en haut du forum
en bas du forum



Un verre plein est une promesse creuse | ANDRAS

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 47
Ven 11 Mai - 4:56


The (after) life of the party



« Brelan. »

Ashel étala ses cartes sur la table avec un grand sourire, les exhibant fièrement. Ce n'était pas un jeu parfait, mais elle avait mené le bluff jusqu'ici en pensant l'avoir avec deux têtes identiques.
Felasil fronça les sourcils et le reste de la tablée tourna les yeux vers lui, curieuse de savoir s'il était capable de gagner ou bien de perdre en bonne et due forme. Une hésitation, imperceptible, et l'elfe au teint cireux posa son jeu sur la main en déclarant :

« Marchéenne. »

Ashel se leva immédiatement pour vérifier s'il disait vrai, et poussa un grognement irrité. Son unique compagnon de jeu la coupa et attira à lui la large somme qu'ils amassée au centre de la table ; les pièces d'or se déversèrent dans son sac telle une cascade dorée.
Elle y était presque ! Mais il avait mieux mené son coup que la dernière fois, et elle avait baissé sa garde. Être sur les routes avec une troupe d'abrutis et le gamin de la Flèche à charge, ça n'aide pas à se remplir les poches, surtout quand vos compagnons cessent de l'être à partir du moment où il commence à être question d'argent. Ashel avait vu le contenu de sa bourse fondre comme neige au soleil depuis que Demetri lui avait confié la protection de son fils. Ledit gamin assistait depuis le début au jeu de Grâce Perfide qui se déroulait sous la tente de la voyante. Celle-ci posa une main sur l'épaule du garçonnet et murmura, assez fort pour être entendue :

« Tu vois, ça, Tristan, c'est ce qu'on appelle un tricheur.
- Ou un excellent joueur » répondit Felasil en se redressant.

L'ego blessé d'Ashel se devait bien de reconnaître qu'aucun d'entre eux n'aurait osé voler un compatriote. Elle venait de se faire dépouiller dans les règles de l'art.
Les temps se faisaient difficiles ; c'est pour ça que le Visage de Sylaise était reparti à l'Ouest, vers les vertes prairies de Val Royeaux et ses milles et une promesses. Mais en attendant, il fallait subsister.

Lorin lui avait proposé d'aller faire des grillades de cochard en périphérie de la ville, invitation qu'elle avait poliment déclinée. Au lieu de ça, elle se dirigea vers la taverne du Buffalo Borgne, un charmant établissement si l'on oubliait l'odeur et le sol qui collait sous les pieds. Néanmoins ce n'était pas la qualité de la bière qui intéressait Ashel, mais les ivrognes agglutinés à l'intérieur qui lui serviraient de gagne-pain pour se remettre de sa défaite de la journée.

Une jeune femme, la vingtaine à peu près, occupait une table seule au fond de la pièce. Elle avait déjà vu son visage et collé -à peu près- une étiquette sur ce qu'elle faisait par ici ; une bande de pirates sans bateau qui étaient arrivés à peu près en même temps qu'eux dans le coin. S'il y avait bien une race de gens qu'elle méprisait dans ce bas monde, (si le mépris d'Ashel avait une quelconque valeur, ce qui restait encore à prouver) c'étaient bien ces putain de pirates. Elle avait bien fait de glaner des informations sur eux, visiblement. Ce soir, la chance lui sourirait !

Elle avait l'air jeunette ; peut-être une recrue toute fraîche. Elle la jaugea un instant avant de s'approcher d'elle, s'asseyant au comptoir d'un mouvement fluide. Elle commanda deux bières antivanes, attrapa une chope pour prendre une gorgée et fit glisser sa jumelle sous le nez de l'humaine pour attirer son attention.

- Bonsoir, l'amie. Ashel adressa un sourire charmeur à la jeune femme, sortant un jeu de tarot abîmé et relié par une ficelle en lin qu'elle laissa balancer entre ses doigts, faussement nonchalante. Tu te situes à un carrefour de ta vie, je le sens...

Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle allait faire ensuite, mais l'éclat doré qu'elle avait aperçu au fond du sac de la jeune femme la motivait à aller à l'abordage.
Tous ses meilleurs plans se déroulaient de cette façon : foncer, aviser, et entuber du shem.

- Je peux te donner des indications sur ce que l'avenir te réserve, et bien plus, si tu le désires. Intéressée ?

L'elfe remit ses cheveux derrière son épaule, charmante comme à l'accoutumée.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Ven 11 Mai - 19:53
Cela faisait plusieurs semaines que nous avions perdu le Revanche. Un événement des plus tragiques qui me laissait un gout amer dans la bouche. Déjà il était impossible de savoir comment le reste de l'équipage allait, mais j'avais une certaine expérience de l’Immatériel....et bien je ne donnais pas cher de leur peau. S'ils étaient redoutables à des humains, je ne pensais pas qu'ils tiendraient le coup contre des démons. Mais ça j'ai préféré le taire pour ne pas affoler plus que de raison les survivants.

Et puis j'avais perdu tout mes livres, c'était là une fortune qui avait disparu dans cette Brèche. Bon, certes j'en avais volé la majorité mais tout de même, c'étaient là une grande valeur sentimentale que je leur prêtait, et puis il y avait la dedans quelques traités magiques particulièrement rares.
Puis pas que mes livres, il y avait aussi mon violon, un bel objet de manufacture antivane au bois rouge sanglant, une rareté, probablement enchanté vu sa résistance incroyable. On pouvait en tirer les plus beaux accords.
Bon vent Bellissimo premier du nom.

Alors avec notre petite bande bras pas si cassés que ça, nous avons dû nous frayer un chemin à travers le continent, jusqu'à arriver dans ce maudit pays. Et Golefalois, charmant endroit au demeurant si l'on supportait l'odeur perpétuelle de chien mouillé.
Je ne comprendrais jamais l’obsession des Fereldiens pour leurs mabaris, ça pue, ça fait du bruit et ça salit. Qu'elle horreur.
Enfin à Minrathie fait comme les minrathiens n'est ce pas?
Donc nous étions arrivés dans la campagne Golefaloise, l'endroit semblait vaguement calme depuis l'arrivée des forces de l'Inquisitrice Trevelyan, une bonne chose j'imagine, même si je me méfiais de l'uniforme à l’œil omniscient.
Nous avons monté un campement dans les collines non loin du village, non sans mal, la région est infestée d'ours pour une quelconque raison.

L'ennui se faisant lourd j'ai ramassé mon sac de voyage et leur ai assuré de mon retour d'ici quelques jours. J'allais explorer un peu le village d'à coté et m'y trouver une chambre dans l'auberge. Et puis peut être que j'y trouverai un moyen d'occuper mes bras et récolter quelques piécettes? En tout cas je n'ai jamais supporté l’inactivité et je n'allais pas rester au camp à regarder cet imbécile de Zuan dégommer des bouteilles avec son arc.
Oh pensez ce que vous voulez de moi, je m'en fiche.

Après une bonne demi-heure de marche j'ai atteint le village, le froid m'engourdissait les membres malgré ma cape bordée de fourrure, je devais avoir une sacrée allure avec mon bâton dans le dos.
Si on me posait des questions je dirais que c'était une lance, une honnête voyageuse ne peut-elle pas se défendre tranquillement de nos jours?
J'ai vite repéré la taverne, au nord du village. Je suis passée devant une grande tente bariolée, surement des artistes itinérants, des exclamations en montaient, je m'en fichais pas mal mais c'était bon à retenir. Je leur ai souhaité bonne chance avec leurs arnaques intérieurement puis m'en suis allée au...Buffalo Borgne.
Et bien ça promettait avec un nom aussi délicat.

L'ambiance à l'intérieur était tout ce qu'on pouvait s'attendre d'une taverne de campagne, bruyante, vaguement méfiante à l'égard des étrangers, et...oh ils servaient du vin antivan! Je n'ai rien dit, l'établissement me semblait tout à fait correct malgré l'odeur suspecte provenant de certains clients.
Je me suis installée à une table du fond non loin de la cheminée, seule, j'ai posé mon sac entre mes jambes et mon bâton contre ma chaise et ai fait signe à la petite serveuse de me servir.

J'ai enfin pu me détendre un peu, souffler et savourer le vin, qui s'avéra être particulièrement sucré en réfléchissant à la suite de mon plan.
Si je trouvais un peu de travail autant en faire profiter l'équipage, il fallait trouver quelque chose à faire où sinon nous allions nous transformer en bandits de grand chemin. Alors certes nous étions des pirates, mais les pirates au moins n'ont pas d'autre choix que de s'attaquer à des navires appartenant à des personnes puissantes. Les bandits eux, ils ont une palette bien plus large dans laquelle choisir. Et moi il est hors de question que j'aille perdre mon temps à dévaliser des grattes-misères.
J'étais à peu près certaine que je pourrais dénicher quelque chose en parlant à l'aubergiste, ils étaient toujours au courant des nouvelles et besoins.

J'ai passé une bonne heure à siroter mon verre, j'étais pensive et mon visage devait afficher son habituelle expression blasée car personne ne vint m'importuner. Jusqu'à ce qu'une choppe de bière apparaisse devant mon nez, interloquée j'ai levé doucement la tète vers sa propriétaire qui commençait déjà à me causer:

"Bonsoir, l'amie..."

C'était une elfe, bien faite de sa personne je ne pouvais m’empêcher de le remarquer, elle était habillée à la bohème, c'était sans doute l'une des artistes du chapiteau.
Elle me sortit un paquet de tarot élimé par les ans, et un sourire des plus suspects. Je me demandais bien ce qu'elle me voulait, était-ce une nouvelle technique d'approche maladroite ou une combine aiguisée?

"Tu te situes à un carrefour de ta vie, je le sens...Je peux te donner des indications sur ce que l'avenir te réserve, et bien plus, si tu le désires. Intéressée ?"

Et oui une combine aiguisée, dommage, elle était à croquer. Je l'ai regardée en haussant un sourcil dubitatif, est ce qu'elle avait la moindre idée du personnage auquel elle avait affaire?
J'ai hésité, et puis, pourquoi pas? Elle n'avait rien d'une sorcière Rivainienne, ces prédictions ne pourraient qu’être....divertissantes.

"Allez va, je suis curieuse" Lui ai-je lancé avec un mouvement de verre indulgent lui incitant de procéder.

Parfois j'ai encore des manières d'aristocrate je le reconnais, je vous jure que je ne souhaitais pas être grossière cette fois-ci.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 47
Sam 19 Mai - 5:57


The (after) life of the party



— Ah ! Je le savais. Tu ne vas pas le regretter, mon amie.

Elle mélangea ses cartes avec habileté, coupant le jeu en deux tas égaux pour les rassembler à nouveau et créer un tout nouveau jeu. Bien sûr, rien chez Ashel n'était authentique, et surtout pas son précieux jeu de tarot. Elle avait imperceptiblement modifié la texture du dos de certaines de ses cartes, une astuce difficilement discernable à l'oeil nu (surtout quand on avait un peu bu) mais diablement efficace lorsqu'il s'agissait de tirer la bonne carte sans lâcher des yeux son interlocuteur.

— Voyons ce que nous avons là, dit Ashel en disposant un tirage en croix devant elle. Elle retourna la carte de gauche en premier, puis une autre, posant une main sous son menton d'un air pensif. Je vois, je vois.

L'elfe ne voyait rien du tout, si ce n'était la promesse de quelques pièces de plus dans sa bourse à la fin de la soirée. Si le sport national de Thédas était de sortir des histoires tout droit hors de son fondement tout en ayant l'air sûr de soi, Ashel serait championne du monde.

— Je vois... Une faille. Et des personnes qui sont proches de toi, emprisonnées dans un autre plan. Cependant, le trajet vers leur libération n'est aussi facile qu'il n'y paraît... Il te reste beaucoup d'épreuves avant de pouvoir retrouver tes camarades. Ce n'était évidemment pas grâce à ses talents en divination qu'elle avait obtenu cette information, mais grâce à un membre du Visage de Sylaise, qui avait entendu le groupe de la jeune pirate la nuit précédente dans cette même taverne.  Elle retourna la carte suivante. Oh ! Ma pauvre...

Pendant qu'Ashel déblatérait et promettait à Andras au moins dix maladies différentes et une aventure dans les Tréfonds au côtés d'un nain borgne et d'un qunari unijambiste, elle remplissait régulièrement leurs verres, le niveau d'alcool montant au fur et à mesure qu'elle faisait ses prédictions abracadabrantes.



#99cccc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Dim 20 Mai - 23:56
"Ah ! Je le savais. Tu ne vas pas le regretter, mon amie."

Ah bah. J'espérais bien avoir un petit divertissement. J'ai resserré mes talons sur mon sac d'argent et lui ai fait un petit sourire en levant les sourcils. "Amuse moi donc" j'ai songé en finissant mon vin et en attaquant la bière servie.
Pas mauvaise, peu amère, ils aimaient les blondes ici. Sans jeu de mot.
J'étais époustouflée par le talent de comédienne de l'elfe, rien que pour cela j'avais envie de lui donner un pourboire, elle déblatérait histoires sur histoires, c'était des plus impressionnants.

"Je vois..." Commença t-elle avant de s'interrompre dramatiquement pour songer.
"Que vois tu donc?" Dis-je d'un air quelque peu goguenard.
"Je vois... Une faille. Et des personnes qui sont proches de toi, emprisonnées dans un autre plan. Cependant, le trajet vers leur libération n'est aussi facile qu'il n'y paraît... Il te reste beaucoup d'épreuves avant de pouvoir retrouver tes camarades."

A ces mots là j'ai froncés les sourcils, se pourrait-il que j'ai en face de moi une sorcière de Dairsmuid qui s'ignorait? Pourtant je ne sentais pas de magie, et mon anneau dalatien qui bourdonnait toujours en présence de magie ne bronchait pas.
Elle devait avoir des qualités d'espionne en plus de baratineuse, je ne voyait aucune autre possibilité.
Les bières s’enchaînaient et je commençais à voir flou. J'allais partir dans les Tréfonds et...ou l'avais-je déjà fait? J'avais du mal à comprendre tout ce qu'elle me racontait, mais j'étais à peu près certaine de n'avoir jamais croisé d'engeance ou de Qunari.
Ah si Sekmet. Enfin, j'étais saoule. Et elle aussi commençait à sentir les effets de l'alcool à en juger son élocution.

"Je... je...sais bien que..." Marmonnais-je en me grattant doucement la nuque.

D'accord, j'ai repris mon souffle et ai repris plus doucement:

"Ecoute...déjà quel est ton nom? Et puis je sais que tu fais ça pour l'argent".

Mmmmh, j'étais bien éloquente ce soir-là décidément.

"Enfin, tu ne vois pas vraiment l'avenir, avec ton joli minois tu aurais pu tapiner mais je respecte ton choix, et...et tu m'a bien distraite un moment mais je vais y aller hein..."

Je me suis levée et ai récupéré mon sac et mon bâton, j'allais me diriger vers le comptoir, louer une chambre et m'écrouler, enfin c'était mon intention.

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 47
Mar 22 Mai - 7:39


The (after) life of the party


Ashel n'était pas étrangère aux accrochages, combats et autres pugilats alcoolisés qui se déroulaient dans les tavernes tard le soir. On pouvait même dire qu'elle y était habituée, qu'elle les encourageait, même, le chaos ambiant étant une aubaine pour dérober des bourses ou ramasser des objets tombés dans le feu de l'action pour s'éclipser ensuite, inaperçue et discrète comme un chat.

Mais elle en était rarement à l'origine, ce qui rendait ce qui allait suivre assez embarrassant pour elle lorsqu'elle se réveillerait, quelques heures plus tard, avec une gueule de bois monumentale et les poches vides.

— Je m'appelle Ashel, répondit l'elfe sur son ton velouté habituel, une nuance d'agacement toutefois présente dans sa voix lorsqu'elle remarqua que sa cible n'était pas aussi naïve que toutes les autres. Qu'est-ce qui te fait dire ça, ma jolie ?

L'alcool qui montait, mêlé à la frustration de s'être fait plumer par Felasil plus tôt dans la soirée créa un mélange nauséabond d'ivresse et d'irritabilité. Une sensation de panique et de colère, intensifiée par l'ébriété, l'envahit lorsqu'elle vit la shem se lever.
Elle était sur le point de partir ! Son gagne-pain pour la soiré était en train de glisser entre ses mains, et en plus, elle avait payé des bières Antivanes pour rien !

— Comment
- elle dut faire une pause à cause d'un relent désagréable dans sa gorge - oses-tu... mettre en doute... argh. Tout faux-semblant fut aussitôt jeté par la fenêtre lorsqu'elle vit Andras se diriger vers la sortie. HÉ LA SHEM, PAIE LA CONSULTATION !

Elle avait crié un peu fort, mais cela faisait partie de son plan. Il y avait encore beaucoup de monde à table, et si elle s'arrangeait pour faire croire à la clientèle que cette humaine essayait de l'arnaquer, elle pourrait efficacement l'empêcher de partir et obtenir son paiement. Elle pointa un doigt accusateur (et bourré) vers l'humaine et déclara d'une voix forte :

— Reviens sinon-

La suite de la phrase d'Ashel fut interrompue par un hoquet, ce qui la décida à forcer le destin et se lever à son tour.
Ashel avala la distance entre elle et l'humaine avec une vivacité qu'on ne lui aurait pas prêtée au premier abord, fauchant les jambes de cette dernière dans son dos pour la voir s'écrouler au sol.

— Je déteste les pirates, déclara-t-elle, la dominant de sa hauteur avec un insupportable sourire.


#99cccc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Mar 22 Mai - 17:52
Tout s'est passé très vite, j'ai vaguement entendue la jolie gueuse, Ashel, s'étouffer dans sa colère, je n'ai même pas jeté un regard en arrière, j'étais trop occupée à ne pas me cogner dans les tables.
Je devais VRAIMENT être pétée ce soir là, les blondes me font toujours cet effet, parce que je n'ai même pas entendu le bruit de course bancal de l'elfe, enfin je suppose seulement pour le bancal.
L'instant d'après, j'étais par terre, sans trop savoir comment j'étais arrivée là, mon coude me faisait un mal de chien et mon épaule droite avait amorti ma chute. J'étais le nez dans la poussière et mon bâton avait roulé à quelques mètres devant moi en plus.
Je me suis retournée avec difficulté et ai pu voir l'elfe me dominer avec un sourire triomphant:

"Je déteste les pirates"
Me fit-elle du même ton.

La lumière s'est faite dans mon esprit, et m'a encouragée à dessaouler un peu. Elle avait osé me mettre une balayette? Cette arnaque sur pattes avait eu l’audace même de penser à m'attaquer?!
Sans plus de cérémonie j'ai lâché un "sale pute" bien sentit et lui ai balancé un coup de talon dans le tibia, la faisant basculer en avant, pile sur moi.
Je lui ai attrapé les cheveux avec force et lui ai collé une gifle du mieux que je pouvais du revers de ma main, que j'ai osseuse.

Oh je vous vois venir, oui c'était peut être pas la meilleure des contre-attaques, mais j'étais dans un état second, voir troisième, et même dixième.
Autour de nous les clients s'étaient rassemblés pour prendre des paris sur laquelle des jolies pépés gagnerait et laquelle finirait nue dans la boue (véridique, je l'ai entendu de mes propres oreilles).

"Tu vas...vas l'payer!"


J'écris en #996666


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 47
Jeu 24 Mai - 4:16


The (after) life of the party



Sans comprendre comment, Ashel ne vit plus rien. Et certainement pas les phalanges d'Andras s'enfonçant dans son menton.
Son champ de vision se flouta quelques secondes tandis que les têtes se tournaient pour assister à la bagarre. Elle crut entendre quelqu'un crier "A POIL LES GONZ", mais elle n'était pas sûre.
Tout ce qu'elle voulait, c'était rendre son coup au centuple à cette humaine qui avait l'insolence de vouloir partir sans la payer, mais c'était difficile quand le monde autour d'elle tanguait comme un navire de l'Armada en pleine tempête.

Elle s'apprêta à riposter pour apprendre à cette shemlen le respect des plus grands qu'elle mais le simple fait de se relever créa une perte d'équilibre proche du séisme chez Ashel, qui s'étala avec fracas sur une table voisine, renversant consommations, chaises et clients en état d'ébriété. Elle saisit une des choppes au sol et tenta de la lancer vers Andras, le projectile manquant sa cible de peu et venant s'écraser sur le bord du comptoir. Un client particulièrement furieux tenta de l'attraper, mais elle se baissa avec une agilité insoupçonnée, l'homme refermant ses bras sur un autre homme en train de se disputer avec un autre soûlard qui avait soi-disant écrasé son pied.

L'enfer se déchaîna, chacun y allant de son poing, de sa chope ou même son tabouret pour les plus polissons. Ashel, étalée lamentablement par terre, agita vainement les bras et les jambes tel un crabe coincé sur son dos avant d'arriver à se relever. Là-dessus, elle remarqua la poche grande ouverte d'un client trop concentré sur la bagarre et tendit le bras.

Mais elle n'eut pas le temps de voler quoi que ce soit car soudain, quelqu'un l'assomma avec un guide touristique intitulé Votre première visite à Golefalois. Elle retomba sur le sol, sonnée, et sentit les ténèbres l'engloutir.



#99cccc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Jeu 24 Mai - 17:16
Mon coup fit mouche, bien sûr, même torchée je tirais toujours mon épingle du jeu quand il en venait à se taper dessus.
L'elfe s'est relevée, chancelante, et s'est écroulée sur une table, je l'avoue, j'ai ricané en voyant sa silhouette toute branlante et sa mine décontenancée. Mais elle avait de la ressource, tandis que je me hissais sur mes coudes et puis sur mes genoux pour tenter de me lever à mon tour, je l'ai vue se saisir d'une choppe collante et l'a jeter de toute ses forces en ma direction.

Enfin, elle a essayé, parce qu'elle m'a bien manquée, tellement bien qu'elle en a atteint le bar. L'un des molosses de l'établissement à tenté de la stopper, mais c'était une fieffée coquine à l'évidence, car elle l'a évité sans mal.
Ainsi le molosse a refermé ses jambons lui tenant de bras autour d'un autre molosse. Il n'a pas dû apprécier le soudain rapprochement car il lui a rétorqué d'un coup de tète.
Et évidemment c'est partit en bagarre générale, tout le monde se frappait dessus dans un joyeux bordel digne d'un Enclin. J'étais impressionnée, tellement que j'en ai presque oublié d’être paniquée.

Du coin de l’œil j'ai vu l'elfe se prendre un coup de...d'une sorte de dictionnaire, ou d'annuaire, enfin quelque chose de gros, et s'étaler sur le sol.
Sur le moment j'ai été tentée de récupérer mes affaires et de partir à la fereldienne, mais j'ai eu un sursaut d'humanité et ai songé que décidément, ça ne se faisait pas de laisser quelqu'un qui risquait de se faire piétiner.
Alors j'ai progressé doucement vers elle, toujours à quatre pattes pour ne pas attirer l'attention. Et au moment où j'ai refermé mes doigts sur le tissu de son habit pour l'a traîner vers la sortie, j'ai senti un choc violent à l'arrière de mon crane et ai sombré avant de sentir mon front heurter le sol.

C'est dans un nuage irritant que je me suis réveillée, puis j'ai ouvert les yeux et j'ai compris que c'était la paille sur le sol de la taverne. C'était très pittoresque, j'avais la main tendue serrant lâchement l'épaule de l'elfe, elle même était d'une couleur verdâtre et marmonnait dans son sommeil, pas loin de se réveiller et il ne restait que nous dans la taverne.
J'avais fortement envie de vomir, et tout mes os semblaient en miettes, mon séant me faisait particulièrement mal, me serais-je cognée dans la mêlée de la veille? D'ailleurs...d'ailleurs j'avais du mal à me rappeler les événements du soir.
J'ai jeté un coup d'oeil à...Ashel oui. Les souvenirs défilaient en désordre dans mon esprit. Je l'avais frappée et puis elle avait voulu m'arnaquer? Ou bien était-ce l'inverse? Mais qui m'avait balayée...ah c'était elle.

Au bout de quelques instants j'arrivais à me souvenir à peu près. Et je me suis rendue compte d'un détail, il manquait un poids sur mes épaules.

"Ma cape?" Fit-je en cherchant la salle d'un regard vitreux

Nulle part, et mon sac aussi, et...

"MON BAT...MA LANCE SACREBLEU" Me suis-je écriée, réveillant probablement l'arnaqueuse.

C'était une très mauvaise nouvelle, déjà il y avait tout mon argent dans mon sac, ainsi que quelques effets personnels...et notamment des potions de lyrium. Alors si un templier tombait la dessus et faisait le lien avec la lance/bâton, j'étais cuite.


J'écris en #996666


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Agent
- Felassan -
Messages : 47
Ven 25 Mai - 18:54


The (after) life of the party


— MON BAT...MA LANCE SACREBLEU !


L'exclamation réveilla Ashel en sursaut. La première chose qu'elle sentit fut la formidable migraine qui sourdait à l'arrière de son crâne, le genre de douleur à vous glisser subrepticement que le seul moyen de guérison est de vous frapper très fort la tête contre un rocher.

— Moins fort, gémit l'elfe en se tenant la tête entre les mains.

Elle se redressa avec difficulté, tâtonnant sur le sol à la recherche de sa bourse. Elle transportait extrêmement peu de choses avec elle d'habitude, mais lorsqu'une de ces choses manquait, elle le remarquait immédiatement. Et le petit sac de cuir contenant son argent, d'ordinaire accrochée à sa ceinture, était aux abonnés absents. Ses dagues avaient également disparu. La confusion du réveil finit par se dissiper quelque peu et elle se souvint des événements de la veille.

— Mes affaires ont disparu aussi, souffla-t-elle, incrédule.

La douleur de sa gueule de bois et du coup combinés était insoutenable, mais en ce moment-là, c'était le cadet de ses soucis. Quelqu'un lui avait volé son argent. Et ses dagues ! Même son jeu de tarot et les deux-trois babioles qu'elle trimbalait avec elle s'étaient évanouies.

— Ah, vous êtes debout, fit une voix derrière le comptoir. Le patron était déjà debout, nettoyant les dégâts de la veille du mieux qu'il pouvait avant l'ouverture. Attention à la flaque de vomi, précisa-t-il en s'adressant à Ashel, qui était sur le point de poser le pied là où quelqu'un avait déversé le contenu de son estomac la nuit dernière.

Ashel se pinça le nez et contourna les tables, chaises et autres débris de bouteille pour se diriger vers la sortie. Elle appuya sur la poignée, mais la porte de la taverne demeura close.

—  Laissez-moi sortir, grogna Ashel.
—  Vous plaisantez, j'espère. L'homme barbu derrière le comptoir fusilla les deux jeunes femmes du regard. C'est vous qui avez déclenché tout ce bordel, alors si vous ne voulez pas avoir la milice sur le dos, vous allez m'aider à nettoyer, à commencer par faire la plonge de tout ce que vous n'avez pas cassé hier soir.

L'elfe tourna la tête vers l'humaine et échangea un bref regard avec elle, puis répondit :

—  D'accord, mais à une seule condition. Dites-nous qui nous a volé nos affaires cette nuit.




#99cccc

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Navigatrice du Revanche
- Felicissima Armada -
Messages : 48
Ven 25 Mai - 21:25
Ainsi l'elfe aussi s'était fait tirer ses affaires, je ne vais pas mentir, j'étais plutôt satisfaite de ce détail, j'aurais détesté être la seule à plaindre dans l'affaire.
J'allais poser mon pied à terre quand j'ai entendu l'avertissement du barman, j'ai aussitôt gardé l’œil ouvert, je ne voulait pas ruiner mes magnifiques bottes.
C'était une putain de mauvaise situation, il me fallait absolument recouvrir mes biens, aussi, quand j'ai aperçu que la porte résistait à Ashel, je me suis retournée vers le barman d'un air menaçant.
J'allais lui casser les dents et exploser sa porte à coups de pieds si il continuait à faire le malin...

"Vous plaisantez, j'espère...C'est vous qui avez déclenché tout ce bordel, alors si vous ne voulez pas avoir la milice sur le dos, vous allez m'aider à nettoyer, à commencer par faire la plonge de tout ce que vous n'avez pas cassé hier soir."

"Vous allez..." Commençais-je en craquant mes phalanges avant d’être interrompue d'un regard insistant de l'elfe. J'ai décidé je me calmer un peu et voir ce qu'elle comptait faire pour nous sortir de là.

"D'accord, mais à une seule condition. Dites-nous qui nous a volé nos affaires cette nuit" Lui répondit-elle d'un air égal de négociatrice avisée.

Je n'avais, mais alors, aucune envie de faire la vaisselle, mais rien n’empêchait de lui casser les dents après qu'il nous aie donné les informations hein?
Il nous regarda d'un air circonspect, puis balança du même ton:

"Bah, tant que vous réparez... C'est les frères Ramsey et leur bande de tire-laine, ils ont leur camps pas trop loin, mais évitez de vous frotter à eux, deux femmes pourraient pas faire le poids".

Ah tu crois mon grand? Un nouveau regard passa entre Ashel et moi, et je cru comprendre qu'elle avait un plan, vu l’œil de fouine qu'elle se payait. Bon, ça m'allait, tant qu'on partait vite.
Le barman nous envoya à l'arrière de la cuisine pour que nous nettoyons la masse de vaisselle sale qu'il restait du soir, dans une grande poubelle j'ai pu apercevoir les débris de porcelaine explosées.

"Pffff, c'est pas notre faute si ces sauvages de Fereldien se mettent sur la gueule pour un oui ou pour un non..."
J'ai marmonné en secouant la tète avant d'ajouter: "Bon, je t'écoute voyante, t'as une prémonition pour nous sortir de là?".


J'écris en #996666


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Un verre plein est une promesse creuse | ANDRAS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragon Age Resurrection :: Sud de Thédas :: Ferelden :: Golefalois-
Sauter vers: