe, l'elfe avait bâillonné la bouche de sa proie, mais se fut inutile. La torche de l'homme tomba par terre dans un bruit mat, pas assez pour se répercuter dans la caverne, mais assez pour alerter le deuxième compagnon. Fenris, toujours avec son aura bleutée, fut quand même assez rapide pour le prendre par le collet et le coincer. Mais il ne le tua pas tout de suite, bien que cela le démangeait. Ils ne trouveraient jamais la piste des esclaves dans la grotte s'il ne prenait pas de l'aide au passage. Empêchant le soldat de bouger et de parler, l'elfe baissa le ton, s'approchant près de son oreille.

- Tu me dis comment rejoindre les esclaves et je te tue rapidement.


Le soldat se raidit, mais n'essaya pas de dire quelque chose. La poigne de Fenris se refermait. Il n'était pas tombé sur l'elfe le plus patient. S'il ne lui dirait rien, il n'aurait qu'à le tuer, il n'était pas indispensable. Il phase de nouveau sa main pour torturer le soldat. Bien qu'il était le mieux possible, on pouvait entendre les cris de douleur étouffés.

- Tu n'a toujours pas changé d'idée ? Dernière chance.

Le soldat fit un signe de tête et murmura des mots en Tévène qui était difficile à comprendre tant la douleur semblait empêcher l'homme de parler. Fenris semblait toutefois satisfait puisqu'il écrasa une fois pour toute le coeur de son adversaire et laisse son corps tomber par terre.

- Plus loin dans la caverne, il y a un ouverture plus grande où il garde les esclaves. Encore plusieurs minutes de marche. Toujours l'ouverture la plus grande.


Fenris s'adressait maintenant à Anders tout en nettoyant le sang sur ses mains avec un peau de tunique chapardé à l'un des cadavres.


[
Fenris parle l'universelle en #009900
Et le tévène en #ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ennemi public n°1
- Civils -
Messages : 95
Sam 15 Sep - 12:02

Catfight


C’était un spectacle fascinant de voir Fenris en action, pour toute la désapprobation que je pouvais ressentir pour ses actions et ses paroles je pouvais au moins reconnaître ça. Le voir si près de moi aurait probablement été perturbant si cela n’avait pas été aussi rassurant. J’avais envie de crier à mon propre cerveau qu’il n’y avait ien de rassurant à se trouver si près de Fenris mais à la vérité, sa présence m’ancrait plus solidement à la réalité que tout le reste. Aussi lorsqu’il s’éloigna pour faire son œuvre, je m’autorisai à ressentir le manque que cela généra. Il fallait que je me reprenne cependant, je n’étais pas venu ici pour être un boulet.

Le regarde de Fenris s’était fait mauvais, comme si ma suggestion l’avait offensé, il n’avait quand même pas cru qu j’essayais de lui donner des ordres, si ? Comme si c’était mon genre ! Non mais allait-il comprendre un jour que tous les mages ne sont pas comme son ancien maître ! Je n’essayais pas de diriger sa vie, seulement de rester discret dans cette saloperie de grotte… Je retenais un gros soupir et le regardai s’occuper des deux esclavagistes. Le premier vit son cœur écrasé dans sa poitrine, le deuxième subit un interrogatoire en Tevene. Je secouai la tête, espérant remettre de l’ordre dans mes pensées ou au moins chasser cette impression d’engourdissement qui me prenait l’esprit.

Je ramassai la torche tombée à terre et m’approchai des deux Tevinters avec prudence. Je ne pouvais pas comprendre leur conversation bien entendu mais j’en devinais aisément la trame, et Fenris s’adressa à moi en nettoyant son arme. Je hochai la tête, signe que j’avais compris ce qu’il me disait et à voix suffisamment basse pour ne pas porter dans les tunnels je pris à mon tour la parole, levant la torche au dessus de moi pour examiner le couloir par lequel les deux esclavagistes nous avaient rejoint.

- « Au moins maintenant on sait où aller. Fenris, nous n’avons pas souvent combattu ensemble dans des caves, il faut que je te prévienne, je peux me limiter en grande partie à la magie de soin, mais les cavernes comme celles-ci sont humides, il est même possible qu’il y ait des lacs ou des rivières en souterrain, si je dois utiliser l’électricité pour une raison où une autre, cela peut être assez imprévisible. » Je ne précisai pas que mon état de stress pouvait également rendre ma magie instable, je n’avais pas envie de voir ma tête séparée de mon corps. « Je ne vais certainement pas déclencher une tempête d’éclair dans la grotte mais ….. enfin bref reste vigilent, la magie de foudre réagit de façon étrange dans ce genre de conditions. »

Ce n’était pas non plus comme si elle était incontrollable non plus mais un ennemi trop près d’un courant d’eau pouvait répandre l’énergie d’un sort sur plus de surface ou le rebond d’une chaîne d’éclairs pouvait rebondir sur le sol plutôt que d’aller tout droit vers l’adversaire suivant. Je connaissais l’aversion de Fenris envers la magie j’essayais simplement de faire en sorte qu’il ne soit pas inutilement surpris le moment venu mais quelque chose me disait que l’elfe n’allait pas être reconnaissant le moins du monde.

Je repris la marche vers le tunnel le moins étroit dans un silence relatif. J’avais envie de parler, en continu, de n’importe quoi. Mais cela aurait probablement causé notre perte. Même à voix basse le son de nos voix nous auraient probablement distraits des bruits d’un danger potentiel. C’était dans ce genre de moments que Ser Pounce a Lot me manquait affreusement. Mettre la main dans mon sac pour y caresser la fourrure douce et entendre un faible ronronnement avait toujours été d’un grand réconfort. Je devais cependant faire sans ce jour là, comme tous les jours depuis que j’avais dû le laisser à Amaranthine.

Un couloir, puis un autre, et encore un autre. Je n’avais aucune idée de comment s’organisaient les esclavagistes mais si les deux imbéciles que Fenris avait éliminés étaient leur seule patrouille alors il me semblait que ces raclures manquaient cruellement d’organisation. Ou avaient un trop plein de confiance en eux, car même cachés ainsi dans les montagnes il y avait toujours une chance que quelqu’un les attaque comme aujourd’hui. Au bout d’un moment nous entendîmes des clameurs venir du bout de leur corridor de pierre. Je pris une longue respiration et trempais la torche dans une flaque d’eau pour l’éteindre avant de continuer à avancer. Arrivés à un tournant ils purent observer en contre bas, dans une immense caverne ornée de stalactites et de stalagmites, une vingtaine d’esclavagistes s’affairant autour de quelques wagons de fer contenant majoritairement des elfes habillés pauvrement.

La réaction de Justice ne se fit pas attendre et je revins me cacher contre la paroi pour évité d’être vu. Par chance j’avais réagis assez vite pour ne pas me mettre à briller, mais Fenris devait probablement sentir ma magie se concentrer sous ma peau. La colère que la vue de ces gens emprisonnés faisaient monter en moi promettait un carnage en règle. Mais si je laissais sortir Justice on risquait les dommages collatéraux, et je ne voulais pas de ça. Je me tournai vers Fenris, contenant ma rage comme je le pouvais.

- « Ils sont trop nombreux pour juste sauter dans la pièce et tous les massacrer… Comment veux-tu qu’on procède ? »


[/quote]


Anders s'exprime en #cccccc
Justice s'exprime en #ccffff
Vengeance s'exprime en #9999ff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elfe en colère
- Civils -
Messages : 24
Jeu 4 Oct - 0:58
Catfight


Bien sûr, il était évident que la magie du mage pouvait se retourner contre eux. La magie n'était qu'un fléau que l'elfe s'aurait bien passé. Mais avec Anders qui l'avait suivi, il était obligé de la considérer. Maintenant, avec la déclaration du mage, Fenris avait l'impression que l'abomination ne servait à rien. Il ne faisait office que de «compagnon», bien que la relation entre l'elfe et l'humain était à mille lieues de cette définition. Bon, peut-être qu'il pourrait se rendre utile en soignant les esclaves qui avaient été maltraités par leur geôliers, mais sinon, l'elfe devrait faire tout le travail… Comme depuis le début, en fait. Anders n'avait fait que le sermonner, mais c'était l'elfe qui s'était sali les mains. Fenris se demandait bien pourquoi il avait cru que l'aide d'Anders lui serait le moindrement utile dans la mission qu'il voulait remplir.

- Tu devrais le dire au démon avec qui tu partages ton corps alors. Des plans pour que tu nous tues.

L'elfe se releva, ayant enlevé la majorité du sang sur ses mains. La déclaration d'Anders ne l'enchantait donc pas. Justice n'était pas du genre à demander l'opinion de l'elfe ou même de son hôte pour décider de tout détruire. Il réagissait avant de réfléchir - comme un certain elfe aux cheveux blancs. Bref, entre l'avertissement d'Anders et la possibilité que le démon prenne les commandes, Fenris trouvait que la situation tournait presque à l'avantage des Tevintides. Traîner un boulet derrière lui et devoir assurer qu'il ne meure pas n'était pas ce qu'il avait prévu quand il était entré dans cette grotte. Hawke ne lui pardonnerait jamais s'il ne lui ramenait pas son cher soigneur en un seul morceau, surtout dans une mission qu'elle avait refusée. L'elfe soupira. Et puis, ce n'était pas son problème si le mage avait décidé de le suivre dans cette mission. Et pourtant, il devait jeter un œil sur lui pour être certain s'il ne lui arrive rien. Surtout que si le mage était en mauvaise posture, il risquait d'être encore plus une nuisance.

Sans plus de cérémonie, l'elfe poursuivi la route dans les tunnels. Pendant un instant, il le fit dans la noirceur, juste avant que Anders ne se mette à le suivre avec sa torche. Pendant un instant, les murs humides et la noirceur lui rappela des mauvais souvenirs. Au moins, la lumière de la torche lui rappelait qu'il n'était pas retourné dans le sous-sol qui lui avait servi de maison pendant toutes ses années. Dans ses moments-là, Fenris devenait encore plus nerveux qu'à l'habitude, tripotait son épée avant impatience. Il savait bien que Danarius n'était plus là, il l'avait lui-même tué. Et pourtant, avec le jeu cruel des ombres de la torche qu'Anders tenait, l'ancien esclave avant toujours l'impression que le mage du sang se cachait dans les détours tortueux qu'ils prenaient. Si Fenris n'avait pas remarqué le malaise du magie de soins, le contraire pouvait être le cas. Dans tous les cas, l'elfe sentait son malaise qui grandissait. Il fallait qu'il débouche sur quelque chose. Il ne pourrait pas poursuivre comme cela bien longtemps.

Heureusement pour l'équilibre mental précaire des deux comparses, ils débouchèrent sur une corniche qui laissait voir en contre-bas une dizaine de wagons en fer forgé. Et le tout autour grouillaient d'esclavagistes. Une bouchée de rage étouffa l'elfe en lui bloquant la gorge. Ses marques se mirent à luirent faiblement et à vibrer. Autant elle s'illuminait sous le flot d'émotions mal contrôlé de Fenris, autant la vibration correspondait à la présence de Justice qui s'énervait sous la peau du mage derrière lui. Justice causait à Fenris un sentiment d'inconfort persistant tant que le démon voulait se manifester. Il jeta un coup d'œil à Anders, qui s'était reculé pour retrouver un semblant de contrôle.

Fenris n'avait pas eu besoin de compter pour réaliser que les esclavagistes étaient nombreux. Beaucoup trop nombreux pour le semblant d'équipe qu'ils étaient. Les attaquer de front était suicidaire. Les prendre au piège aussi ne semblait pas l'idée la moins risquée. Il faudrait être synchronisé avec les déplacements des autres Tevintides pour ne pas se faire remarquer. Sinon, il y avait un risque que les esclavagistes prennent peur et s'en prennent aux esclaves. Il faudrait en éliminer le plus possible avant de se mettre à attaquer directement l'ennemi. Et pour réussir, Fenris devrait faire équipe avec Anders. À cette pensée, l'elfe frissonna. Mais il n'avait pas d'autres choix. Il devrait mettre entre les mains la réussite de se sauvetage - et accessoirement - sa vie à une bombe à retardement.

L'elfe se leva et s'éloigna de la paroi rocheuse pour pouvoir communiquer avec Anders sans que leurs voix se répercutent dans la galerie. Il devait donc être assez proche l'un de l'autre. Fenris grimaça. Les vibrations sous sa peau se faisait plus forte avec la distance réduite et cela rendait l'ancien esclave encore plus inconfortable.

- Penses-tu pouvoir utiliser quelque chose pour les appâter sans nous faire repérer ? Si nous pouvions les tuer à petit feu, nous aurions peut-être la chance de pouvoir prendre l'avantage. Au moins, il ne semble pas avoir remarquer que les deux vigiles de reviennent pas.

En effet, les esclavagistes ne semblaient pas le moins du monde énervés. La surprise pouvait leur donner une mince chance.






[
Fenris parle l'universelle en #009900
Et le tévène en #ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ennemi public n°1
- Civils -
Messages : 95
Dim 7 Oct - 18:33

Catfight


Pourquoi ramenait-il Justice là dedans ? Pourquoi fallait-il qu’il ramène toujours tout à Justice ? Je savais qu’il détestait l’idée de l’esprit qui m’habitait mais quel était le rapport ? De plus Justice avec un contrôle de la magie bien supérieur au mien, puisant son pouvoir de son lien direct avec l’immatériel il était plus précis, plus puissant et plus efficace que moi, c’est pour ça qu’il prenait le relais en cas de danger et pas l’inverse ! Je me forçai à garder la voix basse malgré ma colère pour lui répondre.

- « Justice n’est pas un démon et c’est lui qui a insisté pour venir t’aider, pas moi. Il veut libérer ces esclaves autant que toi et il n’a aucune raison de nous tuer, ni toi ni moi. » Je respirais profondément pour me calmer, ce n’était pas le moment de m’engueuler avec Fenris, aussi insupportable soit-il. « Je ne suis peut-être pas le partenaire de tes rêves mais je sais me défendre, me battre et si tes compatriotes ont maltraité les captifs, je suis leur meilleure chance de sortir de cette caverne avec assez de forces pour affronter le froid. Alors est ce qu’on pourrait arrêter de ramener les sujets sensibles à la surface pour le plaisir, jusqu’à ce qu’on soit de retour à Kirkwall avec tout le monde sain et sauf ? »

Je n’avais pas beaucoup d’espoir pour une réponse positive mais, on pouvait toujours essayer, non ? Comment se faisait-il que ce elfe maudit soit aussi ingrat ? C’était probablement un traitement de faveur à mon égard mais tout de même. Il n’aurait jamais réussi à affronter les esclavagistes tous seuls de toute façon, il pourrait au moins éviter de me traiter comme un boulet ! Je respirai à nouveau profondément, ce n’était pas Justice qui aidait le plus la situation, je sentais qu’il désapprouvait le fait que j’attende de la reconnaissance de Fenris pour ce qui était censé être un geste altruiste. J’étais venu pour aider, que Fenris soit reconnaissant ou ingrat ne devait pas entrer en ligne de compte.

Assis derrière le mur il réfléchissait à un plan. Il risqua un nouveau coup d’oeil dans la caverne souterraine… Il y avait un ruisseau qui démarrait non loin d’eux et qui coupait la salle en deux. Avec un peu de chance, en cas de coup dur il pouvait électrifier l’eau du courant sans trop de danger, mais il fallait d’abord diminuer leur nombre.

- « Leur ronde doivent être assez longues, les galeries sont très étendues…. » Je regardai autour de moi…. « Certains d’entre eux sont des mages, je peux les attirer en utilisant la magie. Il est plus que probable qu’ils se demandent ce qui se passe mais vu tout ce qu’abritent les grottes ils ne s’attendront pas forcément à une attaque…. Mais ils voudront venir vérifier… Si on peut les tuer silencieusement comme tout à l’heure il y a peut être même moyen que ça fonctionne plusieurs fois avant qu’ils ne réalisent ce qui se passe… et on aura éliminé en grande partie les mages, ce qui rendra le combat moins compliqué en bas... »

Je levai les yeux vers Fenris, Je savais que ce plan allait lui poser un dilemme, d’un côté cela voulait dire accepter que je fasse de la magie à ses côtés, et de l’autre ça permettait d’éliminer des mages. Je ne pouvais pas m’en empêcher cependant, j’esquissais un sourire espiègle avant d’ajouter.

- « Ou alors tu pourrais rentrer dans la pièce avec les deux cadavres des gardes et prétendre être un esprit de la montagne, ça ne bernera pas les mages mais le temps que les autres pissent dans leur froque on aurait le temps d’en éliminer quelques uns. »

Ce plan là était mauvais, mais j’avais vraiment besoin de décompresser. Avec Hawke ce genre de plaisanterie prenaient toujours la même voie : elle roulait des épaules en disant « j’aime ce plan » et il fallait la retenir de l’appliquer pour de vrai. C’était un jeu, elle n’aurait jamais fait une connerie pareille, mais elle se plaisait à dédramatiser les situations avec nous. Je me doutais bien que Fenris ne serait pas de cet avis mais peut-être le fait de penser à Hawke allait-il le détendre un peu aussi.

J’attendais le verdict de Fenris sur ma première proposition en mâchouillant ma lèvre inférieure. Ces cages en fer nous compliquaient la tache… Si elles avaient été en bois j’aurais pu lancer un orage dans la caverne et griller un maximum d’esclavagistes sans toucher les esclaves…. Mais le létal était tellement conducteur.

- « Quand le moment du combat viendra je pourrai électrifier le ruisseau, il passe assez loin des cages pour constituer un obstacle sans être dangereux pour les prisonniers. Je vais pouvoir poser des glyphes aussi sans problème… Il vaut mieux laisser les prisonniers là où ils sont le plus longtemps possible… si on les libère ces enflures seraient capable de les tuer dans leur fuite…. »

Je detestais l’idée de laisser des gens enfermés dans des cages mais je pouvais visualiser le massacre d’elfes courant pour leur vie et se faisant brûler ou électrocuter à distance par les mages Tevintides…. Ou bien parvenir à sortir dans la tempête de neige et mourir de froid dehors...



Anders s'exprime en #cccccc
Justice s'exprime en #ccffff
Vengeance s'exprime en #9999ff

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Elfe en colère
- Civils -
Messages : 24
Ven 2 Nov - 1:19
Catfight


Non. Anders n’était pas son compagnon préféré pour cette mission. En fait, pour tout type de mission. Mais ce n’était pas une surprise. Tout le monde, et clairement le principal intéressé, le savait. Fenris savait bien qu’avoir un soigneur avec lui dans cette mission était quelque chose qui était presque essentiel. Je dis bien presque essentiel, car l’elfe se demandait bien comment il pourrait se passer du mage et il retournait encore les possibles scénarios dans sa tête. L’abomination réussissait toujours à l’énerver tout simplement en respirant, même s’il n’avait pas montré une once véritable de méchanceté avec les années. Son alter ego de l’immatériel oui, par contre. Bien que c’était pour cette raison que Anders était devant lui en ce moment, c’était surtout à cause de ce démon que l’elfe le détestait davantage. C’était la démonstration même de ce que disait Fenris depuis des années : que les mages ne cherchaient que des moyens pour devenir plus puissants. Alors, commencer à faire fit de tous les commentaires d’Anders pour le bien de la mission. Fenris n’était pas sûr qu’il y arrive. Déjà que le mage était une vraie pie, tellement prompt à répondre à ses piques, l’ancien esclave était sûr que le blondinet serait le premier à recommencer. C’était toujours comme ça, de toute façon. Le mage eu donc comme réponse un soupir qui résonna presque dans la galerie de pierre où ils se trouvaient et à un elfe qui roulait les yeux devant lui. Fenris savait bien qu’il avait raison, mais il n’allait certainement pas le dire au mage.

Donc, il écouta silencieusement la proposition d’Anders. Il lui avait quand même bien demandé un avis. Fenris n’était pas le genre de personne à vouloir jouer dans la finesse – c’était de toute façon le rôle d’autres dans la groupe d’Hawke – et tuer tout ce qui pouvait l’être. Pour ce qui était de tuer silencieusement, l’elfe pouvait se débrouiller pour le faire, ce ne serait pas un problème en soit. Toutefois, il devrait faire attention avec ses marques pour ne pas trop attirer l’attention sur lui de façon immédiate. Et surtout celles des mages, qui sentiraient le lyrium sous sa peau. Il devait utiliser que ses mains… La réussite de cette partie du plan d’Anders reposait aussi sur l’idée que bien que les mages ne s’attendent pas à être attaqués, il serait assez idiot pour ne pas comprendre leur plan après le premier mage disparu mystérieusement. La seule façon de réussir à en tuer plusieurs, c'était en attaquant rapidement, sans hésitation.

Toutefois, un autre problème se présentait dans l'esprit de l'elfe : si le mage faisait de la magie autour de lui et obligatoirement tout près, ses marques ne pourraient faire que réagir à leur tour. Elles feraient mal, et vibraient, mais surtout, elles illumineraient et les rendraient facilement repérable à des milles à la ronde. Il ne pourrait pas nécessairement en contrôler l'intensité. Lorsque de la magie entrait en jeu, ses marques avait leur propre volonté, un peu comme s'ils étaient une porte pour quelque chose dans l'immatériel. Et cela rendait Fenris un peu fou. C'était comme s'il n'avait plus le contrôle de son corps et pour lui, c'était un rappel du contrôle total qu'avait eu son maître durant des années et que même après la mort, il réussissait à avoir. L'idée de voir le mage faire de sa magie à côté de lui ne plus plaisait donc vraiment pas. Il n'aurait probablement pas le choix, mais l'elfe pouvait peut-être réussir à contrôler la situation plus longtemps... Il devrait donc utiliser ses marques même si cela pourrait le rendre plus facile à repérer

- « Ou alors tu pourrais rentrer dans la pièce avec les deux cadavres des gardes et prétendre être un esprit de la montagne, ça ne bernera pas les mages mais le temps que les autres pissent dans leur froque on aurait le temps d’en éliminer quelques uns. »

Fenris ne pu laisser en bouche un grognement, croisant les bras, très peu amusé. C'était toujours Hawke qui voulait faire ses idées étranges. À la pensée de Hawke, l'elfe grogna encore une fois. Elle l'avait laissé tombé et c'était Anders qui était là, à verbaliser sur n'importe quoi et à faire exprès pour le faire répondre. Il pouvait bien dire qu'il voulait qu'il s'en tienne à la survie des prisonniers, mais il semblait ne pas s'empêcher de faire tiquer l'elfe. En se tournant vers l'ouverture de la galerie, Fenris répondit au mage qui avait essayé en vain de détendre l'atmosphère.

- Les gens de ton espèce réagissent à mes marques et elles les attirent comme des mouches. Laisses-moi les attirer avec le lyrium. Lorsque cela ne fonctionnera pas, on prendra ta magie. Assures-toi juste qu'il ne voit pas la lueur qui vient avec.


Sans trop l'attendre, Fenris contourna le mage et descendit le reste de la paroi rocheuse pour atteindre le plateau où les esclavagistes et les prisonniers se tenaient. Fenris longeait les murs, le plus silencieusement possible. Le fait que la salle était grande joua en leur faveur pour atteindre le premier mage, car comme l'avait remarqué Anders, ils avaient de longues rondes et ils se retrouvaient souvent seuls. L'elfe atteint le premier mage sans trop de problème. Il marchait d'un pas lent et semblait peu inquiet. Fenris se mit en retrait, en essayant de se camoufler entres les rochers. Lorsqu'il fut a peu près certain, il jeta un regard vers Anders et en respirant un bon coup, il fit luire ses marques, attendant que le premier mage crédule arrive vers eux.






[
Fenris parle l'universelle en #009900
Et le tévène en #ff0000

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

[Flashback 9:35] Catfight [Pv Fenris]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» [Résolu] Remand sur un Flashback
» Procès ayant opposé Fenris au Comté de Flandres-Coupable
» [Résolu] Talrand & Flashback, Rebound, Copy, Storm et autres...
» [Vente] Guide de peinture companies of fenris
» [Flashback] Mêlés dans le Deuil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Kirkwall-
Sauter vers: